mardi 2 octobre 2007

Ciné Traces - Cinéma hongrois à Paris - du 1er au 4 novembre 2007


Le Festival Ciné Traces

présente « LES PAUMES BLANCHES » en avant-première de sa sortie en France, le samedi 3 novembre à 20 h.
Débat/Rencontre avec le réalisateur Szabolcs Hajdu après la projection, au cinéma :
Filmothèque Quartier Latin
9 rue Champollion
75005 Paris

Ciné Traces
est un tout nouveau festival* consacré au cinéma Hongrois.
Dates : du jeudi 1er au dimanche 4 novembre 07 à la Filmothèque Quartier latin,
Deux séances par jour : 18 h et 20 h.
Ciné Traces propose
1) Pour la 1ère fois en France, les plus beaux court-métrages hongrois qui ont gagné un Oscar ou une Palme d’or à Cannes :
Ouverture (Palme d’or, 1965), La mouche (Oscar, 1981), Moto perpetuo (Palme d’or, 1981), Vent (Palme d’or, 1996), Après la pluie (Palme d’or, 2002)….A ne pas manquer : « Toi », un bijou primé à Cannes en 1963, signé par un jeune réalisateur de 25 ans qui connaîtra plus tard une renommée mondiale avec Méphisto et Colonel Redl : István Szabó.
2) Des classiques des grands maîtres du 7ème art hongrois :
« Silence et cri », un chef d’œuvre de Miklós Jancsó (1968)
« 25, rue des pompiers » de István Szabó (1974).
« Le témoin » de Péter Bacsó (1981), prix spécial à Cannes)
« « Le temps suspendu » de Péter Gothár (1982, prix de la jeunesse à Cannes)
3) Les long-métrages de jeunes réalisateurs talentueux, primés dans de nombreux festivals :
« Moskva tér » de Ferenc Török (2001). Une comédie sans prétentions mais profonde sur l’apathie et la confusion de la jeunesse en 1989, au moment de la chute du communisme.
« Kontroll » d’Antall Nimrod (2004). Un western urbain assez déjanté, parodie post-moderne du bon, du méchant et du truand qui se déroule dans le métro de Budapest. Les bons : les contrôleurs qui essaient désespérément de faire leur métier. Les méchants : les voyageurs, champions du sport national qui consiste à frauder la société de transport budapestoise. Et les truands : un affreux criminel masqué qui rôde dans les souterrains. Avec de talentueux jeunes comédiens (Sandor Csányi, devenu une vedette depuis ce film) et l’excellente musique électro de Neo.
« L’hôte de la vie » de Tibor Szemzö (2006). Ce film retrace la vie d’Alexandre Körös de Csoma, un érudit parti de Transylvanie au Tibet où il vécut et écrivit le premier dictionnaire tibétain. Tourné au Tibet, puis artificiellement « vieilli » pour avoir l’air d’archives, c’est un « Journal de voyage » imaginaire, c’est-à-dire écrit en images…et commenté par …Csoma et un mystérieux narrateur. Très original.
Et « Les paumes blanches » de Szabolcs Hajdu (2005). Un jeune gymnaste embrigadé et contraint à devenir champion dans la Hongrie communiste échoue, une fois sa carrière brisée, au Canada. Il commence par reproduire la violence dont il a été victime dans sa jeunesse. Mais il évoluera pour finalement atteindre l’équilibre et la paix que cherche son âme.
Prix des places : 7 euros – Tarif réduit (étudiants, demandeurs d’emploi, seniors) pendant tout le festival : 5 euros.
Horaire des séances : consulter Pariscope et l’Officiel des spectacles
Et le site du festival : http://festivalcinehongrois.blogspot.com/
-------------------------------
Organisé par l’Association des amis d’Endre Rozsda avec le soutien de l’Institut hongrois de Paris, de l’Institut français de Budapest, de Magyar Filmunió et de l’Association des Mardis hongrois de Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire