samedi 1 octobre 2016

Hongrie «Avec les migrants, nous sommes menacés par les maladies»

"A Csepel, banlieue de Budapest, le Fidesz au pouvoir fait du chantage pour le «non» au référendum sur les réfugiés. Et jouit de la propagande de médias à sa botte.
Pour aller à Csepel «la rouge», berceau des aciéries Lénine et de la République des conseils (une révolution communiste ayant eu lieu en 1919), aujourd’hui calme banlieue populaire de Budapest, il faut prendre un petit train qui cahote à côté du Danube. Le long des voies, des rues, dans les wagons, les mêmes panneaux : «Ne mettons pas en péril l’avenir de la Hongrie. Votons NON le 2 octobre.» A la maison de la culture, dans un quartier verdoyant encadré de hautes barres d’immeubles, se tient le meeting de campagne du Fidesz (Alliance des jeunes démocrates), la droite nationaliste populiste du Premier ministre, Viktor Orbán. Ce dimanche, elle appelle les électeurs à voter contre la relocalisation par Bruxelles de demandeurs d’asile en Hongrie. Mais la droite ne parle que de «migrants illégaux», jamais de réfugiés." La suite sur liberation.fr 

Hongrie : le plébiscite de la peur

"Lors du référendum organisé dimanche par Viktor Orbán, la population pourrait s’opposer à 90 % à la politique d’accueil européenne.
Ce dimanche, plus de 8 millions de Hongrois sont appelés à plébisciter la politique de rejet des réfugiés du Premier ministre, Viktor Orbán. Le référendum fait référence au plan de «relocalisation» de 160 000 demandeurs d’asile entre les 28 Etats membres de l’Union européenne, qui se met laborieusement en place depuis un an." La suite sur liberation.fr

Un référendum en Hongrie pour dire non aux réfugiés

"Près de 8,3 millions d'électeurs hongrois sont appelés aux urnes, dimanche, pour un référendum sur le plan de relocalisation des réfugiés adopté par l'Union européenne. Un scrutin que le «non» risque d'emporter largement et dont le seul enjeu est lié au taux de participation.
Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, compte sur un plébiscite pour justifier et légitimer auprès de l'Union européenne (UE) sa politique de rejet des réfugiés. C'est pourquoi il a déployé de grands moyens techniques pour inciter ses compatriotes à se rendre aux urnes et voter massivement pour son opposition à accueillir des réfugiés en Hongrie." La suite sur huffingtonpost.ca

«Une colonisation de la démocratie directe»

"Le 2 octobre, les Hongrois pourront voter sur une proposition de leur gouvernement concernant la répartition des réfugiés en Europe. Mais les droits populaires en Hongrie ne sont actuellement plus que l’ombre d’eux-mêmes.
Sur la voie rapide menant de l’aéroport de Budapest au centre-ville, on voit, à côté des affiches commerciales classiques, des affiches bleues en format mondial sur lesquelles on peut lire: «Le saviez-vous? Au cours de sa vie, un Hongrois moyen voit plus d’extra-terrestres que de réfugiés» ou encore «Le saviez-vous? Vous serez à nouveau pris pour des imbéciles». " La suite sur swissinfo.ch

Hongrie - Le mur

"Il y a un an, la Hongrie achevait la construction d’une clôture longue de 175 kilomètres à sa frontière avec la Serbie pour endiguer l’afflux de migrants. Viktor Orban vient d’annoncer l’édification d’une seconde clôture « plus efficace » et le recrutement de 3 000 policiers spécialement entraînés." A écouter sur franceculture.fr

vendredi 30 septembre 2016

En Hongrie, le référendum qui attise la peur des migrants

"Les Hongrois se prononcent dimanche 2 octobre par référendum sur les quotas de répartition des réfugiés entre les pays de l’UE. À la frontière serbe, par où sont passées des centaines de milliers de réfugiés en 2015, les habitants de Röszke s’apprêtent à voter majoritairement non.
Dans l’église de Röszke, en cette fin de messe dominicale, le P. Tamas Liszkai énumère les prochains rendez-vous paroissiaux, tandis qu’une trentaine de fidèles se faufilent vers la sortie. Eva Paplogo, dans la file, berce son petit-fils de quelques mois. Cette femme de ménage de 52 ans s’apprête à voter non à la question du référendum du 2 octobre. « On ne veut pas que les migrants reviennent, justifie-t-elle. L’an passé, on a vécu dans la peur, ils nous réveillaient la nuit, piétinaient nos champs. Et ils ont laissé des tas de détritus derrière eux. »" La suite sur la-croix.com

Hongrie : la corruption sur le dos de l’UE

"Le gouvernement hongrois fonde sa popularité à coup de critiques de l’Union européenne, mais il compte également parmi les dirigeants qui savent tirer au mieux profit des fonds d'investissement européens. Ces financements profitent directement au Premier ministre Viktor Orban, qui fait construire un rail de chemin de fer qui passe devant sa ville natale, financé en grande partie par l’UE. Selon l'Olaf, l'Office européen de lutte anti-fraude, la Hongrie compte parmi les trois pays européens où les fonds détournés sont les plus importants." Vidéo sur info.arte.tv

La stratégie du référendum hongrois, plus tactique que populiste

"Et si, en dépit de la brutalité de la méthode, le référendum organisé par le Premier ministre hongrois sur les réfugiés témoignait non pas d'un désir de rupture vis-à-vis de l'Union européenne, mais au contraire une volonté de s'y intégrer davantage ? D'abord, on constate un souci évident de distinguer les procédures et de respecter les formes. Le référendum de dimanche ne porte pas sur la décision du 22 septembre prise par les 28 ministres de l'Intérieur à la majorité qualifiée de répartir par quotas les réfugiés affluant sur les côtes méditerranéennes. " La suite sur lesechos.fr

Produits hongrois à Paris ou ailleurs en 2016

Source : La Hongrie gourmande
Il était temps de remettre à jour cette rubrique qui est l'une des plus consultée du présent blog. Notre article datait de 2012 et certaines boutiques ont fermé d'autres ont ouvert ou ont été découvertes par nos reporters. Voici le point à ce jour qui reste bien sûr à compléter.

- Prestige russe, 16 rue Lecourbe 75015 Paris Métro : Sèvres-Lecourbe (6) ou Pasteur (6, 12)
01 56 58 28 41
Une Russie en plein coeur de Paris, mais aussi beaucoup de produits hongrois.
Cette boutique vend entre autres selon les périodes : du Tokaji 3 et 5 puttonyos, de l'Unicum, du barack pálinka vers Noël, de l'Egri Bikavér (sang de taureau de Eger), du Riesling hongrois, Zánkai Cabernet Sauvignon, Szekszárdi Cabernet Sauvignon – Chateau Kajnád,  Koch premium cabernet sauvignon rosé, trois sortes de salamis, du kolbász, du lecsó (letscho à la hongroise ou ratatouille), du tarhonya, des beiglis au pavot et aux noix, etc...
http://www.prestigerusse.com/

Et aussi une ancienne institution du côté de Strasbourg
- Csoka - La Hongrie gourmande  propose toujours sur internet une gamme de produits hongrois très variée http://www.hongrie-gourmande.com

- le Tastemonde, 8 rue de Surène 75008 Paris Tel : 01 42 66 19 89 (Madeleine), proposent un excellent Gere Attila , Kékoporto de Villanyi.
Adresse e-mail : info@letastemonde.com
www.letastemonde.com/

L'occasion de rappeler aussi quelques adresses pour trouver des produits hongrois :

Globus France
avec ses boutiques à Paris
Globus Star 76 r Château d'Eau 75010 PARIS 01 48 24 20 82 - ne vendent que du salami

Globus Star 50 r Simplon 75018 PARIS tél 01 42 55 23 20 - ne vendent que du salami

Globus Star 14 av Claude Vellefaux 75010 PARIS tél 01 42 38 30 06 - ne vendent que du salami

Izrael - Épicerie du monde 30 r François Miron 75004 PARIS 01 42 72 66 23 - salamis, Tokaji, tarhonya, etc.

On peut trouver aussi du :
- Körözöt : fromage au paprika
- Goulasch hongrois ou polonais
- Cornichons au tonneau
Chez Sacha Finkelsztajn, 27, rue des Rosiers tél. 01 42 72 78 91
http://finkelsztajn.com/

Enfin on peut acheter aussi via internet toute une gamme très riche de produits hongrois aux Saveurs de Hongrie : http://www.saveurs-de-hongrie.com/

L'Association Culture Hongroise 
cuisinehongroise.free.fr/ 
Traiteur qui pourra vous préparer des mets hongrois variés et des pâtisseries sublimes.
L'équipe (hongrois pur cru et français amoureux de la Hongrie) participe activement à l'Association Culture Hongroise, dont l'un des nombreux objectifs vise la promotion de la culture hongroise.
Tél. : 06 64 27 51 68


Une dernière précision : beaucoup de ces boutiques vendent du pavot indispensable pour la fabrication des Beiglis au pavot (roulé au pavot). Attention !! Une autre précision concernant le pavot : il faudra disposer d'un moulin à pavot (ou d'un ustensile s'y apparentant) pour préparer vos beiglis. En effet, le pavot vendu dans le commerce ne peut être consommé tel quel pour les pâtisseries, il devra avoir été mouliné au préalable afin de livrer toute sa saveur.
 
Kürtőskalács -
ALMA THE CHIMNEY CAKE FACTORY!
59 boulevard Beaumarchais Paris 3ème métro Chemin Vert (ouverture prévue : première quinzaine d'octobre 2016 )

Hongrie : Un chasseur tue le chien d'un couple français et jette son corps dans le Danube ?

"Le cadavre d'un chien de berger appartenant à un couple de Français, abattu par un chasseur hongrois, a été retrouvé dans le fleuve du Danube.
Le 1er septembre dernier, un couple de touristes français était de passage en Hongrie dans le cadre de leur voyage en vélo à travers l'Europe. Leur chien Mamadou âgé de 2 ans suivait ses maîtres dans sa remorque à vélo sur la fameuse piste cyclable européenne l'Eurovélo6 (connue pour traverser l'Europe de Nantes à la Mer Noire).
Florence et son compagnon Adrien avaient décidé d'emmener avec eux leur chien de berger croisé Border Collie et Beauceron pour ce périple qui devait traverser la Croatie, la Serbie, le Monténégro puis prendre le bateau pour l’Italie, la Sardaigne et la Corse pour enfin rentrer par le Sud de la France.
Malheureusement, cette aventure a pris une tournure dramatique lors de leur passage en Hongrie à 70 km au Sud de Budapest. Après avoir déjà parcouru 2000 kilomètres, le matin du 1er septembre à 8h, le chien Mamadou est abattu par un coup de fusil d'un chasseur "à 280 mètres de notre tente" nous rapporte la propriétaire du chien." La suite sur chien.fr

La Hongrie manque de main-d’œuvre mais refuse de recourir à l’immigration

"En montrant les femmes en blouse blanche qui assemblent, huit heures par jour, des circuits imprimés destinés à être expédiés dans toute l’Europe, le cadre de l’usine Videoton, à Székesfehérvár, à une heure au sud de Budapest, est laudateur. « Elles sont les seules à pouvoir faire ces tâches répétitives, les hommes ne tiennent pas le coup. » Mais il a actuellement un gros problème :
« C’est typiquement le type de main-d’œuvre qui préfère partir faire le ménage en Autriche ou en Allemagne pour gagner plus. » Chez Videoton, on verse le smic hongrois : à peine 110 000 forints par mois (356 euros). A moins de 200 kilomètres, l’Autriche recrute n’importe quel serveur pour au moins trois fois plus. Résultat : Videoton cherche actuellement plus de 200 employés. « Et le chômage aux alentours est quasiment de 0 % »" La suite sur lemonde.fr (version payante)

Référendum. Quand le médecin de l’année en Hongrie est un… immigré

"La Hongrie vote dimanche par référendum sur la question des quotas de migrants à accueillir par pays de l'Union européenne. Selon les sondages, les électeurs hongrois vont voter massivement contre le plan européen de répartition. Pour autant, le prix du médecin de l’année a tout de même été attribué à un ancien immigré, venu du Yémen.
En mars, plus de 12 000 votes de patients ont permis à Abdulrahman Abdulrab Mohamed d’être sacré médecin de l’année en Hongrie après un vote sur internet. Ce prix est décerné chaque année par l'Ordre des médecins et l'association des hôpitaux hongrois. Cette année, il symbolise une intégration totalement réussie." La suite sur ouest-france.fr

Hongrie : pourquoi refuse-t-elle les migrants ?

"Un référendum est prévu en Hongrie dimanche 2 octobre pour dire oui ou non à l'entrée des migrants dans le pays.
Dans ce pays, l'un des premiers à avoir érigé un mur pour fermer les frontières, l'issue de la consultation de fait pas de doute.
Dans les rues de Budapest, les affiches placardées par le gouvernement appelant à voter non au référendum de dimanche 2 octobre sur l'accueil des migrants sont omniprésentes. La Hongrie ne veut pas des réfugiés et dans les rues, le rejet des étrangers s'exprime souvent sans tabou. "On est un petit pays, on ne peut pas accueillir tous ces gens", dit une femme.
"Je déteste vivre avec des étrangers, je suis hongroise et veut le rester", explique une autre." La suite sur francetvinfo.fr

La rhétorique anti-immigrés plébiscitée en Hongrie

"Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : le premier ministre hongrois Viktor Orbán organise dimanche un référendum destiné à plébisciter sa politique anti-réfugiés.
Qu'il s'agisse de clôtures barbelées, de centres de détention ou même d'unités spéciales chargées d'expulser manu militari les indésirables, voilà un peu plus d'un an maintenant que le gouvernement conservateur du Premier ministre hongrois multiplie les dispositifs destinés à décourager les migrants de transiter par son pays. Et non content d’avoir tari le flux de réfugiés, Viktor Orbán a décidé d'enfoncer un peu plus encore le clou en organisant, ce week-end, un référendum destiné à valider, dans les urnes cette fois-ci, le refus de Budapest de se plier au plan de répartition de migrants au sein de l'Union Européenne." La suite sur franceculture.fr

jeudi 29 septembre 2016

Traduire, dit-elle. Adam Bodor tout en fluidité

"LE MONDE DES LIVRES 
Par
Les Oiseaux de Verhovina (Verhovina madarai), d’Adam Bodor, traduit du hongrois par Sophie Aude, Cambourakis, 252 p., 22 €.

Verhovina, c’est le nom du village où se déroule le roman du Hongrois Adam Bodor, un lieu pestilentiel et brumeux dont tous les oiseaux, un beau jour, sont partis. Dans la réalité, c’est une petite ville ukrainienne qui fit jadis partie de l’Empire austro-hongrois. C’est aussi le cas de ­Jablonka, un village désormais polonais qui fut hongrois au temps de l’empire, et de Monor Gledin, deux hameaux de Roumanie qui portèrent naguère les noms magyars de Monorfalva et Gledény. Dans le roman, Jablonka est le nom de la rivière qui baigne Verhovina, et Monor Gledin celui du foyer pour jeunes délinquants duquel le brigadier Korkodus extrait des « sauvageons » pour les rééduquer. On est quelque part en Europe centrale, sans être capable de savoir où." La suite sur lemonde.fr (version payante)

La Hongrie divisée sur la question des réfugiés

"Dimanche, les Hongrois sont appelés aux urnes pour un référendum controversé convoqué par Viktor Orban. Le Premier ministre, qui tient un virulent discours anti-migrants, appelle à voter contre le plan européen de répartition des réfugiés dans les États membres. Ce plan, proposé par la Commission européenne est destiné à alléger le fardeau de la Grèce et de l'Italie, principales portes d'entrée des réfugiés en Europe. Il attribuerait quelque 1 300 demandeurs d’asile à la Hongrie. Mais, Budapest n’en veut pas, estimant que cela viole sa souveraineté. Le Premier ministre qui soutient que l’immigration met en péril l’identité et la culture hongroises, a construit un mur le long de ses frontières avec la Serbie et la Croatie, et il a mis tous les moyens pour obtenir un vote massif de ses compatriotes contre les quotas de migrants, n’hésitant pas à faire l’amalgame entre immigration et terrorisme. Un message qui trouve un large écho dans le pays." Reportage en Hongrie d’Anastasia Becchio à écouter sur rfi.fr

117ème anniversaire de László Biró, inventeur du stylo à bille

Le Doodle de Google aujourd'hui rappelle l'anniversaire de László Biró l'inventeur du stylo à bille.

"Un Google Doodle, ou tout simplement Doodle (de l'anglais doodle, désignant un gribouillage et permettant une paronomase avec « Google »), est une altération particulière et temporaire du logo de Google présentée pendant une journée sur la page d'accueil du moteur de recherche de l'entreprise. Ils sont créés pour célébrer des événements particuliers tels que les fêtes nationales, les anniversaires d'illustres personnages ou d'autres événements comme les Jeux olympiques." Wikipédia

"You may not know the name Ladislao José Bíro, but you certainly know his most famous invention: the ballpoint pen.
Bíro was born in Budapest, Hungary, into a Jewish family. A journalist by trade, Bíro noticed how efficiently newspapers were printed and how quickly the ink dried – in stark contrast to his fountain pen. He worked with his brother, György Bíro, a chemist, to develop a new type of pen made up of a ball that turned in a socket. As the ball turned, it picked up ink from a cartridge and rolled to deposit it on paper, much like a newsprint roller transfers an inked image to paper.
Bíro presented the first prototype of the ballpoint pen at the Budapest International Fair in 1931, later patenting his invention in 1938. To this day, the ballpoint pen is still referred to as the “Biro” in several countries.
Today we celebrate Bíro and his relentless, forward-thinking spirit on the 117th anniversary of his birth.
Source : google.com

Qu'a inventé Ladislao José Biró et qui a changé notre vie quotidienne ?

"Né le 29 septembre 1899, l'homme a révolutionné l'écriture avec son invention.
Vous avez tous eu l'une de ses inventions (ou au moins un de ses descendants) entre les mains. Né il y a 117 ans, le 29 septembre 1899, naissait Ladislao José Biró (ou László Bíró) à Budapest. Quelques années plus tard il inventait le stylo bille. L'homme était un inventeur précoce. Adolescent, il développait une machine à laver sans moteur ou encore des systèmes de changement de vitesse par exemple." La suite sur rtl.fr

En Hongrie l'opposition est un chien à deux queues

"La campagne pour le Non aux migrants du premier ministre hongrois Viktor Orbán a donné les résultats escomptés : la haine, la xénophobie et la désinformation sont à leur apogée. Les partis d’opposition observent, tout du moins au Parlement. Mais  à l’extérieur  elle prend la forme d’un chien à 2 queues ironique et sarcastique, et elle bénéficie de plus en plus de soutien.
À Budapest l’immigration est un sérieux problème. Tellement sérieux que le gouvernement n’a pas du tout vu d’un bon œil la décision de l’Union européenne qui prévoit la répartition en Hongrie des migrants arrivés en Europe depuis un an et demi. Le gouvernement a répliqué en organisant un référendum dont il n’est pas difficile de prédire la réponse qu’il souhaite"Voulez-vous que Bruxelles prévoit l’immigration en Hongrie de personnes n’ayant pas la nationalité hongroise, ce contre la volonté du Parlement ? " Et pour clarifier encore d’avantage sa position le gouvernement de Viktor Orbán a lancé depuis quelques mois une véritable campagne médiatique de terreur, à coups de publicités et d'affiches  reportant souvent des informations exagérées voire même erronées sur l’immigration en Europe et sur les politiques migratoires de Bruxelles." La suite sur cafebabel.fr

La dérision politique en Hongrie renoue avec son passé

"Face à l’autoritarisme du gouvernement Orbán, la société hongroise ressuscite son humour politique aux confins de l’absurde, qui faisait sa force sous le régime soviétique.
Dix ans après la chasse aux Piréz, l’humour hongrois est bel et bien de retour. En 2006, une étude montrait que deux tiers des Hongrois considéraient ces gens, les Piréz, comme des pique-assiettes et refusaient par conséquent de leur accorder toute forme d’asile. Personne n’en avait pourtant jamais croisé ni en Hongrie ni ailleurs. Et pour cause, ce peuple était né de l’esprit de sociologues du centre de recherche Tárki. « Nos données montrent que nous sommes capables de faire preuve de rejet, même vis-à-vis d’une nation fictive », indiquait son étude en introduction." La suite sur mediapart.fr (version abonnés)

HONGRIE Une résolution sur le génocide arménien devant le Parlement hongrois

"Le Comité des relations étrangères du Parlement hongrois examinera une résolution sur le génocide arménien le mois prochain, rapporte le site internet Ermenihaber.am." La suite sur armenews.com

Le cirque hongrois - Festival international du cirque du Val d'Oise - 30 septembre 01 et 02 octobre 2016

"Avec une superficie de 93 000 km2 et une population de 10 millions d’habitants, la Hongrie reste encore aujourd’hui un pays où la tradition circassienne est à la fois vivante et originale. Chaque été, une vingtaine de cirques plantent leurs chapiteaux autour du lac Balaton avec des programmes particulièrement attrayants notamment sur le plan animalier. Si on ajoute le Cirque Municipal de Budapest, il y a de quoi satisfaire les amateurs les plus difficiles.
Les traditions circassiennes remontent aux joculatores (bouffons) et aux neurobata (danseurs de corde) qui, après la chute de l’Empire Romain, traversaient l’Europe de cours en foires. La corne de Lehl, trésor national conservé au musée de Jászberény montre, en sa partie inférieure, des gravures de jongleurs et d’acrobates (1).
Plus tard, les grandes foires comme celle de St Médard à Pest furent l’occasion pour les saltimbanques de se produire en plein air. Les théâtres de Buda et de Pest engageaient également des montreurs d’animaux ou des acrobates durant ces périodes de fêtes." La suite et toutes informations sur cirqueduvaldoise.fr

Hongrie: campagne explosive avant le référendum sur la relocalisation des réfugiés

"Les Hongrois sont appelés aux urnes ce dimanche 2 octobre : le gouvernement de Viktor Orbán (Fidesz - droite nationaliste et populiste) organise un référendum contre la relocalisation de réfugiés au sein de l'Union européenne.
8 millions de Hongrois sont invités à répondre à la question "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois? " La suite sur rtbf.be

mercredi 28 septembre 2016

Référendum : «le résultat compte moins que la campagne qui le précède»


La version originale de cet article a été publiée le 9 septembre 2016 dans la revue littéraire Élet és Irodalom («Vie et Littérature»). La traduction en français a été réalisée par Paul Maddens.
 
"L’institution du référendum trouve chez les démocrates, des partisans et des adversaires aussi sincères les uns que les autres. Pour la sociologue Mária Vásárhelyi, ce qui compte, c’est la façon dont ces consultations sont instrumentalisées par les pouvoirs en place. Concernant le référendum du 2 octobre prochain en Hongrie, elle estime que l’organisation du scrutin a surtout permis aux conservateurs de Viktor Orbán de monopoliser l’agenda politique comme jamais.
Dans les démocraties, le référendum est peut-être l’institution la plus vulnérable, celle qui donne la part belle à la plupart des abus. Ce n’est pas un hasard si cette institution compte au moins autant d’opposants que de partisans dans les cercles de spécialistes, y compris chez les démocrates les plus engagés.
Même dans les démocraties vivantes, le référendum peut être facilement un moyen de manipulation par l’élite populiste au pouvoir. Dans les dictatures et les systèmes autocratiques, il sert en revanche exclusivement le renforcement du pouvoir du dictateur et de la classe politique dirigeante." La suite sur hu-lala.org

Loránt Endre - A budapesti papagáj - Le perroquet de Budapest paru en langue hongroise

Az 1997-es budapesti látogatásom - több év távolléte után - felkavaró, még inkább: döntő élmény volt. Jártam-keltem a városban, felkerestem gyerekkorom legkedvesebb színhelyeit, találkoztam azzal a kevés, még életben lévő jótevőmmel, akik születésem óta ismertek. És mégis... Védtem magam a felindulástól, inkább egykedvűen, sőt csüggedten töltöttem napjaimat. Párizsba visszatérve viszont kitört belőlem az elfojtott indulat, és kibontakozott előttem az emlékezet körképe. Valamiféle belső szükség késztetett arra, hogy igen szubjektív módon tanúságot tegyek Pesten töltött huszonhat évemről, szüleimről, magamról, az 1945 előtti és utáni, súlyos konfliktusokkal terhes múlt világáról. Jelen kötet az anyanyelven átélt, de előbb franciául papírra vetett szöveg magyar változatát adja közre, az eredetihez képest bővített és immár véglegesnek tekintett kiadásban.

A kiadás évszáma: 2016
Egyéb adatok:    264 old.
Megjegyzés:    Könyvbemutató 2016. jún. 9-én 17 óra 30-kor a Francia Intézetben
Bolti ár:    2600,- Ft
Internetes ár:    2080,- Ft

Source : kijarat.hu

Il s'agit de la version hongroise du Perroquet de Budapest paru à l'origine en français chez Viviane Hamy en 2002 et réédité en 2006. La version hongroise a été remaniée et enrichie de textes inédits, traduite par Mihályi Zsuzsa, en collaboration avec l'auteur


André Lorant est né en 1930 à Budapest dans une famille de la bourgeoisie aisée. La guerre ne lui permet plus d’ignorer ses origines juives : en 1944, il porte l’étoile jaune. Après l’avènement du communisme, ce sont ses origines sociales qu’on ne lui pardonne pas. En 1956 il est déclaré "ennemi de la classe ouvrière". Il choisit alors l’exil, s’installe en France... et devient l’un des spécialistes de Balzac.
En 1997, il décide de retourner en Hongrie. Mais chaque étape du pèlerinage, la nécessaire distance se mue en indifférence. C’est seulement de retour à Paris, chez lui, que l’émotion jaillit et engendre Le Perroquet de Budapest, le récit d’une enfance revisitée.
Source : viviane-hamy.fr

Le boom touristique hongrois

"Depuis 1970, le 27 septembre est célébré comme la journée mondiale du tourisme.
Le thème cette année : le tourisme pour tous, notamment pour les personnes souffrant d’un handicap.
En Hongrie, de nombreuses attractions gratuites étaient proposées dans les rues et les musées de Budapest, la capitale, haut lieu touristique du pays, comme l’explique la directrice de l’office du tourisme, Teodóra Bán. “De janvier à juillet 2016, Budapest s’en est très bien sortie en tant que destination. La fréquentation a nettement augmenté par rapport à l’an dernier du fait des tensions géopolitiques,“ explique-t-elle.

Un pays sûr

Alors que le terrorisme nuit aux destinations classiques comme la Turquie, la contribution du tourisme au PIB hongrois a atteint 10% cette année, en pleine progression. Le secteur emploie 500.000 personnes dans le pays, c’est plus de 12% des actifs. Un succès que le gouvernement met au compte de sa politique sécuritaire." La suite sur euronews.com

Ferenc Snétberger : «En tant que guitariste de jazz rom, qu’est-ce que j’avais à perdre ?»

La version originale de cet article écrit par Gabriella Szijjartó, a été publiée le 19 août 2016 dans Szabad Föld sous le titre «Snétberger Ferenc:Kincsvadászat az életem» (Ma vie est une chasse au trésor). La traduction en français a été réalisée par Paul Maddens.

"Le grand guitariste et compositeur Ferenc Snétberger mériterait d’être aussi célèbre en France qu’il l’est en Hongrie et en Allemagne. Rencontre avec ce musicien, né en 1957 à Salgótarján, lors d’un stage d’été pour enfants défavorisés, roms pour la plupart, organisé par le Snétberger Music Talent Center, sa fondation. Celle-ci a été récemment distinguée par le prix Justitia Regnorum Fundamentum.

Les chemins de la destinée ne sont pas seulement impénétrables, ils sont également sinueux. Le votre, depuis Salgótarján, en passant par Budapest et Berlin, vous a conduit à Felsőörs dans le haut pays du Balaton.
Ma route jusqu’à ce jour est vraiment longue et difficile. Une « carrière rapide » est donnée à peu de personnes, et d’ailleurs il vaut mieux travailler durement pour réussir et progresser par degrés plutôt que de tomber d’un sommet éphémère. J’ai la même origine que ces enfants roms défavorisés mais très doués en musique. J’ai peut-être seulement eu plus de chance." La suite sur hu-lala.org

Hongrie: le taux de chômage tombe à 4,9%

"Le taux de chômage en Hongrie a poursuivi sa baisse à 4,9% de la population active pour la période allant de juin à août, contre 5% durant la période précédente (mai-juillet), a annoncé mardi le Bureau central des statistiques KSH.

Il y a un an, le taux de chômage hongrois s'était établi à 6,7%.
KSH ne publie pas de chiffres mensuels du chômage, estimant qu'ils sont trop volatils. Selon la norme européenne harmonisée d'Eurostat, le taux de chômage s'est établi à 5,1% en juin (dernier mois connu). Le taux de chômage en Hongrie avait atteint un sommet au cours de la période allant de janvier à mars 2013, à 11,6%, selon la norme nationale." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie - Référendum sur les réfugiés : “La haine injectée dans nos âmes”

"Selon les sondages, les électeurs hongrois vont voter massivement contre le plan européen de répartition des réfugiés dans les pays de l’UE lors du référendum du 2 octobre. La presse magyare est très divisée, entre les “nonistes” anti-immigration et ceux qui prônent l’abstentionnisme, sachant que le résultat semble ne faire aucun doute.
Dimanche matin, la Hongrie s’est réveillée avec une explosion et deux blessés. Deux policiers en ronde le long de la ligne de tram 4-6 de Budapest, qui circule vingt-quatre heures sur vingt-quatre et convoie les fêtards du grand boulevard. Le mobile de cette attaque n’est pas encore connu, mais cet événement dramatique était redouté par les partisans du “non” aux quotas de migrants en vue du référendum organisé dans moins d’une semaine par le Premier ministre Viktor Orbán. D’après les sondages, le camp du refus réunirait près de 70 % des suffrages. Certaines plumes prolongent le courroux des “nonistes”." La suite sur courrierinternational.com

La Hongrie avant le référendum sur les réfugiés

"Le 2 octobre, les Hongrois sont appelés à se prononcer par référendum sur le projet de répartition des réfugiés entre les différents Etats membres de l'UE. Le chef du gouvernement Viktor Orbán rejette cette initiative européenne. Or sachant que les quotas européens de réfugiés ne sont plus à l'ordre du jour, certains commentateurs estiment ce référendum obsolète et vont jusqu'à se demander si le quorum sera atteint.
Annulons le référendum
Le référendum initié par le Premier ministre hongrois Orbán a perdu sa raison d'être, déclare le philosophe Gáspár Miklós Tamás sur le portail en ligne Kettős Mérce : «Juncker a annoncé lors de son discours devant le parlement européen que la Commission renonçait à soumettre une proposition portant sur une 'répartition contraignante' des réfugiés. ... Lors du sommet européen à Bratislava, Angela Merkel a elle aussi signalé qu'il n'y aurait pas de quota de réfugiés. … C'est la raison pour laquelle le référendum n'a plus de sens. ... La répartition des réfugiés entre les différents Etats européens n'a jamais été qu'une idée. Et cette idée est maintenant enterrée. ... C'est également pour cette raison qu'il est inutile de continuer à dépenser des deniers publics pour financer ce référendum. Annulons ce vote au plus vite.»" La suite sur eurotopics.net

mardi 27 septembre 2016

Amnesty International - Hongrie. Le traitement indigne réservé aux demandeurs et demandeuses d’asile est une manœuvre populiste délibérée

"Déni d’accès à l’asile et traitements dégradants
Le discours anti-réfugiés atteint son paroxysme à l’approche du référendum
Le Premier ministre Viktor Orbán lance un dangereux défi à l’UE
[27/09/2016]
Des milliers de demandeurs et demandeuses d’asile - parmi lesquels des mineurs non accompagnés - sont victimes de violences, de renvois forcés illégaux (push-backs) et de placements illégaux en détention aux mains des autorités hongroises, dans le cadre d’un système clairement conçu pour être dissuasif, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport.
Ce document, intitulé Stranded hope: Hungary’s sustained attack on the rights of refugees and migrants, publié alors que se déroule une campagne toxique en relation avec un référendum sur les quotas de réfugiés, indique que des centaines de demandeurs et demandeuses d’asile attendent pendant des mois dans des conditions dégradantes. Beaucoup de ceux qui parviennent à entrer sur le territoire hongrois sont renvoyés en Serbie ou sont placés illégalement dans des centres de détention." La suite sur amnesty.fr

Célébration du 60e anniversaire de la révolution de 1956 Fête nationale 23 octobre 2016 à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44


Dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la Révolution de 1956, un discours solennel sera prononcé par l’historien Miklós Horváth. Les artistes de l'Opéra national de Budapest proposeront également un intermède musical.
Ce programme a été réalisé grâce au soutien du Comité commémoratif du 60e anniversaire de la révolution de 1956.
Programme en langue hongroise | Tenue correcte exigée
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Réservation recommandée : accueil@instituthongrois.fr
Événements et commémorations hors les murs :
Le dimanche 16 octobre à 18h : commémoration, ravivage de la flamme et dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu. Organisé par le Comité du souvenir franco-hongrois de la révolution hongroise de 1956 (Arc de Triomphe, Place Charles de Gaulle, 75008 Paris)
Le dimanche 23 octobre à 11h : messe solennelle suivie d’une commémoration et d’un dépôt de gerbe à la plaque commémorative de József Mindszenty, à la Mission Catholique hongroise (42 rue Albert Thomas, 75010 Paris)
Le vendredi 4 novembre à 11h : commémoration et dépôt de gerbe au monument commémoratif d’Imre Nagy au Cimetière du Père-Lachaise (Cimetière du Père-Lachaise , 44e division, 75020 Paris)

Mercredi des bouquins - Littérature 12 octobre 2016 à 19h - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Lors de la première soirée du rendez-vous littéraire de l’Institut hongrois, deux œuvres sont présentées : un recueil de poèmes et une œuvre d’histoire.
András Petőcz : Naissance du visage étranger, Éditions du Cygne, 2016 « Titulaire du prix Sándor Márai et d’autres distinctions littéraires, voyageur de l’Europe aux USA au fil de résidences d’écriture renommées, András Petőcz n’en brasse pas moins une mélancolie discrète. »
En présence de l’auteur Marie-Madeleine de Cevins : Mathias Corvin. Un roi pour l’Europe centrale (1458-1490), Les Indes savantes, 2016 « De Christophe Colomb à Nicolas Machiavel, le milieu du XVe siècle a vu naître des personnalités qui ont hâté l'avènement de la modernité par leurs idées, leurs projets ou leurs actes. Mathias (Ier) Corvin, né en 1443, roi de Hongrie (1458-1490) et de Bohême (à partir de 1469), est de ceux-là. Il a marqué l'Europe centrale de son sceau […] »
Intervenants :
Marie-Madeleine de Cevins (professeur d'histoire du Moyen Âge à l'Université Rennes 2)
Dénes Harai (historien, Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine)

Abdeslam aurait recruté les terroristes du Bataclan lors de son voyage en Hongrie

"Omar Ismail Mostefai, Samy Amimour et Mohamed Foued Aggad se seraient mélangés aux migrants pour effectuer le voyage entre la Syrie et la Hongrie.
Le voile se lève sur les allers-retours mystérieux de Salah Abdeslam en Hongrie quelques mois avant les attentats de Paris. En décembre dernier, l’information circulait comme quoi le suspect-clé aurait recruté des migrants pour commettre des attentats.
Selon le média hongrois Magyar Idok , il serait en fait aller chercher les trois terroristes qui ont fait 85 morts au Bataclan le soir du 13 novembre 2015." La suite sur lesoir.be

Des milliards pour réhabiliter le balcon de Budapest

"Le gouvernement hongrois va augmenter son soutien au programme de réhabilitation de Normafa, vaste parc arboré situé sur les hauteurs du 12e arrondissement de Budapest. L’enveloppe allouée par l’État pourrait dépasser les 5 milliards de forint.
Avalisé en janvier 2015 par la municipalité du 12e arrondissement de Budapest, le programme de réhabilitation de Normafa devrait entrer dans sa deuxième phase de travaux. Confronté à des difficultés de financement, le projet vient en effet de recevoir un coup de pouce décisif de l’État, qui a décidé d’augmenter significativement l’enveloppe alloué jusqu’alors – évalué à 620 millions de forint par an. Selon le bourgmestre d’arrondissement Zoltán Pokorni (Fidesz), cette aide substantielle devrait porter à plus de 5 milliards de forint la subvention globale accordée par le gouvernement." La suite sur hu-lala.org

Amnesty fustige la politique anti-migrants de Budapest

"Outre le traitement ignoble réservé aux demandeurs d'asile, l'organisation dénonce le référendum anti-migrants organisé dimanche 2 octobre par le gouvernement hongrois.
Amnesty international a déploré mardi le sort «épouvantable» réservé aux demandeurs d'asile par la Hongrie. L'ONG dénonce une «stratégie populiste délibérée» incarnée par le référendum anti-migrants organisé dimanche 2 octobre par Budapest.
Ouvertement hostile à l'accueil des réfugiés, le gouvernement conservateur du Premier ministre Viktor Orban a multiplié depuis l'été 2015 les dispositifs destinés à décourager les migrants de transiter par la Hongrie." La suite sur letemps.ch

Tout savoir sur le référendum hongrois sur les migrants

"La Hongrie de Viktor Orban s’apprête à enfoncer un clou supplémentaire dans la politique migratoire européenne défendue par la Commission de Bruxelles depuis des mois.
Dimanche 2 octobre se tiendra un référendum sur la question des quotas de relocalisation de réfugiés que l’UE souhaitait imposer aux Etats membres.
Un souhait à l’imparfait : lors de son récent discours sur l’Etat de l’Union, le président de la Commission a paru revenir sur cette obligation ouvrant la porte a davantage de flexibilité." La suite sur euronews.com

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 27 septembre 2016 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 27 septembre 2016
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel



Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel szeptember 27. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
©photos peter gabor

©photos peter gabor
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter

lundi 26 septembre 2016

Explosion à Budapest : la piste djihadiste serait à écarter

"Une vive déflagration a retenti samedi dernier vers 22h30 dans le 7e arrondissement de Budapest. L’explosion, due vraisemblablement à une bombe artisanale, a blessé deux policiers en patrouille. Pour le quotidien Népszabadság, la piste d’un attentat djihadiste est à écarter. Un parti de gauche accuse même ouvertement le gouvernement Fidesz d’être derrière cet attentat, en vue du referendum dimanche 2 octobre.
L’explosion d’une bombe placée au sous-sol d’un immeuble du Teréz körút a secoué le centre-ville de Budapest samedi dernier. Celle-ci visait visiblement les deux membres des forces de l’ordre blessés, selon les déclarations d’un porte-parole de la police dimanche soir en conférence de presse. Pour autant, les motifs de l’agression restent inconnus à ce jour. Le service de sécurité nationale a diligenté une enquête sur la vie privée des deux agents de police, afin d’examiner s’ils auraient pu être personnellement visés par cet attentat." La suite sur hu-lala.org

En Hongrie, la ségrégation scolaire des enfants roms s’aggrave

"La Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction visant Budapest.
Romona Lakatos est âgée de 8 ans. Jusqu’à l’année dernière, elle allait dans l’école de son quartier rom de Nyiregyhaza, une grande ville du nord-est de la Hongrie. « Je m’ennuyais, dit-elle en coiffant une poupée Barbie. Une fois, mon maître m’a tapée sur la tête. » Depuis la rentrée, elle est scolarisée dans un autre établissement, où tous les élèves ne sont pas de la même origine ethnique qu’elle.
Avec son frère et sa sœur, elle fait partie des rares enfants qu’une association d’aide à la minorité rom a réussi à retirer du groupe scolaire Huszar-telepi, géré par l’Eglise grecque-catholique hongroise. Installé dans des locaux d’aspect peu engageants, il ne dispose pas des mêmes installations qu’un autre établissement de la même obédience dans le centre-ville et que la belle et grande école publique. Son enseignement y semble aussi plus pauvre. Il accueille 95 % de Roms et a refusé de recevoir Le Monde." La suite sur lemonde.fr (version payante)

Quotas de réfugiés : la propagande d’Orbán pour faire peur aux Hongrois

"L’été dernier, il a fait bâtir un mur pour bloquer les réfugiés à la frontière serbe. Désormais, le Premier ministre de Hongrie supplie ses concitoyens de les rejeter par référendum et pollue le Web pour gagner son pari.

(De Budapest) Le saviez-vous  ? Dimanche 2 octobre, la Hongrie vote pour ou contre l’introduction de quotas obligatoires de réfugiés – proposée par l’Union européenne au plus fort de la crise migratoire. Quoi  ? Le projet a été enterré par Angela Merkel au récent sommet de Bratislava  ? Peu importe.
L’administration Orbán dit «  non  » et répand son refus à travers des affiches haineuses reliant immigration et terrorisme. Sur le fil Facebook du régime, un spot tartine l’amalgame et soulève le risque d’un attentat à Budapest." La suite sur rue89.nouvelobs.com

Chez Polska à L'Atelier du 7 dans le cadre des journées « Vents d'Anges » Le dimanche 2 octobre à 19h




7 rue de Montlouis 75011 Paris 06 84 19 14 88 Métro : Philippe Auguste / Bus 69

Concert d'improvisation avec le trio

Alain Brühl saxophone

András Vigh vielle à roue

Gaël Ascal contrebasse

Entrée libre - Paiement au chapeau

Référendum en Hongrie sur la relocalisation des réfugiés : Le gouvernement fait rase campagne

"A quelques jours du référendum du 2 octobre sur les quotas de réfugiés décidés par l’UE, la campagne anti-immigration du gouvernement s’amplifie et s’appuie de plus en plus sur un langage agressif, des exagérations, voire des mensonges.
Le gouvernement du premier ministre Viktor Orbàn et du parti de droite Fidesz, exhorte les citoyens à répondre "non" à la question : "Voulez-vous que l'Union européenne puisse prescrire l'installation obligatoire de citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation de l'Assemblée nationale ?"
Une nouvelle brochure, envoyé aux 4,1 millions de foyers hongrois et appelant la population à voter contre les quotas, est la dernière étape d’une campagne animée financée par les contribuables marquée par des affiches et des messages à la radio, dans la presse écrite et à la télévision." La suite sur voxeurop.eu

Pack Szigoto Premium : c'est parti pour 25 heures !

Pack Szigoto Premium : c'est parti pour 25 heures !
Clôture des ventes le 26/09 à 18h !
C'est maintenant ou jamais : http://www.szigetfestival.fr/

dimanche 25 septembre 2016

Hongrie : deux policiers blessés dans une explosion à Budapest

"Une enquête est en cours pour retrouver un jeune homme, repéré par les caméras de surveillance, qui aurait déposé un sac contenant la bombe.
La violente explosion qui a secoué tard, samedi 24 septembre, le centre de Budapest blessant deux policiers visait délibérément les forces de l’ordre, a annoncé dimanche soir la police lors d’une conférence de presse.
L’explosion s’est produite à 22 h 30 samedi dans le sous-sol d’un immeuble de bureaux situé à un carrefour fréquenté de la ville, selon un communiqué. Deux policiers, une femme de 23 ans et un homme de 26 ans, qui effectuaient une patrouille à ce moment-là ont été touchés. La policière a été grièvement blessée. Tous deux sont en soins intensifs après avoir été opérés.
Une enquête est en cours pour retrouver un jeune homme, repéré par les caméras de surveillance, qui aurait déposé un sac contenant la bombe. La police hongroise a indiqué offrir une récompense de 10 millions de forints hongrois (environ 32 600 euros) pour toute information permettant de retrouver le suspect, qui aurait entre 20 et 25 ans." La suite sur lemonde.fr

Budapest: 2 blessés dans une explosion

"Une violente explosion "d'origine inconnue" a secoué tard samedi le centre de Budapest, blessant deux policiers, a annoncé aujourd'hui la police.

L'explosion s'est produite à 22h30 (20h30 GMT) dans le sous-sol d'un immeuble de bureaux situé à un carrefour fréquenté de la ville, selon un communiqué. Deux policiers qui effectuaient une patrouille à ce moment-là ont été blessés et hospitalisés, selon le texte mis en ligne sur le site de la police, qui ne précise pas la gravité de leurs blessures. Une enquête était en cours pour déterminer la cause de l'explosion, qui n'a pas provoqué d'incendie. Selon la télévision publique, les caméras de surveillance ont repéré une personne laissant un sac sur les lieux peu avant." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie. Les affiches anti-immigration d’Orbán : un “lavage de cerveau”

Lavage de cerveau”, titre en une l’hebdo hongrois anti-Orbán HVG, dénonçant l’omniprésence des affiches anti-immigration qui ont fleuri dans le cadre de la campagne pour le référendum du 2 octobre qui porte sur le plan européen de relocalisation des réfugiés. Sur la couverture : le visage terrorisé d’un homme, lunettes 3D sur le nez, semblant visualiser l’éventualité que Bruxelles oblige Budapest à accueillir un nombre de migrants équivalent à la taille d’une ville." La suite sur courrierinternational.com

Budapest 1956 , La révolution vue par les écrivains hongrois

Pour la première fois, les lecteurs français vont découvrir les récits et poèmes consacrés par quelques-uns des plus grands écrivains hongrois à l’insurrection de 1956, cette grande « révolution antitotalitaire » (Raymond Aron) qui a marqué l’histoire et révélé au monde la résistance des consciences à la tyrannie stalinienne.

Sándor Márai, György Konrád, Ferenc Karinthy, Tibor Déry, István Örkény et tant d’autres, jusqu’aux générations plus récentes comme Krisztina Tóth ou István Kemény, nous font revivre ces quinze jours de liberté folle et de rêves brisés, dans des textes pour la plupart inédits en français. De cette épopée de tout un pays, leurs écrits nous montrent toute la complexité humaine : le lyrisme et le courage, mais aussi les douleurs, les doutes et la mémoire contrariée.

L'auteur : Guillaume Métayer
Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres classiques, Guillaume Métayer est chercheur au CNRS et traducteur littéraire du hongrois et de l’allemand. Il travaille sur la postérité des Lumières en France et en Europe centrale. Il a réuni une équipe de traducteurs pour composer cette anthologie en hommage au soulèvement hongrois de 1956 pour la liberté.

éditions du félin
276 pages
prix: 22 €
à paraître le 13 Octobre 2016
isbn: 9782866458522

Hongrie: le procès fabriqué d’un migrant syrien accusé de terrorisme

"En Hongrie, le gouvernement nationaliste et populiste de Viktor Orban appelle les Hongrois à voter dans dix jours contre l’accueil des réfugiés, que le gouvernement assimile systématiquement à des terroristes. C’est dans ce contexte que se tient le procès d’un père de famille syrien, Ahmed Hamed. L’homme est en prison depuis un an. Il est accusé de terrorisme par la justice hongroise. Des militants des droits de l’homme dénoncent un procès fabriqué. Pour Amnesty International, l’affaire est absurde.
Dans le couloir du tribunal de Szeged, au sud de la Hongrie, ils sont une vingtaine de jeunes activistes venus de Budapest. Ils attendent le procès d’Ahmed Hamed, un père de famille originaire de Syrie. « C’est important de témoigner notre solidarité. Et aussi d’essayer d’influencer la justice pour qu’elle libère Ahmed », estime un des activistes." La suite sur rfi.fr

J.O. Pour 2024, Budapest muscle sa communication

"Hasard du calendrier, rien de plus. Mais hasard plein de sous-entendus. Au moment où la maire de Rome, Virginia Raggi, a balancé aux orties la candidature italienne aux Jeux de 2024, l’équipe de Budapest 2024 enfonce encore un peu plus fort la pédale de l’accélérateur. Avec un objectif: parler à la population. La candidature hongroise a ouvert cette semaine son premier espace interactif ouvert au public (photo ci-dessus). Une vaste opération de promotion destinée à rallier les Hongrois, en premier lieu les habitants de la capitale, au projet olympique et paralympique. Sûrement pas inutile à un moment de l’histoire où la passion des Jeux peine à gagner certaines parties du monde.
Cet espace interactif a été installé le long du Danube, face au Parlement de Hongrie, sur une barge 700 m2. Tout sauf un hasard. Dans son projet, l’équipe de Budapest 2024 a fait du fleuve un axe majeur du dispositif. En cas de victoire du dossier hongrois, le Danube servirait de « ligne olympique bleue » pour transporter les athlètes et les officiels d’un site olympique à un autre." La suite sur francsjeux.com

JO 2024 : Rome se retire, une grande nouvelle pour Paris ?

"Alors que la maire de Rome refuse de se lancer dans la course pour les Jeux olympiques 2024, Paris gagne de l’avantage face à Los Angeles et Budapest.
"Non aux Jeux du béton"
La maire de la capitale italienne n’y est pas allée par quatre chemins. "Non aux Jeux du béton ! Absolument non ! Non aux cathédrales dans le désert. Nous n’hypothéquerons pas l’avenir de cette ville", a lancé Virginia Raggi lors d’une conférence de presse annonçant le retrait de Rome pour les Jeux Olympiques 2024. Avec ce désistement de la capitale de l’Italie et le retrait d’Hambourg en novembre 2015, seuls trois candidats disputent la place à savoir Paris, Los Angeles et Budapest." La suite sur linfo.re

La famille de Raoul Wallenberg à Moscou pour connaître la vérité sur sa mort

"Après avoir sauvé des milliers de juifs, il a disparu après son arrestation par les Soviétiques en 1945
La famille du diplomate suédois Raoul Wallenberg, sauveur de dizaines de milliers de juifs lors de la Seconde Guerre mondiale et disparu après son arrestation en 1945 par les Soviétiques, va rencontrer vendredi à Moscou les autorités russes pour tenter d'éclaircir les circonstances de sa mort.
"Des membres de la famille de Raoul Wallenberg seront reçus dans l'après-midi au ministère des Affaires étrangères et au FSB", les services secrets russes, a indiqué à l'AFP l'ambassade de Suède à Moscou. Deux nièces du diplomate suédois sont à Moscou depuis cette semaine pour tenter de faire avancer une affaire retentissante qui a débuté il y a plus de soixante-dix ans." La suite sur i24news.tv

Alpiq envisage la vente de la centrale à gaz combinée à Budapest

"Alpiq prévoit de céder la centrale à gaz à cycle combiné Csepel à Budapest. Cette opération interviendra dans le cadre de l'allégement du portefeuille de participations non stratégiques du groupe et lui permettra de poursuivre son désendettement, a précisé le groupe." La suite sur agefi.com

Le Premier ministre hongrois voudrait que l'UE crée une zone pour les migrants en Libye

"Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a évoqué l'éventualité que l'UE mette en place une «ville géante destinée aux réfugiés» sur les côtes libyennes, afin de traiter les demandes d'asile des réfugiés hors d'Europe.
S'exprimant devant la presse à Vienne à l'issue du Sommet des pays des Balkans européens consacré à la crise des réfugiés, Viktor Orban a déclaré que les frontières extérieures de l'Union européenne devraient être sous «contrôle total»." La suite sur rt.com

Une explosion importante à Budapest, des victimes

"Une explosion importante s'est produite dans la capitale hongroise Budapest, il y aurait des morts et des blessés. Selon la police, il s'agit d'une fuite de gaz.
Une explosion importante s'est produite sur la place Oktogon, au centre de la capitale hongroise Budapest, dans la nuit de samedi à dimanche, faisant des victimes.
L'explosion se serait produite dans un édifice de la place Oktogon, à l'intersection entre l'avenue Andrássy et le Grand boulevard." La suite sur sputniknews.com

samedi 24 septembre 2016

Football : le Hongrois Ádám Lang fait ses débuts en L1

Par Grégory Sabadel
Après avoir participé à l'Euro en France, Lang a fait ses premiers pas dans le championnat français. Ce défenseur central a été recruté par Dijon, promu en Ligue 1 en 2016. La Ligue 1 n'avait plus vu de Hongrois depuis le passage de Vladimir Koman à Monaco en 2012.
Lang jouait auparavant pour Videoton, le club de Székesfehérvár. Le natif de Veszprém a connu des débuts difficiles au Parc des Princes face au PSG qui l'a emporté 3 à 0. Mais le joueur de 23 ans aura d'autres occasions de briller.

vendredi 23 septembre 2016

A la frontière serbe, Frontex s’embourbe dans la galère hongroise

"Des gardes-frontières européens ont été envoyés en renfort en Hongrie. Une présence qui interroge alors que les récits de violences se multiplient.
La police hongroise n’est pas seule. Sous le soleil pesant de septembre, à la frontière serbe, trois gardes-frontières autrichiens longent la barrière anti-migrants qui s’étire sur 175 kilomètres. Ces trois officiers arborent l’écusson de l’agence européenne pour la gestion des frontières extérieures. La mission de Frontex en Hongrie, appelée «Flexible», est dotée de 51 officiers chargés de participer, aux côtés de la police des frontières locale, à des patrouilles et des contrôles. Flexible s’intègre dans une mission plus large, dans les Balkans de l’Ouest, qui mobilise 51 officiers issus de 16 Etats membres - dont la France et l’Allemagne." La suite sur liberation.fr

samedi 17 septembre 2016

Wizz Air va augmenter ses fréquences sur Nice-Budapest

"La compagnie low cost Wizz Air proposera l'été prochain une croissance de capacités de 65 000 sièges au départ de l'aéroport de Budapest. Au total, le transporteur va ouvrir une dizaine de nouvelles dessertes.
La low cost augmentera ses fréquences ses capacités vers Liverpool et Nice, en proposant trois vols hebdomadaires sur la période estivale vers les deux destinations." La suite sur air-cosmos.com

Orban, méchant mais stratège

"Les conséquences du « Brexit » sont très loin d'être tirées et il y a fort à parier que le sommet (informel) qui réunit aujourd'hui, à Bratislava, capitale de la Slovaquie, l'ensemble des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne sauf le Royaume-Uni, aura bien assez à faire pour tenter de redonner un second souffle à l'Europe. Tout montre donc que la proposition du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, d'exclure la Hongrie du populiste Viktor Orban n'a aucune chance d'être inscrite au chapitre des priorités. Tout au plus animera-t-elle peut-être quelques pauses-café…" La suite sur lamontagne.fr

Propos d’Asselborn : « L’incident est clos » pour Bettel

"Le Premier ministre, qui dit «comprendre le fond de la pensée» de son diplomate en chef sur la Hongrie, mais dénonce les mots choisis, a tenu, jeudi, à calmer les esprits.

La réunion du Conseil de gouvernement, avancée à jeudi en raison du sommet européen informel qui se tient ce vendredi à Bratislava, était forcément marquée par les remous provoqués cette semaine par le Luxembourg sur le parquet diplomatique.
Alors qu’il est apparu à travers leurs sorties successives sur le conflit au Proche-Orient et sur la situation politique en Hongrie que les deux ténors du gouvernement n’étaient pas forcément sur la même longueur d’onde, le Premier ministre et son ministre des Affaires étrangères se sont efforcés de dissiper jeudi tous les doutes qui ont vu le jour. À commencer par Jean Asselborn, dans l’œil du cyclone depuis plusieurs jours, en raison de ses mots très durs envers la Hongrie, pays qui à ses yeux n’a actuellement pas sa place dans l’Union européenne." La suite sur lequotidien.lu

UE après Brexit: renaissance ou début de la fin?

"Brexit, crise migratoire et financière, querelles intestines, dont notamment une tentative d’exclure la Hongrie de l’union, voilà quelques problèmes qui préoccupent les dirigeants européens lors du sommet tenu à Bratislava… et accessoirement mettent en question l’avenir de l’UE lui-même.
Les dirigeants des pays de l'Union européenne, ébranlés par le Brexit, se sont retrouvés vendredi à Bratislava sans le Royaume-Uni, pour une « discussion honnête » sur l'avenir de l'Europe, lors d'un sommet dominé par la sécurité et la défense. Discussion à laquelle la première ministre britannique, Theresa May, n'est même pas invitée." La suite sur sputniknews.com

Hongrie. Les affiches anti-immigration d’Orbán : un “lavage de cerveau”

Lavage de cerveau”, titre en une l’hebdo hongrois anti-Orbán HVG, dénonçant l’omniprésence des affiches anti-immigration qui ont fleuri dans le cadre de la campagne pour le référendum du 2 octobre qui porte sur le plan européen de relocalisation des réfugiés. Sur la couverture : le visage terrorisé d’un homme, lunettes 3D sur le nez, semblant visualiser l’éventualité que Bruxelles oblige Budapest à accueillir un nombre de migrants équivalent à la taille d’une ville." La suite sur courrierinternational.com

S&P ramène la note de la Hongrie en catégorie investissement


"L'agence de notation Standard and Poor's a ramené vendredi la note souveraine de la Hongrie en catégorie investissement, la faisant passer de "BB+" à "BBB-" en saluant une amélioration des perspectives budgétaires et de la croissance économique.
S&P imite ainsi Fitch, qui avait été en mai la première des trois grandes agences a faire sortir la note du pays de la catégorie spéculative ("junk")." La suite sur zonebourse.com

vendredi 16 septembre 2016

Les intentions de Viktor Orbán au sommet de Bratislava

"Lors de l’ouverture de la session parlementaire d’automne, lundi 12 septembre, le Premier ministre hongrois a défini les positions que la Hongrie souhaite défendre lors du sommet européen qui se tient ce vendredi à Bratislava : «retourner au concept d’Europe des nations».
Viktor Orbán l’a réaffirmé lundi devant les députés hongrois : la Hongrie n’a pas l’intention de quitter l’Union européenne, mais de la transformer : «Nous ne voulons pas la quitter, mais nous voulons remédier et améliorer ce que nous avons et ce qui est important pour nous»." La suite sur hu-lala.org

Quand Nicolas Sarkozy visita la Hongrie en 1994…

"Dans sa longue série sur les personnalités ayant la chance de posséder des origines hongroises, le site internet pro-gouvernemental Hungary Today précise des éléments de biographie du candidat à un second mandat à la présidence de la République française, Nicolas Sárközy de Nagy-Bócsa.
Nicolas Sarkozy est issu d’une famille appartenant à la petite noblesse hongroise. Un rang auquel la famille a accédé grâce à un ancêtre paternel le 10 Septembre 1628 pour son rôle dans la lutte contre les armées de l’Empire ottoman. Au 18ème siècle, la famille possédait 285 hectares de terres ainsi qu’un petit château dans le village de Alattyán, proche de Szolnok." La suite sur hu-lala.org

Air Algérie inaugure la ligne Alger-Budapest

"ALGER - La compagnie nationale Air Algérie a effectué jeudi son premier vol commercial régulier entre Alger et Budapest (Hongrie), devenant ainsi la première compagnie aérienne au niveau du Maghreb à desservir la Hongrie sans escale.
L’appareil d’Air Algérie s’est posé en fin de matinée à l’aéroport international de Budapest, Ferenc Liszt, après deux heures et demie de vol avec une centaine de passagers à bord.
Cette nouvelle liaison est effectuée à raison de deux fréquences par semaine en Boeing 737-800 pouvant accueillir 16 passagers en classe Affaires et 132 passagers en classe économique, a expliqué à la presse un responsable du service commercial d'Air Algérie, Zoheir Haouaoui, à bord de l'avion." La suite sur aps.dz

Hongrie : Asselborn en remet une couche

"Même s’il estime que ses propos pour réclamer la sortie de Budapest de l’UE ont été «grossiers», le ministre des Affaires étrangères reste droit dans ses bottes. Il maintient sa position et a livré mercredi le fond de sa pensée.
Jean Asselborn ne sera pas resté muet longtemps. Devant faire face à un véritable tollé à la suite de son appel visant à exclure la Hongrie de Viktor Orban de la famille européenne, le ministre des Affaires étrangères a accepté de revenir dans les colonnes du Quotidien sur ses propos. «Je ne m’attendais pas à des applaudissements», a confié Jean Asselborn. Au Luxembourg, le soutien de son parti et de la coalition reste de mise. Du moins officiellement." La suite sur lequotidien.lu

jeudi 15 septembre 2016

Vera Molnar à la Galerie Berthet-Aittouarès - Exposition du 22 septembre au 29 octobre 2016

Michèle et Odile Aittouarès vous invitent au 14 rue de Seine

 
VERA MOLNAR
 
1% de désordre, ou la vulnérabilité de l'angle droit 

 
Vernissage jeudi 22 septembre à 18h
Exposition 22 septembre - 29 octobre 2016

CATALOGUE PRÉFACÉ PAR SERGE LEMOINE
 
 
Galerie Berthet-Aittouarès
14 & 29 rue de Seine - Paris
 

La Hongrie veut choisir son immigration

"En proie à une crise démographique, la Hongrie doit faire appel à de la main d'oeuvre étrangère pour compenser l'expatriation de ses travailleurs, a estimé jeudi son ministre de l'Economie, alors que Budapest défend une ligne résolument hostile aux migrants.
"Dans les secteurs qui connaissent une pénurie, je suis convaincu que nous devrions trouver une solution temporaire en faisant appel à de la main d'oeuvre de l'Union européenne ou de pays tiers", a déclaré ce ministre, Mihaly Varga, à l'hebdomadaire Heti Valasz. Dotée notamment d'un industrie automobile florissante, la Hongrie ne parvient pas à pourvoir plus de 50.000 postes, principalement de techniciens qualifiés, dans la mécanique et l'électronique de précision." La suite sur lefigaro.fr

Hongrie: un référendum ou une démonstration de force du pouvoir?

"À deux ans des élections législatives et à un an de la présidentielle, le pouvoir en place en Hongrie organise, le 2 octobre 2016, un référendum controversé, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, sur la question de l’immigration.
Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban (Fidesz, droite) ne lésine ni sur les formules à l’emporte-pièce, ni sur les moyens. À grand renfort de panneaux d’affichage aux slogans directs, courts et percutants, d’émissions de télévision où il monopolise le temps de parole, d’amalgames délétères entre migration et terrorisme, il entend faire gagner le «non» au référendum qu’il organise dans son pays, le 2 octobre 2016." La suite sur regard-est.com
 

13ème anniversaire des Mardis hongrois de Paris - Les images