jeudi 24 août 2017

Émerveillement et démesure d’un monde parallèle : on était au Sziget Festival

"Une île de liberté dans un pays au gouvernement qui semble vouloir la cloisonner : un paradoxe que nourrit le festival hongrois Sziget, qui fêtait cette année sa 25e édition. Un événement démesuré autant dans ses dimensions que dans la variété de sa programmation, mais qui parvient à nous faire nous sentir hors du temps pendant une semaine. Comme d’habitude, les organisateurs misent à la fois sur des têtes d’affiches grand public (Macklemore, Pink, Steve Aoki…), que sur une programmation plus pointue. Si dans certains événements la greffe peine à prendre, ici c’est plutôt le cas. L’éclectisme affiché permet à des publics hétérogènes de vivre une expérience commune, comme ils ne le feraient sans doute pas ailleurs. Le décor à la Neverland, et la liste interminable des activités proposées y contribuent également. On pose les pieds sur le sol de Budapest deux jours après le début officiel des festivités. Plongée dans l’un des plus grands festivals d’Europe (presque) comme si vous y étiez." La suite sur tsugi.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire