lundi 2 décembre 2013

Imre Kertész : '' Mon humour est celui de l'échafaud ''

"Rescapé d'Auschwitz, le Prix Nobel hongrois s'est ensuite consacré à la traduction de l'allemand. Il a surtout écrit ce que les camps nazis avaient irrémédiablement transformé en lui et dans le monde, avec une légèreté aussi simulée que déconcertante : il se dit lui-même « clown de l'Holocauste ».

Survivant d'Auschwitz, « point zéro » de notre civilisation occidentale, où il est déporté à l'âge de 15 ans, Imre Kertész a tenté d'en écrire l'expérience en refusant à tout prix de s'enfermer dans une industrialisation mémorielle de la Shoah. Dans Être sans destin, l'écrivain hongrois invente une forme de récit autobiographique distancié, empreint d'un troublant mélange d'analyse lucide et d'ironie, qui le rendra célèbre en 1985, dix ans après sa première parution, et lui vaudra le prix Nobel de littérature en 2002. Après la chute du régime communiste hongrois, qui censura son [...]" La suite sur magazine-litteraire.com (statut payant ou payant)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire