mercredi 25 mai 2011

Thésée universel - László Krasznahorkai

"Ce sont trois discours qu'un narrateur doit prononcer devant un auditoire inconnu, à la fin du XXe siècle. On ne sait rien de lui, si ce n'est qu'il est sommé de parler sur des thèmes qu'il peut choisir devant une assemblée dont il ignore la nature. Des notables politiques ? Sans doute, puisqu'il apostrophe certains des membres de l'assemblée en les appelant « Monsieur le conseiller », « Général », « Gouver­neur général », « Altesse ». L'orateur, s'il est libre de ses propos, ne l'est pas physiquement : enfermé dans le sous-sol de la salle, surveillé par un commando, il est conduit sur son estrade et n'est autorisé qu'à quelques sorties chaque jour..." La suite sur telerama.fr

Voir aussi le Blog des Mardis hongrois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire