vendredi 7 septembre 2012

L’assassin qui valait 3 milliards d'euros

"Afin de financer sa dette, le gouvernement hongrois aurait choisi de vendre des obligations d'Etat à Bakou pour un montant de l'ordre de 2 à 3 milliards d'euros. La générosité de l'Azerbaïdjan à l'égard de la dette hongroise a d’ores et déjà eu une contrepartie : Ramil Safarov, militaire azéri qui purgeait à Budapest une peine de prison à perpétuité pour l'assassinat d'un collègue arménien de l'OTAN, vient de bénéficier d'une soudaine mansuétude de la justice hongroise et a été remis aux autorités azerbaïdjanaises." La suite sur leplus.nouvelobs.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire