lundi 7 décembre 2015

Bálint Hóman : début de réhabilitation controversé

Bálint Hóman, né le 29 décembre 1885 à Budapest et mort le 2 juin 1951 à Vác, est un historien et homme politique hongrois...
... ministre des Cultes et de l'Enseignement public (vallás- és közoktatásügyi miniszter) de 1932 à 1938 sous les gouvernements Gömbös et Darányi, puis à nouveau de 1939 à 1942 sous les gouvernements Teleki, Bárdossy et Kállay. En tant que ministre, il représente de plus en plus l'orientation pro-allemande. Il va au-delà de l'antisémitisme ordinaire des milieux aristocratiques de son époque : dans un mémorandum de 1940, il déclare qu'« on ne peut tolérer de Juifs dans aucune position de pouvoir, que ce soit dans l'administration, dans la magistrature, ou dans les écoles » ; il décide également, de sa propre autorité de ministre, de limiter l'accès des Juifs à l'enseignement secondaire alors que la « loi juive » de 1939 ne concernait que l'enseignement supérieur, et dans les quatre lycées où la forte proportion de Juifs rendait cela impossible à réaliser en pratique, il impose des classes séparées."
[...]
Début de réhabilitation controversé
En 2001, ses restes retrouvés dans une tombe anonyme de la prison de Vác sont placés dans le caveau de sa famille à Tass, en présence du président de l'Académie hongroise des sciences et de plusieurs ministres hongrois.
En mars 2015, le Tribunal de Budapest révise le jugement du tribunal populaire et innocente Hóman de la qualification de criminel de guerre, motivant principalement sa décision par l'absence de preuves qu'il ait volontairement commis ou fait commettre des crimes de guerre, faute notamment des procès-verbaux authentiques des Conseils des ministres.
En juillet 2015, le projet de la ville de Székesfehérvár d'ériger une statue de Hóman avec l'aide financière de l'État suscite les protestations de la Mazsihisz (communauté juive de Hongrie), du Congrès juif mondial et de l'association hongroise des professeurs d'histoire."
Source : wikipedia.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire