mardi 20 novembre 2018

Hongrie : un mémorial pour l’Holodomor sur fond de tensions avec l’Ukraine

"Un mémorial pour les victimes de la grande famine de 1932-33 en Ukraine a été inauguré vendredi à Szeged, dans le sud de la Hongrie, sur fond de tensions persistantes entre les deux pays.
Un mémorial a été inauguré vendredi à Szeged, la troisième ville du pays, dans le sud, pour les victimes de l’« Holodomor », c'est à dire l'« extermination par la faim » en ukrainien, qui se comptent en millions . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

lundi 19 novembre 2018

Rencontre avec Roland Vranik, réalisateur du film "Le Citoyen" dimanche 25 novembre 2018 au Bogibar

PROJECTION DU FILM A 11H30 au Cinéma Christine, 4, rue Christine, 75006 PARIS

RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR APRÈS LA PROJECTION A 15H au
BOGIBAR 54, rue Guy Moquet, Paris, 75017 Paris avec possibilité de manger sur place des spécialités hongroises.

La discussion se fera avec une traduction franco-hongroise.

Le Citoyen / Az állampolgár, de Roland Vranik, 2016, 1h48. La cinquantaine, Wilson, dont la famille a été tuée lors d’une guerre civile en Guinée-Bissau, entre en Hongrie en tant que réfugié politique et devient gardien dans un supermarché de Budapest. Son principal désir est d’acquérir la citoyenneté hongroise. Ce mélodrame sensible et juste, inédit en France, a fait sensation en Hongrie.

ROLAND VRANIK, écrivain, réalisateur
Né et vie à Budapest

Hungarian Film Festival 2005 ‒ Best Film, Best Camera, Best Producer, Special Prize, Critics Prize, SBS TV2 ‒ Best Director
Thessaloniki International Film Festival ‒ Best Director 2006
Annonay International Film Festival ‒ Best Music 2006
Antwerpen International Film Festival ‒ Best Film 2007
Seville Film Festival ‒ Best Director 2009
Seville Film Festival ‒ Seville University ‒ Best Film 2009
Amsterdam Imagine Film Festival ‒ Best Film 2010
Malaga fancine International FF ‒ Best Picture 2010
Nomination for the Best Europian Sci-fi ‒ 2010

Source : Facebook

Musique de chambre - Concert d'Eszter Karasszon et d'Imre Dani 18 décembre 2018 à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
Photo : Gábor Valuska

Soirée en soutien du Prix Hungarica, organisée par l’Association des amis de l’Institut hongrois en partenariat avec l’Institut hongrois.
Au programme : œuvres de Johannes Brahms, Claude Debussy, Zoltán Kodály et Ferenc Liszt.
Eszter Karasszon, violoncelliste, fut la plus jeune celliste à être récompensée par un concours national. Elle avait seulement huit ans ! Élève de Csaba Onczay, elle a obtenu en 2016 le diplôme de l’Académie de Musique de Budapest avec mention très bien. Depuis, elle poursuit une carrière de soliste, mais joue aussi dans le Concerto Budapest, un orchestre de musique de chambre. Elle a fait partie en 2017 des sept jeunes artistes sélectionnés pour bénéficier du soutien promotionnel de l’Académie Liszt. Dans son répertoire, elle se tourne de plus en plus vers les compositeurs du 20e siècle, tels que Kodály, Bartók, Dohnányi, Vajda, Gárdonyi, etc.
Imre Dani, pianiste, a commencé ses études à Csongrád ; il a ensuite poursuivi son cursus à Kecskemét, à partir de 2006, avant d’être admis en 2010 à la faculté de musique Liszt Ferenc de Budapest, d’où il est sorti diplômé en 2015. Il y a été l’élève de Balázs Szokolay et de András Kemenes. Depuis, il a participé à de nombreux concours en Hongrie et à l’étranger et a obtenu en 2016 le premier prix du concours international de Chopin à Rome.
Le Prix Hungarica bénéficie du soutien généreux de Mazars Hongrie.
Entrée : 15/10 €

Démocratie à la hongroise

"Plongée dans une Hongrie où la marginalisation de la détresse sociale et de la pauvreté est à son paroxysme.
En Hongrie, la précarité atteint des niveaux inquiétants : près d’un tiers de ses habitants sont considérés comme pauvres ou menacés de pauvreté. Ceux qui perdent leur emploi et leur logement risquent d’être pris dans un engrenage infernal : le gouvernement ultraconservateur de Viktor Orbán a en effet drastiquement réduit le montant des aides sociales, et dormir dans la rue est désormais passible d’une amende, voire d’une peine d’emprisonnement en cas de récidive. Alors que la réaction de l’Union européenne s'avère pour le moins frileuse, un groupe de citoyens hongrois – AVM ("A Város Mindenkié", "La ville est à tous") – monte au front pour exiger davantage de démocratie et de justice sociale. Faisant le lien avec la situation politique et sociale préoccupante de la Hongrie, ce documentaire témoigne de cette lutte pour les libertés qui se tient au cœur de l’Europe." Voir la vidéo sur arte.tv
52 min
Disponible du 17/10/2018 au 14/01/2019

« Musique religieuse luthérienne hongroise et allemande vers 1690 – Strattner et Buxtehude » 13 décembre 2018 à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
Photo: Attila Nagy, Müpa
Dieterich Buxtehude (1637-1707) était l’un des plus grands compositeurs et organistes de son temps. Une histoire célèbre raconte que Johann Sebastian Bach aurait entrepris une marche de 450 km pour écouter jouer le maître qui exerçait sur lui tant d’influence.
Créés par György Vashegyi, le chœur Purcell et l’orchestre Orfeo, spécialistes reconnus de la musique ancienne en Hongrie, ont conçu le programme du concert de manière à mettre en évidence la dimension européenne commune reliant le compositeur allemand et son contemporain hongrois, Georg Christoph Strattner (1644-1704). Né à Gálos (aujourd’hui Gols, Burgenland), ce compositeur de talent a grandi et étudié à Pozsony (aujourd’hui Bratislava).
Les paroles des cantates religieuses interprétées pendant la soirée sont, pour partie, des textes protestants mises en musique et, pour l’autre, des extraits de la Bible.
Entrée libre
Au programme:

Georg Christoph STRATTNER:
Aus der Tiefe rufe ich Herr, zu dir, 1685
Dieterich BUXTEHUDE:
Das neugeborne Kindelein BuxWV 13
Mit Fried und Freud ich fahr dahin BuxWV 76a
Klag-Lied BuxWV 76b
Befiehl dem Engel daβ er komm BuxWV 10
Georg Christoph STRATTNER:
Sehet doch, ihr Menschenkinder, 1692
Dieterich BUXTEHUDE:
Herzlich lieb hab ich Dich, o Herr BuxWV 41

Cinéma - Un autre regard, réalisé par Károly Makk 12 décembre 2018 à 19h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Littérature et cinéma en République populaire de Hongrie (1949-1989) : passages, résonances, surgissements
Egymásra nézve, adapté du roman d’Erzsébet Galgóczi, 1982, 102min, VOSTFR
Ce programme qui se prolongera tout au long de l’année propose de s’intéresser aux enjeux que soulève l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires dans la Hongrie socialiste, de 1949 à 1989. Il présentera dix films emblématiques dans lesquels les textes littéraires initiaux (souvent méconnus) s’ancrent dans un double processus de reconstitution poétique et de prise de distance critique. Programmation conçue par Mario Adobati, Damien Marguet et Mathieu Lericq.
Budapest, 1958. Deux ans après l’insurrection de Budapest, le débat fait rage au sein de la rédaction. Comment faire le récit des événements ? Faut-il mentir en employant la rhétorique du pouvoir, ou bien dire la vérité ? Au milieu de cette discussion éminemment politique jaillit une forme d’amour tout aussi politisée : celui qui unit deux femmes à l’ombre des lois, des normes et de l’opprobre social. Adapté d’un roman d’Erzsébet Galgóczi, le film a reçu le prix d’interprétation féminine (Jadwiga Jankowska-Cieślak) ainsi que le prix de la critique internationale F.I.P.R.E.S.C.I au festival de Cannes en 1982.
Séance présentée par Mathieu Lericq.
Entrée libre

Programme pour enfants à partir de 10 ans - Un après-midi musical poétique avec Daniel Varró et György Molnár 8 décembre 2018 à 16h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

L'Association Ecole Hongroise "Kabóca" organisera avec le soutien du Fond Gábor Bethlen, un après-midi musical poétique pour enfants (à partir de 10 ans) et adultes en langue hongroise.
Daniel Varró, poète et musicien, accompagné du guitariste György Molnár, présentera à cette occasion son programme de poésie interactif pour enfants.
Durée: 60 minutes
Entrée : gratuite pour les enfants (à partir de 10 ans) et 5€ pour adultes

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 20 novembre 2018 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 20 novembre 2018
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel
Crédit Photo : Erwan Le Touze
Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel november 20. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
Les Mardis hongrois de Paris sur Hulala
Crédit Photo : Erwan Le Touze

Crédit Photo : Erwan Le Touze
 


Crédit Photo : Erwan Le Touze

Interpol réactive un mandat d'arrêt contre un homme d'affaires hongrois, selon Zagreb

"Zagreb - La Croatie a déclaré dimanche qu'Interpol avait accepté de réactiver un mandat d'arrêt contre un homme d'affaires hongrois de premier plan, réclamé par Zagreb mais que la Hongrie refuse d'extrader.
Zsolt Hernadi, PDG du géant pétrolier hongrois MOL, est actuellement jugé par contumace par un tribunal de Zagreb pour des faits de corruption liés à la prise de contrôle en 2009 du groupe pétrolier et gazier croate INA.
La Croatie essaye depuis des années d'obtenir son arrestation mais la Hongrie s'est toujours refusée à l'extrader et est parvenue à le faire retirer de la liste des personnes recherchées par Interpol en 2016." La suite sur romandie.com

dimanche 18 novembre 2018

Coup de projecteur sur Budapest, le temps d’un long week-end

"A partir de mercredi et jusqu’au lundi suivant, Budapest sera mise à l’honneur à Paris avec le festival pluridisciplinaire Un week-end à l’Est. Après Varsovie en 2016 et Kiev en 2017, place cette année à Budapest et son héritage culturel foisonnant.
Par chance, je pourrai cette année y assister, et ce seront en premier lieu les rencontres autour de la littérature qui m’intéresseront, qu’il s’agisse des grands auteurs classiques ou des écrivains contemporains. Côté classique, il s’agit bien sûr de Sándor Márai, sans doute l’écrivain hongrois le plus connu en France grâce au succès de ses romans (Les braises, L’héritage d’Esther) et également auteur de mémoires remarquables (Confessions d’un bourgeois, Mémoires de Hongrie). Son œuvre fera l’objet d’une rencontre avec la romancière Sylvie Germain et avec l’éditrice d’origine hongroise Ibolya Virág, qui a fait connaître Márai en France ; ce sera le vendredi 23 novembre à 19h à la librairie L’écume des pages." La suite sur passagealest.wordpress.com

Lavrov soulève une condition pour prolonger le Turkish Stream en Europe

"La Russie veut obtenir des garanties de la part de l’UE avant de se décider sur le prolongement de Turkish Stream en Europe, a affirmé le chef de la diplomatie russe dans une interview accordée à un média serbe. Selon lui, il faut éviter que l’histoire de South Stream ne se reproduise.
Moscou sera prête à prolonger le gazoduc Turkish Stream sur le territoire des pays européens si l'UE lui donne la garantie qu'il ne sera pas entravé, à l'instar du projet South Stream, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans une interview accordée au journal serbe Telegraf." La suite sur sputniknews.com

Elections européennes: Steve Bannon veut faire campagne pour Viktor Orban

"BUDAPEST, 17 novembre (Reuters) - Steve Bannon, ancien conseiller stratégique de Donald Trump et théoricien de la droite nationaliste américaine, envisage de travailler avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban dans l'optique des élections européennes de mai prochain.
"Si je le pouvais, nous installerions le siège de notre mouvement à Budapest. J'aime tant ce lieu. Mais ce n'est pas évidemment pas pratique. Nous passerons beaucoup de temps en Hongrie entre maintenant et le jour du scrutin", explique cette figure de l'"alt-right", la droite alternative américaine, dans une interview diffusée tard vendredi soir par la station de radio RTL." La suite sur boursorama.com

La nouvelle porn valley se situe désormais à Budapest, nouvelle capitale du porno low cost

"Marie Maurisse : "Le secteur de la pornographie est en détresse"
Alors que le gouvernement français réfléchit à une régulation de la pornographie sur internet, depuis une quinzaine d'années, un nouveau modèle économique a vu le jour, symbolisé par le site Youporn. La journaliste Marie Maurisse a enquêté dans les coulisses du porno low cost.
La journaliste Marie Maurisse est l'autrice du livre Planète Porn (Stock). Pendant plusieurs mois, elle a enquêté sur la dure réalité de la pornographie sur internet." La suite sur franceinter.fr

Facebook dément avoir mené une vaste campagne de dénigrement

"Le groupe Facebook s'est défendu jeudi d'avoir orchestré une campagne de dénigrement visant notamment le financier George Soros. Il répond ainsi aux accusations portées par une enquête du New York Times.
Selon le quotidien américain, Facebook aurait demandé à la société de relations publiques Definers de mener une campagne pour discréditer les critiques émises contre le groupe, en suggérant des liens entre ces critiques et George Soros ou en dénigrant ses concurrents - Apple et Google en tête.
Il s'agissait de détourner l'attention du scandale autour de l'ingérence russe avant les élections américaines de 2016." La suite sur rts.ch

samedi 17 novembre 2018

A Budapest, l’accès à la propriété désormais hors de portée

"En 2013, il fallait environ six ans de salaire pour acheter son propre logement à Budapest. Désormais, le nombre d'années de revenus qu'un particulier doit consacrer à l'achat de son bien s'évalue désormais à neuf ans. Longtemps une des capitales les moins chères d'Europe, la métropole hongroise est confrontée à une flambée de son marché immobilier.
L'accès à la propriété est désormais un rêve hors de portée pour de nombreux Budapestois. Longtemps considérée comme une des capitales les moins chères d'Europe, la métropole hongroise voit son marché immobilier flamber depuis 2013. Le phénomène est national - les prix des logements ont augmenté de 16,2% en moyenne à l'échelle de la Hongrie pendant le premier semestre -, mais il est spectaculaire à Budapest, où ce taux a atteint les 20% sur la même période. Les villes petites et moyennes sont au contraire épargnées, avec un ralentissement de 16,9% à 11,8% de la hausse des prix de l'immobilier entre le dernier semestre 2017 et le premier semestre 2018 . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

A Prague, le chef de la diplomatie hongroise remercie la Tchéquie

"En visite à Prague ce vendredi, Péter Szijjártó, le ministre hongrois des Affaires étrangères, a remercié son homologue tchèque, le social-démocrate Tomáš Petříček, pour la résolution votée début octobre par les députés tchèques condamnant la décision du Parlement européen de recommander le lancement d'une procédure à l'encontre de la Hongrie pour violation de l'Etat de droit. Les deux hommes ont salué l'entente qui règne au sein du groupe de Visegrád, qui réunit, outre la Tchéquie et la Hongrie, la Slovaquie et la Pologne. Selon M. Szijjártó, il s'agirait de l'alliance politique "la plus efficace et la plus étroite" au sein de l'Union européenne." La suite sur radio.cz

La Scala accueille en première mondiale le premier opéra de György Kurtag

"La Scala, le célèbre théâtre de Milan, accueille en première mondiale jeudi soir "Fin de partie", le premier opéra du compositeur hongrois György Kurtag, âgé de 92 ans.
Il s'agit également du "premier opéra tiré d'une oeuvre de Samuel Beckett" (1906-1989), a souligné le metteur en scène, Pierre Audi.
Considéré comme l'un des plus grands compositeurs en vie, György Kurtag n'avait jamais écrit d'opéra. Mais la ténacité d'Alexander Pereira, directeur artistique et surintendant de la Scala très attaché à ce projet, l'a convaincu.
Le compositeur, né en 1926 dans une famille hongroise en Roumanie, a été profondément marqué par une représentation à Paris en 1957 de "Fin de partie", l'un des chefs-d'oeuvre du théâtre de l'absurde de l'écrivain irlandais." La suite sur tv5monde.com

vendredi 16 novembre 2018

Il est la bête noire de l'extrême droite et des complotistes : qui est le milliardaire George Soros?

"A la tête de la fondation Open Society, George Soros est devenu la cible préférée des partisans de théories du complot en Europe et aux Etats-Unis, qui l'accusent de soutenir l'immigration illégale via son action humanitaire.
George Soros est un homme aussi puissant que méconnu en France. Pourtant, aux Etats-Unis ou en Hongrie, le milliardaire de 88 ans, à la tête de la gigantesque fondation Open Society, fait l'objet depuis plusieurs années de multiples théories du complot : il serait un ancien nazi, à l'origine de l'épidémie d'Ebola et même de la "caravane des migrants" qui s'approche de la frontière américaine.
De Budapest aux coulisses de la Maison Blanche, cet homme d'affaires américain d'origine juive hongroise est devenu la cible des nationalistes et des complotistes. Le 23 octobre, un engin explosif a été déposé dans sa boîte aux lettres à New York. Le suspect arrêté est Cesar Sayoc, un Américain de 56 ans, complotiste, fervent supporter de Donald Trump et dont le compte Twitter abonde de messages anti-Soros." La suite sur francetvinfo.fr

Macédoine: Gruevski a utilisé une voiture diplomatique hongroise pour fuir selon la police albanaise

"L'ex-Premier ministre macédonien Nikola Gruevski, qui a fui son pays pour éviter la prison, a utilisé une voiture diplomatique hongroise, a annoncé jeudi la police de l'Albanie, pays par lequel il est passé.
Nikola "Gruevski est sorti le 11 novembre 2018 vers 19 h 11 du territoire de l'Albanie par le poste-frontière de Hani i Hotit, pour passer au Monténégro", selon un communiqué du porte-parole de la police albanaise diffusé aux médias à Tirana.
Celui qui a dirigé la Macédoine de 2006 à 2016, était passager d'une "voiture de l'ambassade hongroise à Tirana, immatriculée CD 1013A", poursuit la police." La suite sur francesoir.fr

Migrants: des experts de l'ONU quittent la Hongrie

"Des experts du Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire ont annoncé aujourd'hui avoir suspendu leur visite en Hongrie après s'être vu refuser l'accès à deux "zones de transit" où sont rassemblés des migrants près de la Serbie.
Les experts ont voulu ainsi protester contre le refus des autorités hongroises de les laisser visiter "les zones de transit à Röszke et Tompa (sud), où les migrants et demandeurs d'asile, y compris des enfants, sont privés de liberté", ont-ils indiqué dans un communiqué.
"Les autorités n'ont pas été informées que le Groupe de travail se rendrait dans ces deux lieux, mais elles ont été pleinement informées, par divers moyens avant et pendant la visite, que le Groupe de travail les considère comme des lieux de privation de liberté", a déclaré à l'AFP l'un des experts, Sètondji Roland Adjovi." La suite sur lefigaro.fr

Patchworks, portraits et réalité sociale

"Après plusieurs expositions remarquées à la bibliothèque de l’université ELTE, au Collegium Budapest et à la Galerie Racine à Paris, c’est un petit espace associatif, le Zöldike (le verdier), dans le 1er arrondissement de Budapest que le sociologue Gábor Erőss a choisi pour présenter ses angles urbains. Une exposition commune avec la biologiste Orsi Kovács, comme un dialogue entre la ville et la campagne. Dans la lignée des travaux de Pierre Fraser, de l’université de Laval, les photos de Gábor Erőss présentent la « réalité visuelle » du 8e arrondissement, lieu hors du temps, aux contrastes souvent insolites, où coexistent toutes les identités qui forment la société hongroise d’aujourd’hui.
JFB : Vous êtes sociologue et photographe tout en étant très impliqué dans le militantisme politique en Hongrie, quel est le lien entre toutes ces activités ?" La suite sur jfb.hu

Concert Mozart à Budapest: un auditoire envoûté lors d´une soirée qui fera date. (Grande Messe en ut)

Par Pierre Waline
"Trois bonnes raisons de nous rendre à ce concert. Tout d´abord pour la présence de la jeune soprano hongroise Emőke Baráth que l´on peut considérer sans exagération comme l´une des plus accomplies non seulement sur la scène hongroise, mais sur la scène internationale. Deuxième raison: l´ensemble constitué par l´orchestre Orfeo et le choeur Purcell, l´une de nos formations favorites. Troisième raison, enfin, Mozart (tout de même!). Outre le plaisir d´entendre et réentendre sa musique sans jamais nous lasser, c´est ici l´une des deux oeuvres inscrites au programme qui a été pour nous décisive: sa Grande Messe en ut mineur K427 (précédée de la symphonie Jupiter).
De la musique religieuse de Mozart, le public connaît surtout son Requiem et la Messe du Couronnement. Bien moins souvent jouée, la Grande Messe figure pourtant au rang de ses oeuvres majeures. Messe que Mozart composa à l’époque de son mariage avec Konstanze Weber, alors qu´établi à Vienne, il venait de s´affranchir du Prince-Archévêque Colloredo. Elle répond à un voeu que le jeune Wolfgang avait formulé pour la guérison de sa fiancée alors gravement malade et pour la réalisation de leur hyménée." La suite sur francianyelv.hu

jeudi 15 novembre 2018

Nikola Gruevski a été exfiltré par la Hongrie, révèle la police albanaise

"La Hongrie aurait fourni un important soutien logistique à l'ancien premier ministre macédonien Nikola Gruevski, actuellement à Budapest pour échapper à une peine de deux ans d'emprisonnement en Macédoine.
Nikola Gruevski, l'ancien premier ministre macédonien en cavale depuis quatre jours, a été convoyé de Tirana à Budapest à l'aide d'une voiture diplomatique hongroise, viennent de nous apprendre plusieurs médias balkaniques, dont la chaîne de télévision albanophone de Macédoine Alsat-M . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Handball - Euro 2022 La Hongrie voit les choses en grand

"Si la Suède a annoncé en septembre que le weekend final de l’EHF EURO 2020, qu’elle organisera avec la Norvège et l’Autriche, se déroulera dans un stade 33.000 personnes, la Hongrie a également décidé de mettre les petits plats dans les grands. Alors qu’elle organise, avec la Slovaquie, l’édition suivante de l’EHF EURO, soit en janvier 2022, elle devrait pouvoir proposer des salles flambant neuves. Le président de la fédération hongroise, Mate Kocics, a annoncé des investissements dans les quatre sites retenus pour la compétition. “La salle de Szeged va être reconstruite intégralement, pour répondre aux attentes de l’EHF. Cela se fera en concertation avec le club” a-t-il d’abord annoncé. Il faut dire que le Városi Sportcsarnok, bâti dans les années 70, n’est plus tout à fait au goût du jour et qu’avec ses 3200 places, on s’y sent un peu à l’étroit. Le Pick devrait avoir le droit à une salle de 8.000 places, mais il n’est pas le seul à être gâté.
Une salle de 22.000 places à Budapest !"
La suite sur handnews.fr

Handball - Euro 2018 (F) 18 joueuses retenues avec la Hongrie

"La Hongrie a dévoilé une liste de 18 joueuses retenues pour participer à l’Euro 2018 organisé en France du 29 novembre au 16 décembre prochain. 
Orpheline de sa métronome, Anita Görbicz, qui a pris sa retraite internationale suite au Mondial 2017, la Hongrie partira avec 18 joueuses pour l’Euro en France (16 + 2 remplaçantes). Kim Rasmussen va pouvoir s’appuyer sur un groupe de qualité, emmené par Anikó Kovacsics, qui réalise un très bon début de saison avec le FCT Rail Cargo Hungaria. Un groupe composé quasi-essentiellement de joueuses évoluant au sein du championnat hongrois, complété par le retour en sélection de Szimonetta Planeta, efficace en LFH sous les couleurs du Chambray Touraine." La suite sur handnews.fr

Can Tho promeut sa coopération multiforme avec la Hongrie

"Can Tho (VNA) - Le Comité populaire de la ville de Can Tho (Sud) a eu le 14 novembre une séance de travail avec Csaba Balogh, secrétaire d’Etat au ministère hongrois des Affaires étrangères et du Commerce, sur des perspectives de coopération dans divers domaines.
Csaba Balogh a apprécié les potentiels socio-économiques de la ville de Can Tho qui est un centre de développement dans plusieurs domaines du delta du Mékong. Pourtant, les investisseurs hongrois à Can Tho sont encore moins nombreux que dans d’autres localités. Cependant, les secteurs prioritaires de Can Tho tels que la santé, l’agriculture, le tourisme et les services, sont des atouts de la Hongrie." La suite sur vietnamplus.vn

« C’est important que Budapest puisse s’exprimer à Paris »

"Du 21 au 26 Novembre, à Paris, se tiendra la troisième édition du festival « Un Week-End à l’Est », laquelle aura cette année pour thème « Budapest ». A une semaine de ce voyage au cœur de la vie culturelle budapestoise, entretien avec Brigitte Bouchard, l’une des fondatrices du festival.

Pouvez-vous nous raconter comment est née l’idée de ce festival ?
Cela fait quelques années que mon bureau se trouve au sein de la librairie polonaise. Cette librairie a un historique très intéressant. Elle a toujours été un lieu de résistance affiché depuis sa création et elle a été beaucoup fréquentée par les intellectuels. Depuis, cette tradition s’est perdue. Je me disais que cela pourrait être intéressant de remettre au cœur de cette librairie ce qui l’animait au départ, et de faire en sorte que ça devienne un lieu d’échange, de passerelle, de résistance, pour voir ce qui se fait à l’Est, et saisir l’effervescence culturelle d’une ville le temps d’un week-end. J’étais déçue de voir que l’essence même de ce lieu était en train de se perdre. Avec Vera Michalski[1], je me suis dit pourquoi ne pas partir sur un week-end allongé à l’Est, un peu comme on le fait aujourd’hui où l’on part avec des low-cost découvrir une ville, sans vraiment y arriver." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Le site du festival

mercredi 14 novembre 2018

« Ce qui me pénalise, ça n’est pas d’être Rom, c’est d’être homosexuel »

"Lénárd et Gergő ont tous les deux grandi dans une petite ville industrielle au Nord-Est de Budapest. La découverte de leur homosexualité a été le début d'un long calvaire qui a duré trois ans, durant lequel ils ont subi le reniement de leur famille, le rejet de leurs amis, et l'homophobie ordinaire. Également d'origine rom, ils ont su retourner leurs stigmates et veulent désormais inspirer les autres jeunes déshérités. Nous avons traduit le reportage de nos partenaires d'Abcúg.
Tous les deux viennent d'une famille rom pauvre de Salgótarján et se sont rencontrés un peu par hasard. Gergő et Lénárd ont annoncé à leurs familles respectives leur homosexualité lorsque les choses ont commencé à être sérieuses entre eux. Ils y ont été un peu contraints également, car les rumeurs commençaient à enfler à leur sujet, et il aurait été difficile de dissimuler les choses plus longtemps. Leur coming out a été le début d'un long parcours dont ils ont mis trois ans à voir le bout.
"Ça c'est passé comme ça, je me suis assis avec mes parents, en leur expliquant . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Gagnez des places pour le festival « Un Week-end à l’Est » à Paris

Le Courrier d’Europe centrale est honoré d’être le partenaire du festival « Un Week-end à l’Est » qui se tiendra du 21 au 26 novembre prochain à Paris ! Dans le cadre de ce partenariat, nous offrons la possibilité à nos abonnés de gagner des places pour les spectacles d’Árpád Schilling et Adrienn Hód, ainsi que pour la soirée-débat sur la situation en Hongrie au théâtre de l’Odéon. Répondez sans attendre aux dix questions du concours, avec pour thème le fil rouge du festival : Budapest !
La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Visite prochaine d'un haut responsable du Parti Communiste Chinois en Russie et en Hongrie

"BEIJING, 13 novembre (Xinhua) -- Guo Shengkun, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et chef de la Commission des affaires politiques et juridiques du Comité central du PCC, participera à la cinquième réunion sino-russe sur la coopération institutionnelle en matière d'application de la loi et de sécurité en Russie, et effectuera une visite en Hongrie de mercredi à lundi prochain, a annoncé mardi Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères." Source : xinhuanet.com

mardi 13 novembre 2018

En fuite, l’ancien dirigeant macédonien Gruevski demande l’asile politique à la Hongrie

"L'ancien premier ministre macédonien Nikola Gruevski s'est enfui en Hongrie, où il espère obtenir l’asile politique pour échapper à une peine de deux ans de prison. Introuvable depuis vendredi, la police macédonienne avait émis hier un mandat d’arrêt à son encontre.
Nikola Gruevski, introuvable depuis vendredi, est finalement apparu ce mardi à Budapest. Peu après 13h, il a publié sur sa page Facebook, le message suivant : "Ces derniers jours, j’ai reçu d’innombrables menaces de mort. Je suis désormais à Budapest, et j’ai demandé l’asile politique aux autorités hongroises. Je serai toujours fidèle à la cause de la Macédoine. Je ne renoncerai jamais . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Le ministre des Affaires étrangères hongrois à Prague vendredi

"Le ministre des Affaires étrangères hongrois, Peter Szijjarto, sera en visite à Prague ce vendredi 16 novembre, où il doit s’entretenir avec son homologue tchèque Tomáš Petříček, le Premier ministre Andrej Babiš et le ministre des Transports Dan Ťok, a fait savoir l’agence de presse tchèque ČTK.
La République tchèque et la Hongrie collaborent étroitement dans le cadre du groupe de Visegrád qui comprend également la Pologne et la Slovaquie. Les deux pays ont des vues similaires sur la question de la crise migratoire : tous deux rejettent le principe des quotas ainsi que le Pacte mondial de l’ONU sur les migrations." Source : radio.cz

Les socialistes et les Verts hongrois feront liste commune pour une « Europe sociale »

"Les deux principaux partis de la gauche hongroise ont décidé de renouveler leur alliance en vue des élections européennes de mai prochain. La liste socialiste et écologiste entend mener campagne contre "les forces qui veulent démanteler l'UE" menées par Viktor Orbán et fédérer ses électeurs autour du combat pour "l'Europe sociale".
Le Parti socialiste hongrois (MSzP) et la petite formation écologiste Párbeszéd ont annoncé samedi le lancement d'une liste commune pour les élections européennes de mai prochain. Déjà alliés lors du scrutin législatif d'avril dernier, les deux partis de gauche hongrois appellent les autres forces "pro-européennes" à se rassembler sur leur liste . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Les grues envahissent la Hongrie par dizaines de milliers

"Depuis quelques jours, les grues ont littéralement envahi la Hongrie. Cette année, les ornithologues en ont décompté près de 160 000, dont un quart autour des lacs de pêche près de Szeged, au sud du pays. A l'approche de l'hiver, ces gros oiseaux aquatiques ont quitté la Russie ou la Scandinavie et sont en route vers le nord de l'Afrique, mais certaines des grues viennent aussi de Chine.
Cette grande migration a même pu être observée de l'espace. Jusqu'au XIXe siècle, la Hongrie était un lieu d'élevage populaire pour les grues." Source et vidéo sur euronews.com

lundi 12 novembre 2018

Hongrie : petite histoire du goulache, le pot-au-feu des cavaliers magyars

"Dans l’Alföld, l’horizon semble inatteignable. De l’herbe à perte de vue. Cette grande plaine, qui se déploie dans la moitié sud-est de la Hongrie, est le fief des «gulyás» (bouviers) magyars. Et ce sont ces hommes rompus aux longues chevauchées qui ont inventé, il y a des siècles, le plat national, une copieuse soupe nommée presque comme eux : le goulache.
Pendant des semaines, parfois des mois, les éleveurs erraient loin de leurs foyers pour mener leurs troupeaux de bœufs gris en pâture. Pour se sustenter chemin faisant, ils suspendaient, avec un trépied de fortune, un chaudron en fer ou en fonte au-dessus d’un feu vif. A un fond d’eau, ils ajoutaient ce qu’ils avaient à portée de main, comme du cumin des prés et des oignons sauvages, qu’ils agrémentaient de viande, après avoir sacrifié la bête la plus fragile de leur cheptel. Et puis ? Rien. Même pas la peine de remuer, il suffisait d’attendre : pendant que le mélange mijotait des heures durant, les bouviers vaquaient à d’autres occupations." La suite sur geo.fr

Budapest fait son cinéma

Budapest fait son cinéma from Festival Un week-end à l’Est on Vimeo.

« Dans l’Est européen, la guerre ne s’est pas arrêtée le 11 novembre »

"La perception du 11 novembre 1918 n'est pas univoque dans tous les pays européens. L'historien Frédéric Guelton - ancien chef du département de l'Armée de terre du Service Historique de La Défense et membre du conseil scientifique de l'exposition des Invalides, "À l'Est, la guerre sans fin, 1918-1923" - rappelle ici les chevauchements mémoriels entre l'Est et l'Ouest, mais aussi entre les différents pays d'Europe centrale et orientale. Entretien.
Le 11 novembre 2018, l'Europe se recueille pour commémorer la fin de la Première Guerre mondiale. Ces quatre dernières années, vous avez eu l'occasion de prendre part aux manifestations relatives à la Grande Guerre en Europe médiane. Y a-t-il quelque chose qui caractérise, qui distingue les commémorations qui nous sont familières en France, Grande-Bretagne ou Allemagne de celles qui prennent place à l'Est ?
La première chose qui est à dire, à mon sens, en revenant aux faits, c'est que l'armistice, en droit, ce n'est pas la fin de la guerre, c'est une suspension des hostilités. À l'issue de cette suspension on . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

dimanche 11 novembre 2018

Béla Tarr au cinéma "Christine 21" le vendredi 23 novembre 2018 à 20 h 15

Christine 21
4 rue Christine, 75006 Paris

Nous recevrons l'immense réalisateur Béla Tarr au Christine 21 à l'occasion de 2 séances exceptionnelles organisées par Un Week-end à l'Est !
23 Novembre à 20h15
LE NID FAMILIAL de Béla Tarr
Séance présentée par Béla Tarr et Antoine Guillot, journaliste à France Culture.
Alors que son mari est parti au service militaire, Irén vit avec sa fille dans l’appartement de ses beaux-parents dont l’exiguïté oppressante rend tout le monde agressif et tendu.
Le premier film de Béla Tarr, tourné en 4 jours à l’âge de 22 ans.
24 Novembre à 20h15
LES HARMONIES WERCKMEISTER de Béla Tarr
Séance en 35mm suivie d'un débat avec le réalisateur Béla Tarr, l’actrice Hanna Schygulla et Antoine Perraud, journaliste à Mediapart.
Dans une petite ville de la plaine hongroise, un cirque s’installe pour exhiber son unique attraction, une gigantesque baleine empaillée. Un jeune postier illuminé évolue dans la ville et assiste autour de lui à la montée du chaos.
Béla Tarr adapte ici pour la seconde fois un roman de László Krasznahorkai, La Mélancolie de la résistance.

Le samedi après-midi, CARTE BLANCHE à Béla Tarr au Christine 21 avec la programmation de 2 films :
14h15
Les Sans-Espoir (Szegénylegények), de Miklós Jancsó, 1965, 1h35.
Hongrie, 1869. Des paysans sont enfermés dans un fortin isolé où des militaires usent de stratagèmes cruels pour démasquer les « Sans-Espoir » - héritiers d’anciens bandits dont la lutte contre l’autorité des Habsbourg a conduit au soulèvement de 1848. "J'admire les films de Jancsó. Je n'ai jamais vu autant de sensibilité et d’élégance dans les mouvements de caméra et dans l'adaptation dramatique (…) La fin des Sans-Espoir est l’une des meilleures scènes finales de l'histoire du cinéma."
— Martin Scorsese
17h
Passion (Szenvedély), de György Fehér et Béla Tarr. 1998, 2h16. "J'ai toujours voulu faire un film qui ressemble à la dernière copie retrouvée d'un très vieux film. Mon film s'inspire des thèmes du roman de James M. Cain, Le facteur sonne toujours deux fois. La transposition de cette histoire dans la Hongrie des années trente assure une atmosphère particulière au film."
— György Fehér

Tarif plein 8€ / Tarif réduit 6€ (étudiant, - de 26 ans, + de 65 ans, chômeur) / Pass ugc illimité et Gaumont acceptés

Source : Facebook

En 1847, une procédure simple a sauvé la vie de milliers de femmes enceintes

"Il est peu probable que beaucoup d’entre vous connaissent le nom d’Ignaz Semmelweis. Pourtant, son travail est toujours d’une grande importance pour la plupart des familles, même aujourd’hui.
Semmelweis est né le 1er juillet 1818 à Buda (qui fait aujourd’hui partie de Budapest, en Hongrie), dans une famille de riches commerçants. En 1844, Ignaz a obtenu son diplôme en chirurgie et obstétrique à l’Université de Vienne. Il est revenu sept ans plus tard à Budapest, pour diriger l’hôpital de Saint Roch.
A cette époque-là, les femmes mourraient souvent à cause de la fièvre puerpérale. De plus, malgré le fait que dans les établissements médicaux, la procédure était effectuée par des professionnels, les morts suite à un accouchement dans un hôpital étaient nettement plus nombreuses que celles suites à un accouchement à domicile." La suite sur teles-relay.com

Journée d'études : "Comment traduire les variétés périphériques ? De l’argot traditionnel au français contemporain des cités" (Budapest)

"Présentation
Selon certains traductologues, la langue elle-même figure parmi ce qu’on a l’habitude d’appeler les « intraduisibles ». Cette constatation ne peut pas être interprétée sans tenir compte de ce que Jean-René Ladmiral appelle objection préjudicielle, l’impossibilité théorique de traduire, dont un des arguments repose sur l’opinion selon laquelle « il y a de l’intraduisible dans le langage ». L’idée de l’« intraduisibilité » du langage semble cependant un peu moins surprenante dans les cas où le traducteur doit faire face à un texte argotique, riche en argot, ou, du moins, en éléments non conventionnels.
Cela ne veut naturellement pas dire que nous ayons des doutes quant à la traduisibilité du langage voire de l’argot ou d’autres variétés périphériques.
Autre paradoxe, bien connu : « la traduction est à la fois impossible et nécessaire », comme disait Derrida. Nous dirons même : rien n’est traduisible et tout peut être traduit. Mais parfois, à défaut d’équivalents (argotiques ou non conventionnels), le traducteur ne peut s’en sortir que grâce à un jeu subtil de compensation, en s’éloignant du texte source pour obtenir, paradoxalement, un texte cible plus fidèle à l’original.
Dans la lignée de plusieurs colloques sur les variétés argotiques organisées à l’Université ELTE de Budapest (« L’argot : un universel du langage ? », en 2005, « Parlures argotiques et pratiques sportives et corporelles », en 2014, et « Langue(s) et littérature des cités », en 2017), ce colloque a pour but de réunir des spécialistes intéressés par les questions de la traduisibilité des variétés périphériques, dans le domaine de la littérature, du cinéma, de la BD, sans oublier la chanson, le rap ou le slam, qu’il s’agisse de variétés du français ou d’autres langues, de variétés anciennes ou contemporaines, afin de permettre des échanges et d’aboutir à une réflexion commune.
Les organisateurs de ce colloque invitent les linguistes, les traducteurs, les traductologues, les enseignants-chercheurs, les chercheurs et les doctorants à présenter les hypothèses et les résultats de leurs recherches relatives aux différents aspects de la problématique de la traduction des argots et d’autres variétés périphériques.
Organisateurs :
Centre Interuniversitaire d’Études Françaises (CIEF), Département d’Études Françaises et Centre de Réussite Universitaire (CRU) de l’Université Eötvös Loránd (ELTE) de Budapest (Hongrie)"
La suite sur fabula.org

samedi 10 novembre 2018

Marché de beigli avec Kati 8 décembre 2018 de 13h à 18h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44


Nous souhaitons vous proposer une sélection de beiglis à l’Institut Hongrois le samedi 8 décembre entre 13 et 18 heures.
Vous pourrez les déguster sur place autour d’une tasse de thé, d’une tisane ou d’un café, mais également les emporter si vous le souhaitez.
Pour les commandes, veuillez nous prévenir trois jours avant « L’heure du thé » soit par téléphone au 06 64 27 51 68 ou par mail cuisinehongroise@free.fr.
Délicieusement vôtre,
Kati & Marianna
La brigade de l’Art Culinaire Hongrois

Cérémonie de la remise du Prix Nicole Bagarry-Karátson 11 décembre 2018 à 19h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Le soldat à la fleur (Virágos katona) de Nándor Gion (1941-2002)
Ce roman constitue le premier volet d’une tétralogie intitulée Il a joué même devant les larrons, où l’auteur décrit la vie de son village en Voïvodine, au travers du quotidien de plusieurs familles sur plusieurs générations, de 1898 jusqu’au milieu du XXe siècle. Avec Le Soldat à la fleur, publié en 1973, on est à la veille de la Première Guerre mondiale. Szenttamás, village agricole, vit au rythme des saisons, du dur labeur sur les terres. Les pauvres y côtoient les mieux lotis, les populations allemandes, hongroises et serbes cohabitent tant bien que mal. István, adolescent rêveur, veut échapper à ce monde auquel il paraît destiné, lorsqu’il découvre sur l’une des peintures de la Passion un soldat romain singulier, arborant une fleur jaune brodée sur son uniforme. L’expression heureuse du soldat devient pour lui une véritable obsession...
La présentation du livre par son préfacier, András Kányádi, sera suivie d’un entretien avec Gabrielle Watrin, la traductrice qui recevra à cette occasion le Prix Nicole Bagarry-Karatson.
Traduction parue en 2018 aux éditions des Syrtes, Genève.
Entrée libre


Lauréats 2003-2018
Marc Martin (2003) pour La mort seul à seul (Saját halál) de Péter Nádas;
Chantal Philippe (2005) pour La porte (Az ajtó) de Magda Szabó;
Françoise Bougeard (2006) pour Ennemi public (Közellenség) d’István Tasnádi;
Joëlle Dufeuilly (2007) pour La mélancolie de la résistance (Az ellenállás melankóliája) de László Krasznahorkai;
Clara Royer (2008) pour Miséricorde (Irgalom) de Pap Károly;
Georges Kornheiser (2009) pour les Poèmes d’Endre Ady;
Sophie Aude (2010) pour Précipice (Szakadék) et L’histoire d’une solitude (Egy magány története) de Milán Füst ;
Guillaume Métayer (2011) pour Deux fois deux (Kétszer kettő) d’István Kemény.
En 2012, en raison de l’ampleur exceptionnelle de la tâche accomplie, Marc Martin assisté par Sophie Aude ont partagé le prix pour Histoires parallèles (Párhuzamos történetek) de Péter Nádas;
Jean-Louis Vallin (2014) pour La Zrinyiade ou Le péril de Sziget (Szigeti veszedelem, 1651), épopée baroque en vers de Miklós Zrinyi;
Sophie Kepes (2015) pour Seul l’assassin était innocent (Bűnügy) de Júlia Székely et de Kornél Esti (Esti Kornél) de Dezső Kosztolányi ;
Thierry Loisel (2017) pour Néron le poète sanglant (Néró a véres költő) et Langue et âme (Nyelv és lélek) de Dezső Kosztolányi;
Catherine Faÿ (2018) pour Dernier jour à Budapest (Szinbád hazamegy) , Albin Michel, 2017, de Sándor Márai;
Gabrielle Watrin (2019) pour Le soldat à la fleur (Virágos katona), Éditions des Syrtes, 2018, de Nándor Gion

Marché de livre hongrois d'occasion 8 décembre 2018 de 13h à 18h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Information : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Un grand choix d’œuvres littéraires en langue hongroise sera proposé à la vente dont de nombreux titres récents et en très bon état d'auteurs contemporains.
Entrée libre

Les «consultations nationales» d’Orbán, une hypnose idéologique

"Créés en octobre 2010 pour prendre le pouls des Hongroises et Hongrois invités jusqu’au 21 décembre à s’exprimer sur la défense des familles, ces simili-référendums postaux illustrent la confiscation politique du pays.
La procédure n’a pas changé d’un iota depuis les prémices. Comme tous les ans ou presque depuis le retour de Viktor Orbán aux responsabilités en mai 2010, les huit millions d’électrices et électeurs hongrois reçoivent dans leur boîte aux lettres un questionnaire assorti d’une lettre signée de la main du Premier ministre. Détrôné en 2002 par les socialistes alors qu’il était devenu l’un des plus jeunes chefs de gouvernement européens de l’histoire peu avant que Zizou ne soulève la Coupe du monde, Orbán instaura durant la campagne législative de 2006 un dialogue avec l’ensemble du pays entre forums et QCM postaux sondant le peuple «délaissé» par la gauche. Ainsi naquirent les fameuses «consultations nationales»." La suite sur slate.fr

vendredi 9 novembre 2018

Peter Bence, le pianiste le plus rapide du monde, en concert au Casino de Paris

"Le pianiste le plus rapide du monde, j’ai nommé Peter Bence, sera pour la première fois en concert en France. Pour découvrir cet incroyable artiste, direction le Casino de Paris les lundi 19 et mardi 20 novembre 2018.
Son nom ne vous dit peut être pas grand chose mais ça risque de changer… Et pour cause, Peter Bence fait partie de ces artistes surdoués dotés d’un vrai sens du show.
Après s’être produit dans plus de 60 pays, le pianiste hongrois, véritable virtuose, débarque enfin en France. Et pour vous enthousiasmer, il a choisi d’investir la scène du Casino de Paris à deux reprises, les lundi 19 et mardi 20 novembre 2018." La suite sur sortiraparis.com

Hongrie : nouvelles restrictions à venir sur la liberté de manifestation

"Le gouvernement hongrois veut se donner le pouvoir d'interdire toute manifestation hostile à des célébrations officielles. Une loi restreignant sensiblement le droit de rassemblement est déjà entrée en vigueur au début du mois d'octobre.
Selon un projet de loi déposé par le vice-Premier ministre Zsolt Semjén, le gouvernement aurait le pouvoir d'interdire des manifestations lors de célébrations officielles . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

À Helsinki, l'ombre de Viktor Orban plane sur le Congrès de la droite européenne

"Plusieurs grands dirigeants européens ont tenu à mettre en garde le premier ministre hongrois sur la nécessité de respecter la démocratie, l'État de droit et les libertés. La droite européenne
De notre envoyée spéciale à Helsinki,
«Ce ne sera pas un Congrès sur Orban», assurait il y a quelques jours un membre du PPE. Force est de constater que l'intéressé s'était un peu trop avancé. L'ombre du premier ministre hongrois plane en effet sur le centre des conférences d'Helsinki, où est réunie durant deux jours la droite européenne. C'est à cette occasion que le PPE a désigné l'Allemand Manfred Weber comme spitzenkandidat pour les élections européennes de mai 2019." La suite sur lefigaro.fr

Congrès du PPE. Viktor Orban, trouble-fête de la droite européenne

"Premier parti au Parlement, le Parti populaire européen (PPE) doit choisir son chef de file pour les élections européennes. Et trancher sur le cas du Hongrois, un allié encombrant.
Le PPE est réuni à Helsinki pour son congrès à quelques mois des européennes. Il doit notamment choisir ce jeudi son « spitzenkandidat », son chef de file pour les élections, entre Manfred Weber et Alexander Stubb.
Mais un autre sujet fait beaucoup discuter dans les rangs de la principale force politique au Parlement européen : faut-il conserver Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, au sein du PPE ?" La suite sur ouest-france.fr

Une statue en souvenir de la révolution hongroise

"Installée depuis deux semaines, elle a été révélée ce matin. L’auteur de la statue en bronze en souvenir de la révolution hongroise est Hongrois.
"Je pose un regard emprunt d’amour et d’affection sur cette statue. C’était vraiment un honneur de pouvoir reproduire le symbole utilisé par les révolutionnaires eux-mêmes, le drapeau troué" explique Peter Parkanyi." La suite sur lemanbleu.ch

La CJUE juge illégal le monopole de l'État hongrois sur le paiement mobile

"Hier, la plus haute juridiction communautaire a jugé (PDF) que la Hongrie n'a pas à imposer sa société Nemzeti Mobilfizetesi Zrt pour fournir des paiements sur mobile.
Mis en place en juillet 2014, « le système  national de paiement mobile adopté par la  Hongrie constitue un monopole étatique illégal », écrit la cour. Il n'est pas un service d’intérêt économique général (SIEG), comme le revendiquait la Hongrie." La suite sur nextinpact.com

Viktor Orban, l’enfant terrible de la droite européenne

"Le parti au pouvoir en Hongrie, le Fidesz du Premier ministre Viktor Orban, inquiète le PPE, le Parti populaire européen. La formation a soutenu au Parlement le recours à l'article 7 du traité sur le fonctionnement de l'Union qui peut entrainer des sanctions contre Budapest. Désormais la droite européenne s'interroge sur l'expulsion du parti hongrois. La première force politique au sein de l’hémicycle a adopté une résolution qui appelle au respect des valeurs et des libertés européennes. La résolution ne mentionne jamais directement la Hongrie mais le message est bel et bien à destination du Premier ministre hongrois, présent à Helsinki pour le congrès du PPE. Face aux critiques Viktor Orban maintient son discours de fermeté à l’approche des élections européennes. "Pour notre victoire, retrouvons nos racines et parlons de la renaissance de la démocratie chrétienne", affirme le dirigeant." La suite sur euronews.com

Endre Ady: l’influence de Baudelaire et Verlaine

"Le symbolisme français pour décrire la Hongrie
Issu d’une famille noble désargentée, Endre Ady de Diósad né en 1877 à Érmindszent et décédé à Budapest en 1919, est un poète hongrois également connu sous le nom d’André  Ady, chef de file du renouveau de la poésie et de la pensée sociale progressiste en Hongrie au début du XXe siècle. Le poème suivant se situe à Paris où le poète a découvert le symbolisme français.

La suite sur blogs.letemps.ch

jeudi 8 novembre 2018

Viktor Orbán usurpe la démocratie chrétienne, le PPE courbe l’échine

"Viktor Orbán s'est posé en homme fort d'un renouveau de la démocratie chrétienne en Europe, lors du congrès du Parti populaire européen (PPE) durant lequel l'Allemand de la CSU Manfred Weber a été désigné candidat à la présidence de la Commission européenne.
L'Allemand de la CSU Manfred Weber a été élu tête de liste du Parti populaire européen ce jeudi lors de son congrès à Helsinki. Adoubé par les ténors de la droite européenne, d'Angela Merkel à Laurent Wauquiez en passant par Sebastian Kurz et Viktor Orbán . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La Terre n'aurait finalement pas une, mais trois lunes !

"Les nuages de Kordylewski, ça vous parle ? Ces grandes concentrations de poussières, observées dès les années 60, orbitent autour de la Terre. C'est du moins ce que suggère la récente découverte d'une équipe d'astrophysiciens hongrois.

Notre satellite naturel pourrait-il ne pas être seul ? Découverts en 1961 par Kazimierz Kordylewski, ces deux nuages de poussière portant son nom n'ont cessé d'alimenter le débat et les spéculations depuis près d'un demi-siècle. Les scientifiques hongrois de l'Université Eötvös Loránd sont finalement parvenus à confirmer l'existence de ces deux lunes de poussière." La suite sur clubic.com

Europe: Le Fidesz d'Orban rappelé à l'ordre par le PPE

"HELSINKI (Reuters) - Le Parti populaire européen (PPE, conservateur), première force politique au Parlement européen, a prévenu mercredi le Fidesz de Viktor Orban, qui est un de ses membres, à respecter certaines valeurs démocratiques sous peine de risquer l'exclusion.
Dans une résolution adoptée lors de son congrès annuel, le PPE souligne que "l'extrémisme populiste et nationaliste, la désinformation, la discrimination et les menaces contre l'Etat de droit représentent la plus grande menace visant la liberté et la démocratie en Europe depuis la chute du Rideau de fer"." La suite sur challenges.fr

Photo Saint Germain - A la galerie Folia, les portraits au cordeau de Peter Puklus du 7 novembre au 15 décembre 2018

© Peter Puklus, One and a half meter, Melinda after hairwashing (up), 2005, Paris
"En se postant face à ses proches, à exactement 1,5 mètre, le photographe hongrois a réussi à faire partager leur quotidien. Un petit côté nouvelle vague.
ne meter and a half (Un mètre et demi) est le drôle de titre donné par le Hongrois Peter Fuklus à sa série présentée dans le cadre du festival Photo Saint Germain. « Un mètre et demi, dit-il, c’est la longueur des bras quand vous les ouvrez pour accueillir et embrasser quelqu’un. Pour ce projet, réalisé entre 2004 et 2009, j’avais réuni mes amis et mes proches de l’époque et documenté leur vie et la relation que nous entretenions. » Alors qu’il achève ses études à la Moholy-Nagy University of Art and Design (MOME) de Budapest, il photographie donc ses copains. Comme Akos, inscrit au département Multimédia, qui habite dans un vieux bâtiment de l’époque communiste, où l’on vit à deux par chambre avec, à chaque étage, une cuisine et les douches." La suite sur telerama.fr

Plus d'information sur Galerie Folia 

Résidence d’Eva Vincze à l'école du Poan Ben

"Eva Vincze est une artiste aux multiples talents : auteure-illustratrice-éditrice de livres, graphiste designer et illustratrice free-lance, artiste plasticienne… D’origine hongroise, elle réalise une partie de sa formation à Budapest, à l’Université Hongroise des Arts et Métiers (en communication visuelle) et à l’Académie des Beaux-Arts. Elle quitte ensuite son pays natal pour engranger d’autres diplômes et de nouvelles expériences aux Etats-Unis puis en France, à Paris, où elle habite désormais.
A l’initiative des Moyens du Bord, Eva est aujourd’hui accueillie en résidence à l’école du Poan Ben (Morlaix), partenaire de longue date. Entre septembre et novembre 2018, pendant trois semaines, elle interviendra essentiellement auprès de la classe de CE2-CM1-CM2 bilingue français/breton. A l’aide de ses travaux, elle leur fera découvrir le monde du pop-up (livres animés) et les accompagnera dans leurs propres réalisations, notamment des livres bilingues qui seront valorisés dans le cadre des 20 ans de la filière bilingue." La suite sur lesmoyensdubord.wordpress.com

Éva Vincze sera présente à :

Multiples

13ème salon de la petite édition d'artiste
les 10 et 11 novembre 2018

à Morlaix et Saint-Martin-des-Champs

Vous pouvez d’ores et déjà découvrir ses illustrations sur son site Internet

La Hongrie lance un sondage national anti-immigration

"Budapest a lancé une enquête nationale sur les valeurs familiales. Avec l’objectif de mettre en exergue l’opposition des Hongrois à l’immigration face au problème de la décroissance démographique du pays.
En lançant l’enquête sur la politique familiale, pour laquelle des questionnaires ont été envoyés à des millions de ménages, la secrétaire d’État Katalin Novak a déclaré que la Hongrie souhaitait « compter sur ses propres ressources internes » et « ne pas remplacer sa population par des immigrés ». Grâce aux résultats de ce sondage gigantesque, le gouvernement espère bien justifier son opposition à la politique migratoire de l’UE." La suite sur euractiv.fr

mercredi 7 novembre 2018

Cinéma - Seuso II, un film réalisé par Zoltán Dézsy - 5 décembre 2018 à 19h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Seuso II, 2016, 91min, VOSTFR
Le trésor de Seuso est bien connu, non seulement dans le pays, mais aussi du public étranger, qui en a au moins entendu parler. L’histoire de la découverte de ce trésor composé de pièces d’orfèvrerie d’une valeur inestimable est un véritable roman policier. La première partie du documentaire a été tournée en 1996-1997. Depuis de nombreux nouveaux évènements sont survenus. L’actualité du film vient du fait que la seconde moitié de ce trésor exceptionnel vient d’être récupérée par la Hongrie.
Il est aujourd’hui attesté que le trésor a été trouvé dans une mine de pierres de Kőszárhegy par un jeune homme, un certain Sümeg János, vers le milieu des années 1970. Il est également évident à présent qu’il a payé cette découverte de sa vie. Le documentaire ne se contente pas de nous narrer l’histoire du jeune Sümeg, qui finira assassiné, mais offre également une incursion dans le monde secret des pilleurs de tombes, des receleurs, des trafiquants d’objets d’art et des collectionneurs.
Entrée libre

Falun - Scènes de village Concert de l’Ensemble de jeunes voix Aposiopée 4 décembre 2018 à 20h - Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Rompu à l’interprétation de la musique des pays tchèques, l’Ensemble de jeunes voix Aposiopée, créé en 2004 à Paris par Natacha Bartošek, a récemment élargi son répertoire à la musique de Béla Bartók, réalisant en 2017 dans le cadre du Festival de Saintes la création française des Quatre chants populaires slovaques BB 46 et des Scènes de village BB 87b (version avec piano).
Aposiopée vous invite cette fois-ci à un voyage en Europe centrale à travers des œuvres de Bohuslav Martinů, Béla Bartók et Miloslav Kabeláč, inspirées de musiques ou poésies populaires hongroises, slovaques, moraves ou tchèques. Ces trois compositeurs du 20è siècle ont su respecter les traditions et l'âme profonde de leur terre d’origine, tout en y imprimant leur style personnel et résolument moderne.
S’écartant de l’interprétation habituelle par des voix lyriques, l’Ensemble Aposiopée ose le parti-pris d’une approche vocale plus « légère » et plus proche de l’expression originale populaire ; il recourt en effet à des voix d’enfants ou de jeunes filles, en solistes ou en chœur, qui mettent mieux en relief la fraîcheur, la vivacité rythmique, ainsi que la simplicité de ces chants empreints de poésie, transmis de bouche à oreille durant des siècles.
Entrée : 10/15 euros

Fête de Saint-Nicolas 5 décembre 2018 de 15h30 à 18h à l'Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Information : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

L’Institut hongrois invite les plus jeunes à se réunir pour accueillir et saluer Saint Nicolas. Comme chaque année, sa hotte sera pleine de cadeaux pour ceux qui viendront à sa rencontre.
Nous prions les parents de bien vouloir prendre contact avec ses collaborateurs avant le mercredi 28 novembre à l'adresse reservation@instituthongrois.fr s’ils désirent qu’un petit sac de cadeaux soit offert à leur(s) enfant(s).
Contribution au cadeau : 8€/ enfant
Inscription avant le 28 novembre

Théâtre - György Spiró : Tête de poulet 6 décembre 2018 à 20h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44
Photo - Gáspár Stekovics

Huis clos dans la cour d’un immeuble des faubourgs de Budapest, Tête de poulet offre un échantillon des bas-fonds de l’humanité. Le réalisme cru des dialogues, les personnages caricaturaux (du professeur hautain aux deux jeunes délinquants, en passant par les gendarmes idiots et la femme aigrie), les lieux sinistres (du crochet du battoir à tapis aux portes qui se ferment des appartements) tout semble marqué du sceau de la tragédie. C’est que le meurtre du chat de la vieille dame, qui était partie lui acheter des têtes de poulet, va réveiller la violence de cette humanité veule et triste.
Interprètes : Daniel Baldauf, Pierre Bocabarteille, Olivier Bonnin, Doby Broda, Sabrina Bus, Cécile Durand, Alexandre Jazédé, Dimitra Kontou 

Mise en lecture par Bea Gerzsenyi
Les photos dans le spectacle : Fortepan.hu, Bea Gerzsenyi
Entrée libre

Soirée des Mardis hongrois de Paris du 6 novembre 2018 - Quelques images







Conseil de lecture à Emmanuel Macron : Karl Polanyi sur les années 30

"Le Président devrait s'inspirer de «la Grande Transformation», une critique du libéralisme économique publiée en 1944 par l'économiste hongrois.
«Je suis frappé par la ressemblance entre le moment que nous vivons et celui de l’entre-deux-guerres. Dans une Europe qui est divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique, on voit presque méthodiquement se réarticuler tout ce qui a rythmé la vie de l’Europe de l’après Première Guerre mondiale à la crise de 1929. Il faut l’avoir en tête, être lucide, savoir comment on y résiste.» Voici ce qu’a déclaré à Ouest-France Emmanuel Macron la semaine dernière.
Au-delà de l’habituelle mise en scène de son opposition à l’extrême droite, cette analogie mérite de s’arrêter un instant. On ne convoque pas les années 30 impunément ! Alors, pour que le président de la République gagne en «lucidité» et sache «comment résister», il faudrait qu’il lise. Que lire ? Pour ses moments de repos à Honfleur, une lecture est tout indiquée.
Il s’agit du chapitre 21 de la Grande Transformation de Karl Polanyi, «La liberté dans une société complexe», texte publié en 1944. Il pourrait y comprendre pourquoi sa politique et celle de ses parents politiques fabriquent des gouvernements d’extrême droite en nombre. La destruction des logiques de solidarités humaines et la préférence pour la compétition contre la coopération sont les fondements politiques du libéralisme économique qui appauvrit les populations depuis son avènement." La suite sur liberation.fr

Hongrie : manifestation contre la taxation des avantages en nature

"Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mardi à Budapest contre le projet du gouvernement de fiscaliser les avantages en nature. Une mesure qui pourrait avoir un impact lourd pour deux millions d’employés en Hongrie.
Les manifestants se sont rassemblés, mardi après-midi, devant la Banque nationale hongroise (MNB), sous plusieurs bannières, notamment celle de la centrale syndicale Liga. Ils entendaient protester contre le projet du gouvernement de fiscaliser les avantages en nature . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)