dimanche 19 avril 2009

Morales veut que Washington condamne les complots à son encontre

"Le président bolivien Evo Morales a réclamé à son homologue américain Barack Obama, comme gage de bonne foi, qu'il condamne les complots à son encontre, orchestrés selon lui par l'opposition conservatrice en Bolivie. M. Morales, qui affirme avoir été victime d'une tentative d'assassinat de la part d'un groupe terroriste cette semaine, a demandé au président des Etats-Unis de "se prononcer sur ce grave attentat", samedi. "Je lui ai demandé qu'il ne reste pas silencieux, comme le président des Etats-Unis Bush qui n'a rien dit l'an dernier", a-t-il poursuivi...

Selon les derniers éléments de l'enquête, trois "mercenaires terroristes" ont été abattus par la police, jeudi. Il s'agit, selon la presse bolivienne, d'Eduardo Rozsa Flores, un Bolivien, de Magyarosi Artpad, qui est hongrois ou roumain, et de Michael Martin, un Irlandais. Deux sont détenus : Francisco Tadic Astorga, un Bolivien, et Elot Toazo, qui est hongrois ou croate." Extraits d'un article paru dans Le Monde du 18 avril 2009

Sur le même sujet en langue hongroise origo.hu et index.hu

Etonnant usage d'un conditionnel renforcé dans la presse internationale dès lors que les autorités boliviennes déjouent et dénoncent une tentative d'attentat contre leur président. Il est vrai que les Etats-Unis sont peut-être derrière les diverses tentatives de déstabilisation du régime démocratiquement choisi par les Boliviens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire