jeudi 22 novembre 2018

En Hongrie, la loi anti-SDF conduit à de rares comparutions

"Depuis le 15 octobre 2018, les sans-abri, interdits de séjour dans la rue, risquent la prison. Plus d’un mois après l’entrée en vigueur de la mesure, la vie des sans-domicile-fixe budapestois ne semble pas avoir changé… à quelques exceptions près.
Laszlo vit dans une ruelle du quartier juif de Budapest depuis vingt ans, assis au-dessus d’une bouche de chaleur, un maigre sac de couchage sur les genoux. Alors que les températures frôlent désormais le zéro la nuit, il avoue son inquiétude. « Hier, j’ai eu peur de m’endormir. J’ai eu peur de geler. »Depuis le 15 octobre, la loi (et la Constitution hongroise) lui interdit de séjourner dans la rue. Au bout du quatrième avertissement de la police, une procédure judiciaire doit obligatoirement démarrer, pouvant aller jusqu’à la prison. Mais pour ce sexagénaire, la réglementation n’a pas encore sévi. « Ici, les policiers me connaissent. Ils viennent me demander si ça va. Ils n’oseraient pas m’interpeller. » Pour l’heure, la réglementation a donné lieu à huit poursuites pénales, au cours desquelles des SDF, menottés, ont dû comparaître devant des juges. Elles se sont soldées pour la plupart..." La suite sur la-croix.com  (article payant)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire