lundi 4 juin 2012

Eva Besnyö, un équilibre subtil entre le fond et la forme au Jeu de Paume

"Le Jeu de Paume expose la Néerlandaise d’origine hongroise Eva Besnyö qui a su trouver une voie entre rigueur formelle, engagement politique et social et sensibilité à l’humain (jusqu’au 23 septembre 2012). Pour nous livrer des images d’une grande beauté, évidentes dans leur simplicité.
Eva Besnyö (1910-2003), fille d’un avocat juif, grandit à Budapest, où elle apprend la photographie. Alors que les brumes du pictorialisme règnent en Hongrie, elle est attirée par la Nouvelle Objectivité naissante, tentant des angles inhabituels pour décrire le monde qui l’entoure.
A Berlin, une photographe libre
La photographe quitte la capitale hongroise à vingt ans, pour échapper au climat politique « fasciste » et à l’antisémitisme. Attirée par le formalisme, elle s’installe à Berlin où elle est plongée dans une effervescence politique et artistique.
C’est « une époque merveilleuse », dira-t-elle à la fin de sa vie. « Une époque où j’étais totalement libre. Je n’avais pas besoin de gagner ma vie, je faisais ce que je voulais. »" La suite sur francetv.fr

Eva Besnyö, L'image sensible, Jeu de Paume, 1 place de la Concorde, 75008 Paris
tous les jours sauf le lundi, 11h-19h, nocturne le mardi jusqu'à 21h
tarifs: 8,50 € / 5,50 €
jusqu'au 23 septembre 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire