vendredi 31 octobre 2014

Viktor Orbán recule sur la taxe internet en Hongrie

"De nombreuses manifestations avaient eu lieu dans le pays face à ce projet, également critiqué par les Etats-Unis et l'Union européenne.
C’est un recul rare pour Viktor Orbán : le Premier ministre hongrois, mis sous pression par des manifestations et vivement critiqué par Washington et Bruxelles, a annoncé vendredi le retrait sine die de son projet de taxe internet. «La taxe sur Internet ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle [...] Rien ne peut être validé dans ces circonstances», a annoncé à la radio publique le dirigeant conservateur, qui s’exprimait après une semaine de silence." La suite sur liberation.fr

Halloween : à Budapest, pas de chats noirs à adopter par crainte de sacrifices

"Pourquoi les demandes d'«adoption» de chats noirs pulvérisent-elles les records en ce moment à Budapest en Hongrie ? A cause de ! Mais les demandes n'émanent d'amoureux des félins... Un refuge de Budapest assailli de coups de téléphone a découvert qu'elles émanaient de groupes satanistes. Ecoeuré, le refuge a décidé de garder ses matous sous bonne garde avant la fête." La suite sur leparisien.fr

Ce que j’ai voulu taire : un inédit de Sándor Márai

"Rédigé en 1950, publié en 2013, le récit de Sándor Márai a mis plus de 60 ans à parvenir jusqu’à nous. La version que l’on peut découvrir aujourd’hui n’est que quasi-achevée puisque l’auteur pensait y ajouter des chapitres et que certains passages sont raturés. Néanmoins, ce texte nous offre le regard d’un écrivain hongrois, exilé, qui se retourne et constate les ravages des dix dernières années sur son pays." La suite sur toutelaculture.com

Une fête pour les échanges et les finances

"Les futurs éducateurs de jeunes enfants, actuellement en 2 e année à l'Institut régional de formation d'éducateurs, organisaient, jeudi dernier, une soirée kermesse dans les locaux de l'école.
En dehors de son aspect festif, le but de cette soirée était de favoriser échanges et rencontres entre étudiants mais aussi de récolter des fonds en vue pour permettre l'organisation d'un voyage d'étude à Budapest." La suite sur lepopulaire.fr

Le Premier ministre hongrois retire le projet de taxe internet

"Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé vendredi que le projet de taxe internet ayant provoqué un tollé "ne peut être adopté sous sa forme actuelle".
Le Premier ministre conservateur populiste hongrois Viktor Orban a annoncé dans une interview à la radio publique que "la taxe sur internet ne peut pas être introduite dans sa forme actuelle". "Rien ne peut être validé dans ces circonstances", a expliqué Viktor Orban." La suite sur rts.ch

« Wifi pour tous » : j’ai manifesté contre la taxe internet à Budapest

"Vincent Liegey - Doctorant à Budapest
Cette semaine, j’ai participé à un beau moment de joie collective. Mardi soir, la manifestation contre la taxe internet s’est transformée en un exutoire dans une société assez réservée. Tout s’est fait dans le calme. Comme une grande marche familiale, une kermesse. Avec les lumières magnifiques de Budapest.
Beaucoup de manifestants peu politisés
Il n’y a pas une tradition très forte pour la manifestation ici. Alors voir des dizaines de milliers de manifestants, un mardi soir, dans le froid, c’est assez exceptionnel." La suite sur rue89.nouvelobs.com

jeudi 30 octobre 2014

L’Analphabète d'Agota Kristof jusqu'au 22 nov 2014 Théâtre des Déchargeurs


Je lis. C’est comme une maladie. Je lis tout ce qui me tombe sous la main. Tout ce qui est imprimé. J’ai 4 ans. La guerre vient de commencer.
Onze chapitres comme des rites de passage. Brefs et secs comme le destin. Souriants comme la liberté quand elle nargue. De la Hongrie en Suisse, ils vont aussi de l’enfance à l’âge adulte, du cocon familial à l’exil et de la lecture avide à l’apprentissage de la langue. Lire/écrire. L’analphabète est totalement imprégné de cette jubilation-là. Lire/écrire. Un antidote au malheur. Un pied-de nez à la vie même.

Mise en scène : Nabil El Azan
Comédien(s) : Catherine Salviat
Lumières : Philippe Lacombe
Costumes : Danièle Rozier
Crédit Photo Visuel : Ali Cherri
 
3, rue des Déchargeurs
75 001 Paris 01 42 36 00 02
 

Deux journalistes d’extrême droite promus à la tête des médias publics hongrois

"L’ampleur des manifestations en Hongrie, mardi 28 octobre, contre la future taxe sur la consommation d’Internet, a pris de court le gouvernement Orban. Organisé grâce à une page Facebook qui a déjà recueilli plus de 233 000 « j’aime », le mouvement a gagné en quelques jours une demi-douzaine de villes universitaires et rassemblé à Budapest des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup n’avaient jamais participé de leur vie à une protestation politique." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Le véritable problème, c'est Orbán

"Les revendications des manifestants hongrois portent davantage sur l'avenir du pays que sur la seule taxe Internet, analyse le quotidien de gauche Pravda : "Les Hongrois ne manifestent pas parce qu'on veut les priver de Facebook, de Skype ou des jeux vidéo. Dans la société autoritaire vers laquelle se dirige clairement la Hongrie sous la houlette d'Orbán, Internet est une source importante d'informations non biaisées venues du monde, mais aussi un instrument de mobilisation sociale. Les jeunes Hongrois de la génération Internet en prennent de plus en plus la mesure." La suite sur eurotopics.net

Sándor Márai - Ce que j'ai voulu taire

« J’ai voulu me taire… Parfois ce n’est pas la réponse la moins dangereuse. Rien n’irrite autant l’autorité qu’un silence qui la nie. »

Longtemps présumé perdu avant d’être retrouvé et de paraître en 2013 à Budapest, Ce que j’ai voulu taire constitue le dernier volet inédit des Confessions d’un bourgeois. Le récit se construit autour de deux dates : le 12 mars 1938, lorsque l’Allemagne nazie annexe l’Autriche, et le 31 août 1948, lorsque l’écrivain et sa famille quittent la Hongrie, désormais pays satellite de l’U.R.S.S.
Mêlant confession intime et analyse historique, Márai évoque cette période cruciale de la Hongrie, auscultant une société tiraillée entre désir d’indépendance et rêve de grandeur nationale qui va finir par servir l’Allemagne nazie. Véritable réquisitoire contre le fascisme et la barbarie, le récit révèle un humaniste engagé, un homme conscient qui aspire à une autre voie que celle de l’État totalitaire dans laquelle le pays va s’engouffrer.
D’une grande honnêteté intellectuelle, Ce que j’ai voulu taire est le témoignage exceptionnel d’un des plus grands auteurs du XXe siècle, contraint de quitter un pays qui a nourri son œuvre. Il éclaire aussi, par une réflexion résolument moderne, les paradoxes de la Hongrie et de l’Europe d’aujourd’hui.

novembre 2014
224 pages
EAN13 : 9782226312389
Prix : 18.00 €
albin-michel.fr

Hongrie: taux de chômage au plus bas depuis 7 ans sur juillet-septembre (7,4%)

"Le taux de chômage en Hongrie a poursuivi sa baisse atteignant 7,4% de la population active de juillet à septembre, le taux le plus bas depuis sept ans, a annoncé mercredi le Bureau central des statistiques KSH.
Il faut remonter au troisième trimestre 2007 pour trouver trace d'un taux plus bas en Hongrie (7,2%).
Le taux de chômage s'était établi à 9,8% entre juillet et septembre 2013.
Le KSH ne publie pas de chiffres mensuels du chômage, estimant qu'ils sont trop volatils." La suite sur lesechos.fr

AUTRICHE-HONGRIE Le temps est à l’orage entre Vienne et Budapest

"Non content de ponctionner les banques autrichiennes implantées sur le territoire hongrois, le gouvernement de Viktor Orbán s’apprête à exproprier les agriculteurs étrangers.
Entre les hussards en uniforme flamboyant devant le palais présidentiel de Budapest, la garde d’honneur au salut et les déclarations d’amitié entre les deux Etats, le président autrichien Heinz Fischer a certainement reçu un accueil chaleureux dans la capitale hongroise [lors de sa visite officielle, le 15 octobre dernier]." La suite sur courrierinternational.com (version abonnés) 

mercredi 29 octobre 2014

Verdi à l’opéra de Budapest: un Requiem à reveiller les morts...

"Par Pierre Waline
Pour une fois, ce n’était pas un opéra que l’on donnait de Verdi ce mardi sur la scène de Budapest, mais sa messe de Requiem... Ne gardant pas le meilleur souvenir d’une précédente interprétation sur cette même scène (2 novembre 2005), je me méfiais, mais étais en même temps très curieux. Aussi n’ai-je pas hésité à me prendre un billet - à ma place de prédilection: le poulailler. Après tout à 5 petits euros (1 500 forints) la place, je ne risquais pas grand chose...
Et bien, je dois avouer que je n’ai pas regretté, bien au contraire! Une interprétation superbe avec un quatuor vocal de rêve: un Italien (Roberto Tagliavini), un Américain (Stuart Neill), une Française (Clémentine Margaine) et une Hongroise (Eszter Sümegi) tous les quatre au top! Avec une mention spéciale pour le ténor Stuart Neill au volume et au coffre impressionnants (il doit bien, sans blague, se prendre une rangée d’avion à lui tout seul), mais sachant nuancer sa voix, notamment dans les pianissimi, avec un art admirable." La suite sur francianyelv.hu

Hongrie : la rue conteste la taxe internet de Viktor Orban

"Le gouvernement de Viktor Orban veut taxer internet à hauteur de 50 centimes d’euros par gigaoctets. Dimanche et mardi, plusieurs milliers de manifestants ont défilé contre un projet de loi jugé « liberticide ».
« Nous ne permettrons pas ça » scandaient plusieurs milliers de Hongrois, mardi soir, réunis pour la seconde fois en trois jour à Budapest pour protester contre le projet de loi de la majorité qui vise à taxer l’utilisation d’internet. « La taxe internet est un symbole de l’autocratie du gouvernement », criait Zsolt Varady, le chef d’un réseau social hongrois, en direction des manifestants." La suite sur lesechos.fr

Hongrie : manifestations contre la “taxe internet” du gouvernement Orban

"Une taxe sur internet qui ne passe vraiment pas… Une de trop dans la Hongrie de Viktor Orban.
Une manifestation a réuni environ 100 000 personnes mardi soir dans les rues de Budapest.
Il s’agit de la plus importante mobilisation contre le gouvernement depuis l’accession au pouvoir du Premier ministre en 2010.
Des rassemblements ont eu lieu dans huit autres villes hongroises." La suite et vidéo sur euronews.com

Hongrie: la Banque centrale maintient son taux directeur à 2,10%

"La Banque centrale hongroise (MNB) a maintenu mardi son taux d'intérêt directeur à 2,10% pour la troisième fois consécutive, conformément aux attentes des analystes, après un cycle d'assouplissement monétaire continu de deux ans jusqu'en juillet.
Pour certains analystes, de nouvelles baisses ne sont pas à exclure l'an prochain, alors que la Banque centrale polonaise a abaissé son taux ce mois-ci." La suite sur lesechos.fr

Environ 100 000 personnes ont défilé contre la "taxe sur internet" en Hongrie

"Environ 100'000 personnes ont de nouveau défilé mardi soir dans la capitale hongroise Budapest contre un projet de "taxe sur internet" jugé liberticide.
"Nous ne permettrons pas ça", chantait la foule réunie pour la deuxième fois en trois jours dans les rues de Budapest contre le projet du gouvernement conservateur de Viktor Orban de taxer les téléchargements à hauteur de 150 forints (0,60 francs) par gigaoctet. Devant le tollé, la taxe en discussion au parlement pourrait toutefois être plafonnée à 2 euros par mois." La suite sur rts.ch

Hongrie: nouvelle mobilisation massive contre la taxe internet

"Budapest - Plusieurs dizaines de milliers de personnes, selon un comptage des médias locaux, ont de nouveau défilé mardi soir à Budapest contre un projet de taxe sur internet jugé liberticide.
Nous ne permettrons pas ça, chantait une foule de tous âges et de tous horizons, réunie pour la deuxième fois en trois jours dans les rues de la capitale hongroise malgré une température hivernale. Le gouvernement conservateur de Viktor Orban veut taxer les téléchargements à hauteur de 150 forints (0,50 euro) par gigaoctet. Devant le tollé, la future taxe en discussion au parlement pourrait toutefois se voir plafonnée à 2 euros par mois." La suite sur romandie.com

mardi 28 octobre 2014

Petit guide de la Hongrie, chapitre 10 : László Krasznahorkai – Tango de Satan

"L’année prochaine, cela fera 30 ans que László Krasznahorkai publie son premier roman, Sátántango (Tango de Satan), dixième étape de mon exploration de la littérature hongroise. Trente ans, c’est beaucoup pour un pays en changement comme la Hongrie de la fin du XXè siècle. Pourtant, en lisant Tango de Satan, des fragments de mes propres voyages me sont revenus à l’esprit, comme si certaines parties de la Hongrie étaient encore trop à l’écart de tout pour que le passage du temps puisse y laisser ses marques : ici, une station de bus dans une petite ville de campagne, aux bancs occupés par des personnes visiblement désœuvrées ce jour-là comme elles l’étaient la veille et le seraient le lendemain ; là, un paysage de Hongrie du sud, plat, triste, déserté, écrasé par le gris infini du ciel." La suite sur passagealest.wordpress.com

La recette du succès à la hongroise pour un apprenti chef cuisinier afghan

"BUDAPEST, Hongrie, 27 octobre (HCR) Il y a six ans, Zia Karimi était un adolescent au Pakistan. Sa vie y a été difficile après qu'il ait fui la persécution et la violence en Afghanistan. Désormais, il est apprenti chef cuisinier dans un hôtel de prestige à Budapest. Il a sa propre famille et un plan de carrière.
Dans la cuisine d'un grand hôtel, Zia prépare le déjeuner pour ses collègues avant que le service ne commence au restaurant. Ce jeune homme apprécié de tous ses collègues a le sens de l'humour et tout le personnel de cuisine admire sa détermination, sa volonté d'apprendre, son endurance et son éthique dans le travail. Il est parfaitement bien intégré." La suite sur unhcr.fr

South Stream: la Hongrie construira son tronçon d'ici 2017

"La Hongrie compte achever la construction de son tronçon du gazoduc South Stream à l'horizon 2017, rapporte lundi le journal hongrois Napi Gazdasag.
"Nous sommes en mesure de lancer les travaux dans un délai de six mois à compter d'aujourd'hui, et nous souhaitons achever la construction du tronçon hongrois à l'horizon 2017", a annoncé Csaba Baji, PDG du groupe énergétique MVM qui contrôle 50% du tronçon." La suite sur ria.ru

Alerte à la poudre suspecte au consulat de la Hongrie à Istanbul

"Des équipes de sécurité turques inspectaient lundi le consulat de la Hongrie à Istanbul, destinataire -comme cinq autres consulats de pays membres de la coalition antijihadiste de la ville- de lettres contenant une poudre suspecte, a-t-on indiqué de source officielle.
Des hommes de l'agence turque de gestion des situations d'urgence (Afad) sont intervenues dans la mission diplomatique, a indiqué un communiqué du gouvernorat de la mégapole, qui pense que les enveloppes font parti d'un même lot." La suite sur lorientlejour.com

Washington a la Hongrie dans le collimateur: la fin d'une alliance?

"Viktor Orbán et le Fidesz n’ont jamais été en odeur de sainteté à Washington. La dernière fois que les portes de la Maison Blanche lui ont été ouvertes remonte à 1998, alors qu’il effectuait son premier mandat de Premier ministre. Évoquant un scandale de corruption impliquant des personnes affiliées au gouvernement hongrois, les États-Unis menacent aujourd'hui la Hongrie de la supprimer de la liste de ses alliés." La suite sur lalibre.be

Le président de la Diète hongroise n'écarte pas une sortie de l'UE

"Le député conservateur et porte-parole du Parlement hongrois, László Kövér, a évoqué une possible sortie de l’UE de son pays, si Bruxelles continuait d’imposer sa volonté aux gouvernements nationaux.
Si l'Union compte dicter le comportement des gouvernements nationaux, Bruxelles ressemblera au bout du compte à Moscou au temps de l’ère soviétique, a affirmé, László Kövér député conservateur et porte-parole du Parlement, selon le quotidien en ligne origu.hu." La suite sur euractiv.fr

Budapest-Téhéran en douze jours et pour 10 000 euros

"Un train de grand luxe transportant des touristes occidentaux est arrivé lundi à Téhéran, signe de la volonté de l’Iran de développer le tourisme.
Un train de grand luxe transportant des touristes occidentaux est arrivé lundi à Téhéran après un voyage inaugural de douze jours à travers l’Europe de l’est et la Turquie, signe de la volonté de l’Iran de développer le tourisme." La suite sur liberation.fr

lundi 27 octobre 2014

1989 en Hongrie : la fin du communisme négociée

"Après le mouvement antitotalitaire de 1956, les traces des combats de 1956 contre l’Armée rouge n’avaient pas été effacées des murs de Budapest : les Hongrois accordent une grande importance à la mémoire.
Imre Nagy, leur chef du gouvernement après la mort de Staline, avait inventé la formule « le communisme à visage humain ». Revenu au pouvoir à la faveur de la grande vague d’espoir de 1956, il avait osé proclamer le multipartisme et la neutralité du pays. L’Armée rouge était alors intervenue, le 4 novembre 1956, provoquant un bain de sang. 300 exécutions avaient suivi, dont celle de Nagy : le héros de 56 était cependant resté ferme sur ses positions, laissant un exemple qui pouvait fructifier plus tard." La suite sur franceinter.fr

Hongrie: les anti-taxe internet menacent d'une nouvelle manifestation dès mardi soir

"Les opposants à l'introduction d'une taxe sur l'utilisation d'internet en Hongrie ont menacé lundi de tenir une nouvelle manifestation dès mardi soir si cette mesure n'était pas abandonnée, après un premier rassemblement de 10.000 personnes dimanche à Budapest.
Le Parlement doit se prononcer mardi sur cette taxe controversée, proposée par le gouvernement du Premier ministre conservateur Viktor Orban." La suite sur lesechos.fr

Taxer Internet, le projet d’Orban qui met les Hongrois dans la rue

"Taxer Internet, rien de moins. C’est l’objectif du projet déposé au parlement hongrois mardi 21 octobre par le gouvernement de Viktor Orban et qui a mobilisé contre lui 10 000 personnes dans les rues de Budapest ce dimanche.
Le projet initial prévoyait de taxer chaque gigaoctet de connexion à hauteur de 150 forints (50 centimes d’euros). Une mesure censée rapporter plusieurs centaines de millions d’euros, nécessaires pour boucler le budget 2015. Mais cette annonce a fait bondir les internautes." La suite sur rue89.nouvelobs.com

Salon musical Opéra 27 novembre 2014 à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

En soutien au Prix Hungarica, l’Association des Amis de l’Institut Hongrois vous invite à une soirée musico-littéraire qui s’attachera à vous faire découvrir toute la richesse de la poésie hongroise, mise en musique par ses compositeurs, chantée par Éva Bátori, soprano de renom international, accompagnée par György Selmeczi, pianiste, chef d’orchestre et compositeur. Les poèmes seront lus dans leur traduction française par Mátyás Simon, comédien.
Entrée : 20/15/10€ / Vin d’honneur /

« Roman urbain : Budapest mis en fiction » Conférence 25 novembre à 19h30 Institut hongrois

Chaire tournante de l'Institut hongrois
92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Les romanciers contemporains commencent à investir la ville de Budapest, ses lieux et son architecture. Cette conférence invite le public à une balade fictionnelle dans la capitale hongroise au travers de descriptions romanesques. Elle s’intéressera également à la manière dont l’expérience urbaine est vécue et restituée dans ces textes. Quels quartiers les auteurs explorent-ils, qu’est-ce qu’ils retiennent du paysage urbain, comment s’inspirent-ils de leurs pratiques des espaces urbains et de quelle manière celles-ci viennent-elles finalement nourrir leur pensée de la ville ?
Intervenante : Júlia Nyikos, docteur en esthétique, chercheur à L'École Nationale Supérieure d'Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV).
Entrée libre

Taxe internet : coup de semonce contre le gouvernement hongrois

"Environ 10 000 personnes ont manifesté dimanche soir à Budapest contre un projet de taxe sur l’internet. Et si ce n’était que le déclencheur d’un plus large mouvement ?
Le gouvernement a déposé la semaine dernière un projet d’amendement qui prévoit de taxer les fournisseurs d’accès à internet et leurs clients. La taxe pour les fournisseurs serait de 150 HUF par Gigabyte téléchargé. Suivant les réactions outrées qui se sont immédiatement répandues sur la toile, le gouvernement a proposé un plafond de 700 HUF par internaute et par mois." La suite sur hu-lala.org

dimanche 26 octobre 2014

Tennis : Timea Babos s'impose à Poitiers

Par Grégory Sabadel
Timea Babos, la jeune joueuse de tennis hongroise a remporté les Internationaux Féminins de la Vienne. Il s'agit de sa douzième victoire dans un tournoi ITF. Elle a battu la Française Pauline Parmentier (74ème mondiale) au premier tour, puis Amandine Hesse, une autre Française, avant de se défaire de la tenante du titre en quarts de finale, à savoir la Biélorusse Aliaksandra Sasnovich. En demi-finales, elle a disposé de la Croate Ana Konjuh, avant de s'adjuger le tournoi doté de 100 000 dollars, en battant une troisième Française en la personne d'Océane Dodin. La finale a été très disputée et a duré 2h24. 
La jeune femme originaire de Sopron fait actuellement une tournée en France sans doute conseillée en cela par son entraîneur français : elle y prend part à quatre tournois ITF. Elle a d'abord disputé le tournoi  de Joué-lès-Tours, où elle s'est inclinée au second tour. Ensuite Babos a remporté le tournoi de Poitiers. Puis elle va enchaîner avec les tournois de Nantes et Limoges. Et, cerise sur le gâteau, elle finira sa saison, avec les Tennis Classics de Budapest, où elle disputera un double mixte aux côtés du spectaculaire Mansour Bahrami.

Hongrie: 10.000 manifestants contre une taxe sur l’utilisation d’internet

"Plus de 10.000 Hongrois ont manifesté dimanche à Budapest pour exiger le retrait d’un projet du gouvernement du Premier ministre Viktor Orban de taxer l’utilisation d’internet, une mesure destinée à renflouer les caisses de l’Etat que ses détracteurs considèrent comme antidémocratique.
“ Si la taxe n’est pas retirée dans les 48 heures, nous reviendrons ”, a déclaré à la foule l’un des organisateurs Balazs Gulyas.
Rassemblée devant le ministère de l’Economie, la foule a brandi des pancartes avec les inscriptions: “ Wifi libre!, internet libre!, Hongrie libre! ” La suite sur lesechos.fr

Hongrie : où sont passés nos héros de 1956?

