mercredi 21 mai 2014

A Tiszavasvári, la ségrégation des Roms "ne date pas" du Jobbik

"Le blog Trans'Europe Extrêmes se rend pendant la campagne des élections européennes dans cinq pays où la droite populiste et eurosceptique est en plein essor. Après la Finlande, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie, direction la Hongrie.
Ils avaient annoncé qu'ils emploieraient la "manière forte", quitte à "stériliser les femmes Roms déjà mères de trois enfants". En octobre 2010, la mairie de Tiszavasvári, 12 000 habitants dont 3 000 Roms, perdue au milieu d'une campagne verdoyante au Nord-Est de la Hongrie, est remportée par le Jobbik. La ville devient la plus grande municipalité hongroise sous administration de ce parti ultranationaliste, antisémite et anti-Roms. Depuis, "ça n'a rien changé", déplore György, un électeur déçu, qui papote à la sortie du guichet de la loterie." La suite sur francetvinfo.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire