vendredi 1 octobre 2010

Peut-on en finir avec Hitler ? - Un livre de Miklos Bokor et Paul Wiener - L'opinion de deux lecteurs



Long cheminement, dénouement abrupt
Essai d'inspiration psychanalytique
Miklos Bokor, Paul Wiener

Hitler s'est-il exclu de l'humanité ou au contraire, était-il humain, trop humain ? La première partie est consacrée à la personne d'Hitler, la seconde concerne les Juifs et les Chrétiens. La troisième l'Europe et l'Allemagne. La quatrième partie présente la régression national-socialiste en partant de l'étude de certains mécanismes de vécus individuels, comme la régression et le sublime. Le cinquième chapitre retrouve Hitler dans ses actions et évoque les responsabilités de ses adversaires. Enfin quel peut-être l'apport des survivants ?
Prix éditeur 22,33 €
Éditions l'Harmattan

Paul Wiener fera une présentation de cet ouvrage lors de la soirée cinéma-débat "Budapest étoilée" le 5 octobre 2010 à l'Institut hongrois de Paris
Institut Hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

Olvasoi vélemény :

"Annyi borzalom és szörnyüség utàn érdemes-e még mindig Hitlerröl olvasni ?

A vàlasz : IGEN !

Ebben a müben a szerzök hatalmas és értékes magànkutatàsok nyomàn az olvasoközönség elé tàrjàk mélyböl felhozott “leleteiket” gazdagon dokumentàlva minden egyes adatot. Uj megvilàgitàsban kerül elénk nem cask a fasiszta diktàtor mélylélektana, hanem az europai történelem egyes fejezetei, különös tekinettel a vallàsokra, politiai àramlatokra, de a két iro elkalauzolja az olvasokat a filozofia, a szociologia a zene- és müvészettörténet berkeibe is.

Az ember elkgondolkodik azon, hogy lehetne elkerülni a jövöben, hogy beteg-lelkü diktàtorok több millio ember élete és föleg halàla fölött rendelkezzenek; ez a könyv mintegy ujszerü làmpàsként szolgàl, arra hogy ne àlljunk teljesen kiszolgàltava , hogy bevilàgitson az emberiség e sötét bugyràba.

Diohéjban jellemezve : gazdag, ujszerü, bölcs, tartalmas, értékes alkotàs.

Opinion de lecteurs :

A-t-on intérêt de lire encore sur Hitler après autant de monstruosités et d’horreurs ?

La réponse est : OUI !

Suite à un important travail de recherches personnelles, les auteurs de cet ouvrage remontent à la surface des « vestiges » minutieusement documentés. Sous un éclairage nouveau ils présentent non seulement l’analyse psychologique du dictateur fasciste, mais également certains aspects de l’histoire européenne, et plus particulièrement l’approche religieuse et politique ; mais les lecteurs seront aussi emmenés dans le domaine de la philosophie, de la sociologie, de l’histoire de l’art et de la musique.

Ce livre nous incite à réfléchir à la manière dont on peut prévenir dans l’avenir que les dictateurs à l’âme pathologique ne puissent disposer de la vie et surtout décider la mort de plusieurs millions de personnes ; voilà ce livre sert comme une lanterne à apporter la lueur dans le fin fond sombre de l’humanité et comment ne pas être complètement asservie.

Remarque brève : riche, innovateur, sage, instructif, haute-qualité intellectuelle."

Jacques et Eva VERRET

2 commentaires:

  1. Après avoir lu votre fil, je fus curieux des auteurs: si le lien menant vers Paul Wiener est instructif, celui menant vers Miklos Bokor n'indique rien! Mais google "me dit" qu'il s'agit d'un artiste! Perplexe, j'approfondis la recherche, et cette page m'éclaire:
    http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1723
    Puisse-t-elle en éclairer d'autres, sans vous paraître importun. Le regard d'un artiste, qui en outre a connu à 17 ans les camps, voilà ce qui va me déterminer à prendre connaissance de ce livre, même s'il est vrai aussi que la présentation ci-dessus aurait pu être suffisante, vu l'actualité où se mêle un peu trop d'ombres ténébreuses du passé. Merci pour cette info.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais publié, il y a quelques années, sur un forum que vous connaissez sans doute, une information concernant Miklos Bokor "Miklos Bokor, peintre parisien d'origine hongroise, né à Budapest en 1927 établi à Paris depuis 1960, nous livre une très belle exposition à la galerie Lambert-Rouland, 62, rue La Boétie, Paris 8ème ... Exposition du 24 octobre 2002 au 15 janvier 2003. Né quelques années avant Imre Kertész, prix Nobel de littérature 2002, déporté à Auschwitz et Buchenwald tout comme lui, il a été confronté aux mêmes exigences des canons de l'art stalinien des années 50 auxquels il n'a pu se plier. Ce parallèle pour tenter d'expliquer les forces ténébreuses qui sous-tendent un art subtil où l'homme est toujours présent, en lutte et en mouvement. "Je ne sais pas s'il peut exister un art qui soit gai. Je ne crois pas." dit Bokor dans une interview accordée au quotidien Le Monde daté du dimanche 27 et lundi 28 octobre 2002."

    RépondreSupprimer