samedi 28 juillet 2018

En janvier 1906, « l’attentat de Debreczin » révèle les limites du compromis austro-hongrois

"Survenu le 2 janvier 1906, "l'attentat de Debreczin" contre le préfet royal Gusztáv Kovács n'est qu'une manifestation parmi d'autres des tensions entre l'empereur d'Autriche François-Joseph et les indépendantistes hongrois. L'enjeu de la grogne populaire : l'introduction du hongrois comme langue de commandement et de service des unités militaires austro-hongroises stationnées en Hongrie.
Le 2 janvier 1906, Gusztáv Kovács, l'Obergespan (préfet) fraîchement nommé à la tête de Debrecen, doit rapidement regagner Budapest, "en raison d'un accueil agité" par les habitants de la ville, rend compte sobrement István Gazdag dans sa chronologie de l'histoire locale. Le 7 janvier suivant, c'est Le Journal des débats politiques et littéraires qui relate cet incident survenu lors de l'arrivée en gare de Debrecen du haut fonctionnaire : "A l'arrivée du train on reconnaît M. Kovacs, venu sans escorte ; on le saisit à la descente du vagon (sic), on le renverse, le foule aux pieds, lui arrache les vêtements et le crible de coups de bâton. A demi-mort, on le traîne vers le char . . ." La suite sur courrierdeuropecentrale.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire