jeudi 18 juillet 2013

L'Europe met Viktor Orban sous surveillance

"Un diagnostic sévère, partagé au-delà des frontières traditionnelles de la gauche : tel est le contenu du rapport Tavares sur les atteintes à la démocratie en Hongrie, adopté le 3 juillet par le Parlement européen. C'est la plus forte réaction d'une instance communautaire aux dérives constatées depuis le retour au pouvoir du dirigeant nationaliste Viktor Orban, en avril 2010. Elle se limite pour le moment à une condamnation verbale.
L'Union européenne (UE) doit-elle aller au-delà, et affirmer sa légitimité avec des mécanismes de sanctions spécifiques, pour mieux défendre les libertés et les valeurs qui l'ont fondée ? Ou ferait-elle mieux de s'abstenir, car elle risquerait d'encourager ainsi les tendances centrifuges ? Le calendrier politique, qui place les élections européennes juste avant les législatives en Hongrie, au printemps 2014, fait de ce choix difficile un enjeu." La suite sur lemonde.fr version payante

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire