mardi 19 juillet 2011

Qualifier un vin de «merde» n'est pas condamnable, estime la CEDH

"Qualifier un vin de «merde» dans les colonnes d'un journal relève de la liberté d'expression et non des tribunaux, a estimé ce mardi la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Les juges de Strasbourg ont ainsi rendu justice à Péter Uj, un journaliste hongrois condamné par un tribunal de Budapest pour avoir dénoncé, en ces termes crus, la production d'une entreprise viti-vinicole d'Etat." La suite sur 20minutes.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire