mardi 19 septembre 2006

Hongrie: occupation du siège de la télévision publique

BUDAPEST - Des manifestants ont pénétré de force dans la nuit de lundi à mardi dans le siège de la télévision publique hongroise, a rapporté un journaliste de Reuters présent dans le bâtiment. Des émeutes avaient éclaté un peu plus tôt dans la soirée à Budapest...
Ces émeutes ont éclaté à l'issue de manifestations réclamant la démission du premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsany. Ce dernier a reconnu avoir menti sur son bilan pour remporter les élections du mois d'avril." La suite de l'article sur Romandie news
Selon Cyberpresse "Le premier ministre socialiste hongrois Ferenc Gyurcsany a suscité un scandale inhabituel dimanche soir en reconnaissant avoir sciemment «menti» aux électeurs pour leur cacher un douloureux programme d'austérité en préparation... «Nous avons tout fait, a-t-il dit, pour garder secret en fin de campagne électorale ce dont le pays a vraiment besoin, ce que nous comptions faire après la victoire électorale : nous le savions tous, après la victoire, il faut se mettre au travail, car nous n'avons jamais eu de problème de cet envergure»...
Sous pression de Bruxelles, le gouvernement a annoncé cet été des mesures d'austérité très impopulaires - notamment hausses d'impôts et baisses des subventions - pour réduire le déficit public record du pays, dans la perspective d'une adoption de l'euro."

Sur le même sujet sur le présent blog un article préélectoral du 26 novembre 2005 "Nous ne sommes pas prêts à prendre des mesures d'austérité" a déclaré Ferenc Gyurcsány
et un autre postélectoral du 19 juin 2006
Les investisseurs espéraient un programme de restrictions budgétaires significatives

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire