dimanche 23 novembre 2014

L’Isola disabitata, ... une île déserte bien agréablement fréquentée.... (Quand Haydn s’invite à l’Opéra de Budapest)

"Par Pierre Waline
L’impératrice Marie-Thérèse, qui s’y connaissait en musique comme en diplomatie, disait des opéras de Haydn. „ C’est à Eszterháza /Fertőd/ qu’il vous faut vous rendre si vous voulez écouter de bons opéras” Comme elle avait raison ! Et Haydn de déclarer quant à lui: „Mes opéras ne sont que futilités, comparés à ceux du jeune Mozart”. Il avait aussi raison (une exception: sa remarquable Fedeltà premiatia).
Bref, pas de véritables oeuvres maîtresses comme le sont Don Giovanni ou Les Noces de Figaro, les opéras de Haydn me font l’effet de délicieuses sucreries; de ces petites confiseries dont vous vous pourlèchez les babines sur le moment pour les oublier ensuite. Mais si délicieuses!" La suite sur francianyelv.hu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire