mardi 21 avril 2015

Pour le Jobbik hongrois, la dédiabolisation fonctionne

"Comme Marine Le Pen avec le Front national en France, le leader du Jobbik (le "Mouvement pour une meilleure Hongrie"), Gabor Vona, cherche à débarrasser ce parti de son image extrémiste. Il n’écrase plus symboliquement les "parasites tsiganes" dans ses clips de campagne, se tient à bonne distance des miliciens du parti et assure que le racisme et l’antisémitisme lui sont étrangers. Il est allé plus loin cette semaine en déclarant que " ceux qui pensent que le Jobbik a l’intention de discriminer les gens sur la base de leur ethnie, de leur religion ou de quoi que ce soit d’autre, se sont trompés de parti". Surprenant de la part d’un homme qui qualifiait, en juillet 2014, le FN de "parti sioniste". Analyse." La suite sur lalibre.be (version abonnés)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire