mardi 18 novembre 2014

L’œuvre de János Xantus et l’underground hongrois le 15 novembre 2014 à l'Institut hongrois

« Froideur et tendresse, nonchalance et attention minutieuse »
Le 13 novembre 2012, à l’âge de cinquante-neuf ans, le réalisateur hongrois, János Xantus, auteur de films expérimentaux, décédait des suites d’une maladie grave.
Pendant les quarante ans de sa carrière, son nom était associé, en particulier dans les pays du bloc communiste, à l’expérimentation visuelle et à la création d’un nouveau langage cinématographique, atypique et libre.
Les films à la fois poétiques, absurdes, grotesques et tragiques de János Xantus, étroitement liés à l’underground hongrois, dévoilent dans des styles les plus divers, la réalité fragile qui caractérisait les années 1980.
Son premier long métrage, L’esquimaude a froid, présenté à Cannes en 1984 puise dans l’univers de Buñuel, Truffaut, Warhol et Fassbinder.
Dans le cadre des projections et de la table ronde programmées à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort du réalisateur, amis proches et anciens collègues tenteront d’esquisser le portrait de János Xantus et, à travers son œuvre, celui de l’underground hongrois à l’aube du changement de régime.
Participants à la table ronde : Yvette Bíró, critique de cinéma ; Christophe Bollmann, producteur, opérateur ; Vali Fekete, journaliste ; András Forgách, écrivain ; Fabienne Issartel, réalisatrice de documentaires ; Ágnes Kamondy, actrice, chanteuse ; Maryam Khakipour, réalisatrice ; Jean-Daniel Magnan, écrivain, collaborateur du Théâtre du Rond-Point ; János Másik, compositeur.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire