vendredi 12 janvier 2018

Les pays de l'Est veulent avoir voix au chapitre sur l'avenir du projet européen

"Varsovie, Budapest ou Prague ne veulent pas se laisser imposer un approfondissement de l'UE qui serait contraire à l'idée qu'ils se font de leur intérêt national.
Cela devait finir par arriver, comme dans toute «famille». Vingt-huit ans après la chute du Mur, l'Europe centrale est en rébellion contre «ses grands frères» de l'Ouest et réclame droit au chapitre, pour réformer une Union en plein doute.
«Je veux dire clairement que l'Europe centrale, maintenant qu'elle tient debout sur ses propres pieds, est une réussite et joue un rôle stabilisateur en Europe», a déclaré le premier ministre hongrois, Viktor Orban, lors d'une récente rencontre avec le nouveau premier ministre polonais Mateusz Morawiecki. «Nous voulons un poids adéquat dans les débats sur le futur» de l'UE, a-t-il plaidé, ajoutant que l'Europe centrale ne voulait pas «vivre à nouveau dans un empire, mais continuer de voir l'Union européenne comme une union de nations libres»." La suite sur lefigaro.fr (article payant)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire