samedi 28 juillet 2018

Mon EVG en Hongrie était dingue mais pas aussi dégradant que le film «Budapest»

"Je n’ai pas croisé de prostituée ex-agente du Mossad ou fait le mariole en limousine, mais j’ai enfin compris pourquoi les Frenchies foncent à Buda avant de passer la bague au doigt.
Les détails ont fuité au compte-gouttes jusqu’au jour J. Je savais seulement que j’allais «passer à la casserole» le 14 avril, soit trois semaines pile avant mon mariage mixte prévu sur les rives du Danube. Pour être honnête, je m’attendais au pire. Un enterrement de vie de garçon (EVG) genre bizutage d’école de commerce avec entonnoir de tequila dans le gosier ou démo de frotteman dans la rue histoire de dévoiler l’étendue de ma virilité. Mes partenaires de soirée étaient prévenus. S’amuser, oui. Passer pour le pire des abrutis, non merci." La suite sur slate.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire