jeudi 10 juillet 2014

Avec Borsodi, machisme et sexisme (presque) garantis

"À chaque Coupe du Monde, sa consommation explose. C’est l’un des produits les plus exploités dans la pub’. En Hongrie, elle est le carburant des bons moments (Soproni), le moteur de l’amitié entre mâles (Arany Ászok). Chez Borsodi, la bière colle à l’actu : un truc de mecs qui matent du foot pendant que les nanas taffent. Simone de Beauvoir et Olympe de Gouges s’en retourneraient dans leurs tombes." La suite sur miujsag.wordpress.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire