lundi 14 septembre 2009

L'armée du crime : demain mardi à Montbéliard et dès mercredi 16 septembre à Paris

L’association « Le Cinéma et rien d’autre » fait sa rentrée de saison demain mardi 15 septembre au cinéma « Le Colisée » à Montbéliard.

À cette occasion, le film « L’armée du crime » sera projeté en avant-première. La séance sera suivie par un pot de rentrée.

Il s’agit du nouveau film de Robert Guédiguian, le réalisateur de « Marius et Jeannette » et du « Promeneur du Champ de Mars ».

« L’armée du crime » retrace l’histoire du Groupe Manouchian. Dans le Paris occupé par les Allemands, l’ouvrier Missak Manouchian prend la tête d’un groupe de très jeunes Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu’ils aiment, celle des Droits de l’Homme. Ils vont commettre des attentats contre les nazis et subiront les représailles de la police de Vichy.

À VOIR Demain mardi à Montbéliard. À 20 h 15, au cinéma Le Colisée (4 €).

Source lalsace.fr

2 commentaires:

  1. Bonjour Jean Pierre
    Vous serez peut-être intéressé par cet article et ses clichés:
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/12/11/01016-20091211ARTFIG00428-les-derniers-instants-du-groupe-manouchian-.php

    "Trois clichés authentiques, pris clandestinement par un sous-officier allemand, ont été rendus publics cette semaine. (--)Clemens Rüther, lui, est un sous-officier de la Wehrmacht. Ce jour-là, le 21 février 1944, il les a convoyés ici, au Mont Valérien, devant le peloton d'exécution. Puis s'est reculé en surplomb de la clairière. Pour veiller à la sécurité du site, ou pour se cacher. Seule l'histoire le sait. Une chose est sûre : clandestinement, il a décidé de fixer son objectif vers les condamnés. Des patriotes - la plupart étrangers - du célèbre réseau de Missak Manouchian, l'une des composantes des Francs-tireurs et partisans de la Main-d'oeuvre immigrée (FTP-MOI)"

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Michartpoesho, et merci pour cette information. Les images publiées par Le Figaro sont très émouvantes.

    RépondreSupprimer