dimanche 26 janvier 2020

Hongrie : le Fidesz s’impose nettement lors d’élections anticipées à Győr

"Malgré le scandale qui poussé son maire à la démission juste après les municipales en octobre, le parti au pouvoir en Hongrie depuis 2010 conservera son bastion à Győr, la grande ville de l’Ouest de la Hongrie.
Le candidat du Fidesz, András Csaba Dézsi, a remporté l'élection intérimaire à Győr, avec 23 932 votes représentant 56 % des voix, selon les chiffres de la Commission électorale. Balázs Pollreisz, son adversaire direct . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

En déplacement - Interview de Corinne Welger-Barboza

"Rencontre avec Corinne Welger-Barboza, l’auteure d’une grande saga familiale
Corinne Welger-Barboza, était universitaire, spécialiste de l’histoire de l’art et du patrimoine. Elle vient de publier un livre de recherche sur l’histoire de sa famille. Une famille juive qui, au cours des deux derniers siècles a parcouru l’Europe, depuis la Galicie par Budapest jusqu’en France ou aux Etats-Unis. Une acculturation réussie pour ceux qui ont survécu ou échappé à l’enfer des camps. C’est à la veille du 75ème anniversaire de la libération des camps d’extermination que le livre est paru. Nous revisitons avec l’auteure, parisienne depuis 2 générations, les énigmes de l’identité de sa famille dont toutes les branches sont hongroises. Son regard sur la Hongrie historique et contemporaine est particulièrement riche d’enseignements pour nous. 
JFB : En déplacement – pourquoi as-tu choisi ce titre et qu’est-ce qui t’a ramenée à entreprendre l’écriture de ce livre ?
Corinne Welger Barboza : En déplacement, c’est l’histoire de Juifs qui se pensent enracinés mais qui n’arrêtent pas de migrer, au cours des deux derniers siècles. Hongrois, ils viennent de Galicie ou de Bohème-Moravie, comme la plupart des Juifs hongrois, d’ailleurs. Puis, certains d’entre eux ont fait le choix de la France. D’où un grand nombre est reparti… pour Auschwitz. Le déplacement, c’est également le mien, celui qui m’a animée et m’inspirée, tout au long de l’écriture de ce livre. Dès lors que l’on écrit sur sa famille, l’on doit déverrouiller la place assignée à chacun car cette distribution établie forge notre regard et surtout nos points aveugles. S’agissant des disparus de ma famille, c’était encore plus vrai : il était nécessaire de briser la clôture des maigres récits, se déplacer au-delà de ce qui est tu ou ignoré ou négligé. La présence même des disparus, au sein de la famille, était indexée sur la place plus ou moins centrale, occupée par les vivants.  Je crois que cela vaut pour toutes les familles. La mort de mon père, à l’été 2013, a opéré un déclic pour que le projet du livre se forme ; je l’ai compris après-coup. De plus en plus clairement, au cours de ces quatre années de travail. Ce deuil m’a mise en mouvement, m’a nourrie d’une énergie que je ne pouvais pas soupçonner." La suite sur jfb.hu

Handball - La Hongrie, l’Autriche et la Suisse organiseront l’Euro féminin 2024

"L’EHF a révélé ce midi les organisateurs de l’EURO féminin 2024, qui aura lieu du 28 novembre au 15 décembre 2024. Alors que trois candidatures étaient en lice, c’est celle menée conjointement par la Hongrie, l’Autriche et la Suisse qui l’a emporté. La Russie avait elle aussi postulé pour organiser la compétition, tout comme la Pologne, la Slovaquie et la République Tchèque." La suite sur handnews.fr

Petites histoires géopolitiques des JO : le match URSS-Hongrie en 1956

"4 novembre 1956 : les chars soviétiques envahissent Budapest pour mettre fin à l'insurrection hongroise et réprimer dans le sang cette révolte à la fois populaire et nationale. Quelques jours plus tard débutent les Jeux Olympiques d'été à Melbourne en Australie. Le match de waterpolo opposant la Hongrie à l'Union sociétique apparaît alors pour les Hongrois comme une revanche par le sport sur la géopolitique. La rencontre va se terminer par une bagarre générale dans une piscine rougie par le sang. Pour France tv sport, Pascal Boniface revient sur cet épisode marquant de l'histoire olympique. Un module réalisé en collaboration avec l'IRIS, Institut de relations internationales et stratégiques." Vidéo sur francetvinfo.fr

Handball. Ligue des champions féminine : Györ, cette montagne à gravir pour Brest

"Le Brest Bretagne Handball se déplace dimanche à Györ (19 h), en marge du premier match du tour principal de la Ligue des champions féminine. Chez le meilleur club du monde de handball féminin. Explications.C'est Amandine Leynaud qui l'a dit : « Quand Györ, t'appelle... » En gros, ça ne se refuse pas. À l'été 2018, draguée aussi entre autres par Brest, la gardienne de l'équipe de France avait décidé de rejoindre le club hongrois. Parce qu'en termes de standing, il n'y a rien de mieux sur la planète hand féminin. L'été dernier aussi, une autre internationale tricolore, la Messine Béatrice Edwige, en phase de transfert de Lorraine en Hongrie avait lâché : « Si ça n'avait pas été Györ, je ne serais pas partie. »
« C'est simple, toutes les joueuses veulent aller là-bas », appuie l'entraîneur brestois, Laurent Bezeau. Parce que c'est la meilleure option quand on veut gagner la reine des compétitions en club. Au palmarès de Györ, cinq des sept dernières Ligue des champions, dont les trois dernières éditions. Forcément, ça attire. Györ, c'est la quasi garantie d'être au Final Four de Ligue des champions. « Avec leurs résultats, dans la tête des joueuses, ça donne l'impression que c'est plus facile d'y arriver là-bas », soumet Bezeau." La suite sur larochesuryon.maville.com

samedi 25 janvier 2020

Quand la vieillesse nous regarde

La vieillesse d’Anna dit Anton Prinner. Plâtre de 1954 et bronze de 2019.
© Photo NR
"Installée au bord du parc de sculptures, en surplomb, cette statue d’Anna dit Anton Prinner, émerveille tout autant qu’elle glace. Ce bronze patiné est d’une incroyable beauté, d’une incroyable élégance, d’une extraordinaire lucidité. Plus vraie que vraie cette sculpture en dit tellement sur la vieillesse qu’elle ne pouvait prendre d’autre nom. Recroquevillé, le vieillard est assis et la courbe que dessine son dos et sa nuque ne porte son regard qu’à quelques mètres. Son horizon est limité comme pour être plus encore en adéquation avec son avenir." La suite sur lanouvellerepublique.fr

En Hongrie, les autorités cherchent à stopper les traversées par les migrants de la rivière Tisza

"C'est un dragueur de mines dont la mission sort de ses attributions de base. Ce navire, qui part effectuer une patrouille à la frontière entre la Hongrie et la Serbie sur la rivière Tisza, a été remis en service pour tenter d'empêcher les migrants et les réfugiés d'entamer une traversée illégale.
Le gouvernement hongrois affirme que le nombre de migrants a augmenté récemment. La semaine dernière, il y a eu près de 700 tentatives de franchissement illégal de la frontière, rapporte l'équipe hongroise d'Euronews. Ce qui ne signifie pas pour autant que toutes ces personnes y parviennent. Mais le vice-ministre de la défense hongrois assure que le pays fait face à un afflux important." La suite et vidéo sur euronews.com

Water-polo Euro (H) Championnat d'Europe : l'Espagne et la Hongrie en finale

"En se défaisant respectivement de la Croatie et du Monténégro ce vendredi, Espagne et Hongrie se sont qualifiées pour la finale de l'Euro, dimanche à Budapest.
Titrée en 2016, la Hongrie est de retour en finale de l'Euro. Une finale qu'elle aura l'avantage de disputer à domicile, dimanche à Budapest, après avoir éliminé le Monténégro en demi-finale ce vendredi (10-8). Les Hongrois disputeront l'or à l'Espagne, vice-championne du monde en titre, qualifiée aux dépens de la Croatie (9-8)." La suite sur lequipe.fr

vendredi 24 janvier 2020

75 ans de la libération du camp d’Auschwitz. « J’avais 16 ans quand j’ai été déportée »

"La Rennaise Magda Hollander-Lafon, 92 ans, est une rescapée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, libéré il y a 75 ans. Très régulièrement, elle témoigne de son histoire auprès des écoliers, collégiens, lycéens. Il y a quelques mois, dans le cadre du concours national de la Résistance et de la Déportation en Ille-et-Vilaine, Magda Hollander-Lafon avait, une nouvelle fois, insisté sur la transmission de cette mémoire. Récit.Le 27 janvier 1945, les soldats de l’Armée rouge entrent dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, près de Cracovie, en Pologne, où se trouvent 7 000 survivants hommes et femmes. C’est peu : les forces allemandes, face à l’avancée soviétique, avaient dès le 17 janvier évacué 60 000 prisonniers vers d’autres camps situés plus à l’ouest lors de « Marches de la mort ».

La Shoah, le génocide des juifs

Plus de 1,1 million de personnes, dont un million de juifs, ont été exterminées dans cet immense complexe de 42 km2 construit à partir de 1940 dans le sud de la Pologne occupée et qui deviendra le symbole de la Shoah, le génocide des juifs.
Le lieu est de sinistre mémoire. C’est là, dans les caves du Block 11, qu’a été expérimenté dès 1941 le Zyklon B, sur des détenus soviétiques et des malades. Cet insecticide a ensuite été utilisé à grande échelle par les nazis dans les chambres à gaz.
La Rennaise Magda Hollander Lafon, 92 ans, déportée au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau témoigne régulièrement devant les collégiens et lycéens d’Ille-et-Vilaine. Comme lors des résultats du concours national de la résistance et de la déportation. Il y a quelques mois, elle avait une nouvelle fois témoigné devant ces jeunes. Voici son récit.
« Je suis juive, née en Hongrie, j’avais 16 ans quand j’ai été déportée de ce pays avec ma famille. Je suis une des rares survivantes parmi les juifs hongrois." La suite sur redon.maville.com

Open d'Australie - Jannik Sinner stoppé au second tour par Fucsovics

"Jannik Sinner, qui participait à Melbourne à son deuxième grand chelem dans sa carrière, a été stoppé dans son élan par Marton Fucsovics. Une défaite sèche en trois sets 6-4, 6-4, 6-3 et 2h17 de jeu. Une leçon du Hongrois qui continue son joli parcours à Melbourne après sa victoire au premier tour sur Denis Shapovalov." La suite sur tennisactu.net

Après quarante-quatre ans de règne, le trône du président de la Fédération internationale d’haltérophilie sur le point de vaciller

"Mis en cause dans des affaires de corruption présumée et de dopage, le Hongrois Tamas Ajan a été suspendu pour une période de quatre-vingt-dix jours, le temps d’une enquête interne.
Ce n’est pas encore une révolution, mais ça commence à y ressembler. Après quarante-quatre années de règne, d’abord comme secrétaire général, puis comme président de la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF), le pouvoir quasi autocratique de Tamas Ajan ne tient plus qu’à un fil. Mis en cause pour « sa culture de la corruption et du dopage » par un reportage diffusé sur la chaîne allemande ARD au début du mois, l’inamovible Hongrois a été suspendu, mercredi 22 janvier, de manière provisoire par le bureau exécutif de l’IWF, réuni en congrès extraordinaire à Doha (Qatar)." La suite sur lemonde.fr

jeudi 23 janvier 2020

L’avertissement de Jean-Claude Juncker

"Le Parti populaire européen (PPE) est la première force politique en Europe. En mars dernier le groupe a décidé de suspendre son allié hongrois, le Fidesz. La formation du Premier ministre Viktor Orban est sanctionnée pour ses dérives nationalistes et ses attaques contre l'ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui a répondu aux questions d'Euronews à ce sujet.
Euronews :
"Pendant combien de temps le Fidesz va-t-il rester membre du PPE?" La suite sur euronews.com

mercredi 22 janvier 2020

« Ils se préparent pour l’extermination de tous les juifs de Hongrie ». Si les Alliés avaient bombardé Auschwitz…

"Un documentaire diffusé sur « Arte » remue le couteau dans la plaie, peu avant les commémorations du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Des centaines de milliers de juifs hongrois auraient pu échapper à leur sort tragique si les Alliés avaient décidé d’intervenir.
L’Allemagne nazie menait deux guerres en parallèle : une guerre territoriale pour la domination de l’Europe et une guerre raciale pour anéantir les juifs. Les Alliés, c’est à dire essentiellement les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, mais aussi la résistance polonaise, ont fait le choix de se battre sur le premier front, mais pas sur le second, abandonnant les populations juives à leur sort. Voilà ce qu’il ressort d’un documentaire diffusé cette semaine sur la chaîne franco-allemande Arte : « 1944 : il faut bombarder Auschwitz »." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Jazz en Ville : A…B…C…D COMME DUKE, E COMME ELLINGTON! avec Ramona Horvath dimanche 2 février 2020

"Dans le cadre du Festival JAZZ EN VILLE 2020 du 25 janvier au 4 février 2020
Dimanche 02 février2020 à 11 h
Villa Medicis
5 Rue Saint-Hilaire
94210 Saint-Maur-des-Fossés
Ramona Horvath, « une des pianistes les plus originales de Paris » (Jazz Hot), rendra hommage au génie du grand Duke Ellington. Elle a sorti récemment son 3ème opus « Le Sucrier Velours » en duo avec l’excellent contrebassiste Nicolas Rageau, son partenaire de scène depuis quelques années, présent également sur ses deux premiers albums. Ils seront rejoints pour cette occasion par le talentueux batteur Antoine Paganotti, et ils auront comme invité André Villéger, l’un de nos plus grands saxophonistes ténor, spécialiste de la musique du Duke. Un concert à ne pas rater …
André Villéger – saxophone
Ramona Horvath – piano
Nicolas Rageau – contrebasse
Antoine Paganotti – batterie
Entrée libre mais réservation conseillée, voir Informations pratiques

Source : saint-maur.com

En Hongrie, Orbán se pare de vert pour changer d'ère

"Chahuté dans son camp et manquant de souffle politique après les municipales d'octobre, le dirigeant hongrois sort la carte écolo pour rajeunir son auditoire et prendre le vent de l'époque.
Jeudi 9 janvier, Viktor Orbán s'est prêté pendant trois heures au jeu de la conférence de presse gaullienne devant une assemblée de journalistes magyar·es et étrangèr·es soigneusement sélectionné·es. Au milieu des questions sur les critiques émanant de figures de son camp, le renforcement de la politique nataliste, le conflit avec la droite européenne (PPE) et la situation économique de la Hongrie, le correspondant du quotidien allemand Die Welt l'interroge sur l'éventualité d'un attelage conservateurs-écolos à l'instar du tandem ÖVP-Grünen acté en début d'année chez le voisin autrichien." La suite sur slate.fr

Sandor Funtek, esprit guerrier

"On dit de lui qu’il a une gueule; fière allure, yeux perçants, sa silhouette juvénile dissimule pourtant un franc-parler explosif. Sandor Funtek nous rejoint dans un bar du XVIIIe arrondissement, son quartier de cœur, où il vit depuis seize ans. «Il y a une effervescence ici. Des groupes de potes de tous les milieux se forment.» À 29 ans, ce Franco-Hongrois s’est fait tout seul. Après des petits rôles au cinéma (La Vie d’Adèle, Dheepan), sa rencontre avec Hamé et Ekoué (du groupe La Rumeur) change la donne." La suite sur troiscouleurs.fr

Hongrie : un syndicat dénonce un système de retraites « injuste et scandaleux »

"Le principal syndicat en Hongrie a interpellé le chef du gouvernement, Viktor Orbán, sur la situation intenable de centaines de milliers de retraités hongrois, qui vivent avec moins de trois cents euros par mois.
S'acheter ses médicaments, de la nourriture, ou payer ses factures ? Des centaines de milliers de personnes âgées se trouvent confrontées chaque mois à ce dilemme, et cette situation n'est plus tenable, affirme László Juhász, représentant de la branche retraite de la Confédération hongroise des syndicats (MASZSZ), la principale centrale syndicale du pays . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 21 janvier 2020 - Quelques photos


















L'histoire d'une ado juive pendant la Shoah mise en scène sur Instagram pour "toucher" les jeunes

"En Israël, une réalisatrice et son père producteur ont transposé la vie d'une jeune hongroise déportée en "story" pour Instagram. Un grand succès sur le réseau social, qui a aussi essuyé quelques critiques.
Et si Eva Heyman, morte à Auschwitz à 13 ans en 1944, avait eu un smartphone ? Son journal intime, découvert après la guerre, raconte sa vie au ghetto et la productrice Maya Kochavi, 28 ans, l’a décliné sur Instagram."Mon père voulait raconter l’histoire de l’Holocauste pour toucher les jeunes, explique-t-elle. Les Israéliens, surtout, ont été très mécontents du concept, ils pensaient que le projet voulait minimiser l’Holocauste alors que c’était tout le contraire." La suite sur franceinter.fr

Voir aussi : Le blog des Mardis hongrois 

Théâtre : Ci-gît la Hongrie

"Comptant parmi les plus grands metteurs en scène européens, le quadragénaire Árpád Schilling est aussi parfois (co)-auteur, notamment de Jour de colère (à l'Élysée du 22 au 31 janvier). C'est Petra Kőrösi qui en fait ici la première création en France. Elle fut son élève au Conservatoire national de Budapest et même son assistante. Aujourd'hui, elle présente ce texte qu’elle a traduit et dans lequel Lilla Sárosdi, épouse Schilling à la ville, reprend le rôle principal qu'elle avait endossé lors de la création hongroise en 2016. Jour de colère est le récit d’une infirmière « à la blouse noire » qui en Hongrie a été l’incarnation de manifestations denses des employés des services publics (hôpital, écoles...) contre le régime il y a quatre ans. Ils voulaient sauver leur bien commun (entendez-vous l'écho ?) déchiqueté par le Fidesz de Viktor Orbán, lequel a aussi fait la chasse aux intellectuels. Empêché de travailler, matraqué par des contrôles fiscaux quasi-quotidiens, le metteur en scène, déclaré « personne à haut risque » et ennemi national a fini par fuir sa nation et vit désormais en France.

Jour de colère
Texte Éva Zabezsinszkij, Arpad Schilling, ms Petra Korösi, par la Cie L'Origine des Autres Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
Jusqu'au 24 janvier 2020, à 19h30
voir les salles et horaires

Source : petit-bulletin.fr

Euro 2020 - Water-polo : Les Bleues éliminées par la Hongrie en quart de finale

"L"équipe de France féminine de water-polo s'est inclinée face à la Hongrie (16-3) ce mardi en quart de finale de l'Euro 2020. L'aventure s'arrête donc ici pour les Bleues à Budapest.
Pas de miracle pour l'équipe de France féminine de water-polo. Les Bleues se sont lourdement inclinées (16-3) ce mardi en quart de finale de l'Euro 2020, face à une équipe de Hongrie nettement supérieure. Premières de leur groupe, les Hongroises n'ont fait qu'une bouchée des Françaises, qui quittent donc la compétition." La suite sur francetvinfo.fr

Handball - La Hongrie, battue par la Suède, hypothèque ses chances

"Dans un match ultra fermé (10-9 pour les Suédois à la pause), la Hongrie n'est pas parvenue à déjouer le piège scandinave. En position de se qualifier pour les demi-finales, les Hongrois ont en effet hypothéqué leurs chances en s'inclinant 24-18 dans les dix dernières minutes. Avec quatre points, ils peuvent cependant encore se qualifier. Ils doivent pour cela battre dans deux jours le Portugal et espérer dans le même temps une défaite de la Slovénie (6 points) face à la Norvège, déjà qualifiée avec 8 points. La Slovénie qui peut de son côté encore finir en tête du groupe II. Il faut pour cela battre la Norvège ! " Source : lefigaro.fr

mardi 21 janvier 2020

Rouen. Une salle dédiée à Simon Hantaï ouvre ses portes aux Beaux-Arts

"Le musée des Beaux-Arts de Rouen (Seine-Maritime) consacre une salle à Simon Hantaï, peintre majeur de la seconde moitié du XXe siècle. Une exposition qui vise à comprendre ce qui l'a conduit à développer sa technique de pliage.
C'est un hommage à l'un des maîtres de l'expérimentation en peinture dans la seconde moitié du XXe siècle. Le musée des Beaux-Arts de Rouen dédie désormais l'une de ses salles à Simon Hantaï, peintre Hongrois qui s'est installé à Paris en 1948. Les six toiles exposées, ici de la collection privée de la fondation Gandur, désormais partenaire du musée, représentent une partie de l'œuvre de l'artiste, entre 1951 et 1962. "On y voit bien l'évolution de la toile peinte jusqu'aux premiers pliages, qui deviendront l'expression majeure de Simon Hantaï", décrit Sylvain Amic, le directeur de la Réunion des musées métropolitains." La suite sur tendanceouest.com

Il est devenu l’homme le plus riche de Hongrie grâce à « Dieu, la chance, et Viktor Orbán »

"En Hongrie, l’homme qui détient la plus grande fortune du pays, Lőrinc Mészáros, est aussi un proche du Premier ministre. Le milliardaire remporte chaque année des centaines de millions d’euros de marchés publics.
Les plus riches concentrent toujours plus de richesses tandis que les inégalités s’accroissent. Au moment où les dirigeants de grandes entreprises et ceux des États se rencontrent au Forum économique mondial de Davos, Basta ! regarde ce qui se cache derrière les légendes dorées des milliardaires européens. Comment ont-il vraiment construit leur fortune ? Quelle est leur influence sur la politique ? Aujourd’hui, étape en Hongrie, où, comme dans nombre de pays d’Europe de l’Est, des oligarques ont fait fortune en partie avec des subventions de l’Union européenne. L’homme devenu le plus riche du pays, Lőrinc Mészáros, est en plus un ami du Premier ministre Orbán, au pouvoir depuis dix ans. Une contribution de Gabriella Horn, journaliste au site d’investigation hongrois Atlatszho.hu.
C’est l’une des personnalités les plus influentes de Hongrie. En 2018, il est devenu officiellement l’homme le plus riche du pays. Cet homme, c’est Lőrinc Mészáros. Avant, il a été maire d’une petite ville hongroise, Felcsút, qui se trouve aussi être le village où a grandi le Premier ministre hongrois Viktor Orbán. C’est aussi cette commune qui abrite un grand stade et une académie de football connus nationalement, et situés juste en face de la maison du Premier ministre." La suite sur bastamag.net

En déplacement par Corinne Welger-Barboza

Issue d’une famille de Juifs hongrois, arrivés en France en 1923, l’auteure remonte le fil généalogique, pour restituer l’histoire avérée ou probable de ces gens de peu, jusqu’au début du XIXème. Ces biographies familiales s’incarnent dans les mouvements de l’Histoire, avant et après la Catastrophe, depuis la Double-monarchie austro-hongroise jusqu’à la période contemporaine, en passant par l’entre-deux guerres, le communisme ou la situation française. La Catastrophe et les péripéties de la survie prennent toute leur place dans ce récit mais il y est surtout question des Juifs « d’avant » et de la part décisive qu’ils ont pris à la fabrication de l’Europe moderne. La pluralité des mondes juifs européens est souvent réduite à quelques représentations : la culture défunte du Yiddishland ou les reconstitutions communautaires actuelles. Pour sa part, l’histoire des Juifs hongrois (près d’un million d’individus, avant la Première guerre mondiale) illustre avec une force singulière le mouvement qui a travaillé les Juifs européens, depuis l’Émancipation : l’assimilation aux cultures environnantes. L’assimilation comme fil rouge et non pas l’identité.Détachés de la religion et de la tradition, Quel genre de Juifs sommes-nous ? interroge l’auteure. En suivant la trajectoire des Erbstein, des Böhm, des Weisz et des Welger, les figures multiples du désir d’assimilation apparaissent, entre la chute et l’espoir. Car l’assimilation se danse à deux, Juifs et non-Juifs ensemble. Étayé par des voyages, des témoignages, des archives et des sources historiques, ce récit compose une fresque de destins juifs, hongrois et français, en déplacement dans le temps et la géographie.

  • Broché : 412 pages
  • Editeur : Independently published (17 décembre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 1674799721
  • ISBN-13 : 978-1674799728
Disponible sur amazon.fr

Hongrie: des propos du Premier ministre sur les Roms font polémique

"En Hongrie, les Roms représentent environ 7% de la population. Une association qui défend leurs droits vient de porter plainte contre le Premier ministre, Viktor Orban, dont les propos polémiques ont fait le tour de la Toile.
L’affaire suscite de nombreux commentaires sur la Toile et les réseaux sociaux. Tout est parti d’un jugement de la Cour suprême de Hongrie, qui a décidé qu’une soixantaine de familles roms devaient être indemnisées, car leurs enfants ont été victimes de ségrégation à l’école.
Cela s’est passé dans un village du nord de la Hongrie, entre 2004 et 2017, les petits Roms ont été mis dans une salle de classe à part; sans sortie scolaire ni de piscine, c’était la ségrégation totale. Selon la décision de la Cour suprême, la commune doit verser plusieurs milliers d’euros à chaque famille. Mais le Premier ministre a critiqué ce jugement." La suite sur rfi.fr

Denis Shapovalov, tête de série n°13, éliminé au 1er tour par Márton Fucsovics à l'Open d'Australie

"OPEN D'AUSTRALIE – Le tournoi est déjà terminé pour Denis Shapovalov. Le Canadien, tête de série n°13, a été sorti dès le 1er tour par Márton Fucsovics en quatre manches (6-3, 6-7, 6-1, 7-6).
Pour Denis Shapovalov l'Open d'Australie 2020 n'a duré qu'un seul match. Battu dès son entrée en lice par le Hongrois Marton Fucsovics, le Canadien a été méconnaissable et logiquement éliminé. Pas dans son assiette, le gaucher a subi un revers logique sur le fond et la forme après un duel de 3h13, perdu en quatre manche (6-3, (7)6-7, 6-1, 7-6(3) ). Sa sortie a été la première très grosse sensation de ce premier tour dans le tableau messieurs." La suite sur eurosport.fr

lundi 20 janvier 2020

Les fonds de cohésion, la dernière arme dans la lutte d’Orbán contre l’opposition à Budapest ?

"Budapest. Bien que le Premier ministre hongrois Viktor Orbán ait fait part de sa bonne volonté et de son intention de coopérer avec Budapest après la victoire de l’opposition aux récentes élections municipales1, il semble maintenant qu’il prenne plutôt une revanche politique.
Le journal hongrois Nepszava a obtenu des documents exposant les plans du gouvernement pour allouer les fonds de cohésion de l’Union européenne dans la prochaine période de programmation (2021 – 27). Selon le plan d’Orbán (que l’Union devra approuver), Budapest ne recevra pas d’argent du tout, comme le montre la carte ci-dessous. Selon les documents obtenus, la programmation sera entièrement centralisée et vise à canaliser des fonds substantiels vers les régions où la famille et les connaissances d’Orbán achètent des terrains et réalisent des investissements." La suite sur legrandcontinent.eu (article payant)

Nouveau foyer de grippe aviaire hautement pathogène A(H5N8) chez des canards en Hongrie

"En Hongrie, le 15 janvier 2020, le Ministry of Agriculture a notifié à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) un foyer de grippe aviaire hautement pathogène à virus A(H5N8) dans une élevage de 115 548 jeunes canards, dont 10 449 sont morts depuis le 10 janvier dans le comitat de Hajdu-Bihar
Le diagnostic a été confirmé par technique de biologie moléculaire (RT-PCR et séquençage) à la Direction de diagnostic vétérinaire (Laboratoire national)."
Source : mesvaccins.net

Réouverture de l’Opéra d’Etat de Prague : les étudiants d’Arts du spectacle critiquent la présence de Viktor Orbán

"Les étudiants de l’Académie des Arts de Prague (AMU) critiquent le directeur du Théâtre national de Prague Jan Burian. Dans une lettre ouverte, ils lui reprochent d’avoir invité le Premier ministre hongrois Viktor Orbán à la soirée de gala organisée à l’occasion de la réouverture de l’Opéra d’Etat rénové, le 5 janvier dernier. Selon les étudiants tchèques, le parti Fidesz de Viktor Orbán menace l’indépendance du théâtre hongrois." La suite sur radio.cz

Handball - Euro (M) La Hongrie revient dans la course au dernier carré

"Menée de trois buts à la pause, la Hongrie a renversé la situation pour l’emporter d’une longueur face à la Slovénie. Et s’offrir le droit de rêver du dernier carré.
Après une mi-temps de son match face à la Hongrie, on se demandait ce qui pourrait bien empêcher la Slovénie de rejoindre le dernier carré de ce championnat d’Europe. Trois buts d’avance (16-13), une base arrière inarrêtable avec treize buts inscrits dans le premier acte, personne ne voyait comment les Hongrois pourraient revenir dans la partie. Et pourtant, ils l’ont fait, s’imposant au final 29-28 au prix d’un nouveau retournement de situation après la pause." La suite sur handnews.fr

dimanche 19 janvier 2020

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 21 janvier 2020 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 21 janvier 2020
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel

Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel január 21. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel






Les terres agricoles de Hongrie, vaches à lait du camp de Viktor Orbán ?

"En Hongrie, ce jour-là, le brouillard semble s'être mis au service du clan du Premier ministre hongrois Viktor Orbán pour dissimuler les pratiques de népotisme dont il est accusé. Des oligarques abusent-ils de leur pouvoir pour s'accaparer des terres agricoles à grande échelle et détourner des fonds européens ?
Notre reporter Hans von der Brelie rencontre Gabi Horn, enquêtrice de la plateforme de lanceurs d'alerte Átlátszó, en bordure de terrains gérés par des amis proches du Premier ministre. Grâce aux images de notre drone, nous découvrons que des travaux de construction sont en cours sur un ancien domaine impérial datant de deux cents ans. Aujourd'hui, il appartient à la famille de Viktor Orbán.
"Hatvanpuszta est une propriété détenue par le père du Premier ministre," précise la journaliste. "Et beaucoup de gens se demandent d'où vient l'argent pour des agrandissements aussi importants et pourquoi ce sont les amis et les proches du gouvernement qui obtiennent les contrats," dit-elle." La suite sur euronews.com

samedi 18 janvier 2020

Déclaration de la ministre Chagger à l'occasion de la Journée Raoul Wallenberg

"Aujourd'hui, nous célébrons la Journée Raoul Wallenberg au Canada
OTTAWA, le 17 janv. 2020 Aujourd'hui, nous célébrons la Journée Raoul Wallenberg afin d'honorer la mémoire de ce diplomate suédois dont les gestes humanitaires et astucieux ont sauvé la vie de dizaines de milliers de juifs hongrois durant l'Holocauste.
Héros honoré partout dans le monde, M. Wallenberg a risqué sa vie en menant l'une des opérations de secours les plus importantes de l'époque nazie en distribuant aux juifs hongrois un « passeport de protection » appelé le Schutz-Pass. Ce passeport, qui arborait les symboles et les couleurs de la Suède, a permis de sauver des juifs hongrois de la déportation et des camps d'extermination nazis. M. Wallenberg a également protégé de nombreux autres juifs en créant un réseau de refuges, tels que des hôpitaux, des abris, des garderies et des soupes populaires." La suite sur newswire.ca

Hongrie : Viktor Orban de plus en plus marginalisé au sein des conservateurs européens

"Les eurodéputés dénoncent les violations de l’Etat de droit en Hongrie et en Pologne.
Le Parlement européen a voté, jeudi 16 janvier, à une large majorité, une résolution dénonçant la détérioration de l’Etat de droit en Pologne et en Hongrie. Ce texte déplore, d’une part, des atteintes à l’indépendance de la justice, à la liberté d’expression, aux droits des minorités et, de l’autre, le fait que les eurodéputés ne seraient pas suffisamment associés à des auditions sur le sujet. Elles ont lieu à huis clos à Bruxelles, entre Etats membres.
La résolution a été approuvée par une bonne partie des élus du Parti populaire européen (PPE, conservateur), dont une majorité des eurodéputés allemands. Un débat houleux avait eu lieu, la veille, au sein de cette formation entre partisans de la fermeté à l’égard du premier ministre hongrois, Viktor Orban, et ceux (Français, Italiens, Espagnols) qui continuent de penser qu’il faut éviter la rupture avec lui, afin de tenter de contrôler ses excès.
Le vote de cette résolution a d’ailleurs relancé les spéculations autour de l’éventuel départ du PPE des élus du Fidesz, le parti du premier ministre hongrois, Viktor Orban. Le PPE a déjà suspendu la participation des députés hongrois à ses travaux en mars 2019 et pourrait les exclure définitivement après la publication, dans les prochaines semaines, d’un rapport confié à trois « sages » du parti.
Depuis le début de l’année, M. Orban milite à nouveau pour une alliance des droites. Lors de sa conférence de presse annuelle, le 9 janvier, il évoquait « un mouvement qui va restructurer les partis européens » et dénonçait la « mauvaise direction » du PPE. Les 13 élus du Fidesz à Strasbourg pourraient-ils donc prochainement s’allier au Parti polonais Droit et justice (PiS), qui compte 25 eurodéputés, membres du groupe des Conservateurs et réformistes ? M. Orban a rencontré, au début janvier, Jaroslaw Kaczynski, le chef du PiS. Au printemps 2019, il s’était affiché avec Matteo Salvini, chef de la Ligue italienne (extrême droite).
Du côté de ce dernier, la situation reste toutefois incertaine. Car si, en mai 2019, celui qui était alors ministre de l’intérieur avait triomphé aux européennes (35 % des voix, 28 élus), son entreprise visant à créer un grand rassemblement souverainiste a fait long feu sur le continent. Le groupe Identité et démocratie compte ainsi 73 députés à Strasbourg, issus principalement de la Ligue, du Rassemblement national français et de l’AfD allemande. Aussi M. Salvini pourrait-il être tenté par un changement d’alliance, qui le rapprocherait de partis de gouvernement, le sortirait de la marginalité au niveau continental et accroîtrait son influence." La suite sur lemonde.fr (article payant)

La Hongrie, refuge anti-migrants des retraités allemands

"Reportage
Depuis 2015, la région du lac Balaton, au centre du pays, est devenue le repaire de nombreux seniors allemands et autrichiens. Une population attirée par le gain de pouvoir d’achat et la politique anti-immigration de Viktor Orban.
C’est un peu leur QG. Au Mester, restaurant planté sur la rue principale de Marcali, en face de la mairie, on peut manger un plat pour six euros. Tous les midis, les tables sont envahies d’Allemands et d’Autrichiens, dont certains arborent la culotte de peau traditionnelle dans leur région d’origine, mais si exotique dans cette commune du centre de la Hongrie. Autour d’un plat roboratif et d’une bonne bière, on discute des prix si bas, « mais pas pour tout ». De la complexité d’apprendre le hongrois, « cette langue incompréhensible ». Et aussi de politique : « Orban n’est pas parfait, mais il a eu raison pour les migrants. » Depuis quelques années, Marcali, 11 000 habitants, est devenue la capitale des retraités germanophones venus chercher en Hongrie une vie moins chère, et aussi une certaine Europe qu’ils estiment ne plus reconnaître chez eux, en Allemagne ou en Autriche.
Udo Brandt, 59 ans, vient presque tous les midis déjeuner chez Mester. Ce motard chaleureux et rigolard a décidé il y a presque deux ans de tout plaquer avec sa femme et de quitter Eppstein, à près de mille kilomètres de là, pour venir s’installer à Marcali. Lui était chauffeur routier, elle commerçante, et les deux travaillaient beaucoup. « Ma santé ne suivait plus », assure-t-il. Alors le couple décide de vendre sa propriété allemande, fruit d’années de labeur, et d’arrêter de travailler." La suite sur lemonde.fr (article payant)

Le Vietnam, un des pays prioritaires de la politique étrangère de la Hongrie

"L’ambassade du Vietnam en Hongrie et l'Association des Vietnamiens en Hongrie ont donné le 15 janvier à Budapest une réception pour célébrer le 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays (3 février 1950 – 3 février 2020) et accueillir le Têt du Rat 2020.
S’exprimant à la cérémonie, l’ambassadeur du Vietnam en Hongrie, Nguyên Tiên Thuc, a passé en revue les 70 années de développement des relations diplomatiques entre le Vietnam et la Hongrie. Il s’est déclaré convaincu du développement heureux des relations bilatérales dans les temps qui viennent, ce qui est à la hauteur du cadre d’un partenariat intégral que les deux pays ont mis en place depuis 2018." La suite sur lecourrier.vn

vendredi 17 janvier 2020

Saison 2019/2020 – Six mois de football en Hongrie

"Actuellement en pleine hibernation, le championnat de Hongrie ne reprendra ses droits que le 25 janvier prochain. Avant de plonger vers une deuxième partie de saison qui s’annonce trépidante à plus d’un titre, prenons le temps d’effectuer le bilan des six premiers mois de compétition. Un champion sortant déjà au sommet, des prétendants au podium inattendus, des promus dans le dur… On fait le point." La suite sur footballski.fr

Éva Magyarósi - Beau comme la rencontre fortuite du réel et du conte des fées 31 Jan - 24 Avr 2020 Institut hongrois


"Vernissage le 30 Jan 2020
L’univers étrange de la star de l’animation hongroise Éva Magyarósi se dévoile dans l’exposition « Beau comme la rencontre fortuite du réel et du conte des fées » à l’Institut hongrois de Paris. Inspirés par la vie intime de l’artiste, ses installations, sculptures, photographies, dessins et vidéos forment une œuvre prolifique et hybride d’une grande singularité stylistique.
L’exposition « Beau comme la rencontre fortuite du réel et du conte des fées » dévoile à l’Institut hongrois de Paris le travail de la jeune artiste multimedia Éva Magyarósi, déjà largement reconnue dans son pays mais encore méconnue en France. On découvre un univers artistique centré sur l’intime où les histoires intérieures se déploient à travers la sculpture, l’écriture, l’installation, la photographie, le dessin et la vidéo." La suite sur paris-art.com

Isolé au PPE, Orbán conserve le soutien des « Républicains »

"Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution dénonçant la détérioration de l’État de droit en Pologne et en Hongrie. Les Républicains ont compté parmi les rares soutiens du Fidesz au sein du PPE, que Viktor Orbán menace de quitter pour fonder un « nouveau mouvement ».
Jeudi 16 janvier, le parlement européen a voté à une large majorité en faveur d'une résolution qui dénonce à la fois les atteintes à l’indépendance de la justice et à la liberté d’expression en Hongrie et en Pologne, et l'inaction de l'Union européenne pour sévir contre ces deux pays . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Wizz Air reliera Orly à Varsovie et Budapest

"La compagnie aérienne low cost Wizz Air débarquera au printemps à Paris-Orly, avec deux nouvelles liaisons en provenance de Varsovie en Pologne et Budapest en Hongrie. La capitale hongroise sera également reliée à Bruxelles, où elle se posera également pour la première fois.
A partir du 29 mars 2020, la spécialiste hongroise du vol pas cher proposera un vol quotidien entre sa base à Varsovie-Chopin et l’aéroport de Paris-Orly, opéré en Airbus A321 pouvant accueillir 230 passagers. Les départs de Pologne sont programmés selon Airlineroute lundi, mercredi et vendredi à 16h45 (arrivée à 19h10) et les autres jours à 17h40 (arrivée à 20h05) ; les vols retour quitteront la France lundi, mercredi et vendredi à 19h50 (arrivée à 22h10) et les autres jours à 20h45 (arrivée à 23h05). Wizz Air sera en concurrence sur cet axe avec Air France et LOT Polish Airlines (toutes deux à CDG), et indirectement avec Ryanair (entre Modlin et Beauvais). " La suite sur air-journal.fr

Le prix Raoul Wallenberg décerné à une pédiatre syrienne, directrice d’un hôpital souterrain dans une zone de conflit

"Le 17 janvier marque le 75e anniversaire de l'arrestation de Raoul Wallenberg à Budapest. Diplomate suédois, Raoul Wallenberg a utilisé son statut pour sauver des dizaines de milliers de Juifs de l'Holocauste. Le Prix a été institué en 2012 par le Conseil de l'Europe à l'initiative du Gouvernement suédois et du Parlement hongrois pour contribuer à perpétuer sa mémoire et ses réalisations exceptionnelles.
Strasbourg, 15.01.2020 – Amani Ballour, pédiatre syrienne qui a dirigé un hôpital souterrain, dans l’Est de la Ghouta de 2012 à 2018 et qui est aujourd’hui réfugiée en Turquie, a reçu le prix Raoul Wallenberg du Conseil de l’Europe pour son courage personnel, son audace et sa volonté de sauver la vie de centaines de personnes pendant la guerre de Syrie.

« Les droits de l'homme et la dignité personnelle ne sont pas un luxe en temps de paix. Le docteur Amani Ballour est un exemple éclatant de l'empathie, de la vertu et de l'honneur qui peuvent fleurir même dans les pires circonstances : au milieu de la guerre et de la souffrance », a déclaré Marija Pejčinović Burić, Secrétaire Générale du Conseil de l'Europe.
Jeune pédiatre tout juste sortie de l'université, Amani Ballour s’est portée volontaire pour secourir les blessés et a fini, quelques années plus tard, par diriger une équipe d'une centaine de personnes à l'hôpital souterrain, la « Grotte » (The Cave), dans sa ville natale de Douma près de la capitale syrienne." La suite sur gazettelabo.fr

Le fantôme de Raoul Wallenberg hante toujours Stockholm

"La Suède a lancé de nouvelles démarches pour connaître le sort de ce diplomate qui a sauvé des dizaines de milliers de juifs hongrois avant de disparaître le 17 janvier 1945.
Nous sommes le 17 janvier 1945, à Budapest, alors que l’Armée rouge encerclait la capitale hongroise, un des sièges les plus sanglants de la Seconde Guerre mondiale. Le diplomate suédois Raoul Wallenberg monte à bord d’une voiture pour rencontrer un commandant soviétique. C’est là que sa trace se perd. Ce 17 janvier 2020, comme tous les ans, une petite foule va donc se réunir sur la place Raoul-Wallenberg de Stockholm pour allumer quelques bougies, raviver son souvenir et rappeler au monde que, si la vie héroïque de Wallenberg a inspiré des dizaines de films, livres, pièces de théâtre, monuments commémoratifs ou fondations dans le monde entier, l’enquête sur cette disparition est toujours en cours.
Cette enquête, justement, vient de connaître deux rebondissements avec l’ouverture par la Suède fin août de 40 000 pages d’archives inédites, et la transmission le 31 octobre par l’ambassadeur suédois à Moscou d’une liste de questions précises demandant aux autorités russes d’aider les proches dans leurs recherches. «C’est de la plus haute importance pour mon gouvernement», rappelle au Temps Kaspar Andersson, le diplomate chargé du dossier." La suite sur letemps.ch (article payant)

Le Courrier d’Europe centrale vous propose une croisière exceptionnelle sur le Danube !

"Les rédactions du Courrier des Balkans et du Courrier d’Europe centrale s’associent à « Rivages du Monde » pour vous proposer une odyssée danubienne exceptionnelle de 12 jours et 11 nuits, au mois de juillet 2020, à bord de l’Amadeus Elegant.
• 9 pays traversés en une seule croisière
• 9 conférences incluses dans le prix de la croisière
• 5 conférenciers experts à bord avec vous
• une croisière 100% francophone
• un encadrement de qualité
• un bateau de grand confort pour 148 passagers seulement
• une extension possible en Transylvanie
Depuis des siècles, le Danube est un fleuve qui rassemble des peuples et des cultures multiples. Naviguer entre Roumanie, Bulgarie, Serbie, Croatie, Hongrie, Slovaquie, Autriche et Allemagne est la meilleure manière de comprendre l’importance centrale de ce fleuve non seulement dans l’histoire de notre continent, mais aussi dans les imaginaires européens." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Le gouvernement Orbán est accroc aux sondages d’opinion

"Le gouvernement de Viktor Orbán produit une quantité étonnante de sondages pour adapter en permanence sa stratégie politique et son discours, révèlent des documents émanant du cabinet du premier ministre.
Le bureau du Premier ministre, sous le contrôle du très controversé Antal Rogán, le « ministre de la propagande », comme le nomme ses détracteurs, a commandé près de . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

État de droit en Hongrie et Pologne. La situation s’est détériorée selon le Parlement européen

"Les eurodéputés ont marqué leur inquiétude jeudi sur la situation démocratique en Hongrie et en Pologne. Dans une résolution adoptée avec une forte majorité, ils estiment que le Conseil européen doit effectuer des recommandations plus concrètes sur l’État de droit auprès de Varsovie et Budapest.
La Pologne et la Hongrie ne se sont pas encore réalignées sur les valeurs fondamentales de l’Union européenne, a mis en garde le Parlement européen jeudi 16 janvier. Dans une résolution adoptée par 446 voix pour, 178 contre et 41 abstentions, les eurodéputés soulignent que les rapports de la Commission, de l’ONU, de l’OSCE et du Conseil de l’Europe indiquent que la situation en Pologne et en Hongrie s’est détériorée depuis le déclenchement de l’article 7.1." La suite sur ouest-france.fr

jeudi 16 janvier 2020

"My Land", le cirque comme une danse sensuelle

"En tournée romande, une compagnie hongroise fusionne acrobatie, musique et danse contemporaine dans une ode au corps en mouvement. A découvrir les 17 et 18 janvier à Neuchâtel et Fribourg.
Posé au milieu de la scène, bien éclairé par des lumières chaudes: un rectangle de sable sur lequel vole un nuage de poussière. Impression immédiate de plaine aride, de désert et de chaleur. Apparaissent six gars. Des beaux, des baraqués, vêtus de pagnes et de capuche.
Les six sont sculptés comme des héros antiques. Les musculatures des circassiens ont toujours quelque chose de mythique, un parfum d'Illiade ou de péplum hollywoodien. Ces acrobates ukrainiens affichent des moues contrariées. Il y a ce sable et surtout les charmes d'une femme, acrobate elle-aussi au physique de déesse de science-fiction. Il va falloir se mesurer et vaincre. Sable, lumières cachées sous le plancher et miroir permettent de très jolis jeux visuels avec les mouvements des acrobates." La suite sur rts.ch

Hand: l'internationale Niombla déplore un "public raciste" en Hongrie

"Paris - L'arrière de l'équipe de France de handball Gnonsiane Niombla a déploré mercredi sur les réseaux sociaux avoir été insultée par un "public raciste" lors d'un match de championnat hongrois avec son club de Siofok. "Jouer devant un public aussi raciste je n'avais jamais vécu cela, merci à vous, vous m'avez tellement donné de force! Éducation 0 comportement 0 cerveau 0. Allez, bonne continuation", a écrit Niombla, 29 ans, sur son compte Instagram après un déplacement à Debrecen où son équipe s'est imposée (39-30). " La suite sur lexpress.fr

mercredi 15 janvier 2020

Cyclisme - Giro d'Italia - Une dernière journée en Hongrie pour les sprinteurs à Nagykanizsa

"Pour la troisième et dernière journée en Hongrie, les coureurs s’élanceront Székesfehérvár en Transdanubie centrale au nord-est du lac Balaton. L’itinéraire sera long de 204 kilomètres sur un profil encore plus plat que la veille vers Nagykanizsa tout à l’ouest de la Hongrie à proximité de la frontière croate.

D’abord, pour cette longue journée, le départ sera donné Székesfehérvár, une ville qui a eu un rôle important pendant les premiers siècles du royaume de Hongrie.
Ensuite, pour les 38 premiers kilomètres, ce sera des routes plates avec beaucoup lignes droites via Nádasdladány et Berhida." La suite sur wesportfr.com

Une fronde anti-Orban émerge au sein de son parti

Après le revers des municipales d’octobre, des voix s’élèvent contre le premier ministre magyar dans les rangs du Fidesz, la formation qu’il dirige depuis 1993. Mais pour l'heure, aucun compétiteur ne s'est déclaré en interne.
Est-ce le manque de souffle politique après environ une décennie de pouvoir cadenassé? La perte de dix des plus grandes villes de Hongrie, dont la capitale, Budapest, aux municipales d’octobre dernier? Jeudi 9 janvier, lors d’une grande conférence de presse internationale donnée devant une assemblée de journalistes triés sur le volet, un Viktor Orban grave reconnaissait à demi-mot sa responsabilité dans le premier échec électoral encaissé par son parti, Fidesz, depuis les législatives du printemps 2010. Ultra-dominateur au parlement, le camp de la majorité qui semblait inébranlable doute de sa puissance." La suite sur letemps.ch (article payant)

Compostelle : la Via Pannonia, un nouveau chemin qui relie Budapest à Saint Saint-Jacques-de-Compostelle

"L’itinéraire, long de 4000 kilomètres, est le fruit d’un long travail des associations des sentiers de Compostelle.
Après des années de travail, ils ont réussi un rêve. Grâce à la collaboration entre les différentes associations des sentiers de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'association hongroise de la « Via Pannonia », a pu relier Budapest (« Aquincum » au temps des romains, frontière orientale de l'Empire à cette époque) à Saint-Jacques-de-Compostelle et au cap Finisterre, extrémité occidentale « Finis Terrae » de ce même monde romain. Un rappel de ce qu'ont pu être les grandes voies de circulation de l'Antiquité.
 Il est donc désormais possible de voyager à pied ou à vélo depuis la capitale hongroise jusqu'à Santiago. Ce nouvel itinéraire de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par la Hongrie et la Slovénie avant de rejoindre des itinéraires plus classiques en Italie puis en France et en Espagne." La suite sur trekmag.com

Hongrie - Budapest bientôt privée de fonds européens par Orbán ?

"Trois mois après la perte de Budapest par la majorité Fidesz aux municipales, une liste de projets éligibles aux subventions européennes issue du ministère de l’Innovation et de la Technologie écarte la capitale pour le cycle 2021-2027. L’opposition parle de “vengeance politique”. “La faute de Bruxelles”, dit l’exécutif.
Jeudi 9 janvier, lors d’une conférence de presse internationale, Viktor Orbán a évoqué la construction du stade des mondiaux d’athlétisme de 2023 et du “superhôpital” programmé la même année au sud-ouest de Budapest, dont le seul et unique obstacle serait la municipalité écologiste élue en octobre. Quelques jours plus tard, une liste controversée de projets émanant du ministère de l’Innovation et de la Technologie écarte la capitale verte de toute subvention européenne pour le cycle 2021-2027." La suite sur courrierinternational.com

mardi 14 janvier 2020

Ce sont les fonctionnaires qui pâtissent de la « loi esclavagiste » en Hongrie

"A quoi a servi la loi « esclavagiste » adoptée il y un an et qui a provoqué un vaste mouvement de contestation contre le Fidesz ? Dans les entreprises, rien n'a changé. Dans l'administration publique, c'est une autre histoire...
C'était il y a un peu plus d'un an. Le 12 décembre 2018, le parlement hongrois adoptait dans la discorde une loi qui augmente le seuil maximum d’heures supplémentaires de 250 à 400 par an, avec 130 voix pour et 52 contre. Le texte prévoyait aussi que . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Selon l’avocat général Campos Sánchez-Bordona, les restrictions imposées par la Hongrie au financement des organisations civiles depuis l’étranger ne sont pas conformes au droit de l’Union

"Ces restrictions violent le principe de la libre circulation des capitaux et plusieurs droits fondamentaux.
En 2017, la Hongrie a adopté une loi visant à assurer la transparence des organisations civiles recevant des dons en provenance de l’étranger. Aux termes de cette loi, ces organisations doivent s’enregistrer auprès des autorités hongroises en tant qu’«organisation recevant de l’aide de l’étranger» dès que le montant des dons qu’elles ont reçu sur une année dépasse un seuil déterminé. Lors de l’enregistrement, elles doivent également indiquer le nom des donateurs dont l’aide a atteint ou dépassé la somme de 500 000 forints hongrois (HUF) (environ1500 euros) et le montant exact de l’aide. Cette information est ensuite publiée sur une plate-forme électronique publique accessible gratuitement. De plus, les organisations civiles concernées doivent mentionner, sur leur page d’accueil et dans leurs publications, qu’elles sont une «organisation recevant de l’aide de l’étranger»." La suite sur curia.europa.eu

De l’argent tombé du ciel pour les Roms ?

"Supposons que Viktor Orbán soit rom et que ses enfants ont subi une ségrégation totale à l’école. Il aurait le droit de se sentir offensé si le Premier ministre hongrois ne prenait la défense de sa famille et, au contraire, contestait la décision de justice qui les a reconnus comme victimes de « ségrégation scolaire » et prévoit leur indemnisation, écrit un journaliste d'Index.hu . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Hongrie: avec sa stratégie nationale pour le climat, Orban vire-t-il au vert?

"C’est l’une des premières mesures que Viktor Orban avait prises à son retour au pouvoir en 2010 : il avait supprimé le ministère de l’Environnement. C’est dire à quel point le Premier ministre hongrois était passionné par l’écologie. Ô surprise, Viktor Orban vient d’annoncer le lancement d’une stratégie nationale pour le climat. Pourquoi ce virage écolo ? Pourquoi Viktor Orban endosse-t-il un costume vert ?Le Premier ministre hongrois Viktor Orban semble avoir tiré la leçon des dernières municipales qui ont eu lieu en octobre 2019. Son parti a perdu une dizaine de villes, et notamment Budapest qui a élu un maire écologiste. Ce nouvel élu, Gergely Karacsony, veut s’attaquer à l’urgence climatique, et il a promis de transformer Budapest en une ville verte." La suite sur rfi.fr

Hongrie: 50.000 dindes abattues par crainte de grippe aviaire

"Les autorités hongroises ont fait abattre des dizaines de milliers de dindes par crainte d’une résurgence de la grippe aviaire.
Une ferme située à Acs, à 95 kilomètres à l’ouest de Budapest, a dû faire abattre 53.500 de ses oiseaux après que l’on a découvert que certains d’entre eux étaient infectés par le virus H5N8, a annoncé lundi l’administration de contrôle de la chaîne alimentaire, Nebih. " Source : sudinfo.be

Europe. La diplomatie très personnelle du Premier ministre hongrois Viktor Orban

"Suspendu l’an dernier du Parti populaire européen en raison des graves entorses à l’état de droit perpétrées en Hongrie, sur la liberté de la presse et l’indépendance de la justice notamment, Viktor Orban médite désormais de quitter le PPE. Il multiplie les contacts en ce début d’année, pour éviter l’isolement et trouver, peut-être, une autre famille politique européenne. Plus généralement, avec la Chine, la Russie et Boris Johnson, Orban mène sa barque indépendamment.
En visite à Varsovie mardi 8 janvier, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s’est entretenu avec son homologue Morawiecki ainsi qu’avec Jaroslaw Kaczynski, l’homme de l’ombre du pouvoir polonais. Peu d’informations ont circulé sur la teneur de leurs échanges, censés porter sur leur coopération dans le processus de réforme de l’UE, si ce n’est une photo de trois hommes diffusées sur Facebook par Orban, avec ce commentaire : Ensemble nous sommes forts, divisés : faiblesse." La suite sur ouest-france.fr

lundi 13 janvier 2020

On a trouvé le vin le plus cher du monde

"C’est tout du moins ce que revendique son producteur, le vignoble hongrois Royal Tokaji, qui vend des bouteilles à 40.000$
Une bouteille de Romanée-Conti Grand Cru, parfois considéré comme le vin le plus cher du monde, se négocie en moyenne un peu plus de 15.000€. Chez le vignoble hongrois Royal Tokaji, on trouve des bouteilles à 40.000$ (soit presque 36.000€) : il s’agit d’une édition limitée de 20 magnums (1,5L) de tokay Essencia 2008 avec des bouteilles en verre uniques réalisées par l’artiste James Carcass." La suite sur gqmagazine.fr 

Vous aimez l'opéra français ? Allez donc à Budapest

"Vous aimeriez voir La Mère coupable de Darius Milhaud, dont les dernières représentations connues ont été montées... en Autriche ? Vous voudriez pouvoir assister à une représentation de La Princesse jaune de Saint-Saëns ? Ou tout simplement des Huguenots ? En France, vous aurez du mal, mais si vous allez à Budapest, tout cela devient possible ! Pour sa saison prochaine, l'Opéra national hongrois se place sous le signe de la culture française, ce qui veut dire que l'on donnera dans la capitale magyare les chefs-d'œuvre de notre répertoire (Carmen, Les Contes d'Hoffmann, Pelléas et Mélisande), mais aussi ces raretés qu'on désespère d'applaudir dans notre pays." La suite sur forumopera.com

Des élèves roms victimes de « discrimination scolaire » en Hongrie seront indemnisés

"La Cour suprême a confirmé le verdict qui octroie une indemnisation à soixante familles d’enfants qui ont été victimes de ségrégation à l’école dans une bourgade du nord de la Hongrie.
Gyöngyöspata, petite ville de deux mille cinq cents habitants à peine, située dans les collines bucoliques du département de Heves, dans le nord du pays. Ce nom est loin d’être inconnu en Hongrie et même le lecteur étranger de la presse internationale se souviendra peut-être que c’est là, qu’au début des années 2010, le parti Jobbik . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

dimanche 12 janvier 2020

Concerts: quand Vivaldi se fait le chantre de la France... („La Senna Festeggiante” à l´Académie de musique de Budapest)

Par Pierre Waline
"De l´auteur des Quatre Saisons, on retient généralement ses oeuvres concertantes, des oeuvres religieuses et, tout au plus, quelques opéras. Ce que l´on sait moins est qu´il composa également des sérénades. Sorte d´intermédiaire entre la cantate, l´oratorio et l´opéra, la sérénade était un genre nouveau apparu au milieu du XVIIème siècle en Italie, puis à Vienne, genre qui connut alors une grande vogue. Il s´agissait d´oeuvres de circonstance données à l´occasion de grands événements. Elles étaient généralement écrites pour orchestre, continuo et solistes en nombre réduit, ces derniers représentant des figures allégoriques. Vivaldi en composa huit, dont trois nous sont restées. Telle la „Seine en Fête” („La Senna Festeggiante”) donnée ce soir. Autre originalité: elle fut composée à la gloire du jeune roi Louis XV pour célébrer les excellentes relations qui régnaient alors entre Venise et la France et fut donnée à l´occasion de la réception du nouvel ambassadeur de France à Venise (novembre 1726). Bref, la diplomatie par la musique ! Mais au-delà, Vivaldi avait probablement une autre motivation. Parvenu au faîte de sa gloire en ces années 1720, ses compositions étaient jouées un peu partout en Europe, tels nos „tubes” actuels, notamment et surtout à Paris où elles connurent un vif succès. Il aurait alors souhaité par ce geste nous rendre la politesse." La suite sur francianyelv.hu

Exposition : Éva Magyarósi : Beau comme la rencontre fortuite du réel et du conte de fée à l'Institut hongrois du 31 janvier – 24 avril 2020


🔺 Vernissage : 30 janvier 2020 à 19 h

Éva Magyarósi est une artiste multimédia basée à Budapest. Diplômée du département d’animation de l’Université d’art et design Moholy-Nagy (2000-2005), elle est saluée en 2018 par le grand prix hongrois UniCredit. La même année, elle représente la Hongrie à la Biennale de Kochi-Muzaris. Elle s’exprime au travers de la création d’installations, d’œuvres photographiques, du dessin, de l’écriture de nouvelles et de la vidéo. L’art vidéo est certainement son moyen d’expression le plus remarquable, car il combine toute sa palette de techniques de production. Les vidéos sont systématiquement accompagnées des dessins qui les ont fait naître. Ceux-ci sont tantôt présentés de manière isolée, tantôt réunis dans des collages. Ses œuvres peuvent être perçues comme des récits personnels, suspendus entre onirisme et réalisme, fortement marqués par le surréalisme. Outre l’aspect introspectif qui caractérise son travail, sa vie privée et sa famille, tant ses aînés que ses enfants, forment l’essence même de son inspiration et influencent la manière dont elle observe le monde.

samedi 11 janvier 2020

Route musicale en Hongrie

En Hongrie, une portion de route joue de la musique quand une voiture roule dessus grâce des rainures dans le bitume à différentes intervalles. Un système déjà été utilisé dans plusieurs pays mais qui provoque parfois la colère des habitants se plaignant des nuisances sonores.
Source : koreus.com

Route musicale en Hongrie - Vidéo

Eszter Salamon, apprendre du passé pour forger un futur

"La chorégraphe crée « Monument 0.8: Manifestations », revisitant le passé de la danse pour lutter contre les formatages de l’histoire.
Un immense tissu peint de couleurs cuivre, rouge et noir couvre toute la scène et le mur du fond. La peintre roumaine Marilena Preda Sanc l’a réalisé comme décor pour ce Monument 0.8: Manifestations, qu’Eszter Salamon créée dans le cadre d’Europalia Roumanie les 17 et 18 janvier au Kaaitheater.
La chorégraphe d’origine hongroise travaille aujourd’hui entre Berlin, Paris et Bruxelles. Venue déjà au Kaaitheater, au Kunstenfestivaldesarts, au festival d’Avignon, elle mélange les médias pour des performance données aussi dans des musées (Centre Pompidou, MoMA).
Elle a commencé en 2014, une série de performances intitulées Monument 0. Le « 0 » indique que ce sont des monuments différents de ceux dressés par les vainqueurs, le plus souvent des hommes, « autres que ceux de l’histoire canonique, nous dit-elle. J’explore ce qui a été oublié, réprimé, exclu de notre conscience occidentale. »
Ses monuments à elle vont aux marges, aux angles morts de l’histoire de la danse et de l’Histoire tout court. Son premier Monument (joué à Avignon) rappelait les danses non européennes et les danses de résistances des peuples subissant l’esclavage.
« C’est une manière de sortir de la répétition de l’histoire qu’on connait, de s’ouvrir à des oeuvres non visibles. »  " La suite sur lalibre.be (article payant)

Ágnes Keleti, survivante de la Shoah et ancienne championne olympique, fête son 99ème anniversaire

"Ce ne sont pas les médailles qui sont importantes, mais les expériences qui les ont accompagnées"
Agnes Keleti, la plus ancienne championne olympique du monde et survivante de la Shoah, a célébré jeudi son 99e anniversaire.
Mme Keleti a déclaré lors d'une interview accordée à l'Associated Press dans son appartement à Budapest qu'elle ne voulait pas parler du passé." La suite sur i24news.tv

vendredi 10 janvier 2020

« Les polices politiques du bloc de l’Est ont servi à éradiquer toute forme d’opposition »

"Avec la chute du « rideau de fer » à la fin de l’année 1989 disparaissent les régimes communistes du bloc de l’Est, et avec eux leurs institutions. Parmi elles, les polices politiques des démocraties populaires étaient sans doute les mieux identifiées ; notamment par le grand public occidental. Stasi est-allemande, Securitate roumaine, StB tchécoslovaque, SB polonaise ou encore ÁVH hongroise ont été la source de nombreux fantasmes, notamment véhiculés par la fiction. Entretien avec Emmanuel Droit.
Historien, professeur à l’Institut d’études politiques de Strasbourg, Emmanuel Droit vient de publier un ouvrage aux éditions Gallimard qui fait le point sur le sujet : Les polices politiques du bloc de l’Est. A la recherche de l’Internationale tchékiste, 1955-1989.

Les polices politiques ne sont pas une invention des régimes communistes. Elles existaient déjà par exemple dans les systèmes autoritaires qu’étaient la Russie tsariste, les monarchies d’Europe centrale et orientale de l’entre-deux-guerres, l’Allemagne nazie ou encore l’Italie fasciste. Quelle est donc la spécificité de ces polices en régime communiste ?"
La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Viktor Orban brocarde encore la droite européenne du PPE

"Le dirigeant souverainiste hongrois Viktor Orban a brocardé jeudi le PPE (droite), la plus importante formation au Parlement européen, qu'il juge en perte de vitesse, trop centriste, et qu'il n'exclut pas de quitter alors que son parti Fidesz est actuellement suspendu de ce groupe politique.
Le dirigeant souverainiste hongrois Viktor Orban a brocardé jeudi le PPE (droite), la plus importante formation au Parlement européen, qu'il juge en perte de vitesse, trop centriste, et qu'il n'exclut pas de quitter alors que son parti Fidesz est actuellement suspendu de ce groupe politique." La suite sur mediapart.fr (article payant)

Commerce de détail en ligne en Hongrie

"Résumé du marché et prévisions jusqu’en 2022
«Le commerce  de détail en ligne  en Hongrie, résumé et prévisions jusqu’en 2022», le rapport fournit une analyse détaillée des données de marché historiques et prévisionnelles des ventes au détail des différents segments de produits dans le canal en ligne en Hongrie. En outre, il fournit un aperçu des tendances d’achat changeantes, de l’influence de diverses variables économiques sur l’industrie de la vente au détail en ligne, des tendances technologiques et du paysage concurrentiel entre les segments de produits. Le rapport détaille également les principaux détaillants en ligne dans chaque groupe de catégories avec leur analyse de proposition de produit et leur positionnement sur le marché en 2017 ainsi que les développements clés récents. Analyse approfondie des dernières tendances en matière d’achats en ligne, couvrant les facteurs motivant les achats en ligne, les perspectives des consommateurs, la dynamique du marché (couvrant 26 catégories de produits)." La suite sur journallactionregionale.com

Avenir 2020 du marché des télécommunications en Hongrie

"Tendances, perspectives et opportunités de croissance des marchés du mobile, du fixe et du haut débit
Le rapport sur les télécommunications en Hongrie – 8e série de OGAnalysis fournit une vue complète de l’écosystème des télécommunications en Hongrie ainsi que les tendances et les facteurs de croissance qui façonnent l’avenir du marché.
Demandez un échantillon de ce rapport @  https://www.orbisresearch.com/contacts/request-sample/2723376
La future proposition de valeur pour le marché des télécommunications en Hongrie jusqu’en 2025 est détaillée dans le rapport. Elle impose également des impératifs pour gagner des parts de marché dans un secteur des télécommunications hautement compétitif. Il offre une profondeur et une ampleur inégalées dans les moteurs, les défis, les tarifs, la concurrence, le comportement des abonnés, l’infrastructure, le soutien réglementaire et autres." La suite sur journallactionregionale.com

« Ça continue » : l’haltérophilie secouée par une autre affaire de dopage

"Encore une fois, l'haltérophilie est rattrapée par un scandale de dopage. Son ampleur alimente le cynisme dans un sport qui en souffre déjà. Radio-Canada Sports en a parlé avec la championne olympique Christine Girard et Marie-Ève Beauchemin-Nadeau.
Depuis les Jeux olympiques de Pékin en 2008 et ceux de Londres en 2012, près d’une cinquantaine d'haltérophiles sont tombés dans les mailles des filets de l'antidopage après des tests rétroactifs. Cette fois, c'est sur la plus haute marche de l'haltérophilie mondiale que le scandale retentit.
Selon la chaîne allemande ARD, le président de la Fédération internationale, le Hongrois Tamas Ajan, aurait camouflé durant des années des pratiques de dopage. On apprend que sur les 453 médaillés des Jeux olympiques et des Championnats du monde entre 2008 et 2017, 204 n'auraient jamais subi de contrôles antidopage. Pire, certains contrôleurs auraient été payés pour falsifier les échantillons." La suite sur radio-canada.ca