dimanche 21 juillet 2019

Attila Balazs et Dusan Lajovic en finale à Umag

"Le Hongrois Attila Balazs (207e) et le Serbe Dusan Lajovic (36e) ont respectivement écarté Laslo Djere (6-2, 6-4) et Salvatore Caruso (7-5, 0-0) (abandon) lors des demies-finales du tournoi ATP de Umag en Croatie. Ils rejoignent la finale et s'affronteront pour la première fois de leur carrière." La suite sur figaro.fr

En Hongrie, la chasse aux secrets d'un trésor antique

"Trésor antique cherche son propriétaire: la découverte de milliers de pièces d'or et d'argent dans la cave d'une maison d'un ancien ghetto juif en Hongrie pose depuis des mois une énigme aux historiens.
La scène est digne d'un roman. Elle se passe en février dernier dans une cave de Keszthely, une petite ville des bords du lac Balaton (sud-ouest): "Nous avons lentement déterré cinq jarres en verre scellées avec soin et l'une d'elles a révélé une vision incroyable, comme dans un conte : des milliers de pièces", racontent les habitants de la maison au trésor." La suite sur sciencesetavenir.fr

samedi 20 juillet 2019

La philosophe hongroise Ágnes Heller est décédée

"Ágnes Heller est décédée hier à l’âge de 90 ans. La philosophe hongroise a participé au rayonnement intellectuel de la Hongrie comme disciple de György Lukács, et s’est illustrée ces dernières années comme une des plus farouches opposantes au premier ministre national-conservateur Viktor Orbán.Une des grandes figures de la vie politique et intellectuelle hongroise s’en est allée. Ágnes Heller est décédée hier en début de soirée à Balatonalmádi, une station balnéaire au bord du lac Balaton, à l’âge de 90 ans. La nouvelle a été rapportée par un communiqué de l’Académie hongroise des sciences, propriétaire du centre de vacances où la philosophe a passé ces derniers jours. Selon le site d’information 444.hu, Mme Heller est morte au cours d’une baignade dans le lac en fin d’après-midi." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 23 juillet 2019 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 23 juillet 2019
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel
Crédit Photo : Erwan Le Touze
Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel július 23. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
Les Mardis hongrois de Paris sur Hulala
Crédit Photo : Erwan Le Touze

Crédit Photo : Erwan Le Touze
 


Crédit Photo : Erwan Le Touze

Le Hongrois Gergely Siklosi sacré champion du monde à l'épée

"Le Hongrois Gergely Siklosi est devenu champion du monde à l'épée, vendredi à Budapest, en battant en finale le Russe Sergey Bida 15 touches à 14, offrant à son pays le premier titre à domicile, pour le 2e jour de finales. Siklosi, 45e mondial avant les Championnats du monde, n'avait jusqu'à présent fait mieux qu'une 3e place en Coupe du monde, à la mi-mai 2019 à Paris. Il succède au palmarès au Français Yannick Borel, éliminé en quarts de finale par l'Italien Andrea Santarelli." Source : lefigaro.fr

Mort de la philosophe hongroise Agnes Heller

"Figure de l’opposition intellectuelle au pouvoir du national-conservateur Viktor Orban, elle s’est éteinte vendredi à l’âge de 90 ans.
Une figure de la scène intellectuelle disparaît : la philosophe hongroise Agnes Heller, dissidente du régime communiste en Hongrie puis engagée ces dernières années contre la politique du premier ministre Viktor Orban, est décédée vendredi 19 juillet à 90 ans, a annoncé l’Académie hongroise des sciences (MTA).
« Agnes Heller, membre de l’Académie nationale des sciences, philosophe et professeur du New School for Social Research de New York (...) est décédée à l’âge de 90 ans le 19 juillet », a indiqué un communiqué du MTA.
Selon le média hongrois 444.hu, Agnes Heller n’est pas revenue vendredi d’une baignade dans le lac Balaton." La suite sur lemonde.fr

40 habitants d’Argentan ont rendu visite à leurs amis de Baja, en Hongrie

"Mi juillet, une quarantaine d'adhérents de l'association BajArgentan et du cercle jumelage Europe Argentan a séjourné une semaine chez leurs hôtes, en Hongrie.
En cette mi juillet 2019, des habitants d’Argentan (Orne) ont séjourné chez leurs hôtes Hongrois à la découverte de leur culture.
Tous les deux ans, ces adhérents à l’association BajArgentan et au cercle jumelage Europe Argentan se rendent en Hongrie dans le cadre d’un échange culturel.
En voiture, minibus, avion… chacun s’est rendu à Baja par petits groupes afin de se retrouver, mercredi 10 juillet au soir pour la réception officielle, place de l’hôtel de ville.
Ils ont retrouvé leurs amis magyars chez qui ils sont accueillis une semaine." La suite sur actu.fr

Un expert de l’ONU s’inquiète des conditions de détention des migrants en Hongrie

"Un expert des Nations unies a exprimé ses inquiétudes vis-à-vis des conditions de détention des migrants dans les zones de transit hongroises, appelant les autorités à déplacer les familles et les enfants dans des centres dotés de meilleures installations sanitaires.
L’expert des droits humains à l’ONU, Felipe González Morales, a passé huit jours en Hongrie pour surveiller la situation des migrants. Selon lui, ces derniers sont instrumentalisés à des fins politiques.
« Dans ce pays, les migrants sont présentés comme des ennemis dangereux dans les discours publics et officiels », a déclaré Felipe González Morales, appelant les autorités hongroises à mettre fin à l’état d’urgence." La suite sur euractiv.fr

vendredi 19 juillet 2019

La grande philosophe hongroise, Ágnes Heller est décédée ce vendredi 19 juillet 2019

La philosophe de renommée mondiale avait 90 ans, elle s'est noyée dans le lac Balaton.

"Meghalt Heller Ágnes
A világhírű filozófus kilencven éves volt, a Balatonba fulladt.
Úszni indult az MTA balatonalmádi üdülőjéből, de hiába várták vissza."
La suite et source en langue hongroise sur nepszava.hu

Films séparateurs de batterie : Toray va installer une usine en Hongrie

"La compagnie japonaise Toray a annoncé le 16 juillet qu’elle allait ouvrir une usine de films séparateurs de batterie, spécialisée dans les batteries lithium-ion, à Nyergesújfalu, dans le nord de la Hongrie. Un site de Toray existe déjà à cet endroit depuis avril 2018, et la nouvelle unité viendra agrandir le complexe. Toray a précisé que cette nouvelle usine permettra d’augmenter la capacité totale de production de films séparateurs de batterie du groupe de 20%, sans toutefois donner de chiffres ni d’ordres de grandeur. L’usine devrait commencer la production en juillet 2021." La suite sur info-chimie.fr (article payant)

Nettoyage, recyclage et écotourisme autour du Lac Tisza en Hongrie

"Dans l'est de la Hongrie, des milliers de tonnes de déchets sont stoppés chaque année par le barrage de Kisköre. Au total 6 000 tonnes de débris et poubelles sont charriés jusqu'ici par la rivière Tisza depuis l'Ukraine et la Roumanie. On ne voit ici que la surface, mais à certains endroits, les déchets peuvent s'accumuler jusqu'à trois mètres de profondeur...
“On peut trouver de tout ici, des sacs et bouteilles en plastiques, malheureusement des vieux réfrigérateurs et des chaudières".
Cette année, le nettoyage est pris en charge par le gouvernement et une ONG dénommée PET Kupa qui intervient dans la séparation et le recyclage des déchets. Le centre de traitement régional de l'eau est responsable de la logistique. La fondation Coca-Cola, dont l'un des objectifs est la préservation de l'eau finance, en partie l'opération." La suite sur euronews.com

L'histoire de la Hongrie retracée sur un site participatif d'archives photo

"Créée en 2010, Fortepan compte 100 000 photos libres de droit. Ces images retracent toute l'histoire politique du pays.C’est en trouvant par hasard une série de photos jetées dans la rue que Tamási Miklos a eu l’idée de créer Fortepan, une plateforme accessible gratuitement où chacun peut partager des vieilles photos prises en Hongrie et les archiver. La date de création de Fortepan coïncide avec le retour au pouvoir de l’homme politique d’extrême droite Viktor Orban, qui a très vite fait modifier la Constitution pour réduire les libertés de la presse.
Dans ce contexte politique bien tendu, où la réécriture de l’histoire et la véracité des faits sont un enjeu réel, la valeur des photos s’accentue : "Parce que nous ne tirons pas d’argent du site, nous avons établi une confiance publique" confiait le manager actuel de Fortepan, András Török, à Hyperallergic" La suite sur cheese.konbini.com

jeudi 18 juillet 2019

Maher, restaurateur palestinien à Budapest

"De la Palestine à la Hongrie, de la pratique de la médecine à la restauration, Maher a accepté de partager son histoire dans ce troisième épisode de notre série d'été "Budapest, ville du monde".
1996. La Hongrie sort à peine de la période socialiste. C'est une époque euphorique durant laquelle les initiatives fleurissent de tous côtés, où les idées bouillonnent, où un nouveau monde semble se dessiner. Un monde moderne, plus libre, plus démocratique. C'est dans cette atmosphère particulière que Maher arrive à Budapest. Il a alors une vingtaine d'années. Il vient de Palestine et a obtenu une bourse de la part de la Hongrie pour étudier la médecine. "J'avais le choix entre des pays arabes et la Hongrie, j'ai choisi la Hongrie. A l'époque, j'étais jeune, j'avais envie d'ailleurs, c'était l'Europe, la liberté…". Il arrive seul, sans amis et sans famille mais avec la soif de découvrir un nouveau pays. Avant lui, des dizaines de milliers d'autres jeunes étudiants des pays arabes ont pu bénéficier de ces bourses pour étudier dans les universités du . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Le secteur bancaire hongrois

"Le secteur bancaire hongrois est animé par un grand nombre d’acteurs. Sa santé financière se redresse progressivement du fait du retour d’une croissance économique vigoureuse; il est désormais en mesure de participer activement au financement de l'économie hongroise.
Le secteur bancaire hongrois affichait fin 2018 un actif total de 130 Mds EUR, soit environ 40 485 Mds HUF fin 2018, en augmentation de 11,1% par rapport à fin 2017, soit un poids dans l’économie nationale encore modeste (98,5% du PIB). Le nombre des banques est encore élevé avec 35 banques commerciales, dont 26 banques hongroises et 9 succursales de banques étrangères." La suite sur tresor.economie.gouv.fr

L’intelligence artificielle termine le Rubik’s Cube en moins d’une seconde

"L’intelligence artificielle DeepCube A, développée par les chercheurs de l’Université de Californie, est parvenue à compléter le Rubik’s Cube en seulement une fraction de seconde. Cet exploit pourrait marquer le début d’une nouvelle génération d’IA capables de raisonner comme les humains…
Depuis sa création en 1974 par l’architecte hongrois Erno Rubik, le Rubik’s Cube torture les méninges de millions d’humains sur la planète. Avec plus de 400 millions d’unités vendues dans le monde, il s’agit du puzzle le plus vendu de l’Histoire.
Après avoir surpassé l’Homme aux jeux de Go et d’échecs ou aux jeux vidéo tels que Dota 2 et Starcraft, l’intelligence artificielle vient à présent de battre le record du monde humain de Rubik’s Cube. Ce record est détenu par Feliks Zemdegs, qui est parvenu à résoudre le puzzle en seulement 4,22 secondes en 2018." La suite sur lebigdata.fr

mercredi 17 juillet 2019

Centenaire du traité de Trianon : Zuzana Čaputová favorable à des commémorations slovaco-hongroises

"Il est important que les responsables politiques de pays voisins se tiennent la main". La présidente de la république slovaque s'est positionnée en faveur de commémorations communes entre la Slovaquie et la Hongrie dans le cadre des cent ans du traité de Trianon..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Bientôt un Centre culturel et communautaire hongrois au Vietnam

"Nhân Dân en ligne - Le Centre culturel et communautaire de la Hongrie ouvrira ses portes au Vietnam en 2020, marquant ainsi le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre le Vietnam et la Hongrie.
C’était un contenu abordé lors de la séance de travail entre la directrice du Département de la Coopération internationale du Ministère vietnamien de la Culture, du Sport et du Tourisme, Nguyên Phuong Hoa, et l’ambassadeur de Hongrie au Vietnam, Ory Csaba.
Lors de la séance de travail, l’ambassadeur a évoqué les travaux récents menés avec le ministère des Affaires étrangères et le Comité populaire de Hanoi sur l’installation du Centre culturel et communautaire de la Hongrie avec des salles de réception, d’exposition, de spectacles artistiques et une bibliothèque." La suite sur nhandan.com.vn

La Hongrie invitée des Quartiers d'été à Saint-Maixent

"Devant près de 400 spectateurs, le groupe d'enfants de Szeged (Hongrie) a offert son spectacle vendredi soir sur le parvis de la mairie. L'école de danse « Szeged Folk », fondée en 1955, compte actuellement 700 membres de 4 à 55 ans répartis en 19 groupes. Pour cette soirée, 25 danseurs âgés de 14 à 17 ans présentaient leur spectacle pour la première fois en France." La suite sur centre-presse.fr

Rugby à 7 - À Colomiers, l’exception hongroise

"SEVENS - Le tournoi de qualification olympique de Colomiers s’est achevé par la victoire des Anglais sur les Bleus (31-7), qui ont ainsi décroché leur ticket pour Tokyo. Même s’ils sont repartis bons derniers de ce TQO, les Hongrois, joueurs amateurs portés par un public en feu, ne sont pas passés inaperçus.
"Ria, Ria, Hungária !" Depuis les bords de la pelouse du stade Michel-Bendichou, à Colomiers, ce refrain entêtant - que l’on peut traduire par "Allez, allez, la Hongrie" -, a résonné tout le week-end, scandé par la petite colonie de supporters Hongrois présents. Et ils ne sont pas passés inaperçus. Samedi, c’est depuis un jacuzzi gonflable installé derrière l’en-but que trois d’entre eux, en petit maillot de bain, encourageaient les joueurs habillés de rouge, blanc et vert." La suite sur rugbyrama.fr

mardi 16 juillet 2019

Elisabeth Galgóczy – La chapelle Saint-Christophe

"Ainsi Sophie apprit-elle qu’elle était tombée dans un environnement plus dense, plus mouvant, plus animé, plus intéressant, que ne l’était le cadre étriqué, figé, dans lequel elle vivait depuis des mois – si tant est qu’on puisse appeler cela une vie, ce glapissement résigné de petit lapin tenu en hypnose par un python. Et elle apprit que depuis la dernière crise à la présidence de la coopérative, elle était dans le village l’événement le plus sensationnel.
La chapelle Saint-Christophe, livre assez gentil et un peu désuet, est arrivé entre mes mains lorsque je cherchais à lire quelque chose d’Erzsébet Galgóczy pour ma série sur les femmes écrivains d’Europe centrale et orientale. Ecrivain, journaliste et pendant quelques années parlementaire, née en 1930 dans un village proche de Győr (ouest de la Hongrie) et décédée 59 ans plus tard dans le même village, Erzsébet Galgóczy semble avoir emporté un certain succès dans les années 1960 et 1970 – si en tout cas on se fie aux quelques prix littéraires prestigieux qu’elle a reçus." La suite sur passagealest.worpress.com

Dans la campagne de Kelemér, produire le meilleur agneau de Hongrie, contre vents et marées

"Connu dans le monde entier, l'agneau de Kelemér souffre encore en Hongrie de la mauvaise réputation de la viande de mouton. Dans le nord-est du pays, sur les pentes du karst d'Aggtelek à la frontière slovaque, des éleveurs cherchent à produire une des meilleures viandes du pays, en dépit du manque de soutien des autorités. Reportage.
Kelemér - Cela fait trois heures que nous roulons sur une route serpentant entre les collines et à travers les vallons. Les moutons de Kelemér qui se précipitent pour nous escorter indiquent que nous sommes enfin arrivés à la bergerie. A peine descendus de la voiture, nous sommes chaleureusement accueillis par un concert de bêlements. Le domaine est immense mais désert : seuls quelques enclos vides sur la pente raide du tertre et des chiens posés là perturbent cette vision. On pensait trouver le maître des lieux dans une vieille masure décrépie mais on la rencontre dans un conteneur qui lui sert de bureau. Il s'agit d'une jeune femme au physique élancé répondant au nom d'Erzsébet Balogh-Nagy..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La légende du onze d'or hongrois naît aux Jeux d'Helsinki en 1952

"Sacrée championne olympique dans un tournoi qui a commencé aujourd'hui il y a 67 ans à Helsinki, l'équipe de football de Hongrie reste connue comme le "onze d'or" qui a révolutionné son sport, introduisant des notions de permutation de poste et de disposition tactique donnant naissance à ce qu'on a appelé le "football total". Leur parcours étincelant sur tous les terrains d'Europe s'achève par une défaite inattendue à Berne en finale de la Coupe du monde de la FIFA 1954 face à l'Allemagne de l'Ouest.
Ils se nomment József Bozsik, Zoltán Czibor, Gyula Grosics, Nándor Hidegkuti, Sándor Kocsis et Ferenc Puskás, ils sont les joueurs clés d'une équipe de légende et portent pour certains des surnoms évocateurs comme "Tête d'or" pour Kocsis, "le Grand Maître " pour Hidegkuti, "la Panthère noire" pour le gardien de but Grosics et "le Major galopant" pour le capitaine Puskás. Ils forment au début des années 1950 la meilleure équipe de football de la planète, un onze qui révolutionne le jeu et qui se révèle au monde lors des Jeux Olympiques de 1952 à Helsinki. C'est là que l'équipe gagne pour l'histoire le surnom de "onze d'or", avec les variantes "Magyars Magiques", "Magyars magnifiques" ou encore "Merveilleux Magyars"." La suite sur olympic.org

lundi 15 juillet 2019

En Roumanie, l’argent public hongrois coule à flots dans l’opacité la plus totale

"La fondation Pro Economica vient d'allouer des millions d'euro d'argent public hongrois à différents projets agricoles dans la campagne transylvaine, à l'ouest de la Roumanie. L'opacité de ce système de subvention parallèle est telle, qu'il est impossible de connaître l'identité de ses heureux bénéficiaires..." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Josef Nadj - Mnémosyne - Lycée Jacques Decour

"Josef Nadj, directeur du Centre chorégraphique national d'Orléans de 1995 à 2016, est autant plasticien, photographe que danseur et chorégraphe. Sa nouvelle pièce est un projet au croisement de la photographie et de la performance. En solo, Nadj, le visage bandé, se livre à une série de métamorphoses dont il a le secret, mi-homme, mi-sculpture. Passé par les Beaux-Arts de Budapest, formé aux arts martiaux, l'artiste revisite son parcours, ses mythologies, ses obsessions au milieu de ses clichés en noir et blanc. Mnémosyne est aussi un hommage à l’atlas inachevé de l’historien d’art allemand Aby Warburg."

Lycée Jacques Decour 
12 avenue Trudaine, Paris, France 
Tarifs : de 10 à 15 €
Mardi 30 juillet 2019 - 17h30, 19h00, 20h30
Mercredi 31 juillet 2019 - 17h30, 19h00, 20h30
Jeudi 1 août 2019 - 17h30, 19h00, 20h30
Vendredi 2 août 2019 - 17h30, 19h00, 20h30
Samedi 3 août 2019 - 17h30, 19h00, 20h30

Source : telerama.fr

Arles 2019: Máté Bartha – Prix de la Découverte Louis Roederer

"Depuis leur création, les Rencontres d’Arles défendent la photographie et tous ses acteurs. Les galeries trouvent naturellement leur place dans le festival. Pionniers, ils sont souvent les premiers à remarquer les talents de demain. Sur les 200 propositions reçues, 10 projets ont été sélectionnés. Chacun fait l’objet d’une exposition. Lors de la semaine d’ouverture, un jury récompense un artiste et sa galerie par une acquisition de 15 000 euros, tandis que le public choisit son lauréat par une acquisition de 5 000 euros. Avec le soutien de la Fondation Louis Roederer et de Polka.
Máté Bartha, né en 1987, est un artiste basé à Budapest qui travaille dans les domaines de la photographie et du film documentaire. Il a obtenu son diplôme de maîtrise à l’Université des arts et du design de Moholy-Nagy et à l’Université du théâtre et du cinéma, tous deux situés à Budapest. Après avoir reçu la bourse d’études nationale de Hongrie pour les photographes, il a auto-publié son premier livre intitulé Common Nature (2014). Avec son dernier projet, KONTAKT, il a reçu la bourse du grand prix Capa (2017) et le grand prix Robert Capa de Hongrie (2018)." La suite sur loeildelaphotographie.com

dimanche 14 juillet 2019

En Hongrie, la rosalie sacrée insecte de l’année

"C’est probablement l’insecte le plus élégant d’Europe, l’un des plus rares également et partout, elle est protégée tout comme son habitat. Sa capture est également strictement interdite. Ce grand coléoptère de près de 4 centimètres de long affiche une belle coloration gris…" Photo sur planet.fr

Hongrie : les jeunes pour plus de démocratie

"Environ 120 jeunes de tout le continent sont réunis actuellement à Budapest à l'invitation de l'institut Jacques Delors. Du 10 au 14 juin, ils s'entretiennent sur les priorités de l'Union européenne pour les cinq prochaines années, avec des responsables politiques et des chercheurs. Parmi eux, des jeunes hongrois qui s'engagent dans leur pays pour plus de démocratie." Vidéo sur arte.tv

Tournoi de Colomiers : les supporters hongrois savent mettre l'ambiance

"SEVENS - Présents au Tournoi de qualification olympique à Colomiers, les Hongrois ne sont pas venus pour rien supporter leur équipe nationale. Même si elle a perdu ses 2 premiers matchs, les supporters n'ont rien perdu de leur joie et le prouvent devant le public de Bendichou." Vidéo sur rugbyrama.fr

samedi 13 juillet 2019

Opium de Géza Csáth

    Traduit du hongrois par Éva Brabant Gero et Emmanuel Danjoy
    Couverture de Nicolas Etienne
    collection "l'arbuste véhément"
      Plus aucune tombe en Hongrie ne porte le nom de Joszef Brenner connu désormais sous celui de Géza Csáth (1887-1919). Evanouis les restes de ce grand écrivain longtemps interdit qui usa sa courte vie à chercher la « vérité absolue », passant de l’art à la psychanalyse (dont il fut en Hongrie un des premiers défenseurs) avant de sombrer dans un naufrage morphinomane.
      Ses nouvelles, tantôt oniriques, tantôt réalistes, nous offrent le spectacle d’une folie qui annonce un siècle tout entier placé sous ce signe. Elles osent dire, avec une précision souvent cruelle, ce que nos fantasmes les plus indicibles expriment de nos terreurs ou de nos tourments. Ne faut-il pas la découverte d’écrivains partis au bout d’eux-mêmes pour calmer en nous la peur du gouffre ? Csáth, qui brûla de l’intérieur sa brève existence, appartient à cette fratrie de possédés, abandonnant à notre inquiète raison et à notre penchant pour le mystère ces textes uniques, impudiques et rares, derniers témoignages de son funeste génie.
        ISBN : 978-2-37941-000-0
        240 pages
        Format : 105x155 mm
        Prix : 8 €

        Date de parution : 6 juin 2019


        Ce receuil de nouvelles était paru sous le titre "Le silence noir" aux éditions Alinéa en 1988

          Rasovszky gagne l’or au 5 km en eau libre et Hedlin remporte le bronze

          "GWANGJU, Corée, République de — Le Hongrois Kristof Rasovszky a remporté l’épreuve masculine de cinq kilomètres en eau libre, samedi, gagnant la première médaille des Championnats du monde de natation pendant que le Canadien Eric Hedlin décrochait la médaille de bronze.
          Rasovszky a parcouru la distance en un temps de 53:22,10. Âgé de 22 ans, le nageur ayant participé aux Jeux olympiques de Rio avait triomphé lors des épreuves de cinq et 25 kilomètres en eau libre lors des Championnats d’Europe de natation, en 2018.
          Le Français Logan Fontaine a mis la main sur la médaille d’argent, franchissant l’arrivée avec un retard de 10,10 secondes derrière le gagnant. Hedlin a terminé troisième, à deux dixièmes de seconde de Fontaine." La suite sur journalmetro.com

          En Hongrie, le gouvernement Orban réduit la liberté d'enseignement

          "Deux semaines après le vote d’une loi qui démantèle l’Académie des sciences et met fin à l’indépendance de la recherche, une nouvelle loi controversée a été votée hier. La droite nationaliste du Premier ministre Viktor Orban, qui détient les deux tiers des sièges au Parlement, a adopté une loi qui limite la liberté de l’enseignement. La loi a été votée en pleines vacances estivales, d'où la faible ampleur des protestations. Hier seules quelques douzaines de personnes ont manifesté devant le Parlement.
          À la chute du communisme, le retour à la liberté de l’enseignement avait été l’une des premières conquêtes de la démocratie en Hongrie. Les parents pouvaient enfin choisir une école ou une méthode d’enseignement. Ils pouvaient décider que leur enfant étudie à la maison, seul ou avec d’autres élèves." La suite sur rfi.fr

          16ème anniversaire des Mardis hongrois de Paris le 10 septembre 2019 à partir de 20 h au café Le Saint-André

          Café Le Saint André 2, rue Danton 75006 Paris
          A l'occasion des 16 ans des Mardis hongrois de Paris, l'invité sera Joël Le Pavous qui viendra présenter et dédicacer son Dictionnaire insolite de la Hongrie.

          Joël Le Pavous









          Sándor Jászberényi : La Fièvre Présentation de livre 25 septembre 2019 à 19h30 Institut hongrois

          Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
          Réservation indispensable: reservation@instituthongrois.fr
          +33 1 43 26 06 44

          Sándor Jászberényi : La Fièvre
          Traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly. 2019.
          Mirobole Éditions
          Entre chroniques de presse et fiction, voici le recueil d’un photographe et correspondant de guerre hongrois qui a couvert la plupart des luttes armées et révolutions en Afrique et au Moyen-Orient. Des instantanés d’un monde rongé par les conflits, où l’Homme affronte la violence, où la foi côtoie la superstition, où le diable règne en maître. Ici, des villages organisent une battue contre une bête sanguinaire qui semble indestructible. Là, une jeune photoreporter est prête à tout pour obtenir l’image-choc… Du Caire à la bande de Gaza, du Darfour au Yémen, Jászberényi livre un récit brûlant, empreint d’humanité, de poussière ocre et de sang chaud.
          En présence de l’auteur, intervenante : Joëlle Dufeuilly
          Entrée libre

          La Hongrie et l’Europe à l’époque de François II Rákóczi - Institut hongrois - 13 septembre 2019 de 9h30 à 17h

          Colloque international et interdisciplinaire
          Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
          Réservation indispensable: reservation@instituthongrois.fr
          +33 1 43 26 06 44

          François II Rákóczi compte parmi les personnages les plus connus et les plus populaires de l’histoire hongroise. Difficile de trouver une localité hongroise qui n’ait pas de rue ou de place portant le nom de ce prince célèbre. La guerre d’indépendance qu’il mena contre la maison des Habsbourg remporta un certain succès : son armée résista en effet pendant huit ans à l’armée impériale, l’une des plus puissantes d’Europe à l’époque. Le prince parvint également à doter la Hongrie d’institutions modernes. Après l’échec de la guerre d’indépendance, Rákóczi émigra en Pologne, puis en France avant de terminer ses jours en Turquie. L’Institut hongrois de Paris, Sorbonne Université, le Centre parisien de l’Académie polonaise des sciences et le Centre de recherches en sciences humaines de l’Académie hongroise des sciences organisent un colloque scientifique consacré à ce phénomène européen. Le premier jour du colloque s’intéressera à l’histoire du prince François II Rákóczi et de son mouvement d’indépendance. L’événement se tiendra à l’Institut hongrois de Paris, le 13 septembre 2019. Au cours de cette journée qui comprendra deux volets, les intervenants présenteront les conclusions des recherches scientifiques les plus récentes. Le premier volet sera dédié à l’histoire diplomatique et aux efforts déployés par le prince Rákóczi en Europe. Le second évoquera des personnalités et des familles emblématiques ainsi que des œuvres littéraires et artistiques en lien avec le prince et sa guerre d’indépendance.
          Intervenants : Géraud Poumarède (Université Bordeaux Montaigne), Eric Schnakenbourg (Université de Nantes), Olivier Chaline (Sorbonne Université), Kalmár János (ELTE), Lucien Bély (Sorbonne Université), Adam Szabelski (Poznan), Marie-Françoise Saudraix (Sorbonne Université), Jean Garapon (Université de Nantes), Tüskés Gábor (MTA BTK), Egyed Emese (Université Babes-Bolyai), Tüskés Anna (MTA BTK), Elisabeth Saih (Paris), Tóth Ferenc (MTA BTK)
          Entrée libre

          Tennis - Mladenovic et Babos privées de finale

          "Le duo franco-hongrois Kristina Mladenovic - Timea Babos (n°1 mondial de double féminin) s'est incliné en demi-finale de Wimbledon face à Su-Wei Hsieh et Barbora Strycova (7-6 [5], 6-4). Les deux joueuses ne disputeront donc pas de 3e finale de Grand Chelem cette année après celle perdue à l'Open d'Australie et le titre à Roland Garros." La suite sur boursorama.com

          Budapest : hommage aux victimes de l'accident du Danube

          "Un hommage aux 28 personnes mortes et à la disparue, dans la collision de deux bateaux sur le Danube.Sur les eaux du fleuve qui traverse Budapest, la capitale hongroise, une cérémonie a été organisée ce vendredi, à laquelle ont participé une quinzaine de navires et des centaines personnes venues jeter des fleurs dans le fleuve, à la mémoire des victimes." La suite et vidéo sur euronews.com

          Viktor Orban appelle à supprimer les subsides européens destinés aux ONG: "Ils sont agressifs et nagent dans l'argent"

          " Le Premier ministre hongrois Viktor Orban veut la fin des subsides européens pour les organisations non-gouvernementales (ONG), a-t-il déclaré à un média local vendredi. Les ONG qui secourent les migrants en Méditerranée ont été au centre de discussions au sein de l'Union européenne, au sujet du sort des personnes récupérées en mer alors qu'elles tentent de rejoindre l'Europe.
          "Les groupes issus de la société civile, ou qui se prétendent de la société civile, financés et organisés de manière opaque sont le pilier des hommes politiques en faveur de l'immigration", a expliqué à la radio le dirigeant hongrois." La suite sur rtbf.be

          La Chine et la Hongrie visent à renforcer leur coopération dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route"

          "Le conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, en visite à Budapest, a appelé vendredi à renforcer la coopération entre la Chine et la Hongrie dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route" (ICR).
          M. Wang a tenu ces propos à l'ouverture de la deuxième réunion du groupe de travail Chine-Hongrie sur "la Ceinture et la Route", à laquelle a également participé le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.
          Le chef de la diplomatie chinoise a déclaré que les efforts conjoints pour construire "la Ceinture et la Route" ont pris un nouveau départ à la suite du deuxième Forum de la Ceinture et la Route pour la coopération internationale, qui s'est tenu plus tôt cette année." La suite sur china.org.cn

          vendredi 12 juillet 2019

          Gábor Iványi, l'ecclésiastique qui a rompu avec Orban

          "Après avoir été proche du Premier ministre hongrois, le pasteur méthodiste Gábor Iványi est devenu son ennemi juré. Portrait.
          Aujourd'hui, il a l'air d'un patriarche biblique. Expulsé de son Église dans les années 1970, alors qu'il était dissident sous le régime communiste hongrois, le pasteur méthodiste Gábor Iványi avait juré de ne plus se raser en signe de protestation. Âgé de 67 ans, ce fils d'un Juif converti au christianisme n'est pas près de redevenir glabre : il est la bête noire du Premier ministre hongrois Viktor Orbán.
          Pourtant, les deux hommes ont lutté côte à côte contre le joug communiste. Dans le sillage du mouvement démocratique de 1988, Iványi et Orbán, alors meneur étudiant de 24 ans qui harangue les foules, sympathisent. Après la chute du communisme, en 1989, ils siègent ensemble au Parlement. C'est alors que Viktor Orbán vit une conversion au christianisme. Lui et sa femme Anikó Lévai demandent à Gábor Iványi de bénir leur mariage en 1993, sept ans après avoir enregistré une union civile. Le pasteur baptise également leurs deux aînés, Ráhel, née en 1989, et Gáspár, né en 1992 (devenu depuis prédicateur pentecôtiste), dans son église de Békásmegyer, en banlieue de Budapest." La suite sur lavie.fr

          L'anxiété climatique, un mal qui touche (aussi) la Hongrie

          "Des pics de chaleur ont été enregistrés ces dernières semaines un peu partout en Europe. La Hongrie n'y a pas échappé. Pour une partie de la population, c'est perçu comme un signe bien concret du réchauffement climatique. Et cela peut devenir une source d'anxiété.
          On va au devant de grands problèmes. Le monde survivra, mais pas nous. Et c'est pour nos enfants qu'il faut s'inquiéter ! (Habitante de Budapest)

          L'avis d'une psyEszter Hatszegi est psychologue à Budapest. Chez les patients qu'elle accompagne, elle constate des troubles et des angoisses liés au changement climatique." La suite sur euronews.com

          Analyser et comprendre le cas „Orbán”: un exercice auquel nous convie la journaliste Amélie Poinssot.

          "S´il est un homme politique qui défraie la chronique sur la scène internationale, c´est bien lui, Viktor Orbán. Qui plus est, suscitant les passions les plus extrêmes. Les uns le soutenant avec fougue, parfois à la limite de l´idolâtrie, les autres le vilipendant à tours de bras, n´hésitant pas au besoin à le diaboliser pour en faire leur ennemi juré. Ces derniers, paradoxalement, pour ne pas lui déplaire. Car, né pour le combat, Orbán a besoin d´adversaires pour se mettre en valeur. Quitte à s´en fabriquer.
          Qui est donc cet ancien étudiant de 26 ans brusquement surgi dans l´actualité un beau jour de juin 1989, pour ne plus en sortir? C´était sur la place des Héros de Budapest à l´occasion du transfert des cendres d´Imre Nagy et autres martyrs de 1956. Inconnu du public, il s´était alors fait remarquer par un discours enflammé, exigeant entre autres le départ des troupes soviétiques. Devenu quelques années plus tard le plus jeune Premier ministre du pays. Poste qu'il allait occuper à quatre reprises et qu´il occupe aujourd’hui encore, devenu quasiment indéboulonnable." La suite sur francianyelv.hu

          jeudi 11 juillet 2019

          Dans les kebabs de Budapest : « ici, je ne suis pas vu comme un étranger mais comme un Hongrois »

          "Ironique que ce travail trouvé dans un kebab de Budapest, nourriture tout droit venue de Turquie ait permis à l'Iranien Rahim de s'intégrer dans la Hongrie de Viktor Orbán. Comme lui, Sajjad a appris le hongrois au contact de ses amis et de ses clients. Lui se dit déjà "Magyaro-Pakistanais". Nous avons discuté avec ces acteurs de la mondialisation par le bas, échangé au sujet de leurs parcours et de leur avenir, dans ce deuxième reportage de notre série d'été consacrée à "Budapest, ville du monde . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

          Le gouvernement hongrois crée un organisme de lutte contre le blanchiment d’argent

          "Le gouvernement hongrois a publié une résolution demandant la création d’un groupe d’experts chargé de formuler des recommandations et des mesures de lutte contre le blanchiment d’argent afin de lutter contre le financement du terrorisme." La suite sur ecopeco.org

          Réécrire l’Histoire

          "Un ancien étudiant, Vincent Labrecque, m’avait mis au parfum: «Il y a un monument à Budapest qui réécrit l’histoire, monument érigé par Victor Orban. Celui-ci représente la Hongrie en tant que victime du nazisme, une tentative évidente de la droite de réécrire l’histoire, similaire à la situation en Pologne. Mais ce qui est beau dans ce monument, c’est que des gens ordinaires partagent des témoignages et des photos de ce qui s’est réellement produit ici durant la guerre.»
          Certes une bonne idée, me dis-je. Parce que si le populisme et l’extrême droite se portent aussi bien aujourd’hui, n’est-ce fort essentiellement en raison de cette nouvelle ère de désinformation, de fake news, et autres propagandes? D’aucuns le croiraient.
          C’est cela dit par pur hasard que je tombe sur l’endroit, minuscule et minimaliste, en question. Ma fille, apprentie cinéaste, filmant tout ce qu’elle trouve sur son passage, me lance: «Regarde papa, des vieilles valises. C’est sûrement une commémoration de l’Holocauste.» Encore bouleversés de notre récente visite à Auschwitz, disons que la simple vue d’effets personnels du type amène notre esprit à reconstituer le pire, cette fois à juste titre. Il s’agit effectivement de l’espace «commémoratif» dont parlait Labrecque." La suite sur journalmetro.com

          mercredi 10 juillet 2019

          ARTE Regards - Dans les filets d’Orban - Le réservoir électoral de la diaspora hongroise

          "Le député sans étiquette Ákos Hadházy siège au parlement hongrois. Cet ancien membre du parti Fidesz est désormais l’un des plus virulents opposants au Premier ministre Viktor Orbán. Il a vu des Ukrainiens venir en cars lors des élections législatives et donner leurs voix presque exclusivement au Fidesz...
          Curieux de savoir si cet afflux allait se reproduire lors des élections européennes, Ákos Hadházy se rend à la frontière avec l’Ukraine : il découvre alors des villages dépeuplés, des maisons vides, alors qu’officiellement, elles sont habitées. En fait, les ressortissants de la minorité hongroise d’Ukraine ont le droit de voter en Hongrie s’ils déclarent y avoir une résidence. Pourquoi privilégient-ils les urnes hongroises ? Perçoivent-ils des retraites et des prestations sociales plus élevées en tant que citoyens hongrois ?" Vidéo sur arte.tv

          Soirée des Mardis hongrois de Paris du 9 juillet 2019