Par Pierre Waline
"Les Hongrois viennent de commémorer leur révolution de 1956 mais cet anniversaire est passé quasi-inaperçu. Et pourtant, comme cet événement avait alors bouleversé le monde libre! Après les émeutes qui avaient secoué trois ans plus tôt Ostrawa, Pilsen et surtout Berlin, suivies au printemps 1956 par l’insurrection des ouvriers de Poznań, c’était la première fois qu’un peuple  se soulevait contre l’oppression du régime communiste." La suite sur causeur.fr

Tous sports confondus Frigyes Karinthy


La Petite Collection 
Traduction du hongrois et préface de Cécile A. Holdban
7,50 € •
Format : 105 x 150 mm • 112 pages • ISBN : 978-2-916136-78-3
À paraître le 23 octobre 2014
Avec un humour incisif et jubilatoire, l’écrivain hongrois Frigyes Karinthy (1887-1938) démontre dans ce recueil que le sport ne flatte pas les meilleurs instincts de l’homme : l’auteur de Voyage autour de mon crâne raille les sportifs de haut niveau, ces héros des temps modernes, fustige le culte voué à ces dieux du stade, et constate que performance et vitesse ne sont pas forcément l’apanage du progrès.
Course à pied et course automobile, gymnastique, natation, lutte, boxe, etc., Karinthy multiplie les incursions dans le sport au travers de textes
aux formes diverses : dialogue socratique, petites chroniques familières, reportages imaginaires… Et comme toujours chez lui, de la farce surgit une subtile moralité.

editionsdusonneur.com

samedi 25 octobre 2014

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 28 octobre 2014 à partir de 20 h au Studio

Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
©photos peter gabor.

©photos peter gabor.

©photos peter gabor.
Chers visiteurs des Mardis hongrois de Paris,
En plein centre du quartier du Marais, dans un restaurant ouvrant sur une cour intérieure, nous occupons une mezzanine ou une grande tablée au rez-de-chaussée et quand le temps le permet nous profitons d'une cour pavée du XVIIIème siècle.

Prochaine soirée
le mardi 28 octobre 2014
 à partir de 20 h

The Studio,
41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles ou Hôtel de Ville
©photos peter gabor.

Kedves Mardis Hongrois-látogatók,

A legközelebbi összejövetel október 28. este 8 kor kezdődik

The Studio, 41, rue du Temple 75004 Paris
Métro Châtelet-Les Halles vagy Hôtel de Ville.
 

Les Hongrois se mobilisent contre un projet de taxe Internet

"Le gouvernement de Viktor Orbán souhaite taxer les fournisseurs d'accès à Internet afin de réduire les déficits publics.
Pas touche à mon Internet : c'est plus ou moins ce que sont en train de dire les internautes hongrois au gouvernement de Viktor Orban. Pour réduire les déficits du pays, un projet de taxe a été déposé au Parlement à Budapest. Le gouvernement hongrois espère récupérer jusqu'à 65 millions d'euros." La suite sur franceinfo.fr

vendredi 24 octobre 2014

Les Etats-Unis critiquent durement l'évolution de la Hongrie d'Orban


"Les Etats-Unis ont durement critiqué vendredi l'évolution "décevante" de la Hongrie, un nouveau signe de l'irritation de Washington envers son allié européen sous la férule du populiste Viktor Orban.
"Les évolutions sont décevantes (...) et nous sommes inquiets en tant qu'alliés de voir à quelle vitesse ces évolutions s'enracinent", a déploré lors d'une conférence de presse à Budapest le chargé d'affaires André Goodfriend, plus haut diplomate américain en poste dans le pays." La suite sur lepoint.fr

Popped Up : Une superbe sculpture géante qui sort de terre à Budapest

"A Budapest en Hongrie, l’artiste Ervin Loránth Hervé a créé une impressionnante sculpture qu’il a baptisé « Popped Up« . Elle representer un homme géant qui sort de la terre, comme s’il essayait de remonter à la surface. Créé à base de polystyrène, la sculpture est installée sur la place Széchenyi de Budapest à l’occasion de l’Art Market Budapest 2014, une foire internationale d’art contemporain annuelle mettant à l’honneur les artistes contemporains Europe centrale et orientale." Images sur piwee.net

La mutation des services publics en Hongrie : le cas du métro de Budapest analysé au travers de l’anthropologie juridique le 19 novembre 2014 de 17h00 à 19h00

"Séminaire "Politique communautaire et réforme de l'État en Europe post-communiste"
Le séminaire « Politique communautaire et réforme de l'État en Europe post-communiste » se tient depuis 2005 au Centre d'études et de recherches en sciences administrative et politique (CERSA/CNRS/Paris 2). Il est animé par Elise Bernard et Julien Arnoult, rattachés au CERSA.

Il accueille chaque mois des universitaires, des chercheurs, des experts, des professionnels, des doctorants principalement issus du droit et de la science politique, ainsi que d'autres disciplines (sociologie, géopolitique, histoire, etc.)  qui partagent leurs connaissances et le résultat de leurs recherches concernant les changements politiques et institutionnels dans les pays post-communistes : Europe centrale, Europe orientale, Europe balkanique, Caucase.

Séance du mercredi 19 novembre 2014

Aymeric Lambey, consultant en anthropologie juridique et fondateur de Longwy Consulting et Dr. David Sobor, avocat au barreau de Budapest, Dr. Sobor Ügyvédi Iroda, interviendront sur le thème :

« La mutation des services publics en Hongrie : le cas du métro de
Budapest analysé au travers de l'anthropologie juridique
»

Plus d'information sur : u-paris2.fr

Orbán plonge les enfants dans la misère

"Népszava - Hongrie | jeudi, 23. octobre 2014
D'après une étude publiée en septembre par la fondation Bertelsman, en Hongrie, un enfant sur trois est confronté à une extrême pauvreté. Pour le quotidien de gauche Népszava, le gouvernement ultraconservateur de Viktor Orbàn en est le principal responsable : "En Hongrie, 35 pour cent des enfants manquent de biens matériels. En Roumanie, ils sont 34,4 pour cent, et seule la Bulgarie compte un plus grand nombre d'enfants connaissant le même sort. Dans les autres pays de la région, tels que la Slovénie, l'Estonie, et la République tchèque, ce pourcentage s'élève à six ou sept pour cent. ... Il est évident que la politique économique catastrophique menée par le gouvernement est responsable de cette situation." La suite sur eurotopics.net

La désignation du commissaire européen à la culture critiquée

"La culture européenne va avoir un visage étrange dans les cénacles internationaux, celui de Tibor Navracsics, un proche du très contesté premier ministre hongrois Viktor Orban. Mis à part quelques élus – le libéral belge Guy Verhofstadt et deux membres du mouvement italien 5 étoiles –, tous les eurodéputés se sont tus, mercredi 22 octobre, à Strasbourg, quand il s’est agi de nommer commissaire à la culture l’ancien ministre hongrois de la justice, accusé d’être l’un des principaux auteurs de lois très contestables dans un pays qui accumule les déficits démocratiques.
Bridant la liberté des juges, des médias, des ONG et de la Cour constitutionnelle, le parti Fidesz (Alliance des jeunes démocrates) a aussi mis au pas les institutions culturelles. Une trentaine d’artistes européens de premier plan l’ont rappelé, lundi 20 octobre, au nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Réunis par Bernard Foccroule, le directeur du Festival lyrique d’Aix-en-Provence, ces créateurs dénonçaient un régime qui « limite la liberté d’expression, refuse la diversité et brime le secteur..." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

La Hongrie doit-elle rester dans l’Union européenne ?

"La question est la suivante : peut-on faire à Bruxelles le contraire de ce que l’on pratique à Budapest ? Elle s’adresse au Hongrois Tibor Navracsics, nouveau commissaire européen à la culture, adoubé mercredi 22 octobre par le Parlement de l’Union européenne (UE). Elle en amène une autre : sauf à renier les principes qui la fondent, l’Union peut-elle continuer à encaisser sans broncher les dérives antidémocratiques de plus en plus prononcées d’un de ses membres, la Hongrie ?
Proche de Viktor Orban, le premier ministre et chef du parti conservateur-nationaliste Fidesz, au pouvoir depuis 2010, M. Navracsics a occupé les fonctions de ministre de la justice à Budapest. A ce titre, il a bridé la liberté des juges, lancé des enquêtes contre les ONG, notamment celles bénéficiant de financements étrangers, et participé à la mise au pas de la Cour constitutionnelle. Il a largement contribué à un travail législatif orienté dans un sens : restriction des libertés publiques – et culturelles." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

jeudi 23 octobre 2014

Horthy, un Pétain hongrois

"Au moment où la France, à cause du livre d’Eric Zemmour, Le Suicide français (Albin Michel), discute avec passion du régime de Vichy, un ouvrage éclaire le parcours de l’amiral Miklós Horthy, qui fut ­régent de Hongrie de mars 1920 jusqu’à octobre 1944. Allié d’Hitler et de Mussolini, il porte une part de responsabilité – jusqu’à quel point, telle est la question – dans la déportation de ses com­patriotes juifs, dont au moins 400 000 ont péri à Auschwitz.
Il a fallu attendre le regain d’intérêt pour la Hongrie, suscité par la politique nationaliste du premier ministre Viktor Orban, pour disposer enfin d’une biographie de Horthy en français. Elle est due à la plume alerte de Catherine ­Horel, spécialiste reconnue de l’Europe centrale. Sa prochaine parution en hongrois promet de chauds débats dans un pays où les historiens sont souvent invités sur les plateaux de télévision, tandis que les départements d’histoire des universités sont investis par des étudiants en majorité d’extrême droite. Plus que jamais, l’histoire y est un terrain explosif. On voit s’édifier partout des monuments déplorant le traité de Trianon, qui a amputé la Hongrie, en 1920, de 70 % de son territoire et de 3 millions de magyarophones. Apparaissent aussi des bustes de l’amiral Horthy, une mise à l’honneur qui, sans être ­encouragée par le gouvernement, est tolérée. L’un des prédécesseurs d’Orban, le conservateur Jozsef Antall, avait fait rapatrier, en 1993, les ­restes de Horthy, mort en 1957 au ­Portugal, dans la crypte familiale de Kenderes." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Az új Rajkók!


23 octobre - 58ème anniversaire de la Révolution hongroise

Aujourd'hui, il y a 58 ans, débutait la Révolution hongroise de 1956 qui a été écrasée le 4 mars 1956 par l'entrée des troupes soviétiques sur le territoire de la Hongrie.
Quelques photos de Erich Lessing

Un livre paru en 2006 a été consacré aux images d'Erich Lessing

Vallorbe (Suisse) Une soixantaine de Roms hongrois ont peu d’espoir d’obtenir l’asile

"Se disant victimes de persécutions, les migrants sont arrivés directement dans un car bondé dans le centre d’enregistrement vaudois de requérants.
Le personnel du centre d’enregistrement de Vallorbe n’avait pas vécu une telle scène depuis mai 2007, quand un groupe de 80 Roms originaires de Roumanie avait frappé aux portes de l’établissement. Lundi après-midi, au terme d’un voyage de vingt heures à bord d’un car bondé, 65 Roms hongrois se sont présentés devant le centre pour demander l’asile, les bras chargés de valises. Dimanche, ils avaient quitté la ville de Miskolc, au nord de la Hongrie, pays où ils se disent persécutés." La suite sur tdg.ch

La Hongrie propose de taxer le trafic Internet

"Un impôt sur le trafic Internet. C'est ce que propose un projet de loi hongrois déposé mardi soir au Parlement pour aider à réduire les déficits. Sans surprise, la mesure a été très mal accueillie par les internautes, qui ont appelé à manifester devant le ministère de l'Economie, dimanche.
50 cents par Go
Selon le projet de loi, les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) devraient payer 150 forints, soit environ 50 cents pour chaque gigaoctet (Go) transféré. Selon des experts interrogés par Reuters, le trafic Internet (fixe et mobile) s'est élevé à 1,33 milliard de Go en 2013, ce qui rapporterait jusqu'à 650 millions d'euros –un montant supérieur aux chiffres d'affaires cumulés de tous les FAI hongrois." La suite sur 20minutes.fr

Le bras de fer continue entre Washington et Budapest

"Signe du net refroidissement des relations bilatérales, le nouveau ministre des Affaires étrangères Péter Szijjártó, n’a été reçu que par la secrétaire d‘État adjointe chargé de l’Europe, Victoria Nuland. Un entretien à huis clos, sans photos ni conférence de presse finale.
“J’ai dit à la secrétaire adjointe que nous sommes toujours ouverts à des consultations sur des questions spécifiques et pour des décisions spécifiques. Mais il y a une chose que nous n’accepterons jamais. Nous n’acceptons pas que quelqu’un remette en question l’approche démocratique, le cadre général de nos valeurs démocratiques”, explique le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó." La suite sur euronews.com

Menace sur la ferme écologique de Kishantos en Hongrie

"Eva Acs, directrice de la ferme écologique : "La dernière fois que ce genre de choses est arrivé, c’était au Moyen Âge ! Quand l’armée turque détruisait les terres de l’ennemi. Eh bien ici, on est revenus au Moyen Âge." Depuis plus de 20 ans Eva Acs dirige la ferme écologique de Kishantos.
A 60 kms au sud de Budapest, la ferme de Kishantos est unique dans le pays. C’est une ferme associative qui cultive des céréales bio sur des terres d’Etat. Et c’est aussi un centre de formation sur le développement durable, ouvert à tous : fermiers, habitants, scolaires et étudiants.
Ces terres qui étaient organiques depuis plus de 20 ans sont en train de partir en fumée. Car L’Etat, propriétaire du sol, a mis fin au bail. Et préfère louer à des fidèles du pouvoir, sans obligation de cultiver du bio." La suite sur franceinter.fr

La Hongrie demande aux USA de motiver les accusations portées contre ses citoyens

"Par La Voix de la Russie
Le ministre des Affaires étrangères hongrois Péter Szijjártó a demandé au gouvernement des Etats-Unis de fournir des preuves donnant lieu à des allégations de corruption de certains citoyens de la Hongrie, qui ont conduit à l'interdiction d’entrée aux États-Unis à leur encontre." La suite sur ruvr.ru

Hongrie: des proches du gouvernement interdits d'entrée aux Etats-Unis

"Le torchon brûle entre Washington et Budapest : des personnalités et des membres du gouvernement hongrois sont interdits d’entrée sur le territoire américain car ils sont soupçonnés de corruption. L’affaire a été rendue publique vendredi dernier et depuis elle est à la Une de tous les médias. La tension couvait depuis plusieurs mois entre Washington et Budapest mais elle prend l’allure d’une crise politique.
Cette interdiction est une véritable gifle pour le Premier ministre Viktor Orban, car elle vise son entourage proche. Cela montre que les relations se sont vraiment dégradées entre Washington et la Hongrie, qui est pourtant un allié, membre de l’Union européenne et de l’Otan. Six personnalités sont visées par Washington. Leurs noms n’ont pas été divulgués mais selon plusieurs médias hongrois, il y aurait la directrice des impôts ; le directeur du think-tank du Fidesz, le parti du Premier ministre ; des membres du gouvernement et l’un des hommes les plus proches de Viktor Orban, son conseiller en communication, bien que ce dernier ait nié être sur la liste." La suite sur rfi.fr

Le cinéma d’auteur en coupe réglée en Hongrie

"Les temps sont durs pour le cinéma d’auteur en Hongrie. Après un an de tergiversations, le Fonds national pour le film hongrois a retiré son concours financier au réalisateur György Palfi pour un long-métrage sur le héros médiéval Miklos Toldi, l’auteur n’ayant pas accepté qu’on lui impose un réalisateur adjoint, qui aurait été spécialement chargé des scènes d’action.
Palfi, 40 ans, dont le film Taxidermia, plein d’humour macabre, a été présenté au Festival de Cannes en 2006, dans la section « Un certain regard », avait proposé un scénario qui a été jugé de grande qualité par la commission chargée d’examiner les projets. Mais la logique de l’auteur, cherchant à exprimer une vision personnelle du monde, est manifestement entrée en collision avec celle de l’actuel président du Fonds, le producteur américano-hongrois Andrew G. Vajna. Avec son associé Mario Kassar, celui-ci a fait carrière à Hollywood grâce à des blockbusters mettant en valeur les muscles de Sylvester Stallone, Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger." La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

mercredi 22 octobre 2014

Comptines et berceuses tsiganes

Collectage : Nathalie Soussana - Illustrations : Nathalie Novi
Un répertoire authentique qui invite à la fête, à la liberté et à l’émotion. Violon, accordéon, cymbalum et quelques guitares suffi sent pour planter une ambiance incroyable. On retrouve notamment le très poignant Herdelezi entendu dans le film Le Temps des Gitans.
Artistes : Johnny Montreuil, Bielka, Souliko, Zsuzsanna Varkonyi, Bruno Girard (Bratsch)…
Pays : Hongrie, République tchèque, Roumanie, Russie, Turquie…
Format : 27.3 x 27 cm 
Nb de pages :60 pages
Parution : 15 octobre 2014
Nuart : 4485843 
EAN 13 : 9782278071142
Prix : 23,80 €
Plus d'information sur didier-jeunesse.com

La Hongrie veut taxer le trafic internet

"La Hongrie prévoit d’imposer une nouvelle taxe sur les transferts de données sur internet, un projet de loi soumis au Parlement mardi.
Mardi soir, le gouvernement hongrois a proposé une manière controversée de traiter le déficit du budget de l’Etat: taxer les fournisseurs d’accès à Internet pour les transferts de données envoyées sur le Web à partir de 2015. En vertu des nouvelles dispositions fiscales, les fournisseurs devraient payer 150 forints – l’équivalent d’environ 50 centimes – pour chaque gigaoctet d’informations transférées, un coût qui pourrait faire grimper la facture pour les FAI." La suite sur gridam.com

Que se cache-t-il vraiment derrière la brouille américano-hongroise ?

"Les Etats-Unis ont interdit d’entrée plusieurs personnalités proches du pouvoir, soupçonnées de corruption. Mais est-ce là la seule raison de ce refroidissement des relations ? Comme l’explique Andrea Hajagos, notre correspondante à Budapest, “le point clé dans cette affaire c’est de savoir si la décision américaine est basée seulement sur ces cas présumés de corruption ou bien si cela a un rapport avec le fait que les Etats-Unis ont critiqué de nombreuses décisions du gouvernement hongrois.” La suite sur euronews.com

La Révolution de 1956 en Hongrie expliquée à travers deux reportages:

fresques.ina.fr

http://www.ina.fr/video/VDD09016083

Pas de pitié pour les politiques hongrois corrompus

"Les Etats-Unis ont frappé d'interdiction d'entrée sur leur territoire six membres du gouvernement hongrois sans les citer nommément. Il leur est reproché d'avoir tenté de corrompre des entreprises américaines opérant en Hongrie. Le quotidien conservateur Magyar Hírlap exige que ces personnes répondent immédiatement de leurs actes si les accusations devaient s'avérer exactes : "Si des membres du gouvernement hongrois, quel que soit leur rang, se sont rendus coupables des faits évoqués, ceux-ci doivent immédiatement être destitués de leur fonction." La suite sur eurotopics.net

Fils de Caïn de Marcell Gerö le mercredi 29 octobre à 23h00 (98 min) sur ARTE

Ils étaient jeunes, ils ont tué. Que sont-ils devenus trente ans plus tard ? Un documentaire émouvant sur le destin accidenté de trois hommes toujours prisonniers de leur passé.
En 1984, le cinéaste András Monory-Mész recueille le témoignage de trois détenus hongrois de 15 ans jugés pour meurtre. Pál a tué son père, Zsolt l’un de ses copains, Gabor son professeur. Des adolescents emmurés dans les conséquences d’un geste qui les dépasse, mais dont les paroles, parfois indolentes, disent l’absurdité latente des comportements humains. Considéré comme subversif, Bebukottak ("échec" en hongrois), le documentaire qu’András Monory-Mész tire de ces confessions, est interdit. Trente ans plus tard, le documentariste Marcell Gerö déterre Bebukottak sur Youtube et décide d’en retrouver les protagonistes. En prenant comme point de départ l’intensité crue des entretiens de 1984, il relie le passé au présent avec les lignes brisées de destins qui, depuis, ont eu du mal à se redresser.
Coupables à vie
Marqués au fer rouge par une mémoire qui les laisse intranquilles, Pál, Zsolt et Gabor semblent condamnés à une vie d’errances sociale, sentimentale et existentielle. Le film les accompagne dans leur quotidien et s’intéresse particulièrement à leurs rapports avec leur entourage. Entre remords et incompréhension rétrospective, Fils de Caïn déroule une réflexion en filigrane sur la culpabilité. Il laisse perler l’émotion de ceux qui, tiraillés entre leur violence et celle d’une société qui les laisse en marge, inventent jour après jour leurs propres stratégies de survie.
Scénario et sous-titres traduits par Sophie Képès. Des images magnifiques sur des histoires terribles.

Commission européenne : Navracsics n'aura la compétence que sur l'Éducation, la Culture, la Jeunesse et le Sport

La Commission européenne investie ce jour par le Parlement européen. Jean-Claude Juncker a tranché. Au sein de la Commission européenne, le candidat hongrois, Tibor Navracsics, n'aura la compétence que sur l'Éducation, la Culture, la Jeunesse et le Sport.
Sources : diepresse.com hvg.hu et europa.eu

Hongrie : des proches de Viktor Orban dans la ligne de mire des Etats-Unis

"Nouveau coup de froid dans les relations entre Budapest et Washington.
Plusieurs personnalités proches du pouvoir du nationaliste conservateur Viktor Orban ont été Informées par l’ambassade américaine qu’elles étaient soupçonnées de corruption et, à ce titre, interdites d’entrée sur le territoire des Etats-Unis.
“Ce sont des membres du gouvernement, des représentants du gouvernement, des personnes affiliées au gouvernement et c’est pourquoi nous donnons cette liste au gouvernement”, explique le chargé d’affaires américain à Budapest." La suite sur euronews.com

Commission européenne: pétition d'artistes contre le candidat hongrois à la Culture

"Une trentaine d'artistes européens de premier plan, parmi lesquels le cinéaste Michael Haneke, ont envoyé lundi une pétition au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, pour s'opposer à la nomination de Tibor Navracsics comme commissaire à la Culture.
Le Parlement européen avait rendu un avis négatif début octobre contre le portefeuille à l'Education, la Culture et la Citoyenneté accordé à ce proche du Premier ministre hongrois Viktor Orban, cheville ouvrière de lois jugées liberticides à la tête du ministère de la Justice de 2010 à 2014." La suite sur lequotidien.lu

mardi 21 octobre 2014

Festival Sziget 2015


Pourquoi les Etats-Unis sont mécontents des Hongrois ?

"Par La Voix de la Russie |
La décision des Etats-Unis d’introduire les sanctions contre plusieurs fonctionnaires et businessmen hongrois a suscité un choc à Budapest. Or, cela n’a rien d’étonnant. Il s’agit du sort du projet occidental antirusse de sanctions parmi les plus vastes depuis l’achèvement de la guerre froide. Selon les initiateurs du projet, la Hongrie est un « maillon faible » de l’UE.
La Hongrie dirige aujourd’hui en fait le camp d’Etats au sein de l’UE mécontents de la politique antirusse de Bruxelles et de Washington. Pour reprendre l’expression du chef de la diplomatie hongroise Péter Szijjártó, au lieu de contribuer à la désescalade de la crise en Ukraine, les sanctions à l’égard de Moscou se sont avérées « inefficaces » ayant engendré, par contre, les problèmes prou l’économie des pays de l’UE, en particulier pour les Etats d’Europe centrale. Les voisins de la Hongrie : la Tchéquie et la Slovaquie adoptent une attitude analogue. Les vieux membres de l’UE ayant ressenti douloureusement la « guerre de sanctions », notamment la Finlande, les rejoignent." La suite sur ruvr.ru

Rencontre et atelier Salon du livre jeunesse 30 novembre de 14h à 15h30

30ème Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis
Espace Paris-Est - Montreuil | 128, rue de Paris - 93100 Montreuil
Informations : www.slpj.fr

Dans le cadre du 30ème Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, organisé entre le mercredi 26 novembre et le lundi 1er décembre 2014, un atelier vous attend avec Zsófi Barabás et Zsuzsa Moizer, illustratrices hongroises, auteurs du livre d'activités « Tout le monde sait dessiner », publié chez Cambourakis. Ce programme est en cours d'élaboration.
A partir du 31 octobre, retrouvez l'ensemble de la programmation et des séances de signatures sur le site du Salon: www.slpj.fr

Le Parlement se penche sur les droits fondamentaux en Hongrie

"Les craintes concernant les éléments perçus comme des menaces à la démocratie, à l'état de droit et aux droits fondamentaux en Hongrie feront l'objet d'un débat avec un représentant du Conseil et la commissaire Martine Reicherts ce mardi vers 21h00.
En juillet 2013, le Parlement européen avait demandé que le respect des valeurs fondamentales de l'UE par les États membres soit régulièrement évalué, et avait par ailleurs souligné qu'il était nécessaire d'éviter les différences de traitement entre les pays de l'UE.
Le débat en plénière peut être suivi sur EP Live et EbS+." Source : europarl.europa.eu

lundi 20 octobre 2014

Gyula Krúdy La Diligence rouge


Traduit du hongrois par Joelle Dufeuilly
ISBN : 978-2-84242-249-3
Prix : 18,50 €
A paraître le 22 octobre 2014

Joëlle Dufeuilly, grand prix de la traduction SGDL 2014

© Photo J. Dufeuilly
"Une exportatrice de la littérature hongroise saluée
Joëlle Dufeuilly traduit des auteurs hongrois depuis 1998. Elle a particulièrement traduit l'œuvre de Laszlo Krasznahorkai (cinq romans) et d'autres auteurs contemporains dont Laszlo Darvasi, Péter Esterhazy, György Dragoman. Joëlle Dufeuilly traduit également des auteurs classiques et de la littérature jeunesse.
Pour l'ensemble de son œuvre de traductrice, à l'occasion de sa traduction du hongrois de Guerre & Guerre de László Krasznahorkai (Editions Cambourakis), Joëlle Dufeuilly recevra donc le grand prix de la traduction 2014, de la SGDL.La suite sur actualitte.com

« Budapest » cartonne - George Ezra, le nouveau bébé anglais du blues

"En un seul album, le songwriter anglais à la voix bluesy et au physique d’angelot s’est vu propulsé au sommet des charts. Interview." La suite sur republicain-lorrain.fr


Hongrie: RTL Group a déposé un recours contre la super-taxe sur les médias

"RTL Group, premier groupe de médias audiovisuels européens, a déposé un recours auprès de la Commission européenne contre une surper-taxe sur la publicité instituée cet été par le gouvernement hongrois, jugeant qu'elle menace le "pluralisme", a indiqué jeudi ce groupe de médias.
"Un recours a été déposé auprès de la Commission européenne", a déclaré le responsable de la communication de RTL Group, Andreas Meier, confirmant une information du quotidien hongrois Nepszabadsag." La suite sur jeanmarcmorandini.com

dimanche 19 octobre 2014

Poèmes-pizza et poèmes-taxi : littérature pour balayeurs de rue ? Rencontre avec Janos Lackfi Lundi, 20 Octobre 2014 19:30

Maison d'Europe et d'Orient
3 passage Hennel
75012 Paris

En partenariat avec l'Institut hongrois 
avec la participation de Guillaume Métayer, chercheur au CNRS et traducteur littéraire, et de Mátyás Simon, comédien
La poésie contemporaine ne serait-elle que l'affaire des élus, de quelques universitaires obscurs et poussiéreux? Est-elle compréhensible ou incompréhensible pour le boucher du coin ou pour le balayeur de rue ? Est-ce qu'il existe des poèmes-pizza, avec livraison à domicile ? Et des poèmes-taxi, à portée de main pour tous ? La poésie est-elle dangereuse ou innocente ? Animal sauvage ou domestique ? Est-ce qu’elle nous parle, nous offense ou nous console ? Le poète hongrois János Lackfi tentera d'apporter réponse à  ces questions et à mille et une autres semblables. Une soirée littéraire en français, avec des petites bouchées de langue hongroise, en compagnie du tout nouveau recueil de poésies de Lackfi en français, Goutte d'absolu, imprimé sur papier recyclé grâce a l'atelier NÁSZTOR.
Né à Budapest en 1971, János Lackfi est poète, écrivain, traducteur littéraire. Il est l’auteur d’une dizaine de livres pour enfants. Ses poèmes ont connu plusieurs adaptations musicales publiées sous forme de CD. Il est lauréat de nombreux prix.
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Plus d'informations sur sildav.org

La Vallée de la Sinistra par Ádám Bodor

La Vallée de la Sinistra
Dans cette forêt des Carpates où cohabitent cueilleuses de myrtilles accortes et gardiens d’ours, on oublie jusqu’à son nom, jusqu’au motif de sa venue. Ici, les oiseaux portent les germes d’une fièvre mortelle, l’identité ne tient qu’à une plaque de fer-blanc et au bon vouloir d’une femme colonel aux ordres sibyllins. Seule issue possible : embarquer entre deux carcasses d’ovins congelés dans le camion frigorifique du gros Mustafa Mukkerman, assurant la liaison Sinistra-Balkans une fois par semaine. Mais encore faudrait-il vouloir fuir... Les jours passent, coulent la Sinistra et l’alcool dénaturé...
Dans la veine d’un Kafka burlesque, Ádám Bodor, l’un des maîtres de la littérature hongroise, explore avec humour un territoire sauvage où, à la surface de l’absurde, plane l’ombre sinistre de la dictature.

Ádám Bodor
Ádám Bodor est né en 1936 à Cluj Napoca (Kolozsvár en hongrois). Hongrois de Transylvanie, il vit en Roumanie jusqu’à son exil en Hongrie en 1982. Sous l’influence d’une famille anti-communiste, il milite très tôt pour le retour de la Transylvanie à la Hongrie, ce qui lui vaut d’être arrêté par la Securitate, la police secrète roumaine, et emprisonné de 1952 à 1954. Connu principalement pour La vallée de la Sinistra et La visite de l’archevêque, il est aussi l’auteur de La saga de la prison, un livre d’entretien portant sur son expérience de la prison roumaine.


La Vallée de la Sinistra
Collection Irodalom
Traduit du hongrois par Émilie Molnos Malaguti
240 pages / 115 x 175 mm
Date de sortie : 15 octobre 2014
Prix : 11 euros
Disponibilité : disponible ISBN : 9782366241112

Nota : Cet ouvrage dans sa traduction actuelle avait été publié
initialement aux éditions Robert Laffont en 1995

Hongrie : des proches de Viktor Orban dans le viseur de Washington

Moins d'une semaine après les élections municipales en Hongrie, qui ont encore cimenté le pouvoir du nationaliste conservateur Viktor Orban, une bombe politique a éclaté à Budapest, vendredi 17 octobre : dix personnalités hongroises, dont certaines sont très proches du premier ministre, ont été informées par l'ambassade américaine qu'elles étaient soupçonnées de corruption et, à ce titre, interdites d'entrée sur le territoire des Etats-Unis. La décision est entérinée par le président des Etats-Unis, précise le site anglophone The Budapest Beacon." La suite sur lemonde.fr

vendredi 17 octobre 2014

Hongrie: Orban renforcé pour quatre ans de pouvoir "illibéral"

"Sans élections à l'horizon pendant quatre ans, le dirigeant hongrois Viktor Orban, accusé de penchants autocratiques, a les coudées franches pour approfondir son projet de "démocratie illibérale", à condition cependant de ne pas heurter de front l'Union européenne, estiment des analystes.
Reconduit confortablement au pouvoir en avril, vainqueur des Européennes en mai, M. Orban, 51 ans, a parachevé dimanche un grand chelem électoral en voyant son parti conservateur, le Fidesz, remporter aussi les municipales. Aucun scrutin n'est prévu avant 2018." La suite sur 20minutes.fr

Concert de Tankcsapda le 9 novembre 2014 de 18:00 h à 23:00 h au LE KLUB

Le groupe Tankcsapda (Debrecen, Hongrie), 25 ans cette année, donnera son premier concert à Paris, au Klub, le 9 novembre. Au printemps dernier, Tankcsapda en tournée a donné des concerts à succès dans pratiquement toutes les grandes villes d'Europe. Un concert à Paris est, cependant, un événement à part dans la vie d'un groupe, et Tankcsapda s'y prépare tout spécialement: tous leurs tubes touchant un tant soit peu Paris seront au répertoire. Leur nouvel album, „Urai vagyunk a helyzetnek” („Nous avons la situation en main”), paraîtra le 14 octobre, le jour même de leur 25e anniversaire. La sortie de l'album sera suivie d'une tournée qui, après Rotterdam et Bruxelles, les mènera à Paris. Les billets pour le concert sont déjà disponibles online sur le site:
https://www.yesgolive.com/le-klub/tankcsapa-heavyhard-rock-hongrie


A 25 éves jubileumát idén ünneplő debreceni Tankcsapda pályafutása első párizsi koncertjére készül. November 9-én a párizsi LeKlub-ban. (Marais). Idén tavasszal nagy sikerrel koncerteztek szerte Európában, szinte minden nagyvárosban. De egy párizsi koncert, mint minden zenekar életében, különleges esemény, ezért a zenekar ennek megfelelően készül a koncertre, minden olyan dalt bevéve a repertoárba, ami Párizsról szól, akár érintőlegesen is. Október 14-én jelenik meg az új album, napra pontosan a 25. születésnapon “Urai vagyunk a helyzetnek” címmel, majd ezt követően turnéra indul a csapat, aminek keretében Rotterdam, és Brüsszel után Párizst is útba ejtik. A koncertre a jegyek már kaphatók, online itt: https://www.yesgolive.com/le-klub/tankcsapa-heavyhard-rock-hongrie

LE KLUB 14 rue Saint Denis 75001 Paris
01 42 71 49 30
http://www.leklub-paris.com/

Achat de terres par des étrangers - Bruxelles presse la Hongrie de s'expliquer

"Bruxelles, 16 oct 2014 (AFP) - La Commission européenne a mis jeudi la Hongrie en demeure de s'expliquer concernant sa législation qui impose des restrictions aux étrangers en matière d'acquisition de terres agricoles dans le pays.
La Commission estime que la législation hongroise « restreint les droits des investisseurs transfrontaliers d'une façon susceptible d'enfreindre le droit de l'Union relatif à la libre circulation des capitaux et la liberté d'établissement ». Or, rappelle-t-elle, même si les Etats de l'UE sont autorisés à fixer leurs propres règles en matière de droit de propriété, « toute restriction à ces libertés fondamentales (...) doit être dûment justifiée ». C'est pourquoi elle demande à la Hongrie de lui « présenter ses observations »." La suite sur terre-net.fr

jeudi 16 octobre 2014

Les supporters hongrois protestent contre l’analyse biométrique à l’entrée des stades

"Les supporters de football hongrois sont venus nombreux au stade de Budapest, pour protester contre le nouveau système d’identification biométrique utilisé lors des matchs à domicile de leur équipe nationale." La suite sur 1001-sports.fr

mercredi 15 octobre 2014

Hongrie : Orbán peut développer son capitalisme d'Etat

"Après les législatives d'avril, le Fidesz, parti ultraconservateur au pouvoir en Hongrie, a remporté une grande victoire aux municipales de dimanche. Le journal économique libéral Világgazdaság s'attend au développement du capitalisme d'Etat pratiqué en Hongrie : "La politique économique du gouvernement de Viktor Orbán s'inscrit dans un système. … L'une de ses premières priorités est la généralisation du capitalisme d'Etat." La suite sur eurotopics.net

Citibank quitte la Hongrie

"Dans le cadre d’une restructuration afin de diminuer ses coûts, le groupe Citigroup a indiqué se retirer de 11 pays dont les perspectives de développement ne sont pas suffisantes.
Les pays concernés sont : Costa Rica, République Tchèque, Égypte, Salvador, Guam, Guatemala, Hongrie, Japon, Nicaragua, Panama et Pérou.
Cette annonce concerne seulement la banque de détail. Les divisions institutionnelles ne sont pas concernées.
Ce retrait fait suite à une première vague intervenue fin 2012." Source : eqs-cs.com

mardi 14 octobre 2014

Théâtre - Le Livre de Jonas du 1er au 30 novembre 2014 Crypte Notre Dame du Perpétuel Secours

Les jeudis à 19h30, les vendredis et samedis à 20h30, les dimanches à 15h
Crypte Notre Dame du Perpétuel Secours 6 bis rue René Villermé 75011 Paris
Réservation : 06 56 80 71 94

Le chef d’oeuvre de Mihály Babits, poète hongrois de grand renommé de la première moitié du 20ème siècle ( traduit par Nicolas Abraham et mis en scène par Donatien Guillot et Jean-Daniel Senesi ) relate la singulière aventure de Jonas. Écrit en vers dans une langue étincelante, il comporte quatre chapitres : La fuite de Jonas ; Jonas dans le poisson ; Jonas à Ninive ; La parabole de la courge
Le résumé de l’histoire : Lorsque Dieu demande à Jonas d’aller prêcher dans la grande ville de Ninive, celui-ci refuse et s’enfuit très loin en bateau pour échapper à sa mission. En mer une tempête survient et Jonas est jeté par dessus bord. Juste avant de couler, il est avalé par une baleine…
Tarif : 15 € et 10€

Table ronde autour de la littérature de jeunesse 21 octobre 2014 à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
photo : raffayfoto.hu
Des experts français et hongrois chercheront à répondre aux questions portant sur la littérature d’enfance et de jeunesse. Qu’est-ce qui distingue la littérature de jeunesse de la littérature pour adulte ? Quels sont les thèmes qu'elle aborde ? Quelles sont les particularités de son vocabulaire ? Quel est le rôle de l’illustration ? Quels sont les sous-genres typiques de la littérature de jeunesse ?
Invités : János Lackfi, poète, écrivain et traducteur littéraire ; Joëlle Dufeuilly, traductrice littéraire ; Francine Bouchet, directrice des éditions La Joie de Lire ; Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes.
Entrée libre

Une femme sur le front d’après l’œuvre d’Alaine Polcz - Théâtre 22 novembre 2014 de 20h - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

photo : Anett Kállai-Tóth
 
 
Elle a 19 ans en 1944 et vient de se marier. Mais quand la Roumanie entre en guerre contre les Allemands, tout change en Transylvanie aussi. Elle fuit vers la Hongrie mais est prise entre deux feux. Comme des milliers de femmes, elle est violée par les soldats de l’Armée rouge et connaît le cauchemar de la déchéance physique et de l’humiliation morale et souffre de longues maladies héritées de cette période apocalyptique. L’œuvre autobiographique d’Alaine Polcz est rédigée dans un style brut qui privilégie l’authenticité du vécu.
Interprétation : Ilona Béres, comédienne, lauréate de nombreux prix.
Scénario écrit d’après l’oeuvre d’Alaine Polcz : Endre Bognár et Dániel Dicső.
Mise en scène : Dániel Dicső.
Remerciements à Anna Ablonczy, à Sophie Képès, traductrice littéraire et aux Éditions Noir sur Blanc.
Entrée libre en fonction des places disponibles
Spectacle en hongrois, surtitré en français