mardi 31 juillet 2012

Photos hongroises de juillet par Alain Dodeler




une petite série

l'été dernier j'accompagnais mon copain Marcel
à un stage peinture qu'il anime chaque année à Ozd
cette ancienne ville sidérurgique complètement
sinistrée maintenant.
Le premier jour visite de l'ancien site industriel et le deuxième
balade dans un quartier ouvrier, genre cité d'usine, comme celle
où habitent mes parents en Lorraine.
On marche, et une petite vieille assise devant sa porte, interpelle
Marcel en rapport avec le fait que je sois photographe.
Elle nous dit d'attendre qu'elle va nous montrer des images, elle rentre
et revient avec un carton plein de boites de diapos, et d'une petite visionneuse.
Et là on voit le Ozd des années 50. Elle nous invite à rentrer et à boire un café.
Elle nous raconte sa vie, jeune veuve de mineur, puis remariée avec un sidérurgiste
et a 84 ans, a eu 7 enfants , a 34 petits enfants, elle parle, parle, son mari écoute.
Elle est pleine d'énergie et ses yeux brillent de malice.
Super moment possible grâce à mon copain qui me traduisait.
Évidemment au retour je lui envoyais une série de tirage.

c'est ça qui me plaît dans la photo, partir sans but précis et donner du temps
à ces rencontres improbables, mais si pleines d'émotions.

Le site d'Alain Dodeler : alain-dodeler.fr


Orbán pense à remplacer la démocratie

"Déjà contesté en Europe, Viktor Orbán provoque une nouvelle polémique. Le 27 juillet, lors d'une réunion de l'Association nationale des entrepreneurs (VOSZ) à Budapest, le Premier ministre hongrois a évoqué la possibilité d’un "nouveau système à la place de la démocratie", car son peuple, “semi-asiatique”, “ne comprend que la force”. Et le 29, lors d’une visite à la minorité hongroise de Roumanie, il a estimé que l’Union européenne est la “principale responsable de la profonde crise actuelle, qui traite les pays de l’Europe de l’Est avec mépris”, et qu’“elle ne peut pas réussir”." La suite sur presseurop.eu

La Slovaquie veut l'extradition du criminel nazi Laszlo Csatary

"Le ministre slovaque de la Justice veut que Budapest remette à son pays le criminel de guerre hongrois Laszlo Csatary, condamné par contumace en 1948 pour avoir torturé et déporté des Juifs vers le camp d'extermination d'Auschwitz pendant la Seconde Guerre mondiale. Laszlo Csatary, qui est âgé de 97 ans, était pendant la guerre l'un des responsables de la police de la ville de Kosice, située dans l'est de la Slovaquie." La suite sur 20minutes.fr

Un hymne joué à contretemps aux JO de Londres

"LONDRES (Reuters) - Le tempo parfait des sixtes et des quartes d'Aron Szilagyi lui a donné la médaille d'or dans le sabre masculin dimanche mais la joie de ce premier trophée a été gâchée par un massacre musical de l'hymne hongrois. Les dirigeants du Comité national olympique hongrois se sont plaints que l'hymne enregistré par le London Philharmonic Orchestra aux célèbres studios d'Abbey Road il y a plus d'un an avait été joué à contretemps de son rythme lent et mélodieux." La suite sur nouvelobs.com

Serbie : Un journaliste purge cinq mois de prison pour “insulte” à un leader d’extrême droite

"Reporters sans frontières dénonce l’incarcération, le 23 juillet 2012, du journaliste Saš Laszclo, condamné à 150 jours de prison pour avoir publié, sur le site du journal en langue hongroise Magyar Szó, un article supposément “insultant” envers le leader du parti d’extrême droite HVIM, László Toroczkai.
“Cet emprisonnement est une aberration. Il est inacceptable qu’un journaliste puisse être condamné au pénal pour avoir simplement exprimé un regard critique envers un leader politique. Les hommes politiques sont exposés à la critique et doivent apprendre à accepter le point de vue de leurs détracteurs, nécessaire à la démocratie. “En qualité de candidat à l’Union européenne, la Serbie doit protéger ses journalistes et veiller à ce que leur liberté d’informer soit garantie. Nous apportons notre soutien aux associations de journalistes serbes qui réclament la libération de Saš Laszclo et nous demandons au président Tomislav Nikolić d’intervenir en sa faveur afin qu’il puisse être amnistié et libéré”, a déclaré Reporters sans frontières." La suite sur rsf.org

lundi 30 juillet 2012

ICI L’EUROPE : Les mardis Hongrois de Paris sur France 2

Les Mardis hongrois de Paris étaient invités par Emma Adiei pour la chronique Ici l'Europe dans l'émission Télématin de France 2. Le reportage est visible ici :

video
 

Szilagyi, un sabre en or

"Le Hongrois Aron Szilagyi a été sacré champion olympique du sabre individuel, dimanche. Il s'agit de son premier grand titre international.
Auteur d'un départ canon en finale (7-0), le Hongrois Aron Szilagyi, 22 ans, est le nouveau champion olympique du sabre individuel. Dimanche à Londres, il s'est imposé en finale contre l'Italien Diego Occhiuzzi (15-8). C'est son premier grand titre international. Et c'est la treizième fois que la Hongrie remporte l'or au sabre aux Jeux (avec notamment un sans-faute de 1924 à 1964, ndlr), mais la première depuis vingt ans (Bence Szabo en 1992 à Barcelone)."  La suite sur lequipe.fr

dimanche 29 juillet 2012

Hors Jeux : en 1956, le water-polo hongrois règle ses comptes avec l'URSS

"L'URSS affronte la Hongrie en demi-finale de water-polo en 1956 à Melbourne, quelques mois après l'intervention des troupes soviétiques à Budapest. Le match se transforme en règlement de comptes. La Hongrie s'imposera ensuite en finale et sera sacrée championne olympique." Vidéo à voir sur lemonde.fr

samedi 28 juillet 2012

Budapest : son coeur bat toujours pour Liszt

"Le nom du compositeur des plus célèbres rhapsodies, homme couvert de femmes, pianiste à la technique moderne et virtuose, inventeur du récital, est indissociable de celui de la capitale hongroise. Ses habitants ne l'ont pas oublié.

Budapest est une ville qu'il faut d'abord découvrir de haut, depuis le sommet de la colline Gellért, quelque 140 mètres au-dessus du fleuve mythique qui lui a donné son surnom de «perle du Danube» et qui semble une épée plantée en son coeur, séparant la capitale hongroise en deux: d'un côté, Buda, ses collines douces, son château, sa langueur; de l'autre, Pest, ses avenues, son agitation, sa vie ardente - les deux cités furent finalement réunies en 1873." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie: Orban évoque "un nouveau système à la place de la démocratie"

"Le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban, a provoqué vendredi de vives réactions politiques après avoir "espéré qu'il n'y aura pas besoin d'instaurer un nouveau système à la place de la démocratie".
"Nous espérons qu'il n'y aura pas besoin d'introduire un nouveau système à la place de la démocratie, mais nous avons besoin de nouveaux systèmes économiques et de nouvelles idées", a-t-il déclaré lors d'une réunion de l'Association nationale des entrepreneurs (VOSZ)." La suite sur leparisien.fr

vendredi 27 juillet 2012

Hongrie: le verdict de la peine de mort du criminel nazi Laszlo Csatary retrouvé

"Les documents du verdict du procès par contumace du criminel de guerre nazi hongrois Laszlo Csatary, 97 ans, remontant à 1948, ont été retrouvés à Bratislava, a indiqué un historien slovaque, Zoltan Balassa, à l'agence de presse hongroise MTI.
"Les archives de l'Institut de la mémoire nationale (UPN) de Bratislava possèdent le dossier juridique de la condamnation à mort de Laszlo Csatary", a déclaré l'historien.
"Le verdict a été rendu le 8 juin 1948 par le Tribunal populaire de Kosice" (alors en Tchécoslovaquie, aujourd'hui en Slovaquie, Kassa en hongrois, Kaschau en allemand, NDLR), a ajouté Zoltan Balassa, qui précise que le tribunal avait également ordonné la saisie de tous les biens du criminel de guerre." La suite sur lexpress.fr

Londres 2012 : le discobole hongrois Zoltan Kövago exclu des Jeux

"Le discobole Zoltan Kövago a été exclu de la sélection hongroise pour les jeux Olympiques de Londres après avoir refusé de se soumettre à un contrôle antidopage, ce qui équivaut à un résultat positif. La Fédération hongroise d'athlétisme (MASZ), citée par l'agence de presse hongroise MTI, a également suspendu des compétitions pour une période de deux ans, le médaillé de bronze au Championnat d'Europe et d'argent aux JO-2004 à Athènes." La suite sur leparisien.fr

jeudi 26 juillet 2012

Hommage aux Justes de Hongrie et de France

"François Hollande vient de rappeler la responsabilité de „la France” dans la raffle du Vel d’Hiv où, les 16 et 17 juillet 1942, 13 000 Juifs, dont 4000 enfants, furent envoyés dans les camps de la mort. Des Juifs arrêtés à Paris non par des soldats allemands, mais bel et bien par leurs compatriotes, des policiers français.
Une déclaration qui a aussitôt suscité une vive polémique; certains, indépendamment de leur appartenance politique, ayant amèrement regretté ces propos, au prétexte que „la France” n’est pas solidaire du régime de Vichy. Personnellement, si j’avais déjà approuvé les propos tenus par Jacques Chirac 18 ans avant, j’aurais aussi tendance à approuver ceux récemment tenus par son successeur, bien que ce dernier aille beaucoup plus loin. Car, même si le régime du maréchal Pétain ne s’appuyait sur aucune délégation du peuple, partant était illégitime, voire illégal, nous ne saurions pour autant échapper à notre passé, quel qu’il soit, et devons avoir le courage et l’honnêteté de l’assumer." La suite sur francianyelv.hu

La parole à… Catherine Gonnard : Eva Besnyö, une femme de son siècle

"Lorsque Eva Marianne Besnyö naît en 1910 à Budapest, les femmes commencent dans toute l’Europe à accéder à l’enseignement supérieur et à pouvoir aller à l’université.
En Hongrie depuis 1895, elles peuvent suivre les cours universitaires de lettres et de médecine. Depuis 1848 un peu partout en Europe des mouvements féministes s’activent, la hongroise Rosika Schwimmer est une féministe reconnue depuis 1897 dans le mouvement international suffragiste ainsi que dans le mouvement pacifiste. L’avocat Bela Blumengrund, le père d’Eva, qui a choisi de transformer son nom en Besnyö pour éviter l’antisémitisme ambiant, est un des avocats des mouvements féministes et féminins hongrois. La seconde des trois filles de Bela Blumengrund et de Ilona Kelemen peut compter comme ses sœurs sur le soutien familial pour accéder à l’indépendance et à la culture. Si ses sœurs vont choisir de faire des études supérieures, l’une en sciences politiques et l’autre en littérature allemande, elle, c’est avec la photographie qu’elle va trouver l’indépendance et une profession." La suite sur lemagazine.jeudepaume.org

FMI : vers un prêt de 15 mds à la Hongrie

"Budapest pourrait arriver à un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) sur un prêt de quelques 15 milliards d'euros pour la fin de l'automne, a indiqué jeudi le gouvernement hongrois. "La Hongrie pourrait atteindre un accord avec le FMI et l'UE pour la fin de l'automne", a déclaré le négociateur hongrois, le ministre sans portefeuille Mihaly Varga, dans une interview accordée à la radio nationale MR1 ce matin." La suite sur lefigaro.fr

Mieux vaut (Béla) Tarr que jamais

"Alors que «Le Cheval de Turin», son dernier film, vient de sortir en DVD en France, retour sur la carrière du cinéaste hongrois.
Un authentique génie du septième art a pris l'an passé sa retraite, à seulement 56 ans. La nouvelle n’a pas fait la Une des magazines grand public mais le petit monde de la cinéphilie, lui, est en émoi. Et pour cause, si le réalisateur hongrois n’a jamais cherché le succès public ou l’adhésion du grand nombre, même si son cinéma hypnotique peut séduire le profane comme une cantate de Jean-Sébastien Bach ou un tableau de Jackson Pollock, il est considéré comme l’un des derniers Dieux de la mise en scène. Pourquoi un tel statut? Réponse possible en cinq éléments." La suite sur parismatch.com

Hongrie: le criminel de guerre nazi Csatary sévère et cruel

"Le rôle du criminel de guerre nazi hongrois Laszlo Csatary, 97 ans, était beaucoup plus important que ce qu'il affirme, car il a signé lui-même des documents relatifs à la déportation de milliers de juifs, selon des révélations du Musée de l'Holocauste hongrois, rendues publiques mercredi à Budapest.

Laszlo Csatary doit être entendu jeudi matin par un juge d'instruction militaire dans la capitale hongroise.

Le criminel de guerre nazi hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, a été arrêté le 18 juillet par la police à Budapest et assigné à résidence, la justice hongroise passant à l'action après avoir été alertée il y a déjà dix mois sur le passé du suspect par le Centre Simon-Wiesenthal, basé à Jérusalem." La suite sur romandie.com

mercredi 25 juillet 2012

Adrienn Pál au cinéma Reflet Médicis Paris 5ème à partir du 25 juillet 2012

"SYNOPSIS
Piroska est une infirmière obèse, devenue insensible à tout, et qui ne peut résister aux gâteaux à la crème. Elle travaille au service des soins palliatifs d'un hôpital et la mort est omniprésente dans sa vie. Mais c'est pourtant là qu'une rencontre avec une patiente mourante la remet sur les traces de sa propre vie laissée de côté... Elle part alors à la recherche d'une amie d'enfance, perdue de vue depuis longtemps. En quête de ses souvenirs, elle entreprend un voyage contradictoire dans sa propre mémoire et dans celle des personnes qu'elle rencontre. 

LA CRITIQUE LORS DE LA SORTIE EN SALLE DU 25/07/2012

On n'aime pas

A lire sur telerama.fr

Budapest en un clin d’œil

"Quand on évoque l’Europe centrale pour passer un week-end, on pense tout de suite à Prague. Mais regardez un peu plus bas, à droite. Budapest est tout aussi belle et accueillante.
Des bains qui font du bien
Budapest est une ville thermale séculaire. Le soin que la ville prend de ses monuments historiques, très nombreux, se voit aussi dans ces intérieurs aux mosaïques d’époque et aux eaux réputées guérir tous les maux. Ne vous laissez pas écœurer par les odeurs de soufre, c’est pour votre bien ! Pour un grand bain en plein air, optez pour le Széchenyi (www.szechenyibath.com). Pour les bains en intérieur dans un cadre datant de l’époque ottomane, choisissez le Rudas ( www.budapestgyogyfurdoi.hu ). Pour un peu de tout (piscine à vagues extérieure, bain bouillonnant et soins thérapeutiques), c’est à Gellert que ça se passe (www.gellertbath.com)." La suite sur metrofrance.com

La Hongrie maintient son taux d'intérêt directeur à 7,00%

"La Banque centrale hongroise MNB a maintenu mardi son taux d'intérêt directeur à 7,00% pour le septième mois d'affilée, conformément aux attentes des analystes.
"Le Conseil monétaire de la Banque centrale a décidé de maintenir les taux en vigueur lors de sa réunion" de mardi, a indiqué la MNB sur son site en ligne.
Le président de la Banque centrale, Andras Simor, expliquera les raisons de cette décision lors d'une conférence de presse prévue vers 13H00 GMT (15H00 locales)." La suite sur lesechos.fr

L'impôt sur la Banque centrale hongroise est "une atteinte à son indépendance"

"Le nouvel impôt "sur les transactions financières, auquel sera assujetti la Banque centrale hongroise MNB, est une atteinte à son indépendance", a dénoncé la Banque centrale européenne (BCE) mardi dans un communiqué sur son site en ligne.
"L'imposition de la MNB est incompatible avec les conditions qui assurent l'indépendance opérationnelle et institutionnelle de la Banque centrale", a-t-elle ajouté. De plus, "son introduction sans harmonisation communautaire pourrait causer des distorsions au sein des marchés financiers et au sein de l'économie réelle", a estimé la BCE." La suite sur lesechos.fr

Informations Pratiques Sziget 2012 - Interview Sziget France András Ecsedi-Derdák

Il ne nous reste plus que 19 jours avant l'événement géant, élu Meilleur Grand Festival d'Europe par les European Festival Awards ! S'il a été reconnu de la sorte par ses pairs et que plusieurs centaines de milliers de jeunes s'y retrouvent chaque année, certains le considèrant même comme un endroit de pèlerinage chaque été, c'est qu'au Sziget Festival on y voit plus que des artistes sur scène.

En effet, l'île Óbudai située au centre ville de Budapest renferme toute une pléthore d'activités culturelles mises en place pour divertir ces jeunes venus de tous les horizons. Danse, Théâtre, Cirque, Sport, Peinture et Sensations Fortes ! N'attendez plus et rejoignez les 400 000 autres festivaliers du SZIGET entre le 6 et le 13 Août pour une semaine que vous n'êtes pas prêt d'oublier !

Le Sziget, aujourd'hui, c'est le plus grand festival open air d'Europe : 12 heures de live chaque jour pendant une semaine, 50 scènes, 400 concerts avec une ahurissante line up, 78 hectares de joie ...

Nous avons rencontré András Ecsedi-Derdák, le responsable dévéloppement et programmation du Sziget France à Montpellier afin d'obtenir les dernières informations pratiques sur l'édition 2012 du Sziget.

mardi 24 juillet 2012

Alain Dodeler, photographe au Sziget

Könyv 20 Sziget évről
Új könyv a 20. Szigetre! A Fesztivál két évtizedét képekkel, és sok sztorival Jávorszky Béla Szilárd dolgozta fel.

***********
Ce livre, en langue hongroise, de Jávorszky Béla Szilárd retrace les 20 années du Festival Sziget, l'un des plus grands festivals européens, au travers de photos et d'histoires.
Parmi ces photos, nombreuses sont celles de notre ami, Alain Dodeler, co-fondateur des Mardis hongrois de Paris. Un petit encadré lui est consacré.


En voici la traduction française :

Alain Batchi

Alain Dodeler, le photographe français, vivant à Paris parcourt et documente le Sziget depuis 1994. Ou, comme il aime à se nommer, le Alain Batchi.
Il est arrivé chez nous par des voies amoureuses et il fut très étonné - comme il le souligne - de l'ambiance véritablement "peace and love" qui l'accueillit. Une foule festive, des gens amicaux, beaucoup-beaucoup de musique. Et quand venait la fermeture des scènes, on pouvait continuer à se détendre aux comptoirs des bistrots.
A partir de là il est venu chaque année, il prenait des photos avec enthousiasme et laissait ses images à la disposition du Sziget. Parmi celles-ci, les meilleures firent l'objet d'une exposition à l'Institut français de Budapest. Elles furent ensuite transportées au Sziget et pendant la manifestation tout le monde pouvait les voir. Et le plus important était dans le titre "Mon Sziget à moi".
"Un soir, Karcsi me dit que quelqu'un voulait me rencontrer. Ensuite, un grand gars aux cheveux longs, un Autrichien vint me voir. J'appris que sur l'une de mes photos, il apparaissait avec sa petite amie. Il me demanda que je lui en adresse une copie pour qu'il puisse en faire la surprise à sa chère et tendre à l'approche de leur mariage.
Des histoires comme celle-ci se produisirent aussi d'autres fois. En 2000, je pris la photo d'une jeune fille nageant sur la foule devant la grande scène. L'année suivante, en retour, cette photo me saluait de partout, le Sziget s'en servait comme publicité pour sa manifestation (voir page 103). Cela me remplit d'une légitime fierté. Je décidai de rechercher la jeune fille. Je parvins à la retrouver, nous nous sommes rencontrés, je lui ai proposé la photo. Il s'avère qu'entre temps, elle aussi est devenue photographe, elle vit actuellement à Sopron avec son mari.
Depuis 1994, il n'y a eu qu'une seule année où je décidai de manquer le Sziget. Toutefois, l'année suivante déjà je ne le supportais pas. Depuis c'est redevenu mon programme le plus important de l'été. C'est inscrit dans mon agenda sans même que je sache quels seront les programmes. Pour moi, le plus important a toujours été l'ambiance. Que je puisse librement me balader, me lever au Sziget où toujours il advient quelque chose ou quelqu'un que je puisse capturer au bout de mon objectif."

Le site d'Alain Dodeler : alain-dodeler.fr 

lundi 23 juillet 2012

Hongrie: 57 tombes juives vandalisées à Kaposvar

"Cinquante-sept tombes ont été vandalisées par des inconnus dimanche au cimetière juif de Kaposvar, à 200 km au sud-ouest de Budapest, a annoncé lundi le dirigeant de l'Association des communautés juives de Kaposvar, Laszlo Rona, dénonçant un "acte raciste".
La police a ouvert une enquête pour retrouver les coupables.
"L'acte est clairement motivé par le racisme", a indiqué Laszlo Rona, cité par l'agence de presse hongroise MTI. Vandaliser un cimetière est "scandaleux" et "inutile", indépendamment du fait que cela soit un cimetière juif, a-t-il ajouté. "Dans les 57 tombes, il y a les restes de quelque 250 personnes." La suite sur liberation.fr

Pèlerinage De Budapest à Compostelle en passant par la Cité des Princes

"Vendredi, un jeune homme pas comme les autres s’est retrouvé un brin perdu avec son vélo à l’Office du tourisme de Montbéliard. Peter Cseke vient de Hongrie et est en pèlerinage, direction Saint-Jacques-de-Compostelle. En tout, 2000 bornes au compteur.
Peter Cseke, psychologue et professeur de littérature, a décidé de réaliser, à vélo, un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne. Parti le 8 juillet de Budapest dans sa Hongrie natale, il commence son périple sans carte, longeant simplement le Danube. Il arrive alors dans la Cité des Princes un peu par hasard et un peu perdu." La suite sur lepays.fr

dimanche 22 juillet 2012

Dopage: le discobole hongrois Fazekas de nouveau contrôlé positif

"Le discobole hongrois Robert Fazekas, disqualifié pour dopage après sa victoire aux J.O. 2004 à Athènes, a de nouveau été contrôlé positif et comparaîtra le 24 juillet devant la Commission de discipline de la Fédération hongroise d'athlétisme, a annoncé samedi son président, Miklos Gyulai. Fazekas, 36 ans, dont la contre-expertise B est également positive à la présence d'un stéroïde, risque une suspension à vie en tant que récidiviste." La suite sur leparisien.fr

vendredi 20 juillet 2012

"Pal Adrienn" d'Agnes Kocsis dans les salles à partir du 25 juillet 2012


La bande annonce sur arte.tv
Drame
Date de sortie : 25 juillet 2012
Réalisé par : Agnès Kocsis
Avec : Eva GABOR, Akos HORVATH, Istvan Znamenak
Durée : 2h16min
Pays de production : Autriche France Hongrie Pays-Bas
Titre original :Pal Adrienn
Distributeur : Les films à un dollar

Synopsis

Piroska est une infirmière obèse, devenue insensible à tout, et qui ne peut résister aux gâteaux à la crème. Elle travaille au service des soins palliatifs d'un hôpital et la mort est omniprésente dans sa vie. Mais c'est pourtant là qu'une rencontre avec une patiente mourante la remet sur les traces de sa propre vie laissée de côté... Elle part alors à la recherche d'une amie d'enfance, perdue de vue depuis longtemps. En quête de ses souvenirs, elle entreprend un voyage parsemé de paradoxe dans sa propre mémoire et dans celle des personnes qu’elle rencontre.

Ce film est présenté dans le cadre de la sélection Un Certain Regard lors du 63ème Festival de Cannes.
Source : premiere.fr

Voir aussi la présentation sur instituthongrois.fr

Hongrie: une adolescente décède d'une méningite bactérienne

"Une adolescente de 17 ans, qui avait assisté à un festival de musique à la mi-juillet, est décédé d'une méningite bactérienne à Budapest, a annoncé vendredi le Service de santé nationale hongrois (ANTSZ).

L'adolescente est décédée mardi 17 juillet dans un hôpital de Budapest, a indiqué jeudi l'ANTSZ dans un communiqué sur son site internet. Les premiers symptômes sont apparus le 16 juillet, date où la patiente a été transportée à l'hôpital depuis son domicile budapestois." La suite sur romandie.com

Kornél Mundruczó : Conférence de presse du 19 juillet à Avignon

Conférence de presse du 19 juillet 2012 avec Kornél Mundruczó pour "Disgrace" du 19 au 25 juillet au gymnase du lycée Mistral.


Disgrace
Adaptation de Kornél Mundruczo
d'après Disgrace de John Maxwell Coetzee
mise en scène Kornél Mundruczo

Arzens - La chorale de la Malepère en Hongrie

"La chorale de la Malepère, toujours guidée par Geneviève Pistre et invitée par la chorale Székely Mihaly de Jaszberény, vient d'effectuer un voyage de cinq jours en Hongrie. Si les a priori ne confèrent pas à ce pays d'Europe centrale une belle attractivité, tous les choristes, unanimes, garderont de ce séjour un excellent souvenir." La suite sur midilibre.fr

Hongrie : un site d'extrême droite appelle à traquer des étudiants juifs

"Le site Internet d'extrême droite hongrois kuruc.info a publié, mercredi 18 juillet 2012, des photos de la manifestation lundi dernier à Budapest contre le criminel de guerre nazi Laszlo Csatary et a appelé à recueillir des renseignements sur les participants." La suite sur crif.org

jeudi 19 juillet 2012

«Atem», la petite boîte à fantômes de Josef Nadj à Avignon

"Le chorégraphe présente « Atem », un duo intimiste éclairé à la bougie. Une fantasmagorie gothique plutôt réussie.
Combien sont-ils sur scène ? Deux en apparence : Josef Nadj lui-même et la jeune Anne-Sophie Lancelin. En réalité, bien davantage. D’innombrables esprits et fantômes traversent le cube de 4 mètres sur 4 qui sert de décor et de matrice à la dernière création du chorégraphe. Atem – « le souffle » en allemand – évoque toutes ces forces invisibles propices à exalter l’imaginaire dans un spectacle paradoxalement très visuel. Sur fond de cordes dissonantes et de mécanismes lancinants, une gabardine se promène, vide de chair ; des éléments du mobilier s’animent d’eux-mêmes et les interprètes semblent aux prises avec d’étranges forces." La suite sur la-croix.com

Vu sur la blogosphère : un blog consacré à Sándor Márai

"Un blog est consacré au grand écrivain hongrois Sándor MÁRAI (1900-1989) et à toutes les informations ayant un rapport avec son oeuvre (en particulier une bibliographie multilingue), sa vie et les manifestations qui peuvent le concerner."
http://sandor-marai.blogspot.fr/

mercredi 18 juillet 2012

L’incomparable diversité culturelle du Sziget

Il vous reste seulement 21 jours jusqu’à l’événement géant, élu Meilleur Grand Festival d’Europe par les European Festival Awards ! S’il a été reconnu de la sorte par ses pairs et que plusieurs centaines de milliers de jeunes s’y retrouvent chaque année, certains le considèrent même comme un endroit de pèlerinage chaque été, c’est qu’au Sziget Festival on y voit plus que des artistes sur scène. En effet, l’île Óbudai située au centre ville de Budapest renferme toute une pléthore d’activités culturelles mises en place pour divertir ces jeunes venus de tous les horizons. Danse, Théâtre, Cirque, Sport, Peinture et Sensations Fortes ! N’attendez plus et rejoignez les 400 000 autres festivaliers du SZIGET entre le 6 et le 13 Août pour une semaine que vous n’êtes pas prêt d’oublier !
C’est le Sziget, aujourd’hui le plus grand festival open air d’Europe : 12 heures de live chaque jour pendant une semaine, 50 scènes, 400 concerts avec une ahurissante line up, 78 hectares de joie...
Voici un avant-goût de scènes : POP ROCK MAIN STAGE : Avec une capacité de 45.000 personnes, elle est la plus grande scène du festival. Située au centre de l’île, on aura la chance d’y voir les plus grands artistes défiler.
WORLD MUSIC PARTY STAGE : La scène des musiques du monde vous fera découvrir des groupes venant de tous les continents. Cette scène vous transportera dans un voyage musical à travers les cultures du monde entier. Et c’est juste à deux pas du French Camping !
LA PARTY ARENA : Clubbers invétérés ou occasionnels, les festivaliers se donnent tous rendez-vous à la Party Arena : chaque soir, l’immense chapiteau de 2.700 m2 devient le point de chute de 8.000 festivaliers. Les plus grands noms de l’électro y sont invités. Acouphènes garantis.
A38 STAGE : Cette scène, pouvant accueillir jusqu’à 6.000 festivaliers, propose la plus grande diversité de styles : punk, pop, reggae, set électro. Des artistes de renommée internationale comme des révélations de l’année se succèdent.

Le nazi Laszlo Csatary a été arrêté

"Le criminel de guerre hongrois, âgé de 97 ans, avait été retrouvé par le «Sun» britannique, sur la base d'informations du centre Simon-Wiesenthal.
Le criminel de guerre nazi encore en vie le plus recherché au monde, le Hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, «a été arrêté» à Budapest, a annoncé mercredi le Parquet de la capitale hongroise dans un communiqué." La suite sur liberation.fr

Criminel nazi retrouvé : "un test pour la Hongrie de Orban"

"Comment les autorités hongroises vont-elles agir face à un symbole de la continuité de l’antisémitisme officiel, une réalité aujourd’hui publiquement oubliée, voire niée ?
Laszlo Csatary n'était pas le pire des criminels nazis. Pourtant, sa localisation dans la capitale hongroise revêt une importance particulière. Pour les victimes qui attendent un procès bien sûr. Pour la Hongrie de Orban aussi, pour laquelle c'est un test, comme l'explique l'historien Paul Gradvohl." La suite sur nouvelobs.com

Je me souviens, encore et toujours... par Flora

Est-ce le temps depuis trois mois et demi désespérément gris, chape de plomb au-dessus de nos têtes et sur nos cœurs, qui fait que nous avons envie de nous réfugier dans les souvenirs du passé, souvent lumineux me concernant, en dépit des difficultés de l'existence... Quand on n'a pas connu le faste, on n'a pas le regret de sa perte... Les plaisirs sont simples mais intenses !
Est-ce un jeu ressuscité sur un blog, à la « Je me souviens... » de Georges Perec ou bien la lecture du petit livre fin et savoureux de Françoise Héritier « Le Sel de la vie », qui me poussent vers ce voyage ? En tout cas, une furieuse envie m'incite à m'évader de ce présent si déprimant.
Je me souviens des orages mémorables de l'été qui chassent la chaleur torride, pour un temps. Ma grand-mère qui connaît des solutions mystérieuses, se saisit de la grosse pelle en bois qui sert habituellement à enfourner l'énorme pain rond, et la jette dehors, sous les gouttières dégoulinantes. C'est son paratonnerre à elle et je dois dire que nous avons toujours été épargnés...
Je me souviens des soirées d'hiver où l'obscurité s'installe tôt mais on tarde à allumer la lampe. Les vieilles voisines, habillées de noir, foulards immanquables encadrant les visages, réchauffent leurs vieux os douloureux à la chaleur du fourneau (kemence). Des marmonnements mystérieux peuplent la pénombre d'histoires effrayantes de morts et de fantômes...
Je me souviens de l'antique fer à repasser qui précède la version électrique. Ma grand-mère ouvre grand les énormes mâchoires du fer pour y déposer des charbons ardents. D'un geste précis mais énergique, elle lui applique un mouvement de balancier pour raviver les braises. Un doigt mouillé qui effleure la semelle sert de thermostat... Mes petites robes à rubans et à volants, fraîchement amidonnées, s'en souviennent encore...
Je me souviens des énormes sacs de jute qui servent de matelas avant l'arrivée de ceux que nous connaissons tous. Ceux d'avant, remplis, gonflés de paille fraîche qui emprisonne le soleil, à la fin de l'été, nous procurent un sommeil parfumé d'étoiles...
La liste est loin d'être exhaustive. Libre à chacun de poursuivre le voyage...
Flora

Soirée des Mardis hongrois de Paris - 17 juillet 2012 les images









L'équipe de télévision de France 2 Télé-Matin arrive pour se mettre au travail et faire un reportage sur les Hongrois de Paris. En effet, tout l’été Emma va nous emmener à la rencontre des Européens qui vivent en France… Après les Suédois et les Italiens c'est au tour des Hongrois... ou plutôt des Mardis hongrois. A suivre sur France 2 Télé Matin Ici l'Europe : diffusion le 26 juillet vers 7 h 10

Netanyahou se dit inquiet de la résurgence de l'antisémitisme en Hongrie

 "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s'est dit inquiet mardi de la résurgence de l'antisémitisme en Hongrie lors d'une rencontre à Jérusalem avec le président hongrois Janos Ader, selon un communiqué de son bureau.

"Israël et le monde juif s'inquiètent de la résurgence du phénomène de l'antisémitisme en Hongrie", a déclaré M. Netanyahou au président hongrois.  

"Il est extrêmement important de s'attaquer aux racines de ce dangereux phénomène avant qu'il ne puisse s'étendre", a-t-il ajouté.

Un incident lié à l'antisémitisme a récemment empoisonné les relations israélo-hongroises." La suite sur
ejpress.org  

Hongrie : début de négociations pour bénéficier d'un prêt

La Hongrie a entamé mardi 17 juillet des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d'un prêt d'environ 15 milliards d'euros pour assainir les finances du pays, a rapporté l'agence de presse hongroie MTI.
Le chef de la délégation du FMI, Thanos Arvanitis, a été aperçu sortant du ministère de la justice et de l'administration publique. Il a indiqué qu'il ne ferait pas de déclaration avant la fin des négociations, alors que la mission du FMI doit rester en Hongrie jusqu'à mercredi prochain." La suite sur lemonde.fr

mardi 17 juillet 2012

La pression monte pour que la Hongrie juge Laszlo Csatary

"Au lendemain de l'annonce, dimanche 15 juillet, par le centre Simon-Wiesenthal, que le criminel nazi présumé Laszlo Csatary avait été identifié à Budapest, de nombreuses voix se sont élevées pour demander qu'il soit arrêté et jugé prochainement. Csatary, ancien chef de police, est accusé de complicité dans la mort de 15 700 juifs pendant la seconde guerre mondiale. L'homme, identifié par le centre Wiesenthal à l'aide d'un informateur et photographié par des journalistes du Sun, est âgé de 97 ans, et les associations pour la mémoire de la Shoah s'impatientent, craignant que l'ex-officier nazi ne meure avant d'avoir pu être jugé." La suite sur lemonde.fr

Un criminel nazi échappe de peu à la police hongroise

"Localisé à Budapest par deux journalistes du Sun, Laszlo Csatary a pris la fuite avant l'arrivée des forces de l'ordre.
Pour ses voisins, c'était «Papa Csatary», un nonagénaire tranquille. Mais sur sa liste des criminels de guerre les plus recherchés au monde, le Centre Simon-Wiesenthal l'avait placé en tête. Laszlo Csatary, 97 ans, accusé de complicité dans la mort de 15.700 Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ne devrait plus échapper longtemps à la justice: sa trace vient d'être retrouvée à Budapest, où il aurait plusieurs adresses." La suite sur lefigaro.fr

La retraite tranquille du nazi Csatary discrédite la justice hongroise

"C’est un vieillard solide de 97 ans, un retraité à l’apparence distinguée que l’on voyait faire ses courses dans un centre commercial de Budapest. Une vie anodine pour un criminel nazi recherché partout. Le Hongrois Laszlo Csizsik-Csatary figure en tête de la liste des tortionnaires hitlériens traqués par le centre Simon-Wiesenthal en Israël. Un primat dû surtout au fait d’être l’un des derniers encore vivants. Ancien chef de police du ghetto juif à Kassa (aujourd’hui Kosice, en Slovaquie)..." La suite sur liberation.fr (sur abonnement ou en kiosque)

Reprise de discussions tendues sur l'aide à la Hongrie

"Une délégation du FMI et de l'Union européenne discute avec Budapest d'une aide de 15 milliards d'euros.
Ce sont des discussions tendues qui vont reprendre aujourd'hui à Budapest entre le gouvernement hongrois et ses bailleurs de fonds, le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne. Budapest a besoin de 15 milliards d'euros, soit près de 15 % de son PNB, pour redresser des finances publiques en piteux état ; il doit payer des taux d'intérêt de 7,85 % à 10 ans pour refinancer une dette équivalente à 82 % du PIB. Une dette dégradée fin 2011 dans la catégorie spéculative par les grandes agences de notation." La suite sur lesechos.fr

Hongrie : manifestation devant le domicile de Laszlo Csatary.

"Suite à la localisation du plus recherché des derniers criminels nazis de la seconde guerre mondiale, Laszlo Csatary, une manifestation a été organisée par l'Union des étudiants juifs européens au domicile de ce dernier." Vidéo sur boursorama.com

Hongrie : la justice peine dans son enquête sur le criminel nazi Csatary

La justice hongroise est dans l'embarras. Alors que des journalistes britanniques ont localisé le criminel nazi le plus recherché au monde, Lazlo Csatary, dans la capitale hongroise, le Parquet de Budapest, qui était vraisemblablement en possession des mêmes informations que les journalistes, doit s'expliquer sur la lenteur de l'enquête. Il fait aujourd'hui état de «problèmes» dans l'investigation qui est menée «contre X, ce qui éloigne la perspective, par exemple, d'une arrestation et d'une inculpation rapides»." La suite sur leparisien.fr

lundi 16 juillet 2012

France 2 sera l'invité de la prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris

mardi 17 juillet 2012 à partir de 20 h
les Mardis hongrois de Paris invitent l'équipe de télévision de France 2

The Studio,
41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles ou Hôtel de Ville

«La vieillesse ne doit pas protéger les criminels de guerre»

"Interview Efraïm Zuroff dirige à Jérusalem le Centre Simon-Wiesenthal, qui a retrouvé à Budapest, avec le concours du quotidien britannique le «Sun», le criminel nazi Laszlo Csatary, 97 ans.
Laszlo Csatary, 97 ans, accusé de complicité dans la mort de 15 700 juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, a été retrouvé à Budapest, ont annoncé simultanément dimanche le Centre Simon-Wiesenthal, organisation pour la mémoire de l'holocauste basée aux Etats-Unis, et le quotidien britannique le Sun. Paradoxe : Laszlo Csatary est le criminel de guerre nazi le plus recherché au monde, selon le Centre Simon-Wiesenthal, mais rien de plus qu'un «comparse» qui «n'avait pas de grandes responsabilités», du point de vue du chasseur de nazis français Serge Klarsfeld, interrogé ce lundi sur Europe 1. Les années passant, rares sont les anciens criminels de guerre nazis les plus importants encore en vie. «Il y a trente ans, [Laszlo Csatary] aurait été le 3 500e sur la liste», note Klarsfeld." La suite sur liberation.fr

La France estime-t-elle que le criminel nazi Laszlo Csatary, identifié et retrouvé à Budapest, doit être arrêté par les autorités hongroises ?

Réponse du Ministère français des  Affaires étrangères - "Les crimes nazis sont imprescriptibles.
Nous estimons que les criminels nazis, où qu'ils se trouvent, doivent répondre de leurs actes devant la justice.
Le procureur général de Budapest a fait savoir que la justice examinera les faits. Il appartient aux autorités hongroises de donner les suites appropriées à cette affaire." Source point de presse du 16 juillet 2012 : diplomatie.gouv.fr

Hongrie : le criminel nazi tranquille à Budapest depuis 17 ans

"Le criminel de guerre encore en vie le plus recherché au monde, le Hongrois Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, coule des jours tranquilles à Budapest depuis 17 ans. De plus sous sa véritable identité et cela en dépit des informations sur son passé, transmises à la hongroise depuis plus de dix mois par le Centre Simon-Wiesenthal, basé à Jérusalem.
Dans un immeuble moderne du XIIème arrondissement, un quartier huppé de la capitale hongroise, figurent deux noms sur une boîte à lettres: «Csatary/Smith». Ce sont ceux d'une seule et même personne: Laszlo Csatary, le chef de la police au ghetto juif de la ville slovaque de Kosice (Kassa en hongrois, Kaschau en allemand) durant la Seconde guerre mondiale. 15 700 juifs y avaient été pour certains assassinés et pour l'immense majorité déportés vers le camp d'extermination nazi d'Auschwitz, en Pologne, pendant l'occupation par l'Allemagne nazie de ce qui était alors la Tchécoslovaquie." La suite sur leparisien.fr

Disgrace d'après le roman de J.M. Coetzee mise en scène KORNÉL MUNDRUCZÓ au Festival d'Avignon

"Pour Kornél Mundruczó, adapter Disgrâce au théâtre, c'est sortir le roman de son inscription dans la société sud-africaine post-apartheid et conserver le cœur de la réflexion de J. M. Coetzee, à savoir la peur qui surgit dans une communauté lorsque des bouleversements viennent profondément modifier sa façon de vivre et l'échelle ancestrale de ses valeurs. À travers la chute de David Lurie, professeur d'université parfaitement intégré dont la vie bascule suite à l'accusation portée par l'une de ses élèves, c'est une radiographie de l'effondrement d'un monde qui est ici mise en jeu. Derrière l'Afrique du Sud, il y a bien sûr la Hongrie, mais aussi les pays européens soumis aux crises de toutes natures qui déstabilisent mentalement les populations et multiplient les angoisses : celle de perdre son travail, celle d'ouvrir sa porte aux inconnus, celle de connaître la solitude affective... Dans un reality show théâtral et musical, Kornél Mundruczó propose une galerie de personnages propres à questionner les certitudes, les habitudes et les conventions de l'ancien monde européen. Le politiquement incorrect et la déstabilisation sont des armes que ne refuse pas le metteur en scène, des armes d'autant plus efficaces qu'il les place dans les mains de comédiens incroyablement engagés, conscients des enjeux de la parole à faire entendre. Travail collectif reposant sur une connaissance profonde du roman pour mieux s'en détacher, Disgrâce ne cherche pas à proposer des solutions toutes faites, mais plutôt à redonner une lueur d'espoir à partager. JFP" Source : festival-avignon.com

  • Création 2012
    Spectacle en hongrois surtitré en français
    Durée : estimée 2h05
    Les 19-20-21-22 et 24-25 juillet 2012 à 18 h

dimanche 15 juillet 2012

Hongrie : des journalistes anglais démasquent un criminel nazi à Budapest

"Il est accusé de complicité dans la mort de 15.700 juifs, déportés à Auschwitz pendant la Deuxième Guerre mondiale. Laszlo Csatary, âgé de 97 ans, considéré comme l'ancien dignitaire nazi le plus recherché au monde, a été retrouvé vivant à Budapest, après quinze ans de recherche. Selon le quotidien britannique The Sun, qui l'a localisé et photographié, il vivrait dans un deux-pièces dans la capitale hongroise." La suite sur leparisien.fr

Un dictionnaire de la langue hongroise - Egy teljes magyar értelmező szótár

Nous élaborons avec mes associés un dictionnaire complet de la langue hongroise qui est déjà utilisable sur internet : http://wikiszotar.hu/wiki/magyar_ertelmezo_szotar/Tanul
(Le nom est trompeur : ce n'est pas un "wiki" sur lequel n'importe qui peut écrire, car nous, les rédacteurs, nous verrouillons tous les articles achevés concernant les mots. Simplement, nous utilisons le même programme, d'où le nom.) J'ai pensé que les Hongrois de l'étranger, les apprenants et les enfants pourraient en tirer un grand avantage. Bien qu'il ne soit pas encore fini, qu'il ne soit pas complet, il est bien utilisable. Nous pourrions avancer l'achèvement de tous les mots, si nous trouvions des annonceurs qui pourraient nous assurer quelques ressources financières. Nous avons déjà 15 000 connections quotidiennes, essentiellement des jeunes, des étudiants, des personnes apprenant la langue hongroise. Si vous connaissiez des entreprises qui pourraient en tirer profit, soyez gentils de me mettre en contact.
Merci d'avance pour votre aide
Zsolt Sarkadi
(szorolszora kukac gmail pont com)

Társaimmal egy teljes magyar értelmező szótárt készítünk, amit már használhatnak a neten:
http://wikiszotar.hu/wiki/magyar_ertelmezo_szotar/Tanul
(A név becsapós: ez nem olyan "wiki", amit bárki írhat, mert mi szerkesztők lezárunk minden kész szócikket. Csak ugyanazt a programot használjuk, ezért ez a neve.) Gondoltam, a kint élő magyarok, tanulók, gyerekek nagy hasznát vehetik. Bár még nem kész, nem teljes, de már jól használható. Úgy tudnánk gyorsabban elkészíteni minden szót, ha találnánk hirdetőket, akiktől némi bevételhez jutnánk. Már napi 15000 letöltésünk van, főként fiatalok, egyetemisták, magyarul tanulók. Ha esetleg ismertek olyan céget, amelyiknek ez hasznos volna, kérlek irányítsátok hozzám.
Előre is köszönöm a segítségüket!

Sarkadi Zsolt
(szorolszora kukac gmail pont com)

samedi 14 juillet 2012

« L’image sensible » : photographie, modernisme et féminisme

"Jusqu’au 23 septembre, le Jeu de Paume permet de découvrir l’œuvre, jamais présentée à Paris auparavant, d’Eva Besnyö (1910-2003), photographe passionnée, à la fois éprise de son art et observatrice engagée des luttes et des drames de son temps.

À la liste des grands photographes venus de Hongrie, tels Kertész (1894-1985), Moholy-Nagy (1895-1946), Brassaï (1899-1984) et Robert Capa (1913-1954), on pourra désormais ajouter le nom d’Eva Besnyö. Comme eux, elle n’eut d’autre recours que de s’expatrier pour développer librement son art, mais elle eut aussi à endurer les épreuves que lui réservaient sa qualité de femme, ses origines juives et ses idées d’extrême gauche. Issue d’une famille cultivée de Budapest qui favorisa ses études, elle s’échappa dès qu’elle put de son pays que le régime fascisant d’Horthy avait mis à l’école de Mussolini — en attendant Hitler —, et plutôt que Paris, qui lui semblait « romantique et démodé », elle gagna Berlin, attirée par sa liberté de mœurs, par son bouillonnement intellectuel et artistique, et surtout par le Bauhaus où avait enseigné Moholy-Nagy." La suite sur npa2009.org

La police amènera les enfants en classe

"Les écoliers hongrois qui font l'école buissonnière pourront bientôt être escortés à leur établissement par la police, selon un amendement adopté jeudi par le Parlement." La suite sur lematin.ch

vendredi 13 juillet 2012

A la veille du 14 juillet

"Rencontre avec SEM. Roland Galharague, Ambassadeur de France en Hongrie SEM. Roland Galharague passera pour la première fois le 14 juillet à Budapest. Cette célébration permet la rencontre des deux communautés, française et hongroise qui entretiennent des liens très forts.

JFB : Qu’attendez-vous de la célébration à Budapest de la fête nationale, qu’attendez-vous des rencontres avec les Hongrois à cette occasion ?" La suite sur le Journal francophone de Budapest

Super Mamika - Photographies de Sacha Goldberger

"Du 13 juillet au 10 septembre 2012
Super Mamika est la « super-grand-mère » de Sacha Goldberger. Superhéroïne de 93 ans, elle multiplie les superaventures, vêtue d'une cape et de collants brillants ! Dans des mises en scène improbables, le photographe continue de mettre en scène son personnage fétiche avec le même humour et la même tendresse. Super Mamika investit cet été les passages de Bercy Village. Bien accompagnée ! Super Papika, Dark Papouka, Super Ava et Beurk le chien volent à sa suite !" Source : telerama.fr

Faut-il couper la tête de Loránt Deutsch ?

"Polémique - Avec “Métronome…”, livre et documentaire à succès mais truffés d'erreurs et de parti pris, le comédien-écrivain Loránt Deutsch suscite l'ire des historiens. La Mairie et les écoles de Paris vont pourtant continuer de lui dérouler le tapis rouge.
Auréolée du succès de son livre Métronome, L'histoire de France au rythme du métro parisien (vendu, depuis 2009, à près de 2 millions d’exemplaires) et de l’adaptation documentaire que France 5 en a proposé en avril 2012 (plus d’un million de téléspectateurs pour chacun de ses quatre volets), la tête de Loránt Deutsch ne revient pas à Alexis Corbière. Ce professeur d'histoire, élu parisien du Front de gauche et premier adjoint à la maire du XIIe arrondissement, a demandé le 10 juillet au Conseil de Paris que la Ville cesse de dérouler le tapis rouge au comédien, historien autodidacte dont l'enthousiasme communicatif n'a d'égal que le manque de rigueur. C'est que la science du passé n'est pas à la portée du premier amateur venu ! " La suite sur telerama.fr

jeudi 12 juillet 2012

Musique pour les yeux à Bègles 14 juillet 2012 à 18 h


Cliquer sur l'image pour agrandir

Nous avons le plaisir de vous inviter à la préouverture de notre lieu.
Si vous le désirez vous pouvez apporter quelque chose à boire ou à manger qu'on partagera après le vernissage.
A bientôt !

Marie Laure et Attila Piroth
26 rue de la République
33130 Bègles

Hongrie: Orban opposé à d'éventuelles taxes venant du FMI ou de l'UE

"Le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban a rejeté mercredi la possibilité d'introduire un impôt foncier ou une taxe sur la fortune, qui pourraient être demandés par le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) lors de prochaines négociations.
"Une taxe foncière et une taxe sur les fortunes ne serviraient pas les intérêts de notre pays", a déclaré M. Orban dans un entretien accordé à la télévision Hir TV, proche du gouvernement.
"Nous n'accepterons du FMI que des conditions qui feront de la Hongrie un meilleur pays", a-t-il ajouté.
Viktor Orban a estimé que la taxe controversée sur les transactions financières, votée par le parlement le 9 juillet et qui impose notamment la Banque centrale hongroise (MNB) et le Trésor public, était une mesure "logique et inévitable"." La suite sur lesechos.fr

mercredi 11 juillet 2012

La Roumanie prise dans une dérive anti-démocratique à la hongroise

"Ce mardi, le chef de l’État roumain Traian Basescu a passé temporairement le pouvoir à son opposant Crin Antonescu, après la validation par la Cour constitutionnelle de sa suspension, initiée par la coalition de centre gauche au pouvoir. Alors que plusieurs pays européens et les États-Unis ont exprimé leur inquiétude, le Premier ministre, Victor Ponta a décidé de saluer la décision de la Cour constitutionnelle." La suite sur atlantico.fr

mardi 10 juillet 2012

Paris Cinéma célèbre "Just the Wind"

"Just the Wind" du Hongrois Bence Flegauf a obtenu le prix du jury lors de la cérémonie de clôture de la 10e édition du Festival Paris Cinéma.
C'est une plongée macabre dans la Hongrie d'aujourd'hui, un film fort, insoutenable dans ce qu'il dit de la terrible situation des roms aujourd'hui. Déjà primé au Festival de Berlin d'un Grand prix, "Just the Wind" de Bence Fliegauf a obtenu le prix du jury lors de la cérémonie de clôture de la 10e édition du Festival Paris Cinéma. Si l'on peut regretter quelques scènes trop écrites pour être totalement honnête quant au dispositif - le film se veut une captation d'une journée d'une famille de gitans -, le réalisateur parvient à distiller un vrai sentiment de paranoïa et de malaise, alors que l'humanité semble tomber en ruine. Le jury ne s'est pas trompé en le récompensant, même si l'ensemble de la compétition a été de belle qualité." La suite sur parismatch.com

La Hongrie taxe les transactions financières, la Banque centrale concernée

"Le parlement hongrois a adopté lundi un nouvel impôt sur les transactions financières, une taxe critiquée par la Banque centrale MNB, qui est imposée, tout comme le Trésor public.
La nouvelle taxe a été adoptée par 249 voix pour et 94 contre, selon le Parlement sur son site internet, grâce à la majorité des deux-tiers dont jouit le parti Fidesz du Premier ministre conservateur Viktor Orban.
La première version de cet impôt, qui ne concernant pas la MNB ni le Trésor, avait été annoncée fin avril par le ministre de l'Economie György Matolcsy, dans le cadre d'un plan d'austérité visant à réduire le déficit hongrois et faire lever les sanctions de Bruxelles contre Budapest, qui était sous procédure de déficit excessif depuis 2004." La suite sur lesechos.fr

lundi 9 juillet 2012

Denise René, abstraction faite

"La galeriste parisienne, qui a défendu toute sa vie les pionniers de l'abstraction géométrique, est décédée lundi.
A la manière de Léo Castelli qui a défendu le Pop Art, ou encore de Daniel-Henry Kahnweiler, qui a soutenu le cubisme, la galeriste parisienne, Denise René, a durant toute sa vie milité sans concession, au service de l'abstraction géométrique. Les Américains l'avait surnommée alors, «l'Indomptable Denise».  
De son vrai nom Denise Bleibtreu, la «Papesse de l'art abstrait», est décédée lundi à l’âge de 99 ans. A la Libération, elle avait révélé Vasarely et soutenu de nombreux pionniers de l’abstraction géométrique et du cinétisme du XXe siècle, alors très difficile à imposer, en France, surtout. En 2001, fait exceptionnel, le centre Pompidou lui a même rendu hommage, à travers l’exposition «Denise René, l’intrépide. Une galerie dans l’aventure de l’art abstrait, 1944-1978». La suite sur liberation.fr

dimanche 8 juillet 2012

3.000 personnes à la Gaypride à Budapest

"Quelque 3.000 personnes ont défilé dans le centre de Budapest lors du Budapest Pride, par une canicule intense et sous une présence renforcée de la police afin d'assurer la sécurité des membres de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres)." La suite sur 7sur7.be

samedi 7 juillet 2012

Bruce Willis, joue-la comme Mc Clane

"Un incendie s’est déclaré jeudi sur le tournage de "Die Hard 5", à Budapest. Le héros du film, Bruce Willis alias John Mc Clane, a bravé les flammes pour sauver le matériel.
Et si John Mc Clane n'était pas un rôle de composition pour Bruce Willis ? Parti pour 86 jours à Budapest afin de tourner une partie du cinquième opus de la série "Die Hard", l’acteur américain a connu hier un jeudi noir. Alors qu’il avait pris un après-midi de repos pour régler les déboires de sa fille outre-Atlantique - Tallulah, 18 ans, est mêlée dans un scandale de photos seins nus et état d’ébriété sur la voie publique – Bruce Willis a reçu un appel paniqué de l’équipe du film. Un incendie s’est déclenché dans un des immeubles en bois d’une trentaine de mètres construits spécialement pour le long-métrage." La suite sur parismatch.com

Une radio d'opposition hongroise réduite au silence

"En Hongrie, pas de place pour les médias indépendants ? Suite à une décision du puissant Conseil médiatique (MT), la radio Klubradio a été exclue d'un appel d'offre pour l'attribution d'une fréquence de diffusion. Cette décision, rapportée par l'AFP, fait fî d'une précédente délibération de la justice. Un nouvel exemple d'une dérive préoccupante contre la liberté d'expression dans le pays du président Viktor Orban." La suite sur arretsurimages.net

Le Jobbik et son "bon juif"

"Eurodéputé et membre du parti d'extrême droite antisémite Jobbik, Csanád Szegedi a des ancêtres juifs. Une révélation qui a suscité une avalanche de commentaires dans la presse. Dont ce billet ironique de Heti Világgazdaság.
Il y a donc au moins un politicien du Jobbik [le parti d’extrême droite hongrois] qui pense que la Shoah a eu lieu – mais c’est secondaire. Ce qui importe, c’est que Csanád Szegedi n’en devient pas juif pour autant - car c’est avant tout une affaire d’engagement – est juif celui qui se reconnaît comme tel. De ce point de vue, il est contradictoire qu'au même moment, la Mazsihisz [la Fédération des communautés juives de Hongrie] enquête sur les origines éventuellement non juives d’un de ses chefs. Il se peut que le régime cherche seulement l’équilibre : un Juif de plus au Jobbik, un de moins à la Mazsihisz, la balance est rétablie, il ne s’est rien passé." La suite sur courrierinternational.com

Hongrie: La Commission salue la fin du bras de fer sur la banque centrale

"La Commission européenne a salué vendredi l'adoption par le Parlement hongrois de la loi révisée confirmant l'indépendance de la banque centrale et a annoncé l'abandon de la procédure d'infraction lancée contre la Hongrie "une fois la loi entrée en vigueur".
"La Commission salue l'adoption de la loi modifiée qui répond aux préoccupations qu'elle avait exprimées", a déclaré Olivier Bailly, son porte-parole en exercice.
"Une fois que la loi adoptée sera entrée en vigueur, la Commission est prête à mettre un terme à la procédure d'infraction (ouverte contre la Hongrie). Ce sera une simple formalité", a-t-il précisé.
Cette loi doit ouvrir la voie à des négociations avec le Fond monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) sur un prêt de quelque 15 milliards d'euros." La suite sur lesechos.fr

vendredi 6 juillet 2012

Hongrie: le parlement adopte la loi révisée sur la banque centrale

"Le parlement hongrois a adopté vendredi la dernière version révisée de sa loi sur la banque centrale qui doit permettre au gouvernement d'entamer des négociations avec le Fond monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE) sur un prêt de quelque 15 milliards d'euros.
Le texte est passé sans difficulté au parlement où le parti conservateur, le fidesz, du Premier ministre Viktor Orban détient une majorité des deux-tiers: 283 députés ont voté pour, 30 contre et 3 se sont abstenus, a indiqué le parlement hongrois sur son site officiel." La suite sur lesechos.fr

Hongrie: nouveau risque pour l'indépendance de la banque centrale (gouverneur)

"Le projet du gouvernement conservateur hongrois de taxer la banque centrale nationale (MNB) constitue une nouvelle atteinte à l'indépendance de l'institution, a dénoncé son président Andras Simor dans une lettre publiée jeudi.
"Selon l'avis de la MNB, la volonté (du gouvernement de taxer la banque centrale) est une atteinte à son indépendance financière et institutionnelle", a déclaré M. Simor dans une lettre au ministre de l'Economie György Matolcsy diffusée sur le site internet de la MNB.
Le plan du gouvernement est également "anti-constitutionnel", a-t-il estimé.
Le gouvernement hongrois, qui cherche de l'argent pour financer un plan d'environ 1 milliard d'euros visant à faire baisser le chômage, envisage d'étendre son nouvel impôt sur les transactions financières à la MNB et a soumis son projet à la Banque centrale européenne (BCE)." La suite sur lesechos.fr

Extrême droite en Hongrie : Sept et Demi arrête les ventes

"En annonçant sur Facebook et par communiqué son intention d'arrêter les ventes sur la Hongrie par convictions politiques, Dominique Friedman s'est attiré la sympathie d'une grande partie de la profession.
Sept et Demi ne proposera donc plus la Hongrie, qui représente, selon Dominique Friedman, 10% de son activité. Le patron des TO Nortours et Sept et Demi estime que le pays, sous l'impulsion de son président Viktor Orban (élu en 2010), "remet aujourd’hui à l’honneur les symboles d’une période que l’on croyait à tout jamais disparue en Europe". Il évoque notamment les récentes tentatives de réhabilitation de Miklos Horthy, militaire et homme politique qui a soutenu le nazisme en son temps." La suite sur pros-du-tourisme.com

Hongrie: la radio d'opposition Klubradio perd sa fréquence

"BUDAPEST - Le tout-puissant Conseil médiatique (MT), composé uniquement de fidèles du Premier ministre conservateur, Viktor Orban, a exclu la radio d'opposition Klubradio de l'appel d'offres pour la fréquence 95,3, qu'elle avait pourtant remporté plus tôt.

Le MT a exclu Klubradio de l'appel d'offres pour sa fréquence commerciale 95,3, selon un communiqué du MT publié jeudi soir sur son site officiel.
A la mi-mars, la Cour d'Appel de Budapest avait pourtant invalidé une décision du MT de retirer cette fréquence à Klubradio. L'attribution par le Conseil médiatique de la fréquence commerciale 95,3, utilisée jusqu'ici par Klubradio, à une station inconnue, Autoradio, avait en effet été annulée par la Cour." La suite sur lexpress.fr

jeudi 5 juillet 2012

La 1ère « prison d’été » voit le jour en Hongrie

"Le gouvernement hongrois qui vient de faire voter par le parlement un nouveau code pénal beaucoup plus répressif a trouvé une parade à la surpopulation carcérale.

Comment mener une politique pénale répressive qui emprisonne pour des délits mineurs tout en réduisant la charge que représentent les détenus pour la société ? Désormais, c’est à la belle saison et dans des prisons dénuées d’électricité que les personnes condamnées à de courtes peines devront payer leur dette à la société." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: Viktor Orban veut une aide américaine contre l'antisémitisme

"Le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban a demandé l'aide des députés américains pour combattre des "provocations antisémites" venant selon lui d'un site internet hongrois opérant depuis les Etats-Unis, dans une lettre adressée au Congrès rendue publique mercredi.

Une cinquantaine de membres du Congrès américain avaient envoyé le 21 juin une lettre au chef de gouvernement hongrois lui demandant de condamner clairement toute forme d'antisémitisme, après la multiplication d'incidents ces dernières semaines, rappelle l'agence officielle MTI." La suite sur ejpress.org

mercredi 4 juillet 2012

La Hongrie veut taxer les transactions de sa banque centrale

"Le gouvernement hongrois envisage d'étendre son nouvel impôt sur les transactions financières à la banque centrale nationale (MNB) et a soumis ce projet à la Banque centrale européenne (BCE), a-t-on appris mercredi auprès de la MNB.

Le gouvernement nous a informés, comme la Banque centrale européenne (BCE), de son plan de taxer la MNB via son nouvel impôt sur les transactions financières, a déclaré mercredi à l'AFP une porte-parole de la banque centrale hongroise.

Le président de la MNB Andras Simor, notoirement en froid avec le pouvoir, avait qualifié ce projet d'illégal, dangeureux et incompréhensible." La suite sur lesechos.fr

Alerte rouge canicule en Europe de l'est - Hongrie

"De l'air particulièrement chaud remonte actuellement sur la partie est de l'Europe. La Serbie, la Hongrie, la Slovaquie et la partie sud-est de la Pologne sont en alerte rouge en raison des températures caniculaires attendues pendant plusieurs jours.

Hier on a relevé 34,6°C à Tarnow (Pologne), 36,1°C à Bratislava (Slovaquie), 36,3°C à Budapest (Hongrie), 37°C à Baja (Hongrie) et 37,4°C à Papa (Hongrie). Entre mercredi et vendredi, les températures vont encore monter d'un cran avec des pics à plus de 40°C à l'ombre." La suite sur lachainemeteo.com

Soirée des Mardis hongrois de Paris 3 juillet 2012 - Les images













Hongrie: excédent commercial en nette baisse en avril

"L'excédent commercial de la Hongrie s'est nettement réduit en avril, affichant à 379,4 millions d'euros, en raison d'une chute des exportations, selon des chiffres définitifs diffusés mardi par le Bureau central des statistiques (KSH)." La suite sur lesechos.fr

mardi 3 juillet 2012

En Hongrie, le passé fasciste recomposé par la droite

"Récit - Statues, changements de noms de rues, hommages… Le gouvernement populiste réhabilite la période autoritaire et antisémite de 1920 à 1944. 
En pleine crise identitaire, la droite hongroise ressort des oubliettes le fantôme d’un politicien au rôle très controversé et à la poitrine des plus médaillées, l’amiral Miklos Horthy. Déjà, depuis son retour aux affaires en 2010, Viktor Orban, chef de la droite populiste, inquiétait l’Europe. Sa remise à l’honneur de la symbolique de l’ère Horthy ne peut qu’accentuer ce désamour. Le régime autoritaire que présida Horthy de 1920 à 1944 fut celui qui adopta les premières lois antijuives en... " La suite sur liberation.fr

Sur la blogosphère : Vues de Budapest - Hongrie

L'auteur de ce blog se présente : "Découvrir Budapest et la Hongrie en tant que touriste est une très bonne idée. Y vivre est une expérience enrichissante qui ne laisse personne de marbre. C'est pour cela que mon blog a, modestement, pour objectif de vous aider à découvrir cette ville et ce pays qui me tiennent tant à cœur. Il a également pour vocation d'être une plate-forme d'informations sur les manifestations culturelles francophones ! Je me garde le plaisir de vous parler d'autres choses que j'aime comme les BD ou le FLE."
vuesdebudapesthongrie.com

Et l'un de nos lecteurs nous recommande en particulier ces 4 fils:

Tu sais que tu es hongrois (ou presque) quand... 1/4

Tu sais que tu es hongrois (ou presque) quand...2/4
 
Tu sais que tu es hongrois (ou presque) quand... 3/4

Tu sais que tu es hongrois (ou presque) quand... 4/4

Une rupture de canalisation inonde toute une rue à Budapest (vidéo)

"Une canalisation d’eau a éclaté dans une rue de Budapest, en Hongrie, causant une inondation. Les images prises par un amateur sont impressionnantes.
Une canalisation a éclaté dans une rue de Budapest. Immédiatement, des torrents d’eau ont jailli du sol. En quelques secondes à peine, la rue s’est retrouvée complètement inondée. Le trafic a été suspendu.

La rue s’effondre

Les dégâts causés par cette rupture de canalisation sont impressionnants. La chaussée s’est effondrée et quelques voitures ont été endommagées. Après les inondations, il restait un trou de 15 mètres de diamètre au milieu de la rue." Source rtl.be pour voir aussi la vidéo

Hongrie : plan de 1,05 milliard d'euros

"Le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban, a annoncé lundi devant les députés un plan de 300 milliards de forints (1,05 milliard d'euros), pour faire baisser le chômage. "Une dernière version de l'impôt sur les transactions financières", dont les contours doivent encore être définis, devra permettre de financer ces mesures, selon Viktor Orban.

Le Premier ministre espère déposer le projet de loi avant la fin de la session parlementaire en juillet, pour un débat en septembre. Le gouvernement hongrois souhaite réduire de moitié les charges patronales pour l'emploi d'une personne de moins de 25 ans ou plus de 55 ans. Cette mesure sera également valable pour les personnes sans formation." La suite sur lefigaro.fr

lundi 2 juillet 2012

En Hongrie, l'art est mis au service de la fierté nationale

"Un défilé de mannequins vêtus de tenues inspirées du folklore hongrois devant l'imposante bâtisse du parlement à Budapest illustre un nouvel effort du gouvernement conservateur pour propager une certaine fierté nationale par le biais de l'art et de la culture.
L'événement, organisé et financé par le gouvernement, récompensait les vainqueurs d'un concours intitulé "Re-boutonné, le Hongrois est en vogue".

Il s'est tenu le 4 juin, jour de "l'Unité nationale" introduit par le Premier ministre conservateur, Viktor Orban, peu après son arrivée au pouvoir en mai 2010.
Ce jour commémore la signature en 1920 du Traité de Trianon, qui a contraint la Hongrie à céder les deux tiers de ses territoires. La fête vise à rappeler à tous les Hongrois qu'ils restent tous unis malgré la séparation qu'a imposée ce traité." La suite sur liberation.fr