mercredi 19 juillet 2017

#3 Semaine spéciale Budapest Honvéd – Jozsef Bozsik, Rhapsodie hongroise

"Cet article est une traduction autorisée par Rob Fielder, qui l’a publié en anglais sur le blog Ademir to Zizinho, le 10 octobre 2012. Vous pouvez suivre Rob Fielder sur Twitter (@ademir2z) et nous le remercions vivement de nous avoir permis de traduire ce portrait.

Il est toujours difficile, sinon impossible d’établir des classements de joueurs en football, sport collectif par exemple. Les époques et les postes sont tellement différents. Pourtant j’affirme n’avoir jamais rencontré un footballeur plus brillant, ni plus complet que József BOZSIK : ses qualités physiques, techniques, tactiques, morales étaient sans égales.Ferenc Puskás, dans Les Cahiers de l’Equipe, par Jean Cornu et J.-Ph. Rethacker, repris sur twb22.blogspot.com.
L’importance croissante du « meneur de jeu en retrait » fait partie des phénomènes tactiques les plus connus de ces dix dernières années. Du fait que les équipes s’alignaient avec des milieux encore plus défensifs, les milieux offensifs sont eux-mêmes descendus d’un cran à la recherche de précieux espaces. A bien des égards, ce n’est pas une nouvelle tendance, mais simplement un retour à la pratique des années 1950 et bien avant. Avant l’avènement du WM, le meneur de jeu en retrait (tel que le demi-centre offensif autrichien Ernst Ocwirk) était un élément de base du jeu.
L’extraordinaire milieu droit de l’équipe de Hongrie, József Bozsik, était sans doute le meilleur meneur de jeu en retrait de l’histoire du football. Lorsqu’on se souvient tendrement des Magic Magyars, c’est souvent pour les exploits de buteur de Sándor Kocsis, les innovations tactiques de Péter Palotás et Nándor Hidegkuti, et le génie total de Ferenc Puskás. Cela conduit à fréquemment négliger les qualités métronomiques de Bozsik." La suite sur footballski.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire