dimanche 31 mars 2013

Bref entretien avec l’artiste hongrois, István Nádler lors de l’édition 2013 d’Art Paris Art Fair

"L’un des artistes majeurs de la scène contemporaine hongroise, István Nádler, participe à l’édition 2013 d’Art Paris Art Fair, il est exposé par la galerie Várfok (stand E2). Né en 1938 à Visegrad, sa carrière est l’une des plus proéminentes de Hongrie. Il a d’abord étudié à l’Université hongroise des beaux-arts à Budapest, puis subventionné par la Fondation Károlyi, il alla visiter l’Europe tout en poursuivant ses études d’art, notamment en Italie puis en Allemagne. Son œuvre qui traverse un demi-siècle connaît de multiples périodes évolutives, naturellement distinctes, pendant lesquelles l’artiste reste à la recherche de moyens d’expression de la relation dualiste entre le monde immanent et le monde transcendent." La suite sur artmediaagency.com

samedi 30 mars 2013

Soupe populaire à Budapest

Images de files d'attente d'une incroyable longueur à la soupe populaire à Budapest.
A voir sur hvg.hu

Rocco Siffredi: porno food nei ristoranti "Rocco World"?

"L'attore porno Rocco Siffredi insieme alla moglie Rosa Caracciolo lancia la catena di ristoranti a tema "Rocco World". Il primo sarà aperto in Ungheria, nella capitale Budapest. Prossime città di apertura sono Praga, Londra e Roma." La suite (en italien) sur melty.it

L'île des rêves de Sandor Ferenczi : rien que la pulsion de vie

L'île des rêves de Sàndor Ferenczi
En septembre 1931, Sàndor Ferenczi écrit à Freud : « J'étais et je suis encore plongé dans un difficile « travail de clarification » intérieur et extérieur, et aussi scientifique. » En mai 1932, Freud lui répond en évoquant « l'île des rêves où vous demeurez avec vos enfants fantasmatiques ». Ces deux remarques font référence aux quelque deux cents notes, presque toutes datées, que Ferenczi a rédigées entre 1930 et fin 1932, et que sa mort a interrompues. C'est ce corpus que José Jiménez Avello étudie. Il en extrait la richesse et la pertinence du questionnement de l'analyste pour les développements futurs de la psychanalyse. Plus particulièrement, la remise en cause de la pulsion de mort (contre le pessimisme de Freud), la place accordée aux émotions de l'analyste (contre la neutralité et l'abstinence freudiennes), ainsi que l'ouverture à un contrôle possible du contre-transfert. Mais ce qui retient aussi l'attention du lecteur, c'est l'originalité du projet de Ferenczi, le travail de la pensée qui cherche, qui s'interroge, qui tâtonne, l'extraordinaire liberté de ton et de parole où se mêlent l'analyse, la confidence et l'auto-analyse.
Auteur(s) : José Jiménez Avello
Edition : Campagne première
Date de parution : 27/03/2013
Nb de pages : 240
Prix : 25 €
ISBN : 978-2-915789-89-8
Source : lalibrairie.com

Clara Royer, Le Royaume littéraire. Quêtes d'identité d'une génération d'écrivains juifs de l'entre-deux guerres. Hongrie, Slovaquie, Transylvanie

"Référence(s) :
Clara Royer, Le Royaume littéraire. Quêtes d'identité d'une génération d'écrivains juifs de l'entre-deux guerres. Hongrie, Slovaquie, Transylvanie, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque d'études juives », 2011, 544 p.
« Mon sang est juif, ma peau hongroise, et je suis un homme » (Aladar Komlós, 1892-1982, critique littéraire, rescapé des camps de la mort). « Ma judéité : mon sang, mon esprit : le destin millénaire de mes aïeux. La magyarité : mon toit, ma langue. Mon écriture : le destin de mon œuvre » (Karoly Pap, 1897 ; Bergen-Belsen 1945, romancier). Parmi d'autres, ces témoignages d'écrivains juifs-hongrois, plongés, après la Grande Guerre, dans le vaste creuset d'une Europe centrale en pleine recomposition, qui voit la Hongrie perdre, après le traité de Trianon (1920), les deux tiers de son territoire, et 60 % de sa population. « Hongrie mutilée », lourde ainsi de toutes les rancœurs et colères. Et ceci, démographie paradoxale : par le jeu de ces reconfigurations, il est, dans la Hongrie nouvelle, proportionnellement plus de Juifs qu'avant son démantèlement. Majoritairement modernistes (« néologues ») implantés surtout à Budapest – les orthodoxes constituant 30 % des Juifs, de préférence en province. Sous les chiffres, la difficile constitution, pour les écrivains juifs, d'une identité." La suite sur revues.org

Daniel Vidal, « Clara Royer, Le Royaume littéraire. Quêtes d'identité d'une génération d'écrivains juifs de l'entre-deux guerres. Hongrie, Slovaquie, Transylvanie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 160 | octobre-décembre 2012, mis en ligne le 29 mars 2013, consulté le 29 mars 2013. URL : http://assr.revues.org/24714

Dark Vador et l’art hongrois : les toiles de la mort

"Que se passe-t-il quand les autorités déçoivent les citoyens ? En Hongrie, les artistes ont décidé de prendre les choses en main et ont involontairement créé un nouveau mouvement d’art contemporain en se joignant aux manifestants devant le centre d’art contemporain de la ville, sujet à controverse.
Le critique d’art József Mélyi s’esclaffe en voyant l’artiste sortir un masque de Dark Vador de son sac et l’enfiler, une cigarette en équilibre à la main. Szabó monte les marches du Kunsthalle Budapest (Mucsarnok) et se place entre les imposantes colonnes qui bordent l’entrée. Il met les mains sur les hanches pendant que la photographe, Dorottya Vékony, prend des photos. Que penserait St Étienne, patron des arts représenté dans la mosaïque au-dessus de lui, en contemplant cet homme vêtu de noir ?" La suite sur cafebabel.fr

Prime au fascisme en Hongrie

"Mais où était donc, ces dernières années, le ministre hongrois des ressources humaines (un super-ministère incluant la culture) pour soi-disant ignorer à quel point le journaliste Ferenc Szaniszlo était peu fréquentable ? Le 15 mars - jour de la fête nationale, qui marque le début de la révolution de 1848 contre les Habsbourg -, le souriant Zoltan Balog, pasteur calviniste de son état, a hardiment remis à Szaniszlo le prix Tancsics, la plus haute récompense pour un journaliste. Or Szaniszlo, qui travaille pour la chaîne Echo TV, l'une des tribunes favorites des néofascistes en Hongrie, est connu pour ses déclarations racistes et antisémites ! Ce journaliste de choc, qui a traité à l'antenne les Tziganes de "singes", a tellement défrayé la chronique que le Conseil supérieur des médias hongrois, en général plus sensible au sort des animaux qu'à celui des minorités ethniques, s'est vu contraint en 2011 d'infliger une amende à Echo TV. Et ce n'est pas tout : Szaniszlo a également joué sur la similitude entre les mots szemet (ordure) et szemita (sémite). Il s'est donc proclamé anti-szemet parce que ces szemetek..." La suite sur lemonde.fr (sur abonnement)

Budapest, champ de ruines culturel

"Jadis créative et florissante, la scène culturelle hongroise est aujourd’hui régie par les valeurs nationales défendues par le gouvernement. Le cri d’alarme d’une journaliste hongroise qui a quitté son pays pour l’Allemagne.
Qui change de pays change son âme, dit-on en Hongrie. Or, au cours des deux ans et demi qui viennent de s’écouler, un demi-million de Hongrois se sont expatriés dans le monde entier, soit deux fois plus que lors de la vague de répression qui a suivi le soulèvement de 1956. C’est beaucoup pour un pays qui compte à peine dix millions d’habitants.
J’ai décidé à mon tour de ne plus tolérer la situation. Les raisons de ce choix ne manquent pas : l’argent, les perspectives d’avenir, et surtout le sentiment d’étouffer dans la Hongrie d’aujourd’hui." La suite sur presseurop.eu

vendredi 29 mars 2013

Josef Nadj au 104 avec ATEM le souffle

Chorégraphe réputé mondialement, Josef Nadj présente du 3 au 28 avril 2013 sa nouvelle pièce, ATEM le souffle, en duo avec la danseuse Anne‑Sophie Lancelin.
Inspiré dans ses motifs par le graveur Albrecht Dürer et le poète Paul Celan, Josef Nadj propose une chorégraphie troublante qui explore les replis de la mémoire et des songes pour établir un tableau vivant de mondes intérieur « dans l’écrin d’une petite boîte noire éclairée aux bougies et révèle, par-delà l’invisible, les vibrations de l’image-mouvement, invitant le public à voir autrement, à partager ces instants dérobés à la fuite du temps ».
Dans une petite pièce sombre semblable à un salon éclairé par quelques bougies tremblantes, Nadj et Lancelin offrent un duo de corps intriqués, en contact presque permanent, comme la valse de deux âmes meurtries par ce qu’elles découvrent en elle-mêmes.
Dans cette chorégraphie, le directeur du centre chorégraphique national d’Orléans fait de nouveau équipe avec la danseuse Anne‑Sophie Lancelin et avec le compositeur Alain Mahé, qui délivre ici une musique originale aux résonances viscérales.
Atem le souffle
Du 3 au 28 avril 2013
Le 104
adresse
5 rue Curial 75019 Paris

Communiqué de presse
Josef Nadj
ATEM le souffle

Avec le Théâtre de la Ville

C'est au revers du réel, dans le tremblé singulier des songes, que Josef Nadj crayonne la vision furtive de ses mondes intérieurs. Maraudeur à la croisée des genres, le chorégraphe fouille les plis de la mémoire et les brèches de l'imaginaire, descelle les mystères fichés au cœur de l'existence… autant d'indices et de signes qu'il noue selon d'intimes correspondances et résonances pour inscrire à mêmes les sens le trouble de l'expérience de vivre.

Dans ATEM le souffle, il tire ses motifs de Melencolia I, gravure sur cuivre de Dürer, maître de l'art du détail réaliste, qu'il mêle à la poésie de Paul Celan, compagnon d'insomnie depuis son adolescence.

Poursuivant sa collaboration avec la danseuse Anne-Sophie Lancelin et le créateur sonore Alain Mahé, il compose un tableau vivant dans l'écrin d'une petite boîte noire éclairée aux bougies et révèle, par-delà l'invisible, les vibrations de l'image-mouvement, invitant le public à voir autrement, à partager ces instants dérobés à la fuite du temps.

par Gwénola David

Chorégraphie:
Josef Nadj, Anne-Sophie Lancelin
Musique originale: Alain Mahé
Assisté de Pascal Seixas
Musiciens: Alain Mahé ou Pascal Seixas
Interprètes: Anne‑Sophie Lancelin, Josef Nadj
Costumes: Aleksandra Pešić
Accessoires: László Dobó
Régie générale: Alexandre de Monte
Construction du décor: Clément Dirat, Julien Fleureau

Informations
Josef Nadj, ATEM le souffle.
Les 03, 04, 05, 09, 10, 11, 12, 17, 18, 19, 24, 25 et 26 avril à 18h30 et 21h30
Les 06, 07, 20, 21, 27 et 28 avril à 15h et 21h30
Le 13 avril à 15h
Le 14 avril à 20h30

Source : evous.fr et paris-art.com

jeudi 28 mars 2013

Voyage aux marges de Schengen

"L’intégration de pays de l’Est à l’Union européenne, en 2004, et le gommage progressif des barrières frontalières devaient atténuer la résurgence des identités nationales observée au début des années 1990. Pourtant, en Hongrie et en Slovaquie, comme de l’autre côté de la « muraille Schengen », en Ukraine, les populations restent prisonnières de stratégies politiques qui instrumentalisent les questions identitaires." La suite sur monde-diplomatique.fr

Alice Zeniter: "Avant même la première ligne, j'ai déjà vécu avec mes personnages"

"Cette jeune romancière, en lice pour le Prix de la Closerie des Lilas 2013, publie son troisième roman Sombre dimanche aux éditions Albin Michel. Rencontre.
Elle s'est fait connaître en publiant Jusque dans nos bras (Albin Michel, 2010). Depuis la jeune romancière de 26 ans, aux grands yeux noisette et au teint clair, ne cesse de briller: elles est sélectionnée pour divers prix littéraires dont le prix de la Closerie des Lilas, remis le 9 avril prochain. Dans Sombre dimanche, le troisième roman d'Alice Zeniter, le lecteur suit quinze ans de la vie d'une famille de trois générations, avec les instants vécus qui laissent place à la mélancolie et aux tristes souvenirs. Ce sont aussi près de cinquante ans d'une Hongrie sous l'emprise soviétique." La suite sur lexpress.fr

Hongrie: quand la démocratie se trouve prise au piège de la loi

Par Pierre Waline
"Originaire de Transylvanie, le philosophe, écrivain et homme politique hongrois Gáspár-Miklós Tamás constitue l’une des figures les plus en vue de son pays, au point d’être connu de tous ses compatriotes sous les initiales TGM (*). Ancien député libéral, il s’est rapidement  orienté à gauche pour défendre des idées en partie inspirées de mouvements proches du marxisme (**). Malgré ses prises de position souvent radicales, il n’en demeure pas moins une personnalité incontestablement  respectée et écoutée dans les milieux de l’opposition démocratique hongroise." La suite sur francianyelv.hu
(*): le nom précédant le prénom en hongrois
(**): co-fondateur de l’ATTAC Hongrie.

mercredi 27 mars 2013

Nekem Budapest : le cinéma hongrois n’est pas mort !

"Nekem Budapest (Meanwhile in Budapest) est le premier film hongrois de l’année 2013 sorti sur les écrans : un recueil de 8 courts métrages avec un sujet en commun, Budapest.
En 2013, le financement du cinéma hongrois est un problème fondamental qui préoccupe constamment les cinéastes. Après la fin du système de soutien du Magyar Mozgókép Közalapítvány (Fondation Magyare de l’Image Animé), l’unique institution majeure qui finance les films est le Magyar Nemzeti Filmalap (Fond de soutien Magyar National) dont le budget est fondé sur les taxes liées à la loterie. Ce changement a bouleversé le système et pendant deux ans il n’y a pas eu de soutien institutionnel à la production cinématographique." La suite sur hu-lala.org

Le gouvernement rappelle les jeunes Hongrois

"La Fondation « Reviens », avec le soutien du Ministère des ressources humaines (Emmi), vient de lancer un Centre d’orientation dont le but est de fournir, à titre gratuit, des informations pratiques, des conseils d’orientation professionnelle et du soutien moral aux jeunes Hongrois qui souhaitent rentrer en Hongrie – a annoncé jeudi Sandra Csontos, porte-parole de la fondation, lors d’une conférence de presse à Budapest." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: la Banque centrale abaisse son taux directeur de 25 points de base à 5,00%

"La Banque centrale hongroise (MNB) a annoncé mardi une baisse de son principal taux directeur d'un quart de point à 5,00%, la huitième réduction consécutive.

Le Conseil monétaire de la Banque centrale a décidé de baisser le taux de base de 25 points de base à 5,00%, a indiqué la MNB sur son site internet. Ce nouvel assouplissement monétaire était attendu par la majorité des économistes." La suite sur romandie.com

Ambassadeur de Hongrie à Liège: une visite déplacée?

"LIÈGE - La venue à Liège de l’ambassadeur de Hongrie en Belgique, le 20 mars dernier, fait grincer quelques dents dans les rangs politiques liégeois. Sa venue était-elle opportune, alors que le gouvernement de Viktor Orbán est critiqué de toutes parts?
Le 20 mars dernier, un déjeuner était offert à l’Hôtel de Ville de Liège et une réception était organisée dans le cadre de la venue à Liège de l’ambassadeur de Hongrie en Belgique et au Grand-Duché du Luxembourg, Tamás Iván Kovács." La suite sur lavenir.net

Hongrie/électricité: les fournisseurs obtiennent gain de cause contre le gouvernement

"Les six grands fournisseurs d'électricité en Hongrie ont obtenu gain de cause devant la justice contre le gouvernement, qui avait imposé une baisse de 10% des prix de l'électricité, du gaz et du chauffage en décembre 2012, à compter du 1er janvier 2013.
"Le Tribunal de Budapest a ordonné à l'Office hongrois de l'Energie MEH -- représentant le gouvernement -- d'entamer une nouvelle procédure" pour évaluer le niveau des prix, a expliqué mardi la justice hongroise." La suite sur lesechos.fr

mardi 26 mars 2013

Concert d’hommage à Blandine Ollivier de Prévaux et Roch Serra 4 avril à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Concert en hommage de Blandine Ollivier de Prévaux (arrière-petite-fille de Franz Liszt) et Roch Serra (ancien secrétaire général de l’Association Française Franz Liszt) avec la participation de Károly Mocsári, pianiste, conseiller artistique de l’Association Française Franz Liszt et Bruno Moysan musicologue, Président de l’Association Française Franz Liszt.
Pianiste de classe internationale, Károly Mocsári a donné des récitals dans plus d'une trentaine de pays dont la France (Auditorium du Louvre, Salle Cortot, Salle Gaveau, Théâtre de la Ville ou Théâtre des Champs Elysées). Il a travaillé avec des chefs d'orchestre et solistes réputés comme Youri Bashmet, Sir Andrew Davis, David Grimal, Barbara Hendricks, Zoltán Kocsis, Kobayashi Ken-Ichiro, Sergei Nakariakov, Miklós Perényi, Mstislav Rostropovitch, Vladimir Spivakov, Tamás Vásáry, les quatuors Auer, Keller, Takács, Tokyo...
Programme :
Debussy : Ballade Chopin: Ballade No. 2.
Liszt : Sancta Dorothea Debussy: 1ère Arabesque
Liszt : Valse oubliée No. 1. Debussy: Valse, La plus que lente
Liszt : La Vallée d`Obermann
Debussy : L`isle joyeuse
Entrée : 15/7€

Mouvements (In)Temporels Acryliques Par Alexandre BARTHA du 23 mars au 13 avril 2013

Les Prisonniers de l’Espace - 1989

Mouvements
(In)Temporels
Acryliques
Par Alexandre BARTHA
Galerie de la
Cité  de l’Eau

Amphion - Ville de Publier (74500)

Exposition du 23 mars au 13 avril 2013
Du lundi au vendredi de 14h. à 19h.
Samedi de 14h. à 18h.
Tél. 04 50 81 40 70 - Fax 04 50 81 41 71

Un Hongrois pour arbitrer France-Espagne

"Pour arbitrer la rencontre entre la France et l'Espagne, mardi soir, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, l'UEFA a désigné Viktor Kassai. Agé de 37 ans, M.Kassai est de nationalité hongroise et sera accompagné de deux de ses compatriotes Gabor Eros et Gyorgy Ring. Il a notamment officié lors de la demi-finale de la Coupe du monde 2010 entre l'Espagne et l'Allemagne, remportée par la Furia Roja (1-0)." Source : sport.fr

La Hongrie évoluera lorsqu’elle laissera son passé derrière elle

"La Hongrie stagne dans une phase de développement postcoloniale, non pas seulement à cause de la montée en puissance de la droite, mais également en raison d’éternels conflits internes et d’une vision élégiaque de son passé.
Budapest vit 24h/24. Les endroits où aller sont multiples : de la taverne hongroise basique Söröző, aux boites plus très populaires mais très chères. Quelque soit votre choix, vous pourrez à loisir atténuer votre gueule de bois à l’aide d’un bon kebab dès les premières heures du matin. Ces échoppes sont omniprésentes, et la plupart de leurs propriétaires sont des immigrés. Lorsque je demande aux Hongrois comment ils se sentent dans leur pays, la plupart répondent qu’ils s’y sentaient mieux « avant ». " La suite sur cafebabel.fr

Le renouveau de la musique ancienne en Hongrie : le Messie de Händel au Müpa

"Le chef d’orchestre György Vashegyi est sans aucun doute un personnage de premier plan dans le renouveau de la musique ancienne en Hongrie. Né en 1970, Vashegyi a terminé ses études de chef d’orchestre en 1993 à l’Académie de Musique Ferenc Liszt sous la direction de Ervin Lukács. Très influencé par deux géants de la musique ancienne, John Eliot Gardiner et Helmuth Riling, il se tourne rapidement vers l’interprétation des grands compositeurs classiques comme les membres de la famille Bach, Buxtehude, Monteverdi, Rameau, Telemann, Haydn ou Händel." La suite sur hu-lala.org

lundi 25 mars 2013

Invitation MILF du 19 mars 2013 au 15 avril 2013 à Vitry-sur-Seine

© Piroska Simonyi
En mars-avril nous accueillons la création en résidence de MILF, pièce chorégraphique de Katalin Patkai, en collaboration avec le graphiste Frédéric Teschner. MILF est un conte futuriste, une promenade sans but «  dans des mondes inconnus et invisibles  ». Cela se passe dans un NO MAN’S LAND, à entendre par land of women, terre de femmes, terre de feu.
Un petit îlot répandu « Dans les forêts, dans les villes en braises rouges, au-dessus de la mer, sur les collines parfumées… » C’est là. Il faut se déchausser, se camoufler et se tapir, ne plus faire un bruit, chut, à coup sûr, Elles viennent.

chorégraphie Katalin Patkaï
collaboration artistique Frédéric Teschner
avec 
Anna d’Annunzio 
Justine Bernachon 
Zsuzsa Féjer
Katalin Patkaï
lumières Benjamin Boiffier
son Pierre-Damien Crosson
masques et animaux Aurélien Boiffier
coproduction Studio-Théâtre de Vitry, En avoir ou pas, CCAS, KBOX & CO, avec le soutien de l'ADAMI mécénat Diderot RealEstate

Katalin Patkaï
Fille du sculpteur hongrois Ervin Patkaï, Katalin cherche avant tout à fuir une filiation trop évidente en s'inscrivant à la Sorbonne. Après une licence de lettres modernes, elle passe le concours de l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Paris. En 2000, avec son diplôme de scénographe, elle s'engage dans la danse contemporaine qu'elle vient de découvrir : d'abord comme scénographe auprès des chorégraphes Arco Renz, Marion Ballester et Marie-Jo Faggianelli, puis avec ses propres pièces : Spatialisation sonore pour un danseur (2002), qui soude une collaboration avec l'interprète et chorégraphe flamand Ugo Dehaes.
Vient ensuite X'XY (2004), Appropriate clothing must be worn (2006), Rock Identity (2007), Sisters (2008), la même année Daniel Larrieu lui remet le prix SACD du Nouveau talent chorégraphique. Puis, de sa rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Yves-Noël Genod, naît C'est pas pour les cochons (2009), une fable improbable qui réconcilie Nature et Artifice, Rousseau et Baudelaire.
Réservation auprès du théâtre :

STUDIO-THÉÂTRE DE VITRY 
          
18, av. de l'Insurrection
94400 Vitry-sur-Seine
01 46 81 75 50
studio.theatre.vitry@wanadoo.fr
www.studiotheatre.fr

Bartók et Schiff : deux grands artistes, deux grands Hongrois, deux époques, une même décision…

"Depuis plusieurs années, Zoltán Kocsis et son orchestre honore l’anniversaire de Béla Bartók d’un grand concert au Palais des Arts (Müpa). Cette année, le 25 mars, le chef a choisi le Concerto (écrit en 1943) du grand compositeur hongrois et le concerto no. 4 pour piano en sol majeur de Beethoven avec le pianiste italien Andrea Lucchesini." La suite sur hu-lala.org

dimanche 24 mars 2013

ARRRT, Nobody ‘s Perfect, une exposition signée


Repéré sur le radar de nombreux collectionneurs internationaux, Anton Molnàr, peintre hongrois basé à Paris, nous avait dévoilé une maitrise technique remarquable à travers ses portraits, natures mortes et odalisques. A l'occasion de sa nouvelle exposition à Budapest en mai 2013, il nous propose une toute nouvelle facette de son univers artistique. Le jeu. Mais pas n'importe quel jeu.
Au fil de cette nouvelle collection les ambiances "Molnaresque" côtoient des bolides déjantés, acidulés, ironiquement séduisants. Le sujet central de l'oeuvre d'Anton Molnàr est l'Homme. L'humanité, dans son "génialisme" et parfois dans son absurdité, se pose en fil conducteur de cette nouvelle collection surprenante d'audace.
Le 3 mai 2013, la Perle du Danube sera le théâtre d’un événement artistique hors du commun. Inspiré par les défilés Haute Couture, le vernissage prendra des allures de spectacle. Tel le met étoilé sublimé par un grand cru, chaque oeuvre sera dévoilé au rythme d’une musique soigneusement sélectionnée par l’artiste. Anton Molnàr jongle avec les émotions, bouscule les sensations. Il utilise la musique comme amplificateur du message transporté par sa toile.
70 rue de Vàci, les places sont numérotées, les tableaux drapés, le ballet peut commencer.

Forgalmi Dugo - Traffic Jam (80 x 80 cm)

On est avant tout frappé par la multitude de couleurs et de formes qui se croisent à cette intersection imaginaire. La rondeur des bolides aux couleurs flamboyantes donne envie de marcher vers la toile pour en saisir les objets. Au milieu de ce tumulte cosmopolite, on remarque qu'aucun regard ne se rencontre. Ces voyageurs miniatures avanceraient avec une détermination féroce s’ils n’étaient pas des obstacles les uns pour les autres. Mais en attendant ils sont bel et bien coincés, pour notre plus grand plaisir.

Other side of Boulevard (120 x 120 cm)

En un clin d'oeil on reconnait Cuba et sa sublime décadence. Des palais grandioses aux couleurs chatoyantes, mais dont la surface accuse le passage du temps et de l'histoire. En contraste avec la décrépitude des édifices, soulignant le paradoxe du lieu, on remarque quelques passants détendus, discutant au soleil, au pied d'un monument rose saumon.

Arrrt Shoes (100 x 100 cm)

Élégantes, décontractées ou assurément "trashy", les chaussures du peintre sont autant de personnifications de l'artiste. Il ne s'agit pas là de n'importe quel emblème. Car non contente de représenter leur propriétaire, elles l’accompagnent chaque jour et deviennent les témoins constants de sa vie. Ce n'est pas par hasard que l'on trouve nombre de "portrait de chaussures" dans l'oeuvre de Van Gogh, et que Lucian Freud peint l'un de ses plus célèbres autoportraits "Painter working, Reflection" vêtu uniquement de ses chaussures.

Exposition ARRRT : Nobody’s Perfect par Anton Molnàr
Du 4 au 19 mai 2013, Gallery Gefrodinspex
70 Vàci Utca 1056 Budapest Hongrie, horaires d’ouverture : 11h- 19h

Photos et invitation sur demande
www.antonmolnar.com (inauguration 1er Mai 2013)
www.gefrodinspexgallery.com

Biographie d’Anton Molnàr
Né à Budapest en 1957, Anton Molnar a passé son enfance en Hongrie et en Afrique. Après avoir intégré l’Académie des Beaux-Arts de Hongrie en 1979, il est diplômé en 1983 et poursuit sa formation par une spécialité en fresque et art mural.
En 1986 il est diplômé en peinture, anatomie, fresque et histoire de l’art. Au terme d’expositions en Hongrie et à l’étranger, l’ONU lui offre un poste de graphiste à Genève en 1986.
En 1988 Anton Molnar s’installe en France avec sa famille et poursuit ses expositions. Il découvre un pays où l’art est libre de s’exprimer. A travers ses oeuvres, l’artiste cherche à représenter l’atmosphère autour de lui à la fin du XXème siècle, sa vision mêlant les cultures et les émotions.
A une technique et une formation classiques se mêle une approche contemporaine rendant ses oeuvres si singulières. Il considère que la peinture est un art de vivre, son mode d’expression, sans jamais cesser de s’interroger et de se juger.
Aujourd’hui ses travaux font partie d’importantes collections en Asie, en Amérique et en Europe.

samedi 23 mars 2013

Les étudiants à Budapest : nuit et brouillard

"Depuis près d’un mois, la faculté de lettres est occupée par une poignée d’étudiants qui demandent au gouvernement Orbàn de rétablir les fonds de l’Etat destinés à l’instruction et le droit d’étudier gratuitement. Chronique de 5 nuits d’occupation entre débats, délires de bibliothèques et Palinka." La suite sur cafebabel.fr

La pop hongroise protéiforme de Sziámi

"Sziámi est un artiste qui ne laisse personne indifférent en Hongrie: la dévotion de ses thuriféraires n’a d’égal que le rejet dont il est victime de la part de ses détracteurs. Il faut dire que Sziámi, Péter Müller de son vrai nom, a le chic pour mettre le doigt sur les contradictions de la société hongroise, flétrissant tour à tour les absurdités de la « dictature molle » de János Kádár (1956-1988), les errances politiques de la Hongrie post-communiste, l’antisémitisme décomplexé de la droite magyar, etc. Beaucoup lui reprochent, pêle-mêle, son humour iconoclaste, sa judéité, son omniprésence dans le domaine culturel (il est le fondateur du festival Sziget, un des plus grands festivals rock européens, et a occupé des postes importants dans les administrations de divers opéras), et le fait d’avoir trop bien réussi sa conversion au moment du changement de régime, d’avoir gardé une certaine popularité contre vents et marées." La suite sur eurock.blogs.liberation.fr

Hongrie/électricité: Viktor Orban prêt à faire baisser les prix "de force"

"Le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban, veut poursuivre sa politique de baisse des prix de l'électricité, du gaz et du chauffage "par la force" si nécessaire, a-t-il déclaré vendredi à la radio nationale MR1, en référence aux protestations des fournisseurs.
"Si une coopération n'est pas possible entre le gouvernement et les fournisseurs, le cabinet poursuivra la baisse des prix des services publics par la force, pour les faire descendre sous le niveau de la moyenne européenne", a déclaré M. Orban.
Les fournisseurs en Hongrie sont des filiales des groupes internationaux tels que RWE et EnBW (Allemagne), ou encore ENI (Italie)." La suite sur lesechos.fr

Hongrie. Heurts entre police et supporteurs après un match à huis clos

"Des heurts ont opposé des supporteurs de l’équipe de football de Hongrie aux forces de police vendredi aux abords du stade Ferenc Puskas de Budapest, où la Hongrie et la Roumanie ont fait match nul (2-2) lors d’un match de qualification pour le Mondial-2014. Le match s’est disputé à huis clos, à la suite d’incidents racistes et antisémites lors d’un match précédant entre la Hongrie et Israël." La suite sur ouest-france.fr

FOOTBALL • Roumanie-Hongrie, chronique d’une rivalité sans fin

"La Hongrie et la Roumanie s'affrontent ce vendredi soir en match de qualification du Mondial 2014. Ce match, programmé à Budapest, est classé à haut risque et se jouera – c'est une première – à huis clos. Qmagazine revient sur le contentieux historique entre les deux pays.
Rappelons d’abord qu'environ 1,26 million de Sicules [population de langue magyare habitant les districts de Covasna, Harghita et Mures, au centre du pays] vivent sur le territoire roumain (sur 21 millions de personnes). Puis, que le conflit entre les deux pays remonte à leur lutte commune contre l’Empire ottoman. Après le départ des Ottomans, la Transylvanie devint une partie de l’Empire austro-hongrois, tandis que la Roumanie indépendante fut formée par les principautés de Valachie et de Moldavie." La suite sur courrierinternational.com

Salon du livre 23 mars 2013





vendredi 22 mars 2013

“Szaniszló a rendu sa décoration”

"Le ministre des Ressources humaines Zoltán Balog a exigé que le présentateur de télévision Ferenc Szaniszló rende la médaille du prix de journalisme Táncsics qu’il lui avait pourtant remise une semaine auparavant. Szaniszló s’est exécuté ce 20 mars.
La récompense avait suscité des commentaires scandalisés dans la presse européenne, et les protestations de l’ambassadeur d’Israël en Hongrie, car Szaniszló fait l’objet de plusieurs plaintes pour des propos antisémites et anti-Rom.
Plusieurs journalistes, déjà récompensés par cette distinction, avaient également protesté en rendant leur médaille aux autorités." Source : presseurop.eu

Pourquoi la Hongrie dérange

"Europe. Forts de leur majorité absolue au Parlement, les dirigeants hongrois réhabilitent la part d’identité et de souveraineté abandonnée depuis 1991. Ces “vieux Européens” acceptent mal les leçons de Bruxelles. On les comprend.
Rarement pays démocratique européen aura été autant vilipendé par la gauche européiste et les médias bien-pensants, qui décrivent une situation loin de la réalité observée sur place. La Hongrie n’est pas ce monstre antidémocratique décrit par certains, sauf à considérer que le peuple hongrois n’a pas voté librement en 2010, en donnant la majorité absolue (52 %) au centre droit emmené par l’énergique premier ministre Viktor Orbán, 50 ans, ancien résistant anticommuniste, figure de proue du “souverainisme responsable” en Europe." La suite sur valeursactuelles.com

Repas linguistique hongrois le 6 avril 2013

Le 6 avril, Kata organise un repas linguistique hongrois.
De quoi s'agit-il exactement ? Nous sommes déjà deux mais nous sommes à la recherche d'autres intervenants hongrois.
Si quelqu'un est intéressé, il devrait envoyer un mail à l'une des adresses suivantes : michel.fagard(AT)auberbabel.org ou kata.keresztely(AT)gmail.com
Merci et à bientôt,
Kata

L’association Auberbabel
Auberbabel est une association implantée depuis une douzaine d’années à Aubervilliers, qui défend modestement la diversité linguistique en organisant des repas linguistiques et une chorale multilingue.

Les repas linguistiques
Le principe des repas linguistiques, qui se tiennent environ une fois par mois depuis une dizaine d’années, c’est de réunir autour d’une table une vingtaine de francophones motivés, les apprenants, et cinq ou six locuteurs d’une autre langue, les référents, qu’on aura soin de ne pas laisser s’asseoir les uns à côté des autres pour qu’ils aident les apprenants à s’exprimer au lieu de discuter entre eux. Les apprenants disposent d’une double page donnant quelques explications succinctes sur le fonctionnement de la langue, et une cinquantaine de phrases simples. Vous souhaitez vous inscrire au prochain repas ? Contactez-nous ! Vous parlez une autre langue que le français et vous aimeriez la transmettre ? Contactez-nous !
http://auberbabel.org/
auberbabel.org

jeudi 21 mars 2013

Que reste-t-il de nos amours ? au Théâtre du Nord-Ouest du 17 avril au 10 juin 2013


Deux pièces en un acte d’Adam Biro
(Vera O’Connor et LChinois et la Putain)

(du 17 avril au 10 juin, salle Economidès)
Mise en scène : Geneviève Brunet et Odile Mallet
Avec : Geneviève Brunet, Vincent Gauthier,
Odile Mallet, Pierre Sourdive

Des ex-amants — ou non ; un autre couple qui n’a jamais été un couple. L’amour souverain donne un sens à la vie.
Le seul sens.
Un jeu.

Prix des places :
- en vente à partir du 3 ou du 4 avril, sur Billetreduc (réduction) ou à la Fnac (plein tarif, mais soutien au théâtre),

Métro Bourse (3) Le Peletier (7) Grands Boulevards (8, 9)
Bus Grands Boulevards (20, 39, 48, 67)
Parkings Parc de la Bourse Parc Chauchat-Drouot
Accessibilité La salle Economidès est accessible aux personnes en fauteuil roulant

Voir aussi le site www.TheatreDuNordOuest.com

17/04/13 19h00
20/04/13 14h30
21/04/13 19h00
26/04/13 19h00
30/04/13 20h45
04/05/13 17h00
08/05/13 19h00
11/05/13 19h00
12/05/13 14h30
13/05/13 19h00
20/05/13 17h00
25/05/13 17h00
26/05/13 14h30
28/05/13 19h00
10/06/13 20h45

Théâtre du Nord-Ouest
13, rue du Fbg Montmartre,
 75009 Paris

Les Mardis hongrois de Paris à l'honneur sur France Inter !!!

A écouter sur franceinter.fr

Marina Pommier
Programmatrice de la scène tzigane du Festival Sziget, manageuse des groupes hongrois Vojasa et Söndörgö
szigetfestival.fr/
www.myspace.com/vojasa
http://www.bluelineproductions.info/sondorgo

Vinzce Szabo
Objecteur de croissance, doctorant sur la décroissance à l’Université d’économie de Budapest
http://lmv.hu/nemnovekedes (site hongrois de la décroissance)
http://www.vedegylet.hu/       (site de l'ONG hongroise "Védegylet")

les liens

Atelier "Email XL", Morez

mercredi 20 mars 2013

Printemps par Alain Dodeler


il y a quelques années, au printemps à Budapest
balade coté Buda, et hommage à ma copine Madame Liberté
toute fleurie par la Nature encore libre à cette époque.
Les arbres ont ils encore le droit de fleurir la Liberté aujourd'hui
à Budapest, je l’espère

le alain batchi

Le site d'Alain Dodeler : alain-dodeler.fr 

Anna Stein - Peintre - Sculpteur


Ouverture du plus grand centre commercial à Budapest

"Après 18 mois de travaux, les 23 nouvelles boutiques du centre Árkád 2 d'ECE et leurs 20 000 m2 ont accueilli leurs premiers visiteurs aujourd'hui.
Avec une surface combinée de 68 000 m² et un total de 200 magasins, Árkád 1 et Árkád 2, qui occupe les trois étages juste au-dessus, constituent le plus grand centre commercial du pays." La suite sur businessimmo.com

Illés Sarkantyu : memorandum Du 20 mars au 30 mars 2013

"Depuis la disparition du grand photographe d'architecture Lucien Hervé (1910-2007), sa veuve a chargé le photographe et réalisateur Illés Sarkantyu de classer et de numériser son travail. Cet archivage lui a inspiré la série "Memorandum", présentée ici chez Valérie Cazin. A lui seul, le grand format couleur mérite le détour : on y découvre, présentées à touche-touche, des pochettes de classement, travail de toute une vie ramassé en une image d'une grande force plastique. Une carte blanche signée Marguerite Pilven, critique d'art et commissaire de l'exposition.
Bénédicte Philippe 

Galerie Binôme
19, rue Charlemagne 75004 Paris
Pont Marie - Ligne 7
Saint-Paul - Ligne 1
Le 20 mars 2013 - 13h00 à 19h00
Du 21 au 23 mars 2013 - 11h00 à 19h00
Du 26 au 27 mars 2013 - 13h00 à 19h00
Du 28 au 30 mars 2013 - 11h00 à 19h00

Gratuit

Source : sortir.telerama.fr

Être juif à Budapest : le conte de deux cités

"Trois ans après être devenu la troisième force politique au Parlement hongrois, le parti ultranationaliste Jobbik a une fois de plus été accusé d’attiser un sentiment antisémite. Comment la communauté juive peut-elle renaître dans une ville que tant de ses ancêtres ont un jour considérée comme leur patrie alors même que les spécialistes craignent une montée rampante d’un discours nationaliste et xénophobe ?" La suite sur cafebabel.fr

Josef Nadj - Ozoon Du 21 mars au 14 avril 2013

Dans le cadre de la Biennale de danse du Val-de-Marne, le chorégraphe Josef Nadj a répondu à la commande de Daniel Favier, directeur de la manifestation, lui proposant de travailler sur les somptueuses photos d'hommes déguisés en animaux sauvages réalisés par Charles Fréger en Europe. Intitulée Ozoon, cette pièce pour trois danseurs et deux musiciens risque de repousser les limites de l'univers du chorégraphe dont on connaît la passion pour les métamorphoses et le fantastique.
Rosita Boisseau
Source : telerama.fr

Chypre/sauvetage: près d'un milliard d'euros de dépôts hongrois

"Le montant total des dépôts hongrois fin 2011 dans des banques à Chypre s'élèverait, selon les chiffres de la Banque centrale MNB, à 918 millions d'euros, rapporte mardi le quotidien hongrois de centre-gauche Nepszabadsag." La suite sur lesechos.fr

Mickey joue les chasseurs de têtes dans les rues de Budapest

"EuroDisney s’est rendu en Hongrie pour trouver une centaine de saisonniers pour son parc d’attractions français. Principale qualité exigée pour ce recrutement organisé comme une chasse au trésor : la maîtrise des langues.
Qui a peur du plombier de l’Est ? A priori, pas EuroDisney. La société exploitante du parc d’attractions, basé à Chessy, s’est rendue en Hongrie la semaine dernière pour recruter des employés. Le but : profiter de la polyvalence linguistique des Hongrois et s’adapter à la hausse du nombre de visiteurs venus des pays de l’Est à Disneyland Paris." La suite sur leparisien.fr

Un candidat hongrois : « Travailler en France, c’est un rêve »

"Son impressionnante maîtrise du français a bluffé tout le monde. Younès, 19 ans, est venu de Békéscsaba, une ville de Hongrie située à 200 km de la capitale. « J’ai entendu parler de ce recrutement par quelqu’un qui travaille dans le parc », raconte le jeune homme, chemise blanche et cardigan bleu impeccables.
Il vise deux mois de travail saisonnier. « Je suis des études de biochimie et je voudrais profiter de cet été pour faire des rencontres, dans un univers que j’adore, poursuit-il. Ma sœur et une partie de ma famille habitent à Paris, cela me permettrait aussi d’aller les voir plus facilement. Travailler en France, c’est un rêve! » La suite sur leparisien.fr

mardi 19 mars 2013

Josef Nadj peau d’âme

"Critique - Chamanique - En s’inspirant du travail du photographe Charles Fréger, le chorégraphe s’intéresse au devenir animal de l’homme.
On ne présente plus Josef Nadj, chorégraphe venu de Voïvodine (Serbie) où il naquit en 1957 pour insuffler en France un esprit nouveau. En 1987, son Canard pékinois étonne. Il y a chez lui un souci théâtral, des personnages sens dessus dessous, une certaine noirceur et un attachement évident pour la liberté corporelle. Directeur du Centre chorégraphique national d’Orléans depuis 1995, l’institution n’a pas réussi à le rattraper. Il se balade toujours avec un cahier où il prend des notes et..." La suite sur liberation.fr

L’Ambassadeur d’Israël en Hongrie opposé à la remise d’un prix à un antisémite

"L'Ambassadeur d'Israël en Hongrie Ilan Mor a appelé le gouvernement du pays à revenir sur sa décision de remettre le prestigieux prix national du journalisme au présentateur de télévision Ferenc Szaniszlo, connu pour sa critique des Juifs et des Tziganes." La suite sur ruvr.ru

Hongrie : Viktor Orban met l'extrême droite à l'honneur

Le premier ministre hongrois n'a pas craint de se compromettre en décorant plusieurs personnalités d'extrême droite.
La crise économique et les frustrations sociales qu'elle engendre sont une aubaine pour les extrêmes. En Autriche, en Finlande, en Suède, au Danemark, en Suisse, en Belgique, en Grèce, en Italie ou en France, le populisme prospère. La petite Hongrie résiste moins que d'autres à ses démons nationalistes. Son premier ministre, Viktor Orban, un conservateur, vient de décerner, à l'occasion de la Fête nationale du 15 mars, plusieurs distinctions à des personnalités on ne peut plus controversées.

Hongrie: dérapage (controlé?) à l'extrême droite

"Dans le virage autoritaire que prend la Hongrie, une nouvelle étape vient d'être franchie. Le Premier ministre Viktor Orban a décerné à l'occasion de la fête nationale, le 15 mars, des décorations à des personnalités réputées d'extrême droite. A un an des législatives, entre dérapage raciste et calcul électoral, le pays inquiète.
C'est une nouvelle provocation du gouvernement conservateur de Viktor Orban. A l'occasion de la fête nationale le 15 mars, le Premier ministre hongrois a fait décorer par de hautes distinctions nationales plusieurs personnalités controversées pour avoir soutenu des thèses racistes ou antisémites." La suite sur lexpress.fr

lundi 18 mars 2013

BALANÇOIRES ET MONTAGNES RUSSES par Flora

Les balançoires et les manèges des fêtes foraines de mon enfance ! Manège qui tourne, enivrant, si poétique, si poignant annonciateur de tragédie dans le film de Zoltán Fábri (présenté avec succès au festival de Cannes en 1956)...
Je n'aurais jamais osé monter dans le petit siège qui s'envolait au bout de deux chaînes, semblant si fragile ! J'étais aussi trop jeune pour y être autorisée. En y repensant, je ne peux m'empêcher d'y voir un peu le symbole de ma vie, à la témérité plutôt mesurée... Question de tempérament, sans doute.
Une seule fois, je me suis sentie de toutes les audaces : je devais avoir 5-6 ans, la fête s'était installée au cœur de notre gros bourg, étendu paresseusement le long de la Tisza. Le printemps encore timide commençait à réchauffer les corps engourdis. Avec mon frère, de deux ans mon cadet, nous avons pris place dans une balançoire, sorte de grosse barque faisant le va-et-vient sous les encouragements des parents. Mon frère, saisi de vertige, s'est ratatiné au fond de la barque, pour voir le moins possible du paysage qui tanguait. Moi, debout sur des jambes maigrelettes, je me suis senti pousser des ailes, pour montrer à mon poltron de frère, ce qui est le vrai courage ! Il faut dire qu'en temps normal, physiquement, il me dominait, malgré la différence d'âge en ma faveur.
J'arrive encore à ressusciter avec netteté ce sentiment enivrant dans ma mémoire. Je me sens la poitrine gonfler de fierté en même temps que de vent printanier, les joues roses et les cheveux au vent: je pousse sur les jambes, afin que la barque s'élève de plus en plus haut dans le ciel !
Où sont les manèges d'antan ? Je regarde les spectaculaires montagnes russes qui donnent des frissons, accompagnés de cris de frayeur délicieuse. De toute évidence, l'essentiel n'est pas dans les prouesses techniques qui les rendent de plus en plus sophistiqués, destinés à fouetter l’adrénaline...
L'essentiel est dans ces sillons fugaces qu'ils laissent dans nos mémoires.

Tous à la grand-messe du vélo à Budapest !

"Les touristes sont de plus en plus nombreux chaque année à venir découvrir les charmes de la capitale hongroise, Budapest. Trop froide en hiver, trop chaude en été, le printemps est sans conteste la saison idéale pour venir découvrir la “perle du Danube”. D’autant que si vous venez le week-end du 20 avril, une surprise vous attend : une grand fête des vélos dans toute la ville !" La suite sur liligo.fr

4.000 manifestants contre le Premier ministre hongrois

"Près de 4.000 personnes se sont rassemblées dimanche à Budapest à l'appel de l'organisation Milla (un million pour la liberté de la presse) pour protester contre le gouvernement de centre-droit du Premier ministre conservateur Viktor Orban. Les manifestants portaient des drapeaux hongrois et européens, avec des banderoles dénonçant "Viktator", en référence au Premier ministre." La suite sur 7sur7.be

Salon du livre 2013

du vendredi 22 au lundi 25 mars
Vendredi 22 mars : de 10h à 20h
Samedi 23 mars : de 10h à 20h
Dimanche 24 mars : de 10h à 19h
Lundi 25 mars : de 13h à 19h

Porte de Versailles, Paris – Pavillon 1
Le stand de Hongrie (No : X 70) attend tous ceux qui s’intéressent à la littérature, à l’histoire, à l’art, à la langue et à la civilisation hongrois : à la richesse culturelle de ce pays de l’Europe centrale. Auprès du défilé des dernières parutions des ouvrages hongrois traduits en français, nous vous proposons un large échantillon des oeuvres éditées en français, contemporaines et classiques, ayant trait à la Hongrie ou à l’Europe centrale : romans, poésie, pièces de théâtre, contes, essais, ouvrages scientifiques, albums d’art, livres de cuisine, dictionnaires et manuels… Nous vous proposons également des livres en hongrois : livres de jeunesse et dernières parutions des auteurs contemporains.

Programmes, tables-rondes, rencontres

le vendredi 22 mars de 15h à 16h
Espace ateliers (Salle Pégase)

Comment peut-on être Hongrois? – Contextes et explications
Par le biais des événements de ces derniers temps (débats politiques et économiques, la présence du « dossier hongrois » sur les scènes européennes) nombre d’analyses sont nées sur les antécédents historiques voire géopolitiques  des événements actuels. Le constat qui en découle peut sembler amer aux connaisseurs de la région: ceux qui connaissent la région, sont peu présents dans les débats actuels et la course aux événements, la pression de la concurrence prête souvent aux amalgames, aux jugements hâtifs et à des constats préfabriqués.
Grâce à la participation d’experts français et hongrois, nous espérons  retrouver certaines racines de la pensée politique de la Hongrie (qui fait partie de la nation ? quelles sont les circonstances, dans lesquelles la pensée politique contemporaine est née ? la révolte et le combat contre l’extérieur font-ils partie du patrimoine commun de tous les Hongrois?), relever certains points marquants de la société hongroise : le rôle de la bourgeoisie, cette hantise de la réforme, cette volonté effrénée de rattraper l’Occident, le rôle joué par les différentes confessions dans la société hongroise. En outre, les participants tenteront de passer en revue les différents développements de l’histoire hongroise du 20ème siècle: libéralisme, régimes autoritaires, Holocauste, révolution de 1956, transition démocratique en 1990: le travail de mémoire -t-il été fait, ou bien la hantise du passé prédomine-t-elle dans les débats publics?
Participants de la table ronde: Catherine Horel (historienne, directrice de recherche au CNRS), Jean Bérenger (professeur émérite, Paris IV), Gábor Sonkoly (historien, Université Eötvös, Budapest – Institut d'Études Avancées de Paris). Débat animé par Balázs Ablonczy (historien, directeur de l’Institut hongrois de Paris).     
le vendredi 22 mars de 16h à 17h
Espace ateliers (Salle Pégase)

Y-a-t-il une vie après Márai ? – Coup de projecteur sur la littérature hongroise
La littérature hongroise  a de beaux jours derrière elle en France: après la vague Krúdy, Márai, Bánffy ou Krasznahorkai et le beau succès de Péter Nádas qui va être l’auteur suivant à découvrir ? Quelles sont les pistes à explorer ? Traduction, auteurs, traducteurs, maisons d’édition – état des lieux avec des experts, universitaires et traducteurs.
Table-ronde avec la participation de François Soulages (professeur d’université, Université Paris 8) et Mihály Szegedy-Maszák (professeur d’université, membre de l’Académie des Sciences de Hongrie).

le samedi 23 mars de 11h à 13h
Stand de Hongrie (No : X 70)

Atelier d’enfants de 3 à 11 ans : découverte de la technique du papier découpé
« Les ateliers d’arts plastiques ont pour objectif de favoriser l’approche du livre pour les enfants et d’éveiller l’intérêt et le goût pour la lecture, l’illustration et l’imaginaire. Mes ouvrages peuvent être le point de départ d’une intervention accompagnée d’une présentation du travail du graphiste-illustrateur et d’une activité plastique : atelier d’illustration, découverte de la technique du papier découpé, création d'un livre …» Eva Vincze

le samedi 23 mars de 15h à 16h
Stand de Hongrie (No : X 70)

Le Tango de l’Archange
Le récit autobiographique (2006 en français, Erès; 2012 en hongrois, L’Harmattan) d'Eva Füzesséry, montre comment un régime totalitaire soumit tout un peuple et balaya par un cataclysme dévastateur tout ce qui existait avant sur le plan social, culturel et historique. Ce récit poétique, d'un itinéraire vagabond, développe des thèmes de déchirures de la guerre et du communisme, celui de l'enfance déracinée, l'exil, le chemin difficile de la traversée et de la « reconstruction intérieure », des moments touchants et forts en compagnie de Lacan...
A l’heure où les questions de nos racines se reposent au sein d’une Europe troublée, alors que l'individu semble avoir de moins en moins de place dans un monde incompréhensible, une exilée accueille le lecteur pour retrouver ce qui manque le plus dans notre siècle d’agités : un temps et une place à la veillée autour du feu. Elle y évoque tout le tragique de l’aventure humaine, ainsi que son dépassement après en avoir traversé l’épreuve.
Rencontre avec Eva Füzesséry (auteur, psychologue), intervention de Jean-Yves Montagu (poète, écrivain, journaliste).

le samedi 23 mars de 17h à 18h
Stand de Hongrie (No : X 70)

Coup d’oeil hongrois. Le monde (vu par) des photographes hongrois
De nombreux photographes d’origine hongroise ont vécu ou se sont installés définitivement à Paris (Brassaï, André Kertész, Robert Capa ou Lucien Hervé). Les intervenants de la rencontre cherchent des réponses aux questions : en quoi cette ville et la vie artistique ont-elles influencé ces artistes et ont-ils eux-mêmes laissé leurs traces dans le patrimoine de la métropole française ? Quelle place occupent-ils dans l’histoire universelle de la photographie ? Existe-t-il un « oeil hongrois », des sujets, des méthodes typiquement hongrois ?
Participants de la table ronde: Annie-Laure Wanaverbecq (historienne de la photographie, spécialiste de la photographie hongroise de l’entre-deux-guerres), Imola Gebauer (historienne d’art, Association Lucien Hervé et Rodolf Hervé), Michel Lefèbvre (écrivain, journaliste, rédacteur en chef). Débat animé par Csilla Csorba (historienne d’art, directrice générale du Musée littéraire Petőfi de Budapest).

le dimanche 24 mars de 11h à 12h
Stand de Hongrie (No : X 70)

L’univers captivant de Sándor Márai
A l’occasion de la récente parution du recueil d'essais dirigé par András Kányádi sur l’oeuvre de Márai (La Fortune littéraire de Sándor Márai, Éditions des Syrtes 2012) et de celle d’un roman traduit par Catherine Fay (Les étrangers, Albin Michel 2012), les participants évoqueront l’oeuvre du grand romancier hongrois redécouvert par le public français il y a vingt ans.
Table-ronde avec la participation de Catherine Fay (traductrice) et d’András Kányádi (maître de conférences à l’INALCO et rédacteur du recueil La Fortune littéraire de Sándor Márai, 2012). Débat animé par Gabrielle Napoli (docteur en littérature comparée).

le dimanche 24 mars de 15h à 16h
Stand de Hongrie (No : X 70)

Poésie et traduction
A l’occasion de la prochaine parution des poèmes de Sándor Petőfi dans la traduction de Guillaume Métayer, les intervenants échangeront des idées sur le métier de traducteur et sur différentes oeuvres de poètes hongrois. Ils évoqueront les difficultés propres à la traduction (problèmes de vocabulaire, références culturelles, etc.), leurs choix personnels ainsi que leurs projets.
Rencontre avec Guillaume Métayer (chercheur au CNRS, traducteur) et intervention de Jean-Baptiste Para (poète, traducteur et critique d’art).

Polémique Le TNS annule deux spectacles venus de Hongrie

« Les Trois sœurs » et « Le Fils devenu cerf », au programme du Théâtre national de Strasbourg (TNS) du 3 au 12 avril, ont été annulés. En cause : la réputation du metteur en scène hongrois, Attila Vidnyanszky, qui dirige le Théâtre national de Budapest.

Les rapports entre culture et politique ont pris une tournure inédite au TNS. Depuis le début du mois, une pétition sur internet mettait en cause la venue du metteur en scène Attila Vidnyanszky à Strasbourg. Le Hongrois devait présenter en avril deux pièces, Les Trois sœurs d’Anton Tchekhov et Le Fils devenu cerf de Ferenc Juhász. Seulement voilà : Attila Vidnyánszky a été nommé sur décision du Premier ministre Viktor Orban à la tête du Théâtre national hongrois en décembre. Dirigeant un gouvernement surveillé de près par l’Union européenne, l’homme politique s’est récemment illustré en adoptant une réforme constitutionnelle qui réduit de fait les libertés démocratiques dans son pays." La suite sur lalsace.fr

Hongrie : le nouveau coup d’Etat constitutionnel de Viktor Orbán

"Avec sa quatrième modification de la Loi fondamentale muselant les contre-pouvoirs, le Premier ministre s’attire les critiques de Bruxelles et Washington.
C’est tout un chapitre de l’histoire hongroise qui finit à la poubelle. Le Premier ministre, Viktor Orbán, a fait voter par son parti ultraconservateur (le Fidesz, Alliance des jeunes démocrates), le 11 mars, un quatrième amendement de la Constitution. Une modification «conforme aux normes européennes», selon le politicien hongrois mais qui, pour d’autres, enterre l’Etat de droit. Hier, quelques milliers de personnes ont défilé à Budapest." La suite sur liberation.fr

dimanche 17 mars 2013

Comment peut-on être Hongrois? – Contextes et explications au Salon du livre de Paris 22 mars 2013

Grâce aux événements de ces derniers temps (débats politiques et économiques, la présence du „dossier hongrois” sur les scènes européennes) nombre d’analyses sont nées sur les antécédents historiques voire géopolitiques des événements actuels. Le constat qui en découle peut sembler amer aux connaisseurs de la région: ceux qui connaissent la région, sont peu présentes dans les débats actuels et la course aux événements, la pression de la concurrence prête souvent aux amalgames, aux jugements hâtifs et à des constats préfabriqués.
Grâce à la participation d’experts français et hongrois, nous espérons retrouver certaines racines de la pensée politique de la Hongrie (qui fait partie de la nation? quelles sont les circonstances, dans lesquelles la pensée politique contemporaine est née? la révolte et le combat contre l’extérieur font-ils partie du patrimoine commun de tous les Hongrois – s’il existe ?), relever certains points marquants de la société hongroise : le rôle de la bourgeoisie, cette hantise de la réforme, cette volonté effrénée de rattraper l’Occident, le rôle joué par les différentes confessions dans la société hongroise. En outre, les participants tenteront de passer en revue les différents développements de l’histoire hongroise du 20ème siècle: libéralisme, régimes autoritaires, Holocauste, révolution de 1956, transition démocratique en 1990: le travail de mémoire a-t-il été fait, ou bien la hantise du passé prédomine-t-elle dans les débats publics?
Participants de la table ronde: Catherine Horel, historienne (directrice de recherche au CNRS), Jean Bérenger (professeur émérite, Paris IV), Gábor Sonkoly (Université Eötvös, Budapest). Débat animé par Balázs Ablonczy, historien, directeur de l’Institut hongrois de Paris.
Conférences :
adresse : Porte de Versailles – Pavillon 1 ; Boulevard Victor, Paris 15ème – Espaces ateliers (Salle Pégase). La salle se trouve au Mezzazine, près de l’entrée grand public. Sur le site internet du Salon sous « Informations pratiques » vous trouvez un plan du Salon (http://lb7o.reedexpo.fr/Data/kmreed_sdl/block/F_40e37792946790abb4803be1d7c0021e512b2b355187b.pdf)
date : le vendredi 22 mars de 15h à 16h et de 16h à 17h

Hongrie: pauvreté et malnutrition dans les campagnes du nord-est

"Les Hongrois vivant dans les campagnes subissent de plein fouet la récession et les mesures d’austérité concomittantes du gouvernement conservateur de Viktor Orban, souvent, ils ne peuvent plus manger à leur faim, alors que toutefois les enfants sont protégés par l’obligation pour leurs écoles de fournir trois repas par jour.
«La proportion des enfants atteints de malnutrition en Hongrie est attristante: 14,1%», a estimé l’Institut national de la santé des enfants (OGYI) lors de la publication d’un rapport fin 2012." La suite sur liberation.fr

samedi 16 mars 2013

Des livres, des villes

C'est principalement autour de deux villes, Le Caire et Budapest, villes totalement opposées à la fois dans leur histoire et dans leur culture, que va se bâtir ce Carnet nomade.  Avec Alain Blottière pour son roman Rêveurs, qui met en scène un enfant des rues du Caire, qui, pour survivre, ramasse des cartons ou pousse des balançoires, en ne quittant jamais de vue son rêve qui est de partir. En face de lui, de l'autre côté de la mer, en France, un autre garçon, du même âge, cherche à noyer son ennui dans des jeux video et dans son rêve indien, jeu du foulard, jeu fatal. C'est ensuite à Budapest que nous irons, à travers le regard d'Adam Biro sur les traces de son enfance et celui d'Alice Zeniter qui a mis en scène dans son roman Sombre dimanche l'histoire politique de la ville à partir d'une famille dont la maison, de génération en génération, est plantée sur les bords de la voie ferrée, à la gare de Nyugati. Un carnet qui, à partir des villes, raconte l'histoire des bouleversements historiques, jusque dans le présent le plus brûlant de l' Egypte.
Invités  :
Alice Zeniter : Sombre dimanche. Ed. Albin Michel
Alain Blottière : Rêveurs. Ed. Gallimard
Adam Biro: Loin d'où revisité. Ed Chambre d'échos et Louise s'habille, Ed. Le Passage

A écouter sur franceculture.fr

Les Hongrois de Roumanie réclament plus d'autonomie

"Des dizaines de milliers de Hongrois de souche se sont rassemblés vendredi dans le centre de la Roumanie à l'occasion de la fête nationale de leur pays d'origine pour réclamer davantage d'autonomie. Plus d'un million de Magyars vivent en Roumanie, notamment en Transylvanie, région située au pied des Carpates qui a appartenu à la Hongrie jusqu'en 1918.
Cette minorité a été l'objet de nombreux contentieux entre les deux pays. En février, la présence du drapeau hongrois au fronton d'une administration du comté de Covasna a donné lieu à de nouvelles tensions qui ont failli entraîner l'expulsion de l'ambassadeur de Hongrie en Roumanie." La suite sur 20minutes.fr

Inquiétudes internationales sur les dérives du pouvoir en Hongrie

"Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation devant l’adoption précipitée, par le Parlement de la Hongrie, sans aucun débat public préalable, d’un amendement à la Constitution, qui risque d’impacter le respect des droits humains dans ce pays.
« Ce quatrième amendement à la Loi fondamentale est préoccupant, puisqu’il menace l’indépendance de la justice, l’autorité et la jurisprudence de la Cour constitutionnelle et de l’état de droit en général », a déclaré le porte parole du HCDH, Rupert Colville, lors d’une conférence de presse à Genève." La suite sur toulouse7.com

La neige bloque des dizaines de routes en Hongrie

"Des milliers de personnes ont été contraintes de passer la nuit dans leurs voitures ou dans des abris improvisés après qu’une tempête de neige ait paralysé une importante autoroute de la Hongrie.
Des embouteillages énormes se sont formés sur l’autoroute M1, entre Budapest et Vienne, quand elle a été balayée par du vent soufflant en rafales à 100 kilomètres/heure et que des camions se sont mis en portefeuille.
Vendredi, les secouristes ont découpé les glissières de sécurité pour permettre aux automobilistes de quitter l’autoroute en empruntant des chemins improvisés." La suite sur journalmetro.com

La grande pauvreté gagne du terrain en Hongrie:

"La Hongrie, d'après Eurostat, affiche un taux de pauvreté de 13%... mais ce chiffre masque de profondes disparités. Certaines provinces hongroises comptent en effet parmi les plus pauvres d'Europe et ils sont de plus en plus nombreux à ne plus manger à leur faim dans le pays." Vidéo sur boursorama.com

Hongrie: des milliers de personnes bloquées par la neige

"Des milliers de personnes, parmi lesquelles de nombreux touristes, ont été bloquées sur les routes hongroises en raison de très fortes chutes de neige dans l'ouest du pays.
Près de 10.000 personnes étaient coincés sur l'autoroute M1 entre Budapest et la frontière autrichienne, a estimé vendredi la Croix Rouge hongroise. Dans la partie occidentale du pays, 13.000 habitants de 57 villages étaient complètement coupés du monde." La suite sur rtl.be

Scènes de chaos sous la neige en Hongrie

"La vague de froid qui avait atteint l'ouest de l'Europe au début de la semaine, s'est abattue sur la Hongrie dans la nuit de jeudi à vendredi 15 mars.
La partie occidentale du pays, avec Budapest, a été entièrement ensevelie sous la neige, provoquant un chaos dans les transports.
La vague de froid, bien que féroce, sera passagère, les services météorologiques prédisant une remontée des températures, avec 13 °C prévu dès mardi prochain." Vidéo sur lemonde.fr

vendredi 15 mars 2013

L'offensive autoritaire en Hongrie

"Avant les élections législatives de 2010, Viktor Orbán, alors chef de l’opposition, a appelé de ses vœux la « création d’un champ de forces politique central et unitaire ». Ce désir fervent formulé à plusieurs reprises est devenu réalité, lorsque le Fidesz d’Orbán a conquis les deux tiers des sièges au parlement à l’issue du scrutin.

Au cours des trois dernières années, on a été témoins du démantèlement total du système démocratique de poids et contrepoids: le pays est désormais entièrement dans les mains du parti monolithique d’Orbán et d’une oligarchie qui s’y rattache de manière intime (et qui évoque à bien d’égards son homologue russe). Comment est-ce possible, vingt ans après l’effondrement du bloc soviétique ? On croirait rêver, si les « cyniques » n’avaient pas prédit cet état de choses avant même la prise du pouvoir du nouveau gouvernement." La suite sur esprit.presse.fr

Hongrie: manifestations annulées à cause du mauvais temps

"Les grandes manifestations de l'opposition prévues vendredi à Budapest à l'occasion de la Fête nationale ont été annulées à cause du mauvais temps, ont annoncé les organisateurs. Les transports étaient également fortement perturbés vendredi en Slovaquie à la suite d'importantes chutes de neige. Des problèmes étaient également signalés en Pologne.
"Notre manifestation est annulée en raison du mauvais temps. A cause de la neige, du verglas et du vent glacial, nous avons décidé d'annuler tout notre programme" a indiqué le parti E2014 (Ensemble 2014), la formation de l'ancien Premier ministre Gordon Bajnai qui avait rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes en octobre lors de la célébration de l'anniversaire de la révolution de 1956." La suite sur rtbf.be

Hongrie : “La révolution de 1848 est un clivage. La question est de savoir qui accepte, et comment, son héritage aujourd’hui”

"Le 15 mars 1848, le soulèvement hongrois contre l’Empire des Habsbourg débutait à Pozsony, capitale provisoire du royaume de Hongrie (aujourd’hui Bratislava, capitale de la Slovaquie)." La suite sur presseurop.eu

Etre Rom en Hongrie

"Par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l’IRIS, Directeur du www.diploweb.com

Sur une population totale de moins de 10 millions de Hongrois, il y aurait entre 700 000 et 800 000 Roms en Hongrie, bien que seulement 250 000 se soient déclarés tels à l’avant-dernier recensement, en 2005(1). Les Roms représenteraient donc environ 8% de la population hongroise. Leur accroissement naturel étant plus élevé que celui des autres Hongrois, leur proportion devrait augmenter à l’avenir. Ce qui inquiète une partie des Hongrois, notamment dans les sphères gouvernementales. Citoyens européens au même titre que les autres Hongrois, les Roms de Hongrie sont pourtant l’objet de discriminations qui contribuent à générer des flux vers les autres pays membres de l’UE." La suite sur affaires-strategiques.info

La Hongrie rejette les critiques de l'UE

"Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a vigoureusement rejeté jeudi à Bruxelles les critiques internationales sur la récente modification de la Constitution, affirmant que celle-ci était conforme aux "valeurs européennes".

"Qui peut présenter une seule preuve, des faits devrais-je dire, qui puisse appuyer l'idée selon laquelle ce que nous avons décidé est contraire à la démocratie?", a demandé M. Orban au cours d'une conférence de presse avant le début du sommet européen." La suite sur lefigaro.fr

jeudi 14 mars 2013

Les Hongrois de Roumanie relancent le débat sur la question de leur autonomie

"Un petit drapeau bleu que traverse une bande dorée surmontée du Soleil et de la Lune : le symbole des Sicules, minorité d'origine hongroise qui habite au centre de la Roumanie, est devenu source de tensions entre les Hongrois et les Roumains. Le conflit a commencé le 31 janvier lorsque le gouvernement de Bucarest a nommé un nouveau préfet pour la région de Covasna où vit une majorité de Sicules.
Lors de la cérémonie d'investiture, le drapeau de cette minorité avait été enlevé de la salle, provoquant un tollé au sein de la communauté locale. "Je suis très fier d'être un Sicule, les Roumains doivent comprendre que nous sommes attachés à nos sentiments nationaux et à nos symboles", avait déclaré Tamas Sandor, le président du conseil régional de Covasna." La suite sur lemonde.fr