lundi 5 avril 2010

Groupe IPARTERV - Le progrès de l’illusion La troisième génération de l’avant-garde hongroise 1968-1969 à l'Institut hongrois de Paris

Vernissage : Jeudi 15 avril 2010 à 19h00
Institut hongrois de Paris / Galerie Vasarely


D’avril à juillet 2010 la Galerie Vasarely de l’Institut hongrois de Paris présente IPARTERV, une exposition; mais aussi un témoignage d’une époque. La preuve de l’existence d’une volonté de liberté, malheureusement condamnée dès sa naissance et étouffée par le régime totalitaire.

GROUPE IPARTERV (1968-1969)
Le nom « IPARTERV » désigne la troisième génération des artistes avant-garde en Hongrie. Il a été donné au groupe d’après celui d’une société de construction de Budapest, où l’exposition a eu lieu. Après les années 50, caractérisées par une fermeture totale du pays, onze jeunes artistes cherchaient à rejoindre les courants avant-garde internationaux les plus importants de l’époque. Ils s’inspiraient de diverses tendances : de l’expressionisme abstrait, du surnaturalisme, ou encore du pop-art ; et du groupe hongrois Ecole européenne. Pour l’exposition IPARTERV II, organisée le 24 octobre 1969, quatre nouveaux membres ont adhérés au groupe.

A noter : l’exposition organisée à l’Institut hongrois de Paris n’est pas une reproduction de celle de 68-69, mais une sélection des œuvres des artistes qui faisaient partie du groupe. Les œuvres exposées arrivent de cinq collections publiques hongroises: du Musée Ludwig Budapest – Musée d'Art Contemporain, du Musée d'Histoire de Budapest, de la Galerie d'Art de Szombathely, du Musée Jannus Pannonius de Pécs et de la Galerie Nationale de Hongrie.
Le catalogue de l’exposition IPARTERV, sous la direction de Csaba Varga, est édité aux Editions de l’Institut hongrois de Paris.
L’exposition s’inscrit au projet "Pécs 2010", Capitale européenne.

Institut Hongrois de Paris, 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Tél. : 01 43 26 06 44
Métro: Saint-Sulpice ou Mabillon
Bus: 58, 84, 89
info@instituthongrois.fr
http://www.instituthongrois.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire