lundi 22 décembre 2014

Les premiers noms du Sziget festival sont déjà au pied du sapin


Marre de l'hiver, besoin de folie, de musique, de bonheur ?
Et bien, au Sziget, c'est Noël avant l'heure !
Les premiers noms sont déjà au pied du sapin,
Et croyez-nous, ça va en ravir plus d'un !
A peine les 10 premiers artistes annoncés sur l'île de la Liberté,
Dont Fauve et Babylon Circus : et voilà déjà 2 groupes français !
Florence and the Machine, Alt-J, The Subways,
Ces têtes d'affiches sauront vous faire danser !
Mais également Awolnation, Blasterjaxx, Jamie Woon, Kadebostany ou Jose Gonzalez,
De quoi mettre l'ensemble des szigotos à leur aise !
Mais n'oubliez pas : vous avez jusqu'au 31 décembre à minuit,
Pour vous offrir une semaine de vacances à un prix inouï !

dimanche 21 décembre 2014

Carnaval pour enfants 2015 - 11 février 2015 à 15h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Information et inscription : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
photo : Franciska Dede
 

Comme les années précédentes, nous invitons les jeunes à un bal masqué pour un défilé des princesses, des Zorros, des Petits Chaperons Rouges et pour un concours de déguisement où les masques les plus drôles, les plus sophistiqués et les plus beaux sont récompensés. Programme en langue hongroise.
Entrée libre

samedi 20 décembre 2014

En 2015 le prix Nicole Bagarry Karatson revient à Sophie Kepes Vendredi 13 février 2015 à 19 h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

En 2015 le prix Nicole Bagarry Karatson revient à Sophie Kepes à deux titres.

Elle poursuit la découverte des romans de Julia Székely (1906-1986). Seul l’assassin était innocent (Bűnügy,1941) à paraître en mai cette année aux éditions Phébus, est un thriller psychologique rigoureusement composé qui progresse par l’introspection de six personnages et les interventions d’un policier romancier, une action où la critique sociale se fait à travers la mise à nu fort moderne des mécanismes de l’inconscient.
D’autre part la distinction récompense la traductrice pour les services brillants fidèlement rendus à l’oeuvre de Dezső Kosztolányi exemplifiés ici par les récits de Kornél Esti, 1933 (Editions Cambourakis, 2009, rééd. en poche 2012) Selon la fiction l’auteur devenu avec l’âge un bourgeois rangé, aligne ici sur le mode picaresque les actes gratuits pendables de son double qui a gardé toute la fantaisie subversive de l’adolescence et fournit à la postérité un stimulant bréviaire d’anticonformisme.
Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44
Entrée libre

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 23 décembre 2014 à partir de 20 h au Studio - Soirée Beiglis de Noël !

Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
©photos peter gabor.

©photos peter gabor.

©photos peter gabor.
Chers visiteurs des Mardis hongrois de Paris,
En plein centre du quartier du Marais, dans un restaurant ouvrant sur une cour intérieure, nous occupons une mezzanine ou une grande tablée au rez-de-chaussée et quand le temps le permet nous profitons d'une cour pavée du XVIIIème siècle.

Prochaine soirée
le mardi 23 décembre 2014
 à partir de 20 h

The Studio,
41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles ou Hôtel de Ville
©photos peter gabor.

Kedves Mardis Hongrois-látogatók,

A legközelebbi összejövetel december 23. este 8 kor kezdődik

The Studio, 41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles vagy Hôtel de Ville.
 

Cinéma : Pour Electre de Miklós Jancsó vendredi 20 février 2015 à 20:00 Institut hongrois

Soirée Clavis Films avec la projection de Pour Electre (Szerelmem Elektra) de Miklós Jancsó
en version restaurée numérique, VOSTFR, 1974, 76’

Egisthe le tyran se fait célébrer par son peuple 15 ans après avoir tué son frère Agamemnon et qu'il s'est emparé de son royaume. Au cours des festivités, on a la possibilité de dire la vérité, mais seule Electre, la fille d'Agamemnon s'en sert. Elle proclame, en face d'Egisthe les crimes de celui-ci et déclare que son frère Oreste, viendra se venger. Une fois le tyran est tué, Electre choisi une impitoyable vengeance, mais Oreste cherche une autre voie pour arriver à leur but commun, à la réalisation de l'empire de la liberté.

« Electre et Oreste épousant les théories fluctuantes du réformisme et du terrorisme, unis dan la destruction du totalitarisme et séparé lorsqu'il s'agit de reconstruire un monde nouveau, voilà bien des problèmes contemporains. » Jean-Loup Passek, Cinéma, 1974

Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44

Entrée : 5€ | réservation obligatoire

Bordeaux : un couple de Hongrois avait mis en place un réseau de mendicité

"Les gendarmes viennent d'interpeller un couple originaire de Hongrie qui faisait venir des compatriotes et les exploitait en les contraignant à mendier dans le centre-ville de Bordeaux.
Les gendarmes de la brigade des recherches de Mérignac travaillaient depuis plusieurs mois déjà sur un couple soupçonné d'avoir mis en place un réseau de mendicité à Bordeaux. Dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, les enquêteurs ont interpellé un couple, mardi, qui a été placé en garde à vue. Le réseau avait été mis en place en 2011 et était très actif. Selon la gendarmerie, il aurait permis au couple d'empocher plusieurs dizaines de milliers d'euros." La suite sur sudouest.fr

Le futur musée d’ethnographie de Budapest sera signé par deux agences françaises

"A l’issue d’un concours international ouvert, l’équipe composée par Vallet de Martinis et DIID été désignée lauréate, ce vendredi 19 décembre, pour l’un des cinq futurs édifices culturels du Városliget, le grand parc de la capitale hongroise. L’architecte japonais Sou Fujimoto remporte, lui, le projet de la Maison de la musique hongroise.
Cinq musées à construire dans le Városliget, soit plus grand parc de Budapest, en Hongrie, pas moins de 470 concurrents, 17 finalistes, environ dix mois de compétition… Lancée en février dernier, le concours d’architecture baptisé Liget Budapest a connu, ce 19 décembre, son épilogue avec la désignation de la plupart des projets lauréats pour les nouveaux édifices culturels qui verront le jour dans cet espace vert de plus de 100 hectares." La suite sur lemoniteur.fr

La Hongrie, un point chaud pour l’accès à l’UE

"ASOTTHALOM, Hongrie – Avec la mer Méditerranée devenant trop périlleuse et d’autres voies bloquées par du fil de fer barbelé, les expatriés accèdent d’une nouvelle façon à l’Union européenne (UE): par la Hongrie." La suite sur journalmetro.com

vendredi 19 décembre 2014

Marché de Noël du Quai Branly : un stand hongrois du 18 décembre au 4 janvier !

 Chers Amis!
Je vous annonce avec plaisir que notre deuxième super stand de Noël ouvre ses portes au Quai Branly, au pied de la Tour Eiffel. Vous accueillir sur l’un de nos stands du Marché de Noël, au Rond-Point des Champs-Élysées ou au Quai Branly nous ferait très grand plaisir. N’oubliez pas que vous pouvez déguster nos plats hongrois haut de gamme et les meilleurs boissons de notre pays jusqu’au 4 janvier. L’équipe de Piknik Pavilon vous souhaite de joyeuses fêtes !
Anna

Quelques images !











Hand féminin : une Hongrie à deux visages

Par Grégory Sabadel
La Hongrie qui a participé aux dix éditions des championnats d'Europe de hand féminin avait l'occasion cette année de co-organiser avec la Croatie la onzième levée. 
Trois villes croates, dont la capitale, Zagreb et trois cités hongroises, Budapest, Györ et Debrecen étaient villes-hôtes. Györ accueillait les rencontres du groupe de la Hongrie. 
Le premier match face aux Russes sentait quelque peu la poudre. Cette rencontre très équilibrée a vu les Hongroises mener 29 à 27 peu avant la fin mais les Russes ont arraché le nul. 
Le deuxième match a été plus facile : les Hongroises sont venues à bout des Polonaises 29 à 23 et se sont assurées une place au tout principal dont les rencontres ont eu lieu à Debrecen. 
Au troisième match du premier tour, les joueuses magyares n'ont pu faire mieux qu'une courte défaite 27 à 26 face aux Espagnoles et ont commencé le tour principal avec deux points dans leur escarcelle. A titre de comparaison, les Hongroises avaient battu les Espagnoles d'un point au Championnat d'Europe 2012 et avaient fini premières de leur groupe.
Au premier match du tour principal, les Hongroises et les Roumaines ont eu beaucoup de mal à se départager, mais ce sont les premières nommées qui se sont imposées sur le fil (20 à 19).
Au match suivant, les joueuses d'Andràs Németh se sont inclinées assez logiquement face au Danemark. (20 à 23).
Le dernier match du tour principal a vu les Norvégiennes se dresser sur la route des Magyares. Les Scandinaves étaient déjà qualifiées pour les demi-finales et les Hongroises ont réussi à battre assez largement les championnes olympiques (29 à 25). Hélas, la différence de buts hongroise a été inférieure de deux unités à celle des Espagnoles,alors qu'autrement les deux formations avaient exactement le même bilan.
Ainsi la Hongrie a dû se contenter d'une finale pour la cinquième place face aux valeureuses Françaises, également passées tout près des demi-finales. Cette petite finale avait lieu à l'arène Papp Laszlo de Budapest le vendredi 19 et n'était pas dénuée d'intérêt : une place au tournoi de qualification aux J.O. de Rio était en jeu. Les deux sélections s'étaient déjà rencontrées en amical il y a peu et cela s'était soldé par un match nul (22 à 22). Cette fois aussi, la rencontre fut indécise et c'est la France qui l'emporta d'un but. (26 à 25).
Ainsi, dans ce championnat d'Europe, la Hongrie a manqué de réussite et d'efficacité, pour réussir à s'imposer dans les matchs décisifs. 
Du point de vue individuel, on retiendra l'éclosion au plus haut niveau de la jeune Gabriella Toth.

Journée de la culture hongroise - Samedi 24 janvier 2015 à 16 h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
La journée de la culture hongroise commémore chaque année le jour de naissance de l’Hymne national hongrois, écrit par le poète Ferenc Kölcsey en 1823, et témoigne de la richesse et de la diversité de la culture hongroise. Cette année, l’Institut hongrois organise un concours de belle prononciation pour ceux qui apprennent la langue hongroise et invite le public à célébrer cette fête par la poésie hongroise interprétée par des amateurs de la poésie et de la langue hongroises.

Le concours comporte trois niveaux : 1er niveau – débutants ou faux-débutants, 2e niveau – niveau moyen ou avancé, 3e niveau – langue maternelle hongroise ou milieu familial hongrois. Les candidats sont invités à lire à haute voix devant le jury deux poèmes, l’un obligatoire et l’autre librement choisi. Ce dernier ne doit pas dépasser 2000 caractères.

La fiche d’inscription est téléchargeable sur le site internet (www.instituthongrois.fr) à partir du 8 janvier. La date limite d’inscription est le 22 janvier.

Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44

Entrée libre

Söndörgö - Musique des Balkans le Mardi 3 février 2015 à 20 h 30 au Studio de l'Ermitage

Les cousins et frères Eredics sont originaires de Szentendre, un petit village à minorité serbe à côté de Budapest sur les rives du Danube. Multi-instrumentistes et virtuoses malgré leur jeune âge, ils sont les gardiens de cette musique des Balkans que l’on joue encore chez les minorités serbo-croates de Hongrie et héritée de leurs parents. Après une belle entrée sur la scène internationale en 2012 avec leur album « Tamburising – Lost Music of the Balkans » (World Village UK), ce groupe hongrois de Tamboura atypique entreprend une attaque de charme avec un nouvel un album sorti chez World Music Network – Riverboat : « Tamburocket – Hungarian Fireworks », un OVNI entre archaïsme et modernité, sur les pas de Béla Bartók et Tihamér Vujicsics.

Sortie d’album : « Tamburocket - Hungarian fireworks », 01er juillet 2014, Riverboat Records

Áron Eredics : premier tambura, tambura samica, derbouka, voix, tambura alto -
Benjamin Eredics : tambura bratsch, trompette, voix -
Dávid Eredics : clarinette, saxophone, kaval, tambura, tambura alto, voix -
Salamon Eredics : accordéon, flute de berger, hulusi, tambura alto, tambura cello -
Attila Buzás: tambura contrebasse, tambura cello, tapan, voix

Tarifs : 15€/18€ en prévente (hors frais de location)
et 20€ le soir du concert

PASS 3 JOURS : 45€
http://bit.ly/1xl5tEv

Ouverture des portes: 20h30
Début du concert: 21h00


studio-ermitage.com
8 rue de l’ermitage - 75020 PARIS
01 44 62 02 86
studioermitage@free.fr

Concert de Tamara Mózes 26 février 2015 20h - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Diplômée au département piano de l’Université de musique Ferenc Liszt (2007), la pianiste-chanteuse poursuit ses études au département jazz et musiques improvisées du Conservatoire à rayonnement régional de Paris (2009-2012). Boursière de l’État français (2011), lauréate de nombreux concours internationaux, elle donne régulièrement des concerts et se produit à des festivals. A l’Institut hongrois, elle présentera son nouveau disque, Album Of The Ear, enregistré à Paris avec des jeunes jazzmen parisiens. Composée par János Ujházi, adaptée par Tamara Mózes, les chansons de l’album s’inspirent à la fois du jazz, de la musique contemporaine et de la chanson française.
Tamara Mózes - chant, piano
Florent Souchet - guitare
Anders Ulrich - contrebasse
Simon Bernier - percussions
Nadia Feknous - flûte alto
Entrée libre

Beyoncé accusée de plagiat sur son titre "Drunk in love" ?

"Le titre Drunk in love de la chanteuse américaine Beyoncé aurait en partie été plagié sur un titre hongrois de l’artiste Mitsou. Une plainte a été déposée.
Drunk in love : une chanson gitane ?
Dans la plainte qu’elle a déposée, l’artiste hongroise Mitsou précise qu’une partie de la mélodie qu’on entend dans le titre Drunk in love de Beyoncé, a été tirée de l’un de ses propres titres enregistrés en 1995. La chanson concernée serait également un héritage que sa grand-mère lui avait transmis. Il s’agit d’une chanson gitane, une tradition qui raconte en chanson « la perte d’espoir lorsqu’une personne ne peut plus faire confiance à personne d’autre qu’à sa mère ou à Dieu »." La suite sur lapauseinfo.fr

Un braqueur hongrois en cavale interpellé… à Huahine

"C’est sous bonne garde, menotté et entouré de cinq gendarmes, qu’un ressortissant hongrois âgé de 34 ans a été conduit hier matin au palais de justice. Présenté au parquet général et au représentant du premier président de la cour d’appel de Papeete, il a finalement été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Nuutania en fin de matinée." La suite sur ladepeche.pf

Árpád Schilling et la scène… politique hongroise

"Le metteur en scène hongrois a effectué une visite au théâtre.
Le Théâtre Le Levain, animé par un couple franco-hongrois, a accueilli le metteur en scène Árpád Schilling. Après avoir triomphé sur les plus grandes scènes européennes et obtenu de nombreux prix, celui-ci décidait en 2008 de se retirer de la scène internationale. Son ambition actuelle est « d'incarner le malaise de son pays confronté au régime autoritaire de Viktor Orbán, premier ministre »." La suite sur sudouest.fr

jeudi 18 décembre 2014

Another Hungary de Dénes Nagy Institut hongrois mardi 17 février 2015 à 20 h

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44


documentaire, VOST français, 2013, 50’

Le film nous présente un artiste hongrois, Imre Bukta, dont le travail est exposé dans des galeries d'art contemporain à travers l'Europe. Il vit dans un village hongrois en total déclin économique et social. Vivre dans ce village n'est pas seulement un choix personnel, mais surtout une démarche artistique et civile qui lui sert d'inspiration pour son travail d'artiste. Il y sculpte la réalité de l'habitat autour de lui.
Sous forme d'un essai cinématographique libre, Dénes Nagy met en lumière les territoires inconnus de l'Europe et la vie de personnes qui habitent dans ces régions. Entrelaçant délicatement paysages et portraits, silence et sons, ce documentaire poétique montre l'esprit intérieur d'une autre Hongrie.

Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44

Entrée libre

Marché de Noël du Quai Branly : un stand hongrois du 18 décembre au 4 janvier !

Un stand hongrois ouvre ses portes aujourd'hui, jeudi 18 décembre au pied de la Tour Eiffel, sur le Quai Branly.
Au programme : choux farci, charcuteries en tous genres, les meilleurs vins hongrois, eaux-de-vie, etc. 

Sziasztok!
Örömmel jelentjük, hogy második csoda-standunk az Eiffel-torony lábánál a Quai Branly-n ma megnyitja kapuit, hogy finomabbnáll finomabb karácsonyi étkekkel lásson el minden kedves látogatót. Standjainkon a Rond-Point des Champs-Élysées-n és a Quai Branly-n sok szeretetettel várunk benneteket január 4-éig: töltött káposztával, csülök péknével, minőségi házi kolbászainkkal, a legjobb hazai borokkal, pálinkákkal, bejglivel.....a lista túl hosszú, hogy ideírjam Nézzetek be, örömmel látunk benneteket! Mindenkinek Kellemes Ünnepeket kíván a Piknik Pavilon !

« Le mendiant de la beauté » Soirée littéraire, consacrée au romancier transylvain Miklós Bánffy 4 février 2015 à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Miklós Bánffy (1873-1950), aristocrate parmi les plus éminents de son pays, écrivain, musicien, peintre, homme de théâtre, voire ministre des Affaires Etrangères de la Hongrie en 1921/22, a été oublié après 1945 pour de longues années, les autorités communistes n’accordant pas de place dans la vie culturelle à un représentant de l’ancien régime. C’est seulement en 1989/90 avec le rétablissement de la démocratie en Hongrie que Bánffy et son chef-d’œuvre « La trilogie transylvaine » (2010, Phébus) ont été redécouverts, et le succès du roman s’est confirmé depuis par sa traduction en sept langues européennes. Une table ronde s’organise autour de son oeuvre et de sa vie avec la participation de traducteurs, dont Andreas Oplatka (professeur à l’Université Andrássy de Budapest, ancien journaliste à Neue Zürcher Zeitung), Jean-Luc Moreau (professeur émérite à l’INALCO), Marius Cosmeanu (traducteur). Avec lecture d’extraits et projection des extraits de film.
Entrée libre

Etre sans destin de Lajos Koltai le 31 janvier 2015 à 20 h Institut hongrois

Sorstalanság, VOST français, 2005, 135’
d’après le roman d’Imre Kertész

Gyuri Köves, dit « Gyurka », est un adolescent de 14 ans. Un jour, près de Budapest, il est arrêté par un policier hongrois. Après une longue attente, il est emmené vers une destination encore inconnue et qu'il a du mal à prononcer : Auschwitz-Birkenau. Gyurka est ensuite transféré de camp en camp. L'enfer commence. Gyurka, très malade, manque de mourir jusqu'à ce que le camp soit finalement libéré par les Américains.

Sur le chemin du retour vers Budapest, sa ville natale, toujours vêtu de ses habits rayés de prisonnier, Gyuri éprouve l'indifférence, voire l'hostilité de la population hongroise. Ses anciens voisins et amis le pressent d'oublier les terribles moments qu'il a passés dans les camps, sont gênés dès qu'il évoque son expérience et ses souvenirs du camp. Le jeune garçon est alors livré à lui-même pour comprendre ce qu'il lui est arrivé.

Informations : accueil@instituthongrois.fr

+33 1 43 26 06 44

Entrée libre

Lancement discret d'un dispositif pour évaluer l’État de droit en Europe

"Les ministres des Affaires européennes ont décidé le 16 décembre qu’un « dialogue » sur le respect de l’État de droit en Europe se tiendra chaque année au sein du Conseil. Un projet minimaliste face à des problèmes de fonds posés par la Hongrie ou la Roumanie par exemple.
L’État de droit est régulièrement violé en Europe. C'est le cas en Hongrie, par exemple, où le gouvernement du premier ministre Viktor Orbán a mis en place une loi controversée sur les médias, a profondément renforcé son contrôle sur la banque centrale et sur son système judiciaire. Même chose en Roumanie, où le premier ministre de centre gauche, Victor Ponta, a tenté d’assujettir la cour constitutionnelle et a eu recours à des ordonnances d’urgence modifiant les statuts d’institutions fondamentales." La suite sur euractiv.fr

Egri Erbstein, le professeur divin

"Survivant des deux guerres mondiales, Hongrois juif mort dans le drame du Superga, Erno Egri Erbstein est une de ces légendes oubliées du football. Mais c’était surtout un immense entraîneur. Celui du Grande Torino.
4 mai 1949, colline de Superga, aux alentours de Turin. Par terre, près de la basilique qui surplombe les environs, des dizaines de corps, recouverts d’un drapeau vert, blanc et rouge. Le drapeau italien. Le cadavre de l’entraîneur de l’équipe est également caché par le même drapeau, mais les couleurs sont alignées horizontalement, comme le drapeau hongrois. Ce jour-là, trente-et-une personnes sont mortes. Toutes revenaient du jubilé de Francisco Ferreira, disputé la veille face au Benfica, et faisaient partie du Grande Torino, une des plus grandes équipes de l’époque. À leur tête, un technicien hors-pair, survivant des deux guerres mondiales en dépit de sa religion: Egri Erbstein." La suite sur cahiersdufootball.net

La Hacker Academy à Budapest

"Adam Baneth : "On a réussi à entrer sur le site internet d’un magasin. On a modifié le prix de certains articles, et on est même arrivé à effacer des produits de la liste ! Ce genre de chose, ça peut vraiment nuire à une entreprise."
Adam Baneth, que vous venez d’entendre n’est pas un hacker. Ou plutôt si, mais c’est un gentil hacker qui a suivi les cours de la Hacker Academy à Budapest. Ce qu’il décrit ici, c’est un exercice qu’il a appris dans cette école qui forme des gentils pirates. On appelle ça aussi le piratage éthique." La suite et émission à écouter sur franceinter.fr

Hongrie : il est nécessaire de renforcer la liberté des médias, la lutte contre la discrimination et les droits des migrants

« La Hongrie devrait mieux garantir la liberté des médias, combattre l’intolérance et la discrimination endémiques, et améliorer la protection des droits de l'homme des migrants », a déclaré aujourd'hui Nils Muižnieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, en rendant public un rapport fondé sur les constatations qu’il a faites lors de sa visite de juillet dernier en Hongrie.
Tout en saluant les améliorations apportées à la législation hongroise relative aux médias depuis l’adoption, en 2010, d’un ensemble de dispositions restrictives dans ce domaine, le Commissaire constate avec préoccupation que les médias restent soumis à un cadre juridique inadapté et à des pressions politiques. « La simple existence de certaines dispositions, comme des sanctions sévères, a un effet paralysant sur les médias et a poussé plusieurs d’entre eux à s’autocensurer. » La suite sur coe.int

Quatre Etats d'Europe centrale offrent leur soutien à l'Ukraine dans ses réformes

"Les quatre Etats d'Europe centrale que sont la Slovaquie, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne, se tiennent prêtes à assister l'Ukraine dans la mise en oeuvre de ses principales réformes, a annoncé mardi à Kiev le ministre slovaque des Affaires étrangères (AE) Miroslav Lajcak.
"Nous proposons notre appui et notre expérience à l'Ukraine dans la mise en place de ses réformes," a déclaré M. Lajcak lors d'un point de presse au terme de sa rencontre avec le président ukrainien Petro Porochenko." La suite sur peopledaily.com.cn

mercredi 17 décembre 2014

Pékin veut s’ancrer au coeur de l’Europe, accroître ses exportations

"Pékin a prôné mardi une coopération dynamique avec l’Europe centrale et de l’est et souhaité un «euro fort», lors d’un sommet à Belgrade dont le projet phare a été le développement de l’infrastructure de transport afin d’accroître ses exportations.
Il s’agit d’une stratégie entamée il y a six ans en Grèce avec la cession au géant chinois Cosco de deux terminaux du port du Pirée, alors que 80% du commerce de la Chine avec le vieux Continent se fait par la mer." La suite sur liberation.fr

La liste des cinémas qui projettent White God en troisième semaine

ll

Hongrie: nouvelle manifestation contre la politique de Viktor Orban

"Fin octobre, des centaines de milliers de personnes défilaient à Budapest contre un projet de taxe sur Internet. Depuis, le projet a été repoussé mais la colère ne s’éteint pas. Mardi 16 décembre, une manifestation a rassemblé plusieurs milliers de personnes à Budapest. Le mouvement a touché une vingtaine de villes de province. La veille, les députés avaient voté un budget d’austérité alors que la corruption du pouvoir est de plus en plus visible. Les Hongrois sont indignés." La suite sur rfi.fr

Accord entre la Chine, la Hongrie et la Serbie pour une voie ferrée rapide Belgrade-Budapest

"La Chine, la Hongrie et la Serbie ont signé mercredi un accord pour la construction d'une voie ferrée pour trains à grande vitesse reliant Belgrade et Budapest, projet visant à accroître les échanges commerciaux du géant asiatique avec l'Europe.
"Cette voie ferrée sera bénéfique pour la Hongrie et la Serbie, elle va sceller la mise en place d'un corridor entre la Chine et l'Europe", a déclaré à la presse le Premier ministre chinois Li Keqiang après la signature de cet accord, un projet phare du troisième sommet annuel entre la Chine et les pays de l'Europe centrale et de l'est accueilli par Belgrade." La suite sur lesechos.fr

Pietà - Mardi 17 mars 2015 à 20 h Institut hongrois

photo : György Jókúti
Pietà est un spectacle pour trois danseurs et une très grande feuille de papier. Ces 3 corps traversées de chemins d’exils, subissent les contraintes d’un territoire assiégé. Ils évoluent ensemble dans l’espace et explorent cette gigantesque page blanche, telle un territoire vierge, inconnu, un pays à découvrir, une identité à se réapproprier chaque jour.
Les danseurs se mettent en jeu avec cette feuille qui sera tantôt surface fébrile, tantôt muraille obscurante, désert interminable ou montagnes inaccessibles, vague ou planète flottant dans le silence sidéral.
De la Palestine à l’Irak, quand la mort est partout imminente et qu’elle frappe aveuglément l’un ou l’autre, alors qu’elle ne laisse aucune fuite possible il s’agit d’occuper pleinement le temps.
Pietà est la métaphore de nos existences entremêlées à cette terre traversée de conflits acharnés, de tensions guerrières et de charniers oubliés, mais aussi d’une persistance de la vie et d’une capacité d’espérance, s’en remettant uniquement à la force du corps à générer son propre souffle, sa propre nourriture.
Le corps, par son mouvement, invente et crée pour survivre les ponts qui relient à l’immensité d’une histoire ancestrale et la promesse de temps meilleurs.

chorégraphie : Aurélien Zouki
lumières : Ádám Fejes
son : Éric Deniaud
danseurs : Adrienn Hoffmann, Anita Barabás, Aurélien Zouki

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr

+33 1 43 26 06 44

Entrée libre

Bálint Pörneczi « Figurák » à l'Institut hongrois du 15 janvier au 21 mars 2015

photo : Bálint Pörneczi : La série Figurák
Exposition
Vernissage : 15 janvier à 19h

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr

+33 1 43 26 06 44

Bálint Pörneczi, jeune photographe d’origine hongroise s’est installé avec sa famille en France en 2011. Auparavant, pendant plusieurs années, il a travaillé comme reporter puis comme éditeur pour le journal et le magazine hongrois Magyar Nemzet. Auteur de plusieurs reportages au Kosovo, en Bosnie ou bien encore en Égypte, il a également pigé pour l’AFP et collabore régulièrement pour l’agence de presse américaine Bloomberg.

La série Figurák qu’il a commencée en 2013, est le fruit de son attirance au travail des grands portraitistes comme August Sander, Anton Corbijn ou Richard Avedon. Pendant ses voyages et déplacement professionnels il contemple son monde, observe les passants et demande de certains un sourire ou un regard pour réaliser des portraits en noir et blanc avec son iphone, tout en respectant le cadrage original de la prise de vue. Il cherche à photographier les gens simplement, sans artifice, qu’ils soient connus ou parfaitement anonymes. Ses sujets sont tous traités de la même façon, tout en faisant attention au rythme, à la diversité de la composition et la variété du sujet. Parmi les personnages qu’il photographie en France et en Hongrie, on retrouve les gens issus de différentes couches sociales, les p.d.g des grandes sociétés internationales aussi bien que les sans-abris.

Entrée libre

« L’histoire et le politique habitent dans la chambre d’à côté » Interview avec Renátó Fehér

"Le premier recueil de Renátó Fehér, Garázsmenet (Ed. Magvető, 2014) a reçu un accueil critique enthousiaste en Hongrie. Nous avons profité du séjour parisien du jeune auteur pour parler poésie.

Tu es né en 1989, une année qui s’annonçait particulièrement riche de promesses. Avec ton premier recueil, tu fais le bilan (pour ainsi dire le bilan « à charge ») des vingt-cinq premières années de ta vie qui coïncident avec le premier quart de siècle de la démocratie hongroise. A la manière d’un acte d’accusation, Garázsmenet (Terminus) passe en revue les petites lâchetés (souvent familiales) qui finissent par incarner l’échec de toute une époque. D’où vient cette assurance dans la composition ? Je me demande si tu n’es pas né exprès cette année-là pour donner encore plus de poids à la symbolique de ton recueil." La suite sur litteraturehongroise.fr

Les maisons «op-art» des années 60 hongroises, insolites et mal-aimées

"Des couleurs flashy et des motifs géométriques extravagants: 25 ans après la chute du Rideau de fer, des maisons hongroises témoignent d’une époque où la fantaisie des crépis offrait une rare échappatoire à la grisaille communiste, un passé aujourd’hui refoulé.
Construites à quelque 800.000 exemplaires à travers le pays dans les années 1960 et 1970, les «cubes de Kadar», du nom du dirigeant communiste de l’époque, étaient censés offrir aux Hongrois un confort pavillonnaire égalitaire, sur 100 mètres carrés." La suite sur liberation.fr

Des Hongrois manifestent à Budapest contre la politique d'Orban

"Plusieurs milliers de Hongrois ont manifesté mardi [16 décembre 2014] à Budapest contre les hausses d'impôt et la corruption. Il s'agit du dernier signe en date du mécontentement envers le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban.
Devant le ministère de l'Economie, les participants s'en sont pris à l'affaiblissement de la démocratie dans le pays, aux réformes de l'éducation et plus généralement à une politique qui, selon eux, délaisse les classes défavorisées. Viktor Orban, qui a remporté les législatives d'avril dernier, n'a plus à se soucier d'élections nationales avant 2018." La suite sur romandie.com

 

Hongrie: la Banque centrale maintient son taux directeur à 2,10%

"La Banque centrale hongroise (MNB) a maintenu mardi son taux d'intérêt directeur à 2,10%, dans le cadre d'une politique affichée de stabilité jusqu'en 2016." La suite sur lesechos.fr

Budapest décidé à fermer les magasins le dimanche

"Pas question le dimanche ! A contre-courant des autres pays européens, le Premier ministre hongrois de droite, Viktor Orban, lance une nouvelle mesure « peu orthodoxe » : obliger les grandes surfaces à fermer leurs portes le dimanche. D'après le « Financial Times », le projet de loi, examiné cette semaine par le Parlement, devrait perturber un secteur largement dominé par les chaînes étrangères, comme Tesco, Aldi ou Auchan. En revanche, les petites boutiques ne seront pas concernées par la nouvelle loi." La suite sur lesechos.fr

La Cour de Strasbourg réexaminera le limogeage d'Andras Baka

"La Cour européenne des droits de l'homme a accepté de réexaminer devant son instance suprême sa condamnation de la Hongrie pour le limogeage « politique » en 2012 d'Andras Baka, président de la Cour suprême hongroise.
« L'affaire a été renvoyée devant la Grande chambre à la demande du gouvernement hongrois » qui conteste un jugement de la Cour de Strasbourg rendu fin mai, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Dans un premier arrêt, la Cour avait condamné la Hongrie pour « violation de la liberté d'expression » considérant qu'il s'agissait d'un limogeage politique. Les magistrats européens avaient estimé que M. Baka avait été révoqué parce qu'il avait « publiquement critiqué la politique gouvernementale en matière de réforme judiciaire », alors qu'il était président de la Cour suprême hongroise." La suite sur lextimes.fr

mardi 16 décembre 2014

La Hongrie ferme ses commerces le dimanche

"Les commerces hongrois de 200 mètres carrés et plus devront rester fermés le dimanche à partir de mars 2015, a décidé aujourd'hui le Parlement hongrois, tandis que le patronat a mis en garde contre des licenciements.
La nouvelle loi, dont le principe est que personne ne doit être contraint de travailler le dimanche, a été proposée par le parti chrétien-démocrate, un petit allié du parti conservateur Fidesz au pouvoir. Elle prévoit que les commerces de moins de 200 mètres carrés puissent fonctionner si leur propriétaire ou un membre de sa famille se tient derrière le comptoir." La suite sur lefigaro.fr

Paul Wiener - Sur Sándor Ferenczi

"Erös Ferenc - Psychanalyse et révolution : Sándor Ferenczi et l’Université de Budapest en 1918-1919 - Budapest, Jószöveg Mühely kiadó, 2011
Ceux qui sont familiers de l’histoire hongroise savent qu’en 1919, après la première guerre mondiale perdue et la dislocation de la monarchie austro-hongroise, une République de Conseils s’est installée et a gouverné la Hongrie pendant quatre mois. La psychanalyse qui a été sur une trajectoire ascendante depuis le début de siècle a atteint paradoxalement son apogée de reconnaissance pendant le règne de ces révolutionnaires, grâce à la nomination de Sándor Ferenczi à l’Université en qualité de professeur. Il mérite d’être rappelé qu’en URSS, après une période d’une dizaine d’années de libre exercice, le stalinisme, une fois installé, a détruit la psychanalyse. Nous ignorons comment la psychanalyse aurait évolué si la République des Conseils avait survécu. Le livre de Ferenc Erös raconte cette étonnante aventure universitaire." La suite sur C@hiers de psychologie politique

L'ultime auberge de Imre Kertész

Œuvre inclassable, L’Ultime Auberge est une exploration des tréfonds de l’âme et de l’esprit d’un écrivain malade, aux prises avec les revers de l’existence autant qu’avec un pays d’origine abhorré. Entre confessions et réflexions, joies et souffrances, vie personnelle et vie publique, Kertész saisit le monde autant que lui-même, offrant un autoportrait de l’artiste au travail – un artiste réfractaire et toujours insoumis. L’Ultime Auberge, œuvre superbe et vertigineuse, prouve une fois de plus le talent d’un immense écrivain de renommée internationale.


Actes Sud Littérature
Lettres hongroises
Parution prévue : 7 Janvier 2015
11,5 x 21,7 / 320 pages
traduit du hongrois par : Charles ZAREMBA, Natalia ZAREMBA-HUZSVAI
ISBN 978-2-330-03896-0
prix indicatif : 22, 80€


Éditions Actes Sud

Hongrie: les droits de l'homme menacés

"La liberté de la presse et les droits des minorités restent menacés en Hongrie, malgré certains progrès, affirme le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, dans un rapport publié aujourd'hui à Strasbourg.
Nils Muinieks salue les initiatives du gouvernement de Viktor Orban pour amender la loi sur les médias ou mieux réprimer les discours de haine, en réponse aux critiques des institutions européennes, mais estime le bilan insuffisant. "Dans la pratique, la simple existence de certaines dispositions dans la législation hongroise a pour effet de paralyser la liberté de la presse", dit-il." La suite sur lefigaro.fr

L'UE toujours inquiète de la situation des droits humains en Hongrie

"La liberté de la presse et les droits des minorités restent menacés en Hongrie, malgré certains progrès, affirme le commissaire aux droits humains du Conseil de l'Europe, dans un rapport [au format PDF, en anglais] publié, mardi 16 décembre, à Strasbourg. Nils Muinieks salue les initiatives du gouvernement de Viktor Orban pour amender la loi sur les médias ou mieux réprimer les discours de haine, en réponse aux critiques des institutions européennes, mais estime le bilan insuffisant." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Les évènements se précipitent en Hongrie

"Au mois d’octobre, le Fidesz remportait haut la main sa troisième élection de l’année. Ses résultats macro-économiques semblaient donner raison à Viktor Orbán quant à ses politiques hétérodoxes anti-austérité. Enfin, l’ouverture vers l’Est, en particulier des coopérations énergétiques avec la Russie, devait permettre à la Hongrie de se réapproprier sa souveraineté politique…
Et pourtant, ces dernières semaines, le Fidesz est en chute libre dans les sondages, les Hongrois reprennent la rue, les scandales d’enrichissement personnel s’accumulent, les relations avec les États-Unis sont au plus bas et le projet South Stream tombe à l’eau… Viktor Orbán fait face à des difficultés aussi bien à l’international qu’en Hongrie." La suite à lire et écouter sur hu-lala.org

Une Russie impérialiste, mais…par Jean-Marie Colombani

"Le cas de la Hongrie est le plus emblématique de la diplomatie poutinienne : à l’alliance avec Jobbik s’ajoutent des liens privilégiés avec Viktor Orban, le tout-puissant Premier ministre, l’objectif étant de faire de la Hongrie une tête de pont en Europe. Avec un objectif stratégique désormais connu, au vu et au su de ceux qui veulent bien écouter Vladimir Poutine : faire éclater l’Union européenne pour rétablir quelque chose qui puisse ressembler à la domination soviétique sur l’est du continent." Extrait d'un article paru dans directmatin.fr

Le Freischütz à l’Opéra de Budapest (salle Erkel): aïe, aïe, aïe !

"Par Pierre Waline
Un ténor perché dans une cuvette oscillant à trois mètres au-dessus du sol. Une soprano hissée sur un monte-charge tandis que courent en tous sens à ses pieds des hommes en caleçon long (de plus, vieux, mal rasés et pas beaux...). Une danseuse nue (ou presque), elle aussi perchée sur ladite cuvette qui s’enduit le corps de cambouis tandis que notre petit monde gesticule et chante sur scène. Une pièce burlesque? Offenbach, Chabrier, Chostakhovitch? Non ! Le Freischütz de Carl Maria von Weber.
Le délit fut commis dimanche dernier pour la Première au théâtre Erkel de Budapest. La première, ... malheureusement pas la dernière. Il y a des moments où l’on se prendrait méchamment à rêver d’un rétablissement du goulag, du moins pour certains  metteurs en scène..." La suite sur francianyelv.hu

lundi 15 décembre 2014

Des Hongrois manifestent contre la corruption

"Quelque 2500 Hongrois ont manifesté devant le parlement à Budapest, dimanche, pour dénoncer la corruption alléguée, les mesures d’austérité et la détérioration des programmes sociaux.
L’organisateur de la manifestation, Zoltan Vajda, estime que le budget de l’État pour l’année 2015, qui doit être approuvé par les parlementaires lundi, n’est pas digne de la Hongrie." La suite sur journalmetro.com

En avant la musique ! « Farémido », de Frigyes Karinthy

"Les personnages de fiction ne meurent jamais vraiment... Après Lilliput, Brobdingnag et le pays des Houyhnhnms, c’est à Farémido que le Hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938) décide d’expédier Gulliver. Si ce cinquième voyage, publié en 1916, nous entraîne en des lieux inconnus, il nous ramène aussi sur le terrain, cher à Jonathan Swift, de la satire sociale et politique." La suite sur monde-diplomatique.fr

Lire aussi le Blog des Mardis hongrois
et le site frigyes-karinthy.fr.nf

La Chine promet à l'Europe centrale et de l'est une coopération vigoureuse

"Belgrade - Le Premier ministre chinois Li Keqiang rencontre mardi à Belgrade les Premiers ministres et hauts représentants de 16 États d'Europe centrale et de l'est, friands d'investissements étrangers, auxquels Pékin proposera d'établir une coopération vigoureuse.

Nous adopterons des mesures plus flexibles, en particulier des formes diversifiées d'investissements (...) afin d'assurer un soutien plus vigoureux aux projets de coopération entre la Chine et l'Europe de l'est, a déclaré à la veille de ce sommet le numéro deux de la diplomatie chinoise Wang Chao.

Pékin, qui dispose d'importantes réserves de devises, souhaite développer sa présence en Europe centrale et orientale, une région jugée stable et en plein essor et s'intéresse à l'infrastructure, l'énergétique, l'agriculture et l'industrie.

La Hongrie s'affiche comme le meilleur élève des pays de la région et a attiré 2,4 milliards d'euros d'investissement chinois en 2013." La suite sur romandie.com

dimanche 14 décembre 2014

Boldi au Salon SNBA 2014 Exposition du 11 au 14 décembre 2014 Carrousel du Louvre

jeudi et samedi de 10h à 22h vendredi de 12h à 19h dimanche de 10h à 19h
Salles du Carrousel du Louvre 99 rue de Rivoli 75001 Paris
Informations : www.salondesbeauxarts.com

Le sculpteur hongrois Boldi participe au Salon de la Société Nationale des Beaux Arts 2014 avec deux de ses oeuvres, exposées du 11 au 14 décembre dans les Salles du Carrousel du Louvre (99 rue de Rivoli 75001 Paris). Le vernissage aura lieu le 11 décembre à 18h, samedi les organisateurs invitent le public à un concert à 18h et dimanche à la remise des Prix à partir de 11h.
Boldi, un sculpteur hongrois au style unique et caractéristique, lauréat de plusieurs prix, expose régulièrement dans des expositions individuelles et collectives, nationales et internationales, parmi lesquelles aux salons artistiques parisiens.

Le regard hongrois Exposition du 4 au 26 décembre 2014 à la MJC de Corbeil

Regarde le monde avec les yeux d’un Hongrois – que vois-tu? A travers les oeuvres de Gábor Szerényi, graphiste – journaliste, Orsolya Elek, photographe, Rudolf Bér, peintre, l’exposition présente l’évolution qu’a connu la Hongrie depuis des années 50s à nos jours. Le vécu d’individus reflétant autant les grands moments de l’histoire que ceux de leurs vie quotidienne.
Entrée libre
MJC Fernand-Léger 45 allée Aristide Briand, 91100 Corbeil-Essonnes

Contre l'impôt sur internet

"Le projet du gouvernement hongrois de taxation d'internet a été abandonné sous la pression de la foule. Il aurait considérablement nui à la croissance. Robert D. Atkinson, fondateur et président de la Fondation pour les technologies de l'information et pour l'innovation, et Ben Miller conseiller politique à la Fondation pour les technologies de l'information et pour l'innovation.
Celui qui parvient à déclencher une des plus grandes manifestations en Europe de l'Est depuis la chute du communisme, est sûr d'avoir exacerbé l'électorat. C'est exactement ce qu'a fait le gouvernement hongrois en proposant récemment un « impôt Internet » de 50 centimes d'euro par gigaoctet. Plus de 100 000 manifestants se sont rassemblés à Budapest, furieux de la symbolique politique de l'impôt et de son impact économique très réel. Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orbán a rapidement fait marche arrière." La suite sur latribune.fr

samedi 13 décembre 2014

Football : Ferencváros recrute un nouvel international

Par Grégory Sabadel
Les verts et blancs se renforcent lors de la pause hivernale : Tamás Hajnal, le milieu offensif de 33 ans, fait en effet son grand come back sur le boulevard Üllöi : après avoir disputé deux matchs officiels avec Fradi lors de la saison 1996-1997, l'international hongrois va reporter ce maillot.
Il a passé presque toute sa carrière en Allemagne, notamment au Borussia Dortmund ou au VfB Stuttgart. Il a ainsi connu la Bundesliga ou la Bundesliga 2 avec Kaiserslautern ou avec son dernier club, le FC Ingolstadt 04. En fait, Hajnal avait été libéré de son contrat en août 2014 ; il obtient ainsi une chance de se relancer avec l'actuel cinquième de l'OTP Bank Liga.

Hongrie: un chef d'oeuvre de la peinture retrouvé grâce à "Stuart Little"

"Une toile de maître disparue, achetée une bouchée de pain il y a quelques années, a été vendue pour une petite fortune samedi soir à Budapest, après avoir été fortuitement identifiée dans un décor du film américain "Stuart Little".
La "Dame endormie au vase noir", oeuvre du maître d'avant-garde hongrois Robert Bereny (1888-1953), a été adjugée 229.500 euros lors d'une vente aux enchères suivie par des médias du monde entier." La suite sur nouvelobs.com

Un artiste hongrois recrée les couvertures des livres Harry Potter en y ajoutant une touche magique

"L’étudiant en design hongrois Kincső Nagy a recréé à sa manière les couvertures des livres Harry Potter en y ajoutant une touche minimaliste et magique.
Et comme on peut le constater sur ces images, la magie opère autant à l’extérieur des livres (avec de la lumière bleue sur la couverture) qu’à l’intérieur (montages d’images)" La suite sur vincentabry.com

La visite de Li Keqiang en Serbie promouvra la ligne ferroviaire Belgrade-Budapest

"La visite prochaine du Premier ministre Li Keqiang en Serbie promouvra les progrès de la ligne ferroviaire Belgrade-Budapest que la Chine construit conjointement avec la Serbie et la Hongrie, a fait savoir vendredi le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Wang Chao.
Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé mercredi que Li Keqiang effectuerait des visites au Kazakhstan, en Serbie et en Thaïlande du 14 au 20 décembre." La suite sur china.org.cn

Une équipe formidable

"Le destin du fantastique Honved Budapest de Puskas, Kocsis et Czibor bascula au coeur de l'hiver 1956, au moment de l'insurrection de Budapest réprimée dans le sang par l'intervention militaire soviétique.
ZOLTAN CZIBOR, en plein milieu de ce déjeuner pesant et silencieux, se lève. Un brin bravache, alors que ses coéquipiers ont les yeux rivés sur leur assiette, l'ailier hongrois balance à Gustav Sebes, alors vice-ministre des Sports hongrois (et ancien patron de la sélection de 1947 à 1956) :... " La suite sur lequipe.fr (version payante)

Budapest : un cinéma pour des histoires à dormir couché

"Cela s’appelle un cinéma lit. Budapest revendique le premier en Europe. Il vient tout juste d’ouvrir ses portes. Pas vraiment des lits d’ailleurs mais des espaces réservés dans lesquels on peut confortablement s’allonger.
László Jankura en est le directeur : “Si on aime s’allonger à la maison, relever ses jambes, mettre un oreiller sous la tête, mais que l’on trouve aussi que l‘écran de la télé n’est pas assez grand et qu’on apprécie un très bon son tout en regardant un très grand écran c’est exactement ce que nous proposons.” La suite et vidéo sur euronews.com

vendredi 12 décembre 2014

Les jours d'Orbán sont comptés

"Selon un récent sondage, le parti ultraconservateur Fidesz au pouvoir en Hongrie aurait perdu douze points en l'espace d'un seul mois. Les experts imputent cette perte de popularité aux grandes manifestations de ces dernières semaines. Pour la plate-forme de blogs Cink, les jours du Premier ministre Viktor Orbán et de son parti Fidesz pourraient bien être comptés : "Tôt ou tard, tous les partis finissent par être rattrapés par leur destin, nul n'échappe à la règle." La suite sur eurotopics.net

Trois pays peuvent s’opposer à la prolongation de durée des sanctions contre la Russie

"Par La Voix de la Russie
La position des pays tels que la Hongrie, l'Italie et Chypre pourrait empêcher la prolongation de durée des sanctions contre la Russie expirant en 2015, selon les médias européens. Selon des journalistes, Budapest, Nicosie et Rome sont en pourparlers avec Moscou sur cette question, ils sont les alliés les plus probables de la Russie." La suite sur ruvr.ru

Une usine à jouets pour les plus démunis en Hongrie

Par AFP
A Budapest, depuis 8 ans, une « usine à jouets » vient en aide aux enfants démunis. Elle récolte des milliers de cadeaux qu'elle expédie à travers toute la Hongrie en partenariat avec la croix-rouge afin que les plus pauvres puissent fêter dignement Noël. Vidéo

Œnotourisme en Hongrie

"Héritière d'un passé millénaire, où se croisent les influences romaines et balkaniques, occidentales et orientales, dépositaires des savoir-faire ancestraux des tribus magyares et des connaissances des ordres religieux du Moyen âge, riches de cépages indigènes, la Hongrie se révèle un grand pays de vins..." La suite sur guide-hongrie.fr

Nekem Budapest » / « Meanwhile in Budapest à Corbeil-Essonnes Vendredi 12 décembre 2014

Projection du film « Nekem Budapest » à la MJC de Corbeil-Essonnes. (DR)
"Projection du film « Nekem Budapest » / « Meanwhile in Budapest » / « Pendant ce temps là à Budapest » suivi d’un échange sur le film.
Réalisés sur le modèle de « Paris, je t’aime » et « New York, I love you » ; la capitale de la Hongrie est devenue le sujet d’un film à sketches hongrois en 2013.
Ce film réalisé par les étudiants de l’École Supérieure de Théâtre et de Cinéma de Budapest montre comment de jeunes réalisateurs ressentent le quotidien d’une ville aussi vivante et chaleureuse que Budapest, souvent référé comme le « Paris » de l’Est.
Le film se constitue de huit court métrages, chacun présentant un visage différent des budapestois et de leur vie.
  • Vendredi 12 décembre à 19h à la MJC
Plus d'information sur : essonneinfo.fr

La Hongrie souhaite avoir des liens plus étroits avec les Balkans occidentales

"Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a indiqué jeudi que les récents événements sur le plan politique et économique à l'échelle mondiale avaient accentué l'importance des Balkans occidentales et que son pays avait besoin d'accroître la coopération économique et politique avec les pays de la région.
M. Szijjarto a tenu ces propos à l'issue des discussions avec son homologue macédonien Nikola Poposki." La suite sur china.org.cn

Bardot demande à la Hongrie et à la Pologne d'interdire le plumage d'animaux vivants

"Brigitte Bardot a écrit jeudi aux Premiers ministres hongrois et polonais pour leur demander d'interdire le plumage des oies et canards vivants, à la suite d'un reportage montrant des animaux victimes de cette "opération barbare" dans des fermes de leurs pays.
La semaine dernière, France 2 avait diffusé "des images terribles, tournées dans des fermes polonaises et hongroises, montrant des oies plumées vivantes dans des conditions indignes et révoltantes", déclare l'ex-actrice, reconvertie depuis des années dans la défense des animaux, dans un communiqué diffusé par sa Fondation." La suite sur lci.tf1.fr

La Hongrie et la Slovaquie occultent leurs problèmes

"La rencontre officielle d'un jour entre le président hongrois János Áder et son homologue slovaque Andrej Kiska s'est caractérisée par une harmonie totale sur tous les dossiers. Le quotidien libéral Sme déplore que les deux chefs d'Etat aient délibérément éludé les litiges, par exemple la question des minorités : "Les relations entre la Slovaquie et la Hongrie sont excellentes, ont constaté Áder et Kiska. … Ce serait bien si c'était vrai." La suite sur eurotopics.net

jeudi 11 décembre 2014

Concours de sapins de Noël au château Nagytétény

"C’est aussi Noël au château de Nagytétény. Un château baroque près de Budapest dont le musée chaque année ouvre ses portes à des artistes contemporains. Charge à eux de décorer des sapins de Noël en accord avec les styles des pièces du bâtiment. Parmi les artistes Natalia Gyulai : “Le Rococo est ma période favorite. L’aisance, la richesse, le luxe et la grandeur… J’ai décoré le sapin de noël avec des plumes roses de marabout. Les plumes exotiques sont toujours chères et elles correspondent parfaitement au style des meubles rococo. Les colombes symbolisent l’esprit saint, l’amour et le bonheur dans l’art sacré.” La suite sur euronews.com

Rencontres par Flora

Il m’arrive souvent de faire des rencontres, réelles ou virtuelles qui me laissent une sensation de légèreté, de lien chaleureux, immédiat. Le charme passe, un air de complicité s'installe. Il peut disparaître aussitôt, momentané, ou devenir relation durable, plus ou moins suivie. Il peut même se muer en amitié mais cela demande, déjà, à écrire une histoire à plusieurs chapitres. Pour éprouver la solidité du lien.
    La relation amoureuse, c'est tout autre chose. Elle débute, du moins pour moi, par un coup de foudre, souvent au retardement léger, rappelant la photo déclenchée à distance. Comme s'il me fallait quelques heures ou plus, pour que les processus biochimiques  - horribile dictu par les affreux scientifiques qui cassent le rêve  -  concoctent leurs mélanges explosifs qui feront voler en éclat toute quiétude. Un laps de temps nécessaire pour que le fantasme se mette en route et qu'il transfigure l'autre, le presque indifférent peu de temps auparavant, en un être exceptionnel qui répondra à tous les critères. Ou presque...
   Les rencontres, ce sont des phares minuscules qui éclairent la morne routine de notre parcours. Cherchons-nous le miroir qui nous renvoie notre image pour nous rassurer, pour nous flatter ou accabler, ou bien sommes-nous à la recherche de la différence, de notre part manquante, afin que le Yin et le Yang puissent devenir un cercle, la forme parfaite...
   Comment savoir si la rencontre sera positive ou négative, amie ou ennemie? D'autant plus difficile que mon intuition pas du tout légendaire souffre des emballements enthousiastes qui ont tendance à idéaliser l'autre, à amplifier les ondes invisibles qui accompagnent ces petites passerelles permettant de rejoindre l'autre au-dessus de l'abîme.
Sans compter la rencontre fondamentale  -  la plus vitale  -  celle qui nous attend avec nous-mêmes.

Rozsa Millet

mes blogs (cliquer):

Meta (Albanie) reçoit le ministre hongrois des Affaires étrangères

"TIRANA, 10 déc. /ATA/ – Le président de l’Assemblée, M. Ilir Meta, qui a reçu le ministre des Affaires étrangères et du Commerce de la Hongrie, Péter Szijjártó, a salué les excellentes relations politiques entre l’Albanie et la Hongrie, ainsi que les sentiments d’amitié traditionnelle entre nos deux peuples." La suite sur ata.gov.al

Autour de l'oeuvre d'Imre Kertész | Institut hongrois, en janvier 2015

Imre Kertész, né en 1929 et Prix Nobel 2002.
En partenariat avec l'Institut hongrois, deux temps forts autour de l'oeuvre d'Être sans destin :
- Samedi 31 janvier à 16h à l'Institut hongrois, 92 rue Bonaparte
Projection de l'adaptation cinématographique "Etre sans destin" de Lajos Koltai (2006).
Réservation par mail à accueil@instituthongrois.fr

- Jeudi 29 janvier 2015 à 19h30 à l'hôtel de Massa (38, rue Faubourg-Saint-Jacques)
Présentation par Catherine Coquio, enseignante à l'université de Poitiers et présidente de l'Association internationale de recherche sur les crimes contre l'humanité et les génocides.
Lecture, en hongrois par Zsuzsa Fejér et en français par Patrick Karl, des extraits de Être sans destin, récit traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, paru en 1998 et en 2009 en collection Babel.
Réservation par mail à lecture33@free.fr ou communication@sgdl.org
Source : actes-sud.fr

Festival Sziget 2015

Oyez Oyez les Szigotos ! Nous avons réalisé cet aftermovie avec tout notre amour ! On a vécu 7 jours tout simplement inoubliables ! On se voit en 2015 ! A consommer, liker et partager sans modération !
Tarifs privilégiés jusqu'au 31 décembre sur http://szigetfestival.fr
‪#‎Sziget2015‬

Le nucléaire russe s'étend en Europe malgré les sanctions

"La Russie et la Hongrie ont signé le 9 décembre un accord sur la construction de nouveaux réacteurs à la centrale nucléaire de Paks, écrit jeudi 11 décembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.
Avant cela, l'Office hongrois de l'énergie atomique avait délivré une licence pour prolonger les délais d'exploitation du deuxième réacteur actif de Paks de 20 ans - jusqu'au 31 décembre 2034. Le premier réacteur avait reçu une licence identique en décembre 2012. L'unique centrale nucléaire en activité en Hongrie se situe à 100 km de Budapest et à 5 km de Paks, elle fournit plus de 42% de l'électricité produite dans le pays." La suite sur ria.ru

Sommet de Visegrád : la Suisse renforce le dialogue et la coopération avec la Slovaquie, la République tchèque, la Pologne et la Hongrie

"Berne, 09.12.2014 - Lors de sa rencontre avec les premiers ministres Robert Fico (Slovaquie), Bohuslav Sobotka (République tchèque), Ewa Kopacz (Pologne) et Viktor Orbán (Hongrie) dans le cadre du sommet de Visegrád à Bratislava, le président de la Confédération Didier Burkhalter a adopté avec ses interlocuteurs une déclaration visant à favoriser l’organisation d’échanges de vues réguliers et l’élaboration d’initiatives communes dans des domaines comme la formation, la recherche ou la coopération économique." La suite sur admin.ch

Le Parti du Premier ministre hongrois veut imposer un dépistage obligatoire des drogues pour les politiciens, les journalistes et les enfants de plus de 12 ans

"En Hongrie, des députés du parti au pouvoir, le Fidesz, ont soutenu une proposition pour imposer des tests de dépistage de drogues annuels à tous les politiciens, les journalistes, mais aussi aux enfants à partir de 12 ans.
Antal Rogán, qui dirige le groupe parlementaire du Fidesz à l’assemblée, estime que ce projet « nécessite de sérieux ajustements », mais il en défend le principe, expliquant qu’il permettrait de protéger les enfants de la toxicomanie, et de lutter contre le trafic de drogue et le crime organisé." La suite sur express.be

Idée cadeau : Quelque part en Europe et Père - 2 DVD chez Clavis Films

Quelque part en Europe, un film de Géza von Radványi

1944. Quelque part au bord du Danube. Des enfants, victimes de drames terribles, surgissent d'un peu partout. Ils maraudent pour vivre et mènent une existence à moitié sauvage, craignant autant leurs semblables que les adultes... Ils forment, petit à petit, une bande de "pillards" régie par la loi du plus fort. Les paysans les chassent à coup de fusil, les forces de l'ordre essayent de les maîtriser. Afin de leur échapper, la bande de gosses finit par se réfugier dans un château habité par un chef d'orchestre retranché du monde... D'abord malmené, le musicien parviendra à gagner leur confiance...
Source : Wikipédia

Père, un film de István Szabó

Le jeune Takó, élevé dans le souvenir de son père, mort durant le siège de Budapest en 1945, auréole celui-ci d'une glorieuse image de héros dont il vante, à qui veut l'entendre, les exploits. Mais, il y a un décalage entre la vision idéalisée d'un père et la réalité... Adulte, Takó commence à s'interroger et la rencontre avec Anni, étudiante juive dont le père est mort en déportation, contribue à son éveil.
Source : Wikipédia

DVD disponibles
Pour plus d'information voir Clavis Films

How To Speak Hungarian with Barbara Palvin


Idée cadeau : Vuk le petit renard DVD chez Clavis Films

Disponible dès vendredi 12 décembre 2014
Pour plus d'information voir Clavis Films

"Vuk, un renardeau désobéissant et aventurier, quitte le terrier familial une nuit pour aller dans la forêt. Mais à son retour, le terrier est vide : toute sa famille a été décimée par l'Homme, le Chasseur, désigné dans le film comme "Celui-à-la-peau-lisse" et ses chiens. L'oncle de Vuk, le vieux et sage Karak, prend alors le petit renard sous son aile et lui apprend la chasse.
En grandissant, Vuk devient un grand et beau renard et un très bon chasseur qui ose même s'aventurer dans la basse-cour du Chasseur. Karak est tué durant une chasse mais Vuk jure de le venger en humiliant "Celui-à-la-peau-lisse". Il réussi à tromper la vigilance des chiens de chasse pour s'introduire dans la basse-cour et s'emparer de toute la volaille. Il découvre ensuite une renarde prisonnière dans une cage qu'il libère. Vuk fonde alors une grande famille avec la renarde dans la grotte de Karak." Source : Wikipédia