dimanche 9 août 2015

A la frontière serbo-hongroise, en attendant la construction du mur

"Vince Szalma s’arrête tout d’un coup de parler pour se saisir de ses jumelles. A 57 ans, le garde-champêtre du petit village d’Asotthalom, situé à la frontière entre la Hongrie et la Serbie, conserve une vue perçante, fruit de sa longue expérience de chasseur. A plusieurs centaines de mètres de son vieux 4 x 4 Lada, il vient de détecter un mouvement. Pas d’un lapin, comme il aimerait, mais d’un migrant.
Au bout de la route, il y a en effet deux Pakistanais, qui viennent d’entrer à pied en Hongrie avec simplement leur sac à dos. Ils s’arrêtent : « Dans quelle direction est la ville ? », demandent-ils dans un anglais hésitant. « Bus, taxi ? », leur répond M. Szalma dans un anglais tout aussi hésitant. « Par ici, à deux kilomètres », leur indique-t-il, avant de repartir aussi sec. « En fait, je leur ai montré la direction du point de contrôle de la police, explique-t-il. C’est mieux comme ça. Si j’appelle la police, il va falloir les attendre. »" La suite sur lemonde.fr (version abonnés)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire