jeudi 28 juillet 2016

En Hongrie, des vacances en mode 3D et innovation

"Un camp d‘été sur l’innovation… C’est un peu le principe du rassemblement d‘écoliers qui se tient à Zanka, en Hongrie, un village proche du lac Balaton.
Il s’agit ici de sensibiliser les enfants à la technologie.
L’initiative émane de trois entreprises hongroises spécialisées dans les imprimante 3D, un outil encore peu accessible au plus grand nombre, mais avec lequel, estiment ils, il est bon de se familiariser." La suite sur euronews.com

Peter Eötvös : « Nous vivons une nouvelle époque de l’opéra »

"Après la récente création scénique de son dernier opéra, Senza sangue, à Avignon, Peter Eötvös n'oublie pas la musique vocale puisque le festival de Salzbourg donnera le 30 juillet, en création mondiale, une oeuvre pour mezzo-soprano, ténor, récitant choeur et orchestre, intitulée Halleluja - Oratorio balbulum (littéralement, « oratorio bégayant »). C'est l'occasion de faire le point sur le parcours d'un compositeur lyrique le plus joué aujourd'hui.

En tant que compositeur, saviez-vous que vous en viendriez un jour à aborder l’opéra, ce genre longtemps dédaigné par la musique contemporaine ?
Je dirais que oui, parce que j’ai toujours eu un intérêt pour le théâtre. Quand j’avais 18 ans, au début des années 1960, j’ai passé six années à travailler dans différents théâtres de Budapest. On y donnait le grand répertoire, et j’ai rencontré de grands acteurs. J’adorais l’odeur propre aux théâtres, et encore aujourd’hui, quand je suis dans un théâtre, je me sens chez moi. Ensuite, en 1967-68, j’ai passé deux ans comme répétiteur à l’Opéra de Cologne : ce fut ma première expérience associant théâtre et musique." La suite sur forumopera.com

Márton Gyöngyösi : la Hongrie attache une importance particulière au développement des relations avec l’Azerbaïdjan

"Bakou, 27 juillet, AZERTAC
La députée azerbaïdjanaise Ganira pachayeva a discuté avec Márton Gyöngyösi, président du groupe d’amitié interparlementaire Hongrie-Azerbaïdjan, du développement des liens entre deux pays et de la diffusion des réalités sur le génocide de Khodjaly en Hongrie.
G. Pachayeva a fait savoir que la coopération entre l’Azerbaïdjan et la Hongrie était à haut niveau. Elle a informé son interlocuteur sur l’état actuel des négociations concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, les provocations commises par l’Arménie dans la région. Elle s’est dite convaincue que le groupe d’amitié interparlementaire Hongrie-Azerbaïdjan et son président redoubleraient leurs efforts pour transmettre les réalités sur le génocide de Khodjaly au public hongrois." La suite sur azertag.az

Veolia : déploie ses activités liées aux énergies renouvelables en Hongrie avec l’acquisition de la centrale biomasse de Szakoly

"Veolia (Paris:VIE), à travers sa filiale Veolia Energy Hungary Co. Ltd., a acquis la société DBM Zrt., propriétaire de la centrale biomasse de Szakoly. Avec cette acquisition, Veolia détient et exploite désormais la cinquième plus grande installation de production d’électricité de Hongrie à partir de biomasse, qui génère un chiffre d’affaires annuel de 16,7 M€. Après les centrales de Pécs et Dorog, le Groupe poursuit ainsi le développement de ses activités de production d’énergie renouvelable en Hongrie.
La centrale de Szakoly, en activité depuis 2009, assure la production d’électricité à partir de la combustion de copeaux de bois et de sous-produits de scierie. D’une capacité de 19,8 MW, elle produit 130 GWh d’électricité par an alimentant le réseau national d’électricité, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 50 000 foyers en Hongrie." La suite sur zonebourse.com

Hongrie : Thealter, l'esprit d'indépendance

"La ville hongroise de Szeged est en plein festival de théâtre, le festival Thealter. En tout neuf jours de représentations données par des compagnies venues de l’est et du sud de l’Europe.
Erika Kocsor, Euronews : “En 25 ans l’association Maszk qui a créé ce festival a présenté plus de 200 troupes venues de 30 pays différents à Szeged. Pour beaucoup elles étaient en Hongrie pour la première fois.” La suite sur euronews.com

Autriche-Hongrie : désaccord sur les idées de Donald Trump

"La campagne électorale aux Etats-Unis s’est invitée à un sommet entre les dirigeants hongrois et autrichien.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban recevait ce mardi à Budapest son homologue autrichien Christian Kern.
M. Orban a redit son soutien au candidat républicain Donald Trump. Ce qui n’est pas le cas du chancelier autrichien.
Il y a plusieurs points sur lesquels M. le Premier ministre et moi, nous ne sommes pas d’accord, et un de ces points de désaccord, c’est Donald Trump“, a expliqué Christian Kern lors d’une conférence de presse.
Pour moi, a-t-il ajouté, il n’y a qu’une chose que m’inspire cet homme, c’est qu’il ne faut jamais teindre ses cheveux.“ " La suite sur euronews.com

mercredi 27 juillet 2016

Hongrie : le juge qui a dit non à Viktor Orban

"Dans son bureau du palais de justice de Budapest, où il exerce désormais comme président d’une chambre civile, l’ancien plus haut magistrat hongrois Andras Baka savoure avec modestie une forme de revanche. Le 23 juin, pour la première fois, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de Strasbourg n’a pas hésité à condamner définitivement un Etat ayant limogé pour des motifs politiques le président d’une cour suprême. « Ce jugement a inscrit dans le droit européen ce que tout le monde sait bien : à savoir que m’écarter était inconstitutionnel », énonce Andras Baka, 63 ans, qui a accepté de recevoir Le Monde.
« D’autant plus que j’ai été limogé sans avoir commis de faute », précise le juge, considéré comme un conservateur et élu à la tête de la Cour suprême le 22 juin 2009 avec 86 % des voix du Parlement, dont celles du Fidesz, alors dans l’opposition. « La Cour de Strasbourg, au contraire, a constaté qu’il ne relevait pas de mon droit mais bien de mon devoir de formuler des critiques sur la justice. Critiques que, d’ailleurs, je maintiens. Tout ce que je dénonçais à l’époque a dû être modifié depuis. »" La suite sur lemonde.fr (version payante)

Orbán à Băile Tușnad: «le mouton noir deviendra troupeau»

"C’est ici que, il y a deux ans, Viktor Orbán a lancé les bases de sa «démocratie illibérale». Invité samedi dernier à venir parler d’Europe, le premier ministre hongrois a profité de la 27e édition de l’Université d’été de Băile Tușnad pour se poser en chef de l’opposition à la Commission européenne. À rebours de Bruxelles sur l’immigration, le terrorisme et le rôle des États, il a décidé de pousser la rupture en apportant son soutien à Donald Trump.
Viktor Orbán n’en raterait une édition pour rien au monde. L’Université d’été Tusványos, organisée tous les ans par la minorité hongroise de Transylvanie à Băile Tușnad en Roumanie, est devenu au fil des années un rendez-vous médiatique incontournable, au cours duquel le Premier ministre de Hongrie en exercice est invité à s’exprimer sur le grand thème du moment. Organisée cette année autour du mot d’ordre «Nous étions, nous sommes et serons toujours chez nous en Europe», la cuvée 2016 a permis au chef de gouvernement conservateur de développer sa vision de la construction européenne, dans un contexte marqué par le Brexit, les attentats en France et en Allemagne, ainsi que la crise des réfugiés." La suite sur hu-lala.org

Aix-en-Provence - L’année de la Hongrie se poursuit avec un programme aussi éclectique (II)

"Le voyage culturel entamé en début d’année sous le thème de la Hongrie se poursuit avec une multitude d’événements.
Jusqu’au 2 octobre : Exposition Victor Vasarely, l’Art pour Tous
Dans la cadre de l’exposition triptyque Multiplicité : un parcours en 3 lieux au cœur de la Provence pour célébrer les 40 ans de la Fondation Vasarely et les 110 ans de la naissance de l’artiste Victor Vasarely. Fondation Vasarely
Renseignements : contact@fondationvasarely.org, 04 42 20 01 09"

La suite sur aixenprovence.fr 

Des politiques familiales face aux enjeux démographiques

"En Hongrie, les jeunes souhaitent avoir plus d’enfants, mais les préoccupations liées au logement et à la conciliation travail-vie privée semblent les freiner dans leurs projets. Le gouvernement a donc pris une série de mesures essentielles pour aider les familles à réaliser leurs rêves et pour faire face au vieillissement rapide de la population.
La Hongrie compte actuellement dix millions d’habitants, un chiffre facile à retenir mais qui risque d’évoluer d’ici quelques décennies. Le pays connaît en effet un déclin démographique, qui s’est traduit ces 35 dernières années par une diminution de 850 000 habitants. La population mondiale devrait augmenter au cours des 35 prochaines années, mais la Hongrie ne sera pas concernée." La suite sur observateurocde.org

L'Autriche et la Hongrie unis pour contrôler l'arrivée de réfugiés

"Viktor Orban, le premier ministre hongrois et Christian Kern, le chancelier autrichien ont tenu une conférence de presse aujourd’hui à Budapest. Ils ont exprimé leur compassion à l‘égard de la France.
Quand il était question du problème migratoire, la relation entre les deux pays a toujours été plutôt tendue. On a pu assister à des échanges musclés, mais les deux gouvernements ont décidé d’ouvrir une nouvelle page.
Viktor Orban a expliqué comprendre la nécessité pour l’Autriche de contrôler étroitement sa frontière à l’Est, même si cette surveillance complique la vie de nombreux Hongrois qui viennent en Autriche pour travailler. Il a assuré que le meilleur moyen de juguler les flux migratoires est d’unir leurs forces pour surveiller la frontière entre la Hongire et la Serbie." La suite sur euronews.com

Le premier ministre hongrois compare l'immigration à un «poison»

"BUDAPEST - Le premier ministre hongrois Viktor Orban s'en est de nouveau pris mardi au «poison» de l'immigration, rejetant toute politique européenne qui voudrait «forcer» son pays à accueillir des étrangers.
«Pour nous l'immigration n'est pas une solution mais un problème (...), pour nous c'est un poison et nous ne voulons pas avaler ce poison», a déclaré le chef du gouvernement conservateur à Budapest où il rencontrait le chancelier autrichien social-démocrate Christian Kern." La suite sur canoe.ca

mardi 26 juillet 2016

Discours de M. Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie, à Baile Tusnad (Roumanie) le 23 juillet 2016

Communiqué de l'Ambassade de Hongrie à Paris
Nous avons communiqué sur notre page Facebook la traduction française intégrale du discours prononcé par M. Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie, à la 27ème Université d’été de Baile Tusnád (en hongrois Tusnádfürdő), en Roumanie, le 23 juillet 2016, ainsi que celle des réponses aux questions qui lui ont été posées à l’issue de son intervention.
A lire sur la page Facebook de l'Ambassade de Hongrie à Paris

Rétrospective Modigliani à Budapest

"Rétrospective Modigliani à la Galerie nationale hongroise. 80 oeuvres en tout venues des musées et de collections privées du monde entier dont cet étonnant portrait qui cache quelque chose.
Anna Zsófia Kovács est la commissaire de l’expo : “Au dos du portrait on peut voir un nu. Modigliani a peint d’abord le nu mais il n‘était pas satisfait donc il ne l’a pas achevé. Et comme il n‘était pas riche du tout. Il a utilisé la même toile pour peindre le portrait de Jean Alexandre quand son frère Paul a commandé cette peinture.” La suite sur euronews.com

Gastronomie : la renaissance du cochon mangalitza en Hongrie

C'est un animal à l'apparence loufoque, qui a frôlé la disparition. Le mangalitza, une race de cochon laineux d'Europe Centrale, connaît une véritable renaissance en Hongrie où les élevages se multiplient. Riche en gras et appréciée pour ses qualités gustatives, cette viande s'exporte aujourd'hui pour quelques privilégiés dans les restaurants huppés de Los Angeles à Tokyo.

Quand Orban écrase Uber (Arte)

"François Saltiel a l’œil, et le bon ! Chaque jour, à partir d'un clip, d'une campagne de pub, d'une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, il va plus loin que le simple buzz du net et décrypte un phénomène de société d'ici ou d'ailleurs. Aujourd’hui, il nous décrypte le retrait de la compagnie de taxis Uber de la ville de Budapest." 

Hongrie : un réseau de passeurs démantelé

"La police autrichienne a annoncé aujourd'hui le démantèlement d'un réseau européen de passeurs soupçonné d'avoir convoyé en un an quelque mille candidats à l'asile vers l'ouest de l'Europe, au départ de la Hongrie.
Dix-sept suspects ont été arrêtés depuis septembre 2015 dont sept lors d'un coup de filet mené simultanément jeudi en Autriche, à Budapest et Berlin par une centaine de policiers, ont annoncé les enquêteurs. Une douzaine de lieux ont été perquisitionnés; de l'argent et des armes ont notamment été saisis. Des Polonais, des Tchétchènes résidant en Autriche, des Allemands, un Syrien comptent parmi les personnes placées en détention provisoire." La suite sur lefigaro.fr

Mésaventures scientologiques

Le pape de la Scientologie, David Miscavige, a-t-il été décoré à Budapest d'un... seau d'excréments humains ?? Enquête à lire en hongrois sur 444.hu

Uber à peine dégagé, son remplaçant arrive

Elle ressemble à Uber, elle offre les mêmes fonctionnalités mais elle respecte les réglementations et ne gruge pas le fisc. Elle est originaire d'Estonie et s'appelle Taxify. Elle voudrait s'implanter en Hongrie dès le mois d'août en lieu et place de Uber qui vient de quitter le pays le 24 juillet.
Lire l'article en hongrois sur hvg.hu

Escrime: Pal Schmitt, fine lame et gaffeur politique

"Il est passé des sommets du sport à ceux de la politique, du couronnement olympique à la présidence de la République, mais l'atterrissage de l'ancien escrimeur hongrois Pal Schmitt a été brutal après une piteuse affaire de plagiat.
Pal Schmitt c'est d'abord un parcours habile à travers les méandres de l'histoire hongroise: double champion olympique d'épée par équipe (1968 et 1972), entrée en politique sous le régime communiste via le comité olympique national avant un ralliement au Fidesz, le parti de Viktor Orban, fondé en opposition au parti communiste." La suite sur lepoint.fr

lundi 25 juillet 2016

À Budapest, Viktor Orbán veut prendre la Citadelle

"Chantier monstre dans le quartier du château, projet de Bois des musées à Pest, grattes-ciel au nord de la ville… Les grues ne sont pas prêtes de disparaître du paysage budapestois. Viktor Orbán entend poursuivre sa politique de grands travaux en s’attaquant cette fois à l’emblème de la capitale : la Citadelle.
Le gouvernement a publié le 15 juillet dernier un appel à idées portant sur «l’utilisation future du mont Gellért et de la Citadelle, ainsi que le renouvellement de sa fonction et de sa vocation». En s’enregistrant sur un site Internet dédié, chaque Hongrois, qu’il soit professionnel ou simple citoyen, est ainsi invité à faire des propositions quant à l’avenir de cette ancienne forteresse défensive, de sa statue et de son parc, véritable poumon vert en plein cœur de la capitale. Jusqu’à hier, chaque postulant pouvait envoyer ses questions, lesquelles devraient recevoir une réponse le 1er août prochain." La suite sur hu-lala.org

Anna Stein expose ses oeuvres à Honfleur du 24 juillet au 31 août 2016

www.laveluze.com

Elmyr de Hory, le faussaire du siècle

De New York à Paris en passant par Rio, portrait d'Elmyr de Hory (1906-1976), un faussaire de génie qui a transformé à jamais le marché de l'art.
La vie d'Elmyr de Hory se révèle aussi étourdissante et brillante que son oeuvre. Quand la route de ce faussaire de génie, rescapé des camps nazis, croise celle de Fernand Legros, le plus grand vendeur escroc du XX e siècle, tous deux inondent le marché de l'art de plusieurs milliers de faux, trompant galeries, collectionneurs et musées du monde entier. À travers les errances d'Elmyr, de New York à Paris, de Budapest à Rio et de Miami à Ibiza, une histoire fascinante qui a transformé à jamais le marché de l'art.
Ce programme est disponible en vidéo à la demande ou DVD (54 mn) sur arte.tv

"Elmyr de Hory (de son vrai nom Elemér Albert Hoffmann), né le 14 avril 1906 en Hongrie et mort le 11 décembre 1976 à Ibiza, est un peintre et faussaire d'origine hongroise. (Wikipédia)

dimanche 24 juillet 2016

Vendée Globe : le Hongrois Nandor Fa se qualifie en solitaire

"Le skipper hongrois Nandor Fa est de retour aux Sables-d'Olonne après avoir traversé l'Atlantique en solitaire. Il est qualifié pour le prochain Vendée Globe.
Il s’est amarré au ponton des Sables-d’Olonne, vendredi 22 juillet. Le Hongrois, Nandor Fa, est désormais qualifié pour le prochain Vendée Globe. « Il a couvert largement plus que les 1 500 milles qui lui étaient demandés », confirme la direction sur son site internet." La suite sur ouest-france.fr

Le Hongrois Viktor Orban affiche son soutien à Donald Trump


"Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a affiché samedi son soutien à Donald Trump pour la présidentielle américaine, une «meilleure option» selon lui pour l’Europe que sa rivale Hillary Clinton.
«Parmi les options possibles, ce serait la meilleure pour l’Europe et pour la Hongrie», a déclaré Viktor Orban lors d’un discours à Baile Tusnad, en Roumanie, retransmis par la télévision hongroise." La suite sur lavenir.net

samedi 23 juillet 2016

Uber jette l’éponge à Budapest

"L’application haïe des taxis cesse son activité en Hongrie ce dimanche 24 juillet. Une première en Europe.
«  Malgré notre recherche constante du dialogue, le gouvernement refuse de modifier des règles édictées à l’époque où les téléphones fixes n’existaient pas encore. Nous avons mis en place le reçu électronique, demandé des permissions spéciales aux chauffeurs et assuré les véhicules légalement. L’administration punit l’innovation et nos employés par la même occasion. »
Zoltán Fekete est en rage. Logique : le patron d’Uber au pays du goulash va limoger 1 200 salariés et se passer de 160 000 clients." La suite sur rue89.nouvelobs.com

Budapest between the lines

"Benoît Braban est un photographe français de trente ans originaire de la région de Tours. Visiteur régulier de Budapest, il y a réalisé une série de photographies intitulée sobrement Between the lines (« entre les lignes »). Entretien.
Tu as intitulé cette série « Between the lines ». Qu’as-tu cherché à montrer à travers ces « lignes » ?
Ce qui m’intéresse c’est le « rythme » de l’image de par les lignes, les cassures, les couleurs. Sur cette série, la démarche était la suivante : me balader dans la ville à la recherche de ce rythme. Entre ces lignes, je pense que j’essaye de donner à voir la situation de Budapest et de la Hongrie de manière générale, en particulier par l’aménagement urbain, lequel n’a pas encore complètement la standardisation que l’on peut voir à l’Ouest. On sent à Budapest que quelque chose est en mutation." La suite sur hu-lala.org

vendredi 22 juillet 2016

Serbie. Des migrants entament une marche vers la Hongrie

"Environ 300 migrants originaires principalement d'Afghanistan, du Pakistan et d'Iran ont marché vendredi dans les rues de Belgrade en disant vouloir rejoindre la Hongrie et annoncé le début d'une grève de la faim pour protester contre la fermeture de la frontière hongroise.
Ils ont entamé une marche de « protestation » : environ 300 migrants sont partis de Belgrade, vendredi. « Ils veulent aller en Hongrie, ils veulent l'ouverture des frontières », a expliqué Vladimir Sjekloca, d'un centre d'aide aux migrants. « La plupart ont passé la nuit dans un parc. » La frontière hongroise est à quelque 200 km au nord de Belgrade." La suite sur ouest-france.fr

La Hongrie, un pays xénophobe ?

"La Hongrie serait aujourd’hui le pays le plus xénophobe d’Europe, selon une récente étude du Pew Research Center. La nation d’‘Europe centrale, qui a érigé une barrière anti-migrants à sa frontière, a toujours été parmi les premières dans cette catégorie.
L‘étude révèle que 72 % des Hongrois ont une opinion négative des musulmans. A titre de comparaison, la France affiche l’un des pourcentages les plus faibles, alors que le nombre de musulmans y est le plus important." La suite et vidéo sur euronews.com

jeudi 21 juillet 2016

Viktor Orban: L'UE n'est plus un «acteur global»

"Le Premier ministre hongrois affirme ce jeudi que le Brexit fait de l'UE un simple «acteur régional».
«Dramatique». C'est l'adjectif employé par le premier ministre hongrois Viktor Orban ce 21 juillet 2016 pour qualifier le désir du Royaume Uni de sortir l'Union européenne, appelé Brexit.
Le premier ministre hongrois intervenait devant la presse avec ses homologues polonais, slovaque et tchèque du groupe de Visegrad, réunis pour préparer leurs propositions communes de réformes de l'UE en vue d'un sommet informel à 27 prévu à Bratislava le 16 septembre. Ces propositions visent essentiellement à un renforcement du rôle des parlements nationaux au détriment de Bruxelles.
«Que ferons-nous pour retrouver un rôle global ?», a demandé Viktor Orban, estimant que l'UE a «perdu» la Grande-Bretagne parce que «la Commission européenne a pris les pires décisions possibles en matière de migrations» et qu'elle «ne dit pas clairement quels sont les objectifs de sa politique migratoire»." La suite sur tdg.ch

Hongrie: Orban lie immigration et terrorisme

"Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a affirmé aujourd'hui qu'il y avait un "lien évident" entre l'immigration illégale en Europe et les attentats qui frappent le continent." La suite sur lefigaro.fr

L'Autriche préparée à fermer sa frontière avec une clôture de 100 kilomètres en cas d'arrivée massive de migrants

"L’Autriche a terminé la préparation d’une clôture qui couvrira une centaine de kilomètres sur les 300 que partage le pays avec la Hongrie, a confirmé un porte-parole de la police à l’agence de presse dpa.
La clôture devrait pouvoir être érigée rapidement en cas d’arrivée massive de migrants en provenance de l’est par rapport à l’entrée actuelle de 20 à 30 par jour. «C’est prêt», a affirmé le porte-parole." La suite sur sudinfo.be 

Les conditions de la Hongrie pour entrer dans l'euro

"La Hongrie, censée rejoindre la zone euro dans les prochaines années, conditionne son adoption de la monnaie unique aux progrès de son économie et à ceux, plus incertains, d'une politique fiscale commune, a déclaré mardi le ministre de l'Economie Mihaly Varga.
"Si la trajectoire économique se poursuit, si nous nous rapprochons du niveau de développement moyen de l'UE et si notre productivité continue de s'améliorer, je ne juge pas impossible que la Hongrie rejoigne la zone euro d'ici la fin de la décennie", a déclaré le ministre dans une interview au quotidien Magyar Hirlap." La suite sur levif.be

EN VIDEO - Budapest: frissons et vertiges au Championnat du monde Red Bull de course aérienne

"Malgré la pluie et le froid, quelque 20.000 spectateurs ont assisté ce weekend au Championnat du monde Red Bull de course aérienne à Budapest. Cette compétition internationale parrainée par la Fédération aéronautique internationale s’est tenue dans la capitale hongroise, offrant un spectacle palpitant. Slaloms aériens, vols à très basse altitude, loopings… rien n’était assez sensationnel pour les aficionados de ce sport extrême. Le pilote allemand Matthias Doldeler a remporté le titre de champion de cette édition 2016." Vidéo sur sfr.fr

mercredi 20 juillet 2016

Un « Petit Psaume du Matin » de Josef Nadj bouleversant à l’Institut Culturel Irlandais Du 18 juillet 2016 au 23 juillet 2016

"Figure de proue du festival Paris Quartier d’été pour cette édition 2016, Josef Nadj, artiste protéiforme expose des photos (Inhancutilitatem, du 21 au 29 juillet aux Bernardins) et reprend avec Dominique Mercy, jusqu’au 23 juillet 2016, dans la cour du Centre Culturel Irlandais, une de ses performances cultes, créée en 1999 à Avignon : Petit Psaume du Matin. Il s’agit d’une mise en mouvement de la grande solitude du nombre 2, qui n’a pas fini de nous marquer et de nous émouvoir. 
Plus de quinze ans après sa création aux Sujets à vif du festival d’Avignon (1999), Josef Nadj et Dominique Mercy reprennent leur chorégraphie ritualisée et leur compagnonnage de Petits Psaumes du matin. Ça s’est passé au CCN d’Orléans et se déroule à nouveau toute la semaine au festival Paris Quartier d’été. A l’origine du projet, il y avait une commande et il devait y avoir un solo : celui de Dominique Mercy qui a demandé cette pièce au danseur de Pina Bausch et peintre, photographe, génie de la matière." La suite sur toutelaculture.com

«Le saviez-vous ? L’attentat de Paris a été commis par des migrants»

"En Hongrie, le gouvernement de Viktor Orbán promeut avec brutalité son référendum contre l’accueil de réfugiés. Au point d’utiliser les attentats de Paris et les agressions sexuelles de Cologne pour arriver à ses fins.Nouvelle salve du gouvernement hongrois sur son thème de prédilection depuis l’année dernière : l’immigration et le terrorisme. Les six messages sur le mode «Le saviez-vous ?» que vous allez découvrir ci-dessous ont été présentés hier sur le site du gouvernement (kormany.hu) et, dès lundi prochain, ils fleuriront dans les espaces publics, dans les journaux, sur internet et peut-être même dans des spots télévisés." La suite sur hu-lala.org

Sommet Austro-Hongrois : pourparlers entre ministres à propos des migrations dans un climat de détente entre les deux pays

"Hongrie, Budapest – Les ministres de l’Intérieur et de la défense hongrois et autrichiens se sont récemment réunis à Röszke, à la frontière serbo-hongroise, pour discuter d’une coopération contre l’immigration clandestine.
István Simicskó, ministre de la Défense du pays, a déclaré que les participants ont discuté des aides que l’Autriche pourrait apporter, notamment celle d’une assistance militaire au contrôle des frontières et des moyens réels de coopération entre l’armée autrichienne et les forces armées de la Hongrie. « La réunion a porté sur la contribution de l’Autriche au contrôle des frontières dans le sud de la Hongrie », a dit Sándor Pintér, ministre hongrois de l’Intérieur, lors d’une conférence de presse après l’entretien. « L’armée hongroise accueille toute forme d’assistance technique ou autre du côté autrichien », ajouta-t-il." La suite sur visegradpost.com

Hongrie: nouvelle campagne anti-migrants

"Le gouvernement hongrois a lancé aujourd'hui une nouvelle salve de messages hostiles aux migrants, notamment sur le thème du terrorisme et des violences envers les femmes, dans le cadre de sa campagne autour du référendum d'octobre sur la répartition des réfugiés dans l'UE. Les messages ont été présentés sur le site internet du gouvernement et apparaissaient déjà dans quelques journaux proches de la majorité. Ils seront relayés prochainement "sur des affiches, dans la presse écrite, des spots télévisés, à la radio et sur internet", précise le gouvernement qui a déjà lancé à plusieurs reprises des campagnes publiques contre les demandeurs d'asile, notamment en juin et décembre 2015, ainsi qu'au printemps." La suite sur lefigaro.fr

Pénurie de main d‘œuvre et refus de l’immigration: le casse-tête hongrois

"La Hongrie pourrait faire appel à des travailleurs étrangers pour pallier au manque de main d‘œuvre. C’est l’idée émise par le gouvernement de Viktor Orban, qui n’a pourtant jamais caché son hostilité aux migrants.
La Hongrie est passée sous la barre des 10 millions d’habitants. En huit ans, 400 000 Hongrois ont quitté le pays, qui affiche un des taux de natalité les plus faibles d’Europe malgré l’ambitieuse politique familiale mise en place par le gouvernement conservateur (4% du PIB) pour le relancer." La suite sur euronews.com

Rachid Taha au Festival de la musique international de Sziget (Budapest)

"BUDAPEST - Le chanteur algérien Rachid Taha est l'invité de la 24ème édition du Festival de la musique international de Sziget à Budapest (Hongrie), prévue du 10 au 17 août prochain, avec la participation d'artistes de différents pays du monde, selon le site électronique du festival.
L'artiste prendra part à cette manifestation internationale, avec 400 autres participants (artistes et musiciens), dont la star de pop américaine Rihana, le chanteur rap turc "CEZA", la chanteuse colombienne Maria Cristina Plata et la chanteuse sahraouie Aziza Brahim." La suite sur aps.dz

Prix de l'immobilier en Europe : quelle ville est la moins chère ?

"Une étude révèle de profondes disparités pour devenir propriétaire entre villes et pays européens. Si 200 000 euros ouvrent les portes d'un spacieux 162 mètres carrés à Budapest, ils ne suffisent qu'à s'offrir 11 mètres carrés à Londres.
En Europe, de quelle surface peut-on devenir propriétaire si l'on dispose de 200 000 euros ? C'est à cette question qu'une étude du cabinet Deloitte répond, en comparant le prix d'achat au mètre carré au sein de 19 pays européens. Si la moyenne européenne s'établit à 90 mètres carrés en ville et 114 mètres carrés à la campagne, il existe d'immenses disparités selon le pays. Sans surprise, c'est au Royaume-Uni que l'immobilier est le plus cher : avec 200 000 euros, on ne peut s'offrir que 39 mètres carrés. La France est deuxième du classement, avec 50 mètres carrés. Pour le même prix, un acheteur pourra acquérir 97 mètres carrés en Allemagne, 97 aux Pays-Bas et 94 en Belgique." La suite sur myeurop.info

mardi 19 juillet 2016

Soós Eszter Petronella à propos de l'attentat de Nice et de la politique française en langue hongroise

Vidéo à voir sur mediaklikk.hu

L'écrivain Péter Esterházy est mort : il ne subvertira plus l'Histoire

"Rejeton d'une vieille lignée aristocratique confrontée au régime communiste, l'écrivain hongrois Péter Esterházy est mort le 14 juillet 2016, à l'âge de 66 ans. Nous l'avions rencontré en 2006, dans sa ville de Budapest. Nous republions aujourd'hui ce reportage.
Si l'on en croit Péter Esterházy, Budapest est une ville qui laisse entrer, « avec délectation, le serpent du Danube entre ses seins », Buda et Pest. Nous serions donc au bord du sein droit, à Buda, au café Angélika, où l'écrivain hongrois arrive en souriant. C'est tôt dans la matinée, mais aucune trace tangible de la bringue organisée la veille pour l'anniversaire de sa femme. Goulasch de brochet, oignons farcis, quelques crus hongrois « entre amis » : c'est tout dire. Pour l'heure, il commande de l'eau minérale et du café. Il est venu en train de sa maison familiale, située dans les faubourgs de la ville. Une ville qui resplendit sous le soleil de juin. A quelques pas, le fameux pont des Chaînes, surveillé par quatre lions de pierre qui ouvrent une gueule sans langue (selon la légende, János Marschalkó, leur sculpteur, se serait jeté dans le Danube après s'en être aperçu), est occupé par les chalands et de petits quatuors jouant musique classique ou tsigane." La suite sur telerama.fr

Nice : en Europe centrale, des hommages entre compassion et instrumentalisation

"Suite à la tuerie de masse perpétrée jeudi soir à Nice, les messages de soutien et de condoléances sont nombreux en provenance des pays d’Europe centrale. Mais, comme en France, les tentatives d’instrumentalisation politique aussi, notamment de la part des partis conservateurs, PiS et Fidesz en tête." La suite sur hu-lala.org

La Cicciolina - Scandaleuse petite chérie

Mêler sexe, showbiz et politique, est son credo féministe. Depuis la fin des années 1970, Ilona Staller, alias "la Cicciolina", née en Hongrie en 1951, met en scène chacune de ses scandaleuses apparitions pour lutter contre la pruderie et les structures patriarcales en Italie. Portrait d'une libertine libérale.
Kitsch et choc, elle mêle sexe, showbiz et politique. Depuis la fin des années 1970, Ilona Staller, alias "la Cicciolina", née en Hongrie en 1951, met en scène chacune de ses scandaleuses apparitions pour lutter contre la pruderie et les structures patriarcales en Italie. Elle débute comme mannequin de charme pour entamer rapidement une ascension sans pareille : présentatrice de radio et de télévision, elle passe aux films érotiques puis pornographiques... avant d'être élue députée au parlement italien en 1987. Son mariage agité avec l'artiste américain Jeff Koons, dans les années 1990, confirme son statut d'icône controversée et sulfureuse de la culture pop contemporaine. Que raconte ce parcours unique en son genre sur les rapports entre sexe et pouvoir - et sur la place des femmes dans la société italienne ? Des Femen à Beyoncé, le féminisme moderne, offensif et sexualisé prôné par cette grande scandaleuse a en tout cas indéniablement essaimé."
A voir sur arte.tv

Point de vue - Exposition du 22 juillet au 4 août 2016 - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
Vernissage le 21 juillet à 19h



Hegedűs 2 László, 40NEGYVEN

Exposition collective d’artistes hongrois contemporains venus d'horizons différents (sculpture, photo, dessin, arts textiles, vidéo). L’artiste décrypte le monde qui l’entoure par le prisme de son regard. Il en est de même lorsque le point de départ du processus créatif est la photographie. Celle-ci est modifiée, recomposée, transcendée pour devenir la représentation visuelle d’un univers infiniment personnel.
Artistes exposants :
Anikó Bajkó
Zsuzsanna Enyedy
László Hegedűs 2
Katalin Kádár
Csilla Kelecsényi
Zénó Kelemen
Jenő Lévay
Ilona Lovas
Antal Örkényi
Ágnes Péter
Enikő Szöllőssy
Commissaire de l’exposition : Ágnes Urbán
Entrée libre

lundi 18 juillet 2016

Hongrie: 9 migrants blessés lors d'une rixe

"Neuf demandeurs d'asile ont été blessés lors d'une rixe impliquant jusqu'à 200 personnes qui a éclaté hier soir dans un camp d'accueil du sud de la Hongrie, a indiqué aujourd’hui une source policière.
Huit des neuf blessés ont été hospitalisés à l'issue de ces affrontements dans le camp de Kiskunhalas, à 150 kilomètres au sud de Budapest, non loin de la frontière avec la Serbie. Selon les éléments de la police, citée par l'agence hongroise MTI, un premier groupe de 20 demandeurs d'asile -notamment Algériens, Syriens, Pakistanais et Mongols- ont échangé des coups à mains nues puis avec du mobilier." La suite sur lefigaro.fr

Derrière ses frontières fermées, la Hongrie se dépeuple

"Budapest - Bonus au troisième bébé, prime au retour des expatriés, aides à la propriété, le gouvernement hongrois fait feu de tout bois pour redresser une démographie en berne qui handicape l'économie du pays.
Le gouvernement ultra-conservateur de Viktor Orban serait même prêt à briser un ultime tabou: le recours à l'immigration.
Selon le ministre de l'Economie Mihaly Varga, l'exécutif travaille à une "réglementation" qui permettrait de faire venir des travailleurs originaires de pays hors-Union Européenne, a-t-il dit la semaine dernière sans détailler le contenu de ce plan." La suite sur lexpress.fr

Europe et réfugiés : le point de vue de la Hongrie expliqué par un ministre de Viktor Orban

"La Hongrie soumettra à référendum la question des quotas de migrants. Pour le ministre hongrois de la Justice, László Trócsányi, la Hongrie défend par cette consultation populaire une certaine vision de l'Europe.
Professeur de Droit, ancien ambassadeur, notamment en France, et ancien juge constitutionnel, László Trócsányi est ministre de la Justice de Hongrie depuis juin 2014.
Après le Brexit, chaque organisation de référendum pèse dans l'Union européenne. Ceci étant, ceux qui cherchent un parallèle entre le référendum du 23 juin et celui du 2 octobre prochain vont être déçus car le référendum prévu depuis plusieurs mois et dont la date d'organisation vient d'être fixée par décret présidentiel, n'a ni pour but, ni pour effet de consulter le peuple hongrois quant à sa volonté de continuer d'appartenir à l'Union européenne. En d'autres termes, ni le Gouvernement hongrois, ni l'opinion publique ne sont en faveur de tenir un référendum sur la sortie de l'Union européenne." La suite sur lefigaro.fr

Welcome to Hungary : Hélicoptères, chiens, lacrymo’ et coups de tonfa

"La situation est alarmante dans l’espace frontalier entre la Hongrie et la Serbie où les violences policières contre les migrants se multiplient.
L’ONG Human Rights Watch a publié mercredi 13 juillet un rapport accablant pour les policiers et militaires qui patrouillent à la frontière hungaro-serbe. Elle dénonce des violences contre les migrants qui se présentent aux portes de la Hongrie et de l’Union européenne. « La Hongrie enfreint toutes les règles pour les demandeurs d’asile qui transitent par la Serbie, rejetant sommairement leurs demandes d’asile et les renvoyant à la frontière. […] Les gens qui entrent en Hongrie sans autorisation, y compris les femmes et les enfants, ont été sauvagement battus et refoulés à la frontière ». Le rapport reproduit de nombreux témoignages qui font état d’utilisation abusive de gaz lacrymogène et de coups de tonfa." La suite sur hu-lala.org

Les Lakatos seront expulsées samedi

"Une femme rom et sa fille de 17 ans iront rejoindre les autres membres de la famille, renvoyés en Hongrie en 2015.
Malgré un sursis de deux mois qui aura laissé planer le doute sur son avenir au Canada, la famille Lakatos, des Roms de la Hongrie, s’apprête à quitter le pays samedi. En mai dernier, Gilda, 17 ans, et sa mère Katalin avaient imploré le gouvernement d’accéder à leur demande de résidence permanente pour motifs humanitaires. L’affaire avait alors connu un certain battage médiatique. Le gouvernement avait offert un permis de séjour temporaire aux deux femmes Lakatos, jusqu’au 16 juillet 2016.
  Ensuite ? « Il n’est pas arrivé grand-chose. On n’a eu aucune nouvelle », raconte Gilda, en entrevue au Devoir. « On est stressées. J’aimerais beaucoup rester, on le mérite. » De son côté, Immigration Canada ne commente pas les cas particuliers. Mais il appert qu’il n’y a pas eu jusqu’ici de décision prise dans le dossier. En théorie, tout peut encore arriver jusqu’à samedi. Il arrive parfois que les réfugiés expulsés apprennent qu’ils peuvent rester au moment de monter dans l’avion. « On essaie de garder l’espoir », dit Gilda." La suite sur ledevoir.com

Boris Johnson, un choix "bénéfique" pour la diplomatie, selon Budapest

"L'arrivée de Boris Johnson aux commandes de la diplomatie britannique a été saluée dimanche par le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, qui a jugé "bénéfique" la nomination d'un homme aux "idées originales".
"L'Union européenne se trouve confrontée à de nouveaux défis extraordinaires, et pour les affronter, il y aura besoin de véritables personnalités avec des idées originales", a observé le ministre dans un entretien à l'agence hongroise MTI." La suite sur rtbf.be

A propos du référendum sur les flux migratoires prévu le 2 octobre 2016 en Hongrie

Le Mot de l’Ambassadeur
L’annonce de la tenue le 2 octobre prochain du référendum hongrois sur les flux migratoires a donné lieu dans la presse française à un certain nombre d’interprétations qui ne reposent pas toujours sur une exacte appréciation de son contexte. C’est pourquoi j’estime nécessaire d’apporter quelques précisions pour clarifier les bases du débat, au niveau du libellé de la question, du timing et de l’objet exact de ce référendum.
La question : différentes traductions, plus ou moins heureuses, en circulent. Pour une compréhension aussi proche que possible du texte original et officiel hongrois, je propose la formulation suivante : « Approuvez-vous que l’Union européenne puisse ordonner l’installation en Hongrie, à titre obligatoire, de ressortissants non Hongrois sans l’accord de l’Assemblée nationale ? »
Le timing : il a été écrit que cette annonce était une « nouvelle provocation » (sic) de la part de la Hongrie, particulièrement malencontreuse en plein Brexit. Erreur : il n’y a aucune intention malicieuse dans ce timing. Le gouvernement avait annoncé voici plusieurs mois la tenue de ce référendum, et si sa date n’a pu être fixée que maintenant par le Président de la République, quelques jours après le référendum britannique, c’est parce que la constitution hongroise prévoit la possibilité de nombreux recours contre sa tenue, qui ont tous été exercés par l’opposition et qui viennent seulement d’être entièrement purgés.
L’objet : le référendum ne concerne PAS la décision prise à la majorité qualifiée par le Conseil des ministres européens de l’Intérieur le 22 septembre dernier. La Hongrie a déposé contre cette décision un recours devant la Cour de Justice de l’Union parce que nous estimons qu’elle a été prise en contravention avec le mandat qu’avait reçu la Commission de la part du Conseil Européen du mois de juin précédent. La Commission avait en effet été mandatée pour préparer un projet de quotas de relocalisation des réfugiés sur une base VOLONTAIRE. Si elle avait respecté ce mandat, la Hongrie aurait très vraisemblablement voté le projet. Au lieu de cela, le texte soumis au vote des ministres le 22 septembre comportait, contre toute attente, une relocalisation OBLIGATOIRE. Une majorité de pays l’ont malgré tout voté, la Hongrie et quelques autres s’y sont refusés. Nous estimons en effet que le caractère obligatoire – outre la forme contestable de son introduction – franchit, quant au fond, une ligne rouge qui touche à un domaine régalien, celui du droit souverain de chaque pays de ne pas se voir IMPOSER sa composition sociale ou ethnique.
C’est pour se prémunir contre des déconvenues similaires que le référendum actuel a été décidé. Ce référendum concerne donc le futur, pas le passé. Il vise à donner au gouvernement hongrois une forte légitimation populaire pour le cas où l’Union européenne persévérerait dans son intention d’OBLIGER les pays membres à se plier à une relocalisation IMPOSEE des réfugiés. Ni le gouvernement hongrois, ni la Hongrie ne sont par principe hostiles à l’accueil des réfugiés. Le libellé de la question l’atteste, qui laisse juge l’Assemblée nationale. Notre pays a toujours laissé entrer, et laisse entrer tous les migrants qui le font légalement et examine leur demande d’asile sur la base des conventions internationales applicables. Ce que nous n’admettons pas, c’est qu’on nous force la main. Nous n’acceptons pas les entrées illégales, et nous n’acceptons pas non plus que des tiers – fût-ce l’Union européenne – nous dictent qui nous devons faire entrer dans notre pays. Dans un domaine aussi sensible que celui-là, chaque Etat-membre de l’Union doit conserver le droit de décider souverainement. Certains d’entre eux considèrent le phénomène migratoire comme une opportunité. Nous respectons ce choix. Nous avons fait quant à nous un autre choix, et nous attendons qu’il soit également respecté. Nous voyons dans la compréhension et le respect de la position de l’autre une valeur européenne fondamentale. Il nous paraît tout à fait normal que dans une Europe à 27 ou à 28, tous les pays n’aient pas la même approche sur un phénomène qui affecte aussi gravement l’avenir de leurs sociétés respectives. L’Europe ne s’en trouvera certainement pas affaiblie, bien au contraire.
Source : Page Facebook de l'Ambassade de Hongrie à Paris

Pour son prochain film László Nemes Jeles organise un casting auprès des Hongrois de l'étranger

Nemes Jeles László készülő nagyjátékfilmjéhez keresünk szereplőket, és azt szeretnénk, ha ez a lehetőség minél több külföldön élő magyarhoz is eljutna.

A mellékelten küldött felhívás terjesztésében szeretnénk a segítségüket kérni, bármiféle facebook megosztás, honlapon való közzététel, vagy emailekre történő kiküldés nagy segítség lenne számunkra.

A felhívás minden fontos információt tartalmaz, a jelentkezőkkel a további kommunikáció a megadott email címen keresztül történik.

dimanche 17 juillet 2016

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 19 juillet 2016 à partir de 20 h au Bistrot Marguerite

Prochaine soirée
le mardi 19 juillet 2016
à partir de 20 h
au Bistrot Marguerite,
1, place de l'Hôtel de Ville 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles ou Hôtel de Ville

Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel július 19. este 8 órakor kezdődik
Bistrot Marguerite kávéházban
1, place de l'Hôtel de Ville 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles vagy Hôtel de Ville
©photos peter gabor

©photos peter gabor
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter

Péter Esterházy, le turbulent écrivain hongrois, est mort

"L'auteur de “Harmonia caelestis” a été emporté par un cancer, ce jeudi 14 juillet. Il avait 66 ans.
En bref 
Né à Budapest le 14 avril 1950, Péter Esterházy était l'écrivain phare de la littérature hongroise postcommuniste. Il est mort ce jeudi 14 juillet, d'un cancer, à l'âge de 66 ans. Il venait d'évoquer sa lutte contre la maladie dans "Journal intime du pancréas", son dernier livre.
Auteur d'une quinzaine de romans traduits dans le monde entier, dont "Trois anges me surveillent" et surtout "Harmonia cælestis" (2000), qui s'inspirait très largement de l'histoire de sa famille, ce fils d'aristocrate avait également publié, en 2005, un essai, "Aux gens du livre" (Exils), et repris son grand oeuvre avec "Revu et corrigé" (Gallimard), où il révélait que son père était un agent communiste.
Il nous avait alors parlé de ce choc, et de son pays, dans ce grand entretien que nous republions." La suite sur nouvelobs.com

Figure de la littérature hongroise, l'écrivain Peter Esterhazy est mort

"À l’âge de 66 ans, l’écrivain hongrois Peter Esterhazy est décédé ce 14 juillet, a annoncé son éditeur, Krisztian Nyary, directeur de la maison Magveto. Descendant d’une famille aristocratique de Hongrie, les Esterhazy avaient vu leurs biens accaparés lorsque le Parti communiste avait pris le pouvoir en 1948.
C’est l’auteur, sans conteste, le plus reconnu de Hongrie qui vient de s’éteindre. Né à Budapest en 1950, Peter Esterhazy est principalement connu pour avoir publié en 2000 Harmonia Caelestis, une œuvre dans laquelle l’écrivain raconte l’histoire de sa famille, en partant de ses ancêtres qui ont vécu à l’époque de l’empire austro-hongrois et en remontant progressivement jusqu’à la dictature communiste." La suite et vidéo sur actualitte.com

Schizophrénie migratoire à Budapest

"Appuyant des propositions du syndicat des patrons (le MGYOSZ) hongrois, le ministre de l’Economie, Mihály Varga, a affolé ses collègues, mercredi dernier, en déclarant que la Hongrie avait un besoin urgent d’importer plusieurs centaines de milliers de travailleurs. Cette annonce a fait l’effet d’un gros pavé dans la mare car elle tombe juste au moment où le gouvernement mène une intense campagne à relents xénophobes pour promouvoir son référendum contre l’accueil de réfugiés, prévu le 2 octobre.
Un exode de la jeunesse
Comme ailleurs en Europe, la situation démographique du pays est en effet problématique. Au déclin naturel de la population, amorcé au début des années 80 en raison d’une très faible fécondité, s’est ajouté une émigration massive. Plus d’un demi-million de jeunes Magyars ont quitté le pays ces dernières années pour aller travailler en Europe de l’Ouest." La suite sur lalibre.be (version payante)

La Chine et la Hongrie veulent accélérer les progrès dans les projets ferroviaires avec la Serbie


"OULAN-BATOR, 15 juillet (Xinhua) -- Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a appelé vendredi à l'accélération du projet ferroviaire Hongrie-Serbie et à l'approfondissement de la coopération dans différents domaines, lors de sa rencontre à Oulan-Bator avec son homologue hongrois, Peter Szijjarto.
La Hongrie est un partenaire important de la Chine en Europe Centrale et Orientale (ECO) et dans l'Union européenne (UE), a indiqué M. Wang, lors de sa rencontre avec M. Szijjarto en marge du 11ème Sommet du Dialogue Asie-Europe (ASEM) dans la capitale mongole.
La Chine souhaite travailler avec la Hongrie pour accélérer le projet ferroviaire Hongrie-Serbie dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route", a souligné M. Wang." La suite sur xinhuanet.com

La Hongrie met Uber sur une voie de garage

"Uber va suspendre ses activités en Hongrie avec l’entrée en vigueur d’une loi qui impose aux autorités de faire bloquer l’accès à son application mobile.
L’agence de conseil en innovation Fabernovel le souligne dans une étude parue cette semaine : Uber dispose d’un vaste arsenal de techniques pour déployer son modèle à l’international.
En fonction des marchés, la firme américaine se plie aux règles, négocie des partenariats, mène des actions de lobbying, se pourvoit en justice… Mais il arrive aussi qu’elle batte en retraite." La suite sur itespresso.fr

Le ministère de l’Intérieur hongrois réfute les allégations de Human Rights Watch (Budapest, le 13 juillet 2016)

Nous donnons ci-dessous la traduction française du communiqué publié par le ministère de l’Intérieur hongrois en réaction aux allégations de l’organisme Human Rights Watch sur la situation migratoire en Hongrie.
"Le ministère de l’Intérieur hongrois réfute les allégations de Human Rights Watch (Budapest, le 13 juillet 2016)
Le ministère de l’Intérieur hongrois réfute les allégations du rapporteur de Human Rights Watch publiées le 13 juillet 2016 sur le traitement des réfugiés en Hongrie et le contrôle de la frontière.
Le ministère de l’Intérieur rappelle que la Hongrie respecte les dispositions de la Convention de Schengen sur le contrôle des frontières ainsi que la Convention de Genève, et constate avec étonnement que Human Rights Watch attend du pouvoir exécutif qu’il s’abstienne d’appliquer les lois votées par l’Assemblée nationale hongroise en conformité avec les normes européennes.
La Hongrie offre la possibilité aux migrants, aux différents postes-frontière ainsi que dans les zones de transit, de pénétrer légalement sur le territoire national et d’y déposer légalement leur demande d’asile. C’est clairement par mauvaise information que Human Rights Watch donne une interprétation erronée des procédures applicables aux demandes d’asile.
La Hongrie prend sa part dans la prise en charge des demandeurs d’asile à un niveau supérieur à ses moyens. L’Union européenne ne l’y a aidée en rien, la Hongrie est restée seule face à cette charge. L’Etat hongrois dépense environ 450 euros par mois au titre de la prise en charge de chaque demandeur d’asile.
Dans le cadre des interventions de la police hongroise au titre du contrôle de la frontière, huit migrants représentant quatre cas ont porté plainte en 2016 pour brutalités policières présumées (alors que la police hongroise a dû intervenir, sur la même période, à l’encontre de 17 787 migrants ayant franchi la frontière illégalement). Les enquêtes administratives diligentées pour élucider les faits ont conclu que ces plaintes étaient infondées, mais les enquêtes ont été également – pour éviter tout soupçon de parti-pris – transmises aux Parquets compétents.
A la suite de l’entrée en vigueur de la loi du 5 juillet 2016 élargissant les moyens d’intervention aux frontières en matière migratoire, la police a appréhendé 655 personnes qui ont été reconduites à la clôture de sécurité provisoire le long de la frontière. Les intéressés n’ont pas manifesté d’opposition et ont obtempéré de leur plein gré aux injonctions des forces de police. Human Rights Watch se trompe également dans la procédure appliquée : les personnes appréhendées pour franchissement illégal de la frontière sont reconduites sur le territoire hongrois.
Les migrants ne font pas l’objet de harcèlement à la frontière hongroise. Les enfants non accompagnés, qui se présentent en grand nombre, reçoivent protection, prestations de santé et sont scolarisés. La Hongrie se comporte humainement avec tous ceux qui le méritent véritablement, et ceux qui attendent à ses frontières et sur son territoire sont traités d’une manière respectueuse de leur situation – mais elle attend aussi des migrants qu’ils respectent la réglementation hongroise et européenne applicable."
Human Rights Watch en français
Magyarország Kormánya

Source : Page Facebook de l'Ambassade de Hongrie à Paris

Des migrants violentés à la frontière hongroise

"Crise des migrants
Soldats et forces de sécurité sont critiqués par Human Rights Watch.
Plusieurs migrants rapportent, dans des témoignages concordants, avoir été passés à tabac en Hongrie par des forces de sécurité. Ils ont été ensuite renvoyés de force en Serbie, affirme Human Rights Watch (HRW). L'ONG dénonce des traitements «cruels».
«Les migrants à la frontière hongroise sont, sans autre forme de procès, renvoyés de force vers la Serbie, parfois en subissant des traitements violents et cruels, sans prise en compte de la protection» qu'ils sont en droit de réclamer, écrit HRW dans un rapport mis en ligne mercredi." La suite sur tdg.ch

samedi 16 juillet 2016

La Hongrie endeuillée par la mort de Péter Esterházy

"Péter Esterházy, l’un des plus grands écrivains hongrois, est mort hier des suites d’un cancer à l’âge de 66 ans. Sa disparition a été commentée comme une «perte incommensurable» pour la littérature hongroise. Il laisse derrière lui une œuvre riche, caractérisée par une créativité débordante.
Né le 14 avril 1950 à Budapest, Péter Esterházy avait l’allure de ces rejetons rebelles de bonne famille, la chevelure indomptée mais une élégance toute aristocratique. Et pour cause, ses ancêtres ont fait partie de la plus haute noblesse de Hongrie, construit parmi les plus splendides palais du pays. Deux ans avant sa naissance, les Esterházy sont dépossédés de tous leurs biens par le nouveau régime communiste. Fils d’un ancien premier ministre du royaume, le père de Péter se fait journaliste avant de travailler activement pour le compte de la sécurité d’État, comme informateur de la police politique, ce que l’écrivain découvrira sur le tard." La suite sur hu-lala.org

jeudi 30 juin 2016

Un journaliste hongrois porté et déguisé en direct par des supporters irlandais !

"Les supporters irlandais sont les joyeux lurons de cet Euro 2016. Ils ce sont illustrés de nombreuses fois pour leur bonne humeur. Ici, ils ont décidé de porter et déguiser un journaliste hongrois qui reste calme et continue son reportage en direct." Vidéo sur mayotte.orange.fr

Soirée Béla Bartók - Cinéma et concert 19 juillet 2016 à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44



19h Projection de l’exposition Mikromozmosz. Introduction à l’œuvre de Béla Bartók.
20h Concert de Domonkos Csabay, Andrea Jőrös et Bálint Kruppa

A l’occasion du 135 anniversaire de la naissance de Béla Bartók l’Institut hongrois organise une soirée dédiée à la mémoire d’un des plus grands compositeurs du XXe siècle. L’exposition Mikromozmosz. Introduction à l’œuvre de Béla Bartók esquisse, à l’aide de dix tableaux thématiques, la vie et l’œuvre de Béla Bartók. Les jeunes talents de l’Académie Franz Liszt de Budapest interprèteront un choix de ses compositions.













Au programme : Rhapsodie n° 1 Sz. 86, BB 94 Bálint Kruppa (violon) Domonkos Csabay (piano) Trois chansons folkloriques hongroises Sz. 66, BB 80b Domonkos Csabay (piano) Huit chansons folkloriques hongroises BB.47 Andrea Jőrös (chant) Domonkos Csabay (piano) Deux danses folkloriques roumaines Op. 8a No.2 Allegro barbaro Sz. 49, BB 63 Domonkos Csabay (piano) Cinq chansons sur des poèmes d'Endre Ady Op. 16. BB 72 Andrea Jőrös (chant) Domonkos Csabay (piano) Rhapsodie n° 2 Sz. 89 BB 96 Bálint Kruppa (violon) Domonkos Csabay (piano) Entrée libre

Le beau parcours hongrois à l’Euro est le meilleur allié de Viktor Orbán

"Pour sa première participation depuis 1972, la Hongrie a réussi à atteindre le stade des huitièmes de finale. Une performance qui pourrait profiter à son fan numéro 1...
Viktor Orbán a deux amours: le foot et sa famille. Apprenant la naissance de sa petite-fille Alizt, il a laissé tomber ses vacances en tribunes à l’Euro 2016 et s’est précipité dans le premier avion à destination de Budapest. Puis il s’est redirigé vers la France, où il a assisté à la colère homérique de Cristiano Ronaldo, dégoûté par des Magyars combatifs qui ont poussé ses troupes à un nul fou (3-3) qui les a qualifiés pour les huitièmes de finale, où ils se sont lourdement inclinés contre la Belgique (0-4). Orbán, l’habitué des travées, a donné de la voix pour son loisir préféré. Et mobilisé le budget national." La suite sur slate.fr

Tibor Navracsics tâcle le Fidesz sur l’Europe

"Le commissaire européen Tibor Navracsics, ancien bras droit de Viktor Orbán, a violemment critiqué la rhétorique eurosceptique de son parti, le Fidesz, au cours d’une interview parue cette semaine dans Heti válasz. Face à ses détracteurs l’accusant de s’être laissé «infecter» l’esprit par l’air de Bruxelles, l’ancien ministre de la justice a préféré rappeler l’engagement historique de la droite hongroise en faveur de la construction européenne. Selon le responsable politique, ce sont les dirigeants du parti conservateur qui ont changé, pas lui." La suite sur hu-lala.org

mercredi 29 juin 2016

La coopération entre l’Azerbaïdjan et la Hongrie a atteint un niveau élevé

"Bakou, 28 juin, AZERTAC
Le Premier ministre de la République d’Azerbaïdjan, Artour Rassizadé, a reçu ce mardi la délégation menée par Peter Szijarto, ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce et co-président de la Commission intergouvernementale azerbaïdjano-hongroise.
Le Premier ministre Artour Rassizadé a noté le niveau élevé de la coopération mutuellement bénéfique entre l’Azerbaïdjan et la Hongrie, soulignant que l’Etat hongrois était toujours aux côtés de l’Azerbaïdjan et soutenait tout le temps sa cause juste dans tous les événements internationaux. Le Premier ministre a fait savoir qu’il existait de grandes perspectives pour la coopération entre les deux pays amis marquant qu’il serait fructueux de porter une attention particulière à la mise en place d’une coopération surtout dans le secteur non pétrolier, aux domaines de la culture, du tourisme, du commerce, des transports, de pharmaceutique, au secteur agraire, etc." La suite sur azertag.az

Proust à Paris les 11 et 12 juillet 2016 - nouvelle création GK Collective


Amis du THéâTRe CaCHé,

Venez roder avec nous notre nouvelle création.
Spectacle participatif - nous ne pouvons pas jouer sans vous.

Nous sommes heureux de vous informer de deux représentations inattendues, spontanées et parisiennes de notre nouvelle création:

PROUST.
THéâTRe CaCHé Volume Huit
un spectacle pour un seul spectateur
...
Les 11 et 12 Juillet 2016 
15h-18h.
Rendez-vous tenu secret.
Durée 50 minutes.

___________
Réservation obligatoire
theatrecache@gkcollective.org


___________
Dates à venir
> les 27 et 28 mai 2016 : Play Mobile #3, Théâtre de Châtillon (92)
> les 1er et 2 juin2016 : Festival Onze Bouge, Paris (75011)
 > les 15 et 16 juillet 2016: Festival Scènes de Rue, Mulhouse (67)
>  du 21 au 24 juillet 2016: Festival Chalon dans la Rue IN (71)
 > les 10 et 11 septembre 2016 : Festival Cergy ...soit !, Cergy (95)
PROUST. est une création soutenue par la DGCA / Ministère de la Culture, la SACD Auteurs d'Espace, la DRAC Ile de France, la Région Ile de France, ARCADI, l'ADAMI. Une coproduction : Animakt (Saulx-lès-Chartreux, 91), le pOlau, pôle des arts urbains (Saint Pierre des Corps, 37),  l'Atelline (Villeneuve-lès-Maguelone, 34), Hameka (Louhossoa, 64), Les Tombées de la Nuit (Rennes, 35), Théâtre de Châtillon (92). 
 
GK Collective est un groupe de recherche théâtrale accompagné pour la production et la diffusion par Productions Bis et pour son administration par Akompani.
 

Une Namuroise retenue en Hongrie à cause de son fauteuil électrique !

"La jeune Jamboise Blandine Even a l’habitude de voyager en voiturette. En Hongrie, horreur: on l’a bloquée à l’aéroport!
Elle en a connu d’autres, mais elle n’oubliera pas de sitôt la frayeur qu’elle a connue en Hongrie. Blandine Even, une Jamboise de 24 ans qui se déplace et voyage en fauteuil, a été retenue le samedi 18 juin à l’aéroport de Budapest et a failli y passer la nuit. Seule, avec sa voiturette électrique." La suite sur lavenir.net (version payante)

Foot et cinéma (11) : Hongrie et ballon rond, un mariage d'amour

"Le « match de la mort » dont on vous parlait hier, lundi 27 juin, et qui a inspiré A nous la victoire ? Voici sa version magyar (on ne parle pas de la défaite contre la Belgique, qui n'enlève pas grand-chose au parcours glorieux de nos amis/cousins), transposée dans la Hongrie occupée : Deux mi-temps en enfer (1961), du solide Zoltan Fabri, contribuant moins au divertissement façon Huston + Pelé qu'à l'édification du socialisme. Fabri était un peu le chouchou du régime, qui le préférait au lyrisme, parfois abscons, de Miklos Jancso...
L'histoire, donc, vous la devinez : un camp de prisonniers hongrois, officiers de l'armée royale (défaite par les Nazis et ceux qui se sont ralliés à eux), quelques communistes, au moins un Juif. Pour l'anniversaire du führer, on charge un ancien « champion », Onodi, dit Dio – il n'est pas précisé où il a joué – de constituer une équipe digne de ce nom. Ça passe, bien sûr, par une alimentation un peu plus copieuse et un peu plus équilibrée que le rata ordinaire. Qui en sera, qui n'en sera pas ? Qui mangera désormais à sa faim ? Les footballeurs en guenilles, désignés pour jouer contre les Allemands, sont-ils des héros ou des collabos ?" La suite sur telerama.fr

mardi 28 juin 2016

Avec l’Euro, des Hongrois pris en flagrant délit d’optimisme !

"Lundi sur la place des Héros à Budapest, des milliers de fans ont accueilli le onze magyar de retour de France après un Euro réussi au-delà de toutes espérances, malgré une lourde défaite en huitième de finale contre la Belgique. C’est donc l’heure du bilan.
La Hongrie est rentrée à la maison ce lundi, mais elle restera une des belles surprises de ce championnat d’Europe. Oublions le score du dernier match livré contre des Belges qui figurent parmi les favoris de la compétition, car l’équipe a montré un visage très séduisant jusqu’à la fin, ne se recroquevillant jamais et se livrant corps et âme à chaque occasion. Outre la figure fantasque et les parades de grande classe du gardien Gábor Király, les médias hongrois et étrangers ne tarissent pas d’éloges sur le jeu proposé par les Magyars." La suite sur hu-lala.org

URGENCE aux Tombées de la Nuit Le 2 et 3 juillet 2016 à Rennes

ATTENTION ! TRÈS PEU DE PLACE. RÉSERVATION INDISPENSABLE.

"Comment ne pas ressortir de ce lieu sans avoir une super pêche tout en étant aussi un peu sonné?! On a beau voir un tas de film, ou entendre un tas de discours moralisateurs, sur le fait de profiter de la vie, de chaque instant qu'elle nous offre, et bla bla bla, mais rien ne vaut selon moi un évènement majeure dans une vie, un accident, ou même cette expérience que vous m'avez offerte, pour en avoir pleinement conscience ! Je vous dis bravo du fond du coeur. J'aimerais que tant de personne "moroses" autour de moi puissent tenter l'expérience! Une re-naissance. Merci! " _Extrait LIVRE D'OR Urgence





 
URGENCE
Un spectacle pour un seul spectateur.
Une expérience hors du commun, où, seul, vous aurez l'opportunité de vous confronter à l'éventualité de votre propre mort. Non dans la tête, mais dans le corps.
 
URGENCE,
 un spectacle pour un seul spectateur
sera à Rennes
avec
Les Tombées de la Nuit

  • Samedi 2 juillet : entre 15h et 22
  • Dimanche 3 juillet : entre 14h et 21h
Durée : 30 minutes, un spectateur entre toutes les 15 minutes.
La frontière entre la fiction et la réalité se brouille. Le spectateur est au coeur de l'action. Sa pudeur est respectée en toute circonstance. Tels sont les fondements du GK Collective.  
Copyright © GK, 2016. All rights reserved.

CONTACTS
Réservation 
A partir du 1er juillet 9h par mail : theatrecache@gkcollective.org

GK Collective - Laboratoire de Recherche Théâtrale
+33 (0)6 60 71 80 21
contact@gkcollective.org
http://gkcollective.org

Production & Diffusion : Productions Bis
+33 (0)1 64 48 71 01
contact@productionsbis.com

Euro 2016 : en Hongrie, l’accueil des “héros”

"Un accueil de héros a été réservé l‘équipe nationale de football hongroise à son retour de France. Malgré leur défaite 4 à 0 contre la Belgique en huitièmes de finale, les supporters sont fiers de leur parcours. L‘équipe a terminé première de son groupe.
“Nous sommes contents d‘être de nouveau à la maison, même si on serait resté un peu plus longtemps si c‘était possible, mais ça s’est passé comme ça, et nous sommes très heureux d’un tel accueil. Nous espérons que ce soit juste le début”, a déclaré le capitaine de l‘équipe Zoltán Gera." La suite sur euronews.com

Bernd Storck, sélectionneur hongrois: 'Des joueurs belges de classe mondiale'

Le sélectionneur allemand de la Hongrie Bernd Storck s'est montré très bon perdant après l'élimination de son équipe par la Belgique, 0-4, en 1/8e de finale de l'Euro 2016. "Je dois féliciter notre adversaire", a-t-il en effet déclaré. "Ses joueurs sont de classe mondiale..."
"Ce n'est pas le moment ni l'endroit pour une profonde analyse de notre défaite", a-t-il ajouté, "mais mon équipe n'a en tout cas jamais abandonné. Je n'étais pas très satisfait de la première mi-temps et de prendre un but aussi rapidement sur une phase arrêtée mais après on a parfois réussi à imposer courageusement notre jeu. On a d'ailleurs eu de belles occasions mais les Belges également. Il a fallu prendre des risques et cela a amené le 2e but qui n'a pourtant pas refroidi nos ardeurs. Mais l'adversaire a bien profité des espaces pour inscrire deux nouveaux buts..." La suite sur sport.be

Euro 2016 Snif, on ne verra plus le gardien hongrois et son pyjama [VIDÉO]

"Battue 4-0 par la Belgique dimanche soir, la Hongrie a été éliminée de l'Euro. Avec cette défaite, c'est un des héros de la compétition qui quitte la France.
Car oui, il va nous manquer Gabor Kiraly. Inconnu du grand public avant le début de l'Euro 2016, le gardien de la Hongrie est devenu un star, notamment sur les reseaux sociaux.
La raison ? Le gardien de 40 ans -joueur le plus âgé du tournoi- joue tous ses matches depuis le début de sa carrière avec un pantalon de jogging gris. A une époque où les joueurs sont tous tatoués, épilés et gominés, Gabor Kiraly affiche un style différent... plus... "90's"." La suite sur presseocean.fr

lundi 27 juin 2016

Le Fidesz plus populaire que jamais ?

"Depuis avril dernier, le Fidesz a gagné quatre points dans les enquêtes de popularité. Avec 37% de soutien dans l’opinion publique, le parti de Viktor Orbán pèse plus lourd que tous les autres partis parlementaires réunis selon le sondage Medián HVG paru aujourd’hui.
Tel soutien n’a pas été enregistré depuis l’automne 2014 selon le newsmagazine hongrois. L’opposition, qu’elle soit de gauche ou d’extrême-droite apparaît ainsi plus que jamais en difficulté à mi-mandat. Si les progressistes réunissent ensemble environ 21% de soutien (MSzP : 9 ; DK : 5 ; LMP: 4 ; Együtt : 2 ; MLP : 1), c’est bien le Jobbik qui caracole en deuxième position avec 12% de popularité." La suite sur hu-lala.org

Petite révolution de palais chez les socialistes hongrois

"Gyula Molnár a été désigné samedi dernier nouveau chef du Parti socialiste hongrois (MSzP), en battant le président sortant József Tóbiás par 176 voix contre 133. Élu pour une période de deux ans, l’ancien maire du XIe arrondissement de Budapest devra mettre le parti en ordre de bataille pour les législatives de 2018, sans pour autant mener la liste qui s’opposera à Viktor Orbán.
Réunis en congrès samedi dernier, les socialistes hongrois ont désigné leur nouveau président au terme d’une élection à deux tours, à laquelle se sont présentés quatre candidats : Tamás Harangozó, Tibor Szanyi, Gyula Molnár, et le président sortant József Tóbiás. En tête avec 121 des suffrages, Gyula Molnár a du se résigner à un second tour face à József Tóbiás, arrivé second avec 99 voix.  L’issue du duel a été nette et sans appel : avec le soutien de 176 congressistes sur 309, Gyula Molnár est parvenu à déloger József Tóbiás après un mandat de deux ans à la tête du MSzP." La suite sur hu-lala.org

Euro 2016 : la Belgique terrasse la Hongrie et file en quart de finale

"Trente-six ans après avoir atteint la finale du championnat d’Europe, les Belges sont en passe d’écrire à nouveau une des plus belles pages de l’histoire de leur football. Leur victoire (4-0) contre la Hongrie, dimanche 26 juin à Toulouse, leur permet d’atteindre les quarts de finale." La suite sur lemonde.fr

Le jeu sur l'échiquier européen «va changer»

"Budapest - Selon le Premier ministre hongrois, le départ du Royaume-uni va changer la donne.
«Si on enlève une pièce, et le Royaume-Uni est une pièce lourde dans un jeu d'échec, le jeu entier va changer», a déclaré le chef de gouvernement hongrois, Viktor Orban, lors d'une cérémonie au château de Buda.
«Les gens du Royaume-Uni ont décidé de prendre leur sort en leurs propres mains, ils ne veulent plus se laisser faire, ils en ont assez de l'incertitude, assez d'être inondés de mots sans actions», a poursuivi, le Premier ministre conservateur, «et assez de ne plus se sentir chez eux». " La suite sur tdg.ch

dimanche 26 juin 2016

Király, sa famille d’abord

"Non content d’être le recordman de sélections en équipe de Hongrie et le type le plus classe de l’Euro portant beau le falzar gris 100 % coton, Gábor Király s’est construit un petit business prospère réunissant association sportive, centre de formation et fringues siglées. Avec ses proches en coulisses.
L’inscription apparaît en gros et en pleine poire devant le 44, rue de Timisoara à Szombathely. « Complexe sportif Király, fondé en 2003  » . Au moment où le chouchou du Hertha Berlin (et de l’Olympiastadion) entamait son ultime saison chez les Bleu et Blanc. Retraite anticipée à 27 ans ? Désir de monétiser son patronyme au cas où sa carrière virerait au cataclysme ? Plutôt la réponse B. Et en un sens, Király a eu du nez vu qu’il a ciré les bancs entre Crystal Palace et Munich 1860 (2006-2009). Zéro apparition à West Ham, six à Villa, 29 sur deux saisons à Burnley et aucune à Leverkusen." La suite sur sofoot.com

Des terroristes visaient-ils Hongrie-Belgique? Le parquet fédéral [Belgique] dément

"Le parquet fédéral a confirmé la mise sous mandat d’arrêt de deux suspects ce week-end.
Plusieurs perquisitions se sont déroulées à Verviers et Tournai dans la nuit du 24 au 25 juin. Que faut-il en retenir ?
Dans le cadre d’un dossier de terrorisme du parquet fédéral, un juge d’instruction de Mons, spécialisé en matière de terrorisme, a procédé à l’exécution de plusieurs perquisitions dans la nuit de vendredi à samedi à Verviers et à Celles-en-Hainaut. Les perquisitions se sont déroulées sans incident particulier, a précisé le parquet fédéral dans un communiqué." La suite sur lesoir.be

Euro 2016 : comment la Hongrie des années 1950 a gâché la meilleure équipe de tous les temps

"Pendant quatre ans, les Hongrois ont régné sur foot mondial. Jusqu'à leur défaite en finale de la Coupe du monde en 1954. Le début d'un long passage à vide qui ne s'est achevé que ces dernières années. La Hongrie affronte ce dimanche la Belgique en huitième de finale.
Il y a un peu plus de soixante ans, la question ne se posait même pas. La Hongrie était la meilleure équipe de football du monde : les meilleurs joueurs, un fin stratège sur le banc, une tactique révolutionnaire, des années-lumières d'avance sur le Brésil et l'Angleterre, une moyenne de 8 buts infligés à chaque adversaire... Une étude statistique de la BBC a même consacré cette Hongrie des années 1950 à 1954 comme la meilleure équipe de tous les temps, devant le Brésil de Pelé, l'Argentine de Maradona ou les Pays-Bas de Cruyff. Comment expliquer alors l'incroyable traversée du désert d'un demi-siècle qui a frappé le foot hongrois, jusqu'à ce huitième de finale de l'Euro 2016 que l'équipe disputera contre la Belgique, dimanche 26 juin ?" La suite sur francetvinfo.fr