mercredi 13 décembre 2006

Le jardin du mage de Géza Csáth

Vient de paraître aux Editions l'Arbre vengeur "Le jardin du mage de Géza Csáth". En fait il s'agit de la réédition d'une série de nouvelles publiées en 1988 sous le titre de "Le silence noir" aux éditions Alinéa. Traduit du hongrois par Eva Brabant Gerö et Emmanuel Danjoy Préface d'Eva Brabant Gerö Illustrations de Jean-Michel Perrin.
"Plus aucune tombe en Hongrie ne porte le nom de Joszef Brenner connu désormais sous celui de Géza Csáth (1887-1919). Evanouis les restes de ce grand écrivain longtemps interdit qui usa sa courte vie à chercher la « vérité absolue », passant de l’art à la psychanalyse (dont il fut en Hongrie un des premiers défenseurs) avant de sombrer dans un naufrage morphinomane. Ses nouvelles, tantôt oniriques, tantôt réalistes, nous offrent le spectacle d’une folie qui annonce un siècle tout entier placé sous ce signe. Elles osent dire, avec une précision souvent cruelle, ce que nos fantasmes les plus indicibles expriment de nos terreurs ou de nos tourments. Ne faut-il pas la découverte d’écrivains partis au bout d’eux-mêmes pour calmer en nous la peur du gouffre ? Csáth, qui brûla de l’intérieur sa brève existence, appartient à cette fratrie de possédés, abandonnant à notre inquiète raison et à notre penchant pour le mystère ces textes uniques, impudiques et rares, derniers témoignages de son funeste génie.
ISBN : 2-916141-08-1272 pages - 15 euros

L'auteur
Joszef Brenner, né en 1887 à Szabadka en Hongrie mena de front une double activité, celle de médecin et psychiatre sous ce premier nom, et celle d’écrivain sous celui de Géza Csáth. Ami intime de Dezsö Kosztolànyi, il fut actif parmi l’avant-garde de la revue Nyugat tout en s’ouvrant aux idées neuves de Freud. Devenu toxicomane, il plongea peu à peu dans une folie qu’il savait fatale. Il se suicida en 1919 après avoir assassiné sa femme.

L'illustrateur
Jean-Michel Perrin vit et travaille à Paris.

Source : Arbre vengeur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire