mercredi 30 mars 2016

« La poésie doit être concentrée, concise » Interview avec le poète András Imreh

"De passage à Paris, en route vers une résidence d’un mois à Querbes, András Imreh nous a parlé de poésie.
Vos poèmes traduits en français ont été publiés dans un recueil intitulé Trois poètes hongrois (Editions du Murmure, 2009). Vous appartenez à la même génération que deux autres poètes, Krisztina Tóth et János Lackfi. Au-delà de l’âge, existe-t-il d’autres traits communs entre vous ?
Ce n’est peut-être pas par hasard si nous figurons ensemble dans le recueil. Je crois que notre vision de la poésie est très proche. Je ne dirais pas que nous appartenons à la même école car je ne crois pas aux écoles poétiques, mais notre façon de penser est similaire. Nous avons tous subi, moi probablement moins que les deux autres, l’influence de la poésie française. Je ne parle pas de la poésie actuelle mais plutôt de celle du 20ème siècle jusqu’à Apollinaire, ou plutôt jusqu’à Supervielle." La suite sur litteraturehongroise.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire