mercredi 13 février 2008

Alexandre Trauner exposition à la Galerie Berthet-Aittouarès du 13 mars au 19 avril 2008

50 peintures pour l'histoire du cinéma
exposition sur les oeuvres peintes du décorateur hongrois Alexandre Trauner. Seront présentées une cinquantaine de pièces réalisées dans le cadre des décors pour des films cultes tels que: Les enfants du paradis, Le jour se lève, l'Hôtel du Nord, Subway, Coup de Torchon.

Les enfants du paradis, le boulevard du crime, 1945, film de Marcel Carné et Jacques Prévert, Huile sur carton, 65X99 cm


Irma la douce, la rue, 1962-1963, Billy Wilder, gouache 29,5 X 89,5 cm

Alexandre Trauner dans le décor d'Irma la douce, Billy Wilder, 1962/1963, Collection Trauner


Quai des brumes, La rue du Havre, 1938, Marcel Carné et Jacques Prévert, gouache, 56 X 77 cm
Pénétrer dans l’univers de Trauner demande un peu d’humilité, comme si l’approche de son œuvre devait se faire à la façon d’une démarche initiatique faite de degrés différents, trois marches à franchir, trois pas en direction d’un ailleurs vaste et multiple empli de poésie, de tendresse, d’invention.
Un premier pas nous projette dans le monde cinématographique : décors de film, maquettes illustrant des titres célèbres, réalisation d’une architecture éphémère qui sert l’histoire, qui l’habille dans le respect d’une ambiance, perfection du travail, souci du détail, trace du chemin parcouru pendant plus de cinquante ans avec les plus grands réalisateurs qui font partie de l’histoire du cinéma.
Faire un second pas, regarder de plus près, sortir des références filmiques, oublier un instant les acteurs, les metteurs en scène, se débarrasser du souvenir des histoires racontées sur pellicule : c’est découvrir la peinture de Trauner, forte et éclatante, servie par techniques diverses alliant l’aquarelle, la plume, l’huile, l’acrylique, la gouache…
Trauner est peintre, il l’a toujours été, chaque maquette vit comme une œuvre d’art à part entière sans besoin d’explication particulière, sa capacité à traiter le clair et l’obscur, l’incroyable dextérité qui lui permet de suggérer une situation par quelques taches de couleurs, sont le reflet du talent d’un homme qui n’a jamais abandonné sa vocation.
Trauner ne peint pas ce qu’il voit, il donne à voir une petite partie de son univers intérieur.
Il faut écouter Alexandre Trauner parler de son métier et de ses amis pour franchir la dernière marche, pour rencontrer l’homme, drôle, vif, curieux de tout, fidèle en amitié, posant un regard pétillant sur ce qui l’entoure, regard amusé qui semble souligner la relativité des choses sans pour autant manquer de respect ou d’humanisme.
Trau nous emmène en voyage, il nous escorte dans un chemin entre ombre et lumière, promenade exemplaire dans la créativité et l’imaginaire, promenade dans le temps entre le jour qui se lève et autour de minuit.
Patrick Sonnet.

Hôtel du Nord, 1938, Marcel Carné et henri Jeanson, 65 X 100 cm, gouache


Hôtel du Nord, Construction du canal, photographie d'A. Trauner


C’est pour peindre qu’Alexandre Trauner (1906-1993) arrive à Paris de sa Hongrie natale, en 1925.
Il va très vite rencontrer le monde du cinéma qu’il ne quittera plus. Hôtel du Nord , Quai des Brumes, les enfants du Paradis, les visiteurs du soir... jusqu’à Don Giovanni, Monsieur Klein, Coup de torchon, Tchao Pantin, Subway… 50 ans de décor et de rencontres avec Jacques Prévert, Marcel Carné, Jean-Paul Rappeneau, Bertrand Tavernier, Luc Besson, Claude Berri, Orson Welles, Billy Wilder, Howard Hawks, Joseph Losey, Anatole Litvak… Plus de 100 films, de 1934 à 1988 pour lesquels il obtient de nombreuses récompenses :
En 1960 Oscar du meilleur décor pour « the appartment » de Billy Wilder (1ère attribution à Hollywood d’un oscar pour un décorateur de cinéma)
En 1975, César pour « Monsieur Klein » de Joseph Losey
En 1978, César pour « Don Giovanni » de Joseph Losey
En 1983, grand prix national du cinéma.
En 1984, César pour « Subway » de Luc Besson
C’est encore en peintre qu’il conçoit ses décors à partir d’une composition structurée par juxtaposition de plans et répartition de la couleur, ceci avec un sens aigu du détail et une précision méticuleuse. De la fusion de ces deux éléments nait une poésie qui parcourt son oeuvre et lui donne un style unique. Les gouaches présentées ici ne sont pas des croquis ou des esquisses mais des oeuvres à part entière. Que les films soient en noir et blanc ou en couleur, ce que cherche Alexandre Trauner, c’est la lumière.
Est associée à cette présentation, une sélection de photographies de plateau.
Toutes ces oeuvres sont d’autant plus précieuses qu’elles sont le témoin d’un processus de création aujourd’hui révolu.
Vous pouvez consulter le site d’Alexandre Trauner :
www.lpce.com/trauner

Galerie Berthet-Aittouarès - 29 rue de Seine 75006 Paris
Tél : 01 43 26 53 09 - Fax : 01 43 26 96 66
http://www.galerie-ba.com/
Ouverture du mardi au samedi 11h-13h / 14h30-19h
Contact Michèle et Odile Aittouarès :
01 43 26 53 09 - 06 12 06 23 04

2 commentaires:

  1. ATTENTION, JE SUIS ALLÉ SUR VOTRE BLOG EST CE QUE VOUS SAVEZ QUE L'ON PEUT VOUS PIQUER TOUTES LES PHOTOS DONT LE PORTRAIT DE TRAUNER?JE PENSE QUE VOUS VENEZ DE CRÉÉR CE SITE , QUELQU'UN D'INDÉLICAT POURRAIT TOUT VOUS PIQUER....je viendrai surement rue de Seine je garde un si bon souvenir de mOnsieur Trauner et de la hague ou j'étais passée avec des amis
    Alexandra de cc

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et merci pour votre mise en garde. Ce site, je l'ai créé depuis plus de deux ans et je sais que toutes les photos de mon blog peuvent être copiées. Mais c'est sans problème, elles ne m'appartiennent pas et me sont fournies par les intéressés eux-mêmes, en l'occcurence la galerie. Quant aux miennes qui sont loin d'être des oeuvres d'art elles sont libres de droit.

    RépondreSupprimer