dimanche 20 janvier 2019

Andy Vajna, le producteur de Rambo et Terminator est mort

"On lui doit une multitude de blockbusters à succès, tels que Rambo, Terminator ou encoreDie hard.
Le producteur américano-hongrois Andy Vajna est décédé à l'âge de 74 ans.
"Après une longue maladie, Andy Vajna est décédé dans sa demeure à Budapest", a indiqué le Fond national des films.
Né dans la capitale hongroise, Andrew G. Vajna de son vrai nom, a fui avec sa famille en 1956 après l'insurrection contre le régime communiste, écrasée par les Soviétiques.
Après un passage à Hong-Kong et au Canada, ils se rendent aux Etats-Unis. Andy Vajna se lance alors dans le monde du cinéma. En tant que producteur, il enchaîne les réussites commerciales.
Revenu en Hongrie dans les années 2000, il devient un allié proche du président Viktor Orbán.
En 2011, il avait été nommé commissaire d'État au cinéma. Pour beaucoup, il a contribué à accroitre le rayonnement cinématographique de la Hongrie ces dernières années.
A la tête du Fonds national du film, il a notamment cofinancé Le fils de Saul, qui a remporté le Grand Prix du festival de Cannes en 2015 et l'Oscar du meilleur film étranger en 2016." Source et vidéos sur euronews.com

Décès du producteur de Rambo, l'Américano-Hongrois Andy Vajna

"Le producteur américano-hongrois Andrew G. Vajna, connu sous le nom d'Andy Vajna pour ses blockbusters des années 80 comme Rambo, Die Hard ou Terminator, est décédé à 74 ans à son domicile à Budapest, a annoncé dimanche le Fond national des films (NFA)."Après une longue maladie, Andy Vajna est décédé dans sa demeure à..." La suite sur la-croix.com (article payant)

Andy Vajna est décédé dans sa 75ème année après une longue maladie

Andy Vajna, producteur de cinéma, figure importante du cinéma international et hongrois, est décédé dans sa 75ème année après une longue maladie dans son appartement de Budapest.

"Hosszú betegség után, életének 75. évében meghalt Andy Vajna.
Életének 75. évében hosszú betegség után budapesti otthonában elhunyt Andy Vajna, a magyar és a nemzetközi filmipar meghatározó alakja, filmproducer, nemzeti filmipar fejlesztéséért felelős kormánybiztos - közölte a Magyar Nemzeti Filmalap vasárnap az MTI-vel."
Source : hvg.hu

Les Hongrois poursuivent leur mouvement contre la nouvelle loi travail

"En Hongrie, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans tout le pays. Une journée organisée à l’appel des syndicats et à laquelle ont participé l’opposition et des associations. Depuis décembre, les Hongrois descendent régulièrement dans la rue pour protester contre une nouvelle loi travail votée en décembre dernier par la droite nationaliste du Premier ministre Viktor Orban. Le texte autorise un employeur à demander jusqu’à 400 heures supplémentaires par an à ses employés, tout en les payant 3 ans plus tard. A Budapest, la mobilisation était en léger recul par rapport au mois de décembre. Mais les Hongrois semblent déterminés à poursuivre le mouvement.
Le froid glacial n’a pas empêché les Hongrois de descendre dans la rue. Ils étaient 2 000 à Miskolc, grande ville du nord, 1 500 à Pécs, ville universitaire dans le sud du pays. Ailleurs, ils ont protesté par centaines contre la loi travail et contre le régime autoritaire de Viktor Orban. Et des dizaines d’automobilistes ont exprimé leur colère en ralentissant la circulation." La suite sur rfi.fr

Étude sur l'impact économique des migrants en Europe : "Les flux migratoires sont une opportunité et non une charge"

"Pour Ekrame Boubtane, la co-auteure de l'étude sur l’impact positif de la migration sur l’économie européenne, "les flux migratoires ont contribué à améliorer le niveau de vie moyen".
Selon une étude du CNRS, les migrants ne sont pas une charge économique pour l’Europe. L’augmentation du flux de migrants permanent produit même des effets positifs. C'est ce que démontre Ekrame Boubtane, économiste, maître de conférence à l’Université Clermont Auvergne, co-auteure de l'étude sur l’impact positif de la migration sur l’économie européenne.
Cette étude intervient alors que la Hongrie, dirigée par Viktor Orban, met en place une nouvelle loi travail qui autorise les employeurs à demander à leurs salariés 400 heures supplémentaires par an, payées trois ans plus tard. Cette disposition, adoptée dans un contexte de manque de main d'oeuvre, est dénoncée par ses opposants comme un "droit à l'esclavage" dans un pays aux salaires parmi les plus bas de l'UE
500 000 Hongrois sont partis travailler à l'Ouest ces dernières années, là où les salaires sont deux à trois fois plus élevés. La nouvelle loi travail portée par le gouvernement hongrois est-elle une solution au manque de main d'oeuvre dans le pays selon vous ?"
La suite sur francetvinfo.fr

"Football Leaks": le hacker portugais arrêté en Hongrie assigné à résidence

"Un tribunal de Budapest a décidé de la remise en liberté de Rui Pinto, 30 ans, et de son assignation à résidence dans la capitale hongroise, où il réside, a déclaré Me David Deak, son avocat en Hongrie. « Selon le jugement, il ne pourra quitter son domicile et devra porter un bracelet électronique », a précisé Me Deak.
Le parquet hongrois, qui avait requis le placement en détention, a fait appel de cette décision, tout comme M. Pinto, qui a demandé un contrôle judiciaire plus souple.
« Extorsion aggravée et crimes liés au vol de données »
Présenté par sa défense comme un des lanceurs d’alerte à l’origine des « Football Leaks », une importante fuite d’informations sur les coulisses du football ayant conduit à une série de révélations depuis fin 2016, Rui Pinto avait été arrêté mercredi soir en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités portugaises." La suite sur actudaily.com

Hongrie: Andras Kadar, ou la lutte pour défendre l’Etat de droit

"En Hongrie, les manifestations se poursuivent contre la loi travail qui a été adoptée en décembre 2018, une loi qui porte à 400 le nombre des heures supplémentaires que les employeurs pourront demander à leurs salariés tous les ans, payables trois ans plus tard. Mais à ces contestations se mêlent des critiques directes contre les dérives autocratiques du président Viktor Orban. Andras Kadar est avocat, il observe et subit au quotidien les attaques contre les organisations de droits de l’homme, une situation qui se dégrade depuis plusieurs années.
Andras Kadar codirige le Comité Helsinki Hongrois qui exerce une veille sur la situation des droits de l’Homme. Il se concentre sur l’accès à la justice pour les minorités, le droit d’asile, les lieux de privation de liberté, ou encore l’utilisation excessive de la force. Andras Kadar constate que la situation se dégrade particulièrement depuis deux ans" La suite sur rfi.fr

Hongrie : nouveau samedi de contestation contre le gouvernement Orbán

"La loi sur les heures supplémentaire et la réforme du système judiciaire ont déclenché un cycle de manifestations en Hongrie. Ce samedi, l'opposition a appelé à descendre dans la rue tandis que les syndicats menacent d'une grève générale.
La protestation ne faiblit pas en Hongrie. Depuis le 8 décembre, le pays fait face à des manifestations d'une ampleur inédite. En cause, une loi sur les heures supplémentaires qui libère les heures supplémentaires imposables aux employés. Ses détracteurs la qualifie «d'esclavagiste». Des milliers de manifestants s'étaient déjà rassemblés le mois dernier à l'appel de l'opposition. Ce samedi, partis politiques, syndicats, associations, tous se sont une nouvelle fois entendus pour s'opposer au gouvernement." La suite sur lefigaro.fr

Nouvelle manifestation contre Orban et la réforme du travail à Budapest


"BUDAPEST, 19 janvier (Reuters) - Plusieurs milliers de Hongrois ont à nouveau manifesté samedi à Budapest contre la réglementation des heures supplémentaires adoptée le mois dernier et la politique du Premier ministre Viktor Orban.
Les manifestants, rassemblés derrière une banderole clamant "On en a assez !", ont défilé jusqu'au pied du château médiéval de Buda, devenu le foyer de la contestation.
La réforme du code du travail adoptée en décembre à l'initiative du Fidesz, le parti au pouvoir, autorise les employeurs à exiger jusqu'à 400 heures supplémentaires par an à leurs salariés." La suite sur zonebourse.com

samedi 19 janvier 2019

Hongrie : "Un mouvement social d'une ampleur inédite" contre la politique de Viktor Orban

"Depuis un mois, habitants, partis politiques et syndicats hongrois s'unissent et manifestent contre le président au pouvoir depuis 2010.
"Saleté de Fidesz", "Orban dégage""Nous ne sommes pas des esclaves"... Voici quelques-uns des slogans scandés dans les rues de Budapest contre la politique autoritaire et ultra-nationaliste de Viktor Orban. Le président hongrois, au pouvoir depuis 2010, est confronté depuis un mois à une fronde sociale inédite.
À l'origine de ces manifestations de grande ampleur, l'adoption d'une loi permettant à un employeur de réclamer jusqu'à 400 heures supplémentaires par an à ses salariés, payables jusque trois ans après. Les syndicats dénoncent une "loi esclavagiste" et, depuis cinq semaines, mêlent leurs voix à celles des défenseurs des droits de l'homme et des opposants politiques. "La défense des droits sociaux précède celle des droits civiques, explique l’économiste Zoltan Pogatch. Ce mouvement social est d’une ampleur inédite en Hongrie. Ce mouvement sonne le réveil des syndicats." La suite sur francetvinfo.fr

Hongrie, Serbie, Pologne: des étincelles à l'Est

"Après la chute du mur de Berlin en 1989, les pays d'Europe de l'Est représentaient une promesse de renouveau. Ils sont devenus pour certains des figures revendiquées de la contestation des démocraties libérales en conflit avec l’Union européenne. Cette dernière a d'ailleurs déclenché contre la Hongrie et la Pologne une procédure de sanctions au titre de l’article 7 du traité de l'Union européenne (violations de l’état de droit). Pourtant ces pays sont loin de poursuivre une marche sans accroc vers un autoritarisme chaque jour renforcé.
En Hongrie, dans le froid glacial et la neige, ils seront des dizaines de milliers à battre le pavé ce week-end du 19 janvier. Cette contestation des citoyens peut à première vue surprendre, quelques mois après les élections d’avril largement remportées par Viktor Orban. L’OSCE a toutefois jugé sévèrement le déroulement de la campagne en jugeant notamment que «la rhétorique d'intimidation et de xénophobie, les penchants des médias et le financement opaque» ont entravé les débats politiques." La suite sur rfi.fr

Hongrie. Orbán face à la colère des « cols bleus »

"La nouvelle loi travail contestée du gouvernement Orbán est accusée d’avoir été pensée pour la prospère industrie automobile allemande portée par Audi et Mercedes en terre magyare. Les « cols bleus » de la classe ouvrière sont remontés. Des manifestations sont programmées, ce samedi, partout dans le pays.
Reportage. De notre correspondant à Budapest. Emmitouflé dans son sweat à capuche, Bence (*) attend le bus de ville pour regagner sa chambre du foyer de jeunes travailleurs de Győr. Il est entré chez Audi début janvier comme opérateur à cause de la réputation de la marque allemande et des salaires vraiment satisfaisants dont des amis lui ont parlé. Sur le papier, l’offre était alléchante : semaine de 40 heures, week-ends garantis, 900 euros net par mois. Le triple du Smic hongrois et une fois et demie la rémunération moyenne, cotisations sociales déduites. Seulement voilà, le jeune homme en période d’essai et aux trois-huit pointe régulièrement les samedi ou dimanche afin de tenir" La suite sur letelegramme.fr (article payant)

Bonne nouvelle - Hongrie : Ahmed H., condamné à tort pour terrorisme, enfin libre

"En 2015, le Syrien Ahmed H. était incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste » lors d’affrontements avec des gardes-frontières à la frontière serbo-hongroise. Après trois ans et demi derrière les barreaux, il va enfin pouvoir retrouver son épouse et ses deux filles à leur domicile à Chypre.
Condamné initialement à une peine de 10 ans de prison, ensuite réduite à 7 puis à 5 ans, Ahmed sera libéré le 19 janvier.
Sa libération est un immense soulagement pour sa famille, même s’il n’aurait jamais dû être poursuivi, et encore moins condamné, pour une telle infraction." La suite sur amnesty.fr

Incendie du centre culturel hongrois en Ukraine : un assistant de l’AfD suspecté

"Un des prévenus polonais de l'affaire de l'attentat contre le centre culturel hongrois d'Oujgorod a accusé au cours de son procès un proche collaborateur du parti d'extrême-droite allemand AfD, d'avoir commandité l'attaque.
Un proche collaborateur du député allemand Markus Frohnmaier (AfD, extrême-droite) est accusé d'avoir commandité l'incendie du centre culturel hongrois d'Oujgorod survenu le 27 février 2018 dans le sud-ouest de l'Ukraine. Manuel Ochsenreiter a été nommément mis en cause par l'un des prévenus, Michał P., un militant pro-russe polonais membre de l'organisation néo-fasciste Falanga dont le procès est en train de se dérouler à Cracovie . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Coup de semonce des salariés d’Audi en Hongrie

"Les salariés de l'usine Audi Hungaria Zrt., à Győr, ont cessé le travail durant deux heures ce vendredi matin. Ils sont en conflit avec leur direction en raison d'une augmentation des salaires trop faible à leur goût.
Ce vendredi matin à 9 heures du matin, le syndicat indépendant Audi Hungária (AHFSZ) a organisé une « grève d'avertissement » de deux heures à l'usine de Győr, dans l'ouest de la Hongrie . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

vendredi 18 janvier 2019

Handball - Un agent visé par une enquête de la fédération

"L’agent de joueur Matyas Farkas de l’agence Champsport est visé par une enquête de la fédération hongroise pour des pratiques jugées douteuses. 
Scandale en Hongrie. L’agent de joueur Matyas Farkas, qui gère notamment les intérêts de Cristina Neagu et de plusieurs internationales françaises, est visé par une enquête de la fédération hongroise pour des pratiques douteuses. En cause, une offre qu’il aurait inventée de toute pièce, afin de permettre à une de ses joueuses, évoluant sous les couleurs du FTC, de bénéficier d’une augmentation substantielle de salaire au moment de sa prolongation de contrat. Sauf que le stratagème a été dévoilé, par la joueuse elle-même. Et que le club de Siofok, auteur de la prétendue contre-offre, n’a pas du tout apprécié. La fédération hongroise a immédiatement lancé une enquête." La suite sur handnews.fr

Les eurodéputés pour un lien entre fonds européens et Etat de droit

"Les députés européens ont approuvé jeudi la possibilité que des Etats de l'Union européenne menaçant l'Etat de droit puissent perdre des fonds européens.
A 397 voix pour (158 voix contre), le Parlement européen, réuni à Strasbourg, s'est prononcé en faveur d'un règlement affirmant que "les gouvernements qui entravent la justice ou qui ne luttent pas contre la fraude et la corruption risquent la suspension des fonds de l'UE".
Le règlement adopté constitue la position du Parlement européen. Il doit désormais entrer en négociations avec le Conseil de l'UE (les Etats membres), qui n'a pas encore défini sa position. Le fruit de ces négociations devra ensuite être voté avant de pouvoir entrer en vigueur." La suite sur boursorama.fr

Shoah : des recherches menées dans le Danube créent l’émoi chez les juifs de Hongrie

"A Budapest, une équipe israélienne mène actuellement des recherches dans le Danube afin de retrouver les ossements des victimes juives du "siège de Budapest" à la fin de la Seconde guerre mondiale, et prévoit de les envoyer en Israël pour un enterrement dans l'intégrité de la religion juive. Ce projet de "rapatriement" "diffame la diaspora juive en Hongrie", selon son organisation représentative - le Mazsihisz.
"Suite à ma demande aujourd'hui à Budapest, le ministre de l'intérieur de Hongrie a reçu l'ordre d'aider les professionnels et les moyens spéciaux à rechercher des os juifs tirés et jetés dans les eaux du Danube pendant l'Holocauste. Si les os des saints sont trouvés, ils seront amenés dans la tombe d'Israël." Ce tweet en date du lundi 14 janvier, publié sur le compte du ministre de l'intérieur israélien Aryé Dery, ne cesse de provoquer des remous au sein des différentes communautés juives hongroises. Leur organisation représentative - le Mazsihisz - a même appelé hier dans un communiqué à suspendre des recherches "que rien ne justifie . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Hongrie - Droits de l'homme : davantage de résistance aux autocrates

"Ces images des manifestations en Hongrie contre le Premier ministre Viktor Orban, illustrent ce qu'Human Rights Watch appelle "la riposte aux autocrates". L'ONG a présenté jeudi à Berlin la 29 édition de son rapport dans lequel elle note l'augmentation d'une résistance significative face à un régime autoritaire dans plusieurs pays dont la Hongrie et la Pologne. Ce rapport passe en revue les pratiques en matière de droits de l'Homme dans plus de 100 pays lors de l'année écoulée.
"Pendant que les autocrates font la une des journaux, on constate une intense réplique. Ces dirigeants ont engendré une résistance qui a bien progressé. Et l'on voit cette résistance parfois dans la rue, en Hongrie et en Pologne, et parfois dans les urnes dans des pays comme la Malaisie, l'Arménie, où ils ont chassé les autocrates, les dirigeants corrompus. Mais ce qui est peut-être le plus important, c'est que dans certaines institutions comme les Nations Unies, certaines des grandes puissances qui, traditionnellement, cherchent à défendre les droits de l'homme se sont mises en retrait... on ne peut pas se tourner vers Trump, trop occupé à soutenir des autocrates alliés", explique Kenneth Roth, le directeur exécutif de Human Rights Watch." La suite et vidéo sur euronews.com

« En Europe de l’Est, les régimes ­ont entrepris la destruction pure et simple de l’Etat de droit et de ses garanties »

"Selon la journaliste hongroise Réka Kinga Papp, des gouvernements nationalistes et populistes tels que ceux de Viktor Orban, en Hongrie, et Jarosław Kaczynski, en Pologne, englobent des sujets comme le refus de ­l’immigration ou celui d’accorder des droits aux minorités dans leur offre politique conservatrice.
En Europe de l’Est, la notion de guerre culturelle évoque quelque chose de très différent de ce qu’elle désigne aux Etats-Unis. Le Kulturkampf (« combat culturel ») désigne la lutte que livra le chancelier ­Bismarck contre l’influence culturelle et sociale de l’Eglise catholique dans le royaume de Prusse puis l’Empire allemand, au cours des années 1870 et 1880. Le Kulturkampf a profondément marqué l’histoire de nombreux pays de cette région.
Aujourd’hui, l’expression trouve un nouvel usage ­politique et social, qui fait écho à cet héritage ­historique. Il désigne la reprise en main des ­institutions culturelles et l’usage de la culture ­institutionnelle (théâtres, musées, médias…) par des gouvernements nationalistes et populistes tels que ceux de Viktor Orban, en Hongrie, et Jarosław Kaczynski, en Pologne. Ces dirigeants se posent ­explicitement en arbitres des questions culturelles – non pas au sens des sujets de société, mais ­vraiment sur les questions d’offre culturelle – à la fois sur le plan symbolique, et sur un plan très concret en soutenant certaines institutions et en en fermant d’autres." La suite sur lemonde.fr (article payant)

Canada - Déclaration du premier ministre à l'occasion de la Journée Raoul Wallenberg

"OTTAWA, le 17 janv. 2019 /CNW/ - Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd'hui la déclaration suivante à l'occasion de la Journée Raoul Wallenberg :
« Aujourd'hui, nous rendons hommage à Raoul Wallenberg, un héros et humaniste qui a sauvé des dizaines de milliers de Juifs hongrois durant l'Holocauste.
« En tant que diplomate suédois affecté à Budapest, M. Wallenberg a risqué sa propre vie pour empêcher la déportation de Juifs hongrois, les sauvant ainsi d'une mort certaine. Il a fourni des "passeports de protection", connus sous le nom de Schutz-Pass, à des milliers de gens. Ces documents suédois empêchaient la déportation de leurs titulaires vers les camps de la mort du régime nazi. M. Wallenberg n'a ménagé aucun effort en vue de fournir ces documents. D'après un témoin, M. Wallenberg aurait un jour monté sur le toit d'un train à destination des camps de la mort pour distribuer des passeports au plus de passagers possibles, leur permettant de débarquer du train." La suite sur newswire.ca

jeudi 17 janvier 2019

Prochaine soirée des Mardis hongrois de Paris le 22 janvier 2019 à partir de 20 h à la brasserie Le Saint-André

Prochaine soirée
le mardi 22 janvier 2019
à partir de 20 h
à la brasserie Le Saint-André
2, rue Danton 75006 Paris Métro Saint-Michel
Crédit Photo : Erwan Le Touze
Kedves Mardis Hongrois-látogatók,
A legközelebbi összejövetel január 22. este 8 órakor kezdődik
Le Saint-André kávéházban
2, rue Danton 75006 Paris
 Métro Saint-Michel
Les Mardis hongrois sur Youtube
Les Mardis hongrois sur France 2 émission Télématin
Les Mardis hongrois de Paris sur France Inter
Les Mardis hongrois de Paris sur Hulala
Crédit Photo : Erwan Le Touze

Crédit Photo : Erwan Le Touze
 


Crédit Photo : Erwan Le Touze

Bobigny : au tribunal, le chef-d’œuvre de Vasarely fait sensation

"Le Bitupa, une toile du plasticien hongrois Victor Vasarely, a été exposé ce mercredi dans le hall du tribunal de Bobigny. Derrière cette initiative originale, le musée Georges-Pompidou, qui souhaite par là toucher de nouveaux publics..." La suite sur leparisien.fr

Se peindre des rayures blanches sur le corps protégerait des taons

"Les rayures, et plus généralement les motifs répétitifs, seraient assez peu attrayants pour les taons en quête de proie, selon une étude hongroise.Le zèbre a trouvé une astuce pour éloigner les taons : il s'est recouvert de rayures, une ruse qui fonctionnerait également chez l'homme, selon une étude publiée mercredi dans la revue Royal Society Open Science.
Ses rayures qui intriguent. La robe rayée du zèbre fascine les scientifiques depuis plus d'un siècle et une multitude d'hypothèses ont été émises pour expliquer cette évolution de l'animal : mieux se fondre dans l'ombre de la savane et sa végétation, gêner les fauves en chasse, contrôler sa température... Après avoir étudié différents cas de figure, des chercheurs américains avaient conclu en 2014 que si le zèbre s'est laissé pousser des rayures, c'est pour protéger son espèce des morsures de la mouche tsé-tsé et des taons.
Trois cobayes. Rebondissant sur cette découverte, Gabor Horvath, chercheur à l'université Eotvos Lorand de Budapest a émis l'hypothèse que les bandes blanches dont se recouvrent, à certaines occasions, des communautés de Nouvelle-Guinée, de Papouasie, d'Afrique ou d'Australie pourraient avoir un effet similaire." La suite sur europe1.fr

mercredi 16 janvier 2019

Hongrie. Blanka Nagy, de lycéenne anonyme à ennemie des médias pro-Orbán

Photo Facebook Hallgatói Szakszervezet
"Blanka Nagy est l’un des visages de la contestation contre la nouvelle loi travail en Hongrie depuis son discours antigouvernemental prononcé le 20 décembre lors d’une manifestation à Kecskemét (dans le sud du pays). Elle se retrouve aujourd’hui au cœur d’une intense bataille médiatique, entre injures et marques de soutien.
Blanka Nagy voudrait devenir réalisatrice et elle se retrouve sous les projecteurs alors qu’elle prépare son baccalauréat au lycée Ferenc Móra de Kiskunfélegyháza (120 kilomètres au sud de Budapest). Cinq jours avant Noël, cette lycéenne est sortie de l’anonymat en taclant vertement le gouvernement de Viktor Orbán et le Fidesz (le parti au pouvoir) comparés à une “épidémie contagieuse” lors d’un rassemblement organisé à Kecskemét contre la nouvelle loi travail adoptée le 12 décembre par le Parlement." La suite sur courrierinternational.com (article payant)

Lésée par la « préférence nationale » en Autriche, la Hongrie s’en remet à Bruxelles

"Le gouvernement de Viktor Orbán a saisi l'Union européenne pour qu’elle engage des poursuites pour infraction contre l'Autriche et sa politique jugée discriminatoire vis-à-vis des travailleurs étrangers.
La crise migratoire passée, la lune de miel est terminée entre les nationalistes hongrois du Fidesz et autrichiens du FPÖ. En cause, une nouvelle législation en vigueur depuis le 1er janvier en Autriche, qui réduit les . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Manipulation de l’information : la télévision publique hongroise prise la main dans le sac

"On nous a demandé que vous disiez…" Dans une vidéo sans montage fuitée et mise en ligne par 444.hu, un journaliste de la télévision publique M1 explique au politologue qu’il interviewe ce qu’il doit dire à l’antenne.
C'est une vidéo embarrassante pour la télévision publique hongroise, que s'est procurée lundi le site d'information 444.hu. On y voit un politologue proche du régime de Viktor Orbán se faire souffler ses éléments de langage par le journaliste de M1 chargé de l'interviewer. L'expert en question, Zoltán Lomnici junior, par ailleurs conseiller juridique pour une fondation proche du pouvoir, ne semble pas plus surpris que cela par les requêtes du reporter derrière la caméra . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Hongrie: inflation à 2,8% en 2018

"L'inflation en Hongrie a ralenti à 2,7% sur un an en décembre, après 3,1% en novembre, et s'est établie à 2,8% en moyenne pour l'ensemble de l'année 2018, a annoncé mardi le Bureau des statistiques (KSH).
En décembre, les prix ont été tirés principalement par l'alimentation (4,2%), l'alcool et le tabac (5,6%), les services (1,6%) et l'énergie (1,4%). Sur un mois, les prix ont baissé de 0,3%, après une baisse similaire le mois précédent. Selon la norme européenne harmonisée, l'inflation en décembre s'est établie à 2,8% sur un an. Toujours selon cette norme, l'inflation moyenne est ressortie à 2,9% en 2018, contre 2,8% selon la norme nationale." La suite sur lefigaro.fr

Water-polo. Ligue mondiale : à Châlons, l’équipe de France féminine s’incline face à la Hongrie

"Dans une piscine olympique de Châlons-en-Champagne bien garnie – environ 200 spectateurs – l’équipe de France féminine s’est inclinée, ce mardi 15 décembre face à la Hongrie (5-12), pour le compte de la 4e journée de Ligue Mondiale. Les Bleues ont démarré du bon pied la rencontre avant de céder sur le plan physique. « On était prêts à jouer un vrai match de haut niveau mais on n’est pas encore en capacité de tenir le rythme sur la durée, pendant quatre périodes. Par séquences, on est capables de produire un très bon niveau de water-polo dont c’est vraiment intéressant », retenait le sélectionneur tricolore, Florian Bruzzo." Source : lunion.fr

Danube : des plongeurs israéliens à la recherche de victimes de la Shoah

"Des milliers de Juifs ont péri sur les rives du fleuve hongrois en 1944. Budapest soutient le projet des sauveteurs de Zaka de sonder le fleuve pour retrouver leurs restes.
Une équipe de plongeurs israéliens va fouiller le Danube pour tenter de retrouver les restes de victimes de la Shoah, a annoncé lundi le ministre de l’Intérieur israélien, Aryeh Deri.
Après une réunion avec son homologue hongrois, Sandor Pinter, à Budapest, Aryeh Deri a indiqué que des sauveteurs du service d’urgence et association d’identification de victimes, Zaka, exploreront le fleuve pour retrouver des ossements de Juifs fusillés et jetés dans les eaux du Danube dans la capitale hongroise pendant la Shoah." La suite sur timesofisrael.com

mardi 15 janvier 2019

Rita KORTSHOK au Salon du dessin et de la peinture à l'eau au Grand Palais du 13 au 17 février 2019

Rita KORTSHOK participe cette année à la 70ème édition du Salon du Dessin et de la Peinture à l'eau, qui se tiendra sous la célèbre verrière du Grand Palais, près des Champs Elysées à Paris dans le cadre de l'évènement ART CAPITAL 2019.
Le salon est ouvert au public du mercredi 13 février au dimanche 17 février 2019. Rita y sera présente avec 2 oeuvres au crayon exposées parmi près de 600 autres artistes du monde entier.
Site officiel ART CAPITAL (réservation en ligne possible)
Grand Palais, Avenue Winston Churchill - 75008 Paris
Ouverture au public : Mercredi 13 - Dimanche 17 : 11h - 20h (nocturne jusqu'à 22h le jeudi et samedi)
Accès : Métro 1 Champs-Élysées-Clémenceau, RER C Invalides
Parking INDIGO Concorde ou Rond Point des Champs Elysées

Handball - Mondial 2019 – Groupe D - La Hongrie s’affirme

"Cette troisième journée proposait un match clé dans le groupe D et il opposait la Hongrie au Qatar. Décisif pour la 2ème place du groupe, c’est la Hongrie qui s’est imposée 32-26. De son côté la Suède continue de dominer le groupe de la tête et des épaules avec une nouvelle victoire contre l’Angola (37-19). Enfin, l’Egypte maintient une chance de qualification en battant l’Argentine (22-20) qui à moins d’un exploit ne passera pas le tour préliminaire." La suite sur handnews.fr

Kino Visegrad présente : Le Citoyen + débat avec Roland Vranik le 24 janvier 2019 à 20 h 45 au cinéma Christine 21

Durée 109 min
Nationalité : Hongrie
Année : 2018
Synopsis :
La cinquantaine, Wilson, dont la famille a été tuée lors d’une guerre civile en Guinée-Bissau, entre en Hongrie en tant que réfugié politique et devient gardien de sécurité dans un centre commercial de Budapest. Son principal désir est d’acquérir la citoyenneté hongroise. L’histoire suit Wilson alors qu’il tente de trouver sa place dans la société hongroise dans sa vie quotidienne, au travail, et avec Mari, une professeur d’histoire qui l’aide à étudier pour l’examen de citoyenneté.

Christine 21
4 rue Christine, 75006 Paris

Les juteuses affaires de JCDecaux avec le gouvernement hongrois

"Selon le média d'investigation Átlátszó, JCDecaux, le géant français de l’affichage publicitaire urbain, a engrangé 27,2 millions d'euros d'argent public en Hongrie pour diffuser la « propagande gouvernementale ».
Selon les données compilées par Kantar Media, le montant consacré à la propagande du gouvernement depuis l'arrivée du Fidesz au pouvoir, au mois de mai 2010 et jusqu'à septembre 2018, s'élève . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

La Hongrie illibérale de Viktor Orbán - ça s'explique

"En Hongrie, la colère gronde contre le gouvernement de Viktor Orban. La contestation a été alimentée en décembre par l’adoption d’une loi qui assouplit le droit du travail. Le journaliste Frank Desoer décrit comment Viktor Orban, qui fait partie de la scène politique hongroise depuis 20 ans, a transformé son pays." A écouter (13 min) sur radio-canada.ca

lundi 14 janvier 2019

Conférence - Une présence de la littérature antique dans l'œuvre de Franz Liszt : les Rhapsodies hongroises, un écho aux rhapsodies d'Homère ? 16 février 2019 à 19h Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Réservation obligatoire : reservation@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Conférence donnée par M. Lucas Berton
Rédigées à l’aube de l’histoire de la littérature occidentale, deux épopées, L’Iliade et L’Odyssée, fascinent les romantiques. Avec l’importance grandissante que prend la philologie dès le début du XIXe siècle, la question du rôle d’Homère vis-à-vis de ces deux œuvres représente alors le cœur de la « question homérique ». Celle-ci prend une ampleur sans précédent grâce aux travaux du philologue allemand Friedrich August Wolf : Homère a-t-il rédigé seul ces deux épopées ou a-t-il formé une œuvre à partir de fragments de poèmes transmis par une suite d'aèdes ? Par la composition de ses Rhapsodies hongroises, Franz Liszt souhaite, à l’instar d’un rhapsode grec, rassembler des fragments de musique tzigane avant de les coordonner, afin d’en créer un tout homogène, une « épopée bohémienne », pouvant refléter l’âme de sa nation — la Hongrie —, dont il souhaite se « constitue[r] le Rhapsode ». Nous nous interrogerons sur la signification de ce geste de composition, en nous demandant en quoi la rhapsodie lisztienne est redevable à la rhapsodie d’Homère. Nous questionnerons le titre choisi par le musicien, en tentant de montrer en quoi la nationalité et la rhapsodie sont deux principes synchrones, et tâcherons de comprendre comment Liszt s’insère dans les débats relatifs à la « question homérique », les réponses qu’il donne aux interrogations des philologues. Seront enfin évoquées les caractéristiques de cette nouvelle épopée qui semble faire écho, par-delà les siècles et les latitudes, aux rhapsodies d’Homère.
Doctorant contractuel à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) de Paris, rattaché au centre de recherche Georg Simmel (recherches franco-allemandes en sciences sociales). Membre de Paris Sciences et Lettres (PSL) — Reasearch University.
Entrée : 5 €, verre de l’amitié lisztienne.

Concert-promenade au Musée Hongrie : tout en contrastes Dimanche 31 mars 2019 à 14h30 et 15h30 Musée de la musique - Cité de la musique

Solistes de l'ensemble intercontemporain
Concert-promenade © William Beaucardet
Les concerts-promenades permettent à des musiciens, conteurs ou danseurs d'investir le Musée en proposant concerts, performances, ateliers ou rencontres. Grâce à ces artistes, le musée se fait lieu de musiques et d'art vivant, d'où naissent la rencontre et la découverte.
A chacun d'élaborer son parcours! (saison 2018-2019)
Acteurs essentiels de la musique du XXe siècle à aujourd'hui, les solistes de l'Ensemble intercontemporain composent avec passion un portrait musical de la Hongrie. Le Musée ouvre ainsi ses portes aux grands compositeurs Bartok, Ligeti, Kurtag, Veress, Kodaly.

Avec les solistes de l'ensemble Intercontemporain
Odile Auboin, alto
Martin Adamek* et nn* (tbc), clarinettes
Jeanne-Marie Conquer, violon
Didier Pateau, hautbois
Paul Riveaux, basson
Dimitri Vassilakis, piano :

Espace 1 : de 14h30 à 15h00 et de 15h30 à 16h00
Sandor Veress

sonatine
Erzsebét Szonyi
Cinq danses anciennes

Espace 2 : de 15h00 à 15h30 et de 15h30 à 16h00
Béla Bartók

Duos
György Kurtag
Signes, jeux et messages

Espace 3 :  de 15h30 à 16h00 et de 16h30 à 17h00
György Kurtág
Hommage a R. Schumann
Béla Bartók
Contrastes

Espace 4 : de 15h00 à 15h30 et de 15h30 à 16h00
Atelier ouvert à tous
à partir de 8 ans



Cité de la musique - Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

philharmoniedeparis.fr

Concert Le Château de Barbe-Bleue - Bartók Dimanche 31 mars 2019 à 16h30 Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Ivan Fischer © Akos Stiller
Budapest Festival Orchestra - Iván Fischer - Márta Sebestyén - Ildikó Komlósi - Krisztián Cser

PROGRAMME
Béla Bartók
Danses populaires roumaines
Chants paysans hongrois
Le Château de Barbe-Bleue

DISTRIBUTION
Budapest Festival Orchestra
Márta Sebestyén, chant hongrois traditionnel
Iván Fischer, direction
Ildikó Komlósi, soprano
Krisztián Cser, bass

Dans le second volet de leur diptyque Béla Bartók, Iván Fischer et le Budapest Festival Orchestra présentent Le Château de Barbe-Bleue, unique incursion du compositeur dans le domaine lyrique.

Le Château de Barbe-Bleue est indubitablement un des grands chefs-d’œuvre de l’opéra du XXe siècle — une œuvre avant-gardiste et visionnaire, sans doute créée trop tôt pour être comprise en son époque. S’emparant de l’histoire de Charles Perrault, il ne garde du conte originel que sa quintessence (c’est-à-dire le noyau de l’intrigue) et revisite son imagerie sous un angle symboliste et psychanalytique. Il déplace ainsi le lieu du drame : celui-ci n’évoque plus l’obéissance que l’épouse doit à son époux, mais le couple, la séduction, l’appétit insatiable (qu’il soit désir charnel ou curiosité) et sa satisfaction nécessairement fatale. Un authentique chef-d’œuvre qu’Iván Fischer et le Budapest Festival Orchestra éclairent d’une lumière opportune, en présentant dans le même concert les sources musicales que Bartók s’est appropriées au cours de ses recherches ethnomusicologiques : ce langage pentatonique inspiré des vieux chants populaires hongrois.

En lien avec ce concert

Atelier de pratique musicale

Récréation musicale - Enfants de 3 à 10 ans - Nés entre 2008 et 2015
Pour les enfants dont les parents assistent au concert de 16h30 — 31/03/2019 - 16h00

Cité de la musique - Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

Un city trip à Budapest en hiver

"Pour démarrer l'année du bon pied, rien de tel que de se programmer déjà de nouvelles escapades! Budapest est une ville qui se découvre en été comme en hiver. Située à deux heures d'avion de Bruxelles, l'idéal est de pouvoir y passer quatre à cinq jours. Froid mais sec en hiver, le climat y est assez ensoleillé. On se promène donc dans la ville en évitant les foules de touristes et la chaleur qui, en été, peut être caniculaire! La ville est divisée par le Danube en deux parties, Buda et Pest mais de nombreux ponts traversent le fleuve pour circuler d'une partie à l'autre de la ville." La suite sur 7sur7.be

Hongrie Le plus grand lac d'Europe centrale est un paysage de glace

"Le froid hivernal et les vents autour du lac Balaton, en Hongrie, ont donné lieu à des images spectaculaires." Photos sur lematin.ch

dimanche 13 janvier 2019

Dans le train pour Budapest en compagnie de jeunes opposants à Viktor Orbán

"Le Courrier d’Europe centrale est « monté à la capitale » en train avec des jeunes du parti Momentum et du Chien à deux queues qui partaient manifester contre le gouvernement de Viktor Orbán et sa loi sur les heures supplémentaires. Récit de cette rencontre.
C’était samedi 5 janvier, jour de grande manifestation contre la loi néolibérale sur les heures supplémentaires qui remue un peu la Hongrie depuis son adoption à la mi-décembre. Il neige fort, des croutes de glace rendent les routes difficilement praticables et le dôme de la merveilleuse basilique d’Esztergom peine à émerger de la brume . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

Rita Kortshok participe au salon international d'art Contemporain ART3F du 1er au 3 février 2019

Rita Kortshok participe au salon international d'art Contemporain ART3F, où elle nous accueillera sur son stand au milieu de 10 000 m2 d'artistes contemporains exposant pendant ces 3 jours. Venez la voir et aussi découvrir les autres exposants !
Un vernissage est prévu le Vendredi 1er Février à partir de 18h.

Détails :
Paris Expo - Pavillon 5
Vendredi : 14h à 22h, Samedi et Dimanche : 10h à 19h
Entree : 10 € (adultes), gratuit sur invitation

Acces :
Bd Périphérique, sortie Pte de Versailles - Parkings R et F à proximité
M12 Pte de Versailles - M8 Balard - Tramway T2 et T3a, arrêt Porte de Versailles

Paris – Importante explosion dans un commerce du 9e arrondissement

"László Nikicser, ancien ambassadeur de la Hongrie à Paris, était lui en visite à Paris avec sa femme. Il prenait son petit-déjeuner dans un hôtel de la même rue lorsque l'explosion s'est produite. Elle a soufflé la vitrine à côté de laquelle il se trouvait et a reçu des éclats de verre." Extrait de francetvinfo.fr

Un navigateur hongrois de 70 ans se noie à Moorea

"Un homme de nationalité hongroise, âgé de 70 ans et vivant seul sur son bateau au mouillage dans la baie d’Opunohu à Moorea, s’est noyé vendredi après avoir chaviré à bord de son annexe.Vendredi à 13h10, des témoins ont signalé la présence d’un corps inanimé, en bordure d’une plage, dans la baie d’Opunohu à Moorea. Les secours, dépêchés rapidement sur les lieux, n’ont pas pu ranimer la victime." La suite sur radio1

samedi 12 janvier 2019

L’œuvre du mois : Le Garde de Saint Jean d’Aumières d’Alexandre Hollan

Alexandre Hollan, Le Garde de Saint Jean d'Aumières, 2017, acrylique sur toile, 130 x 195 cm
 © Galerie La Forest Divonne
"Hollan cherche d’abord à capter l’énergie qui se dégage de l’arbre, à saisir un « courant ». Ce grand format projette le spectateur dans la masse colorée de l’arbre faisant naître chez lui un sentiment de plénitude proprement jubilatoire.
Dans son enfance, Alexandre Hollan a savouré des années de très grand bonheur dans la nature, en Transdanubie, en Hongrie près de l’Autriche, dans le parc de la maison familiale avec ses arbres et mille sortes d’oiseaux, véritable paradis. Né à Budapest en 1933 et arrivé en France en 1956, il n’aura de cesse de retrouver l’harmonie de ses impressions d’enfance, sillonnant les routes pendant quinze ans avec sa voiture-atelier pour se fixer finalement dans le Languedoc. Alexandre Hollan développe des liens puissants avec les arbres, qu’il nomme Le Déchêné, Le Chêne de Garde, Le Foudroyé, L’Indomptable… Cette complicité avec ces « vies silencieuses » repose avant tout sur la quête d’un « au-delà du visible », clé de compréhension du monde." La suite sur connaissancedesarts.com

Asile et migration - La Hongrie va relâcher un Syrien emprisonné en 2015 après des heurts à la frontière

(Belga) La justice hongroise a annoncé vendredi qu'elle allait relâcher un Syrien emprisonné pour son rôle dans des violences entre migrants et police à la frontière avec la Serbie lors de la crise migratoire de 2015, et dont le cas avait suscité de nombreuses critiques.
Ahmed Hamed, qui purge une peine de cinq ans de prison, va bénéficier le 19 janvier d'une libération conditionnelle et sera expulsé du pays, a indiqué un porte-parole du tribunal de la ville de Nyiregyhaza, dans l'est du pays, à l'agence hongroise MTI. Il avait été accusé d'avoir utilisé un mégaphone pour organiser les violences et les jets de pierres contre la police hongroise qui venait de fermer la frontière avec la Serbie en septembre 2015, bloquant des centaines de migrants sur la route vers le nord de l'Europe. Une quinzaine de policiers avait été blessés ainsi que plus de 100 migrants qui avaient tenté de forcer la clôture barrant la frontière à Röszke (sud)." La suite sur rtl.be

Serbie-Hongrie : quand la rue défie le pouvoir

"De vastes mouvements de contestation secouent la Hongrie et la Serbie depuis plus d’un mois. À Budapest, des milliers de manifestants battent le pavé chaque semaine contre une série de lois adoptées par le Parlement. À Belgrade, le mouvement a été déclenché par l’agression d’un membre de l’opposition. Les manifestants dénoncent la dérive autoritaire de leurs dirigeants, qui bénéficient du soutien de plusieurs États membres de l’UE.
Un phénomène “gilets jaunes” ?
Quatre cents kilomètres séparent Belgrade de Budapest. Malgré le froid hivernal et la présence des forces de l’ordre, des milliers de manifestants de tous âges et de tous bords politiques défilent pacifiquement dans les rues des deux capitales. Les premiers rassemblements ont eu lieu mi-décembre. Depuis, ils se répètent chaque semaine. “Comme pour les gilets jaunes en France, les manifestants investissent la rue durablement car ils n’obtiennent pas de réponse de la part de leur gouvernement”, analyse Jacques Rupnik, politologue spécialiste de l’Europe de l’Est." La suite sur arte.tv

L'élection du Parlement européen: le plus gros enjeu de tous les temps, selon le ministre hongrois des Affaires Étrangères

"L'enjeu de l'élection du Parlement européen, prévue en mai, est très élevé, a déclaré vendredi à Budapest Peter Szijjarto, ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce.
"Aucune élection du Parlement européen n'a jamais affiché un enjeu aussi élevé que celle organisée cette année", a assuré M. Szijjarto à la radio publique hongroise MR1. Il a ajouté qu'il s'attend à un fort taux de participation.
"L'immigration est clairement au centre des attentions, car elle reste le défi historique le plus dangereux auquel l'UE doit faire face", a souligné M. Szijjarto.
"Les citoyens européens peuvent utiliser les élections du Parlement européen pour exprimer leur opinion quant à l'opportunité à donner aux forces pro-immigration ou anti-immigration pour façonner le futur de l'Europe", a-t-il expliqué." La suite sur china.org.cn

Pour le Jobbik, mieux vaut la gauche qu’Orbán

"Le parti qui ne veut plus être d'extrême-droite et la gauche continuent de se rapprocher en vue d'un front commun contre Viktor Orbán qu'ils accusent d'être un autocrate.
Le premier parti d'opposition en Hongrie en est venu à ce constat : sans une coopération avec la gauche, il sera impossible de déboulonner le Fidesz au pouvoir depuis bientôt neuf années . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr (article payant)

vendredi 11 janvier 2019

Hongrie. Gábor Rakonczay, premier Magyar à atteindre le pôle Sud

"L’aventurier et ses trois coéquipiers ont planté le drapeau rouge-blanc-vert sur le point le plus méridional de la planète lundi 7 janvier, après un mois et demi de marche à travers l’Antarctique. La presse nationale applaudit cette prouesse.
Quarante-quatre jours et quatre heures, et un record. Parti le 25 novembre 2018 avec trois camarades du point Messner-Fuchs, situé à 950 kilomètres à l’ouest de son objectif, Gábor Rakonczay est le premier Magyar à rallier le pôle Sud. L’aventurier est un habitué des exploits. Du 25 janvier au 26 mars 2012, il avait traversé l’Atlantique en canoë et en solitaire avec l’aide d’une embarcation imaginée par le navigateur Nándor Fa, surprise du Vendée Globe 2017." La suite sur courrierinternational.com

Hongrie: Viktor Orban veut reprendre la main sur la scène européenne

"Après des semaines de contestation sociale en Hongrie, Viktor Orban a ce jeudi matin pris la parole, et c’est rare. L’homme fort de Budapest balaie la contestation sur la loi travail baptisée « loi esclavagiste » par les opposants et tente de se redonner une stature de premier des illibéraux sur la scène européenne.
Cela fait des semaines que la Hongrie est agitée par une contestation sociale.Des semaines que pour la première fois l’opposition est unie. Un appel à la grève générale est même lancé pour dans 10 jours.
Le dirigeant sorti de sa réserve, lui, ne bouge pas un cil avec les mêmes arguments déjà martelés par ses proches sur une Hongrie devenue prospère depuis qu’il la dirige. A peine Viktor Orban s’amuse-t-il à souligner que des lois travail sont contestées. On en a vu ailleurs en Europe." La suite sur rfi.fr

Orban combattra Macron, champion "des forces pro-immigration" en Europe

"BUDAPEST, 10 janvier (Reuters) - Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'est engagé jeudi à combattre le président français Emmanuel Macron, qu'il a présenté comme le champion des "forces pro-immigration" en Europe.
"On ne peut nier qu'Emmanuel Macron est une personnalité importante, et qui plus est le chef des forces pro-immigration" en Europe, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Budapest.
"Il n'y a là rien de personnel mais il s'agit de l'avenir de tous nos pays. Si ce qu'il veut à propos de l'immigration se réalise en Europe, alors ce sera néfaste pour la Hongrie, il faut donc que je le combatte." La suite sur boursorama.com

[VIDEO] Winterreise, l’errance des exilés au Maillon-Wacken

"Metteur en scène surdoué, Kornél Mundruczó s’est emparé de Winterreise de Schubert, interprété ici par l’Orchestre philharmonique de Strasbourg, et projette des images d’exilés, interrogeant l’errance et l’exclusion. Ces 17 et 18 janvier à 20h30, au Maillon-Wacken, à Strasbourg.
C’est une première ! Le théâtre strasbourgeois Le Maillon convie l’Orchestre philharmonique de Strasbourg dirigé ici par Thierry Fischer pour recréer Winterreise, le célèbre cycle schubertien qu’investit ici le metteur en scène Kornél Mundruczó (Proton Theatre).
L’artiste hongrois est familier de la scène strasbourgeoise ; en avril dernier, il y avait présenté Imitation of life. Pour cette pièce, Kornél Mundruczó s’est inspiré d’un fait divers et a retracé ce qui a conduit un jeune Rom à devenir raciste et l’assassin d’un autre membre de sa communauté." Vidéo et la suite sur dna.fr

Hongrie: Viktor Orbán veut faire de l’immigration le talisman de sa campagne européenne

Le Premier ministre hongrois a tenu ce jeudi matin une rare conférence de presse à Budapest, durant laquelle il a longuement évoqué la campagne des élections européennes de mai prochain. Affilié au PPE de Jean-Claude Juncker, Viktor Orbán cherche à droitiser les enjeux du scrutin et imagine une majorité « anti-immigration » au Parlement européen.
« J’ai dit que Salvini était mon héros, je le pense vraiment ». Ce jeudi, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán n’a pas tari d’éloges sur le numéro deux du gouvernement italien et chef du parti d’extrême-droite « la Ligue » au cours d’une - très - rare conférence de presse à Budapest. « Nous avons été les premiers à montrer que l’immigration pouvait être stoppée sur la terre ferme ; lui a fait la même chose sur les mers », a-t-il ajouté, précisant considérer l’axe italo-polonais en gestation « comme la meilleure nouvelle de ce début d’année ». La suite sur lesoir.be

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, s’est réjoui jeudi du pacte envisagé par les dirigeants populistes de Pologne et d’Italie pour les élections européennes du mois de mai

saluant l’émergence «de forces anti-immigration à la droite» des conservateurs du Parti populaire européen (PPE) actuellement majoritaires au Parlement européen." La suite sur liberation.fr

Banja Luka, Belgrade, Budapest, Tirana, un vent de colère au cœur de l’hiver

"C’est un véritable hiver que nous réserve ce début d’année 2019. Il neige, et les températures sont tombées bien en-dessous de zéro. Pourtant, malgré la bise glaciale, les citoyens se rassemblent, défilent et contestent des pouvoirs honnis, à Banja Luka, Belgrade comme à Budapest ou Tirana. Editorial commun au Courrier des Balkans et au Courrier d’Europe centrale.À Banja Luka, c’est pour demander « justice et vérité » pour un jeune homme assassiné la nuit du 17 au 18 mars de l’an passé, David Dragičević, que des milliers de personnes défient le régime autoritaire, autocratique et corrompu de Milorad Dodik. Depuis la fin du mois de décembre, les autorités de la Republika Srpska ont interdit tous les rassemblements, interpellé des dizaines de personnes et envoyé les unités spéciales de la police déloger ceux qui continuaient à vouloir déposer des bougies dans la neige." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

jeudi 10 janvier 2019

Cours de langue hongroise à l'Institut hongrois de Paris au second semestre 2018-2019

Nos #cours de langues se poursuivent dans le deuxième semestre 2018-2019 ! 🎓📖
Et n'oubliez pas que l'accès à la #bibliothèque de l'Institut hongrois est toujours gratuit pour nos étudiants.
Plus d'informations :
http://www.parizs.balassiintezet.hu/…/cours-de-hongrois-li…/

Hongrie: l'excédent commercial recule à 496 millions en novembre

"L'excédent commercial hongrois a reculé en novembre à 496 millions d'euros, contre 682 millions un an plus tôt, selon une première estimation du Bureau des statistiques (KSH) publiée mercredi.
Les exportations, principalement dans le secteur automobile, ont augmenté de 4,7%, à 9,5 milliards d'euros, tandis que les importations ont augmenté de 7,3%, à 9 milliards. Sur les onze premiers mois de l'année, l'excédent recule à 5,7 milliards d'euros, contre 7,5 milliards un an plus tôt.
En 2017, l'excédent commercial hongrois s'était tassé à 8,2 milliards d'euros, après avoir atteint un record de 9,9 milliards d'euros en 2016." Source : lefigaro.fr

Manœuvres politiques européennes

"Les partis politiques européens sont en pleine effervescence à cinq mois des élections européennes. En Hongrie, toutes les oppositions envisagent de faire une liste commune pour battre le Fidesz du Premier ministre Viktor Orban. L’eurodéputé socialiste hongrois, István Ujhelyi, explique que les scrutins ne sont pas "une compétition démocratique, c'est une dictature. Il faut battre un parti d'Etat". Le parti au pouvoir à Budapest compte mener sa campagne sur la question migratoire, seul moyen selon le dirigeant hongrois de remporter les scrutins à venir. En Europe "on a vu partout que les forces anti-immigration, celles qui veulent protéger leurs populations, ont progressé", précise Tamás Deutsch, député européen membre du Fidesz." La suite sur euronews.com

mercredi 9 janvier 2019

Les syndicats hongrois se mobilisent contre la réforme du Code du travail

"ON EN PARLE A BUDAPEST. Des leaders syndicaux ont appelé à une grève nationale le 19 janvier. Une première en Hongrie depuis la chute du communisme
Le passage à la nouvelle année n'a pas balayé en Hongrie - pas plus qu'en France - la colère d'une partie de l'opinion publique. Durant le week-end, plusieurs milliers de protestataires mobilisés par l'opposition, les syndicats et les ONG, ont bravé le froid et se sont rassemblés devant le Parlement. Ils s'en sont pris au Premier ministre, Viktor Orbán, et ont réclamé, comme lors des précédentes manifestations, le retrait de deux lois..." La suite sur lesechos.fr

Hongrie: la production industrielle recule

"La production industrielle de la Hongrie a reculé de 1,1% sur un mois en novembre, après une hausse de 2% en octobre, selon une première estimation du Bureau central des statistiques (KSH) mardi. Sur un an, la production industrielle progresse de 4%, après une hausse de 5,9% le mois précédent." La suite sur lefigaro.fr

2019, Le Courrier d’Europe centrale, et vous

"L’équipe du Courrier d’Europe centrale adresse à tous ses lecteurs ses meilleurs voeux pour cette année 2019 ! La nouvelle année est aussi l’occasion pour nous de faire un point d’étape dans notre développement et de vous faire quelques annonces.

L’année précédente s’est révélée fructueuse pour notre média, que vous êtes de plus en plus nombreux à lire, comme le montrent l’augmentation des pages consultées ainsi que la hausse constante du nombre d’abonnés.
Vous connaissez notre objectif : bâtir le média francophone de référence sur l’Europe centrale, sans transiger sur notre indépendance et notre autonomie vis-à-vis d’intérêts financiers et partisans.
Nous sommes en bonne voie d’y parvenir, et nous y parviendrons grâce à l’abonnement de plus de lecteurs ! (Pour vous abonner à partir de 2 € par mois, c’est ici)." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

« Loi esclavagiste » en Hongrie : des salariés racontent leurs conditions de travail

Article publié le 21 décembre 2018 dans Abcúg sous le titre « Egészség, házasság, gyerek is rámehet a rengeteg túlórára ». Traduit du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi. Le traducteur a pris quelques libertés avec le texte d’origine, afin de l’adapter à l’évolution de l’actualité.
« En quatorze ans, nous avons construit avec l’argent de l’Union européenne une société dans laquelle des journées de huit heures de travail ne suffisent pas aux salariés pour subvenir à leurs besoins », a récemment écrit sur Facebook Ákos, un facteur trentenaire, en réaction à la loi sur le travail supplémentaire qui a fait descendre plusieurs dizaines de milliers de manifestants dans la rue depuis son adoption le 12 décembre dernier. Nos partenaires d’Abcúg sont allés rencontrer des salariés hongrois pour recueillir leurs témoignages face à une réforme rebaptisée « esclavagiste » par ses opposants. Reportage.
La loi sur le travail supplémentaire (túlóratörvény, rebaptisée « loi esclavagiste » par ses opposants, ndlt) est entrée en vigueur ce premier janvier malgré la vague de manifestations qui a suivi son adoption mercredi 12 décembre par le parlement, puis sa promulgation par le président de la république János Áder. La loi permet désormais aux employeurs de monter à 400 le nombre d’heures supplémentaires possibles chaque année. Par ailleurs, dans certains cas, ces derniers pourront attendre trois ans – au lieu d’une année actuellement – pour comptabiliser et rémunérer le surplus d’heures travaillées." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

mardi 8 janvier 2019

Concert de musique magyare - Scots Kirk Paris - samedi 12 janvier 2019 à 20 h - pianiste Emmanuelle Moriat

Le concert sera « entrée libre » avec libre participation aux frais. Pour réserver : 06 07 94 50 97 ou psnelgrove(AT)noos.fr
Le lieu :
The Scots Kirk Paris
17, rue Bayard – Paris 75008
M° : Franklin D. Roosevelt ou Champs-Élysées Clemenceau

Le programme :
Béla BARTÓK
Sonatine (sur des thèmes paysans de Transylvanie)
Leó WEINER
Trois danses campagnardes hongroises
Zoltán KODÁLY
Danses de Marosszék
Miklós RÓZSA
Bagatelles op. 12
György LIGETI
Musica Ricercata (extraits)

L’interprète :
Emmanuelle MORIAT s’initie à la musique dès l’âge de 4 ans. Imprégnée de la culture polonaise, elle est très attirée par les musiques de l’Est.
Titulaire des Diplômes de Formation Supérieure de piano et d’accompagnement / direction de chant respectivement au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles ainsi qu’au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans celle de Serge Zapolsky, elle a également bénéficié des conseils d’Anne Queffélec, Akiko Ebi, Paul Badura-Skoda ….

Elle se produit régulièrement en soliste et en formation de musique de chambre lors de divers festivals (Hongrie, France, Belgique, Ambassade de Pologne…) Invitée en tant que jurys lors de concours (15ème Rencontres Internationales de Maisons-Laffitte, Clés d’Or…), elle donne également des cours publics.
Elle apprécie les projets pluridisciplinaires qui lui permettent d’enrichir son répertoire. Elle a ainsi travaillé pour l’atelier de mise en scène lyrique de Mireille Larroche à l’Ecole Normale de Musique de Paris, a participé à diverses productions au Théâtre du Châtelet, avec le chœur de Radio France et a réalisé des expositions-concerts (Ministère des Finances).
Elle a également été conseillère musicale lors de la captation du ballet Pinocchio de Melozzi pour la chaîne Mezzo.
Son premier CD en piano solo « Escale en pays magyar », paru en 2017, a été accueilli avec succès.

Concert Mónika Lakatos Romengo Samedi 30 mars 2019 à 18h00 Salle des concerts - Cité de la musique

Monika Lakatos Romengo © DR
Distribution

Mónika Lakatos, chant
Lakatos Romengo group

Mónika Lakatos et les musiciens du Romengo Group maîtrisent la musique hongroise et tzigane comme leur langue maternelle.

Le groupe Romengo allie depuis toujours tradition et modernité. En plus des mélodies traditionnelles du répertoire tzigane dont ils sont les virtuoses, ils jouent leurs propres chansons et partent constamment à la recherche de nouveaux sons. Aux côtés des percussions et des solos de violon, Mónika Lakatos est l’âme de ce groupe de musiciens hongrois : son vibrato émeut profondément ses auditeurs. Les artistes été acclamés jusqu’en Corée du Sud, en Inde et au Mexique. En Europe, ils se sont produits à la Philharmonie de Berlin, à l’Opéra de Francfort et au Palais des Arts de Budapest, ainsi que dans une multitude de salles et de festivals. Lorsque Romengo est sur scène et que les tambours et les percussions jouent, on se lève, on frappe des mains en cadence, on danse et on admire, les yeux brillants, l’élégance passionnée de ces cinq musiciens partageant la quintessence de leur art.

Plus d'informations et réservations sur philharmonie.fr

Musique de chambre - Signes, jeux et messages... Solistes de l'Ensemble intercontemporain - Samedi 30 mars 2019 à 17h30 Le Studio - Philharmonie

Programme

György Kurtág
Hommage à Mihaly Andras - Douze Microludes op.13 pour quatuor à cordes

Benoit Sitzia
Livre des césures (Rima II), pour quatuor à cordes

György Kurtág
Tre Pezzi pour violon et piano op.14e
Hommage à R. Sch. op 15d, pour clarinette, alto et piano
Jatékok (Jeux) (extraits)
Signes, jeux et messages (extraits)

György Kurtag © Andrea Felvégi
Marco Stroppa
Hommage à Gy. K., pour alto, clarinette et piano

György Kurtág
Jeux: "La fille aux cheveux de lin - enragée", pour piano

Claude Debussy
"La fille aux cheveux de lin", Préludes Livre I, 8
"Voiles", Préludes Livre I, 2
"Bruyères", Préludes Livre II, 5
"Les collines d'Anacapri", Préludes Livre I, 5


Distribution :
Solistes de l'Ensemble intercontemporain

Maître génial et méticuleux de la forme courte, György Kurtág entretient une relation forte avec l’histoire de la musique. Les solistes de l’Ensemble intercontemporain la mettent en lumière dans un programme fait de perspectives et de lignes de fuite.

En constante recherche d’une écriture personnelle faite d’épure et de cristallisation de l’instant, Kurtág se tourne ainsi bien souvent, et le plus ouvertement du monde, vers ses aînés. C’est donc de réinvention du matériau qu’il est question ici : à la fois hommage (« à R[obert] Sch[umann] par exemple, dans son Opus 15d ou à son compatriote, le compositeur Mihály András pour ses Douze Microludes, op. 13 pour quatuor), inspiration, reprise ou recontextualisation. Ce sont aussi, bien souvent, pour ce compositeur mélomane, des « signes », des « jeux » référentiels (La Fille aux cheveux de lin des Préludes de Debussy devient « enragée », alors qu’elle est si douce dans sa version originale que l’on entendra aussi) ou des « messages »… S’il rend hommage à ses aînés, il n’est pas rare que ses cadets lui rendent la pareille – à l’instar de l’Italien Marco Stroppa, qui reprend pour son Hommage à Gy. K. l’effectif exact de son Hommage à R. Sch. : clarinette, alto et piano.
Coproduction Ensemble Intercontemporain, Philharmonie de Paris

Plus d'information et réservation sur philharmoniedeparis.fr

Ces Hongrois de Roumanie choyés par Viktor Orban

"La politique de Budapest en faveur des minorités magyares d’outre-frontières s’exerce avec force à Satu Mare, une ville séparée de la Hongrie en 1920 par le traité de Trianon et collée à la «mère patrie»
Jusqu’en 1972, quiconque voulait relier le plus directement possible en train la capitale hongroise Budapest à la ville roumaine de Satu Mare traversait la frontière à Csengersima. Mais cette année-là, la portion roumaine de la ligne a été supprimée par le régime de Ceausescu pour ne plus jamais être rétablie, ce qui contraint les voyageurs à un détour fastidieux qui leur fait perdre une heure et demie. La chute du dictateur, en 1989, n’y a rien changé. Le dossier reste depuis au point mort.
Dans la ville remplie de drapeaux bleu-jaune-rouge célébrant le centenaire de la Roumanie, l’identité hongroise persiste malgré une «roumanisation» forcée et une émigration massive sous l’ancienne dictature. Et pour cause. Depuis le retour aux affaires de Viktor Orban en 2010 à Budapest, le pouvoir nationaliste hongrois mène un vigoureux lobbying politico-culturel pour favoriser les minorités hongroises des provinces détachées de la «mère patrie» par le traité de Trianon en 1920, un traité qui avait consacré le démembrement de l’Autriche-Hongrie. Il entretient savamment ce traumatisme, causé notamment par la perte de la Transylvanie où se trouve Satu Mare." La suite sur letemps.ch

lundi 7 janvier 2019

ARTE Regards - Punir les sans-abri en Hongrie

31 min
Disponible du 07/01/2019 au 06/04/2019
Disponible en direct : oui
Prochaine diffusion le mercredi 9 janvier à 04:25
Suite à l’adoption d’un amendement initié par le Fidesz, le parti de Viktor Orbán, vivre dans la rue est désormais un crime en Hongrie. Pourtant, des milliers d’individus sont sans-abri.
Les refuges ne proposent pas suffisamment de places, et les conditions d'accueil sont rarement idéales : bagarres et vols y sont monnaie courante, entraînant un fort sentiment d’insécurité chez une population déjà très fragile. Si les sans-logis peuvent compter sur les efforts d’avocats bien décidés à légaliser leur situation, le chemin est long et difficile.

Pays : Allemagne
Année : 2019

A voir sur arte.tv

 

Concert Kálmán Balogh & le Gipsy Cimbalom Band Vendredi 29 mars 2019 - 20 h 30 - Cité de la musique

Kálmán Balogh & le Gipsy Cimbalom Band © DR
Salle des concerts - Cité de la musique
Durée : environ 1h30 
Programme
Chants sacrés tziganes et musiques klezmer

Distribution
Kálmán Balogh, cimbalom
Peter Bede, saxophone
Ferenc Kovács, violon, trompette, chant
Frankie Látó, violon
Csaba Novák , contrebasse
Mihály György, guitare
Gusztáv Balogh , chant
Róbert Lakatos , alto, chant, violon

Kálmán Balogh est un des plus grands interprètes de cymbalum, un des instruments à corde majeurs de la tradition hongroise. Avec son groupe et deux violonistes, il interprète les trésors du répertoire tzigane.

Le cymbalum, instrument à cordes sur table, est une pièce essentielle de la musique d’Europe centrale. Comparé au santur persan et au hackbrett germanique, il est composé de cent vingt-cinq cordes métalliques frappées par deux petits marteaux tenus par le musicien. Kálmán Balogh provient d’une des grandes familles d’interprètes de cet instrument qui garde encore à nos yeux une grande part de mystère. À travers les années, il a eu l’occasion d’exercer son art avec des groupes de jazz, de rock et des orchestres symphoniques. S’il est profondément fier de ces incartades dans d’autres styles, Kálmán Balogh pratique aujourd’hui exclusivement la musique traditionnelle tzigane, qu’il fait vivre et transmet avec délicatesse et passion. Il se produit ici avec son groupe, le Gipsy Cimbalom Band, et deux violonistes hongrois : Sandor Budai et Laszlo Major. 
Cité de la musique - Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris