dimanche 9 décembre 2012

Chaire tournante Rencontre avec Gergely Fejérdy Conférence 11 décembre à 19h30 Institut hongrois

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Informations : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Rencontre avec Gergely Fejérdy
Gergely Fejérdy, docteur en histoire est né en 1975. Diplômé de l'Université Catholique Pázmány Péter (Budapest-Piliscsaba) en histoire et en littérature française, il a soutenu sa thèse en 2009 à l'Université Paris-Sorbonne. Titulaire d'une bourse de recherches menées à l'Université de Fribourg (Suisse) à l'Université Catholique de Louvain, ainsi qu'à l'Université Paris-Sorbonne, au Centre d'Histoire de l'Europe et des relations internationales.Depuis 2010, il est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université Catholique Pázmány Péter et professeur invité au département des études internationales à l'Université Corvinus (Budapest). Depuis 2011, il est également chercheur à l'Institut hongrois des Affaires étrangères (MKI). Ses travaux portent sur l'histoire contemporaine des relations internationales, en particulier européennes, les diplomaties française et hongroise, la politique étrangère des pays francophones de l'Europe ainsi que sur la question de l'émigration politique hongroise au 20ème siècle. Gergely Fejérdy est l'auteur de plusieurs publications.
Quasi ennemis sans état de guerre 
Les principales questions dans les relations officielles franco-hongroises à la fin de la Seconde Guerre mondiale
A la fin de la Seconde Guerre mondiale la France et la Hongrie se trouvaient dans des situations très différentes. Si l'entretien des relations officielles franco-hongroises s'est heurté à de multiples obstacles dès 1940, la guerre n'a jamais été déclarée entre ces deux pays. Un grand nombre de militaires français évadés d'Allemagne ont trouvé refuge en Hongrie durant les années de guerre, tandis que la France accueillait des milliers de Hongrois opposants aux différents régimes qui se sont succédés. Le fait qu'en 1945, Paris ait pu prendre place parmi les États leaders occidentaux et contrôler des zones d'occupation en Autriche et en Allemagne a sensiblement accentué les liens entre les deux pays. Des dizaines de milliers de soldats hongrois se sont ainsi par exemple retrouvés prisonniers de guerre soumis à l'autorité militaire française. Plusieurs d'entre eux se sont engagés dans la Légion Étrangère ou dans les services d'espionnage. Parallèlement, Moscou a tout fait pour empêcher ou au moins ralentir le rétablissement des relations officielles ainsi que le développement naturel des rapports franco-hongrois. L'exposé se propose d'éclairer cette période souvent peu connue, mais très mouvementée, des relations entre la France et la Hongrie entre 1944 et 1949.
Entrée libre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire