jeudi 19 juillet 2018

A Jérusalem, Viktor Orbán reçu par son double

"«Romance», «âmes sœurs»… Pour décrire le curieux attelage Nétanyahou-Orbán, Haaretz use du langage amoureux. Comme l’écrit Anshel Pfeffer, éditorialiste dans le quotidien de la gauche israélienne et biographe du Premier ministre : «Il n’y a pas de pays au monde qui ressemble plus à l’Israël de Nétanyahou que la Hongrie d’Orbán. Deux Etats de 9 millions d’habitants, dirigés par des nationalistes chevronnés qui s’accrochent au pouvoir malgré les accusations de corruption en effaçant la culture démocratique, cultivant la xénophobie et un sentiment de siège pour apeurer leurs électeurs.»" La suite sur liberation.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire