dimanche 21 juillet 2013

L’impressionnisme hongrois, un véritable casse-tête « national »

"Du 28 juin au 13 octobre, la Galerie nationale hongroise organise une exposition qui fait rimer peinture française et hongroise du XIXe siècle. Le palais perché sur les collines de Buda fait face - depuis sa conversion en musée en 1957 - au problème de délimitation de sa collection.
La Hongrie est un pays qui a perdu les deux tiers de son territoire après le traité de Trianon en 1920, laissant ainsi de fortes minorités hongroises dans les pays limitrophes, telles la Roumanie ou la Slovaquie. C’est pourquoi lors de chaque nouvelle exposition, le qualificatif de « nationale » est un véritable casse-tête pour la galerie : sur quels critères se baser pour qualifier un artiste de « hongrois » ? Le lieu de naissance n’est pas forcément la donnée la plus pertinente au vu de l’histoire hongroise. La langue hongroise ou encore les années passées au sein du pays sont les critères qui peuvent rester au musée pour considérer un artiste comme hongrois, mais autant dire que baser l’ensemble d’un musée sur l’adjectif « national », qui plus est en Hongrie, n’est jamais facile." La suite sur lejournalinternational.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire