samedi 24 septembre 2022

Concert d’orgue d’Ivan-Bogdan Reincke le 1er octobre 2022 à 16h00 - Église Saint-Antoine des Quinze-Vingts

Église Saint-Antoine des Quinze-Vingts - 57 Rue Traversière, 75012 Paris 

Ivan-Bogdan Reincke est un jeune talent originaire de Hongrie et d’Allemagne. Il joue de l’orgue, du piano, du violon et du clavecin. Après ses études secondaires au lycée musical de Vác au nord de Budapest, il étudie l’orgue avec László Fassang à l’Académie musicale Liszt à Budapest. Ivan-Bogdan poursuit sa formation à Weimar avec Martin Sturm et développe de nouvelles compétences d’improvisateur, de chef de chœur et de chef d’orchestre. Très tôt, il révèle ses talents de musicien polyvalent d’envergure internationale. Ivan-Bogdan a déjà remporté plusieurs prix importants, dont le 1er prix du concours international d’Irlande du Nord en 2019, et s’est produit dans divers pays européens. Son univers privilégié est certes la musique baroque, mais il chatouille aussi avec virtuosité le jazz et la musique électronique, colorant d’une pétillante fraîcheur les œuvres pour orgue.

Ivan-Bogdan choisira pour nous des œuvres de Bach, Bartók, César Franck et Liszt.

Entrée : libre, avec participation aux frais à votre choix
Réservation obligatoire : kabocaparis@gmail.com

Atelier de traduction littéraire avec Charles Zaremba et Natalia Zaremba-Huzsvai 7 octobre 2022 à 16h00 - Institut Liszt Paris

Institut Liszt 92 Rue Bonaparte 75006 Paris 

L’Institut Liszt continue sa série d’atelier-rencontres, dirigés par des traducteurs littéraires reconnus, à l’intention des aspirants traducteurs et des étudiants intéressés par cette activité. Les séances se diviseront en deux parties : entretien avec le traducteur invité (évocation de son parcours ainsi que des problèmes concrets rencontrés lors de sa pratique personnelle) et travail en groupe sur un texte hongrois que les participants ont préalablement traduit en français (analyse de texte, identification des difficultés, comparaisons de solutions).

L’atelier est gratuit et ouvert à tous.

Si vous souhaitez y participer, veuillez télécharger la nouvelle Vadászat 1947 de Zsuzsa Selyem (figurant dans son livre Moszkvában esik - Egy kitelepítés története, Jelenkor, 2018), traduisez les deux premières pages encadrées (pages 7 et 8) et envoyez votre version à l’adresse g.orban@instituthongrois.fr avant le 3 octobre 2022.

Vous pouvez assister à la séance en simple public, sans envoyer de texte au préalable, mais l’enregistrement par e-mail est indispensable.

Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba s'occupent de traduction littéraire depuis plus de vingt ans. Ils traduisent des auteurs hongrois, surtout contemporains, dont Imre Kertész, lauréat du prix Nobel de littérature en 2002 (Être sans destin, L’ultime auberge, Le refus, Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas, Dossier K., Un autre, Liquidation, Journal de galère, etc.), ainsi que Gyula Krúdy (Les beaux jours de la rue de la Main d’Or), István Örkény (Les boîtes), Benedek Totth (Comme des rats morts, La guerre après la dernière guerre), Antal Szerb (La légende des Pendragon) ou plus récemment Attila Bartis (La fin).

Entrée libre

Réservation obligatoire : g.orban@instituthongrois.fr | 01 43 26 14 86


Un après-midi fabuleux 5 octobre 2022 à 15h30 - Institut Liszt

Institut Liszt 92 Rue Bonaparte 75006 Paris

Cette année nous proposons des fabuleux après-midis de contes de fées hongrois aux petits et grands ! Les contes du livre ”Dom do dom !” d’Ervin Lázár seront présentés en français par l'actrice Laura Elko. 


Ervin Lázár : Dom do dom !

Traduit par Joëlle Dufeuilly

Un cheval bleu, un sapin mobile, un colosse, une petite fée font bon ménage dans la forêt. Elles ont l'avantage de tout exprimer. Loufoques, fantaisistes et drôles, ces histoires révèlent un grand écrivain, très connu dans son pays, qui a le mérite de ne pas se prendre au sérieux.

Ervin Lázár (1936-2006) est l'auteur jeunesse le plus connu et le plus aimé de Hongrie. Plusieurs générations de Hongrois ont lu et connaissent ses livres. Ses contes ne parlent qu’aux enfants mais aussi aux adultes !

De nos jours, les possibilités d’entendre des contes sont malheureusement rares, mais si nous le pouvons, ne passons pas à côté de ces occasions. Si nous faisons la lecture, une grande variété de contes s’offre à nous : contes d’animaux, contes merveilleux, contes légendaires, contes nouvelles, contes du diable ou de l’ogre dupé, contes facétieux, contes d’exagération, contes à formule, et même, contes littéraires. Chacun d’eux peut nous enseigner quelque chose de différent et tous les membres de la famille ont besoin de cette diversité !

(Ildikó Boldizsár, spécialiste de la thérapie par le conte)

Laura Elko, comédienne

Entrée libre
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
01 43 26 06 44

La banque centrale de Hongrie envisage de relever son taux de 100 points de base à 12,75 % - sondage Reuters

"La Banque nationale de Hongrie devrait relever son taux de base de 100 points de base supplémentaires pour le porter à 12,75 % mardi prochain, selon un sondage Reuters. D'autres hausses sont prévues d'ici la fin de l'année, bien que la banque ait signalé la possibilité d'un arrêt de ses augmentations.

La prévision médiane des économistes montre que la NBH devrait maintenir le rythme de resserrement de 100 points de base appliqué au cours des derniers mois, alors que la Hongrie est aux prises avec une inflation qui atteint des sommets inégalés depuis deux décennies en raison de l'augmentation des coûts de l'alimentation et de l'énergie." La suite sur zonebourse.com

«J'ai essayé de passer dix ou onze fois»: les migrants se pressent à nouveau aux portes de la Hongrie

"Après deux années d'accalmie sur la frontière barricadée par Viktor Orbán, la police hongroise repousse chaque jour des centaines de migrants, tandis que les habitants de l'extrême-nord serbe oscillent entre exaspération et fatalisme. Reportage.

À Ásotthalom (Hongrie), Backi Vinogradi, Subotica, Horgos et Majdan (Serbie).

Le long de la nationale 55, entre Röszke et Ásotthalom, au sud de la Hongrie, seul le bruit des voitures, des troupeaux et des machines agricoles bouleverse la quiétude de la Grande Plaine méridionale. Durant la crise des réfugiés historique de l'été 2015, des milliers de migrants remontant la route des Balkans et rêvant d'Europe défilaient, chaque jour, dans les bourgades de la région de Csongrád, frontalière de la Serbie. Depuis fin avril 2017, une double-clôture barbelée de 175 kilomètres, constamment surveillée par des policiers, des militaires et des drones, bloque l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen.

Après deux années d'accalmie provoquée par la pandémie, les demandeurs d'asile se bousculent de nouveau à la frontière serbo-magyare. Selon les chiffres de la police hongroise, quelque 162.000 tentatives illégales de franchissement auraient été répertoriées entre janvier et fin août 2022. Le flux s'est accéléré avec l'augmentation des températures. Le 6 septembre, le gouvernement Orbán prorogeait jusqu'au 7 mars 2023 l'état de «crise migratoire» instauré en septembre 2015. La chaîne pro-pouvoir M1 multiplie les sujets sur les migrants forçant la clôture ou agressant les garde-frontières." La suite sur slate.fr

Football - Ligue des champions - La Hongrie s'offre l'Allemagne à Leipzig

"Allemagne 0-1 Hongrie But : Ádám Szalai (17e) pour les Magyars

À la Red Bull Arena de Leipzig ce vendredi soir, la Hongrie a créé la jolie sensation de cette 5e journée de Ligue des nations en maîtrisant l'Allemagne (0-1), désormais éliminée de la course au Final Four.

Comme lors de l'Euro, les Hongrois ont solidement tenu tête à leur adversaire. Au point de prendre l'avantage dès le premier quart d'heure. Sur un corner de Dominik Szoboszlai, Ádám Szalai est en effet venu devancer l'arrière-garde allemande, pour placer une subtile talonnade aérienne et ouvrir le score (0-1, 17e)." La suite sur sofoot.com

Tennis - Budapest 2022: Korpatsch écarte Bondar

"Pas de finale pour Anna Bondar à Budapest (Terre battue, Extérieur, Hongrie) où elle vient de chuter en demi-finales. Tête de série n°2, la Hongroise a été dominée par l'Allemande Tamara Korpatsch, passée par les qualifications, en deux sets (7/5, 6/4) sur le Centre Court.
Korpatsch rencontrera, pour le gain du titre, Oceane Dodin ou Viktoriya Tomova." La suite sur tennistemple.com

vendredi 23 septembre 2022

La banque centrale hongroise pourrait mettre fin au cycle de hausse des taux après septembre - le gouverneur adjoint Virag

"La banque centrale de Hongrie pourrait envisager de mettre fin à son cycle de hausse des taux d'intérêt, qui dure depuis plus d'un an, après la réunion de mardi prochain, au cours de laquelle les taux augmenteront à nouveau, a déclaré jeudi à la presse le gouverneur adjoint Barnabas Virag.

Les organismes de fixation des taux d'Europe centrale ont été les plus rapides l'année dernière à commencer à relever les taux et ont accéléré le rythme cette année en raison de la poussée de l'inflation, mais certains commencent à ralentir, voire à mettre fin, aux cycles de resserrement.

La Banque nationale de Hongrie (NBH) a relevé son taux de base de 100 points de base à 11,75 % le mois dernier, mais M. Virag a depuis évoqué la perspective d'un arrêt du cycle de hausse des taux de la banque, qui totalise plus de 1 100 points de base depuis juin 2021." La suite sur zonebourse.com

Médias en Hongrie : Tilos Rádió bientôt de retour sur la bande FM

"La station de radio Tilos a annoncé jeudi avoir remporté à nouveau la fréquence remise en jeu par l’autorité des médias.

Tilos Kulturális Alapítvány était seule la concurrente en lice pour la réattribution de la fréquence 90.3, mais rien ne garantissait que l’autorité des médias, la NMHH, désigne un gagnant." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

La Hongrie “amadoue” Bruxelles pour débloquer les fonds européens

"Alors que la Commission européenne menace de priver la Hongrie de 7,5 milliards d’euros de subventions, l’hebdomadaire libéral “HVG” dénonce des promesses de réformes anticorruption en trompe-l’œil et déplore le manque de dureté de Bruxelles.

“Amadouons Bruxelles !” grince l’hebdomadaire libéral Heti Vilaggazdasag (HVG) du 22 septembre. Ce titre provocateur, référence à la campagne gouvernementale “Arrêtons Bruxelles !” du printemps 2017, réagit aux promesses hongroises de réformes afin d’éviter de perdre 7,5 milliards d’euros de fonds de cohésion, dont le blocage est préconisé par la Commission européenne. Accusée d’atteintes aux valeurs de l’UE et de fraudes aux subventions européennes, la Hongrie dispose d’un délai jusqu’au 19 novembre pour répondre aux “préoccupations” de Bruxelles.

Sur la couverture du magazine, le ministre chargé des négociations avec l’Union européenne, Tibor Navracsics, écrit sur un tableau noir la phrase “Nous ne volerons plus” à la manière d’une punition d’écolier, sous le regard de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans la posture d’une enseignante sévère. Selon HVG, le gouvernement Orban “s’est débrouillé pour détourner le débat politique sur l’état de droit et la construction d’un État illibéral vers le terrain juridique et la transparence de l’utilisation des fonds de l’UE”." La suite sur courrierinternational.com

Tennis - Tournoi de Budapest : Bondar se qualifie pour les demi-finales

"Anna Bondar s’est imposée deux manches à une (6-4, 3-6, 6-1) face à Tamara Zidansek jeudi, lors du tournoi de Budapest. Elle se mesurera à la vainqueure du match à venir entre la Néerlandaise Arantxa Rus et la qualifiée allemande Tamara Korpatsch en demi-finale.

La Hongroise Anna Bondar, tête de série n°2, s’est imposée deux manches à une (6-4, 3-6, 6-1) contre la Slovène Tamara Zidansek et s’est qualifiée pour les demi-finales du tournoi de Budapest jeudi dans la matinée, au Római Tennis Academy de Budapest.

Bondar, classée au 52e rang à la WTA, sera opposée à la vainqueure du match opposant la Néerlandaise Arantxa Rus et la qualifiée allemande Tamara Korpatsch lors des demi-finales de l’Open de Budapest." La suite sur tennismajors.com

Handball - Nantes s'impose face à Szeged en Ligue des champions

"Nantes a signé sa première victoire de la saison en Ligue des champions, jeudi lors de la deuxième journée de la phase de groupes. A domicile, les Nantais ont dominé les Hongrois de Szeged (35-30).

Huit jours après avoir été nettement battu à Kielce, pour son entrée en Ligue des champions, Nantes a bien réagi, jeudi, en s'imposant à domicile face au club hongrois de Szeged (35-30), lors de la deuxième journée de la phase de groupes.

Les deux équipes se sont suivies au score durant la majeure partie de la première période. Szeged a le premier creusé un petit écart (8-6, 15e). Mais le ''H'' a fait de même quelques minutes plus tard (13-11, 23e). Les Nantais se sont ensuite retrouvés sanctionnés d'une double infériorité numérique (25e), mais ont finalement tenu le choc, avant de regagner les vestiaires toujours en tête (17-15)." La suite sur lequipe.fr

Fonds européens : la Commission ne devrait pas accepter la proposition de Viktor Orbán, selon le maire de Budapest

"La Commission ne devrait pas accepter les mesures prises par la Hongrie pour que l’Union européenne revienne sur sa décision de suspendre le versement des fonds européens destinés au pays en raison de problèmes de corruption. C’est ce qu’a déclaré le maire de Budapest, Gergely Karácsony.

La Commission européenne a décidé d’enclencher le mécanisme de conditionnalité liée à l’état de droit dimanche (18 septembre), proposant de réduire de 7,5 milliards d’euros les Fonds de cohésion (FC) alloués au pays si ses efforts de réforme demeurent insuffisants.

Pourtant, le maire de Budapest a déclaré que ces mesures ne garantissaient pas que les fonds finiraient par atteindre sa ville, qui représente 40 % du PIB hongrois." La suite sur euractiv.fr

Le H doit être capable d’assumer sa double vie

"Battu à Kielce (40-33) la semaine dernière, les joueurs du HBC Nantes reçoivent pour le compte de la deuxième journée de la Ligue des champions Szeged. Les Hongrois portent un nom moins ronflant que leur voisin de Veszprém mais peuvent faire mal à la tête. En tout cas, une victoire tomberait à point nommé.

On en convient, une formation sponsorisée par une marque de salami hongrois à base de porc laineux et d’épices diverses, ça fait moins rêver qu’une institution comme le FC Barcelone ou une grosse machine allemande du calibre de Kiel.

Seul un étudiant dans l’histoire magyare est d’ailleurs à même de placer une ville à cheval sur le confluent de la Tisza et du Maros, à la frontière de la Roumanie et de la Serbie. Après, il ne faut pas se tromper, Szeged, c’est du lourd, du très lourd, au propre comme au figuré.

Une légère torsion du cou sera nécessaire aux Nantais pour scruter Bodo, Mackovsek ou Banhidi les yeux..." La suite sur ouest-france.fr (article payant)

Invasion de l'Ukraine: Orban veut une levée des sanctions de l'UE contre la Russie d'ici fin 2022

"Viktor Orban s'est toujours montré critique envers ces sanctions.

Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, qui blâme régulièrement les sanctions de l'Union européenne (UE) contre la Russie, veut obtenir leur levée d'ici décembre, a rapporté jeudi un journal pro-gouvernement. Lors d'une réunion interne du parti au pouvoir Fidesz, le dirigeant a appelé ses troupes "à faire tout leur possible pour s'assurer que l'Europe lève les sanctions au plus tard avant la fin de l'année", écrit Magyar Nemzet, au moment même où Bruxelles en envisage de nouvelles.

Contacté par l'AFP, le gouvernement a "confirmé" les informations de l'article.

M. Orban, soucieux de maintenir des liens de proximité avec le Kremlin, ne cesse de fustiger la stratégie de l'UE." La suite sur lalibre.be

Les MAE chinois et hongrois se rencontrent en marge de la session de l'AGNU

"Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a rencontré mercredi le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce, Peter Szijjarto, en marge de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations unies (AGNU).

Grâce à l'orientation stratégique des dirigeants des deux pays, la Chine et la Hongrie entretiennent de bonnes relations, a indiqué M. Wang, ajoutant que les deux pays appliquaient des politiques indépendantes, se vouaient une amitié mutuelle sincère et avaient noué une coopération gagnant-gagnant.

La partie chinoise apprécie le fait que la Hongrie adopte toujours une politique amicale envers la Chine, et se réjouit de sa ferme adhésion à la politique d'une seule Chine et de sa position équitable sur toutes les questions liées aux intérêts fondamentaux de la Chine, a déclaré M. Wang." La suite sur china.org.cn

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, ne veut plus des sanctions contre la Russie

"La mobilisation des réservistes en Russie provoque des réactions fermes de l'Union européenne qui affirme qu'elle continuera d'apporter tout son soutien à l'Ukraine. L'UE réussira-t-elle à maintenir son unité ? Ou bien divisera-t-elle les 27 ? Viktor Orban veut obtenir une levée des sanctions d'ici décembre 2022.

Il y a trois mois, le dernier paquet de sanctions européennes à l'encontre de la Russie avait dû être négocié pied à pied avec la Hongrie. Viktor Orban maintient donc toujours une sorte de porte-à-faux avec le reste des pays de l'Union européenne.

Les Européens estiment cependant que son idée de s'opposer au renouvellement des sanctions déjà décidées ressemble plus à une posture du Premier ministre à l'intention de l'opinion publique magyare qu'à une véritable menace pour l'unité européenne, d'autant qu'il ne s'agit que de propos rapportés." La suite sur rfi.fr

samedi 17 septembre 2022

19ème anniversaire des Mardis hongrois de Paris - 27 septembre 2022 à partir de 20 h - Café Saint-André

 

Prochaine rencontre 
19ème anniversaire des Mardis hongrois de Paris

le mardi 27 septembre 2022
à partir de 20 h 

à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris
Métro Saint-Michel

Rendez-vous incontournable de la peuplade magyare ou d'origine magyare parisienne et de ses ami(e)s, les Mardis hongrois de Paris fêtent leurs 19 années d'existence !
Venez nombreuses, nombreux, accompagné(e)s de... votre bonne humeur.





 

lundi 12 septembre 2022

L’Europe est à court d’énergie – Orban

"Le Premier ministre hongrois déclare que son pays ne connaîtra pas de pénurie de carburant malgré la crise énergétique européenne

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a accusé les bureaucrates et les écologistes de la pénurie d’énergie en Europe et a déclaré que son propre pays était protégé de la crise.

« Si on veut aller au fond des problèmes, on aboutit toujours au même endroit : la question énergétique. Et la situation est que l’Europe est à court d’énergie. Orban a écrit dans un post Facebook samedi." La suite sur news.ebene-magazine.com

Water-polo Euro (H) La Croatie remporte les Championnats d'Europe face à la Hongrie

"La Croatie l'a emporté en finale de l'Euro face à la Hongrie (10-9) pour s'adjuger son deuxième titre continental.

La Croatie s'est imposée chez elle à Split samedi soir en finale des Championnats d'Europe de water-polo. Les Croates l'ont emporté 10-9 (3-3, 1-0, 4-4, 2-2) au terme d'une rencontre disputée dans une ambiance survoltée. Il s'agit, après 2020, du deuxième titre glané sur la scène européenne par cette nation forte du water-polo." La suite sur lequipe.fr

Coupe du monde de triathlon - Le Hongrois Csongor Lehmann vainqueur à Karlovy Vary, Noah Servais 47e

"(Belga) Le Hongrois Csongor Lehmann a remporté l'étape de Coupe du monde de triathlon, dimanche à Karlovy Vary en République tchèque. Seul Belge engagé, Noah Servais a dû se contenter de la 47e place." La suite sur rtl.be

Reportage. Williamsburg et Borough Park, les villages juifs hongrois de New York

"Les quartiers de Williamsburg et Borough Park, dans l’arrondissement de Brooklyn, abritent une importante population juive ultraorthodoxe. De passage aux États-Unis, le blogueur budapestois Tas Tobias s’étonne de voir à quel point les origines hongroises de ces communautés ont perduré. Exploration.

New York est la ville la plus diverse des États-Unis. Brooklyn le quartier le plus diversifié de New York. Et Williamsburg le secteur le plus varié de Brooklyn. Pourtant, les trentenaires bon chic bon genre qui débarquent en masse de Manhattan ne savent que par les actualités qu’un monde cloisonné de juifs hassidiques se dissimule à quelques rues de leurs restaurants étoilés au Michelin et de leurs bars servant du vin bio trop cher.

À partir de South 9th Street, un autre univers émerge. Les hommes portent des vestes noires, des chapeaux, de longues barbes, des papillotes le long des tempes et parlent en yiddish dans des téléphones à clapet rappelant les années 1990. Les femmes arborent des robes longues et des perruques. Quasiment toutes arpentent les rues avec des poussettes et des armées de bambins.

La plupart du temps, je suis le seul individu étranger au quartier. Les épiceries, les boulangeries et les restaurants sont strictement casher et les enseignes sont presque toutes en yiddish. Le tout au cœur de New York, à un arrêt de métro de Manhattan." La suite sur courrierinternational.com (article payant)
On peut lire l'article complet en langue hongroise sur 444.hu
L'article original en anglais sur : offbeatbudapest.com

dimanche 11 septembre 2022

Grands pianistes hongrois (1) : Annie Fischer, l'indomptable

Résumé
Au programme : Brahms, Mozart, Kodaly, Beethoven, Bartok

En savoir plus

1ère diffusion le 09 janvier 2016

Annie Fischer naît le 5 juillet 1914 à Budapest, dans une famille juive. Enfant prodige, elle fait ses débuts à l’âge de huit ans, interprétant sur scène le Premier Concerto pour piano , en ut majeur, de Ludwig van Beethoven. Elle étudie à l’académie Franz-Liszt de sa ville natale, auprès d’Arnold Székely et d’Ernő Dohnányi. En 1926, elle donne son premier concert à l’étranger : elle interprète à cette occasion le Concerto  pour piano , en la majeur (K. 488), de Wolfgang Amadeus Mozart et le Concerto de Robert Schumann avec l’Orchestre de la Tonhalle à Zurich. En 1933, elle remporte le premier prix au concours Franz Liszt de Budapest quand son interprétation de la Sonate pour piano, en si mineur, de Liszt surprend, par son brio et sa maturité, le jury comme le public. Quatre ans plus tard, elle épouse le musicologue Aladár Tóth. En 1941, tous deux fuient l’antisémitisme qui ne cesse de croître en Hongrie ‒ comme dans l’Allemagne nazie ‒, et émigrent en Suède. "

A écouter sur radiofrance.fr

Culture - Thierry Frémaux : «Viktor Orbán serait bien inspiré de lâcher du lest aux auteurs hongrois»

"Propos recueillis par Daniel Psenny.

« Un film n’a jamais soulevé une révolution même s’il peut, parfois, l’accompagner » a dit Thierry Frémaux lors d’une interview avec Le Courrier d’Europe centrale. Le patron du festival de Cannes est l’invité d’honneur du Budapest Classic Film Marathon qui se tient à Budapest du 14 au 18 septembre.

Directeur de l’Institut Lumière de Lyon et délégué général du Festival international du film de Cannes, Thierry Fremaux est l’invité d’honneur du Budapest Classic Film Marathon qui se tient à Budapest du 14 au 18 septembre. Cinéphile passionné, il présentera au Théâtre national Uránia son film consacré aux frères Lumière « Le début de l’aventure !  » réalisé à partir d’images tournées par les deux frères qui ont inventé le cinéma en 1895. Il a aussi apporté dans ses valises le dernier film muet français « Dans la nuit », réalisé en 1930 par Charles Vanel et resté quasiment inédit depuis sa sortie. Cette copie restaurée sera projetée avec un accompagnement musical autour d’un piano et d’un accordéon dirigé par Adam Szabo.

Le Budapest Classic Film Marathon présente une programmation de haute qualité avec une centaine de films dont quelques raretés du cinéma hongrois et d’Europe centrale. Votre film sur les frères Lumière est un retour aux sources…

Thierry Frémaux : Oui. Voilà des années que les dirigeants du festival voulaient que je vienne présenter ce film qui est un montage d’archives d’une heure et demie. C’est un film de mémoire et d’Histoire. Lors de la projection, je serais dans la salle d’où je ferais le commentaire en direct pour accompagner le regard des spectateurs. Au cours du festival, je proposerais également, en avant-première mondiale, le film « Dans la nuit » réalisé en 1930 par Charles Vanel qui est le dernier film muet français. Ce film est une résurrection. Il a longtemps été considéré comme disparu. En dehors de quelques cinémathèques, les gens ignoraient même son existence. Vanel l’a tourné pendant l’hiver 1929 et quand le film est sorti en mai 1930, il a été ignoré par le public car c’était l’arrivée du parlant. Il a donc été programmé seulement une semaine et n’a plus jamais été vu par personne." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Impôt minimum des multinationales: la France et l'Allemagne se disent prêtes à agir sans la Hongrie

"Alors que la Hongrie bloque la mise en oeuvre de l'impôt minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales, plusieurs pays se disent prêts à adopter la réforme "par tous les moyens légaux possibles".

La France et l'Allemagne sont prêtes à avancer sans la Hongrie. Ils font en effet partie du groupe de cinq pays européens qui ont affirmé vendredi leur volonté de mettre en oeuvre l'impôt minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales dès 2023. Et ce, alors que la Hongrie bloque l'adoption de cette réforme au niveau de l'UE.

"Si l'unanimité (au sein des 27) ne devait pas être atteinte dans les prochaines semaines, nos gouvernements sont (...) prêts à mettre en oeuvre l'imposition minimale en 2023 et par tous les moyens légaux possibles", déclarent dans un texte commun, les ministres des Finances de ces pays de l'UE, qui incluent aussi l'Espagne, l'Italie et les Pays-Bas." La suite sur bfmtv.com

De l’atelier Picasso à l’atelier Rozsda

 Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine la visite commentée De l’atelier Picasso à l’atelier Rozsda au Bateau-Lavoir a atteint sa limite de visiteurs.

Cependant, avec l’application EPLORAMA une visite libre des environs du Bateau-Lavoir sera possible en forme de jeu de piste La marelle des Arts, promenade ludique dans le temps et dans l’espace suivant les pas d’André Breton, de Picasso et de Rozsda.

Voici le QR code qui sera activé le 17 septembre :

Scannez-le et vous serez reconduit vers Google Play ou Apple store pour télécharger gratuitement l'application. Puis, scannez de nouveau le QR code pour que le parcours s'affiche directement sur l'application.

Bonne Promenade !

Source : rozsda.com

La Hongrie sous Orbán. Histoires de la grande plaine


"Les livres du mois

Sous la direction de Corentin Léotard Plein jour, Paris, 2022, 218 pages, 19 euros

Rédigé avant la cinquième élection du président Viktor Orbán, cet essai — qui regroupe les analyses et enquêtes de journalistes, correspondants de presse en Hongrie — entreprend d’éclairer la complexité du pays et de son rapport à son dirigeant. Bénéficiant des perfusions économiques de l’Union européenne, de l’énergie russe, des investissements turcs, les classes moyennes et supérieures ont prospéré, pendant que la désindustrialisation se poursuivait. Le récit officiel entretient la nostalgie de la Grande Hongrie d’avant le traité de Trianon (1920) et insiste sur les minorités hongroises des pays limitrophes, comme dans la Transcarpatie, en Ukraine. à l’inverse, l’accent est peu porté sur la déportation des juifs hongrois pendant la dernière année de la seconde guerre mondiale. Quant aux Roms hongrois — 10 % de la population —, ils subissent une exclusion de plus en plus marquée. La politique de M. Orbán sait jouer des contradictions apparentes : ainsi, il constitue un fonds important pour le cinéma et nomme à sa tête un conservateur, il crée massivement des emplois aidés et sape l’État de droit, etc.
Hélène-Yvonne Meynaud"
Source : monde-diplomatique.fr

samedi 10 septembre 2022

Remise du Prix Anna Stein mardi 4 octobre 2022 à 19h00 Institut Liszt

Institut Liszt 92 Rue Bonaparte Paris 6ème

Une soirée festive pour remettre le prix Anna Stein au peintre hongrois, sélectionné par un jury de connaisseurs.

Anna Stein dans son atelier, photo de Sylvain Sonnet

Anna Stein

Anna Stein, peintre et sculpteur, née à Budapest en 1936, vit en France depuis 1956. Elle suit ses études artistiques à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts à Paris, puis cherchant sa voie personnelle, au prix de luttes et efforts elle crée son expression personnelle picturale. A l’invitation des affaires culturelles du Sénat à Paris, elle organise l’exposition Paris-Budapest en 1979, créant la présentation la plus importante à ce jour des artistes contemporains hongrois. Ses œuvres seront présentées dans des expositions personnelles et collectives autant en France qu’en Hongrie, comme dans de nombreuses capitales et grandes villes dans le monde. Ainsi seront acquises par des collections privées et des musées. A partir de 1981 elle joint à ses œuvres la création de ses sculptures, en y obtenant également une reconnaissance internationale.

Un Fonds de Dotation est créé en 2022 pour accueillir ses œuvres et les promouvoir. Elle a eu l’ambition de créer ce prix bi-annuel d’un montant de 2000 euros, portant son nom, pour soutenir la création des artistes plasticiens hongrois.

Site web d’Anna Stein : www.annastein.fr


János Horváth

Le lauréat du prix Anna Stein en 2022 est le peintre hongrois János Horváth. Il est né en 1963 dans une colonie tzigane de Szikszó, un village du Nord-Est Hongrie. Depuis l’âge de 19 ans, il travaille comme électricien au chemin de fer hongrois. En plus de son travail de cheminot, il peint, joue de la musique, construit et prend soin des communautés en tant que travailleur social et aide les enfants à comprendre le monde avec les outils de l'art. Les beaux-arts ont été une présence constante et ininterrompue dans sa vie depuis l'école primaire. Il a développé son style artistique vers 1990. Ses œuvres ont été présentées dans plusieurs expositions nationales et internationales, et son livre “Quand je rentre chez moi” est paru en 2022 aux éditions Herendi 2004).

L'artiste écrit les lignes suivantes sur lui-même :

Je n'ai pas de philosophie particulière sur l'art. Je pense que la seule chose importante est que nous le sachions bien rester humains, que nous soyons peintres, enseignants, électriciens ou cheminots. Je crois que tout le monde a une mission sur Terre, tout le monde est important, et seulement ainsi le monde tournera rond. Pour moi, le chemin de fer est le soutien de famille, la peinture est l'amour, organiser et servir la communauté est une mission et la famille et la patrie sont sacrées.

Site web de János Horváth : jhorvath.hu

Entrée libre
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr | 01 43 26 06 44

ONU - Cinq choses essentielles à savoir sur la prochaine session de l'Assemblée générale

"À quelques jours de l'ouverture de la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, la communauté diplomatique des Nations Unies, ainsi que les habitants de New York, se préparent à l'arrivée annuelle des chefs d'État et de gouvernement du monde entier, après deux ans de perturbations provoquées par la pandémie de Covid-19. De nombreux détails restent à confirmer, mais voici cinq choses à surveiller entre le 12 et le 27 septembre.

1. Un Hongrois prend la Présidence

Une nouvelle session signifie un nouveau Président de l'Assemblée générale. L'actuel Président, Abdulla Shahid des Maldives, se retirera, et Csaba Kőrösi de Hongrie prendra le relais pour les douze prochains mois.

La passation aura lieu le lundi 12 septembre ; M. Shahid clôturera la 76e session de l'Assemblée générale dans la matinée, et la première plénière de la 77e session aura lieu mardi après-midi.

M. Kőrösi a occupé plusieurs postes au sein du ministère des Affaires étrangères de son pays, son poste le plus récent étant celui de Directeur de la durabilité environnementale au bureau du Président hongrois. Il a travaillé sur les questions onusiennes depuis plusieurs années, et la Présidence n'impliquera probablement pas trop de temps d'apprentissage : M. Kőrösi a été Vice-Président de l'Assemblée générale lors de la 67e session en 2011-2012." La suite sur news.un.org

Maison de la Musique à Budapest éclairée par ERCO

Maison de la Musique, Budapest - Architectes : Sou Fujimoto, Sou Fujimoto Architects, Tokyo, M-Teampannon, Budapest - Électrotechnique : Hungaroproject, Budapest © ERCO Photo David Schreyer

"C’est dans le parc historique où s’est tenue l’exposition universelle de 1896 qu’un ambitieux centre culturel avec de nombreux musées voit le jour sur les anciennes friches inutilisées de l’Expo. La « Maison de la Musique hongroise » est la construction la plus spectaculaire du « Liget Budapest Project » qui a coûté des milliards. Sous sa charpente de toit organique, aux lignes courbes, et largement surplombante, le pavillon de musique d’une superficie de 836 mètres carrés réunit différentes salles d’exposition et de spectacle, des bureaux, une bibliothèque ainsi que deux excellentes salles de concert.

La Maison de la Musique hongroise se déploie telle un champignon futuriste surdimensionné dans le bois de la ville de Budapest ; « Városliget ». L’architecte japonais Sou Fujimoto redéfinit totalement les frontières entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’architecture et la nature — en les supprimant presque. L’éclairage durable de ERCO est une composante de l’architecture innovante du pavillon. Un guidage précis de la lumière et un très grand confort visuel sont les pierres angulaires de la conception lumière.

 Très grand confort visuel dans une architecture en verre

Dans l’architecture du pavillon en apesanteur, on a l’impression de se trouver au milieu d’une forêt, dans une clairière. Toutes les frontières entre l’intérieur et l’extérieur semblent abolies. L’imposante structure du toit, soutenue par de fines colonnes, est percée, comme un gruyère, de cent cavités en forme de cratères. Des arbres y poussent comme dans une serre fantastique. La lumière du jour pénètre ainsi même jusqu’au sous-sol. « Nous voulions transformer la forêt en architecture », déclare Fujimoto, célèbre pour ses nuances poétiques, en décrivant l’intention artistique. La transparence de l’architecture a été un paramètre déterminant pour le concept d’éclairage. Afin d’éviter l’éblouissement et les réflexions gênantes, des Downlights ERCO ont notamment été utilisés dans le pavillon de musique vitré de toutes parts. Une bonne maîtrise de l’éblouissement assure un confort visuel maximal. L’éclairage, qui vise en tous points la durabilité, a contribué à ce que la « Maison de la Musique hongroise » obtienne un niveau d’évaluation BREEAM d’excellent à très bon." La suite sur filiere-3e.fr

Taxe sur les multinationales : l’Europe met la pression sur Budapest

"Cinq ministres des finances européens, dont le Français Bruno Le Maire, ont diffusé vendredi un texte commun. Ils se disent prêts à mettre en œuvre la taxe minimale de 15 % sur les multinationales en 2023 et à trouver le moyen légal de le faire en dépit de l’opposition de Budapest. 

Le sujet n’était pas à l’ordre du jour de la réunion des ministres des finances européens, lesquels se sont retrouvés à Prague vendredi 9 et samedi 10 septembre, mais il s’est invité à la table des discussions entre les argentiers du Vieux Continent. Le Français Bruno Le Maire et quatre de ses homologues – l’Allemand Christian Lindner, l’Espagnole Nadia Calvino, l’Italien Daniele Franco et la Néerlandaise Sigrid Kaag – ont profité de cette enceinte pour relancer le projet d’instaurer un impôt minimal de 15 % sur les bénéfices des grandes multinationales, aujourd’hui bloqué par la Hongrie.

« Nous sommes prêts à [le] mettre en œuvre en 2023 et [à utiliser] tous les moyens légaux [pour y parvenir] », ont affirmé les cinq ministres dans un texte commun, qu’ils ont publié en milieu de journée vendredi. Le message est clair : les Européens trouveront un moyen d’avancer même si Budapest ne lève pas son veto. Elle avait pourtant signé l’accord de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sous l’égide de laquelle 137 pays se sont engagés en 2021 à adopter un impôt minimal.

Lors des dernières semaines, la Commission a consulté les capitales pour savoir lesquelles seraient favorables à une « coopération renforcée » qui leur permettrait de mettre en œuvre cet engagement sans que l’unanimité des Vingt-Sept soit nécessaire, comme c’est normalement le cas en matière fiscale. Cette procédure permet à l’exécutif communautaire de présenter une proposition qui doit être adoptée par les Etats membres à la majorité qualifiée, et qui peut voir le jour dès lors qu’au moins neuf d’entre eux décident de la mettre en œuvre.

« La justice fiscale doit être une priorité de l’UE »

Le 17 juin, hormis la Hongrie, les vingt-six autres Européens s’étaient prononcés en faveur de l’adoption par l’Union européenne (UE) d’un impôt minimal de 15 % sur les plus grands groupes. Mais certains d’entre eux, comme l’Irlande, Malte, le Luxembourg ou l’Estonie avaient auparavant exprimé des réticences. « Ils ont fini par suivre le mouvement. Mais rien ne dit qu’ils participeraient à une coopération renforcée », explique un diplomate. D’autant que ce mécanisme n’est pas apprécié des petits pays, qui y voient une manière de contourner leur droit de veto.

Les pays européens désireux d’avancer peuvent également le faire en solo, en passant un texte devant leur parlement national, dans la mesure où ils ont signé l’accord de l’OCDE. « On peut avoir plus d’Etats membres qui suivent de cette manière », poursuit ce diplomate. Berlin travaille d’ores et déjà sur un projet de loi. « La justice fiscale doit être une priorité de l’UE. Nous mettrons en place la taxation minimale à l’impôt sur les sociétés dès 2023, soit par la voie européenne, soit par la voie nationale », affirme Bruno Le Maire." La suite sur lemonde.fr (article payant)

Viktor Orban détruit l’Union Européenne : “les 11000 sanctions infligées à la Russie ont échoué”, dit-il

"En marge d’une conférence de presse qui s’est tenue à Budapest, Viktor Orban, premier ministre de la Hongrie, n’a pas mâché ses mots. Il avoue publiquement que les sanctions infligées à la Russie n’ont pas été un succès. En autres termes, elles ont été un échec cuisant

Viktor Orban risque-t-il de s’attirer l’immense colère de ses homologues européens? La question se pose et la réaction de l’Union Européenne, suite à sa nouvelle sortie, risque d’être assez virulente. En effet, le premier ministre hongrois, qui s’était farouchement opposé aux sanctions russes, vient de jeter un pavé dans la marre, en reconnaissant que les sanctions infligées à la Russie n’ont pas été couronnées de succès.

C’est du moins l’information relayée par l’agence de presse russe TASS ce 08 septembre. En effet, d’après cette source, le premier ministre hongrois estime que les sanctions prises contre Moscou en guise de représailles suite à son invasion de l’Ukraine en gros n’ont servi à rien." La suite sur courrier-du-soir.com

Hongrie: La police dessine une croix sur la tête d’un marocain

"Les informations sur cet incident choquant surviennent alors que des groupes de défense des droits affirment que la police des frontières hongroise intensifie sa violence envers les migrants.

La police des frontières hongroise a battu un migrant marocain et lui a rasé une croix sur la tête après qu’il ait été capturé alors qu’il passait de la Serbie à la Hongrie, a déclaré cette semaine un groupe de défense des droits des migrants.

Le groupe serbe Klikactiv a partagé lundi le récit du migrant rencontré près de la frontière serbo-hongroise, un point de passage commun pour les migrants et les réfugiés cherchant refuge en Europe. Le migrant avait une cheville blessée et une tête fraîchement rasée, et avait l’air affligé, selon le groupe. Il a déclaré que lui et un certain nombre d’autres migrants traversant la frontière avaient été arrêtés et battus physiquement pendant plusieurs minutes par la police des frontières hongroise." La suite sur moroccomail.fr

vendredi 9 septembre 2022

Pourquoi certains pays d’Europe centrale n’ont-ils toujours pas l’euro ?

"Alors que plusieurs pays de la région l’ont déjà adopté, la Hongrie, la Tchéquie et la Pologne traînent ostensiblement des pieds pour rejoindre l’Union monétaire, malgré l’instabilité chronique de leur monnaie respective..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Tzigane de Ravel : un violon complètement à l’Est

"Résumé

Partons à la découverte de Tzigane (1924) de Maurice Ravel. Une pièce dédiée à la violoniste Jelly d'Aranyi, d'une virtuosité folle et qui sonne comme un vibrant hommage à l'art du violon hongrois.

En savoir plus

C’est en écoutant la violoniste anglaise d’origine hongroise Jelly d’Aranyi jouer des airs traditionnels d’Europe de l’Est après un concert donné à Londres en 1922 que Ravel a eu l’idée de composer pour elle une pièce qui rendrait hommage à son jeu envoûtant et à la musique d’Europe centrale. Pour la petite nièce de Joseph Joachim, le violoniste à l’origine des Danses Hongroises de Brahms, Ravel écrit Tzigane, une pièce qu’il qualifie de "virtuose dans le style d’une rhapsodie hongroise".

Tzigane se déploie en trois grandes parties, comme le ferait une véritable danse csardas hongroise. Tout commence par un hallgato, c’est l’introduction de plusieurs minutes de la pièce où le violon joue seul. Un air comme improvisée avec son jeu parfois en double cordes, en tout cas plein de vibrato et avec un rythme qui nous parait flou, imprévisible. On a l’impression que le thème et toutes ses variations sont inventés au fur et à mesure par le violoniste. Il n’en n’est rien. Les trilles, les accents et les durées des notes sont notés précisément par Ravel afin de donner l'impression d'une musique improvisée, profondément humaine." La suite sur radiofrance.fr

Une nature morte d’Adriaen Coorte pour Budapest

"8/9/22 - Acquisition - Budapest, Szépművészeti Múzeum - La très belle collection de peintures hollandaises du XVIIe siècle du Szépmüvészeti Múzeum de Budapest s'est récemment étoffée d'une seconde nature morte d'Adriaen Coorte, publiée sur le site Codart par Júlia Tátrai, sa conservatrice du département des tableaux anciens. Plus de quarante ans après la petite huile sur papier figurant Deux noix  acquise auprès d'un collectionneur privé hongrois entre ainsi dans ses collections une composition sur toile de deux ans postérieure. Cette nature morte aux Fraises des bois dans un bol Wan-Li, signée et datée en bas à gauche «A Coorte/1704», fut emportée par le musée hongrois lors de la vente Sotheby's New York du 27 janvier dernier après qu'elle fut adjugée 1 795 400 € marteau." La suite sur latribunedelart.com (article payant)

En Hongrie orientale, les cigognes tombent comme des mouches

"Des naturalistes ont découvert des dizaines de cadavres de cigognes blanches dans l'est de la Hongrie au cours des dernières semaines . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La Hongrie veut réduire de 25% la consommation de gaz des services publics

"BUDAPEST (Reuters) - La Hongrie a l'intention de réduire de 25% la consommation de gaz des institutions et des entreprises publiques pendant la saison hivernale, à l'exception des hôpitaux et des services sociaux, pour faire face à la flambée des prix de l'énergie, a déclaré jeudi le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban.

Gergely Gulyas a également exhorté les consommateurs à utiliser le gaz et l'électricité avec parcimonie, ajoutant que le gouvernement réglementerait les prix du bois de chauffage pour protéger le pouvoir d'achat des ménages pendant l'hiver.

"Au cours des deux prochaines semaines, les ministères vont devoir établir des plans pour ne consommer que 75% des niveaux (de gaz) de l'année dernière", a-t-il déclaré lors d'un point de presse hebdomadaire." La suite sur challenges.fr

jeudi 8 septembre 2022

La Hongrie soutient l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen, selon la présidente

"BUCAREST, 7 septembre (Xinhua) -- La présidente hongroise en visite à Bucarest, Katalin Novak, a déclaré mercredi que son pays soutenait la candidature de la Roumanie à l'adhésion à l'espace Schengen.

Mme Novak a fait cette remarque lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue roumain Klaus Iohannis après leur rencontre au palais présidentiel Cotroceni.

"La Hongrie soutient l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen, et la Roumanie peut compter sur le soutien de la Hongrie à cet égard", a déclaré Mme Novak, premier chef d'Etat hongrois à se rendre à Bucarest depuis 12 ans." La suite sur xinhuanet.com

Inégalités. Selon la Cour des comptes hongroise, les femmes diplômées pénaliseraient les hommes

"Publiée cet été, une étude sur le système éducatif national déplore une proportion trop élevée d’étudiantes dans le supérieur. Selon ce document, très critiqué par la presse d’opposition, les femmes diplômées perturberaient les ambitions de la gent masculine et feraient moins d’enfants.

Dans un rapport publié en juillet mais repris seulement à la fin août par la presse, la Cour des comptes hongroise met en garde contre les risques de ce qu’elle appelle la “pink education”, c’est-à-dire un système éducatif “trop féminin”, susceptible de menacer la santé mentale des hommes, de freiner la démographie et de fragiliser l’économie nationale. “Si l’éducation favorise les traits de caractère féminins comme la maturité émotionnelle et sociale et engendre une surreprésentation des femmes dans les universités, l’égalité des sexes sera considérablement affaiblie”, assure le document, repris par le site d’information Index.

La Cour des comptes ajoute que des “problèmes mentaux et comportementaux” guettent les garçons si leur valeur était sous-estimée et que la créativité et l’innovation, caractéristiques propres aux hommes, “sont nécessaires au développement optimal de l’économie”. Toujours selon le rapport, la “pink education” pourrait poser des “problèmes démographiques”, car le..." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Un fabricant chinois de batteries réalise le plus gros investissement de l’histoire de la Hongrie

"Le fabricant chinois de batteries CATL a annoncé le plus gros investissement jamais réalisé en Hongrie.

Le fabricant chinois de batteries CATL va dépenser 3 000 milliards de HUF, soit 7,5 milliards d’euros, pour la construction de sa deuxième usine de fabrication en Europe. C’est le plus gros investissement jamais réalisé en Hongrie." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Serbie : le patriarche orthodoxe Porfirije décore Viktor Orbán

"En visite lundi à Budapest, Porfirije a décerné à Viktor Orbán la médaille de l’ordre de Saint-Sava, la plus haute distinction de son Église. La cérémonie s’est déroulée au bureau du Premier ministre hongrois.

Par la rédaction Le 5 septembre, le patriarche de l’Église orthodoxe serbe Porfirije a récompensé le Premier ministre hongrois Viktor Orbán pour « ses services dans la défense des valeurs chrétiennes en Hongrie et en Europe et sa contribution personnelle à l’amitié entre les nations hongroise et serbe ». Devant les membres du gouvernement hongrois à Budapest, il lui a remis « la plus haute décoration de l’Église orthodoxe serbe », l’Ordre de Saint Sava. Porfirije a salué l’action de Viktor Orbán, un homme d’État unique sur le Vieux continent qui « se bat pour l’âme de l’Europe » et dont les paroles sont écoutées par d’autres peuples, y compris les (...)" La suite sur courrierdesbalkans.fr (article payant)

mercredi 7 septembre 2022

Ferenc Molnár – Les gars de la rue Paul


"Pouvait-on rêver d’un meilleur terrain de jeu ? Pour nous autres, collégiens de la capitale, c’était l’idéal. Nous n’aurions pu imaginer un endroit qui se prêtât mieux à jouer aux Peaux-Rouges. Le terrain de la rue Paul était une magnifique plaine figurant à merveille une savane d’Amérique. Quant au chantier de la scierie, c’était à volonté tout le reste, la ville, la forêt, les montagnes Rocheuses, selon la circonstance et le moment.

Ce petit roman date de 1906 et pourtant on le retrouve partout. A Ankara il y a trois ans, j’en avais trouvé une édition turque toute fraîche en devanture d’une librairie, dans une collection « classiques du monde moderne ». L’année suivante, c’est en lisant le texte autobiographique Jardin, cendre de Danilo Kiš, publié en 1965, que j’étais tombée sur une mention de ce livre, un peu caché sous son titre traduit en serbo-croate et de là en français, « les petits garçons de la rue Pavlov ». Tout récemment, c’est dans L’Horizon, un roman (lui aussi de nature en partie autobiographique) traduit du polonais, que j’ai été surprise, au détour d’une page, par une nouvelle référence à ce roman, qu’une note de bas de page présente très justement comme un « classique de la littérature jeunesse ».

Le fait que Les gars de la rue Paul est un grand classique de la littérature hongroise, je le savais, mais le fait qu’on puisse lire et qu’on ait pu lire ce petit roman de 1906 en traduction polonaise, serbo-croate, turque (entre autres langues) et qu’on le retrouve même dans des romans publiés dans d’autres langues, ce n’est tout de même pas si commun. Depuis, je jette toujours un coup d’œil sur les rayons des librairies étrangères pour voir si j’y retrouve Les gars de la rue Paul, tout en me doutant bien que c’est le genre de chose pour laquelle il vaut mieux se laisser surprendre à un moment où on ne s’y attend pas." La suite sur passagealest.wordpress.com

Une statue gigantesque du « cerf miraculeux » de la mythologie hongroise

"La Banque centrale hongroise (MNB) a commandé une grande statue du « cerf miraculeux » dans le centre de Buda . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Hongrie : trop de femmes à l'université ?

"Dans un rapport portant sur le système universitaire du pays, la Cour des comptes hongroise déplore le nombre "trop élevé" d'étudiantes dans le supérieur. Selon elle, cela désavantagerait les hommes et provoquerait aussi des problèmes démographiques : les femmes diplômées auraient plus de mal à trouver un conjoint et feraient moins d'enfants. L'étude suscite la consternation des médias magyarophones.

Új szó (SK) 5 septembre 2022

Des conceptions dignes des années 1950
Le gouvernement Orbán et les institutions qu'il contrôle cultivent une image des femmes totalement anachronique, critique Új Szó :
«Dans les années 1950, une grande marque allemande de crème anglaise avait le slogan publicitaire suivant : 'Il y a deux grandes questions dans la vie d'une femme : qu'est ce que je vais mettre et qu'est-ce que je vais faire à manger aujourd'hui ?' ... Comme le montre l'étude de la Cour des comptes, certains acteurs politiques cultivent la même vision aujourd'hui. ... Le fait qu'il y ait de plus en plus de femmes diplômées en Hongrie aujourd'hui déplaît fortement au gouvernement. ... Pourquoi donc ? Parce que de son point de vue, les femmes diplômées ne font pas assez d'enfants, ce qui entraînerait le dépérissement et la disparition de la nation hongroise.»" La suite sur eurotopics.net

La Hongrie va créer une autorité de lutte contre la corruption

"BUDAPEST, 6 septembre (Reuters) - La Hongrie va créer une autorité de lutte contre la corruption et un groupe de travail impliquant des ONG pour superviser les dépenses des fonds de l'Union européenne, selon un décret publié lundi soir dans le Journal officiel hongrois.

La décision de Budapest vise à débloquer le versement des fonds du plan de relance de l'UE après la pandémie de COVID-19, suspendu par la Commission européenne en raison de préoccupations liées au respect de l'État de droit par le gouvernement du Premier ministre nationaliste Viktor Orban.

La Hongrie fait également l'objet de sanctions financières de la part de Bruxelles pour les mêmes problèmes concernant l'État de droit - notamment sur les procédures d'appels d'offres publics qui ne respectent pas les garanties en matière de lutte contre la corruption." La suite sur boursorama.com

La Hongrie a connu son été le plus chaud depuis 1901

"L'été 2022 a été de 2,0°C plus chaud que la moyenne, ce qui en fait le plus chaud depuis 1901 en Hongrie, selon les mesures du Service météorologique national . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

mardi 6 septembre 2022

Le fabriquant chinois de batteries CATL officialise la construction d'une usine en Hongrie

"Le fabricant chinois de batteries Contemporary Amperex Technology Limited (CATL) a signé lundi un accord immobilier avec la ville de Debrecen, en Hongrie, marquant officiellement le début de la construction de sa deuxième usine européenne.

La construction de la nouvelle usine hongroise de CATL devrait commencer cette année. Couvrant une superficie de 221 hectares dans le Parc industriel sud de Debrecen, l'usine représentera un investissement total de 7,34 milliards d'euros (environ 7,28 milliards de dollars américains), et devrait atteindre une capacité de production de 100 GWh.

Cet investissement de CATL fait partie de ses cinq plus importants nouveaux investissements étrangers réalisés en Europe au cours des dix dernières années, et est le plus gros investissement jamais réalisé en Hongrie." La suite sur china.org.cn

La Hongrie affirme qu'elle aura assez de gaz cet hiver

"BUDAPEST, 5 septembre (Xinhua) -- La Hongrie disposera cet hiver de suffisamment de gaz pour approvisionner ses foyers et son économie, a annoncé Tamas Menczer, secrétaire d'Etat auprès du ministère hongrois des Affaires étrangères et du Commerce.

"Le gaz arrive en Hongrie, où les gens pourront chauffer (leurs maisons) pendant le froid (des mois d'hiver), et l'industrie et l'économie hongroises resteront fonctionnelles", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision publique M1, précisant que l'accord avec la société russe Gazprom, qui avait été négocié par le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto, assure la fourniture de 5,8 millions de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel par jour à la Hongrie en septembre et octobre." La suite sur xinhuanet.com

Face à l'inflation, la Hongrie et le Mexique bloquent les prix de certains produits

"Le Mexique et la Hongrie font face à une très forte hausse des prix. Pour protéger le pouvoir d'achat de leur population, les deux pays gèlent le prix d'un panel de produits.

L'inflation atteint des niveaux records partout dans le monde. Les États tentent de faire face à leur manière. La Hongrie et le Mexique ont décidé de prendre des mesures pour limiter la hausse des prix de certains produits pour protéger le pouvoir d'achat de leurs populations.

La Hongrie plafonne le prix de quelques produits de première nécessité

En Hongrie, l’inflation atteint près de 14%. Le gouvernement de Viktor Orban a gelé les prix de certains produits, mais cela ne suffit pas à juguler cette inflation galopante. Le prix de l'essence est plafonné à 1,20 euro le litre pour les particuliers. Depuis février 2022, donc avant le début de la Guerre en Ukraine, le président hongrois a gelé les prix de produits de première nécessité comme la farine, le lait et l’huile.

Mais le porte-monnaie des Hongrois continue à être rongé par l’inflation. Elle est officiellement évaluée à 13,7 %, mais en réalité elle doit être bien plus élevée. "Le fromage a augmenté de 40 %, la margarine de 50 % ! Pareil pour les gâteaux et les pâtes. Et l’inflation serait seulement de 13% ? Moi je n’y crois pas. C’est sans doute au moins 20 %", s'agace Gabor. Ce Budapestois n’a pas tort. Selon un institut hongrois de recherche indépendant (GKI), les prix alimentaires ont augmenté de 34 % sur un an. Pour certains produits, comme le pain, les spaghettis, le prix a même doublé." La suite sur francetvinfo.fr

lundi 5 septembre 2022

"L'unité européenne est rarement spontanée. Cela requiert des efforts politiques et de conviction"

"Plus longue est la guerre en Ukraine, plus dur est pour l’Union l’impact collatéral des sanctions européennes contre la Russie, plus l’unité des Vingt-sept est mise sous pression.

Plus de six mois après le début de la guerre, des lézardes commencent à apparaître, la plus visible étant à Budapest. Les Vingt-sept se sont engagés à réduire leur dépendance au gaz russe de même que leur consommation, mais la Hongrie de Viktor Orban a annoncé cette semaine avoir conclu avec Gazprom un nouveau contrat portant sur la livraison quotidienne de 5,8 million de m3 de gaz naturel." La suite sur lalibre.be (article payant)

Basket - La France enchaîne péniblement face à la Hongrie lors de l'Euro

"L'équipe de France s'est imposée (78-74) dans la douleur face à la Hongrie, dimanche. Un deuxième succès des Bleus dans cet Euro, au lendemain de la victoire face à la Lituanie, qui leur assure une place en huitièmes de finale.

L'équipe de France s'est sortie sans dommage du dimanche des surprises, qui a mis au tapis la Slovénie, l'Espagne et la Turquie. À Cologne, les Bleus ont signé face à la Hongrie leur deuxième victoire de l'Euro (78-74), synonyme de qualifications pour les huitièmes de finale, sans se montrer très rassurants cependant." La suite sur lequipe.fr

dimanche 4 septembre 2022

Funérailles de Gorbatchev: Viktor Orban à Moscou ce samedi pour "rendre hommage" à l'ex dirigeant de l'URSS

"Le Premier ministre hongrois va faire ses adieux au dernier dirigeant de l'empire soviétique mort mardi, alors que Vladimir Poutine a annoncé de son côté ne pas assister à la cérémonie.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui fait cavalier seul en Europe en renforcant ses échanges gaziers avec la Russie, se rend à Moscou ce samedi matin pour les funérailles de Mikhaïl Gorbatchev, a indiqué le secrétaire d'État à la communication internationale Zoltan Kovacs.

Il va "rendre hommage au défunt Mikhaïl Gorbatchev", accompagné d'une délégation hongroise, a-t-il écrit sur Twitter, au lendemain de l'annonce par le géant russe Gazprom du maintient à l'arrêt du gazoduc Nord Stream, vital pour l'Europe." La suite sur bfmtv.com

Manifestation en soutien des enseignants à Budapest

"Une foule de plusieurs milliers de personnes s’est rassemblée dans le centre-ville de Budapest, vendredi en fin d’après-midi, pour soutenir les revendications des enseignants.

Les salaires misérables des enseignants, les programmes scolaires rétrogrades, le manque d’autonomie des établissements, les plafonds des bâtiments qui tombent. C’est contre tout cela qu’ont protesté plusieurs milliers de personnes, vendredi dans la capitale hongroise." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

France – Hongrie : à quelle heure et sur quelle chaîne voir le match de l’EuroBasket en direct ?

"Dimanche soir, la France rencontre la Hongrie pour la troisième journée de la Coupe d’Europe de basket. Suivez ici à quelle heure et sur quelle chaîne voir le match France – Hongrie de l’EuroBasket en direct !

L’équipe de France a débuté l’EuroBasket par une défaite contre l’Allemagne (63-76). Puis, les Bleus ont affronté la Lituanie samedi après-midi. Les bleus ont su se reprendre et gagner ce second match. Désormais, il ne reste plus que trois matchs aux Français pour se qualifier pour les huitièmes de finale. Leur adversaire du jour, la Hongrie, a elle aussi perdu son premier match face à la Bosnie-Herzégovine (95-85). Le classement du Groupe B a évolué mais seuls les premiers pourront prétendre à la suite de la compétition. Suivez ici à quelle heure et sur quelle chaîne voir le match France – Hongrie de l’EuroBasket en direct !" La suite sur ouest-france.fr

samedi 3 septembre 2022

Viktor Orbán, seul dirigeant étranger aux funérailles de Gorbatchev

"Viktor Orbán s'est rendu à Moscou samedi pour assister aux funérailles de l'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Prochaine rencontre des Mardis hongrois de Paris le 13 septembre 2022 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

 

Prochaine rencontre

le mardi 13 septembre 2022
à partir de 20 h 

à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris
Métro Saint-Michel
 
Kedves Mardis hongrois-látogatók,

A legközelebbi összejövetel
2022 szeptember 13.
este 8-kor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
Métro Saint-Michel
 

Viktor Orban à Moscou pour «rendre hommage» à Gorbatchev

"Aucune rencontre n'est toutefois prévue avec Vladimir Poutine, indique le Kremlin.

Le premier ministre hongrois Viktor Orban, qui fait cavalier seul en Europe en renforçant ses échanges gaziers avec la Russie, se rend à Moscou samedi matin pour les funérailles du dernier dirigeant de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev , a indiqué le secrétaire d'État à la communication internationale.

Il va «rendre hommage au défunt Mikhaïl Gorbatchev», accompagné d'une délégation hongroise, a-t-il indiqué sur Twitter, au lendemain de l'annonce par le géant russe Gazprom du maintien à l'arrêt du gazoduc Nord Stream, vital pour l'Europe." La suite sur lefigaro.fr