vendredi 25 mars 2016

Le Trouvère version Budapest: une histoire de fous (mais quelle musique!)

Par Pierre Waline
"Lors d’une récente conférence de presse, Szilveszter Ókovács, le directeur de l’Opéra de Budapest, tentait de justifier les mises en scène modernes par une image séduisante, certes, mais peu convaincante: sans compromettre le texte d’un ouvrage ancien (la partition) rien n’empêche de le relooker par une reliure neuve. Sauf que.... j’ai du mal à imaginer les Fables de La Fontaine sous une reliure en plastique qui siérait davantage à un Boris Vian et inversement, à imaginer l’Écume des jours sous une reliure en cuir doré.
Tel est le sentiment que j’ai eu tout au long de cette première partie (je suis parti à l’entre acte) du Trouvère vu à l’Opéra de Budapest (salle Erkel). A titre d’exemple, le choeur des gitans transféré, comme une bonne partie de l’action, dans... un hôpital psychiatrique. Si je voulais faire de l’humour bête et méchant, je dirais que c’est peut-être un milieu où la metteuse en scène (Judit Galgóczy) se sent à l’aise." La suite sur francianyelv.hu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire