jeudi 18 décembre 2008

Les éternels prisonniers


"Hongrois et tsigane, né près de la frontière roumaine, Bela Osztojkan est mort pendant l'été 2008, à 60 ans. Cette figure majeure de l'élite culturelle et politique rom, dont l'oeuvre restait inédite en France, a publié des poèmes, un conte théâtral et des récits qu'il est enrichissant d'explorer.

A en juger par les deux livres qui viennent d'être publiés chez Fayard, tous deux révélateurs d'un goût de l'histoire tragique et de l'imaginaire, de la légende et de la comédie humaine, Bela Osztojkan fit de la mort l'un de ses thèmes, et des divagations l'un de ses refrains. Les Allemands y rôdent avec les loups, des destins aussi épiques que misérables s'y racontent, dans l'odeur du chou et des charognes." La suite de l'article sur Le Monde du 18 décembre 2008

Joska Atyin n'aura personne pour le lui rendre et Le bon dieu n'est pas chez lui de Béla Osztojkàn
Traduit du hongrois par Patricia Moncorgé, Fayard, 392 p., et 290 p., 23 € et 19 €.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire