vendredi 31 août 2007

Rhapsodies hongroises


"Trois siècles de l'histoire d'une grande famille consignés par les fils aînés. Douze chapitres, douze destins. Par Miklós Vámos.

TROIS CENTS ANS de batailles, de duels, de pogroms et de razzias. Et pourtant. Les héros du Hongrois Miklós Vámos affrontent toujours leur destin violent avec la même indifférence souriante. Du début du XVIIIe siècle à la veille du nouveau millénaire, les membres de la maison Csillag-Stern meurent rarement dans leur lit. Prompts à se lancer dans de nouvelles entreprises, d'imprimerie, de vignoble ou de verrerie, comme à se laisser bercer par la douceur de la musique ou des études, ses rejetons courent d'un bout à l'autre de ce pays qui n'en est pas un, pris en tenailles, ou en otage, entre les empires. La peur les saisit à peine à l'instant ultime, happés qu'ils sont par leurs étranges visions. Dans les grandes sagas, les destins individuels importent peu. Seule compte la survie de la lignée." Suite de l'article dans Le Figaro du 30 août 2007

Voir aussi l'article paru sur le Blog des Mardis hongrois de Paris

mercredi 29 août 2007

A journey round my skull

©Robert and Shana ParkeHarrison
A journey round my skull.
Autrement dit "Voyage autour de mon crâne".
C'est le nom d'un blog inspiré par le titre du roman de Frigyes Karinthy.
A noter que ce roman vient d'être publié chez Denoël dans une nouvelle traduction de Judith et Pierre Karinthy.

The title of this blog comes from the book "A Journey Round My Skull" by the Hungarian author Frigyes Karinthy (1887 - 1938). It will include ramblings about books that don't get talked about enough (mostly European fiction); scans of book covers in my collection that I want to share with others (it's often hard to find images of old book editions online); and hopefully in the future interviews with translators and publishers.

ÉTERNEL malade de la démocratie ?

Dans un article où la Hongrie est qualifiée d'"ÉTERNEL malade de la démocratie en Europe de l'Est" Le Figaro du 29 août 2007, revient sur les évènements (si on peut parler d'évènement dans ce cas) de ces derniers jours en Hongrie avec la constitution d'une milice nazie.
Sous le titre, "La Garde hongroise, nouvelle milice d'extrême droite" le quotidien explique que "la Hongrie connaît de nouveaux soubresauts, un an après les émeutes qui avaient enflammé Budapest et manqué de renverser le gouvernement du premier ministre Ferenc Gyurcsany. Samedi 25 août, un millier de partisans d'une milice d'extrême droite, la Garde hongroise, ont défilé sous les fenêtres du palais présidentiel, sur la colline de Buda, déclenchant un concert de protestations indignées." Source Le Figaro

"La gay pride de Budapest aura peut-être été son terrain d'entraînement: le parti d'extrême droite Jobbik, à l'origine des violences du 7 juillet dernier, a créé samedi un groupe paramilitaire néonazi, devant un millier de personnes et au pied du palais présidentiel. Le but des 56 premiers membres de la «Garde Hongroise» («Magyar Garda») sera humblement de «sauver le peuple hongrois». De qui? D'abord des voisins slovaques, serbes et roumains, à qui il est demandé de restituer les territoires hongrois perdus lors de la Seconde Guerre mondiale. Mais également des Roms, des juifs et des homosexuels. Et le Premier ministre hongrois prend au sérieux la création de cette force paramilitaire: «Les fascistes se rassemblent. Ils ne frappent pas à la porte, ils sont là, parmi nous», a dit Ferenc Gyurcsany." Source Villagegay.com

mardi 28 août 2007

Personnalités françaises d'origine hongroise - Wikipédia

Wikipédia l'encyclopédie libre publie une liste de personnalités françaises d’origine hongroise, classées par domaine, puis par ordre alphabétique du nom de famille. J'avais consulté cette liste il y a quelques jours et je la trouvais assez incomplète, mais elle s'est bien enrichie depuis.
Il manque encore beaucoup de noms, et parmi eux quelques noms me viennent :
  • des photographes comme Ervin Marton, François Kollar, Ergy Landau ou Emeric Fehér
  • des scientifiques comme Judith Dupont
  • des hommes de médias comme Michel Drucker
  • des artistes plasticiens comme Anna Stein, Sabine Fazekas, Anton Prinner ou Miklos Bokor
  • des musiciens comme Zsuzsanna Várkonyi ou Csaba Palotai
  • des gens de cinéma comme Isabelle Huppert.

Allons vite compléter la liste de Wikipédia

Diminution des montants des retraites à partir de 2008 en Hongrie

Pas de chance pour ceux qui partent en retraite l'an prochain

Ceux qui partent en retraite l'an prochain peuvent s'attendre à une diminution des montants des pensions versées; c'est quasiment une diminution de 8 % soit le montant d'un treizième mois de retraite qu'ils peuvent escompter, par rapport à ceux qui prennent encore leur retraite cette année - selon un article paru dans le quotidien Népszava.
Source Népszava.hu du 28 août 2008

Rosszul jár, aki jövőre megy nyugdíjba
Mintegy nyolc százalékkal alacsonyabb ellátásra számíthatnak a jövőre nyugdíjba vonulók, egy teljes 13. havi nyugdíjnak megfelelő összeggel kapnak kevesebbet, mint azok, akik még az idén nyugdíjba mehetnek. A változás a nyugdíjkiszámítási módszer módosításának eredménye, 2008. január elsejétől ugyanis kizárólag a nettó bért veszik alapul, ami csökkenti a várható értéket, ellenkezőleg hat viszont, hogy a nyugdíjazást megelőző év szintjére emelik a korábbi években kapott fizetést.

Sziget, côté face

Pink, Faithless, The Chemical Brothers ou Nine Inch Nails. Des rocks star côté pile et dans le 'Civil Village', organisé en marge du festival de Sziget, des jeunes qui montrent leur engagement.
...Même si la plupart des visiteurs viennent surtout à Budapest pour les grosses têtes d’affiche -bénies soient les compagnies aériennes low-cost-, le Sziget est unique en son genre : 20 scènes différentes sont organisées pour plus de 600 artistes et groupes. La programmation du festival offre un éventail complet en matière de musique rock, électro, punk, hip-hop, reggae, jazz et tsigane.
Mais il y a aussi l’autre côté de Sziget – un petit bout de l’âme du festival. Chaque année, une sorte de colonie insulaire alternative se forme à gauche de la grande scène, juste derrière le podium Guinness : on l’appelle le ‘Civil Village’....
...
La musique ne connaît pas de frontières, comme l’indique la devise muette du festival de Sziget. C’est aussi l’avis de Kinga Pupos. Chargée de communication pour le magazine mensuel Rom ‘AmaroDrom’ - »qui veut dire en substance ‘my way’ en anglais », explique-t-elle de façon énergique, assise sur l’un des nombreux coussins bariolés de sa tente. «Notre magazine est surtout consacré aux aspects politiques et culturels de la culture Rom en Hongrie et en Europe».

Tout en disant cela, Kinga Pupos tire la dernière édition du magazine et montre le poster tsigane coloré qui décore la tente. « Nous ne sommes pas seulement des criminels et des voleurs, nous sommes aussi des médecins et des journalistes ». C’est ce message-là qu’elle aimerait faire passer aux jeunes du festival."
Source Cafebabel.com

samedi 25 août 2007

Le Premier ministre hongrois inquiet de la création d'un groupe extrémiste

"Le Premier ministre hongrois, Ferenc Gyurcsany, s'est dit inquiet vendredi de la création d'un groupe paramilitaire hongrois fondé par le parti d'extrême droite Jobbik, à la veille de la cérémonie d'inauguration de cette milice.
Le nouveau groupe, appelé "Magyar Garda" (Garde hongroise), s'est doté d'un blason à rayures rouges et blanches qui rappelle celui utilisé par les "Croix fléchées" (nazis hongrois) arrivés au pouvoir en Hongrie en octobre 1944.
Conformément à leur charte, les membres de la Garde recevront un entraînement militaire pour pouvoir "défendre la Hongrie sur le plan physique, moral et intellectuel". La suite de l'article dans le quotidien La Croix du 24 août 2007

