mardi 9 août 2011

Rom, 1er peuple européen - Rediffusion

Rediffusion le sur Public Sénat :
vendredi 12/08/2011 à 16h45
dimanche 14/08/2011 à 09h00
Durée : 52 minutes

Six siècles après leur arrivée en Europe, les Roms, que l'on appelle, au gré des frontières, Manouches, Gitans, Tziganes, continuent à vivre, de caravane en bidonvilles, aux portes de nos sociétés. France, juillet 2010 : un fait divers mettant en cause un citoyen français d'origine gitane met le feu au poudre. Discours sécuritaires enflammés, amalgame entre délinquance et « gens du voyage », la confusion règne et désigne un même bouc émissaire à l'insécurité du moment : les Roms. Ce « Haro sur les Roms » au pays des Droits de l'Homme fait vite le tour des capitales internationales et révèle soudain à la France, puis à l'Union Européenne un malaise qui la ronge depuis toujours : 10 à 12 millions de ses citoyens vivent dans la plus grande des misères en marge des droits les plus fondamentaux à la santé et à l'éducation. 10 à 12 millions d'hommes, de femmes, d'enfants marginalisés que l'on aimerait bien tenir à distance, mais à quelle distance, puisqu'ils sont européens ? En mars 2011, la Roumanie et la Bulgarie, membres de l'Union Européenne intègreront l'espace Schengen garantissant la libre circulation à tous ses membres. « Roms, premier peuple européen », c'est l'hypothèse de départ de ce film. Un itinéraire qui nous fait voyager, de Montreuil d'où on expulse les Roms roumains ou bulgares à Budapest où les milices nationalistes incendient les maisons des familles Roms. Un itinéraire de gens abandonnés par leurs Etats et qui convergent vers Bruxelles, capitale administrative de l'Union européenne, où de jeunes stagiaires Roms tentent de faire entendre la voix des 10 à 12 millions de citoyens européens qui ne veulent plus vivre comme des parias. Un voyage pour raconter la longue et difficile gestation de la première nation sans territoire national. Quel statut pour que 10 à 12 millions de citoyens européens ne soient plus rejetés en marge des droits fondamentaux?" Source : publicsenat.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire