mardi 26 mai 2015

200.000 enfants manquent de nourriture

"200.000 jeunes enfants ne reçoivent pas assez de nourriture de temps en temps et entre 30.000 et 50.000 ont faim tous les jours en Hongrie, selon une étude conjointe de l’Académie hongroise des sciences et l’Ordre de Malte." La suite sur hu-lala.org

Slovaquie, Hongrie, Roumanie et Bulgarie lancent un nouveau gazoduc

"Les quatres pays de l'Est ont signé une déclaration commune en faveur de la construction d'un gazoduc baptisé Eastring. Il devrait relier l'Europe centrale au sud-est du continent.
Lors d'un entretien exclusif avec EurActiv, Mirek Topolánek, ancien Premier ministre de la République tchèque, a expliqué le projet en détail.
Eastring est un projet de gazoduc envisageant deux options : une version de 832 kilomètres traversant la Slovaquie, la Hongrie, et la Roumanie, et une autre de 1274 kilomètres, par la Bulgarie." La suite sur euractiv.fr

Entretien avec Edina Szvoren, lauréate du Prix de littérature de l’Union Européenne 2015

« … le dialogue relève de la science-fiction : il est possible, pourtant il n’existe pas. »

Entretien avec Edina Szvoren, lauréate du Prix de littérature de l’Union Européenne 2015 et publication en français de l’une des nouvelles tirée de son deuxième recueil qui vient d’être récompensé.
Votre premier recueil de nouvelles (Pertu, Palatinus, 2010) a été récompensé par les prix Déry Tibor et Bródy Sándor. Le deuxième (Nincs, és ne is legyen, Palatinus, 2012) vous a valu le prix Artisjus et le Prix de littérature de l’Union Européenne (EUPL). Ces prestigieuses reconnaissances ainsi que la réception critique, unanimement positive, ont-elles changé votre attitude à l’égard de l’écriture ? Mais je pourrais aussi bien dire : votre attitude à l’égard de la musique. Si mes informations sont exactes, vous continuez d’enseigner à plein temps le solfège et la théorie musicale dans votre ancien lycée." La suite sur litteraturehongroise.fr

Le problème hongrois de l'Ukraine

"La situation compliquée en Ukraine a obligé des hommes politiques européens à rappeler au monde que le sol ukrainien est actuellement habité par de nombreuses ethnies. La Hongrie est un des pays qui n'est pas indifférent au sort de ses compatriotes.
Selon le premier ministre de Hongrie Viktor Orban 156 000 Hongrois résidant en Ukraine constituent une raison pour parler de l'autonomie. Pourtant Kiev préfère faire la sourde oreille aux déclarations de ce genre." La suite sur : sputniknews.com

Liliom de Ferenc Molnár - Jean Bellorini | 28 mai - 28 juin | Odéon-Théâtre de l'Europe / Berthier


Liliom | Ferenc Molnár - Jean Bellorini | 28... par TheatreOdeon

mise en scène Jean Bellorini

avec Julien Bouanich, Amandine Calsat, Julien Cigana, Delphine Cottu, Jacques Hadjaje, Clara Mayer, Teddy Melis, Marc Plas, Lidwine de Royer Dupré, Hugo Sablic, Sébastien Trouvé, Damien Vigouroux
 

Liliom tourne en rond sur un manège de fête foraine. Un jour il rencontre Julie ; aussitôt il perd son emploi. Liliom tournait en rond, voilà qu'il tourne mal. Jean Bellorini insuffle au conte de Molnar toute sa générosité, musicale et sensible. Le décor de fête foraine, la musique et la gouaille des douze acteurs sont la clef pour entrer dans ce monde fait d’ombres et de lumières, rude et féerique.





Évreux : trois expositions sur le peintre Alexandre Hollan sont actuellement proposées

"Culture. Trois expositions consacrées au peintre Alexandre Hollan offrent une occasion unique de découvrir ses œuvres.
La présentation concomitante de trois expositions au musée d’art, à la Maison des arts et à la bibliothèque-médiathèque, offre un nouvel éclairage sur le peintre Alexandre Hollan, né à Budapest en 1933 et exilé à Paris en 1953." La suite sur paris-normandie.fr

Sziget Festival : la France à l'honneur pour l'édition 2015 avec le retour de C2C

"Les szigotos français qui iront danser sur l'île de la Liberté du 10 au 17 août prochain peuvent se réjouir car en plus de l'excellente programmation du festival, les organisateurs du Sziget ont annoncé que l'édition 2015 serait aux couleurs de la France. Pour fêter ça, les 4 DJ de C2C feront leur grand retour sur scène et en exclusivité à Budapest." La suite sur chartsinfrance.net

La pauvreté ne progresse plus en Hongrie, selon Tárki

"L’extension du programme d’emplois publics aurait permis d’enrayer la progression de la pauvreté en Hongrie.
Selon une étude réalisée par l’institut Tárki, la situation de la classe moyenne inférieure s’est améliorée, tandis que celle des pans les plus pauvres de la société n’a pas évolué.
Les conditions de vie pour les familles élevant plusieurs enfants, pour les familles avec un seul revenu et pour les personnes de plus de 65 se sont détériorées. En tout, 1,6 à 1.7 millions de personnes vivent dans la pauvreté en Hongrie." La suite sur hu-lala.org

Prix spécial pour la Hongrie à l’honneur au concours des Citadelles du vin

"La 15e édition du concours des Citadelles du vin organisé à Bourg (Gironde), où un millier de vins venant de 30 pays se sont disputé plus de 300 médailles, a mis à l’honneur les vins de Hongrie, pays viticole connu pour son prestigieux tokay." La suite sur lesoir.be

lundi 25 mai 2015

Hongrie: Quatre régions parmi les plus pauvres de l’UE

"Selon les évaluations réalisées par Eurostat sur la base du PIB par habitant (en parité de pouvoir d’achat) dans les régions des États membres de l’UE en 2013, quatre régions de Hongrie sont classées parmi les vingt régions les plus pauvres de l’Union.

La région la plus riche de l’UE-28 est celle de Londres-centre (Inner London), avec un PIB équivalent à 325% de la moyenne communautaire. La région la plus pauvre est celle du nord-ouest (Severozapaden) de la Bulgarie (30% de la moyenne)." La suite sur regard-est.com

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 26 mai 2015 à partir de 20 h au Café Bords de Seine

Prochaine soirée
le mardi 26 mai 2015
 à partir de 20 h
1, place du Châtelet 75001 Paris
Métro Châtelet-Les Halles

 Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel május 26. este 8 kor kezdődik
A Bords de Seine kávéházban
1, place du Châtelet 75001 Paris
Métro Châtelet-Les Halles
©photos peter gabor
©photos peter gabor
 ©photos peter gabor
Les Mardis hongrois sur Youtube

Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter

A Orléans, Josef Nadj danse et crée « Pour Dolorès »

"Il y a peu, dans l’atelier, cette » Fabrique » de Josef Nadj, chorégraphe danseur et plasticien, espace situé au coeur du centre chorégraphique national d’Orléans, un livre est posé parmi d’autres: « L’homme qui marchait dans la couleur », ce James Turrell révélé par Georges Didi-Huberman aux Editions de Minuit.

« Pour Dolorès »

« Pour Dolorès », nouvelle création de Josef Nadj, le travail solitaire du chorégraphe a débuté fin 2014, dans le sillage du mouvement Fluxus. Le thème en est  l’idée de la musique sans jouer,  et le rapport au son. Après le temps nécessaire de la solitude originelle , celui  où la matière dicte ce qu’il doit faire à l’artiste, arrive Ivan Fatjo, partenaire danseur de cette nouvelle pièce. Petit à petit se développe, dès lors, une phrase musicale de vingt-quatre bulles inspirées par vingt-quatre vieillards,  musiciens symbolisant l’harmonie  que l’on peut voir au fronton des églises romanes." La suite sur magcentre.fr
« Pour Dolores », mercredi 27, jeudi 28 et vendredi 29 mai, à 19 heures, Centre Chorégraphique national d’Orléans, 37, rue du Bourdon Blanc, Orléans. Entrée gratuite sur réservation au 02.38.62.41.00.  En savoir plus: www.josefnadj.com

Le jour de gloire hongrois : remise du Grand prix à Cannes et la suite.

A magyar siker napja: díjátadó Cannes-ban, és ami utána jött
Vidéo sur index.hu

Primé au festival de Cannes, Le fils de Saül du Hongrois László Nemes marquera pour longtemps l’histoire du cinéma

Par Pierre Waline
"Voilà qui ne s’était pas produit depuis trente ans: un film hongrois vient de se voir récompensé par le Grand Prix du jury au festival de Cannes. „Le fils de Saül” de László Nemes. Une reconnaissance plus que largement méritée. Car il s’agit là d’une oeuvre majeure qui va marquer pour longtemps l’histoire du cinéma. Inutile dêtre un cinéphile averti (que je ne suis pas) pour en saisir toute la dimension. Pour celles et ceux qui, comme moi, ont eu le privilège de le voir en avant-première: un choc." La suite sur francianyelv.hu

Les films hongrois à Cannes

Pour les aficionados de cinéma, on peut trouver une liste des films hongrois présentés à Cannes depuis 1947, soit dans le cadre du Festival soit dans les manifestations parallèles sur :
http://hu.m.wikipedia.org/wiki/Magyar_filmek_Cannes-ban

dimanche 24 mai 2015

"Le fils de Saul" Grand prix au Festival de Cannes 2015 - L'équipe du film se réjouit et nous aussi !!!


Claude Lanzmann : “‘Le Fils de Saul’ est l'anti-‘Liste de Schindler’”

“Le Fils de Saul”, de László Nemes, vient de recevoir le Grand prix de ce 68e Festival de Cannes. Mais que pense Claude Lanzmann, le réalisateur de “Shoah”, de cette histoire d'un Sonderkommando à Auschwitz ? Celui-ci s'exprime en exclusivité pour Télérama.fr.
« Vous savez, ressentir, là-bas... C'était très dur de ressentir quoi que ce soit : imaginez, travailler jour et nuit, parmi les morts, les cadavres, vos sentiments disparaissent. Vous étiez mort au sentiment, mort à tout. » C'est par ses mots qu'Abraham Bomba, membre d'un Sonderkommado, et « coiffeur » au camp de concentration de Treblinka (il était chargé de couper les cheveux des femmes juste avant leur extermination dans les chambres à gaz), répond à Claude Lanzmann dans Shoah. Ce témoignage, et au-delà, le film monument qui l'a immortalisé, ont été systématiquement évoqués par le Hongrois László Nemes comme l'une des sources majeures de son film : Le Fils de Saul, Grand prix de ce 68e Festival de Cannes." La suite sur telerama.fr

Et le Grand Prix du Festival de Cannes est décerné au film hongrois "Le fils de Saül" de László Nemes

Complément d'information !
Un lecteur assidu du blog (voir le commentaire) nous fait observer que le "Grand prix" est la plus haute distinction après la Palme d'or:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes#Les_prix_officiels
C'est la 2e fois qu'il est attribué à une réalisation hongroise:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_prix_du_Festival_de_Cannes
Márta Mészáros l'avait obtenu en 1984 pour Journal à mes enfants (Napló gyermekeimnek)
http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A1rta_M%C3%A9sz%C3%A1ros

Viktor Orban met la démocratie en danger

"Salut, dictateur!" a lancé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker au Premier ministre hongrois Viktor Orban vendredi au sommet de Riga. Les menaces qu'il fait peser sur les droits fondamentaux, sa volonté d'ouvrir le débat sur un rétablissement de la peine de mort et son questionnaire sur l'immigration et le terrorisme ont provoqué cette semaine la colère des eurodéputés." La suite sur franceinfo.fr

En attendant le palmarès : voilà ce qu'on retiendra de Cannes 2015

"La révélation Lazlo Nemes, la déception Gus Van Sant, les absences remarquées de la sélection de "Vice Versa" ou "Mad Max"... A l'heure du départ, retour sur dix jours de festival.
Après dix jours passés sur la Côte d'Azur, nous voilà au terme d'un festival marqué par des coups de coeur, des regrets, des surprises, des anecdotes. Le palmarès n'est pas encore rendu mais, d'ores et déjà, voilà ce qu'on retiendra de cette 68e édition.

La révélation : Laszlo Nemes pour "le Fils de Saul"

Laszlo Nemes, 38 ans, ne s'est pas contenté de venir briguer la Palme avec son tout premier film. Il l'a fait en racontant Auschwitz, la solution finale, l'enfer des camps et en signant la fiction ultime sur le sujet, celle après laquelle on ne pourra plus dire que l'on ne peut pas filmer. Claude Lanzmann en personne a approuvé. Le jury devrait faire de même." La suite sur nouvelobs.com

L'ambassadrice de Hongrie reçoit la presse algérienne - Une autre façon de voir la coopération

"Plus de 5000 experts hongrois travaillaient en Algérie, en tant que coopérants techniques, durant les années 1970-1980.
Elle s'appelle Halga Pritz. Elle est ambassadrice de Hongrie en Algérie depuis un mois et demi. Elle a invité des représentants de la presse nationale à un petit déjeuner de presse. On a donc appris que son pays est 23 fois plus petit que l'Algérie, peuplé d'une dizaine de millions de chrétiens convaincus." La suite sur lexpressiondz.com

samedi 23 mai 2015

Le fils de Saul remporte déjà deux prix au Festival de Cannes

Le fils de Saul vient de remporter le prix FIPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique) mno.hu

Hongrie : flash mob de mères allaitantes dans un MacDo

"Des dizaines de mères allaitant leur nourrisson dans un restaurant Mac Donald’s de Budpaest : cette scène filmée hier dans la capitale hongroise est une mobilisation spontanée après qu’une mère a subi les remontrances d’un agent de sécurité, mercredi, en nourrissant son bébé.
La direction de la chaîne de restauration rapide s’est désolidarisée de l’agent en question et a réaffirmé sa politique familiale." Source et vidéo sur euronews.com

Et Sony remporta la bataille du « Fils de Saul »…

"« De 22 heures à 2 heures du matin, ils étaient dix, puis neuf… Pendant ces quatre heures, on a écouté les distributeurs et on s’est demandé lequel était le plus convaincant. Enfin, de 2 heures à 4 heures au matin, on s’est retrouvé dans une négociation serrée avec un seul interlocuteur, Sony. » On sent encore l’adrénaline lorsque Nicolas Brigaud-Robert, de Films Distribution, raconte le marathon que fut la vente, sur le territoire américain, du film hongrois en compétition officielle, Le Fils de Saul.
Ce premier long-métrage de Laszlo Nemes, 38 ans, qui montre l’horreur d’Auschwitz, a suscité un vif débat parmi les critiques, et l’ébullition sur les marchés. « L’emballement a été immédiat, dans la soirée qui a suivi la projection à Cannes, vendredi 15 mai. C’est rare pour un film non hollywoodien »,..." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Rencontres autour de la traduction du théâtre hongrois

« Même les plus grands auteurs de théâtre hongrois sont méconnus en France », Alain Barsacq
Du 26 au 31 mai, le festival Traduire-Transmettre met le théâtre hongrois à l'honneur à L'Atalante (Paris 18ème) et propose six soirées de lecture en présence de la traductrice hongroise Anna Lakós, invitée d'honneur, et des traducteurs des pièces en français.
Après s'être consacrée de la dramaturgie russe, espagnole, allemande, grecque et italienne, la manifestation Traduire-Transmettre accueille cette année pour sa 6e édition, le théâtre hongrois, peu représenté dans l'hexagone. « Seul Liliom, la pièce de Ferenc Molnár (1878-1952) est connue en France, en grande partie grâce au film de Fritz Lang avec Charles Boyer », constate Laurence Campet de la compagnie René Loyon, qui coorganise l'événement avec la compagnie Agathe Alexis et la compagnie des Martinaux, la Maison Antoine Vitez, le centre international de la traduction théâtrale et le Centre National du Théâtre." La suite sur actualitte.com

Des eurodéputés interpellent l'Europe sur le sort d'un militant menacé de mort en Hongrie

"La tête d'Andrea Giuliano, militant LGBT, a été mise à prix 10 000 euros par le responsable d'une association d'extrême droite, pour le détournement d'un logo, lors de la Gay Pride 2014.
Plusieurs parlementaires ont adressé un courrier au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, jeudi 21 mai, pour l'alerter sur le sort d'un militant LGBT italien dont la tête a été mise à prix 10 000 euros en Hongrie. Son tort ? Avoir caricaturé un symbole cher à des organisations d'extrême droite, le 5 juillet dernier, lors de la Gay Pride de Budapest." La suite sur francetvinfo.fr

Quatre groupes lyonnais cet été au Sziget Festival de Budapest

"Musique. Joe Bel, Erotic Market, Wailing Trees et Babylon Circus seront à l’affiche de ce festival géant.
C’est l’un des plus grands festivals d’Europe, il accueille plus de 400 000 spectateurs, du 10 au 17 août, sur les bords du Danube.
Cette année, une forte délégation lyonnaise vient compléter l’affiche internationale (Robbie Williams, Major Lazer, Alt J, Kasabian…)." La suite sur leprogres.fr

vendredi 22 mai 2015

L'inquiétant questionnaire sur les migrants en Hongrie

"Le gouvernement hongrois vient d'envoyer à sa population un questionnaire sur le traitement que le pays doit réserver aux migrants clandestins, une démarche qui inquiète les Nations unies.
« Nous sommes choqués par le message d'introduction [du questionnaire] du premier ministre suggérant un lien entre migration et attaques terroristes, y compris l'attaque qui a eu lieu à Paris début janvier de cette année », a déclaré, vendredi 22 mai, une porte-parole du Haut-Commissariat pour les droits de l'homme (HCDH)." La suite sur lemonde.fr

L’abstraction parisienne - vue par des peintres hongrois - Institut hongrois

Visite guidée

6 juin à 15h – en langue hongroise
7 juin à 15h – en langue française

À l’occasion de l’exposition « Ferenc Martyn et l’abstraction parisienne », nous vous invitons à une promenade culturelle sur les pas des artistes hongrois appartenant au groupe Abstraction-Création. Elle nous mènera dans le quartier du Montparnasse, lieu de résidence de nombreux Hongrois dont Alfréd Réth ou Anton Prinner. En visitant leurs anciens ateliers et leurs salles d’exposition, nous nous replongerons dans cette époque bouillonnante où la peinture abstraite traçait son chemin au fil des rencontres dans des cafés. La Rotonde, Le Dôme, La Closerie des Lilas, lieux de rendez-vous de Robert Delaunay, Auguste Herbin, Lajos Tihanyi et István Beöthy qui ont permis à Ferenc Martyn d’être accueilli dans le groupe. Notre promenade se terminera par la visite guidée de l’exposition de l’Institut hongrois de Paris.
Avec la participation de Flóra Mészáros, commissaire de l’exposition
« Ferenc Martyn et l’abstraction parisienne ».

RSVP : accueil@instituthongrois.fr
Entrée : 5€


Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44 

«Salut, dictateur ! », dit Jean-Claude Juncker à Viktor Orban

"Salut, dictateur !": c’est ainsi que le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a accueilli vendredi au sommet de Riga le Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban, selon un photographe de l’AFP.
Les journalistes qui couvraient l’arrivée des dirigeants des 28 pays de l’UE au sommet n’ont pas entendu la réponse de M. Orban, qui a gardé le sourire, tout comme M. Juncker, visiblement d’excellente humeur et accueillant les participants par différents gestes amicaux." La suite sur sudinfo.be

15ème édition du concours des Citadelles du vin

Cette année, le concours met à l’honneur la Hongrie.
A l’occasion de la célébration de ses 15 ans, le concours international, enregistrant cette année 1.204 vins et eaux-de-vie provenant de 30 pays différents, a créé des nouveautés.
Outre la vingtaine de prix spéciaux par pays, les prix spéciaux Malbec (hémisphères nord et sud) et le prix spécial FIJEV-Presse, 3 prix spéciaux supplémentaires seront décernés :
La suite sur lefigaro.fr

L’amiral Horthy, régent de Hongrie - Présentation de Catherine Horel - Conférence à Vincennes Jeudi 18 juin 2015, 19H00

L’amiral Horthy, régent de Hongrie - Présentation de Catherine Horel, Historienne, Directrice de recherche à l’université de PARIS 1, Panthéon-Sorbonne.

Jeudi 18 juin 2015, 19H00
Inscription gratuite mais obligatoire :
lydie.mayeux@intradef.gouv.fr
shd-vincennes.coordination.fct@intradef.gouv.fr
Service historique de la Défense
Château de Vincennes, pavillon du Roi
Salle des cartes
Avenue de Paris
94306 Vincennes

Source : servicehistorique.sga.defense.gouv.fr

Sziget Festival : C2C, Asaf Avidan, The Script... le line up s'étoffe

"En août prochain, Budapest accueillera le Sziget Festival. A quelques mois du coup d'envoi, de nouveaux noms viennent d'être dévoilés. Découvrez-les sur VirginRadio.fr.
D'ici quelques mois, des milliers de festivaliers vont se réunir à Budapest afin d'assister au Sziget Festival. Alors que 20 nouveaux noms s'étaient déjà ajoutés au line-up de l'évènemement, l'équipe du festival a réitéré en annonçant quelques groupes supplémentaires." La suite sur virginradio.fr

Wizz Air va relier Beauvais à Debrecen (Hongrie)

"Les voyageurs d'affaires pourront mettre le cap vers Debrecen depuis Paris-Beauvais avec Wizz Air à compter du 16 décembre 2015. La low-cost va profiter de l'installation d'une base sur l'aéroport hongrois pour ouvrir une liaison vers l'Hexagone. Elle lancera également une ligne Charleroi – Debrecen." La suite sur deplacementspro.com

Viktor Orban peut-il rétablir la peine de mort en Hongrie ?

"Viktor Orban se verrait bien rétablir la peine de mort en Hongrie. Le premier ministre hongrois l'annonçait mardi 19 mai devant le Parlement européen, avant de se rétracter puis d'annoncer une consultation publique. « Tout n'est pas inscrit dans le marbre, on peut en débattre », déclarait même le dirigeant hongrois, « les traités [européens] ne sont pas des commandements divins », ajoutait-il." La suite sur lemonde.fr

jeudi 21 mai 2015

Les mémoires courtes - Une exposition d'Élisabeth Rull - Du 9 avril au 23 mai 2015 à l'Institut Hongrois de Paris

Ne manquez pas les derniers jours de l'exposition Les Mémoires Courtes
à l'Institut Hongrois jusqu'au 23 mai 2015 !

Profitez de l'occasion pour assister à la table ronde "Entre passage et cloisonnement : la frontière pendant le guerre froide" ce vendredi 22 mai à 19h sur place.

Je vous invite à découvrir le cœur de ce projet documentaire transmédia, les documents et archives originales, la série photographique et les sons...

"De la Hongrie il ne parlait pas. De son passé non plus. D’ailleurs il parlait peu. Parmi les bribes de souvenirs qui filtrent de mon enfance j’ai l’image floue d’un père immense, mais silencieux, une montagne en quelque sorte. Chaque fille a sa propre image de son père, et cette image n’appartient qu’à elle. Ce n’est qu’une image. La mienne était ainsi. C’est au moment où j’ai trié les restes de ce passé, vidé son antre, ce bureau qui était sa grotte, que j’ai découvert ce qui devait changer cette image de lui. Il s’était passé deux ans après sa mort avant que ne se livrent à ma curiosité toutes ces archives, photos, documents surgis du passé de la Hongrie, des années cinquante et de la guerre froide…" (extrait)


Elisabeth Rüll, photojournaliste, fait, deux ans après le décès de son père Tamás Rüll, hongrois d’origine, une étrange découverte dans le bureau parisien de ce dernier, qui la trouble tout autant en tant que fille qu’en tant qu’auteur. D’étranges documents, photos anciennes, papiers d’identité qui se révélèrent être des faux étaient  là, conservés depuis des années. Elle découvre alors que son père n’avait pas été celui que tous croyaient connaitre. L’enquête dans laquelle elle se lance, elle qui n’avait que peu de souvenirs de lui, de son enfance, l’entraine sur les pistes troubles du passé paternel, des secrets de famille et des secrets d’état, entre Hongrie, Autriche et France, dans l’Europe de la Guerre Froide. C’est à cette enquête, à cette mission de sauvetage des « mémoires courtes » qu’elle souhaite vous convier, à ses côtés, dans ce projet documentaire transmédia que sont « Les Mémoires Courtes », et dont les éléments originaux sont pour la première fois présentés dans une exposition à l’Institut hongrois de Paris, qui est un soutien et un partenaire du projet depuis ses débuts.

L'exposition
"Les Mémoires Courtes", issue du projet transmédia éponyme, est un double parcours. C’est le chemin d’un homme à travers l’Europe d’après guerre, tiraillée entre le pouvoir soviétique et zones d’influences alliées. C’est aussi le voyage d’une fille sur les traces de son père et de l’Histoire, à la découverte de l’homme qu’il avait été et de l’époque qu’il avait traversé. De cette recherche est née la découverte d’un passé trouble et mystérieux, entre espionnage et guerre froide, mais aussi la rencontre d’une famille, en Hongrie et en en France et les liens nouveaux à tisser. Faux-papiers originaux, rapports de la police politique communiste hongroise, carte secrète, série photographique, témoignages sonores personnels et historiques. Plongez dans une histoire intime au cœur de la guerre froide, où sont inextricablement liés secrets de famille et secrets d’État. 

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Quand Haydn s’invite à Budapest avec un chef d’œuvre rarement joué (Les Sept dernières paroles du Christ en croix en version oratorio)

Par Pierre Waline
"Voilà une oeuvre pratiquement jamais jouée et qui constitue pourtant l’un des temps forts du répertoire classique : « Les Sept dernières paroles du Christ en croix » de Joseph Haydn, dans sa version oratorio.
Merci donc au chef György Vashegyi de l’avoir inscrite au programme d’un concert récemment donné à l’Académie de musique de Budapest à la tête de  la Philharmonie nationale et du Choeur national hongrois." La suite sur francianyelv.hu

Ady Endre la vie fugitive et aiguë

Moi, l'altier Hongrois, cent cieux, cent enfers jamais
N'ont su me donner ces plus belles beautés :
L'humanité dans la non-humanité,
La magyarité dans la magyarité persécutée,
La vie-nouveauté, dans la mort mort révoltée.

(Homme dans la non-humanité) Ady

Pourquoi Ady ? 

Ady Endre poète hongrois si loin de nous, est devenu pour nous Ady André ami proche, par la magie d’un écrivain si pur qu’il avait intitulé son œuvre poétique « Ma vie sans moi ». Il s’agit d’Armand Robin, prodigieux traducteur qui s’était totalement identifié à cet immense poète hongrois.

Armand Robin se confia ainsi :
« L’un des autres que je fus
Pour sauver mon non-lieu, je me traduisis en ADY ; nulle personne, je fus sa personne ; je mis tête dans sa tête, pris bras dans ses bras ; épaules, mains, faims maladroites, j'usurpai ses balafres. Je vécus sans ma vie dans sa vie ».

La suite sur : espritsnomades.com

Ady Endre : Choix de poèmes

(Articles publiés le 28/01/2008)

La peine de mort fera l'objet d'un long débat en Europe, affirme le Premier ministre hongrois

"La peine de mort "fera l'objet d'un long débat en Europe", a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d'une conférence de presse, mardi, au Parlement européen (PE) à Strasbourg.
M. Orban s'est exprimé après avoir participé à un débat tenu lors de la session plénière de mai du PE sur la situation politique en Hongrie, à la suite notamment de ses remarques sur l'éventuelle réintroduction de la peine de mort.
"Il n'y a pas de valeur européenne qui ne puisse être débattue", a-t-il affirmé. "Nous ne devons pas fuir la discussion." La suite sur cri.cn

Laszlo Krasznahorkai reçoit le Man Booker International Prize

"L'écrivain hongrois décroche la prestigieuse récompense mondiale qui n'est attribuée que tous les deux ans et couronne souvent un auteur nobélisable.
Surprise, hier soir à Londres, c'est l'écrivain hongrois Laszlo Krasznahorkai qui s'est vu décerner le Man Booker International Prize 2015, prestigieuse récompense. C'est un laurier qui n'est attribué que tous les deux ans et concerne le monde entier, car il est décerné à un écrivain vivant pour des romans édités en anglais ou traduits anglaise. Elle ne concerne pas qu'un seul titre, mais l'ensemble de l'œuvre. C'est pour cette raison que parmi les prétendants figuraient des auteurs non-anglo-saxons tels que les francophones Alain Mabanckou ou Maryse Condé. " La suite sur lefigaro.fr

Hongrie : le triomphe de Videoton, la chasse aux ultras et les problèmes financiers des clubs

"La saison touche à sa fin en Hongrie. Alors que Videoton a conservé son titre, de nombreux problèmes touchent le football hongrois que ce soit financièrement ou dans les tribunes. Mais malgré tout, c’est sans doute une des meilleures saisons de football de ces dernières années qui va prendre fin. Tour du propriétaire avec Tomasz Mortimer, créateur de hungarianfootball.com et spécialiste du football hongrois.
Alors qu’il reste deux matchs de championnat, quelle est ton opinion sur cette saison 2014-2015 en Hongrie ?" La suite sur lagrinta.fr

Un documentaire français sur le grand chef opérateur Vilmos Zsigmond

"C’est l’histoire de deux hommes. L’un au sommet de sa gloire, couronné à Cannes pour l’ensemble de sa carrière, par le prix de l’American Society of Cinematographers en 1999 et actuellement célébré en tant que photographe par le Ludwig Múzeum à Budapest. L’autre, réalisateur et scénariste, rêvant de travailler avec le plus grand des chefs opérateurs, pour son premier long-métrage, A Dream Last Night. D’un projet de collaboration professionnelle entre les deux naît une amitié, et de cette amitié, une évidence : que l’un filme l’autre. Dans un documentaire qui sortira en salles à l’automne 2015, « Close Encounters with Vilmos Zsigmond » le français Pierre Filmon suit ainsi ce géant du cinéma, à Los Angeles, Budapest et Paris, et revient sur la personnalité d’un des Hongrois les plus célèbres d’Hollywood." La suite sur hu-lala.org

mercredi 20 mai 2015

Les eurodéputés divisés face au cas Viktor Orban

"Tout avait été fait par le président du Parlement européen, le social-démocrate Martin Schulz, pour éviter de transformer ce débat sur la Hongrie, lors de la plénière du Parlement de Strasbourg, mardi 19 mai, en tribune de choix pour son premier ministre. Viktor Orban s’y était invité par surprise et sur le tard. Ce sont d’abord les représentants du Conseil européen, de la Commission et les eurodéputés qui ont eu la parole. Il s’agissait de prendre position à la suite des déclarations venues de Budapest ces dernières semaines.
M. Orban avait notamment déclaré qu’il réfléchissait à la réintroduction de la peine de mort dans son pays – avant de se rétracter. Puis, il avait annoncé une consultation publique, avec un questionnaire sur la politique d’immigration européenne. L’abolition de la peine de mort est une des conditions pour l’adhésion à l’Union européenne. Si un pays membre doit la remettre en cause, alors l’article 7 du droit de l’UE, qui prévoit des sanctions, doit être activé." La suite sur lemonde.fr

En Hongrie, Viktor Orbán nourrit la surenchère xénophobe

"Ce sont les bourgeons de la haine. Depuis quelques semaines, des graffitis xénophobes apparaissent dans Budapest. «Dehors les migrants, espèces d’ordures parasites !» lit-on sur un abribus. «Tire sur un rat kosovar, et sur un nègre aussi», clame un autre tag. Une nouveauté en Hongrie, où le racisme cible les Juifs et les Roms, pas les étrangers. Ces tags sont «l’un des effets de la campagne de haine du gouvernement contre les étrangers», dénonce l’association Migszol. Selon un sondage récent, 46% des Hongrois refusent d’accueillir des réfugiés dans le pays, contre 39% l’an dernier." La suite sur liberation.fr

Laszlo Krasznahorkai, lauréat du Man Booker International Prize

"L'écrivain hongrois Laszlo Krasznahorkai a reçu mardi soir à Londres le Man Booker International Prize 2015. La récompense est décernée tous les deux ans à un auteur vivant pour des oeuvres publiées en langue anglaise ou traduites en anglais.
"J'espère avec ce prix rencontrer de nouveaux lecteurs dans le monde anglophone", a déclaré le romancier à l'issue d'une cérémonie organisée au Victoria & Albert Museum." La suite sur romandie.com

mardi 19 mai 2015

Le Hongrois László Krasznahorkai remporte le prix Man Booker International 2015

"Man Booker International prize 2015 won by 'visionary' László Krasznahorkai
£60,000 award for writer of global standing goes to Hungarian author of ‘extraordinary intensity’" La suite sur theguardian.com

La Hongroise Boggie qualifiée pour la finale de l'Eurovision 2015

La 1ère demi-finale du Concours Eurovision de la Chanson 2015 vient de s'achever. Seize pays ont participé pour obtenir l'une des dix places de finalistes mises en jeu ce soir.

Voici les dix pays qualifiés pour la finale du 23 mai dans l'ordre de l'annonce :


Albanie
Arménie
Russie
Roumanie
Hongrie
Grèce
Estonie
Géorgie
Serbie
Belgique
Source : eurovision-fr.net

A Strasbourg, le Hongrois Orban défend son droit à débattre de la peine de mort


"Le Premier ministre hongrois populiste Viktor Orban a défendu mardi devant le Parlement européen, au nom de la liberté d'expression, le droit de son pays à débattre d'un éventuel rétablissement de la peine de mort, s'attirant les foudres d'une partie de l'hémicycle européen.
"La Hongrie n'a signé aucun accord sur ce dont on peut parler ou pas", a fait valoir M. Orban, soulignant que la question de la peine capitale ne devait pas être un "tabou".
Il avait suscité une levée de boucliers en Europe fin avril en estimant que la question de la peine de mort, abolie en 1990 en Hongrie tout juste sortie du communisme, devait "être remise à l'ordre du jour"." La suite sur lepoint.fr

Les eurodéputés débattent de la situation en Hongrie, des droits fondamentaux et des valeurs de l'UE

"La situation en Hongrie, à la suite des remarques du Premier ministre Viktor Orbán sur l'éventuelle réintégration de la peine de mort dans ce pays et la consultation publique sur l'immigration du gouvernement ont été débattus par les députés européens, le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, la secrétaire d'Etat lettone aux affaires européennes Zanda Kalniņa-Lukaševica pour la Présidence du Conseil des ministres et M. Orbán lui-même mardi après-midi.
Le Président du Parlement européen, Martin Schulz, a ouvert le débat et a accueilli M. Orbán avant de passer la parole à la présidence lettone du Conseil." La suite sur europarl.europa.eu

Quimby en concert au Divan du Monde jeudi !

"Grosse soirée en perspective pour les amateurs de Hongrie et de bon rock ! Hongrois de Paris, Français magyarophiles, et surtout rockeurs en tous genres, rendez-vous tous ce jeudi soir 21 mai pour un événement exceptionnel : un concert des groupes de rock hongrois « Quimby » et « Psycho Mutants », dans la salle parisienne mythique du « Divan du Monde ».
Quimby, ce sont des superstars de la pop-rock en Hongrie. Jugez plutôt : 250 000 fans sur facebook, des vidéos visionnées plus de 15 millions de fois sur YouTube et des shows devant 12 000 spectateurs à la Budapest Arena. Pas mal pour un pays de 10 millions d’habitants." La suite sur hu-lala.org

Sziget Festival : Virgin Tonic vous offre vos séjours pour assister au festival

"Le Sziget Festival sera de retour à Budapest en août prochain avec un line up incroyable. Ecoutez Virgin Tonic et gagnez votre séjour pour y assister.
Vous le savez, le Sziget Festival promet une semaine incroyable en août prochain. Après l'annonce de 20 nouveaux noms, nous savons maintenant que des artistes d'exception vont se succéder sur la scène de l'un des meilleurs festivals d'Europe. Au programme, Robbie Williams, les Ting Tings, Avicii, Kasabian ou encore Ellie Goulding. Vous l'aurez compris, cette semaine est immanquable. Si vous souhaitez y assister, sachez que Virgin Tonic et toute l'équipe de Camille Combal ont la solution : tenez-vous bien, la matinale vous offre vos séjours afin d'aller applaudir tous ces artistes prestigieux :" La suite sur virginradio.fr

JO 2024: Budapest votera le 23 juin sur son éventuelle candidature

"Le conseil municipal de Budapest se prononcera le 23 juin sur la candidature de la capitale hongroise à l'organisation des jeux Olympiques d'été de 2024, également envisagée par Paris, a-t-on appris lundi auprès de la ville." La suite sur francetvsport.fr

Un Aveyronnais "photographe du jour" au Festival de Cannes

"Le photojournaliste hongrois Balint Pörneczi installé à Rodez a été sélectionné pour être ce 18 mai l'oeil officiel du festival de Cannes. Portrait de cet Aveyronnais atypique et retour sur son parcours.
Le Festival de Cannes a invité ce 18 mai à Balint Pörneczi, un photoreporter hongrois installé à Rodez à Aveyron, à être le photographe du jour pour le festival.
Ce Hongrois, qui tire le portrait de gens de la rue (ou de vedettes du cinéma) avec son smartphone, a un vrai don pour le portrait comme on peut le voir sur sa page instagram, suivie par plus de 48 000 personnes." La suite sur francetvinfo.fr

Hongrie. Une substance inflammable suspecte trouvée dans un autocar

"Le chauffeur hongrois découvre une substance inflammable suspecte dans son autocar. Les 34 passagers échappent de peu à la mort.
« Une substance inflammable a été trouvée dans un autocar immatriculé en Bulgarie le 16 mai après-midi sur le territoire hongrois », a indiqué le ministère dans un communiqué, précisant que le véhicule, appartenant à une entreprise roumaine, reliait Prague à Varna (Bulgarie)." La suite sur ouest-france.fr

Hongrie : Orban consulte sur l'immigration et le terrorisme

"Un questionnaire en douze points envoyé à huit millions de personnes établit un lien entre les deux phénomènes.
Viktor Orban, le premier ministre hongrois, l'avait annoncé suite aux attentats de Charlie Hebdo. La «consultation nationale sur l'immigration et le terrorisme» arrive peu à peu dans les boîtes aux lettres de Hongrie. C'est un questionnaire en 12 points, accompagné d'une lettre de Viktor Orban, dont la photo figure à gauche de l'en-tête. «Les migrants économiques franchissement illégalement la frontière. Ils se disent réfugiés mais ils viennent en réalité pour nos avantages sociaux et nos opportunités d'emploi. (…) Puisque Bruxelles a échoué à résoudre la question de l'immigration, la Hongrie doit suivre sa propre voie. Nous ne laisserons pas les immigrés économiques mettre en danger l'emploi des Hongrois et leur gagne-pain (…). Je compte sur votre opinion», peut-on y lire." La suite sur lefigaro.fr (version abonnés)

lundi 18 mai 2015

J’ai toujours su parler aux femmes de Adam Biro

« Ce livre a trois origines, toutes trois littéraires. D’abord, j’ai été très impressionné par les « romans miniatures » de l’extraordinaire écrivain japonais Kawabata Yasunari. Chacune de ses histoires contient un roman en puissance. L’autre influence que j’ai subie est le petit livre délicieux de J.-B. Pontalis, Elles. Et le troisième auteur qui m’a profondément ému est Krúdy Gyula. J’aimerais parler de femmes, de sentiments, de souvenirs aussi délicatement qu’a su faire, dans ses textes sur les voyages de Sindbad, ce très grand Hongrois, maître ès nostalgie. »
Projet merveilleusement abouti ! J’ai toujours su parler aux femmes est un autoportrait : en creux ? non ! plutôt en volutes, en courbes, en ellipses, d’un homme plein de tendresse, de malice et d’esprit qui crut ne pouvoir exister pleinement que dans le regard des femmes, leurs rires, leur gravité ou leur amour.
Prix :15 euros
112 pages, mai 2015, EAN : 9782363080868

Tennis : Babos et Mladenovic atteignent leur meilleur classement en double

Par Grégory Sabadel
Après quatre finales disputées en 2014, la paire franco-hongroise Babos-Mladenovic a déjà remporté trois tournois en 2015.
Ce week-end, elles ont battu en finale du tournoi de Rome la paire numéro un mondiale composée de l'ancienne gloire du tennis, Hingis, et de Mirza. Ce tournoi de Rome appartient à la plus haute catégorie de tournois sur le circuit après les Grands Chelems, tout comme le tournoi de Dubaï que Babos et Mladenovic ont remporté en février.
Ainsi, les deux jeunes femmes de 22 ans occupent le meilleur classement en double de leur carrière: cinquième pour la Nordiste et onzième pour la Hongroise.

Le vélo au quotidien en Europe - La surprise hongroise

La surprise hongroise. Le hit-parade répond en partie, mais en partie seulement, aux idées reçues. Certes, dans les premières places figurent les pays du nord du continent, Finlande (4ème), Allemagne (5ème), Autriche (9ème). Et quatre pays du sud occupent les dernières places : la Grèce, Chypre, le Portugal et la Roumanie.
En revanche, la Slovénie et la Hongrie figurent parmi les pays les plus favorables à la pratique du vélo. Si l’on s’en tient à la seule pratique régulière, la Hongrie se hisse même à la troisième place, avec 22% de la population faisant de la bicyclette leur principal moyen de transport. A Budapest, pédaler est devenu en quelques années un moyen très répandu de se rendre à son travail. Et dans les régions rurales, la pratique avait beaucoup moins baissé que dans les autres pays d’Europe centrale.

Source : lemonde.fr et European cyclists' federation

Concert au Musée Soulages, Les Augures du Festival de Musique de Chambre du Larzac‏

Plus d'informations et réservations sur : http://festivaldularzac.com/wp/

dimanche 17 mai 2015

«Le Fils de Saul», László Nemes brise le tabou des chambres à gaz

"Le Festival de Cannes avait promis un nouveau regard sur la Shoah. Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a jamais vu un tel film. Dans son premier long métrage « Le Fils de Saul », présenté ce vendredi 15 mai et en lice pour la Palme d’or, le jeune réalisateur hongrois László Nemes montre l’horreur des chambres à gaz à Auschwitz-Birkenau avec les yeux d’un membre des Sonderkommando en 1944.
Il n'est pas sûr que Claude Lanzmann apprécie… Le réalisateur du documentaire monumental Shoah refusait de reconstituer visuellement l’inimaginable pour laisser parler les survivants de la machine de mort industrielle construite par les nazis. Le Hongrois László Nemes va dans son premier long métrage droit au cœur de la « solution finale ». Il met en scène et « reconstitue » l’atmosphère visuelle et sonore vécue par un membre des Sonderkommando pendant l’extermination systématique des juifs dans les chambres à gaz." La suite sur rfi.fr

Vignobles Européens (suite) : la Hongrie !

"Après la Moldavie et le Portugal, décrits dans le texte précédent, il y a un autre pays européen dont le vignoble mérite d'être présenté, je veux parler de la Hongrie.
L'existence de la vigne en Hongrie date de l'époque romaine. Comme le Porto au Portugal, la Hongrie produit un vin mythique, le Tokay ou Tokaji. Les 7.000 hectares du vignoble de Tokay sont situés au nord-est du pays sur les coteaux volcaniques du mont Tokaj et près de la ville du même nom. Le Tokay est un vin liquoreux de réputation mondiale. Aux 16ème et 17ème siècles il faisait partie des meilleurs vins au monde et était servi sur toutes les tables royales et impériales. Louis XIV le désignera comme le « roi des vins et le vin des rois ». Il est issu principalement du cépage Furmint complété par le cépage Harslevelu." La suite sur francetvinfo.fr

Ouverture d'une réunion de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN à Budapest

"BUDAPEST, 16 mai (Xinhua) -- Une réunion de trois jours de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN a débuté à Budapest samedi, une rencontre qui devrait principalement porter sur la Russie et la lutte contre le terrorisme.
S'adressant à la Commission de la défense et de la sécurité de l'OTAN, le ministre hongrois de la Défense Csaba Hende a indiqué que la sécurité en Europe s'était considérablement détériorée, évoquant la vague d'immigration du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qui touche les pays d'Europe de l'Est et du Sud." La suite sur xinhuanet.com

Cannes 2015 : la presse "sonnée" par Le Fils de Saul

"Plongée dans l'horreur de la Shoah, le drame Le Fils de Saul, premier long métrage du cinéaste hongrois László Nemes, a particulièrement impressionné la presse.
En bref
Réalisateur : László Nemes
Acteurs : Géza Röhrig, Molnar Levente, Urs Rechn...
Date de sortie : Novembre 2015
Sélection : Compétition officielle

De quoi ça parle ?
Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d’assister les nazis dans leur plan d’extermination." La suite sur allocine.fr

samedi 16 mai 2015

László Nemes et Clara Royer : “Avec ‘Le Fils de Saul’, on a voulu aller contre la mythification de la Shoah”

"Montrer l'usine à fabriquer des cadavres qu'était Auschwitz dans un film de fiction, voilà qui est potentiellement explosif. László Nemes, réalisateur du "Fils de Saul”, et sa scénariste Clara Royer, nous racontent pourquoi ils ont tenu à en faire le sujet de leur premier film, en compétition à Cannes. Entretien croisé.
Elle est française, romancière et universitaire, spécialiste des littératures d'Europe Centrale. Il est hongrois, cinéaste (il a été l'assistant de Béla Tarr) et parle un français limpide. Il y a quinze ans, il a été son professeur de hongrois pendant quelques mois. C'était à Paris, qu'ils ont quitté en 2003 pour s'installer en même temps à Budapest. Clara Royer et László Nemes sont jeunes. Même pas quarante ans. Mais rien ni personne n'aurait pu les empêcher d'écrire ensemble Le Fils de Saul, le seul premier long métrage en compétition à Cannes cette année. Ou l'histoire d'un « Sonderkommando » à Auschwitz qui décide, envers et contre tout, d'inhumer son fils mort dans le camp." La suite sur telerama.fr 

Le fils de Saul de László Nemes en compétition à Cannes - Revue de presse sélective

La conférence de presse donnée par l'équipe du film à Cannes (durée 45 minutes)


Cannes : Le fils de Saul de Laszlo Nemes, un film exemplaire
Vu par l'Express sur dailymotion et sur l'express.fr

Les cinéastes en compétition : László Nemes, avec “Le Fils de Saul”
telerama.fr

Festival de Cannes: Natalie Portman moins radicale que Laszlo Nemes sur la question juive
20minutes.fr

En langue hongroise :
Magyar holokausztfilmet mutatnak be a cannes-i filmfesztiválon
ATV sur youtube et une interview de Nemes Jeles László toujours sur ATV

***
Merci à michartpoesho, un lecteur assidu du présent blog, pour tous ces liens qui constituent une petite revue de presse sélective passionnante.

Ukraine : la Transcarpathie, enclavée à l’ouest, affectée par la crise

"D’un point de vue géographique, c’est le centre de l’Europe.
Mais économiquement, ce territoire qui appartenait auparavant à l’empire d’Autriche-Hongrie est un peu oublié.
L’enclave de Transcarpathie est située dans les confins occidentaux de l’Ukraine.
Comment est-elle affectée par la crise, alors que le pays est en attente d’une décision du Fonds monétaire international sur une deuxième tranche d’aide, et que les combats font toujours rage dans l’est?
“Comme dans le reste de l’Ukraine, la Transcarpathie ressent les effets de la guerre. Les ventes de détail ont chuté de 25% cette année. Certes la situation est moins pire ici que dans l’est de l’Ukraine, où il y a des combats, mais les gens le ressentent dans leur vie quotidienne”, analyse l‘économiste Oszkar Balogh." La suite sur euronews.com

J.O. : Budapest se prépare, Boston s’impatiente

"Ne nous y trompons pas: même si le départ n’a pas encore été officiellement donné dans la course aux Jeux d’été de 2024, la bataille fait déjà rage. Et elle s’annonce d’une rare intensité. Les derniers jours en ont apporté une nouvelle illustration, avec une double actualité, venue de Budapest et de Boston.
La Hongrie, d’abord. Sauf improbable retournement de situation, Budapest (notre photo) devrait être la « 5ème ville » annoncée le mois dernier par le CIO. Rien n’est encore officiel, mais les propos de son maire, Istvan Tarlos, laissent peu de place au doute. Le premier élu de la capitale a profité d’une conférence de presse, mercredi 13 mai, pour avancer ses pions. Il a exprimé son soutien « entier et sans réserve » au projet olympique. Il a insisté sur les « chances réelles de victoire » que pourrait avoir Budapest en cas de candidature. Surtout, il a expliqué que sa ville possédait déjà un grand nombre d’infrastructures nécessaires aux Jeux." La suite sur francsjeux.com

« Le Fils de Saul » : une fiction périlleuse sur l’absurdité des camps de la mort

"Le Fils de Saul est présenté en compétition à Cannes, soixante-dix ans après la libération des survivants d’Auschwitz. Premier long-métrage de Laszlo Nemes, réalisateur hongrois de 38 ans, le film emprunte la voie périlleuse de la fiction pour évoquer l’extermination des juifs d’Europe. Depuis la sortie de Shoah, de Claude Lanzmann, en 1985, ces périls ont été répertoriés et débattus.
Le Fils de Saul est réalisé avec une conscience informée des termes du débat. Ce qui ne veut pas dire que ce film rigoureux répond de manière définitive aux interrogations que suscite la représentation du génocide depuis qu’il a été commis, d’abord parce que ces réponses n’existent sans doute pas. Mais il apporte à la représentation et donc à la perpétuation du souvenir un nouvel élément : la nécessité pour des générations qui bientôt n’auront eu aucun contact direct avec les témoins de faire leur la mémoire de cette catastrophe." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

L’incroyable voyage de l’ours Iwo dans les Carpates

"Ce n’est pas un descendant de Dracula mais un ours brun. Il est célibataire, il pèse 81 kilos et s’appelle Iwo. Il a traversé toutes les montagnes des Carpates, de la Pologne jusqu’en Hongrie pour trouver l’âme sœur…
C’est l’incroyable voyage d’Iwo, cet ours venu de Pologne qui a pénétré le 3 mai dernier le territoire hongrois. Il est très rare que des ours descendent des montagnes pour s’aventurer en Hongrie, car la Hongrie est un pays de plaines. Mais les Carpates sont tout près, au nord du pays : une chaîne de montagnes en forme d’arc de cercle, qui va de la Pologne et la Slovaquie jusqu’à l’Ukraine et la Roumanie. La Hongrie se situe dans le bassin de cette chaîne. Iwo est donc parti de Pologne en direction du sud. Il a traversé toute la Slovaquie, pays très montagneux, jusqu’à la Hongrie. En 8 jours, l’ours brun a parcouru plus de 120 kilomètres." La suite sur rfi.fr

Cannes 2015: Carte postale de Hongrie

"Le cinéma et la Hongrie, c'est une histoire de passion. Avec ses hauts et ses bas. Des cinéastes qui ont brillé dans les Festivals du monde entier, à l'instar d'István Szabó, Béla Tarr ou Miklós Jancsó, des figures historiques comme William Fox, le fondateur de la 20th Century Fox, Adolph Zukor, le findateur de la Paramount, Alexander Korda, qui a donné son nom au prix BAFTA du meilleur film britannique de l'année. Voilà pour les sommets. En ce moment, cela ressemble plutôt au calvaire: un pouvoir politique qui a pris la main sur l'industrie et les institutions (donc choisissant les films qu'il veut financer), production en baisse, cinéastes en exil ou en révolte, ... Tout ne va pas très bien à Budapest." La suite sur ecrannoir.fr

Robert Capa, l'éternel mystère

"Né en  1913 à  Budapest,  issu  d'une famille juive aisée, Endre Friedmann part faire des études de Sciences Politiques à Berlin. L'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933 le décide à quitter l'Allemagne. Il s'installe alors à Paris, dans le quartier de Montparnasse. Là, il  rencontre Henri Cartier-Bresson et Gerta Pohorhylle

Devenue sa maîtresse à l'été 1935, Gerta a l'idée de créer le personnage fictif de Robert Capa, grand photographe  d'origine américaine reconnu aux USA et dont les clichés se vendent à prix d'or. La supercherie fonctionne et le nom de Robert Capa circule de plus en  plus." La suite et émission à écouter sur : franceinter.fr

vendredi 15 mai 2015

"Le Fils de Saul" : "Gravity" à Auschwitz

"Le premier film du Hongrois Laszlo Nemes aborde l'un des sujets les plus difficiles à filmer : la Shoah. Et s'en sort haut la main.
Laszlo Nemes n'a pas froid aux yeux. Dès son premier film, ce Hongrois, inconnu au bataillon, dont la biographie indique qu'il était l'assistant du cinéaste Bela Tarr, s'attaque à l'infilmable : le quotidien dans un camp de la mort. Et il se retrouve en course pour la Palme d'or." La suite sur nouvelobs.com

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 12 mai 2015 - Les images d'Erwan









JO 2024 : Revirement du Maire de Budapest qui apporte désormais son soutien à la candidature

"Il y a quelques mois, en septembre 2014, le Maire de Budapest, Istvan Tarlós, estimait qu’une candidature olympique de sa ville était « non viable et irréaliste ».
Aujourd’hui, force est de constater que sous la pression des autorités olympiques et gouvernementales de Hongrie, le Premier Magistrat de la capitale a changé d’avis et considère désormais le projet des JO 2024 comme une réelle opportunité." La suite sur sportetsociete.org

"Le fils de Saul", la critique : un aller simple pour l’enfer d’Auschwitz

"CHOC – Troisième film de la compétition officielle, "Le fils de Saul" raconte le quotidien d’un déporté juif, chargé de faire tourner l’insoutenable machine de mort d’Auschwitz. Avec sa première réalisation, le jeune cinéaste hongrois László Nemes signe une œuvre intense mais jamais complaisante, qui devrait longtemps hanter ses spectateurs.
C’est un film qui ne supporte pas la légèreté. La critique en 140 signes, postée à la va-vite sur Twitter. Présenté ce jeudi à la presse, Le fils de Saul est le premier uppercut de la compétition officielle. Une œuvre qui sidère autant par son propos – le quotidien d’un déporté chargé d’accompagner les siens jusqu’aux chambres à gaz – que par sa mise en scène saisissante, sans artifice ni complaisance. Mais comment pourrait-il en être autrement avec un sujet pareil ?" La suite sur metronews.fr

Malédiction hongroise

"Borbély. Szilárd Borbély. En France, hormis dans quelques cercles de ­spécialistes, le nom de ce poète hongrois ne dira rien à personne. Et pour cause. Son œuvre est surtout composée de ­recueils non traduits, bien que ­couronnés de nombreux prix dans son pays. « Il a été le poète le plus prometteur et le plus perdu de la poésie hongroise », commente son grand compatriote Imre Kertész. « A été », car, au début de l’année 2014, Szilárd Borbély a choisi de se donner la mort. Il ­venait d’avoir 50 ans.
Peu de temps auparavant, La Miséricorde des cœurs – son premier ­roman et l’unique qui nous restera de lui – avait été sacré meilleur livre de la ­décennie à Budapest. Mais lui s’était toujours vu comme « une ­erreur du système ». Sur le site Hungarian Literature Online, il expliquait que sa dépression, comme toute forme de dépression, venait d’une double inadéquation. Entre soi et les autres – « J’étais né pour être différent. Et quand ça s’est vu, on m’a jeté du nid » –, et entre soi et ce qu’on voudrait exprimer – « Tout ce que j’ai écrit est trop sombre, trop triste (…) Ce n’est pas ainsi que j’imaginais les choses. »" La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Ukraine-Hongrie : Peter Filipovics : “ c’est la guerre, ici ils tirent pour de vrai…”

"En début d’année, la bataille pour le contrôle de la ville de Debaltseve, dans l’Est de l’Ukraine, a fait rage entre les forces séparatistes et l’armée régulière.
Le sommet de Minsk en février a fini par geler la situation, laissant localité aux mains de rebelles, mais permettant de faire revivre le protocole de Minsk, mis au point plusieurs mois auparavant.
Peter Filipovics est soldat dans l’armée ukrainienne. Il est issu de la minorité hongroise et vit dans l’Oblast de Transcarpathie, à l’ouest du pays." La suite sur euronews.com

jeudi 14 mai 2015

Migrants : la Hongrie reste opposée aux quotas

"La Hongrie a confirmé aujourd'hui qu'elle s'opposait au plan de l'UE qui prévoit de répartir par quotas les migrants au sein des pays-membres, idée que le premier ministre conservateur Viktor Orban avait déjà qualifiée de "folle".
"Il ne peut être question que la Hongrie laisse entrer des migrants sur la base des quotas de l'Union européenne", a déclaré le chef de cabinet de Viktor Orban, Janos Lazar, lors d'une conférence de presse." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie. Un maire veut sauver la statue de Jean-Paul II de Ploërmel

"Un maire hongrois se propose de "sauver" la statue du pape Jean Paul II qui doit être démontée à Ploërmel, après la décision qui la juge contraire à la loi sur la laïcité.
« Si la France, pays de la liberté, n'en veut pas, nous serions heureux de l'avoir ici, dans notre ville », a déclaré à jeudi Jozsef Michl, maire de Tata, à 70 km au nord-ouest de Budapest." La suite sur ouest-france.fr

Les demandes d’asile au sein de l’UE

"Les pays européens sont fortement divisés sur les actions à mener face à l’afflux de migrants via la mer Méditerranée.
Ce mercredi, le président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté un plan d’action pour l’immigration et l’asile (voir ici). Ce document sera discuté par les ministres de l’Intérieur de l’UE le 15 juin à Luxembourg. Puis il sera soumis aux dirigeants lors du sommet de Bruxelles le 30 juin.
Un des points fait particulièrement débat : la prise en charges des migrants à leur arrivée dans l’Union européenne.
La Commission propose l’instauration de quotas pour permettre une distribution plus équitable. Mais plusieurs pays, dont le Royaume-Uni et la Hongrie, y sont farouchement hostiles." La suite sur euronews.com

La Hongrie reconnaît le chinois comme la langue officielle de l'UNWTO

"BUDAPEST, 13 mai (Xinhua) -- La Hongrie, en tant que membre de l'Organisation mondiale du Tourisme des Nations Unies (UNWTO), a ratifié la résolution de l'Assemblée générale de l'UNWTO pour inclure le chinois standard parmi les langues officielles de l'organisation, a annoncé mercredi Adam Ruszinko, officiel du ministère hongrois de l'Économie nationale responsable du tourisme, selon l'agence de presse hongroise MTI." La suite sur xinhuanet.com

Soirée des Mardis hongrois du 12 mai 2015 - Images en couleurs par Stéphane









Soirée des Mardis hongrois de Paris du 12 mai 2015 - Quelques images en noir et blanc









Demandeurs d'asile en Europe : proportionnellement, la Suède et la Hongrie prennent la plus grosse part, la France loin derrière

L'AFP publie une infographie qui classe les pays européens par le nombre de demandeurs d'asile en 2014 rapporté à la population." La suite sur nouvelobs.com

Comment la Hongrie de Viktor Orban balaie l'idée des quotas de migrants

"La Commission européenne a dévoilé sa stratégie pour mieux répartir les migrants. Un plan qui divise les pays membres, particulièrement la Hongrie.
"Solidarité", ou le maître-mot du débat sur la politique migratoire qui agite l’Union européenne. Tandis que les drames s’enchaînent, et que des centaines de migrants arrivent en Europe chaque semaine, à bord d’embarcations surchargées, la Commission européenne a présenté mercredi 13 mai sa stratégie.
Bruxelles veut imposer des quotas aux Etats membres. Un mécanisme de répartition qui tiendra compte du Produit intérieur brut de chaque pays, de leur taux de chômage, leur population, leur taille, et du nombre d'étrangers déjà accueillis. Objectif : organiser une gestion plus solidaire des flux migratoires." La suite sur nouvelobs.com

György Konrád : «La censure peut même se lire sur les visages»

"Rencontre à Budapest avec l'écrivain György Konrád, né en 1933, et avec son fils, l'historien Miklós Konrád, né en 1967. Regards croisés sur la Hongrie, pays mutant coincé entre son passé socialiste et l'avenir national-populiste que lui trace Viktor Orbán...
Il aurait pu être le Václav Havel hongrois. György Konrád, né en 1933, ne fut pas, comme son puîné tchèque, porté à la tête de son pays. Il n’aura jamais été que président du Pen Club européen, puis de l’Académie des arts de Berlin. Ah ! si l’Europe centrale avait suivi des esprits de cette trempe, plutôt que de se livrer aux margoulins démagogues adoubés par Bruxelles !" La suite sur mediapart.fr (version abonnés)

Oubliez Paris, partez à Budapest!

"BUDAPEST, Hongrie - Beaucoup des louanges tressées habituellement à Paris peuvent également être adressées à une autre Ville lumière, située à quelques centaines de kilomètres de là, à l'est: Budapest. La capitale hongroise offre en plus l'avantage de coûter beaucoup moins cher.
Les Européens, notamment grâce au développement des compagnies à bas prix, ont appris à connaître Budapest. Les Québécois pourraient bientôt en faire autant: la compagnie Air Transat propose cet été des vols directs pour la ville hongroise depuis Montréal." La suite sur canoe.ca

Budapest entend populariser la bande dessinée

"Le salon international de la bande dessinée de Budapest fête cette année ses onze ans. C’est un petit festival qui se tient sur une seule journée, car le 9ème art en Hongrie n’est pas aussi populaire qu’il peut l‘être en Belgique ou en France.
“Aujourd’hui les BD pour adultes ont une place plus importante sur le marché que celles pour enfants souligne Róbert Vass, l’un des organisateur. C’est plus difficile de vendre des bandes dessinées pour enfants.” La suite sur euronews.com