vendredi 5 mai 2006

"L’enfer n’existe pas" un article du Nouvel Observateur sur le film "Etre sans destin"

"La réussite du film se mesure aussi à cette impression produite par l'ultime plan du film, où le survivant qui « rentre » dans la vraie vie exprime la certitude que cette vie n'est pas la vie et, pour lui, ne le sera jamais. Que ce moment soit peut-être le plus bouleversant éclaire la dimension proprement exceptionnelle de ce grand film." Source Le Nouvel Observateur du 4 mai 2006 sous la plume de Pascal Mérigeau

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire