mardi 8 avril 2014

En Hongrie, la justice sur ses gardes après la victoire de Viktor Orban

"Le 1er janvier 2012, Janos Mezödi croyait avoir réalisé son rêve. Il était nommé président de la cour de Veszprem, à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Budapest. Sa joie fut de courte durée. Le 19 janvier, il recevait un courrier lui indiquant qu'il serait mis à la retraite dès juillet de la même année, car il venait d'avoir 62 ans. Les juges se sont lancés dans un bras de fer avec le gouvernement et la Cour de justice de l'Union européenne, à Luxembourg, a donné tort à la Hongrie, qui a dû réintégrer ces juges, mais pas forcément au même rang. « Je suis tellement dégoûté par cette humiliation que nous avons subie que j'ai décidé de ne plus remettre les pieds dans un tribunal », confie Janos Mezödi, qui a refusé cette rétrogradation. « Il ne s'agit pas du bien-être de certains juges, mais de l'état de la justice hongroise », explique Andras Cech, avocat de plusieurs juges." La suite sur lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire