vendredi 15 février 2019

La CEDH demande à la Hongrie d’améliorer les conditions de vie dans un camp de transit

"La Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a demandé mercredi à Budapest d’améliorer les conditions de vie d’une famille de migrants dans le camp de transit de Tompa (sud), a-t-on appris jeudi auprès de la Cour. La CEDH, saisie par une famille irakienne dont la demande d’asile a été rejetée, a décidé d' »appliquer l’article 39″ de son règlement, prévoyant la possibilité de prendre des mesures d’urgence lorsque l’intégrité physique des requérants est menacée, a indiqué un porte-parole à l’AFP.
Ceux-ci, un couple et leurs trois enfants mineurs, qui attendent leur retour vers l’Irak, affirment « ne pas recevoir suffisament de nourriture » et dénoncent les conditions de vie au sein du camp." La suite sur metrotime.be

Hongrie : la croissance bondit à 4,8% en 2018

"La croissance de l'économie hongroise a bondi à 4,8% en 2018, après 4,1% en 2017, dépassant les prévisions des analystes, selon une première estimation publiée aujourd'hui par l'office statistique KSH à Budapest. Il s'agit du plus fort taux de croissance annuelle enregistré en Hongrie depuis 2004, où il avait atteint 5%.
La croissance a été tirée notamment par les services marchands et par l'industrie, précise le KSH. L'important secteur automobile du pays dope les exportations et a assuré un excédent commercial de 7,5 milliards d'euros sur onze mois. La Hongrie bénéficie par ailleurs d'une situation de quasi plein emploi (3,6% de chômage au quatrième trimestre), favorable à la consommation des ménages." La suite sur lefigaro.fr

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 19 février 2019 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 19 février 2019
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel
Crédit Photo : Erwan Le Touze
Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel február 19. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
Les Mardis hongrois de Paris sur Hulala
Crédit Photo : Erwan Le Touze

Crédit Photo : Erwan Le Touze
 


Crédit Photo : Erwan Le Touze

KBC intéressé par un rachat de la Budapest Bank

"Le bancasseur KBC regardera avec grand intérêt le dossier de la vente de la Budapest Bank, banque publique mise à l'étalage par le Premier ministre hongrois Viktor Orban.
Le gouvernement hongrois espère tirer au moins 700 millions de dollars (plus de 620 millions d'euros) de cette vente, soit le montant versé en 2015 à GE Capital, la bras financier du groupe américain General Electric.
KBC, qui connaît bien les marchés d'Europe de l'Est, s'est déjà dite intéressée, et "nous avons maintenant confirmé cet intérêt au gouvernement hongrois", a indiqué le CEO du bancassureur belge, Johan Thijs, lors de la conférence de presse sur les résultats annuels de KBC. KBC dispose d'un bas de laine d'1,9 milliard d'euros pour d'éventuelles acquisitions." La suite sur levif.be

Orbán veut repeupler la Hongrie pour sauver l’Europe chrétienne

"Les mesures natalistes annoncées réduisent les femmes à leur fonction procréatrice et installent les bébés en instruments de sa politique anti-migrants.
En novembre 2018, le gouvernement de Viktor Orbán lançait une consultation nationale sur la «défense des familles» exaltant la parentalité contre l’immigration «continuelle» encouragée par les «bureaucrates de Bruxelles», et le modèle père-mère inscrit dans la Loi fondamentale. Quatre mois plus tard, l’homme fort de Budapest dévoile un arsenal nataliste censé redonner l’envie de faire des bébés dans une Hongrie vidée de 600.000 personnes ayant déserté le pays ces dix dernières années et dont l’indice de fécondité de 1,49 la place en deçà de la moyenne européenne située autour de 1,6." La suite sur slate.fr

Le Fidesz hongrois continue d’investir dans les médias en Slovénie

"Le parti de Viktor Orbán a renforcé son contrôle sur la chaîne de télévision privée Nova24TV, liée à la droite en Slovénie, selon les informations du site internet slovène Siol.net.
Selon Siol.net repris par 444.hu, une femme d'affaires hongroise vient d'acquérir 15 % des parts de la chaîne de télévision Nova24TV, une chaîne d'actualité en continu liée au parti de droite SDS . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

« L’orbánisation du groupe de Visegrád nuit au reste de l’Europe centrale »

"Les propos ont été rapportés par Jules Eisenchteter et l’entretien a été publié en anglais sur le site Kafkadesk.
Quand la Slovaquie cherche à freiner le zèle de la Pologne et de la Hongrie, les positions du tchèque, Andrej Babiš se rapprochent de plus en plus de celles du hongrois Viktor Orbán. Entre concurrences internes, instrument diplomatique de soft power et levier de politique intérieure, le groupe de Visegrád est loin d’être un monolithe. Entretien avec le politologue tchèque Vít Dostál, directeur du centre de recherche basé à Prague L’Association pour les questions internationales (AMO).
Comment le groupe de Visegrád perçoit-il son rôle en Europe aujourd’hui ? Les pays d’Europe centrale ont-ils une vision claire de la place qu’ils souhaitent occuper et de la trajectoire qu’ils veulent emprunter ?" La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Tensions entre une représentante des juifs britanniques et la Hongrie

"Marie van der Zyl avait déclaré que son échange avec le secrétaire d'état hongrois avait été "respectueux et honnête", avant de publier la réponse ultérieure houleuse de Budapest.
JTA — La représentante politique des juifs britanniques, Marie van der Zyl, a eu un échange houleux avec un haut responsable hongrois au sujet de l’antisémitisme dans son pays.
C’est un thème récurrent ces dernières années : beaucoup voient une rhétorique antisémite dans les critiques publiques du milliardaire George Soros par le Premier ministre hongrois Viktor Orban et certains affirment que son gouvernement encourage le révisionnisme de la Shoah. A cela s’ajoute le harcèlement très dérangeant des militants anti-Orban à Budapest et les tentatives du gouvernement de limiter tout discours indépendant dans le pays" La suite sur timesofisrael.com

A Montpellier, le peintre hongrois Hollan exposé au musée Fabre

Le musée montpelliérain devient le seul en France à conserver un fonds Hollan équivalent à celui du musée des Beaux-Arts de Budapest. - Capture d\'écran - Musée Fabre de Montpellier
"80 oeuvres d'Alexandre Hollan sont exposées à la suite d'une donation d'une centaine d'oeuvres par l'artiste.
Grands formats, « écritures d'arbres », « vies silencieuses », dessins au fusain ou gouaches : 80 oeuvres d'Alexandre Hollan, dessinateur et peintre hongrois, sont exposées à Montpellier au musée Fabre à la suite d'une donation d'une centaine d'oeuvres par l'artiste. Le musée montpelliérain devient le seul en France à conserver un fonds Hollan équivalent à celui du musée des Beaux-Arts de Budapest, où le peintre est né en 1933 avant de..." La suite sur lesechos.fr

Rotterdam : Marton Fucsovics défiera Kei Nishikori pour une place en demi-finale

"Vainqueur de Nikoloz Basilashvili (7-6 [1], 6-1), Marton Fucsovics sera opposé à Kei Nishikori en quarts de finale de l'Open de Rotterdam." La suite sur lequipe.fr

jeudi 14 février 2019

Quatennens dénonce la "dérive autoritaire" de Macron et le compare à Orban

"Sur BFMTV, le député La France insoumise du Nord estime que le gouvernement organise une "campagne d'État envahissante" à travers le grand débat national.
Il déclare "assumer" la comparaison. Ce mercredi matin, sur l'antenne de BFMTV, le député La France insoumise Adrien Quatennens a dénoncé la "dérive autoritaire" entamée par le gouvernement. Une dérive qui, d'après l'élu du Nord, ressemblerait à celle engagée par le Premier ministre hongrois Viktor Orban il y a quelques années.
"J'y vois plusieurs ingrédients: d'abord une propagande d'État, absolument envahissante, qui fait qu'on voit une campagne électorale déguisée en grand débat national; (...) ensuite, une répression sans précédente du mouvement" des gilets jaunes, a-t-il fustigé, déplorant les "centaines" de personnes blessées durant les journées de mobilisation." La suite sur bfmtv.com

mercredi 13 février 2019

Rita KORTSHOK au Salon du dessin et de la peinture à l'eau au Grand Palais du 13 au 17 février 2019

Rita KORTSHOK participe cette année à la 70ème édition du Salon du Dessin et de la Peinture à l'eau, qui se tiendra sous la célèbre verrière du Grand Palais, près des Champs Elysées à Paris dans le cadre de l'évènement ART CAPITAL 2019.
Le salon est ouvert au public du mercredi 13 février au dimanche 17 février 2019. Rita y sera présente avec 2 oeuvres au crayon exposées parmi près de 600 autres artistes du monde entier.
Site officiel ART CAPITAL (réservation en ligne possible)
Grand Palais, Avenue Winston Churchill - 75008 Paris
Ouverture au public : Mercredi 13 - Dimanche 17 : 11h - 20h (nocturne jusqu'à 22h le jeudi et samedi)
Accès : Métro 1 Champs-Élysées-Clémenceau, RER C Invalides
Parking INDIGO Concorde ou Rond Point des Champs Elysées

Les États-Unis cherchent à reprendre la main en Europe centrale

"En tournée en Hongrie, en Slovaquie et en Pologne cette semaine, le chef de la diplomatie des États-Unis, Mike Pompeo, tente de contrecarrer les vues de Pékin et Moscou sur la région. La Hongrie, elle, est carrément pressée de mettre un terme à ses « errements » diplomatiques.
La dernière fois qu’un secrétaire d’État américain s’était rendu à Budapest remonte à 2011, lorsque Hillary Clinton avait rencontré Vikor Orbán qui remplissait son premier mandat à la tête du gouvernement hongrois . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Post Malone, Richie Hawtin, Hucci au Sziget Festival

"Le plus grand festival d'Europe vient de renforcer son line-up d'une trentaine de noms. Près de 500 000 participants se rejoignent chaque année dans la capitale hongroise pour festoyer pendant une semaine entière sur l'île de la Liberté.
Les 76 hectares boisés dédiés au festival sur l'Île d'Óbuda, en plein centre de Budapest, se transforment pendant une semaine en août en une véritable ville dans la ville, où se côtoient une quinzaine de scènes. Alors que de nombreux artistes ont déjà été confirmés, bien d'autres sont encore à venir et l'annonce d'aujourd'hui laisse présager une programmation chaud-bouillante. La tête d'affiche phare de cette dernière annonce est Post Malone, le rappeur qui a sorti son album Beerbongs & Bentleys en avril dernier. D'autres éléments de grande envergure se hissent sur l'affiche du festival tels que Richie Hawtin, vétéran canadien de la techno et James Blake, qui a sorti il y a à peine un mois son quatrième album Assume Form. " La suite sur touslesfestivals.com

Plusieurs milliers de personnes à Budapest contre le démantèlement de la recherche publique

"Entre 2000 et 3000 personnes se sont rassemblées en début d’après-midi devant le siège de l’Académie hongroises des sciences à Budapest. Formant une chaîne humaine autour du bâtiment, les manifestants ont dénoncé un projet de réforme gouvernementale perçu comme « une attaque contre les sciences ».Plusieurs milliers de personnes – entre 2000 et 3000 selon Index – ont formé en début  d’après-midi une chaîne humaine autour du prestigieux siège de l’Académie hongroise des sciences (MTA) au bord du Danube à Budapest. A l’appel du « Forum des travailleurs de l’Académie » (ADF), les manifestants ont dénoncé une réforme portée par le ministre à l’innovation et à la technologie, László Palkovics, consistant à redéployer la quinzaine de centres de recherche de l’Académie vers des organismes directement contrôlés par l’État." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Hongrie Coopération médicale pour séparer des siamoises du Bangladesh

"Rabeya et Rukaya ont 18 mois. L'espoir, pour ses petites soeurs du Bangladesh, est ici en Hongrie. Les siamoises vont y terminer une série d'opérations cruciales pour les séparer. Etre retenu par le crâne, c'est extrêmement rare. Une naissance sur 2,5 millions.
L'Opération Freedom, entre Bangladesh et HongrieRabeya et Rukaya ont rencontré au Bangladesh les médecins hongrois qui reprennent le flambeau. Dans leur pays, elles ont été opérée deux fois l'an dernier, pour séparer les vaisseaux sanguins. Ce défi est baptisé "Opération Freedom"." La suite sur euronews.com

Huawei: Pékin dénonce les "menaces" de Pompeo en Hongrie

"La Chine a dénoncé mardi les accusations "sans fondement" des Etats-Unis visant le géant chinois des télécoms Huawei, fustigeant les "menaces" du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo lors d'une visite en Hongrie.
L'entreprise est le deuxième fabricant mondial de smartphones et un leader des équipements de télécommunication. Washington l'accuse de pouvoir potentiellement espionner au profit de Pékin, et cherche à convaincre un maximum de pays, notamment occidentaux, de ne pas utiliser ses équipements.
"Depuis un petit moment déjà, les États-Unis ne ménagent aucun effort et inventent sans scrupules toutes sortes d'accusations sans fondement", a déclaré Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères." La suite sur notretemps.com

Hongrie : des camions GNL pour Duvenbeck Logisztikai

"Inaugurés en janvier, ces quatre camions GNL assureront la distribution de pièces automobiles à travers différents pays d’Europe.
« La technologie GNL est prometteuse du point de vue environnemental, mais c'est aussi une solution économiquement viable sur le long terme » souligne Norbert Joichl, PDG de Duvenbeck Company Group.
Après avoir réalisé des tests avec différents constructeurs, le transporteur a finalement opté pour des Iveco Stralis NP 460. Dotés de double réservoirs (2x440 litres), ils offrent une autonomie allant jusqu’à 1100 kilomètres. « Nous avons commandé ces camions avec une grande cabine, la plus spacieuse, des sièges confortable et des systèmes d'aide à la conduite de dernière génération afin d’offrir un confort maximal à nos chauffeurs. La motorisation gaz, extrêmement silencieuse, contribue également à leur garantir des conditions de travail optimales » détaille le dirigeant." La suite sur gaz-mobilite.fr

Hongrie: l'inflation stable à 2,7% en janvier

"L'inflation en Hongrie est restée stable à 2,7% sur un an en janvier, comme en décembre, a annoncé mardi le Bureau des statistiques (KSH).
Les prix ont été tirés principalement par l'alimentation (4,2%) et les services (2,8%). Sur un mois, les prix ont baissé de 0,3%, comme le mois précédent." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie: les chercheurs craignent pour la liberté scientifique

"Des centaines de chercheurs hongrois ont manifesté aujourd'hui à Budapest pour dénoncer un risque de reprise en main de la recherche par le gouvernement de Viktor Orban, qui veut réformer le financement de l'Académie hongroise des sciences (MTA).
Les manifestants, environ 2000 selon des journalistes de l'AFP, ont formé une chaîne humaine autour du bâtiment de l'Académie, le plus ancien et le plus vaste organisme de recherche du pays, qui compte 5000 salariés dont 3000 chercheurs.
Peu de temps après avoir remporté un troisième mandat consécutif à la tête du pays, en avril dernier, le gouvernement de Vikor Orban a annoncé son intention de réformer en profondeur cette institution décrite par ses détracteurs comme un vestige inefficace de l'ère communiste. Le projet consiste à centraliser auprès du ministère de l'Innovation et de la Technologie les crédits alloués à la recherche publique, alors que le MTA se voyait jusqu'ici confier un budget dont il disposait avec une relative autonomie." La suite sur lefigaro.fr

mardi 12 février 2019

André Kertész, l'exposition au musée des Avelines (Saint-Cloud)

"Le musée des Avelines, situé à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), présente une exposition gratuite de photographies intitulée "La France depuis Saint-Cloud : André Kertész et la revue Art & Médecine (1931-1936)", à découvrir du 21 février au 13 juillet 2019.
Quelques années après la très belle rétrospective consacrée par le musée du Jeu de Paume au photographe André Kertész (1894-1985), les amateurs pourront (re)découvrir le maître hongrois naturalisé américain à travers un pan peu exploré de son travail : sa participation à la revue Art et Médecine.
Il a en effet participé activement à la revue 1931 et 1936. Celle-ci était menée par le docteur Debat, figure célèbre de la ville de Saint-Cloud, ce qui explique l'intérêt du musée des Avelines pour cette période précise du travail d'André Kertész." La suite sur sortiraparis.com

Antiquity de Palotaï-Argüelles-Sciuto

"Décidément la scène hongroise recèle des musiciens passionnants, réaction logique face à un gouvernement hyper-réactionnaire. Il ne suffit pas de clamer la révolution, il faut surtout l'incarner dans son quotidien, dans le collectif et dans sa tête. Le son du trio de Csaba Palotaï est celui d'un ensemble, d'un "tous ensemble" salutaire...
J'ai croisé le guitariste Csaba Palotaï à l'entr'acte du Festival Sons d'Hiver à Alfortville alors que je m'interrogeais sur l'absence de plus en plus criante de journalistes aux concerts. Déjà que les musiciens se déplacent rarement pour écouter leurs collègues, se pointant seulement s'ils ont des chances de rencontrer du monde, soit de se montrer eux-mêmes, c'est donc un "vrai" public, plutôt local, qui assiste le plus souvent aux évènements exceptionnels programmés en banlieue. Au bar ou sur les gradins j'écoute les réactions sincères de spectateurs qui ne s'attendent à rien, sinon à la découverte." La suite sur blogs.mediapart.fr

Pression de la Hongrie sur ExxonMobil pour extraire le gaz offshore

"Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a demandé au ministre américain de l'Énergie, Rick Perry, de persuader le groupe pétrolier ExxonMobil de commencer avec son partenaire autrichien OMV la production de gaz offshore dans la section roumaine de la mer Noire, selon Reuters.
Les Etats-Unis pourraient aider la Hongrie à se diversifier en s'éloignant de l'énergie russe et en encourageant ExxonMobil à aller de l'avant avec des projets de longue date visant à développer le champ gazier Domino-1 dans la mer Noire, a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères." La suite sur lepetitjournal.com

Mercato: De grands clubs sur une pépite hongroise

"Dominik Szoboszlai (18 ans), jeune joueur du Red Bull Salzbourg, attire des grands clubs sur le marché européen.
Bon manieur de ballon, grand (1m86), il a toutes les caractéristiques pour devenir un milieu de terrain impactant, ce qui n'a pas échappé à certaines écuries européennes telles que le Bayern Munich, l'Inter Milan, la Juventus et Arsenal, indique AS ce lundi." La suite sur sports.fr

Facebook aurait pu passer à côté du rachat de WhatsApp pour 19 Mds$ sans l'aide de Beast, le chien de Mark Zuckerberg

"L'acquisition de WhatsApp par Facebook pour 19 milliards de dollars en 2014 n'aurait peut-être pas eu lieu sans l'aide de Beast, le berger hongrois du PDG Mark Zuckerberg.
Dans une interview à CNN, Mark Zuckerberg raconte : "Mon chien Beast, je pense, est en fait l'arme secrète."
Selon Mark Zuckerberg, les négociations étaient tendues, mais lorsque Beast a sauté sur les genoux de Jan Koum, cofondateur de WhatsApp, "une seconde plus tard, Jan a dit : 'Ok, je pense que c'est bon.'" La suite sur businessinsider.fr

VIDEO. Le puli, un des chiens les plus poilus au monde

"Une tête recouverte de dreadlocks semblable à une serpillère ? C'est celle du puli, l'un des chiens les plus poilus au monde.
Avec sa robe de cordelettes semblable à des dreadlocks, le puli a des poils pouvant atteindre jusqu'à 18 centimètres de longs. Noirs, blancs ou gris les poils des puli sont si longs qu'ils en recouvrent leurs yeux. Grâce à leurs sous-poils courts et fins, ces chiens peuvent supporter des conditions extrêmes." La suite et vidéo sur francetvinfo.fr

Hongrie. Orbán lance sa campagne européenne en taclant Bruxelles et l'immigration

"Le dirigeant magyar n’a pas épargné ses cibles favorites lors de son discours offensif sur l’état de la nation prononcé hier au Bazar du Château de Budapest. La presse hongroise rivalise de commentaires sur la teneur de cette allocution traçant clairement les contours des ambitions continentales de Viktor Orbán.
Viktor Orbán prononçait, dimanche 10 février, son discours annuel sur l’état de la nation, vu par de nombreux observateurs magyars comme le coup d’envoi de sa campagne européenne à un peu plus de trois mois des élections continentales. Champion incontesté des sondages en Hongrie malgré une popularité qui, selon l’hebdomadaire HVG, est légèrement érodée par le mouvement contre la loi travail, le leader danubien s’est livré à un réquisitoire contre Bruxelles et l’immigration. Selon lui “l’héritage chrétien” de la Hongrie serait menacé. Il a également annoncé une batterie de mesures pro-familles afin de redynamiser une faible fécondité.
“Ce plan d’action en sept points incarne un manifeste percutant contre l’individualisme et l’égoïsme suicidaire de l’Europe semblant actuellement préparer sa propre perte. Ceux qui croient à l’immigration comme solution sont dans une impasse”, commente une tribune de Magyar Nemzet. “Avec ses mesures de soutien aux familles, Orbán envoie un message..." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Mike Pompeo met en garde la Hongrie sur ses liens avec Moscou

"Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a appelé lundi la Hongrie à ne pas laisser Moscou « creuser des divisions » entre Occidentaux, ce pays membre de l'OTAN étant jugé de plus en plus perméable aux intérêts russes et chinois.
« Les Russes et les Chinois ont fini par obtenir plus d'influence ici, or ils ne partagent en rien les idéaux américains qui nous tiennent tant à coeur », a déclaré devant la presse à Budapest M. Pompeo avant un rendez-vous avec le premier ministre Viktor Orban, au premier jour d'une mini-tournée en Europe centrale.
« Nous ne pouvons pas laisser (le président russe Vladimir) Poutine creuser des divisions entre amis dans l'OTAN », a ajouté le secrétaire d'État.
Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a vertement répliqué, qualifiant d'« énorme hypocrisie » les critiques envers la Russie de la part des Occidentaux qui par ailleurs entretiennent des liens commerciaux avec Moscou, notamment dans le secteur de l'énergie." La suite sur lapresse.ca

Hongrie: à Budapest, Pompeo met en garde contre l’influence russe et chinoise

"Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère
Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo était en visite officielle lundi 11 février à Budapest. Il a mis en garde le gouvernement hongrois contre l’influence croissante de la Russie et de la Chine en Hongrie. Les relations entre les Etats-Unis et la Hongrie s’étaient réchauffées après l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Le Premier ministre hongrois avait déclaré que le président américain était une icône pour les souverainistes. Mais voilà, depuis 2014 Orban ne cesse de prôner « l’ouverture à l’Est » de son pays.
Mike Pompeo n’a pas mâché ses mots. « Les Russes et les Chinois ont fini par obtenir plus d’influence ici, or ils ne partagent en rien les idéaux américains qui nous tiennent tant à cœur », a déclaré à Budapest le secrétaire d’Etat américain." La suite sur rfi.fr

Viktor Orban veut des bébés hongrois pour sauver l’Europe chrétienne

Géopolitique par Pierre Haski sur France-inter
"Le premier ministre hongrois a annoncé un plan de mesures destinées à encourager la natalité, inférieure en Hongrie à la moyenne européenne. Le pendant à son refus catégorique d’accepter la moindre immigration.
On ne pourra pas accuser Viktor Orban de manquer de cohérence. Le premier ministre hongrois s’est fait le fer de lance de la lutte contre l’immigration en Europe ; il est fort logiquement aussi, celui d’une politique nataliste à outrance. Avec un slogan simple et limpide : « Nous voulons des enfants hongrois, l’immigration est une capitulation »." La suite ou à réécouter (3') sur franceinter.fr 

En Hongrie, sale temps sur la recherche publique

"Un projet du gouvernement de Viktor Orbán prévoit le démantèlement de l’Académie hongroise des sciences et une reprise en main de la recherche publique par le pouvoir politique." La suite sur lesoir.be (article payant)

lundi 11 février 2019

Viktor Orbán annonce une batterie de mesures natalistes pour la Hongrie

"Dans son discours sur l’état de la nation dimanche, le Premier ministre hongrois a annoncé un ensemble de mesures visant à enrayer le déclin démographique de la Hongrie. Sur fond d'une longue diatribe contre l'Union européenne et contre un Occident qui, lui, aurait fait le choix de l'immigration.
« Nous voulons des bébés hongrois ». C'est avec ces mots que le dirigeant hongrois a présenté, lors de son grand discours annuel sur l’état de la nation, un plan de protection des familles annoncé de longue date et qui doit ralentir, sinon inverser, le déclin démographique du pays amorcé au tournant des années 1980 . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

My jazzy Valentine avec Ramona Horvath jeudi 14 février à 20 h à La Bellevilloise



My Jazzy Valentine
Ramona Horvath est à l’origine de ce projet, crée il y a environ 9 ans , pendant sa résidence artistique à la Cité Universitaire. L’idée était simplement de présenter un concert de jazz aux résidents et au public d’amis et des voisins de la Cité U à l’occasion de la St Valentin. Depuis lors cet événement s’est répété et Ramona présente ce concert chaque année avec un groupe différent, dans une salle parisienne différente (clubs de jazz, centres culturels, salles diverses, péniches ..etc), faisant toujours un grand succès auprès du public. Cette année la pianiste sera entourée par le magnifique guitariste Jean-Philippe Bordier – qui déroule ses improvisations avec une fluidité digne de Kenny Burrell avec un swing qui reste extrêmement mélodique, et par le talentueux et incontournable contrebassiste Nicolas Rageau – excellent accompagnateur et soliste inspiré.
Nicolas et Ramona sont partenaires de scène depuis quelques années, ensemble ils ont enregistré pour l’heure 2 albums, salués par la critique spécialisée dans des chroniques élogieuses.
Pour la soirée du 14 février, ces trois musiciens vous feront voyager en musique, avec un répertoire formé par les plus beaux standards américains (Cole Porter, Gershwin, Kern, Rogers…), les bossa novas les plus sensibles et délicates, sans oublier quelques merveilleuses chansons françaises.
JAZZ HOT : « .. C’est une vraie pianiste qui maîtrise tous les ressorts de l’instrument et le fait sonner en exploitant toutes les ressources de sa tessiture  »
TÉLÉRAMA : . »..Redoutable improvisatrice dont les solos reflètent le naturel rieur et passionné  »
JAZZ Magazine : . »..musicalité, technique sans faille et toucher de velours… »
Ramona Horvath – est une pianiste virtuose accomplie , avec un univers musical très varié. Installée à Paris (née en Roumanie) , Ramona est très présente sur la scène jazz à Paris, elle enregistre son premier disque « XS Bird » (« Black&Blue », Meilleur album jazz de l’année 2016, Roumanie), avec Nicolas Rageau à la contrebasse et Frédéric Sicart à la batterie , ensuite en 2017 elle enregistre l’album « Lotus Blossom » en quartet avec André Villéger au saxe ténor , Nicolas Rageau à la cbasse et Philippe Soirat à la batterie. Ramona se produit également à l’étranger : Espagne, Italie, Portugal, Allemagne, Autriche, Hongrie, Belgique…..
Ramona Horvath – piano
Jean-Philippe Bordier – guitare
Nicolas Rageau – contrebasse
Accès libre / 2€ s’ajoutent à l’addition si vous dînez
.
📍 Ce concert a lieu dans la Halle aux Oliviers de la Bellevilloise.
Vous pourrez y allier les plaisirs de la musique aux saveurs d’un dîner ou d’un cocktail.
La Bellevilloise
19-21 rue boyer
75020 PARIS

Plus d'information sur labellevilloise.com

Hongrie-Orban propose des mesures pour favoriser les naissances

"BUDAPEST, 10 février (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé dimanche une série de mesures visant à encourager le taux de natalité tout en continuant à se prononcer contre l'immigration.
"Il y a de moins en moins d'enfants nés en Europe. Pour l'Occident, la réponse (à ce problème) est l'immigration. Pour chaque enfant manquant, il devrait en arriver un et ainsi les chiffres seront bien", a déclaré Viktor Orban, lors de son discours annuel à la nation.
"Mais nous n'avons pas besoin de chiffres. Nous avons besoin d'enfants hongrois", a-t-il ajouté." La suite sur zonebourse.com

Commémoration - Fête nationale 15 mars 2019 à 19h - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Son Excellence Monsieur Georges Károlyi, Ambassadeur de Hongrie en France et Monsieur János Havasi, Directeur de l’Institut hongrois, conseiller culturel de l’Ambassade de Hongrie, vous prient de leur faire l'honneur d'assister à la commémoration de la révolution et de la guerre d’indépendance de 1848-1849.
La célébration de cet évènement historique sera accompagnée d’une conférence donnée par l'historien Tamás Dobszay et d’un concert donné par Katalin Juhász (chant) et Zoltán Szabó (flute, cornemuse).

Programme en langue hongroise. Tenue correcte exigée.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Hongrie: Orban et son discours à la nation sur fond de colère sociale

"Ce dimanche après-midi comme tous les ans, le Premier ministre Hongrois, Viktor Orban, va s’adresser à la nation hongroise, dans un discours qui va donner les grandes orientations pour 2019. Ce discours, cette année, se tient dans un contexte de campagne avant les élections européennes de mai prochain mais aussi de forte contestation sociale assez inattendue en Hongrie. Les médias hongrois s’attendent à ce que Viktor Orban parle de la famille, de l’Europe et bien sûr, de l'un de ses thèmes favoris, l’immigration.Depuis l’année dernière, le nouveau cheval de bataille du Fidesz, le parti conservateur auquel appartient Viktor Orban, est le rétablissement des valeurs familiales. Valeurs dévoyées selon le Fidesz par une culture libérale permissive. Mais ce thème, même s’il n’était pas central, n’est pas nouveau pour le Fidesz. Cela fait des années que le parti essaie de remettre au-devant de la scène l’Eglise chrétienne. Le Fidesz n’a jamais été connu pour être un chaud partisan de l’émancipation féminine, sans parler de ses attaques contre les homosexuels, contre les études de genres à l’université, etc." La suite sur rfi.fr

Tennis – ATP – Sofia : Medvedev signe un quatrième succès contre Fucsovics

"Vainqueur en deux manches de Marton Fucsovics en finale du tournoi ATP de Sofia, Daniil Medvedev remporte à cette occasion son quatrième trophée sur le circuit principal.
Daniil Medvedev a bien digéré son élimination en huitièmes de finale de l’Open d’Australie face à Novak Djokovic. Le Russe, à l’issue d’une finale dont l’issue n’a rapidement pas fait de doute, est allé chercher un quatrième titre sur le circuit ATP en s’imposant face à Marton Fucsovics en finale à Sofia." La suite sur sport365.fr

Elections européennes: le Hongrois Orban se pose en défenseur des "chrétiens"

"(Belga) Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a placé dimanche sa campagne pour les européennes de mai sous le signe de la défense des "nations chrétiennes" contre l'immigration, qu'il a associée à la violence.
Viktor Orban, dirigeant souverainiste admiré par les droites nationalistes européennes, a également annoncé des mesures de politique familiale de plusieurs millions d'euros afin de soutenir la natalité et de répondre aux problèmes démographiques de la Hongrie. "A la veille d'élections paneuropéennes, l'Europe a de nouveau atteint le point où nous devons défendre notre identité hongroise, notre héritage chrétien", a lancé le Premier ministre lors d'un discours annuel "sur l'état de la nation". "Il y a trente ans, nous pensions que nous avions jeté aux ordures pour de bon la pensée communiste qui avait déclaré la fin des nations, il semble que nous avions tort. De nouveau, ils proclament un monde sans nations, ils veulent des sociétés ouvertes et ils sont là de nouveau, ceux qui veulent balayer nos traditions et inonder nos pays de cultures étrangères", a ajouté M. Orban, qui fut un opposant libéral au régime communiste hongrois." La suite sur rtl.be

dimanche 10 février 2019

Tournoi ATP de Sofia : Marton Fucsovics en finale

"Le Hongrois Marton Fucsovics s'est qualifié samedi pour la finale du tournoi de Sofia. Il a écarté l'Italien Matteo Berrettini en demi-finales (5-7, 7-5, 6-3)." La suite sur lequipe.fr

Hongrie. Quand Orbán fait son show sur la scène mondiale

"Champion du camp eurosceptique animé par le groupe de Visegrád (Hongrie, République tchèque, Pologne, Slovaquie) et figure de proue annoncée des européennes, le Premier ministre Viktor Orbán entretient ses alliances avec les puissances mondiales (États-Unis, Chine, Russie) tout en ne cachant pas son souhait de refaçonner l’Union européenne de l’intérieur. L’hebdomadaire libéral HVG de cette semaine s’intéresse aux dessous de ce numéro d’équilibrisme diplomatique et représente l’homme fort de la Hongrie en pole dancer lascif hypnotisant ses partenaires. D’où le titre “Dirty Dancing”, une allusion au film musical américain des années 1980." La suite sur courrierinternational.com

Emil Szittya, Quatre-vingt deux rêves pendant la guerre 1939-1945

Emmanuel Carrère (Préfacier)
Date de parution : 07/02/2019
Editeur : Allary
EAN : 9782370732576
Nb. de pages : 219 p.

Préfacé par Emmanuel Carrère, écrit dans une langue magnifique, un roman de guerre qui ne ressemble à aucun autre et un portrait saisissant de l'inconscient en temps de guerre. " Pendant une guerre, on rêve de guerre, et Emil Szittya a cherché à savoir sous quelle forme la guerre s'insinuait dans le sommeil des gens. Il a noté ce qu'on lui racontait aussi fidèlement que possible, en comptant sur l'éloquence de la transcription brute.
Le résultat est saisissant, à la fois d'une grande unité de style et d'une grande variété de tonalités et d'affects. Il n'y a pas d'interprétation, mais chaque rêve est précédé par une brève présentation du rêveur, et ces 82 vignettes ne sont pas ce que le livre offre de moins précieux. Il y a quelque chose de Perec dans ces vies déroulées en quelques lignes. On y reconnaît le ton d'un véritable écrivain." Emmanuel Carrère Sorti en 1963, devenu introuvable, 82 rêves pendant la guerre 1939-1945 est enfin réédité.
Emil Szittya y fait le récit des rêves de Français ordinaires, de miliciens, de Juifs pourchassés ou de soldats allemands pendant l'Occupation. En dévoilant la part la plus intime des hommes et femmes pendant cette nuit de six longues années, il signe une ouvre littéraire et historique de premier plan. Un portrait saisissant de l'inconscient en temps de guerre.
«J’ai la manie presque maladive de ramasser des documents sur les différents aspects de la vie quotidienne. De 1939 à 1945, j’ai demandé à toutes sortes de gens, enfants, vieillards, ouvriers, paysans, intellectuels, quels rêves ils faisaient. Cette enquête indiscrète, qui n’était pas de psychanalyse, avait pour but de découvrir ce que pensaient les hommes de la guerre et de la Résistance pendant qu’ils dormaient. Les images que j’ai recueillies donnent une nouvelle sorte de roman de guerre. Les hommes furent logés pendant six ans dans une prison pleine d’odeurs puantes, et j’ai essayé d’ouvrir cette prison.»
"Quatre-vingt-deux vignettes de l’humanité, du désastre, qui correspondent à son tempérament de peintre expressionniste" (Ph. Lançon dans Libération).

Source : fabula.org

L’Occupation des rêves, sur les traces d’Emil Szittya

"C’est la guerre, l’Occupation, la Libération. De Paris aux Pyrénées en passant par le centre de la France, le Rhône, la Drôme et Toulouse, un peintre et écrivain hongrois nommé Emil Szittya, la cinquantaine survivante, croise pendant six ans des tas de gens, Français moyens, exilés allemands juifs ou communistes, résistants, collaborateurs, internés, cordonniers, peintres, collectionneurs, actrices, intellectuels, paysans, gendarmes, maquereaux, ouvriers, instituteurs, romanichels, enfants, soldats allemands, petits vieux solitaires et mourants. Il leur demande de raconter un rêve. Le paquebot France a coulé. Tous flottent en tous sens dans la ratière inondée, comme des morceaux d’épave. Ils vont sur les eaux noires et agitées de la débâcle, de la fuite, de la séparation, des camps d’internement, de Drancy, d’Auschwitz. On ne sait pas quand ni comment Szittya a écrit son texte, directement en français, lui qui avait écrit la plupart des autres en allemand. Il est publié en 1963, un an avant sa mort à Paris. Peut-être a-t-il tout noté sur des vieux carnets dégueulasses, des feuilles volantes, comme du temps où il parcourait l’Europe à pied, en dandy vagabond et misérable, avant la Première Guerre mondiale. A cette époque, il voulait écrire un livre sur les images du Christ en Europe." La suite sur liberation.fr

samedi 9 février 2019

En Hongrie, la gauche prise au piège de l’alliance avec le Jobbik

"Mardi dernier dans une entrevue télévisée sur la chaîne Hír TV, le chef de file de la gauche hongroise Gergely Karácsony a maladroitement justifié le rapprochement en cours entre l'opposition démocratique et l'ancien parti d'extrême-droite Jobbik, allant jusqu'à minimiser son passif antisémite. Au-delà de l'impréparation manifeste du dirigeant écologiste, l'épisode montre surtout à quel point l'alliance "tous contre Viktor Orbán" reste un attelage fragile et mal pensé.
Il s'agit d'un dérapage dont Gergely Karácsony se serait sans doute bien passé. Face à une journaliste zélée lui demandant si "lister des Juifs c'est nazi", l'ancien chef de file de la gauche aux élections législatives de 2018 a benoîtement répondu "non". Quelques minutes avant, le dirigeant écologiste se débattait encore quant à savoir si le Jobbik était nazi dans son ensemble, ou si "seulement quelques dirigeants qui ont quitté le parti depuis" sont nazis. Problème : Márton Gyöngyösi, celui qui appelait encore en novembre 2012 à "faire la liste des députés d'origine juive", est non seulement encore au Jobbik . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Blanka Nagy, la lycéenne qui défie Viktor Orban

"Le premier ministre hongrois Viktor Orban se trouve face à une contestation sans précédent. Parmi ses adversaires, une lycéenne qui ne mâche pas ses mots.
Blanka Nagy veut être metteuse en scène mais elle ne s’attendait certainement pas à se retrouver aussi jeune en pleine lumière. Quatre jours avant Noël, cette adolescente de 19 ans préparant sa maturité au gymnase Ferenc Mora de Kiskunfelegyhaza (à 120 kilomètres au sud de Budapest) est sortie de l’anonymat en prononçant un discours corsé sur la place principale de Kecskemet, la ville de son enfance, contre le gouvernement de Viktor Orban et la loi sur les heures supplémentaires votée le 12 décembre." La suite sur letemps.ch

Musique : Fran Palermo, un cactus d’Arizona dans la puszta hongroise

"Les grands noms du rock alternatif hongrois des années 2000 s’appellent Quimby et Kispál és a Borz. Fran Palermo, c’est la nouvelle génération, des même pas vingtenaires quand ils se sont révélés à la fin de l’année 2011 sur la scène hongroise, emmenés par un magyaro-cubain-espagnol du nom d’Henri Gonzo.Fran Palermo, c’est une brochette de jeunes beaux-gosses, débarqués sur la scène hongroise au début des années 2010. Une bande de potes budapestois insolemment à l’aise sur scène, ramenant chacun leur instrument dans le groupe, peu importe le résultat qui en sort.
Le son méditerranéen de leurs débuts (Bouzouki, Accordéon, Melodica…) a rapidement laissé place à un line-up un peu plus purifié aujourd’hui, mais qui laissent aux cuivres une place essentielle à leur son si particulier." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Henri Gonzo ★ BOGIBAR PARIS ★Zsiráf szülinap Samedi 9 février 2019 à 20 h

HENRI GONZO est musicien, graphiste, céramiste, fashioniste, and so on, so on... D'origine hungaro-hispano-cubaine, il est le fondateur, chanteur, guitariste, bref, ZE leader de Fran Palermo, groupe phare indie-tropical-surf-guitare-rock de Hongrie (qui est elle-même un pays exotique). Vraiment multifacette, quoi !

Il va réchauffer l'ambiance au Bogibar le 9 février à partir de 20h avec ses propres chansons et des covers à son gré. Ça sera la crème de la crème, et ça va être assez cool !

Note de la Rédaction : la clientèle féminine est conseillée de se munir d'un extincteur de feu en tous cas.

Ensuite, on y restera pour faire la fête bien sûr ! (Ça risque de danser... ! )

Pas obligatoire de payer son billet d'entrée mais il est fortement conseillé de participer au chapeau – à prix libre !"

HENRI GONZO Magyarország egyik vezető zenekarának a FRAN PALERMO zenekarnak a frontembere, gitárosa, énekese a Bogibar színpadán! Szóló koncert. Saját dalok és coverek is ...

Mindenből a legjobb!

Utána pedig táncos mulatság!

Nincs belépő, de a rendezvény költségeihez való hozzájárulásra kint lesz egy kalap és légyszi mindneki tegyen bele amennyit tud!
BOGIBAR
54, rue Guy Moquet, Paris, 75017 Paris

vendredi 8 février 2019

A Bratislava, Angela Merkel affiche prudemment sa proximité avec le groupe de Visegrád

"La chancelière allemande Angela Merkel était l'invitée d'honneur du sommet du groupe de Visegrád, qui s'est déroulé ce jeudi à Bratislava. Au menu des discussions : le Brexit, les élections européennes et le budget de l'UE.
L'Allemagne était la grande invitée du  sommet du groupe de Visegrád (V4) qui s'est déroulé cet après-midi à Bratislava. "Les échanges ont été positifs et sincères", a estimé le chef de gouvernement hongrois Viktor Orbán au sujet des discussions avec la chancelière allemande Angela Merkel et leurs homologues tchèque Andrej Babiš, slovaque Peter Pellegrini et polonais Mateusz Morawiecki. Mais parmi les thèmes à l'ordre du jour, très peu ont fait l'objet d'annonces concrètes à l'issue de la rencontre . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Merkel à Bratislava avec le groupe de Visegrad

"La dernière réunion de ce type remontait à 2016. Angela Merkel était à Bratislava, en Slovaquie ce jeudi pour rencontrer ses homologues d'Europe de l'Est du groupe de Visegrad, c'est à dire de Pologne, de République tchèque, de Slovaquie et de Hongrie.
Les gouvernements des pays de ce groupe ont multiplié depuis deux ans les points de désaccord avec la gouvernance de l'Union européenne, notamment sur les questions de politique migratoire dont il a été question ce jeudi." La suite sur euronews.com

Sommet du groupe de Visegrad à Jérusalem les 18-19 février

"Le groupe de Visegrad (V4 - Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) tiendra un sommet avec Israël à Jérusalem les 18 et 19 février, ont annoncé jeudi à l'AFP les gouvernements tchèque et slovaque.
Il s'agit du premier sommet du groupe hors des frontières des quatre pays qui le composent. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l'accueillera.
Le Premier ministre tchèque Andrej Babis se rendra à Jérusalem pour participer à une réunion du groupe de Visegrad avec son homologue israélien Benjamin Netanyahu, a indiqué la porte-parole du gouvernement de Prague Vanesa Sandova.
 Elle n'a pas voulu entrer dans les détails, précisant qu'un communiqué serait publié à Prague dans les prochains jours." La suite sur lorientlejour.com

Ahmed H., le « terroriste d’Orban » en attente de son expulsion

"Le sort injuste réservé par le régime hongrois à ce Syrien arrêté au plus fort de la crise migratoire avait été évoqué dans le rapport Sargentini pour motiver le déclenchement de l’article 7 contre Budapest.
Officiellement « libéré » le 19 janvier, à la suite d’un aménagement de peine, Ahmed H. patiente toujours en centre de rétention, en attente de son expulsion. Ce Syrien, dont le sort avait été largement médiatisé, était devenu le symbole d’une dérive sécuritaire, dans ce pays d’Europe centrale, membre de l’Union européenne (UE) depuis 2004. « Il s’agit d’une décision finale et nous attendons qu’elle soit exécutée », affirme Eda Seyhan, d’Amnesty International. « Nous ne savons pas pourquoi il est encore retenu sur le territoire hongrois. »
Marié à une Chypriote chrétienne, père de deux filles, le quadragénaire avait été arrêté lors d’une émeute à la frontière en 2015, puis condamné initialement à une peine de dix ans de prison, pour « acte de terroriste ». Ce verdict avait ensuite été réduit à sept, puis à cinq années d’emprisonnement. L’Union européenne et Washington s’étaient inquiétés du caractère disproportionné de sa condamnation." La suite sur lemonde.fr (aricle payant)

jeudi 7 février 2019

Nanushka s’installe au Bon Marché

La collection resort de Nanushka - Nanushka
"La griffe de Sandra Sandor, lancée en 2005 en Hongrie, a fait du chemin. Aujourd’hui, c’est en dehors de ses frontières que Nanushka s’épanouit, avec pour premiers marchés à l’export les Etats-Unis et le Royaume-Uni. En France, la marque vient d’ouvrir un tout nouvel espace de vente, au cœur du Bon Marché Rive Gauche. Pour fêter ce premier corner parisien, un pop-up store de 32 mètres carrés a été inauguré au premier étage du grand magasin germanopratin.
Si Nanushka effectue 65% de son chiffre d’affaires via près de 200 détaillants internationaux, la marque dispose en plus de son site Internet d’une boutique-café dans sa ville d’origine, Budapest, depuis février 2018. Le concept semble plaire puisque la griffe souhaite réitérer l’expérience, outre-Atlantique cette fois, à Los Angeles." La suite sur lu.fashionnetwork.com

Hongrie. Le quotidien historique de la droite renaît et réintègre le camp Orbán

"La date n’a pas été choisie au hasard. Le 6 février 2015, l’influent oligarque Lajos Simicska, vieux compagnon de route de Viktor Orbán aujourd’hui en disgrâce, déclarait une “guerre totale” au gouvernement, qui envisageait une taxe de 5 % sur les revenus publicitaires des médias privés, dont le journal Magyar Nemzet, qu’il détenait. Quatre ans plus tard jour pour jour, ce quotidien historique de la droite fondé en août 1938 et fermé au lendemain des législatives du printemps dernier renaît en absorbant la rédaction de Magyar Idők, revenant dans le giron de l’exécutif, dont il s’était éloigné jusqu’au numéro d’adieu du 11 avril 2018." La suite sur courrierinternational.com

mercredi 6 février 2019

Littérature - Diavolina de György SPIRÓ

Entrée comme bonne dans la maison du grand écri­vain russe Maxime Gorki, celle qu’il surnomma Diavolina (diablesse) devint avec le temps son infirmière, sa confidente, son rempart contre le monde.
À l’automne de sa vie, elle se souvient. Avec iro­nie, humour et perspicacité, elle fait le portrait de son maître, mais aussi de son entourage : H. G. Wells, Romain Rolland, Moura Budberg, Nina Berberova, Stanislavski, Lénine, Staline, Molotov… et se délecte de leurs faiblesses et hypocrisies. Ici, c’est une femme du peuple qui observe sans concession ceux qui pré­tendent le diriger en son nom…
Le romancier et homme de théâtre hongrois György Spiró parvient à rendre palpables toutes les facettes et contradictions de la vie de Maxime Gorki – loin des stéréotypes et des livres d’histoire – grâce à cet impertinent récit de celle qui accompagna sa vie sans jamais devenir sa femme.


Actes Sud Littérature
Lettres hongroises

6 Février, 2019 / 11,5 x 21,7 / 240 pages
traduit du hongrois par : Natalia ZAREMBA-HUZSVAI, Charles ZAREMBA ISBN 978-2-330-11834-1
prix indicatif : 21, 50€

Recherches sur la « magyarité » : le gouvernement hongrois ressuscite des controverses du XIXe siècle

"La Hongrie a depuis un mois un Institut de recherche entièrement dédié à sonder les tréfonds de la "magyarité". Derrière cette notion, renvoyant à ce qui constituerait l'essentiel de l'identité hongroise, l'instrumentalisation de l'histoire et de la génétique à des fins idéologiques inquiète la communauté scientifique. Analyse.
Depuis le 1er janvier dernier, la "magyarité" a son propre institut de recherche. Annoncé au mois d'octobre 2018, le MKI (ou MaKI pour ses détracteurs) a été placé sous la tutelle du ministère des ressources humaines, qui chapeaute les secrétariats d'État à l'éducation, la culture, aux affaires sociales, au sport, etc. Le ministre, Miklós Kásler, est d'ailleurs connu comme un fervent défenseur de l'Histoire "alternative", sous-entendue éloignée d'un putatif "discours officiel" qui serait véhiculé au sein des structures académiques . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Mardis hongrois du 5 février 2019 - Quelques images
















"Fin de Partie" de Kurtag par l'Orchestre du Théâtre de la Scala dirigé par Markus Stenz

"A 92 ans, le grand compositeur hongrois György Kurtag livre son premier opéra à la scène lyrique. Pour Kurtág, l’œuvre de Beckett, et en particulier "Fin de partie", opus lyrique en un acte qu’il avait vu à Paris en 1957 peu après la création de la pièce, est un sujet inspiré et extraordinaire" La suite sur francemusique.fr

A écouter ce soir 6 février 2019 à 20 h sur France-Musique



Dordogne : le meurtrier de la " Comtesse" devant la cour d'assises

"Le procès du meurtrier d'Ildiko Peers de Nieuwvurg se tient à partir de ce mercredi devant la cour d'assises de la Dordogne. Emmanuel Bouscaillou, un ancien militaire de 41 ans, comparait pour meurtre sur personne vulnérable. Le verdict est attendu vendredi.
Ce n'est qu'en mars 2017, treize mois après sa disparition que le corps d'Ildiko Peers de Nieuwburgh a été retrouvé, enterré sur le terrain de son meurtrier présumé, Emmanuel Bouscaillou.
Cet ancien militaire de 41 ans faisait quelques travaux de jardinage sur sa propriété à Mauzac et Grand Castang. Le 15 février 2016, il se serait rendu chez elle. La discussion autour du prix payé pour les travaux aurait dégénéré. C'est à ce moment-là que l'octogénaire aurait chuté dans l'escalier. Emmanuel Bouscaillou aurait pris le temps de boire un verre d'eau et de fumer deux cigarettes avant d'aller l'étrangler avec le cordon d'une radio. Il est revenu sur place à deux reprises, pour chercher de l'argent puis pour dissimuler le corps qu'il a caché dans un poulailler avant de l'enterrer sur son terrain, sous une piscine. C'est là qu'il a été retrouvé." La suite sur francebleu.fr

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 5 février 2019 - Portraits réalisés par Peter Gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

©photos peter gabor

Mona Gehler expose à la Galerie improbable à Vill'Up du 7 au 15 février 2019