Voir aussi les vidéos en langue hongroise sur le même sujet

Magyar Televizio Hirek a Gardarol

Magyar Nazik

mercredi 15 août 2007

Un romancier à redécouvrir : Danilo Kiš ou l’art du mentir-vrai

"Portrait d’un écrivain injustement méconnu – dont tout indique, cependant, qu’il fut l’un des plus grands, l’un des très rares chez qui la passion de la forme n’excluait en rien la volonté d’élargir notre intelligence du monde. Né d’un père juif hongrois, qui mourra à Auschwitz, et d’une mère monténégrine, Danilo Kiš a vécu enfant en Hongrie, passé son adolescence au Monténégro et étudié à Belgrade. Ayant éprouvé dans sa chair et dans celle des siens le nazisme et le stalinisme, il a tenté, sa vie durant, de les explorer sans pathos."
Par Guy Scarpetta
Un long article est consacré à Danilo Kiš dans Le Monde diplomatique du mois de juin 2007

lundi 13 août 2007

Sziget, musique sur le Danube

Klari, rédactrice en chef du très éclairé klariscope, The guide of nos sorties de la semaine, me signale cet article sur le festival Sziget qui s'achève cette semaine.

"Fondé en 1992, Sziget est devenu en quinze ans le plus gros festival de Hongrie et l'un des plus grands d'Europe. Il se tient chaque année durant une semaine du mois d'août, à Budapest, non loin du centre, sur une île du Danube, Obuda. Quatre cent mille personnes, cent vingt hectares de pelouse et sous-bois dédiés à toutes les musiques (rock, électro, musiques du monde...), vingt scènes, six cents concerts (tête d'affiche 2007 : Pink, The Chemical Brothers, Madness, Cesaria Evora). Sans compter la centaine de bars et friteries sonorisés, karaokés ou animations foraines (saut à l'élastique, combat de catch déguisés en friandises - sous Pálinka, l'eau-de-vie locale, tout est possible).

En chiffres, la manifestation donne le tournis : cette ville dans la ville mobilise 8 000 personnes pendant dix jours, et 51 collaborateurs à l'année. Il faut trente minutes, à vive allure, pour traverser le site depuis la scène "Musique du monde", jusqu'à la scène "Hammerworld" spécialisée dans le très brutal rock "métal".

La suite de l'article dans Le Monde du 13 août 2007

samedi 11 août 2007

Querelles hongroises autour d’un monument commémorant 1956

L’œuvre de László Rajk pour les 50 ans de l’insurrection de Budapest déplaît au maire populiste de la ville de Veszprém.
"La censure ? László Rajk connaît sur le bout des doigts. Cet architecte et décorateur de cinéma renommé, qui a travaillé avec Costa-Gavras et Béla Tarr, a été l’un des piliers de la dissidence. Editeur de Samizdat, il ne put exercer son métier sous son nom et fut fréquemment arrêté par la po­lice. Dix-huit ans après la chute du communisme, ­Rajk, 57 ans, est confronté à des brimades rappelant fâcheusement les méthodes d’autrefois." La suite de l'article de Florence Labruyère dans Libération du 10 août 2007

mercredi 8 août 2007

Péter Gábor : un homme de caractère

"La société humaine, le monde, l’homme tout entier est dans l’alphabet. La maçonnerie, l’astronomie, la philosophie, toutes les sciences ont là leur point de départ, imperceptible, mais réel; et cela doit être. L’alphabet est une source."

Allez donc visiter le blog Design & typo de Péter Gábor. On y découvre la magie des caractères et une foule d'autres choses.
Péter Gábor est graphiste & typographe freelance, créateur de caractères, consultant en identité d'entreprise, conférencier, enseignant la typo et le graphisme. Il s'attache aussi à faire connaître l'oeuvre de son père Paul Gábor
qui fut un graphiste, typographe, affichiste de très grand talent.

Festival hongrois de Sziget : 600 concerts, 400.000 festivaliers

"Budapest accueille un millier de spectacles de toutes sortes durant une semaine. Manu Chao, Cesaria Evora ou Alpha Blondy sont notamment attendus pour cet événement qui devrait réunir environ 400.000 personnes...
Les groupes français invités ont été de plus en plus nombreux au cours des dernières éditions, passant de 9 en 2002 à 32 en 2006, et une quarantaine sont attendus cette année. Le public français est lui aussi en pleine expansion avec plus de 10 000 personnes venues de France l'an dernier..."
Source : Nouvel Observateur du 8 août 2007

"A Budapest, la fête n’a pas de limites
Festival. Sziget joue la démesure avec 600 concerts.

Et c’est reparti ! Pour la quinzième fois, l’euphorie commence sur l’île aux plaisirs de Óbuda, à Budapest. Autour de vingt scènes, 400 000 festivaliers (deux fois plus qu’au Paleo, en Suisse) se réunissent pour huit jours. Sziget ne ressemble à aucun autre rassemblement : le public vient de toute l’Europe (on estime à plus de 10 000 les Français présents l’an dernier), profitant de l’ère des low-cost, tout en laissant au festival son identité centre européenne d’origine. L’ennui ? A priori, impensable, quand on a le choix entre 600 concerts et plus de 1 000 événements divers, sans oublier les innombrables zones pour récupérer ou faire du shopping."
Source : Libération du 8 août 2007

lundi 6 août 2007

Mardis hongrois : le programme de la rentrée

Au programme des Mardis hongrois de Paris, toujours à la brasserie "A Saint-Jacques" 10, rue Saint Martin 75004 Paris Métro Châtelet

Soirée 4ème anniversaire des Mardis hongrois de Paris
le 18 septembre 2007 à partir de 20 heures.




Ákos Kertész : Makra
Présentation de livre le mardi 2 octobre 2007 à partir de 20 heures
Paru aux éditions l'Harmattan


Paru pour la première fois à Budapest en 1971, vendu à plus de 250.000 exemplaires en Hongrie, traduit en 11 langues, vendu à 1.200.000 exemplaires à l'étranger, porté sur l'écran en 1972, le roman de Ákos Kertész a connu un succès fulgurant. Par sa description originale de la vie quotidienne des ouvriers des années cinquante (y compris la révolution de 1956) et soixante, il a beaucoup contribué à faire connaître certains aspects du "socialisme réel". Ákos Kertész a travaillé comme ouvrier avant d'entamer ses études universitaires. Écrivain, scénariste, il est l'auteur d'une vingtaine de romans et de scénarios de film. Très sensible à la vie politique ainsi qu'aux petites choses de la vie, il a toujours su marier dans ses oeuvres la vie publique et la vie privée de ses héros.
En présence de l'auteur.

samedi 4 août 2007

Une forêt de 8 millions d'années découverte en Hongrie

"Une petite forêt de "taxodiums" ou cyprès des marécages, vieille de 8 millions d'années et très bien conservée, vient d'être découverte par des archéologues dans le nord-est de la Hongrie à Bukkabrany...
La découverte est exceptionnelle car les arbres ont conservé leurs structures en bois, ils n'ont été ni carbonisés, ni fossilisés." Source tsr.ch

mercredi 1 août 2007

Le Président français fait des émules en Hongrie

"Franciaországban neves szocialista politikusok igent mondanak a jobboldali köztársasági elnök felkérésére. Népszerűtlen lépésekre van szükség, és ehhez a nagy pártok józan összefogása kell. Másoknak is volna mit tanulniuk a példából."
L'article en langue hongroise dans Népszabadság du 1er août 2007

Selon cet article paru dans Népszabadság du 1er août 2007 "En France des politiciens socialistes de renom disent oui à la sollicitation du président de la république de droite. Il y a besoin de prendre des mesures impopulaires et pour cela il est nécessaire d'obtenir le consensus des grands partis. D'autres auraient de quoi apprendre de cet exemple."

Sans commentaire...
Ou plutôt si. Ce que suggère cet article c'est que les partis de droite en Hongrie (qui expriment certaines revendications de gauche) devraient prendre exemple sur la France et soutenir les politiques de droite des partis de gauche au pouvoir.