vendredi 1 août 2014

De Prora par Adam Biro


C’est l’été. Un autre été, lointain, nous sommes allés passer des vacances en Allemagne, au bord de la Baltique, à Bansin, un lieu de villégiature collé à la frontière polonaise. Ce choix était dicté par l’histoire de ma femme K. ; c’est là qu’elle a été, toute petite fille, évacuée de Berlin avec sa famille fin 1944 pour échapper aux bombardements alliés. (L’ironie cruelle de l’Histoire, c’est qu’au même moment ma famille à moi, sur le même continent, mais religieusement, idéologiquement, politiquement, ethniquement ailleurs, à l’opposé absolu, souhaitait-espérait-attendait le succès de ces bombardements.)
C’était peu de temps après la réunification des deux Allemagnes, et il n’y avait aucun Allemand de l’Ouest, et à plus forte raison aucun étranger dans ce village de l’Est, pourtant destiné au tourisme depuis toujours. C’était propre, presque beau, les villas wilhelmiennes n’ont subi aucune dégradation ni pendant la guerre ni pendant la période communiste, la mer était agréable, les plages désertes. Nous avons lu des prospectus et des dépliants qui nous indiquaient les célèbres falaises de Rügen toute proches, immortalisées par Caspar David Friedrich et d’autres beautés naturelles — cependant aucun guide ne parlait de Prora. Il fallait qu’une petite pancarte, à un carrefour, attire notre attention. Nous nous sommes renseignés, nous avons essayé de nous renseigner, mais les gens et les offices interrogés étaient avares d’informations. « Ah oui, ces bâtiments datant de la guerre… C’est loin… Aucun intérêt… »
Nous avons donc enfourché nos vélos de location et nous avons découvert ce qui était à peine imaginable : un bâtiment de cinq kilomètres de long d’un seul tenant, inhabité, fantomatique, plongé dans un silence de mort, séparé de la mer par une bande de terre d’une trentaine de mètres.
C’était l’un des rêves de Hitler. Les dictateurs (et même les simples chefs d’État) aiment jouer avec la pierre, laisser une trace ineffaçable de leur règne, de leur folie : les pharaons, Auguste, Mussolini, Staline et les autres, tous les autres.
Le maître d’œuvre était le mouvement « Kraft durch Freude », la force par la joie. Le but était d’obliger les ouvriers allemands de prendre, sous l’œil d’un Big Brother qui s’appelait le Führer, leurs vacances ensemble. L’individu était dangereux. Le monstre de cinq étages était divisé en plusieurs unités, chacune offrant des repas (pris en même temps !) pour 2 500 personnes, des chambres, plutôt des cellules de 5 x 2,5 mètres, avec vue imprenable sur la mer. Nous avons vu le plan : deux lits (séparés !) et une armoire. Les salles de bain étaient communes comme toutes les réjouissances : cinéma, théâtre, piscines… Personne n’a réfléchi au fait que les 20 000 travailleurs qui venaient (qui auraient dû venir) ici se reposer (en commun) par rotation d’une ou deux semaines n’avaient le choix qu’entre la mer et la forêt— or aucune forêt au monde ne supporterait le piétinement quotidien de 20 000 personnes.
La construction débuta en 1936, mais dès 1939 elle prit fin : l’argent devait servir à l’effort de guerre. Le bâtiment n’a jamais été terminé, ni par l’armée soviétique qui en a transformé une petite partie en hôpital, ni par la police de l’Allemagne de l’Est qui en a occupé quelques unités. Aucun ouvrier allemand n’y a passé ses vacances.
Lors de notre visite, quelques cellules servaient de musée. On y parlait de l’avenir du « Monstre de Prora ». La démolition était impossible, car, en plus d’un coût gigantesque, on ne savait pas où entreposer une telle quantité de béton. Je lis aujourd’hui que des projets immobiliers sont à l’étude.
Je suis encore, de longues années après cette visite, sous le choc. Donc, c’est possible. Je l’ai vu de mes yeux. 1984, Le meilleur des mondes sont des romans réalistes, Métropolis est un film documentaire. Ce que nous appelons folie ne l’est pas vraiment. Boko Haram, le Califat islamique existent, tout comme ont existé Auschwitz et Vorkouta. Comme ont existé les mines où les mineurs mettaient plus d’une demi-heure à descendre sur des échelles, pour, parfois, souvent, mourir en bas d’un coup de grisou. J’en ai vu à La Louvière, en Belgique. Et j’en dirais et j’en dirais… Et sachant tout cela, je n’ai toujours pas le courage de me réveiller de mon rêve de démocrate humaniste occidental.
Pas plus que vous.

adam biro
août 2014
biroadam4(AT)gmail.com

jeudi 31 juillet 2014

Erste Group perd 1 mrd EUR au 2e trimestre à cause de la Hongrie et la Roumanie

"La banque autrichienne Erste Group a annoncé jeudi comme prévu une perte nette de plus de 1 mrd EUR au deuxième trimestre, en raison de ses difficultés en Roumanie et en Hongrie.
La perte nette part du groupe s'est élevée à 1,03 mrd EUR (1,3 mrd CHF), un résultat conforme aux attentes des analystes, contre un bénéfice de 125,5 mio EUR sur le deuxième trimestre de 2013, a-t-elle précisé dans un communiqué." La suite sur romandie.com

Nuits et Jours de Querbes : le programme complet

"Sur le thème «Querbes Budapest», la 17e édition du festival Les Nuits et Jours de Querbes plongera dans quelques jours au cœur de la Hongrie contemporaine.
Concerts de jazz, lectures et rencontres avec les écrivains invités se succéderont du 7 au 10 août, à Figeac, Decazeville, Querbes (Asprières) et Capdenac-Gare.
Le programme complet :" Sur ladepeche.fr

La Hongrie nomme son ministre des Affaires étrangères à la Commission européenne

"Tibor Navracsics, le ministre hongrois des Affaires étrangères et du commerce, a été confirmé pour siéger au sein du prochain collège des commissaires.
Les États membres annoncent peu à peu leur candidat pour la prochaine Commission. Le 30 juillet, Tibor Navracsics, le ministre hongrois des Affaires étrangères et du commerce, a confirmé sur son compte Twitter sa nomination au sein du prochain exécutif européen." La suite sur euractiv.fr

Dezső Kosztolányi – Anna la douce

"Anna la douce est l’un des premiers livres hongrois que j’ai lus après mon arrivée en Hongrie il y a quelques années, et qui m’ont fait m’émerveiller de la richesse de la littérature hongroise.
Puis le temps a passé, j’ai fait beaucoup d’autres belles découvertes, et Anna la douce s’est retrouvé réduit dans ma mémoire à sa plus simple expression : dans l’atmosphère tourmentée de la fin des années 1910, une bonne supposément exemplaire mais traitée avec peu d’égards assassine ses maîtres sans que personne ne sache vraiment pourquoi." La suite sur passagealest.wordpress.com

Atelier de sensibilisation aux Droits de l'Homme : le sort des Roms hongrois

"Dans le cadre d’un atelier de sensibilisation aux Droits de l’homme, ils s’activent pour retranscrire les récits récoltés lors d’un voyage en Hongrie. Objectif : la réalisation d’un fanzine.
Bilal, Manon, Ménal, Anaïs, Oscar et Jade. Âgés de 16 à 19 ans, certains n'ont pas encore franchi la porte du lycée. Des parcours variés mais « le même investissement sur ce projet ». Quand adolescence rime souvent avec insouciance, eux choisissent d'agir." La suite sur lejdc.fr

Water-polo : les hommes décrochent l'argent, les femmes le bronze

Par Grégory Sabadel
Le Championnat d'Europe de water-polo avait lieu sur l'île Marguerite du 14 au  27 juillet. Chez les hommes, la Hongrie a gagné tous ses matches de groupe : successivement face à l'Espagne, la France, la Serbie, le tenant du titre, l'Allemagne et la Croatie. Donc la Hongrie s'est qualifiée directement pour les demi-finales. La France a, quant à elle, fini dixième sur douze. C'est correct dans la mesure où la France n'est pas une habituée de ce genre de rendez-vous.
Les femmes ont perdu leur match inaugural face aux Pays-Bas, mais après ont gagné tous leurs autres matches. A noter que la France a fini septième sur huit. La Hongrie a dû jouer un match d'appui face aux Russes pour arriver en demi-finales contre l'Espagne. Là, les championnes du monde ibériques ont été sans pitié pour le pays hôte avant de s'adjuger leur premier titre. C'est cruel pour les joueuses entrainées par András Merész : elles se sont en effet inclinées de justesse 9 à 8. Dans la petite finale, c'est cette fois les Hongroises qui l'ont emporté avec un but d'écart (10 à 9) face aux tenantes du titre italiennes.
Revenons à la compétition chez les hommes : en demi-finales, les hommes de Tibor Benedek se sont défaits des Transalpins (8 à 7) et se sont donné le droit de jouer la finale face aux Serbes qu'ils avaient battu lors de la phase de groupe. Mais, si la Hongrie est sans-doute la meilleure nation de water-polo de l'histoire, la Serbie est bien la meilleure équipe de ces dernières années : les voisins des Hongrois se sont adjugés leur sixième titre européen dans la piscine "Alfred Hajos".
 

Hongrie : le chef de la diplomatie Tibor Navracsics candidat à la Commission

"Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Tibor Navracsics, au coeur du différend entre Bruxelles et Budapest sur la réforme de la justice en Hongrie, a annoncé mercredi qu'il était candidat à un poste de commissaire européen.
"C'est désormais officiel: je suis le candidat de la Hongrie pour la nouvelle Commission européenne. Travail difficile. Grand honneur", a écrit Tibor Navracsics, 48 ans et ministre hongrois des Affaires étrangères depuis deux mois, sur son compte Twitter." La suite sur afp.com

Viktor Orbán pourfend le libéralisme occidental

"Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a annoncé lors d'un déplacement à Tusnad, en Roumanie, son rêve d'un Etat "illibéral". La déclaration – et le néologisme – a de quoi inquiéter.
"Le leader hongrois Viktor Orbán veut construire un Etat "illibéral" reposant sur des fondations nationales, citant la Russie et la Chine comme des exemples à suivre", écrit (le 28 juillet, à Bruxelles) EUobserver." La suite sur courrierinternational.com

mercredi 30 juillet 2014

La famille Tot - Vingtième Théâtre 9 et 10 septembre 2014 à 20 h

La vente des billets est ouverte!
Pensez à réserver vos places, pour le 9 ou le 10 septembre, en téléphonant à SRC Spectacles au 01 48 65 97 90 (du lundi au samedi de 9h30 à 19h).

L'Institut culturel de Bretagne soutient la pétition européenne des Sicules et participe à leur 10ème camp EMI-Autonomie sicule

"Connaissez-vous les Sicules (Székler en hongrois)? Il s'agit d'une minorité ethnique, linguistique et culturelle au centre de l'État roumain, soit un demi-million de magyarophones entourés de 21 millions de Roumains.
Autrefois frontière orientale de l?Empire Austro-Hongrois, ce petit territoire grand comme un département français, a réussi à conserver sa culture. Comme l'Alsace, il a été tour à tour hongrois et roumain, et est, finalement, resté roumain à la fin de la dernière guerre. Sa révolte contre l'Axe en 1944, lui a valu l'intégration de territoires anciennement Hongrois (Traité de Paris 1947)." La suite sur agencebretagnepresse.com

mardi 29 juillet 2014

La Famille Tot - une comédie acide de István Örkény 9 et 10 septembre 2014 à 20h Vingtième Théâtre

Vingtième Théâtre 7 Rue des Plâtrières 75020 Paris
Informations : www.theatreouranos.fr
Réservation : SRC Spectacles : +33 1 48 65 97 90




photo : Michel Hartmann
 La Famille Tot, comédie acide de l’écrivain et auteur dramatique hongrois, István Örkény, mise en scène par Jean Doucet est jouée par le Théâtre Ouranos à Paris les 9 et 10 Septembre. La pièce est une sorte de « comment se débarrasser de l’occupant » : un beau matin débarque chez les paisibles Tot un étrange et tyrannique commandant. Leur fils au front, les Tot espèrent améliorer son sort en accueillant dignement son supérieur hiérarchique. Ils se plient dès lors à toutes les lubies de ce militaire excentrique. Comment ils finiront par s’en débarrasser, c’est toute l’histoire de cette grande farce profonde aux arrières plans subtils et amers d’apologue. 

Roumanie : à Cluj, le bilinguisme roumain-hongrois est une obligation, pas une option

"Depuis 25 ans, la minorité hongroise réclame l’instauration d’une signalétique bilingue à Cluj, la capitale de la Transylvanie. Le 11 juillet dernier, une décision de justice a enfin obligé la mairie à placer des plaques bilingues, en roumain et en hongrois, à l’entrée de la ville. Le maire libéral-démocrate de Cluj entend faire appel...
Le tribunal de Cluj-Napoca a obligé les autorités locales à placer des plaques bilingues en roumain et en hongrois à l’entrée de la ville. La plainte a été formulée par le Comité européen pour les droits des Hongrois en Europe centrale. La sentence est exécutive mais pas définitive." La suite sur balkans.courriers.info

lundi 28 juillet 2014

La Commission européenne dénonce la taxe sur les médias en Hongrie

"La Commission européenne a dénoncé lundi la taxe sur les médias mise en place en Hongrie comme une menace contre le pluralisme contraire aux règles et aux valeurs européennes.
"La liberté de la presse est menacée en Hongrie", soutient la commissaire européenne responsable de la société numérique Neelie Kroes dans une tribune publiée sur son blog et dans le quotidien hongrois Nepszabadsag (centre gauche).
La nouvelle taxe hongroise, dénoncée par les médias du pays comme une mainmise du gouvernement sur le secteur, s'inscrit dans la droite ligne d'une série de lourdes ponctions fiscales visant des secteurs économiques souvent dominés par des sociétés étrangères." La suite sur rtbf.be

Les mimes s’éclatent à Périgueux pour le festival Mimos

"Le festival, qui débute ce soir, aura lieu jusqu'au 2 août et réunira 27 compagnies. Il sera marqué par un événement, le retour de Josef Nadj.
Mimos, c'est un festival en effervescence. Dès aujourd'hui, et pendant toute la semaine jusqu'à samedi 2 août, Périgueux deviendra une vitrine du théâtre gestuel. On attend à cette 32e édition 27 compagnies de sept pays, qui témoigneront de la diversité d'un art aux frontières du théâtre, du cirque, de la danse, de la marionnette." La suite sur sudouest.fr

Exposition de Kamill Major 18 septembre – 25 octobre 2014 Institut hongrois

Vernissage : 18 septembre à 19h
Visite guidée de l’exposition pendant la Nuit Blanche à 21 et à 23 heures.
Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr +33 1 43 26 06 44
Kamill Major : Ecriture, 2013, relief en bois, 1
 
 Plasticien d’origine hongroise, Kamill Major s’est établi en France il y a plus de quarante ans, d’abord à Paris où il a vécu de nombreuses années, puis plus récemment dans le sud de la France dans un petit village du Gard. A son arrivée à Paris, Major habite tout près du Père-Lachaise. Il s’y promène souvent. Ce lieu mélancolique devient vite une formidable source d’inspiration.
Pendant que dans son atelier, sa peinture géométrique est inspirée par la trame, il réalise au Père Lachaise nombre de photos, et manifeste un intérêt croissant pour les cimetières, toujours à l’affût de traces laissées par le temps, les intempéries, le hasard ou les actes de vandalisme. Traces et effacements qui donnent une nouvelle vie, étrange et intense, à ces lieux de repos éternel. Ainsi naît sa « double vie artistique » qui n’est en réalité que deux facettes d’une même problématique : la destruction est réellement un acte de création.
En effet lorsque dans sa peinture il travaille sur la simplification des formes jusqu’au vide, et les superpositions de trames jusqu’à total recouvrement, c’est bien de cette même « destruction créatrice» qu’il s’agit. Au cours des innombrables combinaisons de superpositions de trames, apparaissent accidentellement des formes d’écriture, « messages venus de très loin ». Il s’en saisit et sous forme de toiles ou de reliefs sur bois, celles-ci deviennent l’axe principal de sa création artistique.
Entrée libre

La Serbie a le dernier mot

"Les Serbes ont conservé dimanche leur titre de champions d'Europe de water-polo en battant en finale (12-7) les Hongrois qui, eux, tentaient de le reconquérir quinze ans plus tard après avoir décroché le bronze lors de la précédente édition en 2012." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie : manifestation pro-israélienne à Budapest

"A l'appel du mouvement pentecôtiste "l'église de la foi" et de représentants de la communauté juive hongroise, plus de 4.000 manifestants pro-israéliens se sont rassemblés dimanche 27 juillet à Budapest pour témoigner leur soutien à Israël dans sa guerre contre le Hamas." Vidéo sur 20minutes.fr

dimanche 27 juillet 2014

Water-Polo. Finale Hongrie-Serbie, la France battue pour la 7e place

"La finale messieurs des championnats d'Europe opposera [ce 27 juillet 2014] la Serbie, tenante du titre, à la Hongrie, qui tentera de le retrouver huit ans après.
En demi-finales, vendredi, la Serbie a battu le Montenegro, son dauphin en 2012, par 10 à 9 (3-5, 1-2, 3-2, 3-0) et la Hongrie s'est imposée face à l'Italie par 8 à 7 (3-1, 2-3, 1-1, 2-2)." La suite sur ouest-france.fr

samedi 26 juillet 2014

Hongrie: un écrivain d'extrême droite renonce au poste d'ambassadeur à Rome

"Le Hongrois Peter Szentmihalyi, récemment désigné pour devenir ambassadeur de la Hongrie à Rome, a renoncé au poste, après des protestations en raison de sa proximité avec l’extrême droite hongroise, a annoncé vendredi le ministère des Affaires étrangères. La désignation de Peter Szentmihalyi, écrivain et commentateur politique âgé de 69 ans, a fait polémique, en raison de ses écrits antisémites." La suite sur sudinfo.be

vendredi 25 juillet 2014

Sziget : 90 % des PASS vendus ! Fin Promo 31 juillet

Oyez oyez à vous, les derniers Szigotos indécis !

N'attendez pas le 31 juillet et ses 12 coups de minuit,

Les derniers Pass dispo sont disponibles ici

Pour venir vivre une semaine de Folie !
info@szigetfestival.fr    |    Twitter    |    Facebook

jeudi 24 juillet 2014

Pourquoi Bruxelles et Budapest jouent un jeu dangereux

".Bruxelles a menacé de ramener la Hongrie sous surveillance budgétaire. Budapest réplique par une accélération dangereuse de son projet de conversion des prêts en devises.
Une fois n'est pas coutume, Viktor Orban, le très contesté premier ministre hongrois, tente de s'attirer les bonnes grâces de Bruxelles. Fin juin, la Commission avait prévenu qu'elle pouvait placer à nouveau la Hongrie  sous surveillance budgétaire si le pays ne parvenait pas à maintenir son déficit public sous la barre des 3% du PIB comme il s'y est engagé (il prévoit 2,9 % cette année). La Commission s'était également émue de la persistance d'une dette publique élevée (83,4 % du PIB environ). 
Coupe dans les dépenses
La menace a porté puisque la semaine dernière, le ministre des Finances hongrois Mihaly Varga a annoncé des coupes budgétaires de près de 110 milliards de forints, soit environ 360 millions." La suite sur latribune.fr

Le Commissaire exprime sa préoccupation au sujet des ONG en Hongrie

"Lettre à l'Office du Premier ministre
« Je suis extrêmement préoccupé par la rhétorique stigmatisante employée en Hongrie à l’encontre des organisations non gouvernementales (ONG) qui œuvrent dans le domaine de la défense des droits de l’homme et des valeurs démocratiques, avec des responsables politiques qui contestent la légitimité de leurs activités », a déclaré aujourd’hui Nils Muižnieks, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, en publiant une lettre adressée au Ministre de l'Office du Premier ministre, M. János Lázár." La suite sur coe.int

Hongrie : l’inauguration annulée du monument controversé

"Il n’y aura pas d’inauguration officielle de ce monument, au coeur de la polémique depuis des mois en Hongrie. Erigé en hommage aux victimes du fascisme, il représente la Hongrie sous la forme d’un ange attaqué par un aigle symbolisant l’Allemagne nazie.
A cause de la polémique, le monument a été terminé discrètement en pleine nuit. Pour ses détracteurs, la statue dédouane la Hongrie de son rôle dans l’Holocauste. “Nous respectons la peine et l’incompréhension de ceux qui sont indignés par ce monument, déclare János Lázár, représentant du gouvernement, donc il n’y aura pas de cérémonie d’inauguration.” La suite sur euronews.com

mercredi 23 juillet 2014

Petit guide de la Hongrie, chapitre 7 : Géza Ottlik – Une école à la frontière

"Zsoldos, Colalto, Czako, Halasz… en ouvrant Une école à la frontière, on est confronté à toute une sarabande de noms de garçons à laquelle, comme Benedek Both dit Bébé, le narrateur, il faudra s’accoutumer. Avec ceux de Schulze, Marcel, Kovach et des autres adultes, ces noms forment le microcosme social qu’est l’école de préparation militaire du milieu des années 1920 prise pour cadre par Géza Ottlik dans son roman." La suite sur passagealest.wordpress.com

Esclaves hongrois: renvoi des responsables du réseau de traite de personnes

"OTTAWA - Le Canada a déporté 20 personnes faisant partie d'un réseau qui a réduit à l'esclavage de jeunes Hongrois attirés au pays par la promesse d'une vie meilleure.
C'est le ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney, qui en a fait l'annonce mardi à Hamilton, en Ontario, là où le réseau était actif.
Il s'agit de la plus importante affaire portée devant les tribunaux pour du trafic d'êtres humains depuis l'entrée en vigueur des nouvelles dispositions du Code criminel à ce sujet en 2006, a fait savoir Goran Vragovic, le directeur général régional de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), de la région du Grand Toronto." La suite sur 985fm.ca

La banque centrale hongroise sonne la fin de la baisse des taux


"La banque centrale hongroise a annoncé mardi la fin du cycle de baisse de ses taux après une nouvelle réduction de son principal taux directeur ramené à un plus bas record de 2,1%.

Cette baisse de 20 points de base, plus importante qu'attendu, est la 24e annoncée en autant de mois par la Banque nationale hongroise, la seule d'Europe centrale à avoir mené une politique aussi agressive dans un contexte d'instabilité liée à la crise ukrainienne et aux doutes des investisseurs sur les pays émergents." La suite sur lesechos.fr

Un monument controversé à Budapest

"Après plusieurs mois d'intenses controverses, le monument commémorant l'occupation de la Hongrie par l'Allemagne nazie a été achevé samedi soir sur la place de la Liberté de Budapest. Celui-ci représente un aigle du Reich allemand en train d'attaquer l'Archange Gabriel, symbole du pays. C'est par lâcheté que le gouvernement de Viktor Orbán a fait monter le monument en catimini, déplore le philosophe Gáspár Miklós Tamás, indigné, dans l'hebdomadaire de centre-gauche Heti Világgazdaság : "Ce qui s'est produit dans la nuit du 19 au 20 juillet est bien évidemment dirigé contre les juifs hongrois." La suite sur eurotopics.net

mardi 22 juillet 2014

Hongrie: un monument controversé sur l'invasion allemande achevé malgré les protestations

"Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés lundi dans le centre de Budapest, à proximité du monument controversé en hommage "aux victimes de l'occupation allemande", dont les travaux ont pris fin ce week-end avec la pose finale du chapiteau.
Le monument, représentant la Hongrie sous la forme d'un ange attaqué par un aigle symbolisant l'Allemagne, a été terminé dans la nuit de samedi à dimanche.
Ce projet de mémorial a suscité une vive polémique en Hongrie, les opposants y voyant une façon de dédouaner le pays de sa responsabilité dans l'Holocauste et la mort en déportation de 600.000 Juifs hongrois, dont 450.000 après l'invasion nazie de 1944." La suite sur lequotidien.lu

Hongrie : le monument qui fâche

"Après des mois de controverse, le gouvernement nationaliste hongrois a fini par installer ce week-end un monument qui renie le passé collaborationniste de la Hongrie avec les nazis. La communauté juive est en émoi à Budapest. Voyez ce reportage de Darko Jakovljevic." Vidéo sur info.arte.tv

lundi 21 juillet 2014

Budapest – autrement


Si vous souhaitez découvrir la capitale de la Hongrie avec un guide touristique professionnel né et vivant à Budapest, vous n’avez qu’à réserver une ou plusieurs visites chez Budapest Insolite.

Je vous emmènerai à des lieux que seuls les autochtones connaissent et/ou auxquels seuls les initiés peuvent avoir accès. Les visites sont toujours taillées sur mesure et elles tiennent compte de vos intérêts. S'il y a un sujet qui vous intéresse plus particulièrement (p. ex. arts, musique, architecture, histoire, culture juive, culture tzigane ou autres), je peux vous proposer des tours thématiques passionnants. Même si vous n’avez que quelques jours à Budapest, profitez de l’occasion et, en plus des curiosités incontournables, aventurez-vous en toute sécurité, avec un guide à l’écoute, hors des sentiers battus.


Péter Aradi


Informations et réservations:

petertour.fr.it@gmail.com

+36 30 581 03 44

Paysage inconnu - Spectacle de Josef Nadj au CENTQUATRE - PARIS du 17 au 25 septembre 2014

Création 2 0 1 4

Après avoir expérimenté le solo à deux reprises sous la forme d’autoportraits avec Journal d’un inconnu pour la Biennale de Venise et le Théâtre de la Ville Paris (2002) et Paysage après l’orage pour le Festival d’Avignon, et l’Emilia Romagna Teatro Fondazione – Modena (2006), Josef Nadj transforme ces 2 précédentes productions en une nouvelle création sous la forme d’un quatuor (2 danseurs et 2 musiciens).
© Séverine Charrier
Paysage inconnu évoque l’emprise que peut exercer la nature, le paysage arpenté par l’homme en autant de tableaux mis en perspective par rapport à la puissance de la rencontre avec l’animal. Pourtant, il ne s’agit pas d’un paysage abstrait, mais bien d’un panorama réel, non loin de Kanjiza, sa ville natale – dans la province de Vojvodine (ex-Yougoslavie).
Le “paysage inconnu” de Kanjiza, et les figures tutélaires d’amitiés fécondes et mystérieuses qui le composent, reste une extraordinaire source d’inspiration pour Josef Nadj. Cette scène se désigne comme celle de l’étranger invité à la table des convives poètes et amis de Josef Nadj. Ottó Tolnai le poète, Tihamér Dobó, le peintre vagabond, et Antal dit Toni Kovács, l’ancien lutteur devenu sculpteur et qui forment la cène bucolique des périgrinations de l’esprit où l’art et la création en constituent la trame essentielle.
© Séverine Charrier
Et c’est donc à ce paysage inconnu et inachevé, faisant face à la fragilité de l’instant, à la mutation permanente de la nature, aux mouvements de la création, à la poésie de la disparition et de la trace, aux fluctuations imaginaires du vécu et du sensible, que semble s’adresser Josef Nadj avec la complicité d’Ivan Fatjo et des musiciens Akosh S. et de Gildas Etevenard.

Michel Chialvo


Chorégraphie Josef Nadj • Musique Akosh S., Gildas Etevenard • Interprètes Josef Nadj, Ivan Fatjo •
Musiciens Akosh S., Gildas Etevenard • Scénographie Josef Nadj • Lumières Christian Scheltens assisté de Lionel Colet • Mise en son Jean-Philippe Dupont • Costumes Aleksandra Pešić • Décors Julien Fleureau et Clément Dirat • Vidéo Thierry Thibaudeau • Direction de production Michel Chialvo.
Production Centre chorégraphique national d’Orléans • Coproduction Secretaría de Cultura del
Gobierno del Estado de Jalisco dans le cadre du Festival Internacional de Danza Contemporánea
Onésimo González, Guadalajara, Mexique – L’Odyssée, festival Mimos, Institut National des arts du
mime et du geste de Périgueux.
Le CENTQUATRE-PARIS
5 rue Curial
Paris (19e arr.) - m° Riquet
billetterie : 01 53 35 50 00
administration : 01 53 35 50 01
Réservations en ligne et toutes informations utiles sur 104.fr

Un nouveau leader socialiste pour défier le Fidesz

"Les socialistes hongrois (MSZP) ont élu samedi József Tóbiás nouveau président du parti. Le quotidien de gauche Népszava espère qu'il saura insuffler une nouvelle force à un MSZP bien mal en point, afin que celui-ci mette fin à la l'écrasante suprématie du Fidesz : "József Tóbiás doit être fort s'il veut requinquer son parti et le pays. La Hongrie a besoin d'un parti résolument à gauche qui défende les intérêts des électeurs et des couches défavorisées de la société, laissés pour compte par la majorité des deux tiers du Fidesz." La suite sur eurotopics.net

Une statue pour effacer la mémoire

"Malgré les protestations continues qui durent depuis 100 jours, et ayant peur de la colère des budapestois s’opposant à ce projet, la nuit dernière le gouvernement hongrois a fait subrepticement poser à leur place les éléments principaux du mémorial pour les victimes de l’occupation allemande de la Hongrie en 1944, finissant ainsi ce monument kitsch qui suggère que la Hongrie était une victime innocente pendant la Seconde guerre mondiale et n’avait aucune responsabilité dans la Shoah. Et cela sur la place de la Liberté, l’une des places centrale de Budapest, porteuse en elle-même de plus de 200 ans d’histoire hongroise." Source : Budapest Insolite

samedi 19 juillet 2014

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 22 juillet 2014 à partir de 20 h au Studio

Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
©photos peter gabor.

©photos peter gabor.

©photos peter gabor.
Chers visiteurs des Mardis hongrois de Paris,
En plein centre du quartier du Marais, dans un restaurant ouvrant sur une cour intérieure, nous occupons une mezzanine ou une grande tablée au rez-de-chaussée et quand le temps le permet nous profitons d'une cour pavée du XVIIIème siècle.

Prochaine soirée
le mardi 22 juillet 2014
 à partir de 20 h

The Studio,
41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles ou Hôtel de Ville
©photos peter gabor.

Kedves Mardis Hongrois-látogatók,

A legközelebbi összejövetel július 22. este 8 kor kezdődik

The Studio, 41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles vagy Hôtel de Ville.
 

Les portes du temps - Exposition Catherine Nyeki et Marc Denjean jusqu'au 20 juillet 2014

Exposition - Ateliers dans le cadre de la manifestation
Les portes du Temps des Jeunes et du Patrimoine
Prolongation exposition jusqu'au 20 Juillet 2014

CONCIERGERIE
2 Boulevard du Palais, 75001 Paris
Ouvert tous les jours, de 9h30 à 18h
Dernier accès 30 mn avant la fermeture

Microsoft recentre ses mobiles Nokia sur Windows Phone

"Sur le plan industriel, les conséquences se feront sentir particulièrement en Europe. L’usine à Komarom, en Hongrie, la dernière de Nokia mobiles sur le Vieux Continent, sera fermée. Elle emploie 1800 personnes et fabrique notamment la gamme Nokia X."
Lire l'article complet sur usine-digitale.fr

vendredi 18 juillet 2014

Sziget : Plus que quelques Pass dispo !

Depuis plusieurs jours voire plusieurs semaines,
L'équipe Sziget France s'égosille à en perdre haleine,
Et ne cesse de te répéter,
Qu'une rumeur de Sold-out court sur l'île de la Liberté !
L'été étant déjà bien entamé,
Ne restant plus que quelques jours pour profiter des Promos jusqu'au 31 juillet,
Les plus prévoyants festivaliers bouillonnent plein d'entrain,
Sachant qu'ils ont déjà leur précieux Pass en main !
Alors parles-en à tes proches, à ta copine, à ta belle-mère, à tes amis,
Et venez nombreux voir QOTSA, Outkast, Stromae ou encore Prodigy !
En espérant que cette Newsletter sera le dernier électrochoc,
Pour te réveiller avant la rupture de stock !
Et comme le dit le proverbe des véritables Szigotos
"Si tu ne veux pas rater l'heure de l'Apéro,
N'attends surtout pas qu'il soit trop tard,
Et prends vite ta place en tant que "Véritable Fêtard" !
"

jeudi 17 juillet 2014

C'était Tommy, le dernier des vrais Ramones

"Tommy Ramone, batteur et dernier membre d'origine du groupe new-yorkais s'est éteint le 11 juillet dernier. Il ne s'était pas contenté de taper sur des fûts.
« One, two, three, four ! » C’est ainsi que, sur scène, les Ramones démarraient invariablement et inlassablement chacune de leurs chansons. C’est aussi, aujourd’hui, alors que des jeunes gens ignorants, portent des t-shirts H&M frappés de leur légendaire logo, le triste comptage de leurs membres disparus. La mort est sans pitié, même (surtout ?) avec les héros du punk rock." La suite sur telerama.fr

Toulouse-Lautrec s’expose tout l‘été au Musée des Beaux-Arts de Budapest

"Toulouse-Lautrec, à l’honneur dans la capitale hongroise.
Le Musée des Beaux-Arts de Budapest rend, en effet, hommage au peintre et au lithographe français à l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance.
L’exposition intitulée ‘Le Monde de Toulouse-Lautrec’ donne à voir le Paris de l’artiste au travers de 170 œuvres – affiches, lithographies, mais aussi archives photographiques et films.
László Baán, le directeur du musée des Beaux-Arts de Budapest, László Baán, nous les fait découvrir." La suite sur euronews.com

mercredi 16 juillet 2014

Incendie de la place Kodály à Budapest

Vidéo de l'incendie qui a ravagé un immeuble place Kodály à Budapest. Ce bâtiment était en déshérence depuis des années en raison des menées spéculatives de la mairie du VIème et de l'investisseur privé qui en avait fait l'acquisition. Il est situé au coeur d'un site inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

De la broderie hongroise à Don Quichotte

"Le point compté est une technique de broderie qui consiste à compter les points un par un sur un diagramme ou sur une toile pour broder. Pierre Hajnal est un passionné de cette technique et travaille entre 6 et 8 h par jour." La suite sur ladepeche.fr

Hongrie. Violent incendie sur une place de Budapest

"Un violent incendie s'est déclaré mardi dans le centre de la capitale hongroise, Budapest. Un immeuble de la place Kodály a été ravagé par les flammes." La suite et vidéo sur ouest-france.fr

mardi 15 juillet 2014

Des films géorgien et hongrois raflent la mise à Karlovy Vary

"Le festival de Karlovy Vary se veut être un pont entre les cinématographies de l’Est et de l’Ouest – ça tombe bien : un film géorgien a remporté le globe de cristal du meilleur film et les prix spécial du jury et de la meilleure mise en scène ont été attribués à un film hongrois.
Le Temps éphémère – c’est le titre français du film géorgien primé, Simindis kundzuli, réalisé par George Ovashvili et dont l’action se déroule sur une île située entre la Géorgie et l’Abkhazie. Ce film, qui sera distribué dans les salles tchèques, est une coproduction entre plusieurs pays, dont la République tchèque et la France. Pas de surprise, le film partait largement favori.
Le succès de Free fall (Szabadesés) du Hongrois György Pálfi était peut-être moins attendu : il remporte la mention spéciale du jury et le prix de la meilleure mise en scène grâce à sa critique grotesque et absurde de l’hypocrisie de la société moderne." La suite sur radio.cz

lundi 14 juillet 2014

Kedves barátaim! / Chers Amis!

Discours de Pierre Waline sur Szabadság tér à Budapest à l'occasion du 14 juillet devant le monument contesté édifié par le gouvernement hongrois en mémoire des victimes de l'occupation allemande. Selon ses détracteurs, le projet nie la responsabilité de la Hongrie elle-même dans la mort en déportation de 600.000 Juifs hongrois, dont 450.000 après l'invasion nazie de 1944.

"Ce soir, alors que nous sommes ici rassemblés à Budapest, mes compatriotes s’apprêtent à danser dans les rues de Paris. Et il en va ainsi depuis de nombreuses décennies.
C’est de cette façon que les Parisiens fêtent un événement qui se déroula un certain 14 juillet, voici 225 ans, lorsque le peuple de Paris se souleva contre le roi et occupa la Bastille, cette prison alors si mal famée. En fait, il s’avéra par la suite que cette Bastille n’était pas un lieu si sinistre, mais plutôt une prison de luxe hébergeant guère plus de 7 prisonniers, dont quelques fous et deux nobles retenus pour factures impayées et adultère. Bref, rien d’héroïque ni de romantique dans cette „libération”.
En tous les cas rien à voir avec la sinistre prison qui occupait autrefois cette place où nous nous trouvons aujourd'hui, où furent suppliciés les héros hongrois de 1848, dont Batthyány." La suite en français et la version hongroise sur francianyelv.hu

Festival celte en Gévaudan : la Hongrie à l'honneur avec Paddy and the Rats

"Deuxième volet de notre présentation des groupes qui seront présents au Festival celte en Gévaudan cette année, voici Paddy and the Rats ! Venus de Hongrie, les six membres de la formation musicale seront sur la scène du marché couvert samedi 9 août à 21 heures, lors de la dernière journée de la huitième édition du Festival celte en Gévaudan.

Formé en 2008 en Hongrie, le groupe Paddy and the rats, composé de six musiciens, écume depuis plusieurs années les routes d'Europe pour faire découvrir une musique rock celtique. Leur discographie compte déjà 3 albums et ils se produiront pour la première fois sur la scène du marché couvert samedi 9 août à 21 heures, lors du concert de clôture de
la huitième édition du Festival celte en Gévaudan." La suite sur mon43.fr

dimanche 13 juillet 2014

FREE FALL, de György Pálfi, Label Europa Cinemas à Karlovy Vary

"Le nouveau film du hongrois György Pálfi, FREE FALL (SZABADESES) succède à un autre film hongrois, LE GRAND CAHIER, en remportant le Label Europa Cinemas du meilleur film européen, décerné par 4 exploitants du réseau, au cours du Festival international de Karlovy Vary." La suite sur europa-cinemas.org

Mort de Tommy Ramone, batteur des Ramones

"Tommy Ramone, producteur et dernier membre des Ramones, est mort d'un cancer, vendredi 11 juin, annoncent les sites Dangerous Mind et Vanyaland. Il avait 62 ans. Il était né sous le nom d'Erdélyi Tamás, à Budapest, en Hongrie, de parents juifs ayant réussi à échapper à la déportation.
Avec Joey Ramone (Jeffrey Ross Hyman), Dee Dee Ramone (Douglas Glenn Colvin) et Johnny Ramone (John William Cummings) il était l'un des membres fondateurs du groupe punk-rock new-yorkais The Ramones, pour lequel il tient la batterie entre 1974 à 1978, date à laquelle il sera remplacé par Marc Bell (Marky Ramone)." La suite sur lemonde.fr

samedi 12 juillet 2014

Les métros d'Alstom entrent en service à Budapest sur la première ligne automatique d'Europe centrale et orientale

"Des rames de métro Alstom sont entrées en service commercial le 28 mars en Hongrie sur la nouvelle ligne 4 du métro de Budapest, première ligne de métro automatique d'Europe centrale et orientale. Dans le cadre de l'inauguration de la ligne, Viktor Orbán, Premier Ministre de la Hongrie, et István Tarlós, Maire de Budapest, ont mis en service 15 nouvelles rames Métropolis sur la nouvelle ligne de 7,4 km qui relie deux nœuds ferroviaires importants de Budapest : la gare intermodale Kelenföld de Buda et la gare située à l'Est de Pest. Les rames de métro inaugurées font partie des 37 Métropolis commandées pour les lignes 2 et 41." La suite sur zonebourse.com

Les artistes de L’Orange bleue au Sziget

"Les musiciens, Charlie Fabert et Christophe Lartilleux, seront en concert au Sziget festival, mi-août, avec des artistes hongrois. Des collaborations développées grâce à L’Orange bleue.
Aquelques jours près, dans un mois, les guitaristes Charlie Fabert et Christophe Lartilleux seront en Hongrie. Ces deux artistes, issus pour l’un de Vitry-le-François et pour l’autre de Châlons-en-Champagne, ne partent pas en vacances mais vont assurer, cette année encore, des concerts au Sziget festival, le plus grand festival de musique à l’air libre en Europe." La suite sur lunion.presse.fr

Le Congrès américain a attribué, mercredi 9 juillet, à titre posthume sa plus haute distinction à Raoul Wallenberg

"Ce diplomate suédois avait sauvé des dizaines de milliers de juifs de Hongrie en 1944, avant de mourir mystérieusement dans une prison soviétique." La suite sur crif.org

vendredi 11 juillet 2014

Peter Geszti chante la diaspora hongroise

"Depuis sa sortie à la fin des années 80, la chanson de Sting ‘Englishman in New-York’ a fait l’objet de très nombreuses reprises. Dernière en date, celle du musicien hongrois Peter Geszti rebaptisée ‘Hungarian in Europe’. Un titre qu’il dédie à tous les membres de la diaspora hongroise.
Peter Geszti, chanteur et parolier :
“Plusieurs de mes amis ont décidé de quitter le pays. Quand un collègue musicien dont j‘étais très proche est parti à son tour. Je ne pouvais plus faire comme si de rien n‘était. Cela me touchait de trop près.” La suite sur euronews.com

En Hongrie, la chaîne RTL Klub part en guerre contre le régime de Viktor Orban

"Il était une fois une chaîne de télévision commerciale qui se souciait avant tout d'arrondir son chiffre d'affaires, grâce à un cocktail de séries américaines, de films d'action et de télé-réalité. Mais comme l'histoire se passe dans la Hongrie de Viktor Orban, on a vu RTL Klub, qui appartient au géant allemand Bertelsmann, prendre la tête d'une fronde contre le gouvernement. Au nom de ses intérêts commerciaux, menacés par une « super-taxe » de 40 % sur les revenus publicitaires, et au nom de l'indépendance des médias." La suite sur lemonde.fr (version payante)

South Stream : Slovénie, Bulgarie et Hongrie avec Moscou contre l'UE

"La Russie continue à faire pression pour faire progresser le South Stream, projet bloqué par la Commission européenne et qui est en train de devenir le centre de l'affrontement entre Moscou et Bruxelles éclaté après le soutien occidental au coup d'état mis en scène à Kiev en février dernier." La suite sur mediapart.fr

La Hongrie œuvre contre «le complot viking»

"La chasse aux sorcières est ouverte. Comme Vladimir Poutine en Russie, le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, s’attaque aux défenseurs des libertés publiques. Pas moins de 58 ONG ont été sommées de livrer tous leurs dossiers et les noms de leurs bénéficiaires au tout puissant Office de contrôle du gouvernement (Kehi). Les ONG russes des droits de l’homme étaient soupçonnées d’être des agents anglo-saxons. Leurs homologues hongroises - Transparency International Hongrie, des associations de soutien aux minorités, aux roms, aux LGBT… - seraient des espions venus… de Norvège. D’ailleurs, l’Office de contrôle gouvernemental l’évoque déjà alors ..." La suite sur liberation.fr

L'Europe enquête sur les aides allouées par la Hongrie à VW

"La Commission Européenne a indiqué qu'elle diligentait une enquête concernant l'aide substantielle allouée par le gouvernement hongrois au Groupe Volkswagen (Audi) afin de s'assurer qu'elle répond au règles en vigueur dans l'Union. C'est la somme de plus de 130 millions d'euros d'aides qui préoccupe les membres de la commission." La suite sur caradisiac.com

Critique de "Capillaria, le pays des femmes"

"Un classique hongrois à lire d'urgence !
Critique
Frigyes Karinthy (1887-1938), écrivain hongrois, s'est d'abord fait connaître par ses parodies de Jules Verne, Oscar Wilde, Ibsen, Pirandello ou encore J. Swift comme ici, reprenant notamment le nom de Gulliver. A savoir que Frigyes Karinthy est aussi l'inventeur (en 1929) du concept des six degrés de séparation, cette théorie qui dit que chacun d'entre nous sur la planète, peut être connecté à une autre personne en suivant une chaîne de connaissances ne contenant pas plus de cinq intermédiaires. (merci Wikipédia, je connaissais la théorie, mais point son inventeur). Théorie qui paraît de plus en plus réelle avec l'éclosion des réseaux sociaux. Frigyes Karinthy est aussi le père de Ferenc Karinthy, auteur de Épépé dont j'ai récemment parlé et réédité chez Zulma." La suite sur myboox.fr

jeudi 10 juillet 2014

JO 2028 : La Hongrie ambitionne de présenter "une demande concurrentielle crédible"

"Soucieuse de se positionner comme l’une des grandes nations sportives du continent européen pour les années à venir, la Hongrie pourrait se porter candidate à l’organisation des Jeux Olympiques d’été.
En début de semaine, le Président du Comité Olympique de Hongrie, Zsolt Borkai, a réaffirmé ce souhait en rappelant la coopération entre le Gouvernement et la municipalité de Budapest concernant le plan de développement des infrastructures." La suite sur sportetsociete.org

Avec Borsodi, machisme et sexisme (presque) garantis

"À chaque Coupe du Monde, sa consommation explose. C’est l’un des produits les plus exploités dans la pub’. En Hongrie, elle est le carburant des bons moments (Soproni), le moteur de l’amitié entre mâles (Arany Ászok). Chez Borsodi, la bière colle à l’actu : un truc de mecs qui matent du foot pendant que les nanas taffent. Simone de Beauvoir et Olympe de Gouges s’en retourneraient dans leurs tombes." La suite sur miujsag.wordpress.com

Wizz Air dément toute discussion sur son rachat

"BUDAPEST, 9 juillet (Reuters) - La compagnie aérienne d'Europe centrale Wizz Air n'est pas en discussion avec des acquéreurs potentiels, a déclaré mercredi un porte-parole cité par le site internet financier Portfolio, démentant des informations de presse faisant état de négociations avancées avec Air France-KLM." La suite sur reuters.com

A Prague, une conférence pour assurer la sécurité énergétique de la région du Danube

"Ce mercredi, une conférence portant sur la sécurité énergétique s’est tenue à Prague. Elle a rassemblé les experts et coordinateurs nationaux des pays réunis au sein de la Stratégie pour la région du Danube, une forme de coopération régionale de quatorze pays qui dans son volet « Énergie », présidé par la République tchèque et la Hongrie, vise à assurer une plus grande autonomie énergétique de la région." La suite sur radio.cz

Les cinq plus larges défaites en Coupe du Monde

"Si la victoire 7-1 de l'Allemagne face au Brésil est la plus lourde jamais vue en demi-finale d'une Coupe du Monde, ce n'est pas le score le plus large en phase finale de la compétition. Voici le Top 5 des plus larges défaites du Mondial.
Hongrie-Salvador, le 15 juin 1982 (10-1)"
La suite sur lesechos.fr

Air France-KLM pourrait racheter le hongrois Wizz Air

"D'après le site spécialisé Luchtvaartnieuws, le transporteur européen serait en discussions avancées avec la compagnie à bas coûts Wizz Air. Le titre Air France-KLM se reprend légèrement mercredi au lendemain d'une forte chute.
Air France-KLM va-t-il casser sa tirelire pour une compagnie low cost ? D’après le site spécialisé Luchtvaartnieuws, le groupe franco-néerlandais poursuit des discussions « avancées » avec Wizz Air, une compagnie basée en Europe de l’Est qui a réalisé un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros en 2013 et se classe au cinquième rang des compagnies à bas coûts européennes." La suite sur easybourse.com

mercredi 9 juillet 2014

M'sieur de Frigyes Karinthy à Festival d'Avignon du 5 au 27 juillet 2014

Un duo, comédien et musicien révèle un texte truculent et
sensible, confrontation entre l’imaginaire de l’enfance et
la raison des adultes. Frigyes Karinthy, écrivain hongrois
majeur, à la fois portraitiste, caricaturiste, poète et
romancier, pose avec « M’sieur » un regard décalé et
malicieux sur la jeunesse et l’école.

M’sieur

de Frigyes Karinthy
(1887, Budapest- 1938, Siofok)

Un spectacle que l’on peut aussi partager entre adultes et adolescents.
Tout public à partir de 10 ans
Durée : 1H10

Traduction : Françoise Gal
Adaptation : Frank Taponard et Joël Lokossou
Mise en scène : Faris Tapo
Création musicale : Uriel Barthélémi
Lumières : Christian Brunel
Avec : Joël Lokossou et Uriel Barthélémi
Diffusion : François Nouel

Du 5 au 27 juillet 2014 tous les jours à 11 h 10

Isle 80 - 18 Place des trois Pilats à Avignon

Réservation : 04 88 07 91 68
Plein tarif : 16 euros
Carte OFF : 11 euros

Remerciements à Lia CHEVALIER, David OLIVIER et Marine DE VANSSAY

mardi 8 juillet 2014

François Jeanneau Quartet Mercredi 9 juillet 2014 à 20 h 30 au 38Riv'

Le FJ Quartet existe depuis 1977 (mais oui !).
Au fil du temps, bien des musiciens célèbres en ont fait partie : Jean-François Jenny-Clark, Michel Graillier, Aldo Romano, Christian Escoudé, Michel Benita, Aaron Scott, Andy Emler, Joël Allouche, Linley Marthe, Simon Goubert, Ablaye Cissoko, Sébastien Boisseau...
A partir des compositions du leader, le Quartet privilégie la liberté, le partage, l'invention, l'échange, la conversation, l'imprévisible, le plaisir de jouer et de partager ce plaisir avec le public.

enregistrements : Techniques Douces (Owl Records), Ephémère (Owl Records), Taxiway (Label Bleu), Quand se Taisent les Oiseaux (BeeJazz)...

Artiste(s)
François Jeanneau (saxophone soprano)
Emil Spanyi (claviers)
Matyas SzandaÏ (basse)
Joe Quitzke (batterie)

Cave du 38 Riv' 38 rue de Rivoli Paris 04

Source : 38riv.com

KBC: prise de provision à cause d'une loi en Hongrie.

"KBC Groupe prévient qu'une nouvelle loi votée le 4 juillet par le parlement hongrois - et qui sera applicable à l'ensemble du secteur bancaire du pays - aura une incidence sur ses résultats du deuxième trimestre 2014.
En vertu de cette loi, si des crédits aux particuliers sont libellés dans une devise étrangère, l'utilisation de marges de taux d'intérêt étrangers est annulée et les écarts de taux vendeur/acheteur applicables aux crédits en devises étrangères doivent par conséquent être corrigés avec effet rétroactif. De plus, pour l'ensemble des crédits aux particuliers, la loi annule les adaptations unilatérales apportées aux taux d'intérêt et aux commissions par les banques." La suite sur bfmtv.com

Anthrax dans la viande bovine en Hongrie

"Les autorités hongroises ont annoncé un nouveau cas d'infection à l'anthrax, maladie mortelle également appelée maladie du charbon, une personne est observée par les médecins, communique le Service national de la Santé de Hongrie (NEBIH)." La suite sur ruvr.ru

Les plus beaux bastions de la Hongrie communiste

"Traduction d’extraits de l’article A legfinomabb válogatás: A szocializmus fellegvárai publié le 21 juin 2014 sur le site Vidékimagyaroszág.
[…] En lisant des journaux une nouvelle a attiré mon attention : quand on a changé le nom de Volgograd à Stalingrad, les habitants en ont décidé par plébiscite. Mon petit cahier fantastique, apparu en tant que supplément du magazine « Képes Újság », qui était censé rendre la population heureuse à cette époque, m’est tout de suite venu à l’esprit. Le titre de ce cahier était Kis Képes Krónika, Magyar városok 1981; je l’ai retrouvé. Les images de temps en temps en noir et blanc, de temps en temps en couleur mate ont fait surgir mes souvenirs de la construction des villes socialistes, d’où vient l’idée de rédiger cet article." La suite sur hu-lala.org

lundi 7 juillet 2014

Ceux des pusztas suivi de Le Déjeuner au château

Notre recommandation de lecture pour cet été. Un bouquin paru anciennement mais qu'on peut encore trouver et que vous pourrez utilement emporter avec vous si vous partez en vacances en Hongrie. Un livre passionnant d'un grand écrivain qui vous aidera à mieux comprendre la Hongrie et les Hongrois ruraux du début du XXe siècle.
JPF
Nouvelle traduction
Trad. du hongrois par Véronique Charaire. Préface de Louis Guilloux, avant-propos de Georges Charaire
Ceux des Pusztas a paru pour la première fois en 1943
Collection Du monde entier, Gallimard
Parution : 12-05-1969

RTL GROUP : Une réforme en Hongrie pèsera sur les résultats 2014 de RTL

"RTL Group a annoncé lundi qu'une nouvelle législation adoptée en Hongrie pour réguler le secteur de la publicité coûtera 15 millions d'euros à son bénéfice net en 2014.
Le premier diffuseur média européen a également dit qu'il passerait une charge de dépréciation sur ses actifs hongrois au premier semestre. Des précisions seront communiquées ultérieurement." La suite sur lesechos.fr

Le chien de la semaine : Magyar Agar ou le lévrier hongrois

"Historiquement, ces lévriers asiatiques accompagnaient les Magyars (peuple de cavaliers nomades originaire de la mer Caspienne) tout au long de leur voyage de plus de quatre siècles.
Ces chiens poursuivaient et capturaient le gibier rencontré lors de la recherche de nouveaux pâturages pour les troupeaux. Au IXe siècle, la sédentarisation des Magyars sur les plaines du Danube (Hongrie) a fixé le type et donné naissance au Magyar Agar actuel." La suite sur defimedia.info

Une Gay Pride mobilisatrice et festive à Budapest

"C’est la plus grande des marches des fiertés d’Europe centrale… La Gay Pride hongroise a eu lieu ce samedi à Budapest.
10.000 personnes se sont retrouvées pour défiler dans le centre-ville, du parlement à la place des Héros, et pour appeler la société hongroise à plus de tolérance et moins de discrimination.
“J'ai l’impression qu’il y a un grand changement à Budapest, explique l’un des organisateurs, Peter Arvai. Il y a quelques années il y avait des émeutes pendant la Gay Pride. Aujourd’hui nous avons plus de 700 associations qui sont venues participer”." La suite sur euronews.com

dimanche 6 juillet 2014

Infection probable à l’Anthrax en Hongrie : six personnes hospitalisées

"C’est dans la commune de Tiszafüred, située à environ 150 kilomètres à l’est de Budapest, qu’ont été identifiées des infections probables à l’anthrax, maladie mortelle également appelée maladie du charbon.
Six personnes ont été hospitalisées, tandis qu’un cas d’anthrax a été détecté dans du boeuf surgelé, après l’abatage illégal de deux animaux dans une ferme. C’est lors de cette opération que la maladie a pu être contractée." La suite sur euronews.com

samedi 5 juillet 2014

Les Roms sont-ils toujours bienvenus au Canada?

"Le cas des Buzas, cette famille rom de Montréal qui a obtenu un sursis de la Cour fédérale de l'immigration pour leur expulsion, braque les projecteurs sur la façon dont le Canada traite ce groupe d'immigrants.
La Hongrie est un pays sécuritaire, mais pas pour tous ses citoyens. Quoiqu'en dise le gouvernement canadien qui a placé ce pays sur sa liste des pays « sûrs ». Même si en 2008-2009, des membres de groupes d'extrême droite - aujourd'hui condamnés à des peines de prison - ont froidement assassiné six Roms, dont une femme et un enfant. Même si en avril 2014, lors des dernières élections législatives, le parti Jobbik - un parti fasciste anti Roms - a recueilli 20 % des votes des Hongrois." La suite sur radio-canada.ca 

Autriche-La banque Erste plonge après un "profit warning"

"VIENNE, 4 juillet (Reuters) - Le titre Erste Group Bank chutait de près de 14% en Bourse vendredi matin après un avertissement sur ses résultats, lié à l'augmentation du coût des risques associés à la Hongrie et à la Roumanie.
Vers 08h40 GMT, l'action perdait 13,90% à 20,07 euros, accusant la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 et tirant vers le bas le compartiment bancaire européen (-0,55%), qui subit un des reculs sectoriels les plus marqués." La suite sur bourse.lesechos.fr

Hongrie: la production industrielle en hausse de 9,6% en mai sur un an

"La production industrielle en Hongrie a progressé en mai de 9,6% sur un an, selon des chiffres provisoires corrigés des variations calendaires publiés vendredi par le Bureau central des statistiques (KSH).
Sur un mois, la production a reculé de 1% en données corrigées des variations saisonnières et calendaires." La suite sur lesechos.fr

La Hongrie alourdit sa super-taxe visant les médias

"Le Parlement hongrois, dominé par les conservateurs du Premier ministre Viktor Orban, a alourdi vendredi une taxe déjà controversée sur les médias en supprimant une faille dans le texte.
L'amendement supprime une disposition qui permettait aux médias de déduire leurs pertes des années précédentes du revenu assujetti à la super-taxe, qui peut atteindre jusqu'à 40% des revenus publicitaires." La suite sur lexpansion.lexpress.fr

Le barman hongrois, Adam Vincze, fait son show dans la capitale

"75 - Paris Les 4 et 5 juillet, le bar manager du Buddha-Bar Hôtel de Budapest, propose des cocktails inédits aux clients du Qu4tre.
Le Qu4tre, bar du Buddha-Bar Hôtel Paris, accueille durant deux jours Adam Vincze, bar manager du Budha-Bar Hôtel Budapest, qui propose à cette occasion la découverte des tendances hongroises. Une « cocktail expérience » autour du palinka, qui est un alcool traditionnel hongrois élaboré à base de raisin et du Tokaj, célèbre vin blanc de Hongrie." La suite sur lhotellerie-restauration.fr