jeudi 13 octobre 2011

En Hongrie, un an après l’apocalypse rouge

"En 2010, une marée de boues toxiques provenant de l’usine d’aluminium d’Ajka se déversait sur les villages alentour. Aujourd’hui, la région a été réhabilitée. Un exemple à suivre.
Un an après la tragédie de Kolontár et de Devecser, nous sommes revenus dans deux villages hongrois submergés par un déferlement d’eau toxique provenant d’une usine d’aluminium locale. La catastrophe a été une épreuve pour les autorités hongroises, un test qu’elles semblent avoir passé haut la main. Le 4 octobre 2010, deux communes situées dans l’ouest du pays étaient noyées sous un torrent de boues toxiques. Pas moins de 700 000 mè­tres cubes d’eau empoisonnée, corrosive [l’usine utilisait une technique de dissolution à la soude caustique pour produire de l’oxyde ­d’aluminium, technique qui générait de grandes quantités de boues alcalines très liquides], s’étaient échappés des réservoirs de l’usine d’aluminium d’Ajka. Cette catastrophe fit dix morts et cent cinquante blessés, détruisit des dizaines d’habitations et toute la ­végétation sur le territoire des deux ­communes. " La suite sur courrierinternational.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire