mardi 19 septembre 2017

György Kurtág Salvatore Sciarrino Cité de la musique – Philharmonie de Paris 19 octobre 2017

"György Kurtág et Salvatore Sciarrino partagent un même sens, profond, de la forme. À l’un, la concentration tenant l’existence dans un souffle ; à l’autre, la suspension et l’attente inquiète du son. Et, commune, la tension de marcher sur le fil du silence et de l’infime.
Les Messages de feu Demoiselle R. V. Troussova, qui établirent sa renommée en Europe occidentale mais dont les exécutions en concert sont rares, et …quasi una fantasia… témoignent de l’art somptueux de György Kurtág. L’intensité de ces Messages et leur concision dénotent une absence, un rêve, une ombre ou un deuil, en une forme concentrée à un si haut degré qu’elle ne saurait supporter de trop longs développements. Toujours, le musicien se met à la recherche de l’essence, une essence nue, aux contours terriblement précis. Kurtág aime à citer le poète hongrois Attila József : « Les structures de branches dépouillées soutiennent l’air vide ». Alors le jeu de la soustraction reflète un monde disloqué, entre une forme et un destin." La suite et réservation sur festival-automne.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire