dimanche 13 mars 2011

Collège international de philosophie: soutien aux philosophes hongrois

"Rencontre exceptionnelle avec Agnes Heller le lundi 14 mars 2011 à 20h30, Odéon - Théâtre de l'Europe (Paris).

Rappel de la situation hongroise

Depuis le 8 janvier dernier, une campagne de dénigrement, orchestrée par l'entourage du premier ministre Viktor Orbán, se développe dans les médias hongrois contre plusieurs philosophes (Agnes Heller, Mihály Vajda, Sándor Radnóti...), accusés d'avoir écrit contre rétribution des textes « fumeux et inutiles » et d'avoir sali l'image du pays. Il ne s'agit pas là d'une attaque isolée: les calomnies dont ces chercheurs sont l'objet et les poursuites judiciaires engagées contre eux participent d'une volonté de mise au pas du monde intellectuel hongrois, dont témoigne par ailleurs le limogeage d'une partie des membres de l'Académie des sciences, ou la stigmatisation publique de l'homosexualité du directeur du Théâtre National de Budapest. Ce climat atteste du développement, au coeur de l'Europe, d'une idéologie et d'une politique clairement contraires aux principes démocratiques de respect des droits et de liberté de la recherche.

Attentif, depuis sa création, au caractère inconditionnel de ces exigences, ainsi qu'à la mémoire de la dissidence dont plusieurs des intellectuels mis en cause furent des acteurs essentiels, le Collège International de Philosophie a souhaité manifester son soutien en invitant Agnes Heller à Paris pour une rencontre exceptionnelle à l'Odéon - Théâtre de l'Europe. Cette rencontre se déroulera le lundi 14 mars 2011 à 20h30 ; y participeront notamment Gianni Vattimo et Vincent Peillon, députés européens et philosophes, ainsi que Marc Semo, journaliste au quotidien Libération.

Invitation est aussi lancée, par l'Odéon-Théâtre de l'Europe, au Directeur du Théâtre National de Budapest. Cette rencontre sera un moment de réflexion et de vigilance, face à la manière dont un Etat européen entend mettre la recherche sous tutelle politique, et au retour de méthodes que l'on pensait définitivement disparues de notre continent."La suite sur barthes.ens.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire