lundi 12 mai 2014

Conférence sur József Vágo, architecte hongrois à Toulouse jeudi 15 mai à 20 h

« Un bâtiment ne vaut rien s'il est simplement impeccable du point de vue technique ... il faut lui donner une âme … » József Vágo
Photo Eric Dumas
Ne manquez pas cette occasion que vous offre l'Association Franco-Hongroise Midi-Pyrénées, de faire connaissance avec József Vágó, un architecte hongrois, qui a conçu et réalisé des édifices remarquables dans la "tourmente européenne" de la première moitié du XX° siècle, sans jamais accepter de céder sur ses convictions. Il est l' objet d'un très beau livre publié par Anne Lambrichs en 2003. 


Jeudi 15 mai à 20h00 (et non 18h30),
salle Osète, dans le cadre de la Semaine de l’Europe
Conférence d’Anna Perczel, architecte urbaniste, de Budapest "Itinéraire à travers les villes d'Europe, de József Vágó, architecte hongrois (1877-1947)".


L'œuvre de József Vágo a été ramenée à la lumière grâce au travail passionnant d'Anne Lambrichs : "József Vàgo, un architecte hongrois dans la tourmente européenne" (AAM éditions, Bruxelles 2003).  Après avoir collaboré à des réalisations prestigieuses à Budapest, il a dû fuir la Hongrie en 1920 pour des raisons politiques et a cherché refuge tour à tour dans différentes villes d'Europe. Sans jamais se départir de ses convictions artistiques et sociales, il les intégrait dans sa conception de l'architecture dont il défendait le caractère culturel, en visant toujours la notion, idéale, de progrès de la civilisation. Il ne craignait pas d'aller à contre-courant des positions architecturales de son époque, (notamment de Le Corbusier). Il refusait de considérer l'ornementation comme superflue et cherchait à synthétiser modernisme et Art nouveau. Il quitte définitivement la Hongrie en 1939 pour s'établir en France en 1940 (où il retrouve son fils, Pierre Vágo, venu dès 1925 à Paris pour faire ses études d'architecture, et qui est récemment décédé à 92 ans après une longue et productive carrière). Au cours de ces années, il dessine un grand projet théorique d'avant-garde d'urbanisme, sa "Ville de l'Avenir", qui n'est pas conçue autour de l'automobile et où chaque maison est pourvue d'un jardin. Il meurt en 1947 près de chez nous, à Salies de Béarn. Sa fidélité à ses convictions, son exigence esthétique et sa rigueur éthique, l'ont empêché d'obtenir la carrière et la reconnaissance qu'il méritait. Beaucoup de ses œuvres ont été détruites ou détériorées, mais il en reste assez pour témoigner de son art. 


Pour nous parler de lui, de ses œuvres et de son époque, nous avons le privilège d'accueillir Anna Perczel, architecte -urbaniste de Budapest.

Très tôt sensibilisée aux questions d'environnement, à la fois naturel et construit, et à la conservation du Patrimoine, elle a contribué à la restauration de différents quartiers de Budapest, optant résolument pour leur réhabilitation au lieu de leur destruction. Actuellement elle œuvre pour la protection des valeurs architecturales de l'environnement urbain, notamment du quartier Juif de Budapest, au sein d'une association, ÓVÁS (mot qui a les deux sens de "préservation" et "protestation"), qu'elle préside et dont elle est co-fondatrice. A ce titre elle a participé, en octobre 2013, à Paris, aux 50 ans de l'Association Paris Historique, avec des représentants de Prague et Bucarest .


Le même jour et dans la même salle de 11 heures à 20 heures, vous pourrez découvrir l'exposition de photographies de Budapest  d'Eric Dumas, photographe d'art toulousain.


Venez nombreux participer à cet évènement que nous proposons dans le cadre de la Semaine de l'Europe, en lien avec l'Ecole Supérieure d'Architecture de Toulouse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire