jeudi 20 janvier 2011

2 concerts de Katalin Péronno-Darabont & Irène Polya

Œuvres de R. Schumann, M. de Falla, B. Bartok, R. Strauss

Dimanche 23 janvier 17:00

Chapelle St Léonard
3 Grande Rue
Croissy sur Seine

Pour un plan d'accès cliquez sur la photo
Conditions d'accès en bas de page




Vendredi 11 février 20:30

Conservatoire de Colombes
27 rue de la Reine Henriette
Colombes

Pour un plan d'accès cliquez sur la photo
Conditions d'accès en bas de page


Deux artistes d'origine hongroise, la violoncelliste Katalin Péronno-Darabont et la pianiste Irène Polya, qui mènent toutes deux des carrières parallèles de concertistes et de professeurs, nous proposent pour ce concert un récital d'œuvres pour violoncelle et piano de Schumann, de Falla, Bartók et Strauss.

De Robert Schumann, nous entendrons, les Cinq Pièces dans un style populaire, pour violoncelle et piano, op. 102, composées en 1849, année particulièrement féconde dans la vie de Schumann et dans lesquelles le violoncelle est à la fête, avec ironie, à la manière d’une berceuse, sur le mode légendaire, avec une joie contenue ou exubérante.

Dans la Suite populaire espagnole, suite de mélodies d'inspiration populaire, Manuel de Falla crée un univers à part, avec un remarquable sens de la progression dramatique et une profonde compréhension de l’âme andalouse.

Les Danses Populaires Roumaines de Béla Bartok sont parmi les pages les plus accessibles du compositeur hongrois. Cette guirlande de courtes pièces caractéristiques invite l'auditeur à un plaisant voyage en terre roumaine. On peut se demander pourquoi le plus célèbre des compositeurs hongrois s'est intéressé aux danses d'un pays étranger si l'on ignore que les frontières d'aujourd'hui sont bien loin de celles de l'Europe de 1915. L'empire Austro-hongrois embrassait alors plusieurs nationalités, réunies pour de simples raisons géographiques au sein de la double monarchie.

Ainsi, Béla Bartók, né dans le Banat, région située au confluent des trois cultures serbe, hongroise et roumaine, ne pouvait pas ignorer les trésors musicaux d'Europe centrale et du Sud. En s'intéressant à des danses de Transylvanie, Bartók se penche sur le patrimoine musical d'une région de la Hongrie. Ce n'est qu'après guerre et le Traité de Versailles que cette région rejoint la Moldo-Valachie pour former la Roumanie moderne. Ces Danses hongroises de Transylvanie s'appelleront désormais les Danses populaires roumaines.

La renommée de Richard Strauss compositeur d'opéras, le rayonnement de ses poèmes symphoniques ont souvent éclipsé sa production de musique de chambre qui marqua le début comme la fin de sa carrière. Au cours de la période 1882-83, le musicien étudiait à l'Université de Munich la philosophie, l'histoire de l'art et les classiques grecs. C'est à ce moment là que naquirent le Concerto pour violon, le Premier concerto pour cor et la Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6. Même avec quelques imperfections de style dues à sa jeunesse, la Sonate op. 6 se distingue par des constantes affirmées du langage straussien comme son introduction fougueuse, le caractère impérieux de son inspiration mélodique et le parfait équilibre entre les parties des deux instruments. L'ouvrage fut créé le 8 décembre 1883 à Nuremberg par son dédicataire le violoncelliste Hans Wihan, soliste tchèque qui fut également dédicataire du Concerto de Dvořák.

Pour le concert de Croissy :

Tarif normal 17€, réduit 12€ (membres de l'ADMC, étudiants), enfant 5€ (moins de 12 ans)

Réservations (places numérotées) au magasin Catena (Bd Hostachy), ou par téléphone au 06 70 01 58 98

Billets en vente également à la Chapelle le jour du concert (dans la limite des places disponibles)

Pour le concert de Colombes :

Réservation au 01 47 85 65 59

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire