vendredi 28 octobre 2011

Coup de force de la droite

"6 voix contre 2, c’est le résultat final du vote du comité de pilotage du Nouveau Théâtre (Uj Szinház) de Budapest en faveur du renouvellement du mandat du directeur sortant, István Márta, à la tête de l’établissement depuis 13 ans.

Néanmoins, ce n’est pas son nom qui figurera à la tête de la direction à partir du mois de février 2012. Car Istvàn Tarlos, maire de la ville de Budapest, proche du premier ministre Viktor Orbán, et membre du Fidesz, s’est servi de son droit de veto pour imposer, le jeudi 6 octobre, le tandem composé de l'acteur György Dörner et de l'écrivain Istvan Csurka, personnalités proches de l’extrême droite, et ce contre l'avis de la commission compétente. Un coup de force de la droite, qui laisse incrédules tant les milieux nationaux qu’internationaux." La suite sur le Journal francophone de Budapest

3 commentaires:

  1. Merci pour cet excellent article - quoique j'émettrai toujours la même réserve: a-t-on évalué précisément la manière dont le patrimoine théâtral hongrois est traité dans sa totalité - N'y a-t-il pas eu jusqu'ici plutôt tendance à privilégier les auteurs hongrois contemporains, et pas ou peu les anciens - ? Que valent les propositions de programmation future notées dans le pdf http://atlatszo.hu/wp-content/uploads/2011/10/dorner.pdf ? traduire cela, ne serait pas faire de la propagande ou soutenir les racistes-xénophobes-antisémites nouvellement élus et imposés contre le directement actuel, mais l'occasion de décortiquer l'argumentation, pointer ce qui est acceptable de ce qui ne l'est pas, et contrairement à notre esprit et habitude fr, on doit savoir que l'esprit hongrois, l'âme hongroise, la littérature hongroise sont très affirmatifs sur certains thèmes (Hongrie, hongrois, patrie, nation, etc) de part l'Histoire, et que ce n'est pas la propriété des seuls jobik et compagnie ces thèmes là - qui sont donc bien à différentier de la phraséologie raciste, antisémite et xénophobe. Combattre la peste exige de cibler juste et à fond, en prenant garde de ne pas nuire au patrimoine: donc cela revient à mieux affirmer le patrimoine global - des origines à nos jours - afin d'abattre ceux qui y mêlent leurs parti-pris, préjugés et choix ignobles! Emettre une réserve comme je le fais, ce n'est pas se courber devant l'ennemi, voire soutenir l'ennemi, c'est bien au contraire être de roc face à l'ennemi en valorisant le juste pour écraser le faux! Si les Hongrois savent différentier les choses, ils ne le démontrent pas assez, de sorte que, sauf les passionnés ou connaisseurs, les étrangers ne mesurent pas bien l'enjeu. Cette nomination est gravissime parce qu'elle occulte l'essentiel ou cible globalement des choses qui doivent impérativement être dissociées, sans quoi on passe à côté de l'essence du patrimoine hongrois, patrimoine universel aussi!

    RépondreSupprimer
  2. contre le directement actuel = contre le directeur actuel

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour michartpoesho je ne souhaite pas entrer dans une analyse du programme des uns et des autres car je n'ai pas cette compétence et d'autant moins si les critères de choix relèvent de la plus ou moins grande magyarité des pièces. Cela me donne tout simplement la nausée. La vraie culture et l'art transcendent ces débats stériles et moyenâgeux. Deux faits sont indéniables : "6 voix contre 2, c’est le résultat final du vote du comité de pilotage du Nouveau Théâtre (Uj Szinház) de Budapest en faveur du renouvellement du mandat du directeur sortant, István Márta" et le second c'est que les deux tristes personnages placés à la tête de ce théâtre sont des personnalités de l'extrême droite antisémite. Bien à vous. Jean-Pierre

    RépondreSupprimer