mardi 18 septembre 2012

Kyldex 1 de Nicolas Schöffer Cinéma 11 octobre à 20h Institut hongrois

 
Après une première expérimentation à Evreux en 1956, Schöffer réalise le spectacle cybernétique de ses rêves, à l'Opéra de Hambourg. Rolf Liebermann lui donne carte blanche. Il s'entoure de son compositeur préféré, Pierre Henry, et du chorégraphe d'avant-garde américain Alwin Nikolais pour réaliser un spectacle en 15 séquences modifiables par le public (accélérées, ralenties ou répétées) qui reçoit aussi le droit de poser des questions ou d'arrêter purement et simplement le spectacle.

Cinq sculptures chronodynamiques évoluent avec les danseurs, un grand nombre d'écrans apportent aux projections lumineuses un aspect très diversifié et les séquences se suivent sans caractère anecdotique, le but étant une succession d'impressions visuelles esthétiques. Des pas de deux révèlent la grande danseuse Carolyn Carlson, des séquences érotiques surprennent sur une scène d'opéra, Marylin Monroe fait irruption sur un écran, l'Eidophore projette le public, la danseuse et un singe, sur un écran de 200m2 et la dernière séquence met en scène un grand Prisme de 12 mètres de haut dans une apothéose saluée par un public enthousiaste. L'évènement donnera lieu à plus de 300 articles en 10 jours...

Dix années durant, le public allemand a vu ce spectacle au moment de Noël,diffusé par la Norddeutsche Rundfunk. Après le Musée de l'Image et du Son de Sao Paolo où il est diffusé jusqu'au 30 septembre, l'Institut Hongrois est le second lieu hors d'Allemagne, où le public pourra enfin voir cette œuvre unique dans l'histoire.
Entrée libre

Institut hongrois 92, rue Bonaparte 75006 Paris
Inscription recommandée : accueil@instituthongrois.fr
+33 1 43 26 06 44

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire