mardi 15 janvier 2013

Anniversaire par Flora

Ce douzième billet d'humeur est aussi un anniversaire. Cela fait un an que j'ai répondu à l'aimable invitation de Jean-Pierre Frommer qui m'avait proposé d'agrémenter les pages des Mardis hongrois de ces « billets d'humeur » libres et informels, comme ça vient, à mon rythme.
Un défi intéressant : le français, je l'ai appris au lycée comme deuxième langue, à trois maigres heures par semaine, avec une prof très gentille mais manifestement mal à l'aise et morte de peur d'être prise en défaut par des élèves qui avanceraient plus vite qu'elle... Ensuite, j'ai obtenu, à la fac de Szeged, un diplôme de professeur de russe et de français, et j'ai enseigné deux ans sans jamais avoir mis le pied en France. Le vrai apprentissage du français a commencé pour moi par amour, avec amis et belle-famille, et surtout, avec un mari écrivain. Et cet apprentissage ne s'arrêtera probablement jamais...
Langue étrangère, langue maternelle, bilinguisme (ou plus)... Pour moi, c'est un destin de caméléon. Je ne suis pas tout à fait la même personne lorsque je « vis » en français, que celle qui regagne la langue de ses 25 premières années... Je lis Màrai, inconsolable de la perte, à cinquante ans, du pays et de la langue maternelle qui demeure pour lui la langue exclusive de l'écriture. Agota Kristof appelle le français « langue ennemie » qui détruirait petit à petit le hongrois, sa langue maternelle. Elsa Triolet, premier prix Goncourt féminin, s'est approprié le français à la perfection, au point de se poser la question : «  Être bilingue, c'est un peu comme d'être bigame : mais quel est celui que je trompe ? »
Pour moi, les langues sont des horizons nouveaux, enrichissement, ouverture, plages de liberté... Nouvelles langues, nouvelles amours, passionnées ou tièdes...
Et la langue maternelle dans tout cela ? C'est l'initiation primordiale, hiéroglyphes mystérieux inscrits dans les gènes, ineffaçables. Comme notre attachement indestructible à notre mère.
Flora
Le blog de Flora en français

3 commentaires:

  1. Il paraît que le mot traducteur a la même racine que le mot traître?Comme vous le disiez si justement
    "Être bilingue, c'est un peu comme d'être bigame : mais quel est celui que je trompe ?"
    c'est être aussi un pont entre deux cultures entre deux mondes , c'est faire le lien entre des êtres qui ne se comprennent pas... béni soient les bilingues! : Ils sont le trait d'union entre les peuples!
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, Stéphanie, merci de vous être arrêtée sur mon billet. En effet, le pont est un de mes symboles préférés! Aller et venir d'une langue à l'autre, c'est pénétrer l'intimité des peuples, créer des liens - et s'enrichir immodérément, même si cette richesse ne se trouve pas au fond des coffres-forts!

      Supprimer
  2. Bonjour Stephanie, en effet, le bilinguisme c'est comme appartenir à deux mondes simultanément, il y a une étrangeté intrinsèque à cet état.

    RépondreSupprimer